Cameroun : l’État stationnaire

Cameroun : l’État stationnaire

Dossier coordonné par

Fred Eboko & Patrick Awondo

Cliquez ici pour ouvrir le lien en pdf :

PolitiqueAfricaine_AAC_Cameroun_Etat stationnaire

En 1986, Politique africaine consacrait un dossier au « réveil du Cameroun » et analysait les conséquences de la crise politique de 1984 résultant d’une tentative de coup d’État contre Paul Biya qui était alors un jeune président (Bayart, 1986). Une décennie plus tard, en 1996, la même revue réfléchissait aux effets de la « démocratisation » qui avait plongé le Cameroun dans un « entre-deux » (Sindjoun et Courade, 1996). Le dossier mettait au jour les « cicatrices » et les lignes de fractures d’un pays aux milles tensions et dont une partie de la mémoire coloniale « en errance » (Mbembé, 1996) à travers la question anglophone, hantait le présent.

Depuis, la « démobilisation » des courants d’opposition politiques des années 1990 (Pomerolle, 2008 ; Eboussi, 1997), ou le « renouvellement sans renouveau » des élites politiques (Eboko, 1999) au sein d’une « transition qui n’a pas eu lieu » (Mehler, 1997), ainsi qu’une corruption endémique (Abéga, 2007) ont installé le pays dans une situation d’hibernation. Alors que les indicateurs d’implosion sont souvent au rouge, et que les observateurs annoncent l’éclatement du Cameroun depuis les années 1990 (voir International Crisis Group, 2010a ; 2010b ; 2014 ; 2015), le régime de Paul Biya a réussi à survivre par des processus d’adaptations successives. Qu’il soit caractérisé comme « sous-développé » (Médard, 1977) ou « néo-patrimonial » (Médard, 1979), « autoritaire » (Mbembé, 2001), « post autoritaire » (Pomerolle, 2008), « sorcier », (Geschiere, 1995), ou simplement « absent » (Pigeaud, 2011), le pouvoir politique a déjoué tous les pronostics depuis trois décennies. La résilience au forceps et à la ruse de ce régime semble conforter l’hypothèse gramscienne reprise par Bayart de la continuité du « bloc hégémonique » (Bayart, 1989), dont l’apparente vulnérabilité tranche avec une espérance de vie qui a fait dire récemment au président Biya « ne dure pas au pouvoir qui veut mais qui peut ». Cet « État ailleurs » nécessite aussi une analyse de sa « périphérie » qui relativise la puissance du centre directeur de Yaoundé (Sindjoun, 2002) en proposant des approches énonçant la complexité politique du « local », entre déséquilibre généralisé du territoire, revendications régionales localisées et contrôle politique des « révolutions passives » (Bayart, 1989).

Si ce pays d’Afrique centrale fut l’un des plus étudiés en sciences sociales africanistes entre les années 1970 et 1990, sa relative stabilité politique, ainsi que la permanence de son agonie et du caractère anomique de la vie sociale et économique ont bridé un renouveau de la pensée politique, sociale et économique au cours de la dernière décennie. Epousant les contours d’un pays linguistiquement tiraillé entre le français et l’anglais, les chercheurs sur le Cameroun ont du mal à dialoguer1. Il s’agira de dépasser ce clivage « francophone/ anglophone » dans ce dossier afin d’associer autour d’un même échange les deux tendances de la production intellectuelle et scientifique.

Cette tâche est rendue urgente par une double actualité. Le retour sur la scène publique nationale et internationale de la question anglophone en 2016 d’un côté et, de l’autre, l’émergence d’un front de terreur porté par la secte Boko Haram, déstabilisant une partie des régions nord du pays depuis 2014. A ce double enjeu s’ajoute l’échéance que constitue une élection présidentielle en 2018 qui pourrait être la dernière de l’actuel président au cas où celui-ci se représentait. Paradoxalement, un regard attentif à la situation camerounaise révèle que le pouvoir d’Etoudi, plutôt que de décliner, en sort renforcé. D’une part, il bénéficie du dispositif antiterroriste autorisant le régime d’exception et renforçant le contrôle social et, d’autre part, la gouvernance d’un territoire qui se divise par l’« exclusion ethnopolitique » (Roessler, 2016 ; Bayart, Bayart, Geschiere et Nyanmjoh, 2001) est rendue plus aisée. Il en résulte qu’en dépit des revendications relayées au niveau international d’une partie de la minorité politique anglophone, le pouvoir central de Yaoundé semble avoir gagné en popularité auprès de l’opinion orientale car il a su se revêtir des oripeaux d’ultime rempart contre la double menace que représenteraient les « terroristes » de Boko Haram et les opposants désignés par le président lui-même comme des « apprentis sorciers » voulant diviser le Cameroun. Cet argumentaire se déploie sur le terreau de la théorie de la conspiration et du complot qui essaime au-delà du bon sens en donnant du Cameroun l’image d’un pays qui s’invente, à tort ou à raison, des ennemis à défaut de surmonter le paysage domestique d’une liberté sous caution et d’un coma social sans fin. Comment peut-on penser ces moments de crise et que nous disent-ils de l’état du Cameroun ? Comment ces brèches ouvertes dans le temps lent du Cameroun peuvent-elles permettre de repenser ce pays dans ses dynamiques ?

Le présent dossier propose d’apporter des éléments d’intelligibilité du Cameroun contemporain à partir d’éclairages variés afin d’analyser la tension apparente entre un État que nous qualifierons de « stationnaire » et les mutations de l’exercice du pouvoir que cache un immobilisme de façade. Il s’agira ainsi d’interroger la façon dont la conjoncture historique contemporaine imprégnée de la question sécuritaire s’articule aux technologies de gouvernement local par la peur et « l’inquiétude » (Bigo, 2005). Comment sous les apparences de la lutte anti-terroriste ou de la croisade contre la corruption, s’opère la neutralisation des initiatives visant à refonder le débat sur les questions sociales et la démocratie ?

Deux moments sont en effet importants dans ce que le discours de la rue qualifie de « rupture dans la continuité » de l’exercice du pouvoir au Cameroun. Il y a d’abord la « lutte anti-corruption » commencée en 2004, alors que le Cameroun visait l’atteinte du point d’achèvement du FMI et de la Banque Mondiale pour l’éligibilité à l’« Initiative pays pauvres et très endettés » (PPTE). Les institutions de Bretton Woods étaient loin de se douter de l’opportunité offerte au régime de Yaoundé. La croisade alors engagée par le régime de Paul Biya s’est traduite par l’arrestation d’une partie des hauts dignitaires du parti dominant, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), dont certains avaient occupé les plus hautes responsabilités. Du Premier ministre au ministre des finances en passant par celui de la santé, le secrétariat général à la présidence de la république ou encore la direction générale de la compagnie nationale aérienne, « L’opération épervier » a frappé des têtes de premier plan. Affublée du label d’un rapace familier, cette opération d’envergure est elle-même devenue une modalité de la gouvernance locale par la menace et le chantage à l’arrestation. Cette initiative a ainsi permis au système d’intensifier le contrôle qu’il exerce sur l’ensemble des forces sociales du pays. Si les noms des personnalités publiques dites « éperviables » rejoignent d’autres actualités en Une des journaux de listes (Awondo, 2012), la corruption demeure paradoxalement un problème de fond dans l’ensemble de la société, reconnu comme tel par les sommets de l’État.

Par ailleurs les attaques de la secte Boko Haram, déclinées par le pouvoir sous le vocable de la « menace terroriste », ont permis de relancer la machine sécuritaire et la prohibition des mobilisations. Le code pénal adopté en 2016 semble ainsi un instrument politique taillé pour répondre à Boko Haram tout en limitant davantage les manifestations et autres rassemblements publics. Il devient désormais difficile voire dangereux de poser des questions sociales sans être soupçonné de porter atteinte à l’ordre public ou d’exercer une activité « terroriste ».

Nous faisons pourtant l’hypothèse que sous sa situation d’état stationnaire, des dynamiques nouvelles travaillent le contexte camerounais. C’est précisément en étudiant ces dynamiques que ce dossier se propose de saisir l’élan de changement actuel dans ce pays dans lequel il est publiquement énoncé qu’« on ne change pas ce par quoi le changement est arrivé ». Quels sont éléments qui permettent de comprendre les mécanismes par lesquels le chef de l’État maintient le contrôle des élites et assure sa longévité ? Quelles sont articulations entre les échéances économiques adossées sur l’extraversion et la ventilation du personnel politique au plan national ? Sur quel ethos repose le maintien de l’ordre politique dans un contexte social de plus en plus fragilisé ? Quels sont les rapports entre la « menace terroriste » et d’autres dynamiques relatives aux débats intergénérationnels, au rôle des diasporas, par exemple, vis-à-vis desquelles la méfiance est forte ? Pour répondre à ces questions, les contributions s’articuleront autour des trois axes suivant :

  1. « Nouvelles crises » et État de droit au Cameroun

Dans le contexte actuel, la « question anglophone » et la « menace terroriste » apparaissent comme des points d’entrée originaux et éclairant pour tenir ensemble deux dimensions de la situation camerounaise : les activités visant à protéger l’État de droit, d’une part ; et, de l’autre, le déploiement des techniques et méthodes, parfois par-delà ou en dépit de l’ordre constitutionnel, visant à contrer les acteurs d’une crise de nature à entraîner l’implosion de la société. De façon concrète, on peut imaginer que l’adoption d’un nouveau code pénal et d’un nouveau code de procédure pénale en 2016, par exemple, prétendaient servir le premier élément. Le redéploiement d’un arsenal juridique et sécuritaire, l’aggiornamento des techniques et méthodes visant à assurer l’emprise du pouvoir sur la totalité de la société participent du deuxième élément.

Il s’agit alors d’envisager les derniers événements politiques et sociaux au Cameroun, non comme un moment de rupture, mais comme une entrée de re-problématisation, durant laquelle l’exercice de la puissance publique est mis à l’épreuve des valeurs de l’État de droit et des principes démocratiques. En explorant la thématique de l’État de droit au Cameroun, le dossier entend souligner combien cette question s’est transformée dans sa formulation suivant des événements et moments critiques internes (tensions autour de la réforme du code pénal, liberté de presse etc.) ou externes (attaques et incursions de Boko Haram aux frontières du Cameroun).

Il convient d’explorer de nouveau les détours par lesquels les débats autour de la construction démocratique passent et se réinventent. Les « nouvelles crises » seraient ainsi un analyseur des rapports de pouvoirs (Foucault, 2013) pouvant permettre de révéler sous un jour nouveau ce qui semble enseveli dans les routines camerounaises de la « légitime défense » (Linhardt et Moreau de Bellaing, 2005).

  1. De la question politique à la question sociale : la nécessaire inversion heuristique

Qu’est-ce qui empêche de poser les questions sociales du moment au Cameroun d’une façon sereine ? Pourquoi les réformes des secteurs aussi importants que l’éducation et l’enseignement supérieur, le logement ou la santé ont-elles tant de mal à être formulées dans l’espace public ? En quoi la surpolitisation de la vie publique camerounaise a-t-elle affecté la mise en œuvre des politiques sociales post ajustement ? Aborder la question camerounaise sous cet angle permet d’effectuer un renversement heuristique nécessaire au renouvellement de la connaissance sur ce pays. Au cours des dernières décennies, l’essentiel de la discussion intellectuelle s’est concentré sur la question politique avec notamment la figure annonciatrice du président Biya ou du système qu’il incarne. En suivant ce courant de lecture majeur, les analystes de tous bords ont fait le jeu de la surpolitisation des enjeux sociaux au Cameroun. La question politique (débats identitaires et ethniques, enjeu de gouvernance, élections, État de droit et justice, etc.) a pris le pas sur la question sociale et sur celle des inégalités économiques et régionales. Evidemment un lien ténu relie les deux pôles mais la surpolitisation des enjeux économiques doit être mise en parallèle avec les évolutions macroéconomiques qui confrontent le pays à l’économie-monde, sur fond d’encadrement des institutions financières internationales.

Une réflexion fondamentale est à mener sur le poids des pesanteurs du politique et de l’État en rupture avec les forces locales et diasporiques porteuses de dynamiques de transformation sociale. Des tensions sont par exemple perceptibles dans le domaine des coalitions des secteurs privé et public. Les entrepreneurs privés doivent composer avec les élites du parti-État qui tentent de tirer profit des investissements dans tous les secteurs de l’économie, impactant alors d’une façon nocive le développement du pays. Ces constats sont avérés dans la quasi-totalité des domaines socioéconomiques et notamment dans celui des investissements en lien avec les réformes de l’eau et de gestion urbaine (Nantchop, 2015). Ces situations expliquent en partie les collisions entre les marchés informel et formel, favorisant ainsi la montée des réseaux de l’État en constant redéploiement (Hibou, 1998).

La logique qui sous-tend ce cercle vicieux procède d’un faisceau large au-delà de la corruption. La prévarication et la monétarisation des relations sociales, y compris au sein des services publics atteignent des stades tels qu’il est permis de renouveler l’hypothèse de « l’État néo-patrimonial » (Médard, 1992 ; 1981), de confirmer au Cameroun, aujourd’hui deux fois plus qu’hier, « la politique du ventre » (Bayart, 1989) et d’ouvrir un débat froid sur « l’un des systèmes de gouvernement parmi les plus opaques, les plus centralisés et les plus prosaïque de l’Afrique postcoloniale »2. Il est permis de penser que cette situation participe en même temps du « sauve-qui-peut » et de la régulation des élites dont l’allégeance au régime constitue à leurs yeux une tentative de se protéger des affres de l’Epervier et/ou d’une alternance politique, par hypothèse. Un renouvellement du regard sur des questions telles que l’éducation, l’accès au logement, la santé, peut nous renseigner sur la situation camerounaise, entre paradoxes, continuités et orthodoxie conservatrice menée par la figure d’un chef qui contrôle la circulation des élites comme Poutine en Russie et contrôle la pérennité de son régime comme Le Prince de Machiavel.

Un indicateur atteste de la plongée du Cameroun dans des zones d’incertitudes sociales. Le Cameroun est un des 14 pays dans le monde dont les indicateurs de mortalité maternelle n’ont pas connu de progrès significatifs depuis 1990. Autrement dit, en atteignant le seuil symbolique de 1 000 décès de femmes à l’accouchement pour 100 000 naissances vivantes le Cameroun présente un indicateur de santé qui est celui des pays ayant connu de longues crises (Sierra Leone, RDC, Tchad) et se place en dessous de pays ayant moins de ressources humaines et matérielles que lui (Mali, Bénin, par exemple).

  1. Réformer dans une ambiance de « fin de règne » : la gouvernance de la neutralisation

Comme la majorité des pays africains, l’État camerounais conduit des réformes post ajustement sous la houlette des institutions financières internationales (le FMI et la Banque mondiale). Cette co-construction de l’action publique s’effectue avec une kyrielle de partenaires : bilatéraux, privés, non-gouvernementaux et associatifs dans ce qu’il est convenu de nommer « la matrice de l’action publique en Afrique » (Eboko, 2015). Au-delà de la propagande sur le thème des « grandes réalisations », ces réformes révèlent un jeu qui énonce un équilibre paradoxal du champ politique au Cameroun, que nous appelons la gouvernance de la neutralisation. Il s’agit d’un jeu à somme nulle qui consiste à neutraliser toute velléité d’émergence d’une figure incarnant l’idée de « succession » au sein de la majorité présidentielle. Cette gouvernance suppose que les personnalités politiques aient accès aux ressources publiques en mettant en scène et en priorité leur allégeance au régime, au-delà des mandats, missions et responsabilités dont ils/elles ont la charge. En effet, porter une réforme expose les responsables à une double contrainte dans laquelle seul l’échec peut ne pas avoir de conséquence politique. Réussir une réforme qui a induit la gestion d’un portefeuille financier place les autorités qui en ont la charge dans la posture potentielle de la figure de la réussite qui constitue un danger politique.

Dans ce cadre, il serait utile de documenter, à froid, comment sont construites et gérées politiquement des réformes ou des politiques publiques, des réussites et des échecs dont les conséquences consacrent une logique politique inédite. En effet, aucune des grandes catastrophes qui ont marqué la déliquescence de certains secteurs n’ont donné lieu à une sanction exemplaire venue des sommets de l’État ou de la justice. En revanche, le contraire est récurrent. Un ministre des finances limogé après avoir réussi la négociation avec le FMI en 1997 et suite à la conférence de presse qu’il a « osé » organiser pour rendre compte de ces négociations au grand public. Un ministre de la santé limogé puis incarcéré suite à la mise en œuvre avec les partenaires internationaux de la gratuité des médicaments contre le sida en 2007. La conjonction des choix politiques liés au contrôle de la circulation des élites et les délits de droit commun « autorisés » par la vacuité de ce que les économistes nomment « la qualité de la dépense » représente une des marques du système. Les exemples dans ce sens sont légion. Ils sont rares dans le sens inverse, où des scandales en tous genres concernant le système de santé, les transports, le système éducatif, les prisons, etc. se soldent par un retour au silence politique après l’annonce « d’enquêtes » dont les résultats sont rendus publics soit tardivement dans l’indifférence générale3.

Deux ordres de faits peuvent éclairer ce phénomène. La prudence du pouvoir renforce la dimension stationnaire d’un État que paralyse en partie une fin de règne sans cesse annoncée. Ensuite, la reconfiguration du jeu politique, aussi bien du côté des partis dits d’opposition que du rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) au pouvoir, constitue un élément important de la situation actuelle. L’imminence des élections présidentielles de 2018 a donné lieu depuis 2015 à un affrontement discret mais réel entre forces rivales à l’intérieur du parti-État. Depuis la fin d’année 2015 des « appels et contre-appels du peuple » régionalisés souvent portés par les élites du parti en faveur « du candidat naturel Paul Biya » se sont multipliés créant des tensions entre les big men du parti. Ces véritables concours de la voix la plus autorisée pour signer ou faire signer l’« appel », ou même du meilleur énoncé en soutien au candidat-président dessinent un échiquier de recompositions fractionnelles qui sans nul doute seront au centre de la transition. Dans l’opposition, le Social Democratic Front de Ni John Fru Ndi a explosé en plusieurs tendances, ce dernier, touché par le syndrome du « père fondateur » (Ela, 1990 ; Mbembé, 2001) ayant par ailleurs probablement perdu définitivement toute crédibilité au-delà de son fief régional. Des figures mi- anciennes ou mi- nouvelles font leur entrée dans la course à la prochaine présidentielle. Maurice Kamto, universitaire et ancien ministre de l’actuel régime, est en lice. Il en de même, plus récemment de l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun et ex vice-président de Amnesty International, Maître Akere Muna, anglophone et fils de l’ancien vice-président du Cameroun fédéral (Solomon Tandeng Muna). Ces personnalités et des candidats plus jeunes tentent de refonder une opposition éclatée. Quelles réflexions suggèrent ces repositionnements à la veille de cette fin de cycle annoncée et sans cesse renouvelée de « l’ère Biya » ?

Les domaines prioritaires mais non exhaustifs pour lesquels des contributions seraient nécessaires relèvent notamment des jeux politiques au sein des projets et réformes qui concernent des infrastructures portuaires (la construction et la place du port en eaux profondes de Kribi qui vise à suppléer le port autonome de Douala), la politique pénitentiaire et la justice, le système éducatif, le système de santé, etc.

