CFP Rwanda: the trajectory of the state after the genocide

Special issue coordinated by Benjamin Chemouni (University of Cambridge)

Deadline for the submission of proposals: 25 October 2019


Context and objective

This special issue aims to provide a better understanding of the trajectory of the Rwandan state since the genocide. It will fill a gap in the francophone literature that has focused mainly on the genocide and its judicial, memorial and diplomatic consequences (Audoin-Rouzeau, Chrétien, and Dumas 2011; Dumas 2014; Piton 2018). Few studies have indeed addressed the question of the dynamics of the post-genocide state reconstruction (a notable exception is Kimonyo 2017), a topic much more prevalent in anglophone research. By favouring empirical approaches, the objective is to reflect on the multiplicity of social and political forces at work in the transformation of the state since 1994.

Continuer la lecture de CFP Rwanda: the trajectory of the state after the genocide

AAC Rwanda : la trajectoire de l’État après le génocide

Dossier coordonné par Benjamin Chemouni (Université de Cambridge)

Date limite d’envoi des propositions : 25 octobre 2019

Contexte et objectif

Ce dossier vise à offrir une meilleure compréhension de la trajectoire de l’État rwandais depuis le génocide. Il remédiera ainsi à une lacune de la littérature francophone qui s’est surtout concentrée sur le génocide et ses enjeux judiciaires, mémoriels et diplomatiques (Audoin-Rouzeau, Chrétien, et Dumas 2011; Dumas 2014; Piton 2018). Peu de travaux ont en effet abordé la question des dynamiques de reconstruction étatique post-génocide (une exception notable est Kimonyo 2017), qui est bien plus prégnante dans la recherche anglophone. En privilégiant les approches empiriques, il s’agira de rendre compte de la multiplicité des ressorts sociaux et politiques à l’œuvre dans la transformation de l’État depuis 1994.

Continuer la lecture de AAC Rwanda : la trajectoire de l’État après le génocide

AAC Classes sociales et migrations. La reproduction sociale des familles par les mobilités

Dossier coordonné par Amélie Grysole (CNAM) et Doris Bonnet (IRD)
Date limite d’envoi des propositions : 10 octobre 2019

Ce dossier thématique de la revue Politique africaine porte sur les liens entre la production des classes sociales et les dynamiques de circulations internationales au sein des familles subsahariennes. Il s’agit de mettre l’accent sur les mobilités spatiales dans leur articulation avec les mobilités sociales : comment la position sociale dans le pays de départ est-elle reproduite, augmentée ou diminuée par la migration d’un·e ou plusieurs membres du groupe familial ?

Continuer la lecture de AAC Classes sociales et migrations. La reproduction sociale des familles par les mobilités

Rencontre-débat le 13 mai 2019 à La COLONIE (barrée) autour du numéro “Biomaîtriser les identités”

Lundi 13 mai 2019, de 18h30 à 20h30, à La Colonie (barrée), 128 rue La Fayette, à Paris, aura lieu la présentation du dernier numéro de Politique africaine, sous la forme d’une table-ronde intitulée

“L’identification des personnes en Afrique entre surveillance et reconnaissance: Bio-maîtriser les identités ”

Continuer la lecture de Rencontre-débat le 13 mai 2019 à La COLONIE (barrée) autour du numéro “Biomaîtriser les identités”

Article en prepublication

A lire en libre accès en attendant sa sortie dans quelques jours dans le prochain numéro de Politique africaine sur Biomaitriser les identités :

La chronique bibliographique de Laurent Fourchard, “Sur les travers d’une entreprise mémorielle”, au sujet de l’ouvrage de P. Blanchard, N. Bancel, G. Boetsch, D. Thomas et C. Taraud (dir.), Sexe, race et colonies. La domination des corps du xve siècle à nos jours, Paris, La Découverte, 2018, 544 pages… https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2019-1.htm

N° 151 : Gouverner par la fiscalité

Ce dossier s’inscrit dans les débats en cours sur la fiscalité en Afrique. Tout en la présentant comme un élément central du gouvernement des populations par les États, il interroge aussi la manière dont les politiques fiscales concourent à la permanente redéfinition des sphères désignées comme étant formelles ou informelles, que celles-ci soient étatiques ou non.

