Archives par mot-clé : Union européenne

A. Adebajo, K. Whiteman (dir.), The EU and Africa. From Eurafrique to Afro-Europa, lu par Antoine Rayroux

The EU and AfricaADEBAJO (Adekeye), WHITEMAN (Kaye) (dir.), The EU and Africa. From Eurafrique to Afro-Europa, Londres, Hurst & Co., 2012, 531 pages.

Si la relation entre l’Union européenne et le continent africain fait l’objet d’un grand nombre de recherches, ces dernières sont essentiellement produites par les universités et think tanks européens. C’est pour pallier ce biais que le présent ouvrage collectif offre un regard « africain » sur les différentes facettes de ce qui est devenu un partenariat stratégique Afrique-UE depuis le sommet de Lisbonne en décembre 2007. L’ouvrage comporte 21 chapitres de contributeurs prestigieux venus d’horizons variés, offrant une appréciable richesse de points de vue : universitaires, experts, consultants, diplomates basés en Europe, en Afrique et en Amérique. Il est le fruit d’une réflexion collective initiée dans le contexte du rapprochement stratégique entre les deux continents, mais aussi du tristement célèbre discours de Dakar prononcé par Nicolas Sarkozy en juillet 2007. À cette occasion ressurgissait la notion controversée « d’Eurafrique », tombée en désuétude mais qui a traversé l’histoire de la relation Afrique- Europe depuis la fin du XIXe siècle, et qui évoque la captation des ressources africaines par les puissances impériales de l’Europe.

Ce contexte sert de point d’entrée à la réflexion de l’ouvrage, qui cherche à déterminer dans quelle mesure l’état d’esprit a changé ou non dans la relation entre l’UE et l’Afrique, et si l’on s’oriente ou non vers un partenariat d’égal à égal. Le livre remplit son objectif, en s’attardant sur l’impact négatif de nombreuses politiques européennes, sans pour autant o mettre la responsabilité des Africains dans certains cas. À l’exception du chapitre 4 d’Adebayo Adedeji – dont la conception de la relation UE-Afrique est parfois simpliste (l’Afrique ne serait, selon l’auteur, que le souffre-douleur de l’Europe, malgré sa volonté forte d’intégration régionale) –, les différentes contributions offrent une vision juste et non manichéenne d’un sujet facilement polémique. Cette lecture est par conséquent conseillée non seulement aux africanistes qui souhaiteraient en apprendre davantage sur la place qu’occupe l’Afrique dans les relations extérieures de l’UE, mais aussi aux européanistes qui aimeraient bénéficier d’un regard plus critique sur le partenariat Afrique-UE, à rebours du discours idéaliste véhiculé par les instances européennes.

Le cœur de l’ouvrage, qui est aussi sa partie la plus convaincante et détaillée, concerne les politiques liées au commerce, à l’investissement et au développement (abordées essentiellement dans les chapitres 9 à 12, mais en réalité dans toute la première moitié de l’ouvrage). La négociation des Accords de partenariat économique (APE) avec les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), accords de libéralisation économique, constitue en effet le principal enjeu actuel. Pour résumer, on peut retenir quatre observations faites par les différents auteurs. En premier lieu, et c’est sans doute le point le plus important, on constate la position de faiblesse dans laquelle sont maintenues l’Union africaine (UA) et les organisations sous-régionales qui négocient les APE, dont les membres agissent en ordre dispersé en raison de leur protectionnisme et de leurs disparités économiques, face à une Commission européenne qui négocie seule au nom des 27 États membres de l’UE et impose unilatéralement ses schémas de libéralisation. Deuxièmement, on observe également une tendance à la « balkanisation » (p. 227) de l’Afrique plutôt qu’à son unification, en raison de la multiplication de ces organisations sous-régionales qui se chevauchent et négocient séparément les différents APE. Troisièmement, la situation actuelle marque le renforcement de la conditionnalité de l’aide au développement et la réticence croissante des Européens à lier la question de l’aide à celle des négociations commerciales. Mais ici, les récipiendaires africains portent également une part de responsabilité, en raison du manque de transparence dans la gestion des programmes d’aide et leur évaluation. Enfin quatrièmement, la critique la plus dure a trait à l’hypocrisie de l’UE lorsqu’elle promeut la libéralisation commerciale tout en subventionnant massivement son agriculture, fermant ainsi son marché à l’importation de produits venus d’Afrique.

Alors que ces divers enjeux économiques et commerciaux font l’objet d’un traitement exhaustif, voire parfois redondant – ce que l’on excusera en raison de leur importance –, les questions de sécurité et de migration, auxquelles sont consacrées deux autres parties de l’ouvrage, sont abordées trop brièvement. En particulier, il est dommage qu’une plus grande place ne soit pas faite à la coopération Afrique-UE en matière de sécurité, notamment s’agissant de la question des moyens et du défi de l’appropriation locale, alors que l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA) et son développement sont souvent vus par les Européens comme le joyau de la couronne du partenariat stratégique. Au rayon des déséquilibres, on peut également regretter un traitement inégal des différentes sous-régions africaines, qui s’explique par l’affiliation des contributeurs, basés en Afrique du Sud ou au Royaume-Uni pour la plupart. Le sud-est anglophone de l’Afrique est très largement abordé, à l’inverse de la bande sahélienne ou de la Corne de l’Afrique, bien que ces dernières fassent aujourd’hui partie des priorités stratégiques de l’UE en Afrique. Dans une moindre mesure, l’Afrique du Nord, en particulier sur la question migratoire, aurait mérité un traitement plus approfondi.

Plus généralement, le défi central de tout ouvrage collectif est celui de la cohérence entre les chapitres et avec la problématique centrale. Deux chapitres sont quelque peu hors sujet : le chapitre 8 de Shada Islam, qui porte essentiellement sur le partenariat UE-Asie, et le chapitre 21 d’Ali A. Mazrui, qui se concentre sur les conséquences de l’élection de Barack Obama pour l’identité culturelle de ce qu’il nomme « the Black Atlantic » (chapitres 8 et 21). Mais si l’on excepte ces deux chapitres, on doit reconnaître à Adebajo et Whiteman d’avoir réussi le tour de force de suivre une ligne directrice claire, appuyée sur une structure qui jongle habilement entre considérations géographiques et thématiques. La conclusion rédigée par Hartmut Mayer n’est pas une réelle synthèse de l’ouvrage, mais elle constitue cependant une ouverture pertinente vers la question de la gouvernance globale. Aussi, elle boucle l’ouvrage en forme de clin d’œil, Mayer admettant lui-même que son statut d’européaniste peu au fait des études africaines fait de lui l’illustration symbolique de cet eurocentrisme intellectuel et académique qu’il convient d’apprécier avec un regard critique.

Antoine Rayroux

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).