Dans cette perspective, il s’agit également de mettre en exergue le rôle de la variable d’ajustement qu’est la France dans les partenaires des réformes que mène le Cameroun. Alors qu’intellectuels, journalistes et citoyens camerounais cultivent un discours musclé vis-à-vis de celle-ci, le Cameroun offrait aux entreprises françaises une place particulièrement privilégiée dans la gestion des grandes réformes. Pour autant, ce mécanisme tutélaire semble se dissoudre avec l’avènement de nouveaux partenariats. Quels sont les mécanismes et les faits qui expliquent ce paradoxe, si tant est qu’il soit réel ? La transformation de la dette de Yaoundé vis-à-vis de Paris a donné lieu au « Contrat Désendettement Développement » (le C2D) qui finance plusieurs secteurs. Quels sont les leviers par lesquels se reconfigurent la diplomatie française dans les relations internationales du Cameroun qui se sont largement diversifiées ?

Les propositions d’articles (1 page) sont à envoyer aux coordinateurs du dossier (fred.eboko@wanadoo.fr et pawondo2005@yahoo.fr) d’ici au 30 novembre 2017.

Calendrier :

  • 30 novembre 2017 : envoi des propositions aux coordinateurs

  • 15 décembre 2017 : notification aux auteurs des propositions retenues

  • 1er mars 2018 : envoi des articles retenus au le comité de rédaction de la revue (50 000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

  • Juin 2018 : publication du numéro.

Références bibliographiques

Abéga Séverin Cécile, « La presse et l’État, l’exemple des procès sur l’homosexualité au Cameroun », Terroirs, n° 1-2, 2007.

Awondo Patrick, « médias, politique et homosexualité au Cameroun, retour sur la construction d’une controverse », Politique africaine, n°126, 2012, p. 69-85.

Bigo Didier, « La mondialisation de l’insécurité ? Réflexions sur le champ des professionnels de la gestion des inquiétudes et analytique de la transnationalisation des processus d’insécurisation », Culture & Conflits, n°58, p. 53-101.

Bayart Jean-François, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

Bayart Jean-François, « La société politique camerounaise », Politique africaine, 22, 1986, p.5-36.

Bayart Jean-François, Geschiere Peter, Nyamnjoh Francis, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale n° 10, 2001, p. 177-194.

Courade George, Sindjoun Luc « Le Cameroun dans l’entre-deux », Politique africaine, 62, 1996, p. 3-14.

Eboko Fred, « Les élites politiques au Cameroun. Le renouvellement sans renouveau ? », In Daloz J.-P., Le (non-) renouvellement des élites en Afrique subsaharienne, Bordeaux, CEAN, p. 99-133.

Eboko Fred, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à la globalisation des politiques publiques, Paris, Karthala, 2015.

Éboussi Boulaga Fabien, La démocratie de transit au Cameroun, Le Harmattan, Paris, 1997

Foucault Michel, 2013, La société́ punitive : cours au Collège de France, 1972-1973, Paris, France, EHESS/Gallimard/Seuil.

Fraser Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Paris, La Découverte, 2005

Geschiere Peter, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala, 1995

Hibou Béatrice, « Retrait ou redéploiement de l’État », Critique Internationale n°1, – automne 1998, p. 151-168.

International Crisis Group, Cameroun : la menace du radicalisme religieux, Rapport Afrique, N° 229, 3 septembre 2015.

  • Cameroun : mieux vaut prévenir que guérir, Briefing Afrique, N° 1°1, septembre 2014.

  • Cameroun : les dangers d’un régime en pleine fracture, Rapport Afrique, N° 161, 24 juin 2010.

  • Cameroun : État fragile ?, Rapport Afrique, N° 160, 25 mai 2010.

Linhardt Dominique et Moreau De Bellaing Cédric, 2005, « Légitime violence ? Enquêtes sur la réalité de l’État démocratique », Revue française de science politique, 2005, Vol. 55, no 2, p. 269‐298.

Mehler Andreas, « Cameroun : une transition qui n’a pas eu lieu », in Jean-Pascal Daloz et Patrick Quantin, Eds, Transitions démocratiques africaines, Paris, Karthala, 1997, p. 95-138.

Mbembé Achille, « Pouvoir des morts et langage des vivants. Les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun », Politique africaine, 22, 1986, p. 37-73.

Mbembé Achille, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000.

Médard Jean-François, « L’État néo-patrimonial », in J.-F. Médard (dir.), États d’Afrique, Karthala, 1991.

Médard Jean-François, « L’État sous-développé au Cameroun », Année africaine, 1977, Paris, Pedone, 1979, p. 35-84.

Médard Jean-François, « L’État clientéliste transcendé ? », A livre ouvert, discussion autour de l’ouvrage de Jean-François Bayart, L’État au Cameroun, Politique africaine, n° 1, mars 1981 : 120-124.

Nantchop Tenkap, « L’action publique urbaine à l’épreuve des réformes du service d’eau à Douala (Cameroun) », Géocarrefour, 90/1 | 2015, p. 61-71.

Pigeaud Fanny, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala, « Les terrains du siècle », 2011.

Pomerolle Marie-Emmanuelle, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, 2008, p. 73-94.

Roessler Philip, Ethnic politics and state power in Africa. The logic of the coup-civil war trap, Cambridge University Press, 2011.

Sindjoun Luc, L’État ailleurs. Entre noyau dur et case vide, Paris, Economica, 2002.

1 Par exemple, il existe dans la recherche anglophone au Cameroun une abondante production sur les enjeux identitaires et de représentativité politique, mais aussi sur les enjeux économiques qui est peu prise en compte par les chercheurs francophones locaux et vice versa. La bibliographie sur la crise anglophone du point des chercheurs anglophones compilée par Francis Nyanmjoh est à ce sujet instructive. Voir le lien : http://www.ascleiden.nl/news/reading-list-anglophone-crisis-and-internet-shutdown-cameroon

2 Achille Mbembe, « Au Cameroun, le crépuscule d’une dictature à huis clos », Le Monde Afrique, le 09 octobre 2017 : En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/09/au-cameroun-le-crepuscule-d-une-dictature-a-huis-clos_5198501_3212.html#HXw803hR2kVK6WT3.99

3 21 octobre 2016, un accident ferroviaire fait une centaine de morts à Eséka (entre Yaoundé et Douala) et des centaines de blessés ; 12 mars 2017 : une femme de 31 ans ; enceinte de jumelles est éventrée par sa belle-sœur qui tente de sauver les enfants suite au décès de la mère. La scène se passe aux portes de la maternité de l’Hôpital Laquintinie de Douala ; 5 mai 2007 : le vol 507 de la compagnie Kenya Airways disparait des radars quelques minutes après son décollage de l’aéroport international de Douala. L’épave n’est retrouvée que 3 jours plus tard ; 114 morts. Les autorités kenyanes arrivent sur le lieu du drame avant les responsables camerounais. Le ministre camerounais des transports de l’époque argue pour sa défense et sans ciller qu’il était dans son village pour préparer les élections au titre du parti dominant.

Cameroon: the stationary State

Cameroon: the stationary State

Guest editors:

Fred Eboko & Patrick Awondo

PolitiqueAfricaine_CFP_Cameroon_Stationary state

In 1986, Politique africaine dedicated a dossier to the “awakening of Cameroon” and analysed the consequences of the 1984 political crisis in the aftermath of a coup attempt against the then young President Paul Biya (Bayart, 1986). A decade later, in 1996, the same journal pondered on the effects of “democratisation” that had plunged Cameroon into a « no man’s land » (Sindjoun and Courade, 1996). The dossier threw light on the « scars » and broken lines in a country rife with tensions, and where part of the « unfinished business » in the colonial years (Mbembé, 1996), through the Anglophone question, was still interfering with the present.

Since then, the « demobilisation » of the political opposition movements of the 1990s (Pomerolle, 2008, Eboussi, 1997), or the « renewal without revival » of the political elite (Eboko, 1999) during a « transition that did not take place » (Mehler, 1997) has combined with endemic corruption (Abéga, 2007) to keep the country in a state of hibernation. While the signs of implosion often loom large and observers keep announcing Cameroon’s dislocation since the 1990s (see International Crisis Group, 2010a, 2010b, 2014, 2015), Paul Biya’s regime has survived through successive adaptive processes. Whether characterised as « under-developed » (Médard, 1977), « neo-patrimonial » (Médard, 1979), « authoritarian » (Mbembé, 2001), « post authoritarian » (Pomerolle, 2008), « wizardly » (Geschiere, 1995) or simply « absent » (Pigeaud, 2011), the regime has thwarted all prognoses for three decades. This resilience the regime has mustered by force and way of deception seems to confirm Bayart’s Gramscian hypothesis on the continuity of the « hegemonic bloc » (Bayart, 1989), whose apparent vulnerability contrasts with a life expectancy President Biya described recently as: « power lasts not for those who want, but those who can ». This “State from elsewhere” deserves analysis also on its « periphery », which relativizes the power in Yaounde’s command centre (Sindjoun, 2002), to propose approaches for unpacking “local” political complexities amid the generalized imbalance of the territory, the localized regional claims, and political control over « passive revolutions » (Bayart, 1989).

Although this central African nation was one of the most studied in Africanist social sciences between 1970 and 1990, its relative political stability, unending agony and the anomic nature of its social and economic life have impaired a revival of political, social and economic thinking in the last decade. With Cameroon espousing the profile of a country torn linguistically between French and English, researchers have difficulty to dialogue1. This dossier attempts to rise above the « francophone/anglophone » divide and associate the two trends in intellectual and scientific production around one and the same discussion.

This task becomes even more pressing because of two topical issues: the return of the Anglophone question to the national and international public arena in 2016, and the emergence of a terror front masterminded by Boko Haram in ways that have been destabilizing part of the country’s northern regions since 2014. Alongside these two challenges, the presidential elections are due in 2018 and could be the last for the incumbent, should he decide to run. Paradoxically, a close look at the situation in Cameroon shows that the authorities at Etoudi have come out stronger, rather than weaker from these situations. They benefit, on one side, from the counter-terrorism mechanism which provides for regime of exception and strengthens social control, while, on the other, making it easier to govern a territory divided by « ethno-political exclusion » (Roessler, 2016; Bayart, Geschiere and Nyanmjoh, 2001). Consequently, the centre of power in Yaounde seems to have become more popular in public opinion in Eastern Cameroon, despite the claims made at the international level by part of the English-speaking political minority, for it has succeeded to position itself as the ultimate bulwark against the dual threat posed by Boko Haram’s « terrorists » and opponents the president himself refers to as « sorcerer’s apprentices » who want to divide Cameroon. This major line of argument feeds on conspiracy theory and plots, which have spread beyond any measure of common sense and make Cameroon look, rightly or wrongly, like a country that invents enemies for itself whenever it cannot rise above the bonded freedoms and endless social coma in the domestic landscape. What can we make of these moments of crisis and what do they tell us about the state of Cameroon? How can these breaches opening up in Cameroon’s dormant landscape help us rethink the dynamics in this country?

This dossier offers some insights on how to read contemporary Cameroon through a range of different lenses in order to explain the apparent tension between a state we will refer to as « stationary » and transformations in the exercise of power that are taking place behind a façade of inaction. It is the way we use to look at how contemporary historical issues around security are coupled with local government mechanisms by evoking fear and « worry » (Bigo, 2005). The question then is, how are initiatives to refocus the debate on social issues and democracy being neutralized under the guise of the fight against terrorism or the crusade against corruption?

Two moments are quite important in what public commentators call « transformations in continuity » in the exercise of power in Cameroon. First, there is the « fight against corruption », initiated in 2004 as Cameroon was striving to reach completion point in eligibility for the « Highly Indebted Poor Country” (HIPC) initiative of the IMF and the World Bank. The Bretton Woods institutions could not have imagined they had offered an opportunity to the Yaounde regime. The crusade that the Biya regime unleashed thereafter led to the arrest of some of the top dignitaries of the ruling party, Cameroon People’s Democratic Movement (CPDM), including some of those in high office. From the Prime Minister to the Minister of Finance, the Minister of Health, the Secretary General of the Presidency of the Republic and the General Manager of the National Airline, « Operation Sparrow Hawk » (L’opération épervier) cracked down on several top officials. Labelled with the name of a familiar bird of prey, this extensive operation itself became a method of conducting local governance through threats and blackmail about arrests. The initiative therefore enabled the system to intensify the control it had over all the social forces in the country. While the names of “arrestable” public figures made newspaper headlines (Awondo, 2012) alongside other events, corruption continued to be a fundamental problem across the society, and one that was recognized as such in the highest echelons of the State.

Moreover, Boko Haram’s attacks, which the regime calls a « terrorist threat », have made it possible to revive the security machine and prohibit mass public organisation. The Penal Code adopted in 2016 seems, in this light, to be a political instrument for countering Boko Haram, and also for limiting demonstrations and other public gatherings. It has since become increasingly difficult or even dangerous to raise social questions without appearing to be a threat to public security or to be engaging in « terrorist » activity.

We nonetheless submit the hypothesis that underneath this stationary state, new dynamics are at work inside Cameroon. It is precisely by studying such dynamics that this dossier will attempt to elucidate how the momentum of change is now operating in this country where people openly claim that « one does not change the means by which change happened ». What are the elements that can help us understand the mechanisms by which the head of state maintains control over the elite and continues to hang on to power? What are the linkages between economic obligations based on extraversion and the disaggregation of political staff at the national level? What is the ethos that underpins the maintenance of political order in an increasingly enfeebled social context? What ties exist between the « terrorist threat » and other dynamics pertaining to intergenerational debates and the role of the diaspora, for example, which raises strong mistrust? Our responses to these questions will focus on the following three areas:

  1. New crises” and rule of law in Cameroon

In the current context, the « Anglophone question » and the « terrorist threat » offer original and enlightening entry points into two dimensions of the situation in Cameroon. On one hand, there are activities to protect the rule of law; while, on the other, there are techniques and methods used, sometimes beyond or in spite of constitutional order, to counteract actors in a crisis with the potential to cause an implosion of the society. Concretely, one may assume that the adoption of a new penal code and a new code of criminal procedures in 2016, for example, was intended to respond to the former, while the redeployment of a legal and security arsenal, the aggiornamento of techniques and methods to tighten the grip of power over the whole of society, was dedicated to the latter.

The point here, therefore, is to look at the latest political and social events in Cameroon, not as a moment of abrupt change, but as the entry point to a re-problematisation process, during which public power is put to the test on values for the rule of law and democratic principles. In exploring matters pertaining to the rule of law in Cameroon, the dossier attempts to underline just how far this issue has been transformed in its formulation depending on the critical moments and events happening internally (tensions around penal code reform, freedom of the press, etc.) or externally (Boko Haram attacks and raids along the borders of Cameroon).

There is need to once again explore the different pathways that have been used to shape and reinvent debate and discourse around democratic construction. The « new crises » would then be an analyser of power relations (Foucault, 2013) that makes it possible to reveal in a new light what seems to be buried in Cameroon’s routine steps for « legitimate defence » (Linhardt and Moreau de Bellaing, 2005).

  1. Shifting focus from political to social issues: the necessary heuristic reversal

What prevents us from raising current social issues in Cameroon in a serene manner? Why is reform in sectors as important as education and higher learning, housing or health so difficult to put out in the public space? How has the over-politicisation of public life in Cameroon affected the delivery of social policies in the post-adjustment era? Addressing issues on Cameroon from this perspective creates the premise for a heuristic reversal that is necessary for the renewal of knowledge on this nation. Over the past decades, intellectual discourse has, for the most part, been focused on political issues, especially with the heralding figure of President Biya or the system he embodies. By pursuing this major line of thought, analysts from all sides have played into the over-politicisation of social issues in Cameroon. Political issues (debates on identity and ethnic origin, governance, elections, rule of law and justice, etc.) have taken precedence over the issues of social life, and over economic and regional inequalities. Obviously, a tenuous link exists between the two areas, but the over-politicisation of economic issues should happen in parallel with the macro-economic transformations facing the country in the global economy, against the backdrop of supervision from international financial institutions.

Fundamental research has to be conducted on the weight of harmful political and State practices inconsistent with local and diaspora forces driving the dynamics for social transformation. Tensions are perceptible, for example, in the field of private and public sector coalitions. Private entrepreneurs have to deal with elites in the party-state who try to benefit from investments in all sectors of the economy, despite the harmful consequences for the country’s development. Such findings have been confirmed in almost all areas of social and economic life, and particularly in investments for reform in the water sector and urban management (Nantchop, 2015). These situations in part explain the collisions between the informal and formal markets, and contribute to the emergence of state networks in constant redeployment (Hibou, 1998).

The logic behind this vicious circle comes from a spectrum broader than corruption. The prevarication and monetarization of social relations, even within public departments, has skyrocketed to such levels that it is possible to renew the hypothesis of « the neo-patrimonial state » (Médard, 1992, 1981), to confirm that in Cameroon today, two times more than yesterday, the “politics of the belly” (Bayart, 1989) is at play, and to open a thorough debate on « one of the most opaque, most centralized and most prosaic systems of government in postcolonial Africa”.2 There is reason to think this situation derives, at the same time, from the « attitude of avoidance » and the regulation of elites, who see their allegiance to the regime as a way of protecting themselves from the dangers of Opération Épervier and/or a hypothetical change in political power. Taking a renewed outlook on issues such as education, access to housing and health, can enlighten us on the situation in Cameroon amid the paradoxes, continuities and conservative orthodoxy from a leader who controls the elites in the way Putin does in Russia, and masterminds his regime’s longevity like Machiavelli’s The Prince.

One indicator attests to Cameroon’s downward spiral into social uncertainty. Cameroon is one of the 14 countries worldwide where indicators on maternal mortality have recorded no significant progress since 1990. In other words, Cameroon has reached the symbolic threshold of 1000 maternal deaths for every 100,000 live births. This health indicator is the same in countries that have experienced long-term crises (Sierra Leone, DRC, Chad) and positions Cameroon below countries with less human and material resources (Mali, Benin, for example).

  1. Reforming under a “reign nearing its end”: the governance of neutralization

Cameroon, like most African countries, is conducting reforms in the post-adjustment era under the auspices of the international financial institutions (the IMF and the World Bank). This co-construction of public action is carried out with a stream of partners, including bilateral, private, non-governmental and civil society partners in what is now known as the « matrix of public action in Africa » (Eboko, 2015). Beyond the propaganda about « milestone achievements », these reforms show there is a paradoxical balance in Cameroon’s political landscape that we call the governance of neutralization. This is a zero-sum game that consists in neutralizing any effort for the emergence of a figure embodying the idea of « succession » in the president’s majority party. This governance assumes that political figures have access to public resources by staging and prioritizing their allegiance to the regime beyond the mandates, missions and responsibilities they have. Indeed, conducting reform exposes the officials to a two-pronged constraint, where only failure may not have any political consequence. Conducting a successful reform that entails management of a financial portfolio places the authorities responsible for it in the potential posture of successful figures, which is dangerous politically.

In this context, it would be useful to document how the authorities politically construct and manage public policies or reforms, successes and failures whose consequences enshrine an unprecedented form of political logic. In fact, none of the major disasters that mark the decay of certain sectors has given rise to exemplary sanctions from the top officials in government or the Department of justice. Instead, the opposite is recurrent. A Finance Minister was sacked after he held successful negotiations with the IMF in 1997 and “dared” to organise a press conference to report these negotiations to the general public. A Health Minister was sacked and jailed after he and international partners implemented an initiative in 2007 on free AIDS drugs. The conjunction of political choices for controlling the movement of elites and the common law offences « authorized” by the vacuity of what economists refer to as « quality of spending », is one of the hallmarks of the system. Examples of the sort abound. Rare are those in the other direction, where scandals of all kinds in the health, transport, education, and prisons systems, to name a few, end in silence within the polity after the announcement of « investigations » whose results are published either late or amidst general indifference3.