Continuer la lecture de N° 151 : Gouverner par la fiscalité

Impôts et pratiques fiscales : interroger la signification et les usages de la formalité

Oliver Owen (Traduit par Roxane Schuller-Green)

En appelant à étudier les politiques de taxation en Afrique, qui participent de la distinction entre formel et informel1, ce dossier vise à saisir les perspectives nouvelles ouvertes par des travaux de recherche récents, tant sur la fiscalité elle-même que sur la nature et le fonctionnement des États africains. Nombre de gouvernements africains, prenant acte de l’imprévisibilité croissante des prix des ressources naturelles sur les marchés mondiaux ainsi que de l’incertitude de l’aide internationale, se sont récemment concentrés sur la réforme de leur fiscalité. Cette volonté de maximiser les recettes publiques a été fortement soutenue par de nombreux bailleurs internationaux qui y ont vu l’opportunité d’effectuer une transition dans les formes d’aides apportées, en passant des transferts monétaires à long terme à un soutien plus réduit
pour un autofinancement2. La taxation du secteur informel a souvent été mise en avant par les technocrates du développement et les institutions donatrices comme une…. Lire la suite

AAC L’ordinaire de la folie. Penser les désordres mentaux en Afrique

Date lite de soumission: 30 avril 2019

Dossier coordonné par Gina Aït Mehdi (Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, Univ. libre de Bruxelles) et Romain Tiquet (Département d’Histoire, Université de Genève)

Ce numéro sur la folie en Afrique part du constat que la littérature sur le thème reste pour beaucoup fragmentaire et fragmentée. Cet objet de recherche est en effet sous bien des abords inexploité et relativement isolé de certaines approches contemporaines produites hors du continent. D’autre part, la littérature existante est très inégale suivant les espaces géographiques et les disciplines. Nous appelons dès lors des chercheurs issus des sciences humaines et sociales à participer au dialogue interdisciplinaire sur la question des troubles mentaux sur le continent.

Continuer la lecture de AAC L’ordinaire de la folie. Penser les désordres mentaux en Afrique

N°150 – Cameroun, l’État stationnaire

Numéro de la revue Politique Africaine paru le 2/2018.

Entre la guerre civile dans les deux régions anglophones du Cameroun et la menace terroriste de Boko Haram dans l’Extrême-Nord, la propagande du régime de Paul Biya autour de « la paix et la stabilité », fragile mais réelle pendant des années, vole en éclats. Pour se maintenir, le régime avait mis en place une dérégulation morale, sociale et économique. Continuer la lecture de N°150 – Cameroun, l’État stationnaire

L’État stationnaire, entre chaos et renaissance, par Fred Eboko et Patrick Awondo

Le présent dossier vise à aborder la question des dynamiques politiques camerounaises par le biais des lignes de fond et de fractures qui traversent ce pays depuis plusieurs décennies. La concordance entre les élections présidentielles d’octobre 2018 et la sortie de ce numéro commande de distinguer la situation structurelle et un moment d’historicité qui peut devenir ou pas un événement autour de cette échéance électorale.

 

Continuer la lecture de L’État stationnaire, entre chaos et renaissance, par Fred Eboko et Patrick Awondo

CFP : Politicizing the domestic worker. Socio-historical perspectives on domestic labor in Africa

Deadline for proposals: 4 December 2018

Special issue coordinated by Mélanie Jacquemin, sociologist (LPED, AMU/IRD) and Violaine Tisseau, historian (IMAf, AMU/CNRS/EHESS/IRD/EPHE/Paris 1).

The impetus of this special issue is a finding in a field of research and publications that is, at the very least, fragmented: studies about work done in the private sphere remain on the sidelines in the literature on labor in Africa. Here we invite authors to further explore how a domestic service market has established itself in societies won over by modernity and new forms of legal regulations, despite the frequent persistence of traditional, hierarchical relationships, extolled through the language of kinship, in domestic labor. This language generally dilutes the concept of work (value and social relationships) and maintains the permeable line between domestic labor/employment for the benefit of others and non-delegated household chores. Combined with the trivialized nature of the occupation, the domestic workers’ status as “society’s youngest family member” raises questions. How do these categories of workers participate in countries’ social and economic citizenship, which sometimes has been refused to them on the grounds that household work is fixed in the status quo of beliefs and the private domain, while rationality and public recognition are still deemed appropriate to labor performed outside of the domestic sphere?

Continuer la lecture de CFP : Politicizing the domestic worker. Socio-historical perspectives on domestic labor in Africa

Le carnet de la revue