Archives par mot-clé : Soudan du Sud

Un mode de gouvernement mis en échec : dynamiques de conflit au Soudan du Sud, au-delà de la crise politique et humanitaire, Lotje de Vries et Peter de Vries

Conjoncture1_135Dans la soirée du 15 décembre 2013, quelques heures ont suffi pour bouleverser les perspectives d’avenir du Soudan du Sud. Des membres du bataillon Tigre se sont affrontés pour des raisons encore obscures, multipliant les fusillades et actes de violence dans plusieurs quartiers résidentiels de Juba. Durant cette première nuit, de nombreuses personnes, Nuer pour la plupart, ont été tuées, et beaucoup d’autres ont fui pour rejoindre le camp de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (United Nations Mission In South Sudan, UNMISS), près de l’aéroport de Juba. Le matin suivant, le président sud-soudanais Salva Kiir Mayardit a fait une apparition à la télévision nationale en uniforme – qu’il n’avait pas revêtu depuis la fin de la guerre – et a accusé l’ancien vice-président Riek Machar et plusieurs collaborateurs de fomenter un coup d’État. La semaine suivante, on estime qu’un millier de personnes ont trouvé la mort. Onze membres de l’élite du Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan (Sudan People’s Liberation Movement/Army, SPLM/A), y compris son secrétaire général Pagan Amum, d’anciens ministres, et l’ancien chef d’état-major de la SPLA, accusés du complot, ont été placés en détention. Plusieurs commandants de l’armée ont déserté pour rejoindre la rébellion naissante. Riek Machar, ancien vice-président, a quitté Juba la nuit même du 15. Il a nié fermement toute accusation de putsch, mais s’est positionné comme leader de ce qui est devenu rapidement une véritable rébellion armée contre le gouvernement de Juba. Pour la plupart des partenaires de développement bilatéraux et multilatéraux du Soudan du Sud, la crise humanitaire et politique est survenue par surprise. Selon le mot même de l’ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Soudan du Sud, Hilde Johnson : « Non, nous ne l’avons pas vu venir1 ». Continuer la lecture de Un mode de gouvernement mis en échec : dynamiques de conflit au Soudan du Sud, au-delà de la crise politique et humanitaire, Lotje de Vries et Peter de Vries

  1. United Nations Mission In South Sudan (UNMISS), H. F. Johnson, « Press Conference on The Situation in South Sudan. Near Verbatim Transcript, Including Questions and Answer », Juba / New York, 26 décembre 2013, http://unmiss.unmissions.org/Portals/unmiss/Documents/PR/HF%20Johnson.261213.pdf, consulté le 11 juin 2014. []

Créer des étrangers : lois de la citoyenneté de 2011 aux Soudans et désirs d’État pour une nationalité ethnique, par Elena Vezzadini

Conjoncture2_135Depuis la signature de l’Accord de paix global (Comprehensive Peace Agreement, CPA) en 2005 qui a mis fin à quarante ans de guerre civile entre Soudan du Nord et du Sud, le retour au Sud des « réfugiés » sud-soudanais est une des préoccupations majeures des différentes organisations gouvernementales et internationales mais aussi des médias : on doit en effet les aider, par tous les moyens possibles, à « rentrer chez eux », à la « maison1 ». En 2011, le Soudan du Sud est devenu indépendant, et le nombre de rapatriements a soudainement flambé. La raison n’en est pas seulement que les « Sud-Soudanais » pouvaient enfin rentrer à leur « maison », officiellement indépendante. C’est aussi qu’ils n’ont plus le choix : ils sont désormais des « étrangers ».

Continuer la lecture de Créer des étrangers : lois de la citoyenneté de 2011 aux Soudans et désirs d’État pour une nationalité ethnique, par Elena Vezzadini

  1. Pour quelques exemples, voir UNHCR, « UNHCR Needs more Funds to Help Southern Sudan Refugees Go Home », Briefing Notes, 18 juillet 2008, http://www.unhcr.org/488069634.html ; News 24 / AFP, « 1 500 South Sudanese Going Home », 13 décembre 2013, http://www.news24.com/Africa/News/1-500-South-Sudanese-going-home-20131213 ; News 24 / AFP, « Southern Sudanese Need to Go Home », 11 janvier 2012, http://www.news24.com/Africa/News/Southern-Sudanese-need-to-go-home-20120111, consultés le 18 juillet 2014. []