Two types of facts may shed light on this phenomenon. The authorities’ prudence reinforces the stationary dimension of a state that gets paralysed, in part, by constant announcements about its soon ending reign. Further, the reconfiguration of the political fray, both on the side of the so-called opposition parties and that of the ruling Cameroon People’s Democratic Movement (CPDM), is an important factor in the current situation. The imminence of presidential elections in 2018 has given rise, since 2015, to discreet, yet real confrontation between rival forces within the party-state. Since the end of 2015, an increasing number of regionalized « motions and counter-motions from the people », often driven by party elites in favour of « the natural candidate Paul Biya », are creating tensions among the party bigwigs. These real contests on who will be the most authorised voice to sign or get others to sign the « motion », or even the best statement in support of the presidential candidate, uncover a landscape with the recomposition of fractions that will undoubtedly be central to the transition. On the side of the opposition, Ni John Fru Ndi’s Social Democratic Front has split into several factions and this latter, hit by the « founding father » syndrome (Ela, 1990; Mbembé, 2001) has probably and definitely lost all credibility beyond his regional stronghold. Figures who are partly old and partly new have entered the presidential campaign race. Maurice Kamto, an academician and former minister of the current regime, is one of them. Likewise, but more recently, the former president of the Cameroon Bar Association and former vice-president of Amnesty International, Barrister Akere Muna, an anglophone and the son of the former vice-president of Cameroon (Solomon Tandeng Muna) followed suit. These younger dignitaries and candidates are trying to rebuild a broken opposition force. What ideas are emanating from this repositioning in the build-up to the announced end and constantly renewed reign of the « Biya era »?

The priority, but not exhaustive areas where contributions would be required concern the political manoeuvres within projects and reforms that concern port infrastructure (the construction and commissioning of the Kribi deep-water port to support the Douala autonomous port), prison policy and justice, the education system, the health system, etc.

With this in mind, there is need also to highlight France’s role as an adjustment variable among partners for the reforms Cameroon is conducting. While Cameroonian academicians, journalists and citizens were cultivating a hard-line narrative vis-à-vis France, Cameroon was offering French companies a particularly privileged position in the management of major reforms. This mechanism of tutelage seems however to be falling apart with the advent of new partnerships. What are the mechanisms and facts that explain this paradox, if it is real at all? The transformation of the debt burden Yaounde owes to Paris has given rise to the « Debt Reduction-Development Contract » (C2D) which finances several sectors. What are the leverage points by which French diplomacy is being reconfigured in Cameroon’s international relations which have been on an extensively diversifying trend?

Proposals for articles (1 page) should be sent to the dossier coordinators (fred.eboko@wanadoo.fr and pawondo2005@yiahoo.fr) by 30 November 2017.

Timeline:

  • 30 November 2017: send proposals to the coordinators

  • 15 December 2017: authors of selected proposals are notified

  • 1st March 2018: send selected articles to the journal’s editorial board (50 000 characters, spaces and footnotes included)

  • June 2018: publication.

Bibliography

Abéga Séverin Cécile, « La presse et l’État, l’exemple des procès sur l’homosexualité au Cameroun », Terroirs, n° 1-2, 2007.

Awondo Patrick, « médias, politique et homosexualité au Cameroun, retour sur la construction d’une controverse », Politique africaine, n°126, 2012, p. 69-85.

Bigo Didier, « La mondialisation de l’insécurité ? Réflexions sur le champ des professionnels de la gestion des inquiétudes et analytique de la transnationalisation des processus d’insécurisation », Culture & Conflits, n°58, p. 53-101.

Bayart Jean-François, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

Bayart Jean-François, « La société politique camerounaise », Politique africaine, 22, 1986, p.5-36.

Bayart Jean-François, Geschiere Peter, Nyamnjoh Francis, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale n° 10, 2001, p. 177-194.

Courade George, Sindjoun Luc « Le Cameroun dans l’entre-deux », Politique africaine, 62, 1996, p. 3-14.

Eboko Fred, « Les élites politiques au Cameroun. Le renouvellement sans renouveau ? », In Daloz J.-P., Le (non-) renouvellement des élites en Afrique subsaharienne, Bordeaux, CEAN, p. 99-133.

Eboko Fred, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à la globalisation des politiques publiques, Paris, Karthala, 2015.

Éboussi Boulaga Fabien, La démocratie de transit au Cameroun, Le Harmattan, Paris, 1997

Foucault Michel, 2013, La société́ punitive : cours au Collège de France, 1972-1973, Paris, France, EHESS/Gallimard/Seuil.

Fraser Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Paris, La Découverte, 2005

Geschiere Peter, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala, 1995

Hibou Béatrice, « Retrait ou redéploiement de l’État », Critique Internationale n°1, – automne 1998, p. 151-168.

International Crisis Group, Cameroun : la menace du radicalisme religieux, Rapport Afrique, N° 229, 3 septembre 2015.

  • Cameroun : mieux vaut prévenir que guérir, Briefing Afrique, N° 1°1, septembre 2014.

  • Cameroun : les dangers d’un régime en pleine fracture, Rapport Afrique, N° 161, 24 juin 2010.

  • Cameroun : État fragile ?, Rapport Afrique, N° 160, 25 mai 2010.

Linhardt Dominique et Moreau De Bellaing Cédric, 2005, « Légitime violence ? Enquêtes sur la réalité de l’État démocratique », Revue française de science politique, 2005, Vol. 55, no 2, p. 269‐298.

Mehler Andreas, « Cameroun : une transition qui n’a pas eu lieu », in Jean-Pascal Daloz et Patrick Quantin, Eds, Transitions démocratiques africaines, Paris, Karthala, 1997, p. 95-138.

Mbembé Achille, « Pouvoir des morts et langage des vivants. Les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun », Politique africaine, 22, 1986, p. 37-73.

Mbembé Achille, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000.

Médard Jean-François, « L’État néo-patrimonial », in J.-F. Médard (dir.), États d’Afrique, Karthala, 1991.

Médard Jean-François, « L’État sous-développé au Cameroun », Année africaine, 1977, Paris, Pedone, 1979, p. 35-84.

Médard Jean-François, « L’État clientéliste transcendé ? », A livre ouvert, discussion autour de l’ouvrage de Jean-François Bayart, L’État au Cameroun, Politique africaine, n° 1, mars 1981 : 120-124.

Nantchop Tenkap, « L’action publique urbaine à l’épreuve des réformes du service d’eau à Douala (Cameroun) », Géocarrefour, 90/1 | 2015, p. 61-71.

Pigeaud Fanny, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala, « Les terrains du siècle », 2011.

Pomerolle Marie-Emmanuelle, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, 2008, p. 73-94.

Roessler Philip, Ethnic politics and state power in Africa. The logic of the coup-civil war trap, Cambridge University Press, 2011.

Sindjoun Luc, L’État ailleurs. Entre noyau dur et case vide, Paris, Economica, 2002.

1 For example, anglophone researchers have produced abundant literature on issues of identity and political representativeness, as well as on economic issues, which is hardly taken into account by local francophone researchers and vice versa. The bibliography on the anglophone crisis, published from anglophone researchers’ perspective as compiled by Francis Nyanmjoh, is instructive in this regard. See link: http://www.ascleiden.nl/news/reading-list-anglophone-crisis-and-internet-shutdown-cameroon

2 Achille Mbembé, « Au Cameroun, le crépuscule d’une dictature à huis clos », Le Monde Afrique, 9 October 2017: Further reading at http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/09/au-cameroun-le-crepuscule-d-une-dictature-a-huis-clos_5198501_3212.html#HXw803hR2kVK6WT3.99

3 21 October 2016, a train accident causes over a hundred casualties at Eseka (between Yaounde and Douala) wounding hundreds; 12 March, 2017: a 31-year-old woman, pregnant with twins, is disembowelled by her sister in law who was trying to save the children in the dead mother’s womb. The event took place at the entrance to the maternity section of Laquintinie hospital in Douala; 5 May, 2007: Kenyan Airways flight 507 disappears from the radar of the airport authorities a few minutes after take-off from Douala international airport. The wreckage is found only 3 days later; 114 casualties. Kenyan authorities get to the scene of the tragedy before Cameroonian officials. Cameroon’s Transport Minister at the time argues, in shameless self-defence, that he was in his village to prepare for elections on behalf of the ruling party.

Séminaire du CERI : Angola 2017 : l’hégémonie du MPLA à l’épreuve des urnes

Mardi 3 octobre | 11h00

Table ronde organisée dans le cadre du Groupe de recherche « Afrique : citoyenneté, violence et politique », en partenariat avec la revue Politique africaine

avec

Ricardo Soares de Oliveira, Oxford Universty, chercheur associé au CERI

Didier Péclard, Université de Genève, co-rédacteur en chef de Politique africaine

Chloé Buire, CNRS-Les Afriques dans le Monde, Bordeaux

Discutante : Juliana Lima, Université Paris 1

Modérateur : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Responsable scientifique : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Credit photo : Brandan Reynolds,  avec l’aimable autorisation de l’auteur

CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle de conférences

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (ci-dessous)

En cas de difficulté, vous pouvez vous enregistrer sur http://www.sciencespo.fr/ceri/evenements/

Planifier en Afrique

Depuis 2000, la lutte contre la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), remplacés par les Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, ont induit l’emploi d’une ingénierie planificatrice censée permettre un retour du volontarisme en matière économique et sociale en rupture avec la rigueur macroéconomique de l’ajustement structurel 1 . Après des décennies 1980 et 1990 dédiées à la privatisation et à la « décharge 2 », les interventions directes de l’État sont à nouveau au goût du jour. L’« inclusion », devenue un des nouveaux mots d’ordre des organisations internationales depuis les printemps arabes de 2011, se traduit par la mise en place de subventions à la consommation, de programmes d’emploi de jeunes chômeurs, de programmes de transferts sociaux aux « pauvres 3 ». Sur le plan économique, les bureaucraties étatiques font de l’attraction des investisseurs internationaux un enjeu prioritaire, et elles revitalisent en conséquence les directions, agences ou commissariats en charge de la promotion de l’investissement, lancent des programmes d’infrastructure, d’aménagement du territoire, de développement des communications, accompagnées en cela par les organisations internationales, qui ont remis l’investissement public au cœur de leur doctrine 4 .

Ces changements doivent être pris au sérieux. Alors que de nombreux observateurs considéraient que « tout changeait pour que tout reste pareil 5 » au moment où sonnait la fin officielle de l’ère de l’ajustement structurel, l’entrée dans le nouveau siècle a ouvert une période de pluralisation des pratiques et des discours économiques en Afrique. Les procédés néolibéraux de la « gestion axée sur les résultats » se sont généralisés dans la conduite des politiques publiques du continent. L’emploi de nouvelles techniques est susceptible de transformer les formes de la citoyenneté et de la justice sociale : des transferts publics sont désormais alloués à des individus identifiés par des procédés de « ciblage » socioéconomique, tandis que le financement des programmes de développement n’intervient qu’après des « expérimentations aléatoires 6 » sur des groupes cibles, parfois pour tester les chances de modifier leurs comportements 7 . Les taux de croissance élevés affichés par de nombreux pays du continent permettent en outre au « transformisme » de l’État africain 8  de se renouveler, comme le suggèrent les cas du Rwanda, du Mozambique ou de l’Éthiopie, promoteurs d’un style de gouvernement fondé sur des héritages autoritaires mais aussi chantres d’une Afrique « émergente », et à ce titre pays modèles pour le développement 9 . Cette évolution fait débat sur le continent : les faux-semblants des rhétoriques de l’émergence sont aussi en cause dans les révolutions du Burkina Faso ou de la Tunisie, où l’inégalité et l’injustice sont apparues comme les corollaires des discours officiels de ces « bons élèves » de l’aide (voir l’interview de Kako Nubukpo dans ce dossier).

Pour éclairer le sens que peuvent recouvrir de telles transformations, le présent dossier étudie les pratiques africaines de la planification. Par planification, nous entendons les techniques quantitatives, les modèles et les procédures utilisés pour la formulation des politiques économiques et sociales. Étudier ces procédés techniques par le biais des sciences sociales, c’est questionner les « façons d’agir sur l’économie » qui mettent en lien les outils économiques et de quantification, les manières de penser la société et les interventions de l’État 10 . Les savoirs et ingénieries du développement forment des technologies de gouvernement 11 . Que nous révèle la planification des processus de formation de l’État en Afrique ? En quoi les pratiques de la planification structurent-elles les relations sociales et politiques et les modes de gouvernement en Afrique ? Les techniques récemment apparues sont-elles le signe de l’avènement de nouvelles formes d’interventions ?

Les trajectoires de la planification depuis le colonialisme tardif

Évoquer le plan, c’est bien sûr faire référence à la planification centralisée qui, dans l’après-guerre, entend employer des modèles scientifiques pour piloter les politiques nationales et impulser des transformations économiques et sociales. En Afrique, ces techniques sont associées au développementalisme qui prévaut du colonialisme tardif aux années 1970. Le Colonial Development and Welfare Act de 1940 dans l’Empire britannique et l’institution du Fonds d’investissement économique et social (Fides) dans l’Empire français en 1946 engagent la confection de plans, supports des nouvelles politiques d’équipement et de développement. L’époque, marquée par le Plan Marshall et l’essor de la planification et du keynésianisme en Europe, connaît dans les colonies une multiplication de grèves et de mouvements sociaux qui sont la manifestation d’une demande sociale pressante 12 . Plus tard, dans la période qui suit les indépendances, l’élaboration de plans, quasi-généralisée, incarne la souveraineté. Ceux-ci sont la clé de voûte des projets de transformation des sociétés qui, socialistes ou capitalistes, entendent rompre avec le pouvoir colonial en même temps que promouvoir le développement.

Au terme des années 1970, de multiples bilans estiment que les plans n’ont pas produit les résultats escomptés 13 . En pleine crise de la dette, la dénonciation des systèmes de planification contribue à justifier les orientations libérales des programmes de stabilisation, puis d’ajustement structurel 14 . Elle est aussi au cœur de la désillusion vis-à-vis des théories de la dépendance, y compris pour l’OUA (Organisation de l’unité africaine) et la CEA (Commission économique pour l’Afrique) qui se rapprochent des positions des institutions de Bretton Woods au milieu des années 1980 ((J. Ravenhill, « Adjustment with Growth : A Fragile Consensus », The Journal of Modern African Studies, vol. 26, n° 2, 1988, p. 179-210.)) . Utiliser le terme de planification pour évoquer l’Afrique contemporaine peut dès lors sembler anachronique. Avec l’établissement d’une hégémonie de la pensée macroéconomique orthodoxe, la promotion du laisser-faire et l’emploi des technologies néolibérales de la privatisation, la raison planificatrice peut sembler avoir été reléguée à un passé révolu. Une telle lecture est pourtant normative et insuffisante. Les décennies 1980 et 1990 sont un moment où s’opère une diffraction bien plus qu’un abandon des approches de la planification. Les effets de la rigueur drastique des politiques économiques du début des années 1980, menées sous la houlette du FMI, obligent à redonner très vite une place à la croissance et à l’investissement public dans les pays africains, pour piloter les projets et relancer les politiques sociales notamment 15 . Des politiques d’éducation ou de santé, considérées comme prioritaires, sont de manière croissante couplées aux politiques d’ajustement. En outre, les outils évoluent : la conduite d’enquêtes sociales et sur la pauvreté devient régulière sous l’égide de la Banque mondiale 16 , tandis que la France, capitalisant sur les technologies élaborées au cours des années 1970 par des organismes paraétatiques – comme la Sedes (Société d’études pour le développement économique et social) mentionnée ici par Louise Barré par exemple –, promeut des outils de programmation de l’investissement public ou des modèles macroéconomiques fondés sur une conception plus keynésienne que celle promue par le FMI 17 . Les mesures du développement sont en outre questionnées, à l’instar du Pnud qui conteste la prééminence de la croissance en publiant l’indice de développement humain à partir de 1990. Les nouvelles doctrines libérales ouvrent enfin la voie à un important renouveau dans l’approche du développement, en donnant un rôle de premier plan à l’amélioration de l’efficacité de la dépense au détriment du volontarisme. L’interventionnisme étatique est donc refaçonné, contrairement à la vulgate néolibérale qui suppose la disparition de l’État 18 .

On peut le formuler de manière plus générale : les innovations de la planification n’ont cessé de participer des transformations des modes de gouvernement africains depuis le milieu du xxe siècle. Dans les années 1960, les théories de la modernisation américaines ou les coopérations techniques avec les pays socialistes s’étendent au gré des coopérations nouées par les jeunes États et favorisent l’importation de techniques par l’Afrique. En période de guerre froide, ces innovations contribuent à la constitution des imaginaires économiques et sociaux sur le sous-développement, le panafricanisme ou l’avènement d’une société capitaliste 19 . Des approches du développement sont aussi élaborées pour promouvoir l’unité africaine 20 . En 1962 en outre, l’Institut africain de développement économique et de planification (Idep) est créé à Dakar sous l’égide des Nations unies 21 . À compter des années 1970 est initiée l’importation des outils dérivés des réformes américaines de la planification et du budget (réformes connues sous le nom de Planning, Programing and Budgeting System), qui finissent, dans les années 2000, par reformuler toute la terminologie du développement autour de la question de la « gestion axée sur les résultats ». Quant aux années 2000, elles connaissent un retour en force des techniques et de la terminologie de la planification volontariste : cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté promus par la Banque mondiale, plans d’atteinte des OMD, stratégies d’accélération de la croissance sont au centre de la gestion publique des pays africains. Comme le remarque Kako Nubukpo dans le présent numéro, un mouvement historique de réhabilitation de l’État 22 , à la fois lié à la fin de l’ajustement structurel et à la crise financière de 2008, a récemment permis aux États africains de réintroduire le long terme dans la formulation de leurs politiques, ce qui s’est notamment traduit par un foisonnement de stratégies « d’émergence » sur le continent 23 .

La planification est aussi demeurée un site majeur d’énonciation du politique dans les pays dits « en développement ». La figure de l’État planificateur, au cœur de répertoires et d’imaginaires politiques, y reste un horizon de pensée : mémoires de l’État bienfaiteur, frustration de son affaiblissement sous le coup de l’ajustement, ou appel au retour du volontarisme développementaliste orientent les demandes d’État et les débats publics 24 . Comme l’ont démontré Vincent Bonnecase et Daniel Speich en outre, les outils techniques, comme le calcul de la croissance ou les objectifs sociaux par exemple, véhiculent des imaginaires du progrès 25 . Dans les travaux administratifs, comme dans les imaginaires politiques, le « Plan » recoupe donc une réalité sociale et politique multiforme. Il est d’ailleurs symptomatique que les administrations en charge de la programmation des politiques et des investissements puissent aujourd’hui être désignées par le terme de « plan », et leurs fonctionnaires par celui de « planificateurs », dans des pays qui ne possèdent plus officiellement de direction du même nom, comme je l’ai observé en Mauritanie. À l’inverse, l’importance du passé planificateur et développementaliste peut aussi être oubliée, comme le défend Alden Young pour le Soudan contemporain 26 . Mais pour lui cet oubli est le signe d’une difficulté à admettre le rôle progressiste et modernisateur que l’État a joué dans le passé de ce pays, ce qui confirme en creux le rôle de la planification dans les trajectoires et les imaginaires historiques.

