Archives par mot-clé : Togo

A. Zimmerman, Alabama in Africa : Booker T. Washington, the German Empire and the Globalization of the New South, lu par Patrick Quantin

Alabama in AfricaZIMMERMAN (Andrew), Alabama in Africa : Booker T. Washington, the German Empire and the Globalization of the New South, Princeton, Princeton University Press, 2010, 397 pages

Contrairement à ce que laisse penser la betterave sucrière illustrant la couverture de ce livre, il s’agit bien d’un travail sur le coton, et plus précisément sur l’introduction de sa culture en Afrique de l’Ouest aux alentours de 1900. Ce choix éditorial n’est pas une erreur car tout l’intérêt de la recherche consiste à montrer les connexions qui, à cette époque, réunissent des terroirs, des climats et des populations aussi divers et éloignés que ceux de la Prusse orientale, du Vieux Sud étatsunien et du Togoland.

S’il ne souligne lui-même guère l’audace de sa performance, A. Zimmerman se contente en conclusion de défendre l’apport de « l’histoire transnationale qui fournit de nouvelles voies pour observer les vieux problèmes et qui aussi révèle de nouvelles strates d’acteurs, d’événements et de processus qui, jusqu’à récemment, étaient invisibles pour l’historiographie académique qui demeurait cantonnée au sein des États nationaux » (p. 249). Le travail est concentré sur une courte période inaugurée sur les trois terrains observés par la mise en œuvre de politiques publiques spécifiques dont la convergence constitue le déclencheur d’un effet de mondialisation. L’époque de la Première Guerre mondiale marque, dans les trois lieux du globe sur lesquels se penche l’étude, la fin des conditions particulières de la séquence : passage du Togo sous mandat français, « great migration » des Afro-Américains depuis les États du Vieux Sud vers le Nord industriel et, enfin, redécoupage de la frontière polonaise qui met (provisoirement) un terme aux projets allemands dans l’Est.

Après 1871, Berlin déploie son génie organisateur dans une entreprise de colonisation interne en Prusse orientale où la lucrative expansion de la culture de la betterave dépend d’une main d’œuvre saisonnière polonaise (Sachsengängerin) perçue comme une menace pour la pureté de la race et de la Kultur germaniques (les deux termes étant d’ailleurs tellement imbriqués dans ce contexte qu’ils peuvent y être considérés comme synonymes). L’expertise des sciences sociales naissantes est sollicitée par les pouvoirs publics. Schmoller et d’autres universitaires éminents fondent dès 1872 le Verein für Sozialpolitik. Cette association, dont Max Weber devient par la suite un des membres les plus actifs, sert de creuset à la fondation de la sociologie allemande tout en s’inscrivant dans une longue tradition de politiques sociales conservatrices. D’inspiration autoritaire, nationaliste et s’attachant à préserver les hiérarchies sociales et raciales dans un contexte de libération relative de la main d’œuvre (fin du servage), la doctrine sociale qui en découle inspire néanmoins certains réformateurs « progressistes » étatsuniens à cause de l’attention qu’elle porte aux faibles et à la défense de la société.

Le grand prestige dont bénéficient alors les universités allemandes (Berlin, Heidelberg, mais aussi Strasbourg) attire des étudiants d’outre-Atlantique qui viennent y suivre les enseignements de Simmel, de Weber et de leurs collègues. C’est le cas, entre autres, des fondateurs de l’école de Chicago William I. Thomas et Robert E. Park. Le premier étudie à Berlin en 1888-1889 avant de devenir l’auteur du célèbre Polish Peasant. Le second, qui soutient une thèse à Heidelberg en 1903, sera un pilier de l’expérience de Booker T. Washington. W. E. B. DuBois lui-même suit en 1892 une formation à Berlin, manquant d’un trimestre de bourse pour y terminer une thèse.

De l’autre côté de l’océan, dans les États du « Vieux Sud », la fin des années 1870 voit la mise en place de dispositifs ségrégationnistes qui bloquent l’émancipation des Noirs et organisent la continuation de l’exploitation à bas prix de leur main d’œuvre, principalement dans la culture du coton. Booker T. Washington, métis né dans l’esclavage et célèbre défenseur de la cause afro-américaine, entendu et soutenu par les philanthropes et par le gouvernement fédéral parce qu’il dit ce que ceux-ci souhaitent entendre, développe à l’école normale de Tuskegee (Alabama) un modèle d’éducation et d’intégration des Noirs fondé sur la pérennisation de la spécialisation raciale : les Noirs seraient naturellement de bons travailleurs manuels et devraient chercher leur accomplissement dans ce seul domaine, la culture du coton étant la quintessence même de cette condition.

Le problème « noir » du Sud et le problème « polonais » de l’Est ont tôt fait d’être mis en équation par les réformateurs des deux rives de l’Atlantique, curieux d’expériences et prescripteurs d’enquêtes de terrain. Les Étatsuniens sont imprégnés des avancées allemandes et les Prussiens s’intéressent de près à Tuskegee, en particulier un conseiller d’ambassade qui est spécialement nommé à Washington dans cette perspective.

Tout est donc en place, après la conquête du Togo, pour l’importation d’un modèle hybride, testé en différents points du globe afin de réaliser sur le continent africain une expérience de « civilisation » considérée comme exemplaire et basée sur le passage à la culture du coton. La réalisation en est confiée à Booker T. Washington et à une équipe d’Afro-américains venus de Tuskegee à Atakpamé pour installer des sortes d’antennes locales dans des villages décimés par les Allemands. Le chapitre qui décrit cette expérience (paru sous forme d’article en 2005 dans l’American Historical Review) montre, dans une approche explicitement foucaldienne, que le modèle importé et imposé ne se contente pas d’introduire une innovation agronomique, mais qu’il parvient à installer, en recourant à différents moyens (violence physique, transferts institutionnels et technologiques), une gouvernementalité conçue pour une application à l’échelle mondiale. Zimmerman y décèle l’émergence d’un « Sud global ». Au passage, il rappelle que jusque dans les premières années de la Première Guerre mondiale, les politiques de colonisation pratiquées par les Allemands furent tenues en haute estime aussi bien aux États-Unis qu’en Angleterre, où des personnages haut placés défendirent l’idée de confier à Berlin la gestion de l’État libre du Congo et même de l’ensemble de l’Afrique subsaharienne (chapitre 4). Cent ans après, il est aisé de retrouver des traces de la dissémination des graines de l’Alabama en Afrique. L’action menée à l’Organisation mondiale du Commerce par les producteurs de coton ouest-africains contre leurs concurrents étatsuniens donne à voir l’évolution des rapports Nord-Sud dans un cas de figure que les colonisateurs ne pouvaient pas prévoir et qui confirme néanmoins la pérennisation de leur vision hiérarchique des sociétés.

Patrick Quantin

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).