Scopas S. Poggio, The First Sudanese Civil War. Africans, Arabs and Israelis in the Southern Sudan, 1955-1972, lu par Roland Marchal

first-sudanese-civil-war-africans-arabs-israelis-in-paperback-cover-artPOGGIO (Scopas S.), The First Sudanese Civil War. Africans, Arabs and Israelis in the Southern Sudan, 1955-1972, New York, Palgrave Macmillan, 2011 (First edition : 2009), xx +260 pages

Ce livre doit être lu à plusieurs titres. Il est d’abord le fruit d’une recherche qui livre des conclusions, sinon absolument nouvelles, du moins mieux documentées sur l’histoire de la première guerre civile soudanaise (1955-1972), ou de son premier épisode comme certains le disent. Il est ensuite le récit argumenté d’un réfugié de cette première guerre et d’un combattant de la seconde (1983-2005) qui, gravement blessé, a dû s’exiler pour avoir accès à des soins. Il ouvre enfin la possibilité d’une réflexion sur ce conflit apparemment résolu par l’accord de paix de 2005 et l’indépendance de 2011 mais qui rebondit tragiquement depuis la crise ouverte à Juba le 15 décembre 2013. En ce sens et avec toutes les limites du genre, il correspond autant à un exercice académique qu’à une réappropriation de l’histoire du Sud-Soudan par les Sud-Soudanais eux-mêmes.

Disons-le, les premiers chapitres du livre déçoivent parce qu’ils semblent plus le résultat d’un travail militant que d’une analyse à froid. La thèse sur le conflit « Nord-Sud », sur l’arabisation et l’islamisation forcée, n’est pas franchement novatrice dans la littérature. Il aurait été plus judicieux de la part de l’auteur de souligner les fortes tensions au sein de l’appareil d’État soudanais à plusieurs moments, notamment lors de la rébellion de 1955, réprimée dans le sang mais aussi jugée suffisamment inquiétante pour susciter une commission d’enquête dont le rapport est d’une franchise abrupte. De la même façon, le Nord est renvoyé uniment à ses multiples signifiants : l’armée et l’appareil d’État, qui ne se comportent pourtant pas de la même manière, la population civile exclue de toutes les décisions… Il n’y a donc pas, dans l’ouvrage, de véritable analyse des débats à Khartoum et des différences politiques, ramenées le plus souvent à des mouvements tactiques pour tromper l’adversaire et générer la confusion.

Le Sud dont on parle est aussi défini de façon bien nationaliste. Alors que les derniers chapitres du livre soulignent avec force détails les divisions au sein du mouvement armé, les grandes différences régionales et les tensions ethniques et confessionnelles au sein du christianisme sud-soudanais, l’auteur sait ramener le tout sous la houlette d’un Sud unifié contre l’oppression portée par le Nord.

Alors que l’auteur a fait un travail d’archives remarquable et qu’il est lui-même originaire d’une ville, Kajo-Kaji, qui a une histoire singulière dans la guerre des années 1960, il réduit le conflit à cette opposition entre deux régions, deux groupes « ethniques » et deux identités religieuses, sans jamais évoquer le comportement des combattants et leurs relations souvent difficiles alors avec la population. Notre collègue aujourd’hui décédée, Louise Pirouet, et le groupe de Makerere (des universitaires étrangers alors en poste à l’université de Makerere) avaient joué un rôle important pour la construction d’une administration civile dans cette zone, autant pour s’inscrire dans la mythologie des « zones libérées » que pour créer une interface entre les combattants et une population que ne reconnaissait plus ses propres enfants.

L’auteur aborde les questions ethniques, régionales et financières avec une franchise méritoire mais un peu impressionniste. Il décrit en particulier le rôle de l’Église catholique (mais omet de souligner les différences entre les prêtres basés à Khartoum et ceux installés au Sud-Soudan malgré de nombreux documents accessibles chez les Pères Comboniens), ainsi que le rôle joué à plusieurs moments par des soldats perdus qu’on ne jugerait guère fréquentables en Europe. Il détaille aussi avec une grande précision l’implication israélienne dans ce confit alors que les grandes puissances occidentales manquent à l’appel (à l’exception toute temporaire de la France). Il souligne enfin le rôle très ambivalent joué par l’Ouganda d’Obote et propose une analyse (bien idéologique) de son opposition au mouvement Anyanya.