« Chaînes planificatrices » : la multiplicité des pratiques et des acteurs

Ce dossier ne considère donc pas que les formes de « planification centralisée » promues lors de la période développementaliste doivent constituer l’idéal-type auquel tout questionnement sur le plan se rapporte. Outre le fait que la planification semble désigner un ensemble changeant au cours de l’histoire, elle renvoie à des approches plurielles et peu aisées à circonscrire. À l’époque de la planification centralisée déjà, de multiples définitions normatives de ce que doit être un « bon plan » existaient, qu’il s’agisse de la planification impérative d’inspiration soviétique 27 , de la planification indicative 28 , de la planification développementaliste liée aux théories de la modernisation 29   ou des plans inspirés des théories de la dépendance 30 . Ces différentes approches ne renvoient pas aux mêmes conceptions. Le sens donné aux objectifs n’est par exemple pas le même : dans la planification impérative, ils fondent un principe d’autorité, le futur devant advenir conformément à ce qui a été décidé (comme dans le texte de François Enten sur l’Éthiopie contemporaine) ; dans la planification d’une économie libérale, ou dans la planification indicative, l’État tente de faire tendre l’économie vers un certain équilibre, en incitant les acteurs à effectuer des choix optimaux, comme sur des marchés 31 , ainsi que le montre Geoffrey Traugh à propos de la figure des « agriculteurs maximisateurs » au Malawi. Les pays africains ont eux aussi développé des modèles spécifiques de planification lors de l’indépendance, certains d’entre eux ayant notamment cherché à redéfinir une science économique plus adaptée aux environnements africains, contrairement à la planification coloniale 32 . Les acceptions normatives de ce qui relève de la planification peuvent aussi changer : ainsi les prix ont été un des éléments essentiels des plans jusqu’aux années 1970, les États corrigeant les imperfections du marché par leur biais 33 . Mais, depuis que la recherche de la « vérité des prix » a guidé les politiques durant l’ajustement structurel, agir sur les prix est considéré comme du ressort d’une politique sociale ou d’aide à des filières (d’où l’invention de la notion de « subvention 34 »). Les techniques planificatrices peuvent encore être portées par des acteurs divers, notamment privés : pour la planification marxiste, dans les années 1960, la gestion des entreprises est une question centrale 35 . Les techniques de gestion des entreprises se sont évidemment immiscées au cœur de la formulation des politiques nationales, par exemple l’emploi du « cadre logique 36 », tout comme les procédés financiers (cas des fonds d’investissement agricole documentés par Antoine Ducastel 37 ). Dans de nombreux pays en outre, le travail technique peut être réalisé par des cabinets de conseil, comme l’évoque le texte de Kako Nubukpo. Aussi, analyser les interventions menées au nom de la planification demande-t-elle de comprendre un ensemble de pratiques vaste, changeant et aux contours flous.

Le raisonnement par le biais de « modèles » ou d’idéaux-types n’est donc pas pertinent. Le présent dossier entend échapper aux écueils des jeux de catégorisation en ayant recours à trois approches méthodologiques. Premièrement, en approchant les travaux de planification dans les cadres sociaux spécifiques qui leur ont donné naissance. Les mêmes outils ont des significations très différentes selon les contextes dans lesquels ils s’insèrent. Un cas classique est la comparaison que fait Alain Desrosières entre les plans néerlandais et français des années 1950 aux années 1970, pour lesquels les modèles macro-économiques jouent par exemple des rôles très différents : aux Pays-Bas, ils sont vus comme producteurs de vérités objectives, alors qu’en France ils servent à réunir les acteurs sociaux autour d’un chiffre, fût-il simpliste, pour engager le dialogue  38 . Comme le montre ici Kako Nubukpo, les usages et techniques des planifications africaines peuvent aussi être comparées d’un pays à un autre et saisies dans les significations propres qu’elles revêtent.

Deuxièmement, le dossier s’intéresse aux « chaînes planificatrices 39  », les modes de « vulgarisation » doivent aussi être considérés pour aborder la planification : les discours officiels des États, les productions des médias ou encore les travaux des partis et des associations contribuent à la légitimation des politiques économiques ; ils les relaient, se les approprient et les réinventent en une pluralité de lieux. Les critiques des discours planificateurs, les controverses qu’ils suscitent ou dans lesquels ils s’insèrent forgent aussi les rapports sociopolitiques induits par les plans. C’est ce que montre Geoffrey Traugh en évoquant les tentatives de constitution d’une figure d’« agriculteur maximisateur » au Malawi, qui se heurte aux refus des paysans, lesquels opposent des alternatives et des demandes précises au gouvernement. L’étude du « hors-champ » n’est pas seulement importante pour informer sur des contextes, mais également pour prendre en compte le rôle des ingénieries étatiques dans les situations de changement, d’instabilité ou de conflit, en étudiant en quoi la planification participe des renégociations du politique 40 . Il s’agit aussi de rendre compte avec justesse de l’influence qu’ont les plans et leurs données sur les sociétés concernées. Les modalités d’appréciation des besoins et la répartition de l’aide en Éthiopie (Enten), les taux de rendement fantaisistes calculés par la Banque mondiale au Malawi (Traugh), les chiffres de population en Côte d’Ivoire (Barré) ou les imprécisions des travaux des administrations économiques dans la période de l’indépendance au Kenya (Speich) construisent le monde social par les chiffres et y font circuler des grandeurs. Aussi, « débusquer la planification dans des endroits inattendus » en cherchant à saisir les occurrences plurielles auxquelles elle donne lieu permet de comprendre la planification par ses usages largement disséminés 41 .

Ces choix de méthode ont une conséquence importante. Il serait tentant d’évoquer l’existence d’une « résurgence planificatrice », en considérant que les techniques de la planification actuelles sonnent comme de nouveaux avatars de pratiques plus anciennes : les nouveaux plans réhabilitent par exemple l’objectif d’accélération de la croissance, comme Charles Bettelheim le promouvait déjà dans les années 1960, tandis que le big push remis au goût du jour par Jeffrey Sachs est une rémanence des théories de la modernisation 42 . Mais une telle expression est évidemment trompeuse, tant le volontarisme d’aujourd’hui emploie des procédés renouvelés à même de redéfinir son contenu – il suffit de penser par exemple aux mesures dites « à gain rapide » (« quickwins » en anglais), peu onéreuses, identifiées par les organisations internationales et mises en œuvre à grande échelle, comme la distribution de moustiquaires imprégnées pour lutter contre le paludisme 43 .

De la formation de l’État à la co-construction entre statistiques et monde social

Travaillant hors de l’Afrique, Alain Desrosières a avancé l’idée que les travaux de quantification « tiennent » lorsqu’ils sont légitimés par des conventions socialement validées. Theodore Porter a pour sa part montré que les techniques statistiques ont structuré les conceptions de la vérité et de la scientificité dans l’action économique en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni depuis le xixe siècle 44 . Ces travaux reviennent à considérer que les mesures statistiques, les façons de penser le monde social et l’action de l’État sont dans un rapport de « co-construction ». Pour avoir une valeur sociale, les conventions de calcul doivent susciter la confiance, en résultant de processus historiques qui les légitiment. Ceci conduit même Alain Desrosières à comparer la confiance dans les chiffres à la confiance dans la monnaie  ((A. Desrosières, « Du réalisme des objets de la comptabilité nationale », in A. Desrosières, Gouverner par les nombres…, op. cit., p. 267-269.)) .

Dans de nombreuses situations africaines, l’existence d’un rapport de co-construction entre les relations sociales et les pratiques de la quantification et de l’ingénierie économique ne va pas de soi. La vision (macro)économiciste de l’ajustement a contribué à rendre hégémonique un savoir technique qui élude souvent les réalités économiques et sociales du continent 45 . Le fait que les représentations chiffrées ne peuvent être satisfaisantes à cause des activités informelles, par définition non enregistrées et qui ne peuvent être estimées que de manière fragile, a été largement accepté. Dès lors, quelle portée et quel contenu donner à la notion de co-construction en Afrique, et dans quelle mesure est-elle utile pour comprendre les trajectoires politiques sur le continent ?

Les réponses apportées par le présent dossier sont nuancées. Les textes font ressortir le fait que la planification participe des processus de formation de l’État. Le texte de Geoffrey Traugh sur le Malawi post-indépendance, rejoignant les travaux de Ferguson 46 , met en évidence que les modèles de la Banque mondiale véhiculent des représentations des agriculteurs qui sont très éloignées de leurs comportements et de leurs aspirations effectives, apparaissant comme des packages formatés, désincarnés et sourds aux réalités du continent. Mais il montre aussi que les calculs et les plans ainsi élaborés suscitent le rejet des agriculteurs, si bien qu’ils conduisent à une adaptation des programmes et des actions au gré des luttes et des controverses. Plans et relations sociales et politiques suivent dès lors un processus concomitant de formation. Il rappelle ainsi qu’il est possible d’observer une co-construction même lorsque les catégories et les méthodes que les procédés technocratiques emploient ne sont pas considérées comme légitimes pour refléter ou orienter le monde social 47 . Kako Nubukpo suggère pour sa part que si les politiques de développement d’inspiration internationale sont souvent « hors-sol », avec des conséquences très palpables (notamment en produisant l’exclusion de ceux qui ne sont pas comptés et représentés par les chiffres), la planification a la possibilité de devenir un outil pour le dialogue social et le lieu d’expression d’attentes par les citoyens. Dans un pays comme le Togo, les concertations autour de plans peuvent par exemple donner plus de « voix » aux citoyens que le vote. Dans la gestion des politiques alimentaires éthiopiennes présentée par François Enten, le gouvernement oriente et fabrique des chiffres au gré de ses priorités – et en faisant valoir son autorité –, mais il enrôle ce faisant un ensemble d’acteurs de la chaîne administrative et du parti dans leur construction, à différents échelons hiérarchiques et territoriaux. Leurs contributions à la mise en nombres façonnent l’accès aux denrées de l’aide 48 .

Les plans sont par ailleurs susceptibles de contribuer au renouvellement des pactes sociopolitiques. Les réformes et les programmes de développement menés à partir de 1940 dans les empires français et britanniques ont par exemple répondu à d’amples mouvements sociaux, tout en participant de l’émergence d’un nouveau traitement des questions sociales, notamment autour du travail  ((F. Cooper, Décolonisation et travail en Afrique…, op. cit., p. xx.)) . Les planificateurs des empires ont aussi posé les bases des compromis sociopolitiques des jeunes nations indépendantes, dont les élites étaient largement imprégnées des théories de la modernisation élaborées dans les années 1950 49 . Les textes du dossier l’illustrent également. Daniel Speich le fait sur le Kenya, en expliquant comment les élites nationales kenyanes se saisissent des débats et des savoirs internationaux sur la planification pour affirmer leur légitimité et leur compétence pour diriger le pays. Dans la jeune Côte d’Ivoire indépendante décrite par Louise Barré, les administrations, de plus en plus préoccupées par la croissance économique, se tournent vers la promotion du capitalisme et du marché aux dépens des politiques de population, et leur emploi des techniques d’enquête par sondage redéfinit la place des citoyens au sein d’une communauté et d’un espace national 50 . Geoffrey Traugh montre comment l’intervention des experts de la Banque mondiale, relayée par les autorités politiques locales, fait évoluer le lien entre agriculteurs et État au Malawi au nom d’un objectif de diversification de la production (qui n’est par ailleurs jamais atteint). De tels constats valent aussi pour les périodes contemporaines. Durant la période de l’ajustement structurel, Béatrice Hibou a montré comment des groupes politiques ont pu établir leur domination à la faveur des techniques employées pour piloter la libéralisation économique, qui ont permis à des familles ou à des clans d’avoir la mainmise sur les marchés d’importation ou les anciennes entreprises publiques 51 . Et, sur l’Éthiopie du xxie siècle, François Enten fait ressortir le fait que la maîtrise des techniques de gestion de l’aide alimentaire permet à l’appareil bureaucratique de redéfinir les procédés de contrôle, du plus haut niveau aux plus petites divisions administratives. Si son analyse met en évidence qu’en employant de nouvelles techniques, l’État reconduit des relations de pouvoirs construites sur la longue durée, au contraire, chez Louise Barré ou Daniel Speich, l’emploi d’innovations transforme la sociologie des administrations et participe de la transformation de l’espace national.

La figure de l’État ingénieur, pilote de l’économie et du social, a souvent été éludée des représentations véhiculées à propos du continent 52 , les débats internationaux et les travaux universitaires étant plus enclins à relever les insuffisances et l’opacité des techniques économiques qu’à en analyser les effets sociaux et politiques 53 . La sociologie de la quantification a aujourd’hui beaucoup à apporter pour analyser les trajectoires africaines. L’usage néo-libéral des indicateurs, qui structure désormais la planification en Afrique, conduit par exemple à des difficultés comparables à celles qui sont observées ailleurs. François Egil qualifie l’édifice des ODD (dont les indicateurs sont désormais au nombre de 244 contre 48 avec les OMD) de nouveau « palais de cristal 54  », et Morten Jerven montre qu’il y a très peu de chances que ces indicateurs soient un jour renseignés, notamment parce que le coût en serait bien trop élevé 55 . Ils participent de la sorte d’un mouvement plus global dans lequel aux mesures classiques de la statistique se substitue un foisonnement d’indicateurs de performance, souvent obscurs, qui ne manque pas de susciter des questionnements politiques sur les nouvelles manières de gouverner par les chiffres 56 .

In fine, si la sociologie historique du politique et une part importante de l’histoire africaniste ont montré que la posture d’analyse la plus pertinente pour étudier les transformations de l’État était d’en analyser les processus pluriels de formation, en mettant en lumière l’ensemble des temporalités, des actions qui contribuent à le façonner, le présent dossier montre que les ingénieries de la « construction de l’État », qui portent notamment la planification, méritent d’être prises en compte. En travaillant sur la planification, il s’agit bien de travailler sur des objets construits, et dont le geste de construction importe 57 .

Une ingénierie bricoleuse

Analyser les formes de gouvernement induites par l’ingénierie planificatrice sur le continent demande de ne pas voir dans l’existence de bricolages de la quantification un obstacle à l’analyse sociale et politique. L’État fait face, depuis le colonialisme tardif, à une pénurie de données et à un grand flou quant à la manière de mettre en œuvre les concepts statistiques. Dans des textes classiques portant sur le Nigeria, Wolfgang Stolper et Paul Mosley, respectivement aux moments de l’indépendance et du début de l’ajustement structurel, évoquent tous deux les difficultés et les nécessités du pilotage macroéconomique en l’absence de « données » (« without facts », expression qui désigne à la fois les chiffres et leur capacité à éclairer le réel 58 ). Les calculs économiques réalisés pour la planification ont été l’objet de débats et de controverses incessantes du fait du manque de fiabilité des méthodes, dans les deux premières décennies suivant l’indépendance 59 , dans la période de l’ajustement structurel 60 , ou au xxie siècle 61 . Les planificateurs et les statisticiens n’ont de toute façon pas vraiment d’autre choix que de s’en remettre à des estimations fragiles : comme le résume Geoffrey Traugh dans une belle formule, qui vaut bien au-delà de son cas d’étude, ils sont dans la situation de devoir produire des plans « ambitieux, avec peu de données, et dans des délais courts ».

Une telle situation n’est pas spécifique à l’Afrique : le calcul macro-économique repose sur une part de bricolage, de « cooking » selon l’expression d’un des grands historiens et épistémologues de la mesure macroéconomique, Marcel Boumans 62 . Ceci n’empêche pas que les conventions de mesure et les normes puissent servir de référence au cours du calcul, de sorte que les nombres, même bricolés, peuvent être porteurs d’un cadre de pensée inhérent à l’ordre social 63 . Le FMI ou la Banque mondiale, qui ont participé avec les États aux travaux macroéconomiques africains depuis l’ajustement structurel, ne cachent d’ailleurs pas que les statistiques qu’ils contribuent à établir sont le produit de jugements, voire de négociations. L’anthropologue Richard Harper a montré que le bon économiste au FMI est celui qui sait faire preuve de « jugeote » dans la formulation de ses données et diagnostics, rejoignant les descriptions de Stolper sur le Nigeria ou de François Fourquet sur la France 64 . Tel est le métier du statisticien, dont les travaux simplifient le réel, mais constituent pourtant des outils de gouvernement opératoires 65 . Resituer les travaux planificateurs dans l’histoire des sociétés africaines depuis la colonisation revient alors à analyser des séries d’arrangements, de jeux de composition, d’utilisation de ficelles. Ainsi dans le présent dossier, Daniel Speich rappelle que, dans les colonies de l’Empire britannique, la planification a plus souvent été annoncée que réalisée, et que les travaux étaient en permanence lacunaires ou inachevés. Au Kenya, l’indépendance fait cependant évoluer cette situation, le jeune État étant poussé à produire des données nationales d’une manière plus assidue, tout en étant confronté aux mêmes difficultés techniques. In fine, le gouvernement post-indépendance apparaît mieux à même de porter le projet planificateur que l’administration impériale. Le texte de François Enten montre également qu’une histoire des bricolages peut être entreprise : prolongeant la description des « panachages de méthodes » qu’il avait entreprise à propos des campagnes d’aide alimentaire de 2004 et 2005 en Éthiopie, il défend l’idée que les innovations apportées aux SAP modifient la nature des opérations de calcul et le gouvernement par les chiffres, aujourd’hui plus sophistiqué qu’auparavant. Louise Barré explique pour sa part comment les difficultés de calcul d’indicateurs démographiques dans la Côte d’Ivoire des années 1950 pousse dans les années 1960 à l’emploi des nouvelles méthodes – des enquêtes par sondage qui rendent possible le calcul de la productivité dans le secteur du cacao. Le redéploiement qu’elle décrit influe sur la relation des citoyens à l’autorité administrative, puisqu’il contribue à l’arrêt, au moins temporaire, des décomptes exhaustifs de population 66 . Les textes du dossier incitent ainsi à entreprendre une ethnographie des méthodes empiriques pour saisir la construction des relations sociales et politiques autour des chiffres. Geoffrey Traugh expose les conséquences de l’usage de modèles contestables dans la planification des politiques agricoles au Malawi : le projet Tsabango qu’il décrit a pour objectif de contraindre les agriculteurs à s’adapter à de nouveaux comportements économiques et à être plus proches du modèle de l’« individu maximisateur » à même de tirer parti des fonctionnements du marché. Le bricolage quantificateur qui résulte de l’emploi de cette abstraction est largement non pertinent pour orienter l a production agricole, mais il est le vecteur par lequel s’exerce un pouvoir. Les techniques économiques servent ainsi à exercer une discipline qui paraît injuste, voire arbitraire, aux yeux des agriculteurs. À l’inverse, pour Kako Nubukpo, le fait que les plans d’émergence africains soient fragiles ne les condamne pas à rester des vecteurs d’arbitraire : dans l’Afrique contemporaine, l’ingénierie planificatrice de la prospective peut trouver son utilité dans l’instauration d’un dialogue autour de l’action étatique. Il n’est pas besoin pour cela que des descriptions quantifiées sophistiquées soient convoquées : tout comme Alain Desrosières, Kako Nubukpo suggère que les chiffres peuvent servir avant tout à rendre des questions « débattables 67  ». La situation qu’il décrit n’est cependant pas univoque : les plans sophistiqués promus par les cabinets de consultants internationaux tournent le dos au continent, tandis que le manque de données est parfois si criant qu’il génère des effets d’exclusion, en rendant des régions, des groupes sociaux ou des phénomènes économiques invisibles. Les « déserts statistiques » du Togo rural peuvent par exemple être la cause d’une absence de prise en compte par la Banque centrale des situations de déflation qui se développent en marge du dynamisme de l’économie urbaine.

Ces travaux économiques « sans faits » sont donc révélateurs des modes de formation de l’État en Afrique. Les tâtonnements des plans incarnent l’exercice du pouvoir par un appareil bureaucratique inachevé 68   et en recherche permanente de solutions de planification satisfaisantes. Le fait qu’ils s’inscrivent dans un temps long – ces bricolages peuvent être étudiés depuis la colonisation 69  – en fait une voie d’accès privilégiée pour étudier les trajectoires historiques. En outre, malgré les improvisations et les tâtonnements qui président à leur mise en œuvre, ils sont porteurs de visions sociales, économiques, politiques, voire d’idéologies.

Les répertoires politiques et imaginaires de la planification

La planification africaine est amplement critiquée pour son élaboration de représentations hors-sol, mais elle est porteuse d’imaginaires politiques qui structurent les sociétés dans lesquelles elle est employée. Dans les années 1960, les plans incarnent la volonté de rupture avec les colonisateurs, ainsi qu’avec une Afrique « traditionnelle » et passéiste, suivant en cela le schéma de pensée dualiste des théories de la modernisation, comme le rappelle le texte de Geoffrey Traugh 70 . Le langage de la planification devient parfois afro-centré, comme au Ghana, au Mali ou au Kenya 71 , voire nationaliste, comme au Sénégal 72 . Lorsqu’il est président du Conseil au Sénégal entre 1957 et 1962, Mamadou Dia accorde aussi un rôle central à la réforme de l’islam dans sa conception d’une planification nationale, avec notamment pour intention de faire reculer l’influence des marabouts et de permettre au parti de mobiliser les masses dans des travaux nationaux 73 . Aidé par le groupe français Économie et humanisme (notamment les économistes Louis-Joseph Lebret et François Perroux), il imagine un ample projet de transformation national, en reliant la géographie, les structures de production et la vie sociale 74 . Les visions du monde et les débats politiques qui traversent les sociétés africaines entretiennent ainsi des liens étroits avec les projets de planification. L’ampleur de vue qui guide alors les plans n’empêche pas que les langages mathématisés y trouvent leur place, constituant aussi des moyens d’affirmer la capacité des États à orienter scientifiquement l’Afrique nouvellement indépendante 75 . Ces constatations ne décrivent pas seulement l’imagination de la période des indépendances. Lorsque l’OUA et la CEA adoptent le Plan d’action de Lagos en 1980, la stratégie que ces organisations proposent aux économies du continent est largement irréaliste, mais elle formule une voie africaine de sortie de crise qui s’inspire des représentations dépendantistes 76 . Et Pascal Zagré peut évoquer une « tradition d’ajustement structurel » en Haute-Volta puis au Burkina Faso, car la frugalité y est une qualité associée au pouvoir et à la chefferie 77 . L’ajustement structurel a bien sûr aussi été le siège de luttes entre conceptions et imaginaires opposés. Au Maroc, la résistance fut telle, lorsque le FMI a poussé le gouvernement à supprimer les subventions sur les prix des produits de base en 1981 et 1984, que les « émeutes du pain » qui s’en sont suivies ont dégénéré et entraîné une des plus graves répressions de l’histoire contemporaine du pays. Le statu quo durera plus de trente ans : la réforme a pu être conduite récemment, grâce au fait que le système de subvention est désormais compris comme un instrument au service du clientélisme et de la corruption étatique 78 . En contrepartie, de nouvelles prestations sociales sont mises en place, comme une couverture maladie pour les populations identifiées comme « pauvres ». Le livre de James Ferguson qui est débattu dans le présent numéro, Give a Man a Fish79 , montre d’ailleurs que les nombreuses nouvelles politiques sociales menées sur le continent, qui instaurent des transferts monétaires, charrient de nouveaux imaginaires de la solidarité. Ces techniques sont importées d’autres continents (en particulier d’Amérique du Sud, notamment du Brésil), mais elles sont réappropriées dans les trajectoires historiques singulières de l’Afrique.

Les textes rassemblés dans ce numéro confirment que l’État frugal des plans d’ajustement, l’État généreux et social qui promeut un développement volontariste, l’État porteur d’ordre et de maîtrise de l’espace des programmes urbains ne sont pas que des désignations objectives et rationnelles, mais qu’elles véhiculent (et s’insèrent dans) des interprétations et des imaginaires 80 . Chez Louise Barré, Geoffrey Traugh et Daniel Speich, les plans sont censés permettre l’émergence d’un citoyen nouveau. Louise Barré ou Daniel Speich présentent tous deux l’élan de mesure statistique et de planification comme un des moyens par lesquels les pouvoirs nouvellement indépendants entendent promouvoir la constitution d’un nouvel horizon politique post-indépendance, incarnant la souveraineté économique et politique. Pour Kako Nubukpo, la notion d’émergence est suffisamment évocatrice dans de nombreuses sociétés du continent pour permettre de servir d’« alibi » à des gouvernements qui entendent reconduire leurs mandats. Les plans, même irréalistes, ne sont donc pas désincarnés, mais mettent en scène des lectures du monde et du développement, au risque de nourrir les conflits sociaux. En somme, la planification repose sur des imaginaires qui contribuent à la formation des sujets politiques, et elle est au cœur de l’énonciation du politique. Les plans, leurs promesses et leurs mirages, malgré leur caractère abstrait, doivent aussi être saisis dans la présence de ces imaginaires dans la vie sociale et politique, et dans les pratiques des acteurs 81 .

Quelles sources et quelles méthodes pour une sociologie de l’ingénierie économique en Afrique ?

Pour terminer, une question méthodologique doit être posée. Si les outils, les tâches et les métiers de la planification constituent un point d’entrée fécond pour étudier les relations sociales et politiques, comment, pour le chercheur en sciences sociales, accéder à la fabrique de ces procédés techniques ? En France, l’émergence d’une appréhension fine des liens entre économie, statistique et rapports sociaux a été facilitée par l’engagement d’administrateurs de l’Insee (comme Alain Desrosières, Laurent Thévenot ou Robert Salais) qui ont mis leur pratique professionnelle en dialogue avec les sciences sociales. Sur l’Afrique, l’histoire du développement et l’histoire sociale ont été les premiers angles par lesquels les questions liées à la planification ont été abordées 82 . Mais par le passé, des démarches critiques ont aussi guidé les travaux d’experts en développement et de statisticiens qui ont rendu compte de leurs difficultés à appliquer les méthodes quantitatives sur le continent. Le groupe Amira 83 , né dans les années 1970 autour de l’Insee et du ministère français de la Coopération, a en particulier produit nombre de travaux pluridisciplinaires sur les méthodes et les catégories de l’économie et de la statistique en Afrique. Signe de l’importance, mais aussi de la difficulté, de conduire de tels travaux critiques, ce groupe, dont les activités se sont arrêtées au début des années 1990, a démarré de manière officieuse 84 . Bien que le groupe ait arrêté ses travaux au début des années 1990, l’intérêt de sa démarche reste entier. Dans le présent dossier, plusieurs contributions sont le fait de chercheurs qui sont aussi acteurs des plans : Kako Nubukpo a notamment occupé des fonctions de recherche économique dans différentes institutions africaines et des responsabilités politiques au Togo ; François Enten est un anthropologue également acteur de l’humanitaire.

Geoffrey Traugh, Louise Barré et Daniel Speich suivent des démarches différentes, en historiens. L’exploitation des archives permet à Louise Barré de retracer les débats et les priorités changeantes qui entraînent l’évolution des procédés employés par les administrations coloniales, puis par la jeune Côte d’Ivoire indépendante dans la conduite de leurs travaux statistiques. Les archives du Malawi permettent à Geoffey Traugh de documenter non seulement les raisons politiques, techniques et internationales des redéploiements de la planification, mais aussi les critiques que les paysans de ce pays opposent au programme « Tsabango ». De son côté, Daniel Speich tire parti des jeux d’échelles que permet l’histoire globale : il montre comment se tissent des liens indémêlables entre la circulation internationale des idées planificatrices et les nécessités politiques, sociales et administratives liées à la gestion de l’Empire britannique, ainsi que d’une jeune nation indépendante, le Kenya, qui s’empare de la planification dans la période suivant l’indépendance. Ces différentes démarches méthodologiques sont complémentaires et elles contribuent toutes à présenter des fragments des processus de pilotage de l’action étatique, saisis par l’expérience des acteurs, ou par les traces qu’ils ont laissées dans les sources, qui permettent de retracer les procédés en action à différentes échelles 85 .

L’un des apports du présent dossier est de montrer que des démarches diverses permettent de documenter les travaux techniques de la planification et d’analyser leur place dans les trajectoires historiques. En multipliant les points de vue, les terrains et les époques, en interrogeant finement les liens entre la conduite des travaux experts et les relations sociales, il explique en quoi les activités planificatrices constituent des outils de gouvernement en Afrique depuis le milieu du xxe siècle. Il se positionne ainsi dans un débat en cours. Un courant actuel, la nouvelle histoire économique africaine, voit des historiens s’interroger de manière critique sur les chiffres et les procédés de conduite des politiques économiques. Mais ces derniers questionnent surtout ces sources afin de restituer la capacité explicative des données et pour conduire des analyses quantifiées des tendances de l’économie du continent sur la longue durée. En revanche, ils ne se donnent pas les moyens de saisir finement les logiques et les significations sociales et politiques à l’œuvre au cœur de l’ingénierie économique et statistique 86 , ce qui est précisément l’ambition de ce dossier. Les textes présentés ici reflètent néanmoins aussi la difficulté de la tâche, notamment pour disposer de sources locales, et plus encore de sources autres qu’officielles. Le cas documenté par Geoffrey Traugh confirme la possibilité de se situer à la jonction entre les mondes administratifs et les citoyens, ce qui est permis par la richesse des archives qu’il mobilise ; la participation à des travaux d’ONG internationales permet aussi à François Enten d’effectuer des observations anthropologiques et de multiplier les points de vue, en rendant compte des regards des différents acteurs ; les autres textes (Barré, Enten, Nubukpo, Speich) détaillent très finement les procédés et/ou résultats des calculs, et par là les dynamiques qui président à la construction sociale de la réalité par les plans. Le dossier démontre ainsi l’intérêt d’employer une diversité de démarches pour analyser avec acuité la place des nombres dans les trajectoires sociales et politiques, les rationalités dont ils procèdent, les usages qui en sont faits et les significations qui leur sont attribuées.

  1. La préparation du présent dossier a bénéficié de l’organisation d’un colloque du 14 au 16 décembre 2016 par le Centre de recherche économie société culture (Cresc) et la Chaire d’études africaines comparées de l’École de gouvernance et d’économie de Rabat, Université Mohamed VI polytechnique sur le thème « L’État, l’ingénierie, le social. Les techniques économiques dans l’histoire ». Ce colloque a en outre bénéficié du soutien de l’Institut d’études avancées de Nantes, ainsi que de l’Association des chercheurs de Politique africaine (Acpa). Je remercie chaleureusement ces différents partenaires qui ont rendu possible l’élaboration de ce dossier. []
  2. B. Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, n° 73, 1999, p. 6-15. []
  3. J. Ferguson, Give a Man a Fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Durham/Londres, Duke University Press, 2015 ; J.-P. Olivier de Sardan, O. Hamani, N. Issaley, Y. Issa, H. Adamou et I. Oumarou, « Les transferts monétaires au Niger : le grand malentendu », Revue Tiers Monde, n° 218, 2014, p. 107-130 ; I. Bono, « L’activisme associatif comme marché du travail : normalisation sociale et politique par les “Activités génératrices de revenus” à El Hajeb », Politique africaine, n° 120, 2010, p. 25-44. []
  4. Voir par exemple A. Rajaram, T. Minh Le, K. Kaiser, J.-H. Kim et J. Frank (dir.), The Power of Public Investment Management : Transforming Resources into Assets for Growth, Washington, The World Bank, Directions in Development, 2014. []
  5. Par exemple J.-P. Cling, M. Razafindrakoto et F. Roubaud (dir.), Les nouvelles stratégies internationales de lutte contre la pauvreté, Paris, Economica/IRD/Dial, 2003, p. 1-18. ; B. Campbell, « Bonne gouvernance, réformes institutionnelles et stratégies de réduction de la pauvreté : sur quel agenda de développement ? », in J. Fisette et M. Raffinot (dir.), Gouvernance et appropriation locale. Au-delà des modèles importés, Ottawa, Presse de l’université d’Ottawa, 2010, p. 35-56. []
  6. La technique des « essais cliniques randomisés » popularisée par les économistes du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Abhijit Banerjee et Esther Duflo ; voir aussi A. Jatteau, « Expérimenter le développement ? », Genèses, n° 93, 2013, p. 8-28. []
  7. J.-M. Servet, L’économisme rampant de la « nouvelle » économie comportementale. Une lecture critique du World Development Report 2015 de la Banque mondiale, Paris, Institut Veblen, novembre 2015. []
  8. J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 2006 [1989]. []
  9. T. Kelsall, Business, Politics and the State in Africa. Challenging Orthodoxies on Growth and Transformation, Londres/New York, Zed Books, 2013 ; L. Mann et M. Berry, « Understanding the Political Motivations that Shape Rwanda’s Emergent Developmental State », New Political Economy, vol. 21, n° 1, 2016, p. 119-144. []
  10. A. Desrosières, « L’État, le marché et les statistiques : cinq façons d’agir sur l’économie », Courrier des statistiques, n° 95-96, 2000, p. 3-10. []
  11. F. Cooper et R. M. Packard, “Introduction”, in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences : Essays on the History and Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 1-41. []
  12. Ibid. ; F. Cooper, Décolonisation et travail en Afrique : l’Afrique britannique et française, 1935-1960, Paris, Karthala, 2004 ; C. Bonneuil, « Development as Experiment. Science and State Building in Late Colonial and Postcolonial Africa, 1930-1970 », Osiris, vol. 15, n° 1, 2000, p. 258-281 ; C. Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en Afrique noire : idéologie impériale et politique d’investissement, 1924-1975 », Relations internationales, 1976, n° 7, p. 261-282 ; S. Dulucq, La France et les villes coloniales d’Afrique noire francophone : quarante ans d’intervention (1945 -1985), Paris, L’Harmattan, 1997. []
  13. Voir par exemple P. Jacquemot, « Crise et renouveau de la planification du développement », Revue Tiers-Monde, n° 98, 1984, p. 245-268 ; P. Hugon et O. Sudrie, « La crise de la planification africaine : diagnostic et remèdes », Revue Tiers-Monde, n° 110, 1987, p. 407-434 ; M. Diouf, « Senegalese Development : From Mass Mobilization to Technocratic Elitism », in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., p. 291-319 ; G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes quantitatives de la planification en Afrique », Cahiers de l’Orstom, vol. 12, n° 3, 1975, p. 235-248. []
  14. Notamment dans le rapport Berg : E. Berg, Accelerated Development in Sub-Saharan Africa : An Agenda for Action, Washington, Banque mondiale, 1981 ; R. Agawarla, « Planning in Developping Countries : Lessons from Experience », Staff Working Papers n° 576, Management and Development Series n° 3, Washington, Banque mondiale, 1983, préparé pour le Rapport sur le développement dans le monde de 1983. []
  15. P. Jacquemot, « La planification a-t-elle un avenir en Afrique au sud du Sahara ? », Afrique contemporaine, n° 160, 1991, p. 39-54 ; J. Ravenhill, « A Second Decade of Adjustment : Greater Uncertainty, Greater Complexity », in T. Callaghy et J. Ravenhill (dir.), Hemmed In : Responses to Africa’s Economic Decline, New York, Columbia University Press, 1993, p. 18-53. []
  16. L. Fioramonti, How Numbers Rule the World : The Use and Abuse of Statistics in Global Politics, Londres/New York, Zed Books, 2014 ; M. Ward, Quantifying the World. UN Ideas and Statistics, Bloomington, Indiana University Press, 2004. []
  17. B. Samuel, « D’un PIB à l’autre. Une approche sociolopolitique des calculs macroéconomiques en Mauritanie et au Burkina Faso », Stateco, Insee/Dial/Afristat, juin 2017 (à paraître) ; P. Jacquemot, « La planification a-t-elle un avenir… », art. cité. []
  18. B. Hibou, « La “décharge”… », art. cité ; A. Mbembe, « Du gouvernement privé indirect », Politique africaine, n° 73, 1999, p. 103-121. []
  19. J. M. Hodge, « Writing the History of Development (Part 1 : The First Wave) », Humanity, vol. 6, n° 3, 2015 p. 429-463 ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité ; voir aussi J. Andersson, « The Great Future Debate and the Struggle for the World », American Historical Review, vol. 5, n° 117, 2012, p. 1411-1430. []
  20. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education : Economics, Statistics and the State in Ghana, 1948-1966, Thèse de doctorat, Londres, London School of Economics and Political Science, 2015. []
  21. Sous l’influence de Samir Amin, qui en devient directeur en 1970 ; voir « Institut africain de développement économique et de planification Dakar – Sénégal », Africa Development/Afrique et développement, vol. 2, n° 1, 1977, p. 111-119. []
  22. Voir aussi M. Enguéléguélé, « Quelques apports de l’analyse de l’action publique à l’étude du politique en Afrique subsaharienne », Politique et sociétés, vol. 27, n° 1, 2008, p. 3-28. []
  23. N. S. Sylla, « Émerger avec le franc CFA ou émerger du franc CFA ? », in K. Nubukpo, M. Ze Belinga, B. Tinel et D. M. Dembele (dir.), Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, Paris, La Dispute, 2016, p. 159-179. []
  24. G. Lachenal et A. Mbodj-Pouye, « Introduction au thème. Restes du développement et traces de la modernité en Afrique », Politique africaine, n° 135, 2014, p. 5-21 ; V. Bonnecase, « Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey : quels répertoires locaux de la colère ? », Politique africaine, n° 130, 2013, p. 89-111 ; J. Siméant, Contester au Mali : formes de la mobilisation et de la critique à Bamako, Paris, Karthala, 2014. []
  25. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique : de la “réussite économique” du colonialisme tardif à la “faillite” des États africains (v.1930-v.1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62-4, 2015, p. 33-63 ; D. Speich, « The Use of Global Abstractions : National Income Accounting in the Period of Imperial Decline », Journal of Global History, vol. 6, n° 1, 2011, p. 7-28. []
  26. A. Young, « African Bureaucrats and the Exhaustion of the Developmental State : Lessons from the Pages of the Sudanese Economist », Humanity, vol. 8, n° 1, 2017, p. 49-75. []
  27. Pour ce qui est des pays en développement, voir par exemple C. Bettelheim, Planification et croissance accélérée, Paris, Maspero, 1967. []
  28. Par exemple, pour la planification d’inspiration française, voir P. Massé, Le plan ou l’anti-hasard, Paris, Gallimard, 1965 ; F. Perroux, Les techniques quantitatives de la planification, Paris, PUF, 1965 ; pour celle d’inspiration britannique, voir J. Meade, The Theory of Indicative Planning : Lectures Given in the University of Manchester, Manchester, Manchester University Press, 1970. []
  29. Voir par exemple A. Lewis, Développement économique et planification : les aspects essentiels de la politique économique, Paris, Payot, 1968 [1966] ou J. K. Galbraith, Les conditions actuelles du développement économique, Paris, Denoël, 1962. []
  30. Par exemple dans S. Amin, Trois expériences africaines de développement : le Mali, la Guinée et le Ghana, Paris, PUF, 1965. []
  31. G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes… », art. cité ; P. Hugon et O. Sudrie « La crise de la planification africaine… », art. cité. []
  32. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité ; A. Roy, Histoire des représentations paysannes au Mali. Pouvoirs politiques et syndicaux et privatisation de la filière cotonnière, Thèse de doctorat en anthropologie, Paris, EHESS, 2012 ; D. Speich « The Kenyan Style of “African Socialism” : Developmental Knowledge Claims and the Explanatory Limits of the Cold War », Diplomatic History, vol. 33, n° 3, 2009, p. 449-466. []
  33. Voir J. Meade, Plans et prix entre socialisme et libéralisme, Paris, Librairie Marcel Rivière et Compagnie, 1962. []
  34. J. I. Guyer et L. R. Denzer, « Prebendalism and the People : The Price of Petrol at the Pump », in W. Adebanwi et E. Obadare (dir.), Democracy and Prebendalism in Nigeria : Critical Interpretations, New York, Palgrave Macmillan, 2013, p. 53-77. []
  35. Voir le débat dans C. Bettelheim, Problèmes théoriques et pratiques de la planification, Paris, Maspero, 1966 [1946]. []
  36. F. Giovalucchi et J.-P. Olivier de Sardan, « Planification, gestion et politique dans l’aide au développement : le cadre logique, outil et miroir des développeurs », Revue Tiers Monde, n° 198, 2009, p. 383-406. []
  37. A. Ducastel, « Le capital-investissement comme instrument de l’action publique ou la financiarisation du développement en Afrique subsaharienne », Politique africaine, n° 144, 2016, p. 135-155. Voir également O. Vallée, « L’économique africain saisi par la finance », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 67-86. []
  38. A. Desrosières, « Naissance d’un nouveau langage statistique entre 1940 et 1960 », in A. Desrosières, Gouverner par les nombres : l’argument statistique II, Paris, Presses des Mines, 2008, p. 61-78. []
  39. En paraphrasant Alain Desrosières et Laurent Thévenot qui invitent à étudier la « chaîne de production statistique » ; voir L. Thévenot, « From Social Coding to Economics of Convention : A Thirty-Year Perspective on the Analysis of Qualification and Quantification Investments », Historical Social Research, vol. 41, n° 2, 2016, p. 96-117 ; sur l’Afrique, voir A. Labrousse, « Poor numbers. Chaînes statistiques et économie politique du chiffre », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 71, n° 4, 2016, p. 845-878 ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 71, n° 4, 2016, p. 897-922.», en ayant pour souci de faire apparaître les interactions entre la myriade d’acteurs qui participent à la production et à l’usage des plans : services administratifs centraux, sectoriels ou déconcentrés, professionnels de niveaux hiérarchiques divers, informaticiens, économistes, gestionnaires de projets, partenaires financiers, partis, collectivités, etc. L’accent mis sur les chaînes planificatrices permet de prêter attention à l’articulation entre les différents niveaux administratifs qui contribuent à la confection des plans, comme le fait ressortir François Enten en s’intéressant aux systèmes d’alerte précoce (SAP) en Éthiopie. Il permet aussi de rendre compte d’activités qui contribuent à la planification alors qu’elles ne sont pas a priori centrales, comme les chiffres de population décrits par Louise Barré, qui sont employés en Côte d’Ivoire à partir de la fin des années 1950 pour calculer divers ratios sur la productivité agricole. François Enten montre en outre les effets de vases communicants entre la gestion des aides alimentaire d’urgence et les interventions menées au nom du développement agricole sur le moyen et le long terme. Le gouvernement éthiopien les emploie successivement et en combinaison en fonction des priorités politiques du moment.