Le chapitre 7 sur les aspects militaires de la rébellion mérite une lecture attentive car c’est un certain bilan (scissiparité systémique et absence de chaine de commandement, notamment) de l’aspect militaire du conflit entre 1955 à 1972 qui permet aux dirigeants du Mouvement populaire de libération du Soudan, en 1983, de justifier l’hyper-centralisation politique et militaire du mouvement autour de John Garang et, dans le même temps, l’élimination physique des dissidents de l’accord de paix signé en 1972, pour l’essentiel des Nuers et des indépendantistes.

Contrairement à la doxa, l’auteur décrit comment l’approvisionnement massif en armes grâce à Israël a permis la centralisation politique du mouvement autour de Joseph Lagu mais aussi comment dans le même temps, au niveau militaire, sa décentralisation a été accrue pour d’une certaine façon contenir les problèmes ethniques et les rivalités en renvoyant chacun chez soi, toujours dans le Sud, toujours opposé au Nord mais avec finalement un lien politique relativement ténu hormis sur le but de la guerre.

L’auteur a fait le choix de ne pas traiter de front la question des rapports entre Nilotiques (Nuer et Dinka) et Équatoriens (notamment Latuko et Madi qui jouent un rôle essentiel dans l’insurrection). En euphémisant les différences de recrutement et les approches, il n’aide guère à comprendre les différences entre le Southern Front, où les Nilotiques souvent migrants ou déplacés à Khartoum jouent un rôle essentiel et qui est instrumental dans la conception d’une solution négociée, et les chefs d’Anyanya, surtout Équatoriens et en très grande majorité non nilotiques, qui ont eu une vision plus hostile de Khartoum et une visée plus indépendantiste. C’est cette différence, autant que le jeu trouble de Jaafar Nimeyri, qui mine rapidement les accords mal négociés à Addis-Abeba en 1972.

La lecture d’un tel livre ne peut qu’inciter à une réflexion comparative avec la guerre des années 1980 et 1990. Il est dommage que l’auteur, tout à son sujet, n’ait pas osé formuler quelques pistes de réflexion sur ce point. Cette histoire-là aussi mérite aussi d’être réappropriée pour faire sens de la violence qui se déploie aujourd’hui dans un Sud-Soudan indépendant.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/2 (N° 134)

M. Leriche, M. Arnold, South Sudan : From Revolution to Independence, lu par Lotje de Vries

South Sudan From Rev. to IndependenceLERICHE (Matthew), ARNOLD (Matthew), South Sudan : From Revolution to Independence. Londres, Hurst & Company, 2012, 313 pages

L’ouvrage d’Arnold et LeRiche entend rendre compte du difficile chemin qui a mené à l’établissement de la République du Sud Soudan en juillet 2011. Les auteurs mettent le Sudan People’s Liberation Movement/Army (SPLM/A) au cœur de leur approche. il s’agit là d’une contribution bienvenue à la littérature scientifique en plein développement sur l’histoire de la nation la plus jeune du globe et de l’un des rares mouvements postcoloniaux de libération à avoir atteint l’indépendance. L’ouvrage entend fournir « à ceux qui s’intéressent à la nouvelle République une analyse en profondeur de sa longue évolution vers le statut d’État ainsi que de sa situation et de ses perspectives à l’indépendance » (p. 2). Le champ des South Sudan Studies est marqué par l’engagement fort d’intellectuels étrangers – universitaires, travailleurs humanitaires mais aussi représentants de la communauté internationale – auprès de la cause de la lutte sud­-soudanaise contre la tyrannie et la marginalisation, et du SPLM/A comme représentant de cette lutte. il en est ainsi du livre d’Arnold et LeRiche, qui démontrent leur connaissance profonde et originale des protagonistes qui ont mené le Sud Soudan à l’indépendance. ils fournissent ainsi des pistes précieuses pour comprendre les transformations politiques, militaires et économiques du pays depuis la signature en 2005 du Comprehensive Peace Agreement (CPA).