    Troisièmement, comme le recommandait le dossier consacré par Politique africaine à la « macroéconomie par le bas  ((B. Hibou, B. Samuel (dir.), « Dossier : La macroéconomie par le bas », Politique africaine, n° 124, 2011. []

  40. T. Hagmann et D. Péclard (dir.), Negotiating Statehood : Dynamics of Power and Domination in Africa, Malden, Wiley-Blackwell, 2011. []
  41. Pour une lecture anthropologique de l’approche du futur, voir B. Goldstone et J. Obarrio (dir.), African Futures : Essays on Crisis, Emergence, and Possibility, Chicago, University of Chicago Press, 2017. []
  42. Le modèle d’origine est celui de Paul Rosenstein-Rodan ; voir Projet Objectifs du millénaire des Nations unies, Investir dans le développement : plan pratique pour réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement, Rapport au secrétaire général des Nations unies, New York, Pnud, 2005. []
  43. Voir M. Hunsmann, « Le “plaidoyer fondé sur des preuves” dans l’action sanitaire internationale. Vers un nouveau type d’ingénierie sociale ? », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 10, n° 2, 2016, p. 219-243. []
  44. T. Porter, Trust in Numbers : The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  45. T. Mitchell, « Fixing The Economy », Cultural Studies, vol. 12, n° 1, 1998, p. 82-101. []
  46. J. Ferguson, The Anti-Politics Machine : “Development”, Depolitization and Bureaucratic Power in Lesotho, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1994. []
  47. Voir B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []
  48. De même que dans l’URSS stalinienne décrite par exemple dans A. Blum et M. Mespoulet, L’anarchie bureaucratique. Statistiques et pouvoirs sous Staline, Paris, La Découverte, 2003. []
  49. F. Cooper, « Modernizing Bureaucrats, Backward Africans, and the Development Concept », in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., p. 64-92 ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité. []
  50. Voir aussi V. Bonnecase, La pauvreté au Sahel : du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2011. []
  51. B. Hibou, « Économie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique subsaharienne : du catéchisme économique au fait (et méfait) missionnaire », Les Études du Ceri, n° 39, 1998, p. 1-46 ; voir aussi B. Contamin et Y.-A. Fauré, La bataille des entreprises publiques en Côte d’Ivoire. L’histoire d’un ajustement interne, Paris, Karthala/Orstom, 1990. []
  52. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique… », art. cité ; sur l’État ingénieur, voir A. Desrosières, « L’État, le marché et les statistiques… », art. cité, et en Afrique, A. Labrousse, « Poor numbers… », art. cité. []
  53. Par exemple M. Jerven, Poor Numbers : How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do About It, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2013 ; J. MacGaffey (dir.), The Real Economy of Zaïre : An Anthropological Study, Londres, James Currey, 1991. C’est aussi ce qu’illustre le débat récent sur la « tragédie statistique africaine » lancé par le chef économiste pour l’Afrique de la Banque mondiale, Shantayanan Devarajan. []
  54. F. Egil, « Les Objectifs de développement durable, nouveau “palais de cristal” ? », Politique africaine, n° 140, 2015, p. 99-120. []
  55. M. Jerven, « Benefits and Costs of the Data for Developments Targets for the Post-2015 Development Agenda », Copenhagen Consensus Center Working Paper, n° 16, 2014, Copenhague, Copenhagen Consensus Center. []
  56. A. Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques, Paris, La Découverte, 2014 ; R. Salais, « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évaluation quantitative de la performance », Revue française d’administration publique, n° 135, 2010, p. 497-515 ; M. Morgan, « Poverty Measures : Aggregating Up to Get Back Down Again », IEA de Nantes, conférence du 5 mai 2015 ; R. Rottenburg, S. E. Merry, S.-J. Park et J. Mugler (dir.), The World of Indicators. The Making of Governmental Knowledge through Quantification, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2015 ; B. Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012 ; P. Dardot et C. Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009. []
  57. Cette tension est aussi fondatrice du programme de recherche ouvert dans F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., ainsi que dans B. Hibou et B. Samuel, « Introduction au thème. Macroéconomie et politique en Afrique », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 5-28, qui revendiquent une approche généalogique de la macroéconomie. []
  58. P. Mosley, « Policy Making without Facts : A Note on the Assessment of Structural Adjustment Policies in Nigeria, 1985–1990 », African Affairs, vol. 91, n° 363, 1992, p. 227-240 ; W. F. Stolper, Planning without Facts, Cambridge, Harvard University Press, 1966. []
  59. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique… », art. cité ; G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes… », art. cité. []
  60. J.-D. Naudet, « Les guignols de l’info : réflexion sur la fragilité statistique en Afrique », Nouveaux cahiers de l’IUED, n° 10, 2000, p. 31-55 ; J. MacGaffey (dir.), The Real Economy of Zaïre…, op. cit. ; B. Hibou, « Économie politique du discours de la Banque mondiale… », art. cité. []
  61. M. Jerven, Poor Numbers…, op. cit. ; B. Samuel, « Calcul macroéconomique et modes de gouvernement : les cas du Burkina Faso et de la Mauritanie », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 101-126. []
  62. Voir M. Boumans, « Built-In Justification », in M. Morgan et M. Morrisson (dir.), Models as Mediators : Perspectives on Natural and Social Sciences, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1999, p. 66-96. []
  63. L. Thévenot, « From Social Coding to Economics of Convention… », art. cité. []
  64. R. H. R. Harper, Inside the IMF. An Ethnography of Documents, Technology and Organizational Action, San Diego, Academic Press, 1998, p. 122 et suivantes ; M. Mussa et M. Savastano, « The IMF Approach to Economic Stabilization », IMF Working Paper, n° 104, 1999, p. 1-42 ; F. Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, Paris, Éditions Recherches, 1980. []
  65. Voir A. Desrosières, « L’opposition entre deux formes d’enquête : monographie et statistique », in A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification : l’argument statistique I, Paris, Presses de l’École des mines, 2008. []
  66. V. Bonnecase, La pauvreté au Sahel…, op. cit. []
  67. A. Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993, p. 396 et suivantes ; T. Angeletti, Le laboratoire de la nécessité. Économistes, institutions et qualification de l’économie, Thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS, 2013. []
  68. J.-F. Bayart, L’État en Afrique, op. cit. []
  69. R. Gervais et I. Mandé, « Comment compter les sujets de l’Empire ? Les étapes d’une démographie impériale en AOF avant 1946 », Vingtième siècle, n° 95, 2007, p. 63-74 ; S. F. Sanchez, « Plans de colonisation, idées chimériques ? Nosy Be et Mayotte dans les projets français d’expansion dans l’océan Indien occidental et vers Madagascar (1839-1857) », in N. Dodille (dir.), Idées et représentations coloniales dans l’océan Indien du xviiie au xxe siècles, Paris, Presse universitaire de Paris-Sorbonne, 2009, p. 167-198 ; A. Appadurai, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001. []
  70. Voir aussi F. Cooper, « Modernizing Bureaucrats… », art. cité. []
  71. Pays où la tentative de définition d’une science économique plus adaptée aux environnements africains a été conduite. Voir G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. ; A. Roy, Histoire des représentations paysannes au Mali…, op. cit. ; D. Speich « The Kenyan Style of “African Socialism”… », art. cité. []
  72. M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité. []
  73. La coopération et l’éducation rurales doivent par exemple servir à transformer les relations économiques, sociales et politiques à la base. []
  74. Ibid. []
  75. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. []
  76. J. Ravenhill, « Adjustment with Growth… », art. cité. []
  77. P. Zagré, Les politiques économiques du Burkina Faso : une tradition d’ajustement structurel, Paris, Karthala, 1994 ; voir aussi B. Beucher, Manger le pouvoir au Burkina Faso. La noblesse Mossi à l’épreuve de l’histoire, Paris, Karthala, 2017. []
  78. B. Samuel, « L’argent de la compensation : macroéconomie, administration du social et exercice du pouvoir au Maroc dans les années 2000 », mimeo, Paris, Fasopo/Agence française de développement, novembre 2015. []
  79. J. Ferguson, Give a Man a Fish…, op. cit. []
  80. A. Desrosières, « Pour une politique des outils du savoir : le cas de la statistique », in A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification…, op. cit. ; M. S. Morgan, The World in the Model. How Economists Work and Think, Cambridge/New York, Cambridge University Press 2012. []
  81. B. Goldstone et J. Obarrio (dir.), African Futures…, op. cit. []
  82. Avec les travaux de Frederick Cooper ou de Catherine Coquery-Vidrovitch par exemple ; voir le bilan de J. M. Hodge, « Writing the History of Development… », art. cité. []
  83. Abréviation de Amélioration des méthodes d’investigation en milieu rural africain. []
  84. Sur ce point, voir P. Couty, Les apparences intelligibles. Une expérience d’économiste en Afrique, Paris, Éditions Arguments, 1996 ; voir également G. Winter, « Présentation du groupe Amira : bilan et perspectives », in Maîtrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale : logique paysanne et rationalité technique, Paris, Orstom, 1979, p. 383-386 ; J. Charmes, « L’héritage d’Amira », Stateco, n° 100, 2006, p. 81-85 ; A. Desrosières, Prouver et gouverner, op. cit. ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []
  85. S. Cerutti, « Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin, au xviie siècle », in J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil/Gallimard, 1996, p. 161-186. []
  86. A. G. Hopkins, « The New Economic History of Africa », The Journal of African History, vol. 50, n° 2, 2009, p. 173 ; M. Jerven, « A Clash of Disciplines ? Economists and Historians Approaching the African Past », Economic History of Developing Regions, vol. 26, n° 2, 2011, p. 111-124 ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []

JOURNEE D’ETUDE DE LA REVUE POLITIQUE AFRICAINE

MARDI 13 JUIN 2017 CERI, Sciences Po  Salle Jean Monnet Entrée : 56 Rue Jacob, 75006 Paris

9h30 – 12h00: Challenging the State, Negotiating the Bureaucracy  in Post-Apartheid South Africa

Chair : Laurent Fourchard, CERI Science Po
Sarah Meny-Gibert, Public Affairs Research Institute, University of Witwatersrand, Navigating the Uneven and Uncertain State: the Making of the ‘Delivery State’ in South Africa
Nqobile Malaza, The Centre for Urbanism and Built Environment (CUBES), University of Witwatersrand, Transforming, Negotiating and Growing Black Business: The Politics and Governance of State-Sponsored Economic Empowerment in Johannesburg
Jeanne Bouyat, CERI, Sciences Po and CUBES, Translating, Adapting and Challenging Institutional Xenophobia in Low Income High Schools of Johannesburg

13H30 – 15h30 : Assemblée générale de l’ACPA (pour les membres de l’ACPA)

16h00-19h30 : Argent, mariage et migrations transnationales
Table ronde autour du film Gam Gam, en présence des réalisateurs, Natacha Samuel et Florent Klockenbring
Avec la participation de :
Altaïr Desprès, Unité de recherche Migrations Société, URMIS
Thomas Fouquet, CNRS, IMAF
Daouda Gary-Tounkara, Les Afrique dans le Monde, LAM, Sciences Po Bordeaux
Boris Samuel, CERI Sciences Po et Ecole de gouvernance et d’économie de Rabat

Assemblée Générale

ASSOCIATION DES CHERCHEURS  DE POLITIQUE AFRICAINE

Assemblée générale
13 Juin 2017
13h30-15H30
CERI, 56 Rue Jacob, salle Jean Monnet

Ordre du Jour

1) Bilan 2016-2017 de Politique africaine, bilan des activités de l’ACPA, nouveaux membres
2) Bilan financier 2012-2015. Bilan financier 2016
3) Distribution et barrière mobile de CAIRN et JSTOR
4) Politique commerciale de la revue : propositions de Karthala et de l’ACPA
5) Modèle économique de la revue (papier et numérique)

Présentation du dossier « Matérialités du vote » de la revue Politique africaine

En partenariat avec l’Axe 1 « État, Institutions et citoyenneté » de LAM et l’’Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA)

Présentation du dossier « Matérialités du vote » de la revue Politique africaine 

Mercredi 1er mars 2017 : 17h-19h à l’IEP de Bordeaux (salle à confirmer)

Avec la participation de

Sandrine Perrot (coordinatrice du dossier) : chargée de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), membre du Centre de recherche international (CERI) de Sciences Po Paris et corédactrice en chef de la revue Politique africaine.

Marie-Aude Fouéré (autrice dans le dossier) : maitresse de conférence à l’EHESS, membre de l’Institut des mondes africains (IMAF) à Paris

« Matérialités du vote », Politique africaine, n° 144, décembre 2016 (coordonné par Sandrine Perrot, Marie-Emmanuelle Pommerolle et Justin Willis)

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, T-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans des espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administrations, marchés…). De leur côté, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « intègre » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de la sociologie électorale. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Pour une présentation du dossier, cliquez sur le lien suivant http://filez.sciencespobordeaux.fr/ash6

Présentation en lien avec l’EXPOSITION Les élections en Afrique : quelle(s) affaire(s) ! Citoyenneté et technologies du vote à voir à la bibliothèque de Sciences Po Bordeaux jusqu’au 7 mars 2017 (sur les horaires d’ouverture de la bibliothèque).

AAC_Penser les radicalisations religieuses – CFP Rethinking religious radicalisation in Africa

 

« Penser les radicalisations religieuses en Afrique »

coordonné par Roland Marchal (CNRS, Ceri-Sciences-Po)

et Zekeria Ould Ahmed Salem (Université de Nouakchott)

(English version follows)

Il n’allait nullement de soi de proposer un dossier à Politique africaine sur les radicalisations religieuses dans un contexte où le monde académique, les médias et les politiques publiques s’en sont déjà largement saisis. Pourtant, c’est justement cette profusion actuelle de discours et de recherches qui constitue le point de départ de ce dossier. Son questionnement porte sur la manière dont la notion de radicalisation, en l’occurrence en Afrique, est abordée dans le champ des sciences sociales

L’expansion de ce qu’on appelle « terrorisme islamiste » a en effet polarisé le débat public sur « la radicalisation » (Neumann, 2013) et ses dimensions politiques, sociales et sécuritaires (Khorsokhavar, 2014 ; Kepel, 2015). Désormais, le sens de cette notion, familière aux spécialistes de la sociologie politique (Collovald et Gaiti, 2006), s’est modifié et a transformé les enjeux de ses usages dans l’après 11 septembre 2001 (Crettiez, 2006).

Or, dans la période récente, on s’est moins préoccupé de produire des connaissances nouvelles sur le sujet que de s’imposer dans le champ académique et médiatique pour obtenir une reconnaissance politique et scientifique[1]. Les ressources générées par les programmes de contre-radicalisation lancés par les gouvernements et les organisations internationales (les fameux CVE : Countering Violent Extremism) ont paradoxalement conduit à un usage non critique des notions de « radicalisation » et de « radicalisme », y compris par les sciences sociales. Ainsi, en France, l’initiative Athena d’étude de la radicalisation lancée sous le leadership du CNRS a été présentée comme une occasion de combiner à l’enseignement et à la recherche – vocation classique des organismes impliqués dans ce programme – une sorte de « community service » à l’américaine par lequel les sciences sociales françaises pourraient « se rendre enfin utiles » (Athena, 2016) en contribuant à la lutte contre « la radicalisation ». Le resserrement des liens entre recherche et pratique n’est pas sans poser problème en termes d’autonomie de la pensée scientifique, d’une part, mais aussi vis-à-vis de la manière dont celle-ci concourt, en retour, à construire des problèmes jugés prioritaires dans l’espace public.

Or, il revient précisément aux sciences sociales de s’interroger sur le sens et le degré d’adéquation de cette terminologie avec les phénomènes sociaux qu’elle vise à subsumer. Par exemple, faut-il traiter ensemble les phénomènes de violence et les dynamiques circonscrites au champ religieux ou cultuel ? Faut-il se référer aux catégories émiques ou produire une catégorie générique d’analyse même si les acteurs ne se reconnaissent pas nécessairement dans cette dernière ? Comment peut-on échapper à la « surinterprétation religieuse » des phénomènes politiques sans négliger le phénomène de justification religieuse des violences (Brigaglia, 2015) ?

Le présent dossier cherche à explorer la radicalisation et le radicalisme en Afrique sous la triple forme de la catégorie intellectuelle, de la politique publique et du processus socioreligieux, ainsi qu’à partir des articulations entre ces différents registres. Nous proposons d’aborder la « radicalisation » à travers la manière dont elle se déploie sur le plan social et religieux, structure le débat public, fonde des programmes politiques et exprime des changements sociaux, politiques et religieux, voire affecte la nature de l’État ou les relations internationales des pays africains. L’objectif est d’aborder cette thématique, dans le contexte de l’Afrique, à partir, et surtout au-delà, des études du terrorisme ou du seul cas du djihadisme. Nous faisons l’hypothèse que l’on ne peut pas étudier la radicalisation islamique sans ce jeu de miroir avec les autres formes de radicalisations non-islamiques, voire de co-radicalisations (Pratt, 2015) dans un contexte où, par exemple, des radicalismes violents anti-musulmans (tels les mouvements anti-Balaka en République centrafricaine) sont inspirés par des églises du Réveil. Il reste entendu que les fondamentalismes de toutes les religions apparaissent souvent comme des « ennemis complémentaires » (Bayart, 2016). Débouchent-ils pour autant nécessairement sur des violences armées ? Nous voudrions dans tous les cas interroger les écarts entre qualification et réalité empirique en explorant, par exemple, différents qualificatifs locaux : par exemple, pourquoi, au Nigeria, évoque-t-on Boko Haram comme une « secte » ? En général, on doit prendre la mesure de la difficulté à adosser la réflexion sur ce sujet à un travail de terrain dans les contextes marqués par « la menace terroriste » ou les « guerres civiles », en adaptant souvent nos stratégies de recherche (Barkindo, 2016).

L’Afrique a été largement absente de la réflexion récente et du débat public tenu ailleurs, par exemple, sur « le radicalisme islamique » alors qu’elle fournit un cadre analytique d’autant plus pertinent que la France et ses alliés interviennent militairement au nord comme au sud du Sahara au nom de la lutte contre la radicalisation djihadiste. De l’autre, les discours mi-politiques mi-scientifiques sur la radicalisation ont (comme d’ailleurs l’usage des termes indéfinis de « terrorisme » ou d’« extrémisme ») (Sanson et al., 2012) des effets locaux significatifs, au point, d’ailleurs, que certains s’interrogent sur une radicalisation concomitante des États ou de fractions de la société, hostiles à l’Islam ou aux communautés musulmanes[2]. De même, les interventions internationales au Sahel, la mobilisation des pays du bassin du Lac Tchad contre Boko Haram ou la longue guerre contre l’Organisation des jeunes combattants (Shabaab) en Somalie soulignent l’ancrage d’une radicalité proclamée « islamique » par les groupes ou des individus armés.

Or, si l’Afrique a plutôt été mise à distance dans la prise en compte politico-scientifique de la « radicalisation », en particulier « islamiste », c’est sans doute pour deux raisons bien discutables, au-delà du fait que ce terme est d’abord associé à l’analyse des « homegrown terrorists » en Occident. La première tient à la pérennité d’une certaine vision culturaliste de l’Afrique sub-saharienne liée par exemple à la vieille idée d’un « islam noir » pacifiste (Sanneh, 2016) qui serait rétif à toute radicalisation doctrinale et à toute transformation violente[3]. Nous savons trop combien une telle vision est teintée d’idéologie et dépourvue de bases historiques sérieuses. La seconde raison, corollaire de la précédente, est celle de la supposée extranéité en Afrique du salafisme djihadiste, entendu ici comme le cadre idéologique permettant de justifier la violence, de l’organiser ou d’en fournir les mots d’ordre et les cibles (Ostebo, 2015b). Pourtant, l’expansion à certaines parties du continent d’un islam littéraliste ne peut s’analyser en faisant fi d’une histoire locale dont les révolutions religieuses font partie (Robinson, 2000 ; 2010 ; Searing, 2001), et d’une insertion spécifique de l’Afrique dans des dynamiques de la globalisation des idéologies politiques et religieuses (Ould Ahmed Salem, 2011 ; 2013). Cela avait d’ailleurs été démontré par les travaux antérieurs consacrés non seulement au sempiternel débat entre réforme et tradition (Kaba, 1974 ; Kobo, 2009) mais aussi à « l’islamisme en Afrique » (Kane et Triaud, 1993) et même à la « radicalisation islamique en Afrique » (Otayek et al., 1993).

Pour autant, si le radicalisme islamique est dominant dans la période récente, il serait erroné d’y voir le seul champ concerné ni même de limiter au champ religieux les effets politiques de la radicalisation. Quelles autres formes de radicalisations seraient en cours au sein ou autour d’autres religions pratiquées en Afrique et leur degré de politisation éventuelle ? Quel est le rapport entre les différentes formes de radicalisation religieuse sur le continent ? L’actualité tend à faire oublier combien des régimes politiques en Afrique, pour mieux saisir les opportunités internationales liées à la guerre mondiale contre le terrorisme, ont considérablement durci leur attitude vis-à-vis de communautés musulmanes. On se rend compte également que des clivages sociaux se sont reconfigurés en affrontements entre communautés religieuses sous l’effet de ces discours ou d’autres acteurs religieux dont on a sous-estimé le rôle comme les Églises du Réveil, évangéliques ou pentecôtistes.

Le dossier cherche de façon particulière à s’appuyer sur des cas d’études africains afin de répondre à des questions plus générales : quelle est la part du religieux, du politique et du social dans les processus dits de radicalisation religieuse et de leur dérive violente ? Comment la radicalisation religieuse réelle ou perçue affecte-t-elle la vie politique, les rapports sociaux, et les modes de gouvernance, dans le contexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme » et des projets de dé-radicalisation ? Quels sont les rapports entre les mouvements de renouveau religieux et d’autres dynamiques relatives aux débats intergénérationnels, au rôle des élites, à la réforme néo-libérale des économies du continent, aux luttes sociales et aux relations transnationales avec l’Occident et le monde musulman ? En quoi les recherches sur le terrorisme ou la radicalisation ainsi que l’offre de consultance sur ce sujet modifient ou affectent la recherche sur d’autres objets comme la formation de l’État, l’économie politique, les inégalités ou le changement social ?

Si l’objectif n’est pas de cartographier la radicalisation religieuse sur le continent, ni de produire des analyses géopolitiques de l’avancée de l’extrémisme au Sud du Sahara, il est nécessaire que les auteurs potentiels puissent se prévaloir d’un usage du terme de radicalisation adossé à une connaissance assumée et explicite des enjeux attachés à cette notion. Autrement dit, la discussion par les contributeurs de la terminologie dans le cadre de leurs terrains respectifs est indispensable pour éviter de reprendre simplement une catégorie du discours politique. Cela permettra de préciser en quoi des réalités très différentes peuvent se retrouver derrière cette notion de radicalisation et donc de se confronter à la difficulté de la constituer en objet.

En s’efforçant de tenir compte de la perspective générale ainsi dessinée, les contributions pourraient s’articuler autour des trois axes suivants :

  1. Radicalisations et contre-radicalisations religieuses

Il convient ici d’expliquer comment la montée du rigorisme religieux s’oppose concrètement, dans certains contextes, à une tradition plus modérée et comment des acteurs locaux et nationaux aux motivations diverses cherchent à proposer une contre-radicalisation selon des modalités et des formes n’entrant pas toujours dans les cadres étatiques nationaux ou internationaux de la « dé-radicalisation institutionnelle ». L’approche a déjà été adoptée pour le cas du Nigeria (Anonyme, 2012). Il a aussi été démontré qu’à un niveau micro-local, la confrontation entre salafistes et traditionnalistes musulmans ne porte le plus souvent ni sur la politique ni sur la violence mais sur la valeur sociale du savoir religieux par exemple (Becker, 2006). Le salafisme dans nombre de pays n’a guère pris des formes violentes, même quand il a transformé le paysage religieux au point que l’on a pu parler d’un « salafisme africain » (Ostebo, 2015), y compris à un niveau parfois très localisé (Becker, 2006 ; Ostebo, 2012). Dans le même temps, la « guerre spirituelle » est devenue un slogan et une pratique chez nombre de pentecôtistes globalisés (Marshall, 2016).

En explorant cette thématique de la radicalisation sur le continent africain, le dossier entend indiquer combien c’est la sphère religieuse toute entière et ses rapports à l’Etat qui se sont transformés de façon continue suivant des lignes de force qui obéissent autant à des facteurs sociaux internes qu’à un certain état de la globalisation et des influences transnationales sur la vie politique et religieuse. Ce faisant, il s’agit de mettre en lumière certaines apories et de souligner les limites d’une approche « individualisante » et psychologisante de la radicalisation violente par exemple. On pourrait ainsi confirmer ce que l’observation des situations conflictuelles en Afrique sub-saharienne conduit déjà à soutenir, à savoir que le lien entre radicalisation religieuse et passage à la violence est souvent plus faible qu’on veut bien l’admettre.

  1. D’un radicalisme à l’autre: par-delà le « terrorisme islamique »

En quoi des radicalisations religieuses non islamiques ont-elles pu évoluer, émerger ou se transformer dans une conjoncture où le « radicalisme islamique » tient le haut du pavé ? En quoi le poids du retour du religieux voire du djihadisme ont-ils affecté d’autres processus de radicalité ou même de violence ? Aborder la question sous cet angle permettrait de prendre du champ par rapport aux analyses conjoncturelles, tout en introduisant une nécessaire perspective comparative afin de revisiter de façon critique les analyses, les politiques et les usages de la radicalisation dans le champ social et politique, voire académique. Il s’agit d’interroger cette catégorie de « radicalisation » de façon plus large y compris en cherchant à déterminer quelles sont les relations de continuité et de rupture entre les radicalismes islamiques et les autres, y compris sur la longue durée et dans divers contextes africains. Cela revient à prendre en compte les changements récents et de mesurer leurs effets sur les rapports entre réformistes et conservateurs, tradition et renouveau, dans un contexte d’essoufflement des espoirs de démocratisation, de changements de l’économie politique des sociétés sub-sahariennes, de débats sur le rôle de la religion dans l’espace public, de réformes de l’éducation ou du droit de la famille par exemple.

  1. Radicalisations et rapports au monde ?

Le facteur « radical » modifie le rapport de l’Afrique au monde dans des proportions peu étudiées. Les contributeurs chercheront moins à analyser la géopolitique descriptive du radicalisme qu’à aborder de façon frontale et explicite les implications de l’usage des notions du radicalisme et de la radicalisation sur le devenir de l’État, ses rapports à la société et son insertion internationale. Il conviendrait d’explorer notamment comment des éléments exogènes, proprement politiques ou sociaux, deviennent centraux dans le déclenchement de la violence et sa perpétuation sur le continent ou comment des ressortissants du sous-continent se retrouvent dans des réseaux dits « radicaux ». On pourrait aussi s’attacher à l’étude de la globalisation de certains répertoires de violence même s’il faut manier avec une grande prudence la thématique des réseaux sociaux et des révolutions 2.0.

Il conviendrait de se demander selon quelles modalités les petites guerres menées avec l’aide de pays occidentaux contre des groupes radicaux situés aux marges de sociétés africaines se transforment en longues guerres. Ces engagements militaires peuvent générer de nouvelles lignes de partage entre espace privé et espace public, entre droits citoyens et conformisme identitaire avec, à la clef, une nouvelle mise à distance de l’État hérité de la colonisation. En tout cas, à travers la multiplicité des analyses particulières, on pourrait retrouver l’immanence des expériences de l’arbitraire et de la violence comme prolégomènes à ladite radicalisation comme l’affirment de plus en plus les chercheurs sur l’Europe occidentale (Khosrokhavar, 2016 ; Moos, 2016) et souligner combien, en Afrique comme ailleurs, la radicalisation et la lutte anti-terroriste font système. Il convient dès lors d’explorer dans cet axe la manière dont les dispositifs internationaux nommément mis en place pour lutter contre la radicalisation ont pu indirectement concourir à renforcer des réalités que l’on range sous ce terme.

 

Calendrier

  • 15 avril 2017 : date limite d’envoi des propositions d’article (max. 7000 signes espaces compris) à Roland Marchal (marchal@sciencespo.fr) et Zekeria Ould Ahmed Salem (zekeriasalem@gmail.com)
  • 30 avril 2017 : notification aux auteurs des propositions retenues par les coordinateurs du dossier
  • 15 septembre 2017 : date limite d’envoi des articles sélectionnés ( 55 000 signes notes et espaces compris) aux coordinateurs du dossier
  • Mars 2018 : parution des articles acceptés par le comité de rédaction de Politique africaine

Bibliographie :

Anonyme, “The Popular Discourses of Salafi Radicalism and Salafi Counter-radicalism in Nigeria: A Case Study of Boko Haram”, Journal of Religion in Africa, vol. 42, n° 2, 2012, p. 118-144.

Athena-Alliance Nationale des Sciences humaines et Sociales, Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent, et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent. Etat des lieux, propositions, actions, Paris, mars 2016, <http://cache.media.education.gouv.fr/file/03__mars/22/9/Rapport_Radicalisation_545229.pdf?ts=1457090184>

Barkindo, Atta, “How Boko Haram exploits History and Memory”, Londres, Africa Research Institute, Counterpoints Series, octobre 2016.

Bayart, Jean-François, Les fondamentalistes de l’identité. Laïcisme versus djihadisme,  Paris, Karthala, 2016.

Becker, Felicitas, “Rural Islamism during the ‘War on Terror’: A Tanzanian Case Study,” African Affairs, n°105, 2006, p. 583–603.

Brigaglia, Andrea, « The volatility of Salafi Political Theology, the War on Terror and The Genesis of Boko Haram », Diritto e questioni pubbliche (Palermo), 2015, p. 174-201.

Collovald, Annie, Gaiti, Brigitte (dir.), La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006.

Crettiez, Xavier, « Penser la radicalisation. Une sociologie processuelle des variables de l’engagement violent », Revue Française de Science Politique, vol. 66, n° 5, 2016, p. 709-727.

Kaba, Lansiné, The Wahhabiya. Islamic Reform and Politics in French West Africa, Evanston, Northwestern University Press, 1974.

Kane, Ousmane et Triaud, Jean-Louis, Islamismes au Sud du Sahara, Paris, Karthala, 1993.

Kepel, Gilles, Terreur dans l’Hexagone, Paris, Gallimard, 2015.

Khosrokhavar, Farhad, La Radicalisation, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2014.

Kobo, Ousman , “The Development of Wahhabi Reforms in Ghana and Burkina Faso, 1960–1990: Elective Affinities between  Western-Educated Muslims and Islamic Scholars,” Comparative Studies in Society and  History, vol. 51, n° 3, 2009, p. 502-532.

Marshall, Ruth, “Destroying arguments and captivating thoughts: spiritual warfare prayer as global praxis”, Journal of Religion and Political Practice, vol. 2, n° 1, 2016, p. 92-113.

Moos, Olivier, « Le jihad s’habille en Prada. Une analyse des conversions djihadistes en Europe », Religioscope, Cahiers de l’Institut, n° 14, Paris, août 2016.

Neumann, Peter, « The trouble with radicalization », International Affairs, vol. 89, n° 4, 2013, p. 873–893

Ostebo, Terje, Localising Salafism. Religious Change among Oromo Muslims in Bale, Ethiopia, Leiden, Brill, 2012.

Ostebo, Terje (dir.), Dossier « Salafism in Africa », Islamic Africa, vol. 6, n° 1-2, 2015 (a).

Ostebo, T., « African Salafism. Religious Purity and the Politicization of Purity », Islamic Africa, Vol.6, n°1-2,  p. 1-29, 2015 (b).

Otayek, René (dir.), Le radicalisme islamique au sud du Sahara. Da’wa, arabisation et critique de l’Occident, Paris, Karthala, MSH Aquitaine, 1993.

Ould Ahmed Salem, Zekeria, “The paradoxes of Islamic Radicalization in Mauritania”, in George Joffe (dir.), Islamic Activism in The Maghreb. Politics and Process, London, Routledge, 2011, p. 179-2005.

Ould Ahmed Salem Zekeria, Prêcher dans le désert. Islam politique et changement social en Mauritanie, Paris, Karthala, 2013.

Pratt, Douglas, « Islamophobia as Reactive Co-Radicalization », Islam and Christian-Muslim Relations, vol. 26, n° 2, 2015, p. 205-218.

Robinson, David., Paths of Accomodation. Muslim societies and French colonial authorities, Athens, Ohio University Press, 2000.

Robinson, D., Les sociétés musulmanes africaines. Configurations et trajectoires historiques, Paris, Karthala, trad. franç., 2010.

Sanneh, Lamin, Beyond Jihad. The pacifist tradition in West African Islam, New York, Oxford University Press, 2016.

Sanson, Fabienne (dir.),  Dossier « L’Islam au-delà des catégories », Cahier d’études africaines, n° 206-207, 2012.

Searing, James, “God Alone is King”: Islam and Emancipation in Senegal, 1859-1914, Portsmouth, Heinemann, 2001.

[1] Voir « Olivier Roy et Gilles Kepel, querelle française sur le jihadisme », Libération, 14 avril 2016. Loin d’avoir été cantonnée à la presse parisienne, cette polémique a été répercutée ailleurs. Voir notamment “ ‘That Ignoramus’: 2 French Scholars of Radical Islam Turn Bitter Rivals”, The New York Times, 16 juillet 2016.

[2] On pense ici à l’Ethiopie ou à la RCA en Afrique, mais aussi aux discours occidentaux qui promeuvent aujourd’hui une conception radicale de la laïcité, bien différente de celle qui a prévalu pendant longtemps.

[3] Citons le cas, entre autres, de la conférence intitulée “Islam and World Peace: Perspectives from African Muslim Non-violence Traditions” tenue du 11 au 13 septembre 2015 l’Institut d’études africaines de Columbia University (New York) en collaboration avec la confrérie mouride de Touba (Sénégal).

 

 

*****

CALL FOR PAPERS

 

Rethinking religious radicalisation in Africa”

coordinated by Roland Marchal (CNRS, Ceri-Sciences-Po)

and Zekeria Ould Ahmed Salem (University of Nouakchott)

 

Devoting a special issue of Politique africaine to religious radicalization was far from being self-evident. After all, academics, medias and policy makers alike have already greatly appropriated the subject. Our aim is precisely to draw on this profusion of discourse on radicalization in order to explore the ways in which social sciences approach this topic, especially with regards to case studies from the African continent.

The expansion of so-called “Islamic terrorism” has polarised public debate around the issue of “radicalisation” (Neumann, 2013) and its political, social and security consequences (Khorsokhavar, 2014; Kepel, 2015). The meaning of this concept, familiar to political sociologists (Collovald and Gaiti, 2006), has morphed and transformed the stakes surrounding its use in the aftermath of 9/11 (Crettiez, 2006).