Les auteurs n’ont pas fait le choix d’une étude historique exhaustive des décennies passées, mais les premiers chapitres donnent assez de faits, de noms et de détails pour que l’ouvrage soit une source presque encyclopédique d’informations pour les chercheurs, les acteurs politiques et tous ceux qui voudront comprendre les dynamiques au sein de la direction du SPLM/A et leur impact sur les événements. Après le chapitre 4, qui fait office de pivot puisqu’il traite de la période intérimaire qui a couru de 2005 à 2011, la seconde partie de l’ouvrage détaille les défis auxquels fait face la République du Sud Soudan en matière de gouvernance, de sécurité et de développement économique, des relations extérieures et de la cohésion interne depuis la « libération ».

L’histoire de la complexe transition du Sud Soudan de la révolution à l’indépendance est marquée par des « contradictions majeures » (p. 116), comme LeRiche et Arnold le soulignent. ils ont un jugement assez positif sur la gestion de ces contradictions par le SPLM/A, en particulier sur son pilotage dans le difficile passage à l’indépendance et sur sa capacité à rallier beaucoup de ses adversaires. Sans doute, parce qu’il a réussi à obtenir l’auto-détermination, le SPLM/A est un cas important, et il faut souhaiter qu’il donne lieu à des comparaisons avec d’autres luttes africaines d’auto­détermination. Mais donner un primat absolu au SPLM/A dans les évolutions au Sud Soudan pose cependant des problèmes, car cela aboutit à laisser de côté d’autres aspects de l’histoire récente du (Sud) Soudan, comme par exemple les liens entre élites nordistes et sudistes, ou bien encore le rôle de la communauté internationale. Ceci est regrettable, parce que les connaissances pointues des auteurs et leurs perspectives sur la situation actuelle auraient pu être mises au service d’une lecture plus réaliste – et donc, aussi, plus critique – des transformations politico-­militaires au sein et au­-delà du SPLM/A et de leurs implications sur la construction de l’État sud­-soudanais.

On peut en dire autant pour le traitement qui est fait des relations du Sud Soudan avec la communauté internationale, des questions de gouvernance ou bien encore de l’économie, questions qui sont discutées trop rapidement. Sur des thèmes importants, comme la situation macro­économique à l’indépendance, les auteurs ont tendance à recourir à des propositions trop générales du type : « la combinaison entre l’instabilité macro­économique, une dépendance trop forte envers l’exportation d’un seul produit et un budget ingérable et à courte vue constitue un défi majeur à la capacité du Sud Soudan à maintenir la sécurité et à améliorer le niveau de vie » (p. 168). il en va de même lorsqu’ils avancent des appréciations assez subjectives quant à l’action du pouvoir pendant la période d’intérim. Sur les infrastructures, par exemple, cela apparaît dans la citation qui est faite d’un spécialiste du développement qui « travaille au sud depuis longtemps » et pour lequel les « changements ont semblé « vraiment révolutionnaires » » (p. 171). Des citations comme celles-­là sont utiles pour se faire une impression générale de la situation, mais elles ne contribuent pas vraiment à « définir la République du Sud­-Soudan », comme le titre du chapitre le propose.

Sans la proximité entre les auteurs et des figures clé du SPLM/A, cet ouvrage n’aurait pu être écrit. C’est grâce à cette proximité qu’il fournit des perspectives remarquables sur l’histoire de la SPLM et sur sa persévérance, qui a amené à la sécession du Sud. De ce point de vue, l’ouvrage est une source riche pour ceux qui cherchent à comprendre les événements et ceux qui, au sein du SPLM/A, se sont efforcés de les orienter. Mais cette perspective a un angle mort : les aspects problématiques de la libération. Les évolutions au sein du régime et dans l’armée, en particulier depuis les élections de 2010, doivent être approchées de façon critique. « Le monde doit au Sud Soudan le bénéfice du doute », affirment LeRiche et Arnold dans leur conclusion (p. 238). C’est possible. Mais il y a sans doute une autre manière de poser le problème : les responsables sud­-soudanais « doivent » eux aussi quelque chose – à leur peuple, en l’occurrence. À ce peuple, en effet, ils doivent de mener à bien la difficile construction d’un État qui vaille la longue lutte et les sacrifices innombrables qu’il a consentis.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).