However, as of late, scholarship on radicalisation has not been primarily driven by a sincere will to contribute to knowledge production, but rather by a desire to achieve fame or political recognition[1]. . The resources generated by counter-radicalisation programmes put in place by both governments and international organisations (the notorious CVE: Countering Violent Extremism) have paradoxically led to a rather non-critical use of the concepts of “radicalisation” and “radicalism”, including among social scientists. . For example, in France, the Athena initiative (a CNRS-lead programme dedicated to the study of radicalisation) was introduced to the public as an opportunity to start combining teaching and research – the traditional goals of the programme’s partner organisations – with the US-model of “community service”. The patrons of the projects suggested that this will help French social sciences to “finally” become useful” (Athena, 2016) by contributing to “counter-radicalisation” efforts. However, these narrower ties between fundamental research and its translation into practice raise a number of questions about academic freedom of thought and how it in turn contributes to the prioritisation of certain issues over other ones in the public debate.

Yet, it is precisely the task of social scientists to investigate the meanings attached to this whole new terminology. Scholars might want to explore in particular whether such vocabulary is a genuine reflection of the social phenomena it is meant to analyse.. This would lead to a set of new research questions. For example, should  issues as different as violence, cultural and religious dynamics be lumped and studied together?? Is it preferable to refer to semantic categories or to produce a more generic category of analysis, even if social actors themselves might well find it inaccurate? How do we escape “religious over-interpretation” of some political phenomena without downplaying the issue of the religious justification of violence (Brigaglia, 2015)?

This special issue aims at exploring radicalisation and radicalism in Africa through the triple scope of intellectual category, public policy and socio-religious processes, and their respective entanglements. We suggest addressing “radicalisation” by studying the way it unfolds in a given social and religious context; how it structures public debates provides a basis for political programmes; expresses social, political and religious change; and even affects the nature of the State or international relations of African nations. The objective here is to tackle this theme, in an African context, on the basis of, but also far beyond, studies of terrorism or jihadology. We posit that it is impossible to study Islamic radicalisation without contrasting it with other forms of non-Islamic radicalisation, or co-radicalisation (Pratt, 2015) – in cases of violent anti-Muslim fundamentalism (e.g. the anti-Balaka movements in Central African Republic) which are inspired by Revivalist Churches, for example. It is certain that fundamentalisms of any religious persuasion often appear to be “complementary enemies” (Bayart, 2016). However, do they necessarily lead to armed violence? Whatever the case, we encourage contributors to question the disparities between labelling and empirical reality through a careful exploration of how designations differ locally according to context:  for example, why is Boko Haram often identified as a “sect” in Nigeria? We must also acknowledge how difficult it can be to ground our reflection in fieldwork when conducting empirical research is nearly impossible in contexts fraught with “terrorist threats” or “civil wars”. Therefore, how do we adapt our research strategies accordingly in order to generate data and analysis (Barkindo, 2016)?

Africa has largely been excluded from recent public debate on “Islamic fundamentalism”, when such debates take place outside Africa.  Yet, as far as radicalism is concerned, Africa could actually provide a rather relevant comparative perspective on such issues. This is especially true since France and its allies have been military involved both north and south of the Sahara in the name of the fight against jihadist radicalisation. Furthermore, semi-political, semi-scientific discourse on radicalisation (e.g. the use of ill-defined terms such as “terrorism” or “extremism”) (Sanson et al., 2012) has significant localised repercussions, to the point of causing serious interrogation about the concurrent radicalisation of States or of certain social factions hostile to Islam or Muslim communities[2]. Similarly, a number of armed groups and individuals in Africa have engaged in radicalism and terrorism, prompting international military interventions notably in the Sahel region, while local armies in the Lake Chad basin countries are fighting against Boko Haram or the al-Shabab in Somalia.

Since “radicalisation” is a word associated first and foremost with the study of “homegrown terrorists” in the West, Africa has been pushed to the fringes of the political and scientific analysis of radicalisation, in particular « Islamic » radicalisation. But there are also other more debatable reasons why “radicalisation in Africa” has not been a popular topic. First, there is a a persistent culturalist vision of sub-Saharan Africa as a home of a particular “Black Islam” or “West African Islamic Tradition” (Sanneh, 2016). The continent is therefore deemed resistant to any doctrinal radicalisation and violent transformation[3]. We know all too well the ideological undertones associated with this point of view and how little it is grounded in historical facts. Secondly, Africa is also supposed to be somehow immune to Salafist jihadism that is often  understood as the ideological framework justifying violence, organising it or setting its watchwords and targets (Ostebo, 2015).

However, it is impossible to analyse the expansion of literalist Islam to certain parts of the continent while ignoring local history – of which religious revolutions are an intrinsic part (Robinson, 2000; 2010; Searing, 2001) – and Africa’s specific position in the globalisation of political and religious ideologies (Ould Ahmed Salem, 2011; 2013). This has already been established by prior works addressing the unending competition n between reform and tradition (Kaba, 1974; Kobo, 2009) as well as “Islamism in Africa” (Kane and Triaud, 1993) and even “Islamic radicalisation in Africa” (Otayek et al., 1993).

If radical Islamism has dominated in recent times, it would be short-sighted to exclude other forms of radicalism from our analysis or to limit our study of the political effects of radicalisation to the sole religious world. We should ask what other forms of radicalisation are growing within or on the margins of other religions practiced in Africa and what is their degree of potential politicisation? What is the connection between different forms of religious radicalisation on the continent? Recent media trends tend to lead us to forget how political regimes in Africa have hardened their attitudes vis-à-vis Muslim communities in order to better take advantage of the international opportunities offered by the so called “world war on terror”. This rhetoric, as well as the underestimation of other religious players such as Revivalist, Evangelical or Pentecostal churches, has reconfigured certain social divides into full-on confrontation between religious communities.

This special issue aims to use specific African case studies in order to answer more general questions such as: what part does religious, political and social contexts have to play in the process of religious radicalisation and its shift towards violence? How does religious radicalisation, be it real or perceived, affect political life, social relationships, and modes of governance in the context of the “world war on terrorism” and de-radicalisation projects? What links exist between religious renewal and other dynamics relative to intergenerational debates, the role of the elites, neo-liberal reform of the continent’s economies, social movements and transnational relations with both the West and the Muslim world? How does research on terrorism or radicalisation, as well as the ever growing consultancy market on the subject affect research on this and other subjects such as State-building, political economy, social inequality or social change?

The objective here is not primarily to map out religious radicalisation on the continent or produce geopolitical analyses on the advance of extremism  South of the Sahara. Therefore, it is necessary that potential contributors be aware of the fact that the concept of “radicalization” is so charged that it compels anyone using it to state as clearly as possible their own definition of it and how they intend to use it in exploring their own data and argument. This means that it indispensable for contributors to discuss terminology in the context of their respective fields in order to avoid simply echoing political and media discourse.

Taking into account this general perspective, contributions could be articulated around the three following sub-themes:

  1. Religious radicalisation and counter-radicalisations

It would be relevant here to explain how the rise of religious rigorism is, in certain contexts, concretely opposed to a more moderate tradition, as well as how local and national players with diverse incentives offer counter-radicalisation solutions that don’t always fit in with national or international frameworks of “institutional de-radicalisation”. This approach has already been applied to Nigeria (Anonymous, 2012). It has also been determined that on a micro-local level, confrontations between Salafist and traditionalist Muslims often no longer centre on politics or violence but rather on the social value of religious knowledge for example (Becker, 2006). In many countries, Salafism has not translated into violence even if it has transformed the religious landscape generating a so called “African Salafism” (Ostebo, 2015) sometimes on a localised level (Becker, 2006; Ostebo, 2012). At the same time, the concept of “spiritual war” has become a slogan and a practice for many globalised Pentecostals (Marshall, 2016).

By exploring the theme of radicalisation on the African continent, this special issue seeks to emphasise how much religion as a whole, including its relationship to the State, has been continually transformed following trends influenced by both internal social factors and globalisation’s transnational influences on political and religious life. In doing so, it should highlight certain contradictions and demonstrate the limits of an “individualising” and psychologising approach to violent radicalisation. We could thereby confirm what the observation of conflicts in sub-Saharan Africa already leads us to posit, namely that the link between religious radicalisation and violence is often weaker than we care to admit.

  1. Radicalism in comparative perspective: beyond “Islamic terrorism”.

 

How have non-Islamic forms of religious radicalisation evolved, emerged or been transformed in a context where “Islamic radicalism” holds centre-stage? How does the resurgence of religiosity and even jihadism affect other processes of radicalism or violence? Posing the question under this angle would enable us to gain some perspective with regard to short-term analyses. It would also introduce the comparative overview necessary to critically revisit the analyses, politics and applications of the concept of radicalisation in social and political and even academic fields. We seek to widen the scope of the investigation into “radicalisation” by trying to ascertain how dynamics of continuity and rupture between Islamic and other forms of radicalism play out in the long term and in different African contexts. This involves taking into account recent changes and then measuring their effects on the relationship between reformists and conservatives, tradition and renewal, in a context of weakened hopes for democratisation, profound changes in the political economy of sub-Saharan societies, as well as in a context of heated debates over the role of religion in the public sphere, and the reform of education and of family law to name but a few.

  1. Radicalisation and relationship to the world?

 

The “radical” factor changes the relationship that Africa has to the world in proportions that are little-studied. Contributors should not try to analyse the descriptive geopolitics of radicalism so much as they should directly and explicitly address the repercussions of the use of the concept of radicalism and radicalisation on the evolution of the African State, its relationship to society and its international integration. It would be relevant to explore how certain exogenous elements, be they political or social, become central to the outbreak of violence and its enactment throughout the continent. Or how nationals of the sub-continent find themselves caught up in so-called “radical” networks. One could also attempt a study of the globalisation of certain categories of violence, bearing in mind that the theme of social media and 2.0 revolutions should be handled with utmost caution.

It would be useful to reflect on how small wars lead with the support of Western countries against radical groups on the margins of African societies morph into drawn-out conflicts. These military engagements can create new divides between private and public spaces, between citizen’s rights and the need to conform to social identities, resulting in further detachment from a colonially inherited State. In any case, through multiple, case-specific analyses, it may be possible to assert, as specialists of Western Europe increasingly are (Khosrokhavar, 2016; Moos, 2016), that experiences of arbitrariness and violence are preliminary to radicalisation. We could also underline how, in Africa and elsewhere, radicalisation and the war on terrorism are systematically interwoven. This axis should explore how international measures set up to counter radicalisation may have indirectly contributed to reinforcing realities that could be classified as such.

 

 

 

Calendar

  • 15 April 2017: deadline for the submission of abstracts (max. 7000 characters spaces included) to Roland Marchal (marchal@sciencespo.fr) and Zekeria Ould Ahmed Salem (zekeriasalem@gmail.com)
  • 30 April 2017: announcement of the submissions selected by the project coordinators
  • 15 September 2017: deadline for the submission of selected papers ( 55 000 characters spaces and footnotes included) to the project coordinators
  • March 2018: expected publication of the articles accepted by Politique africaine’s editorial board

 

Bibliography:

Anonymous, “The Popular Discourses of Salafi Radicalism and Salafi Counter-radicalism in Nigeria: A Case Study of Boko Haram”, Journal of Religion in Africa, vol. 42, n° 2, 2012, p. 118-144.

Athena-Alliance Nationale des Sciences humaines et Sociales, Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent, et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent. Etat des lieux, propositions, actions, Paris, mars 2016, <http://cache.media.education.gouv.fr/file/03__mars/22/9/Rapport_Radicalisation_545229.pdf?ts=1457090184>

Barkindo, Atta, “How Boko Haram exploits History and Memory”, Londres, Africa Research Institute, Counterpoints Series, octobre 2016.

Bayart, Jean-François, Les fondamentalistes de l’identité. Laïcisme versus djihadisme,  Paris, Karthala, 2016.

Becker, Felicitas, “Rural Islamism during the ‘War on Terror’: A Tanzanian Case Study,” African Affairs, n°105, 2006, p. 583–603.

Brigaglia, Andrea, « The volatility of Salafi Political Theology, the War on Terror and The Genesis of Boko Haram », Diritto e questioni pubbliche (Palermo), 2015, p. 174-201.

Collovald, Annie, Gaiti, Brigitte (dir.), La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006.

Crettiez, Xavier, « Penser la radicalisation. Une sociologie processuelle des variables de l’engagement violent », Revue Française de Science Politique, vol. 66, n° 5, 2016, p. 709-727.

Kaba, Lansiné, The Wahhabiya. Islamic Reform and Politics in French West Africa, Evanston, Northwestern University Press, 1974.

Kane, Ousmane et Triaud, Jean-Louis, Islamismes au Sud du Sahara, Paris, Karthala, 1993.

Kepel, Gilles, Terreur dans l’Hexagone, Paris, Gallimard, 2015.

Khosrokhavar, Farhad, La Radicalisation, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2014.

Kobo, Ousman , “The Development of Wahhabi Reforms in Ghana and Burkina Faso, 1960–1990: Elective Affinities between  Western-Educated Muslims and Islamic Scholars,” Comparative Studies in Society and  History, vol. 51, n° 3, 2009, p. 502-532.

Marshall, Ruth, “Destroying arguments and captivating thoughts: spiritual warfare prayer as global praxis”, Journal of Religion and Political Practice, vol. 2, n° 1, 2016, p. 92-113.

Moos, Olivier, « Le jihad s’habille en Prada. Une analyse des conversions djihadistes en Europe », Religioscope, Cahiers de l’Institut, n° 14, Paris, août 2016.

Neumann, Peter, « The trouble with radicalization », International Affairs, vol. 89, n° 4, 2013, p. 873–893

Ostebo, Terje, Localising Salafism. Religious Change among Oromo Muslims in Bale, Ethiopia, Leiden, Brill, 2012.

Ostebo, Terje (dir.), Dossier « Salafism in Africa », Islamic Africa, vol. 6, n° 1-2, 2015 (a).

Ostebo, T., « African Salafism. Religious Purity and the Politicization of Purity », Islamic Africa, Vol.6, n°1-2,  p. 1-29, 2015 (b).

Otayek, René (dir.), Le radicalisme islamique au sud du Sahara. Da’wa, arabisation et critique de l’Occident, Paris, Karthala, MSH Aquitaine, 1993.

Ould Ahmed Salem, Zekeria, “The paradoxes of Islamic Radicalization in Mauritania”, in George Joffe (dir.), Islamic Activism in The Maghreb. Politics and Process, London, Routledge, 2011, p. 179-2005.

Ould Ahmed Salem Zekeria, Prêcher dans le désert. Islam politique et changement social en Mauritanie, Paris, Karthala, 2013.

Pratt, Douglas, « Islamophobia as Reactive Co-Radicalization », Islam and Christian-Muslim Relations, vol. 26, n° 2, 2015, p. 205-218.

Robinson, David., Paths of Accomodation. Muslim societies and French colonial authorities, Athens, Ohio University Press, 2000.

Robinson, D., Les sociétés musulmanes africaines. Configurations et trajectoires historiques, Paris, Karthala, trad. franç., 2010.

Sanneh, Lamin, Beyond Jihad. The pacifist tradition in West African Islam, New York, Oxford University Press, 2016.

Sanson, Fabienne (dir.),  Dossier « L’Islam au-delà des catégories », Cahier d’études africaines, n° 206-207, 2012.

Searing, James, “God Alone is King”: Islam and Emancipation in Senegal, 1859-1914, Portsmouth, Heinemann, 2001.

[1] See « Olivier Roy et Gilles Kepel, querelle française sur le jihadisme », Libération, 14 April 2016. The repercussions of this controversy were felt far beyond the Parisian press. See, for example, “‘That Ignoramus’: 2 French Scholars of Radical Islam Turn Bitter Rivals”, The New York Times, 16 July 2016.

[2] This is the case in Ethiopia or RCA in Africa, but it also brings to mind Western rhetoric that currently promotes a radical conception of secularism, very different from that which used to dominate political discourse.

[3] An example among many is that of the conference titled “Islam and World Peace: Perspectives from African Muslim Non-violence Traditions”, held from the 11th to the 13th September 2015 at the Institute for African Studies of Columbia University (New York) in collaboration with the Mouride Brotherhood of Touba (Senegal).

n° 144 – Matérialités du vote

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, tee-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans des espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administrations, marchés…). De leur côté, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « intègre » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de la sociologie électorale. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER : La matérialité du vote

 

Page 5 à 26 : Introduction au thème, La fabrique du vote : placer la matérialité au cœur de l’analyse, par Sandrine Perrot, Marie-Emmanuelle Pommerolle, Justin Willis

En libre accès sur Cairn

Page 27 à 50 : La machine électorale : culture matérielle des bureaux de vote au Ghana, au Kenya et en Ouganda, par Justin Willis, Gabrielle Lynch, Nic Cheeseman, Traduction de Raphaël Botiveau

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 51 à 71 : Politiques de la reconnaissance et de l’origine contrôlée : la construction du Somaliland à travers ses cartes d’électeurs, par Anna C. Rader, Traduction de Miriam Périer

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 73 à 94 : « Se faire recenser ? Oui, mais voter ? » Le cens caché du matériel du vote au cours des élections de 2014 au Mozambique, par Domingos Manuel do Rosário, Elísio Emanuel Muendane

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 95 à 113 : Pagnes partisans, fabrique des partis et participation politique des femmes des classes populaires au Malawi, par Paul Grassin

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 115 à 134 : L’affiche électorale : art, stratégie et matière à politique. La Révolution, l’opposition et les élections de 2015 à Zanzibar, par Marie-Aude Fouéré

Résumé sur Cairn/Abstract

RECHERCHES

Page 135 à 155: Le capital-investissement comme instrument de l’action publique ou la financiarisation du développement en Afrique subsaharienne, par Antoine Ducastel

Résumé sur Cairn/Abstract

CONJONCTURE

Page 157 à 179 : « Demain, un jour nouveau ? » Un renversement électoral confisqué au Gabon, par Alice Aterianus-Owanga, Mathilde Debain

En libre accès sur Cairn

LECTURES

Page 181 à 195 : Chronique bibliographique : Une nouvelle sociologie des partis politiques en Afrique ? Lectures critiques, par Hervé Maupeu
Page 197 à 205 : Revue des livres
Page I à VIII: Cahier photos

Invitation au débat « Penser l’Afrique avec Fanon? »

0001

Jeudi 2 février 2017, de 14h30 à 17h

à l’Institut historique allemand, 8, rue du Parc-Royal, 75003 – Paris

Invitation au débat « Penser l’Afrique avec Fanon? » sous la présidence de Jean-François Bayart (IHEID, Genève),

avec Roberto Beneduce (Université de Turin), Andreas Eckert (Université Humboldt, Berlin) et Simona Taliani (Université de Turin)

En prélude de la Conférence, à 18h : « Scènes d’une vie conjugale : histoire africaine et histoire globale », par Andreas Eckert (Université Humboldt, Berlin).

Discutante : Marielle Debos (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense)

Actualité de Fanon dans les mouvements étudiants sud-africains contemporains : un entretien avec Achille Mbembe

1303689873_2da8611b3c_oEntretien avec Achille Mbembe par Claire Bénit-Gbaffou paru dans le n° 143 de  Politique Africaine

Achille Mbembe, professeur à l’université du Witwatersrand à Johannesburg, est une des grandes figures intellectuelles à s’être activement engagée dans le débat sur la « décolonisation » des universités sud-africaines, en mobilisant explicitement la pensée de Franz Fanon. Cet entretien revient avec lui sur l’invocation mais aussi l’actualisation de Fanon dans les transformations contemporaines de l’université sud-africaine et dans les mouvements étudiants qui en sont le fer de lance depuis 2015…

Lisez l’intégralité de l’entretien sur CAIRN

Photographie : © François Van Zon

Le carnet de la revue