Archives par mot-clé : Sierra Leone

T. Zack-Williams (dir.), When the State Fails. Studies on Intervention in the Sierra Leone Civil War, lu par Aline Lebœuf

cr3ZACK-WILLIAMS (Tunde) (dir.), When the State Fails. Studies on Intervention in the Sierra Leone Civil War, Londres, Pluto Press, 2012, 288 pages.

Avec le soutien du Nordic Africa Institute (Uppsala, Suède), huit Sierra-Léonais confrontent leur vision de la guerre, des interventions extérieures et du retour de la paix dans leur pays. Ils s’accordent sur certaines analyses : relativiser le rôle des diamants pour souligner le poids, dans le déclenchement de la guerre, de la mauvaise gestion de l’économie, rendue possible par le caractère autoritaire de l’État. Tous cherchent à comprendre la guerre mais surtout les conséquences des multiples interventions extérieures, facilitées par la nature « molle » de l’État sierra-léonais. Tous s’accordent sur les limites de la paix, qui a permis de mettre fin aux violences de masse, mais ne garantit ni le développement (plus de 70 % de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté en 2004), ni la démocratie : les violences entrées dans le lexique politique avant la guerre réapparaissent en temps de paix.

Le ton est donné par le directeur de la publication, Tunde Zack-Williams, qui critique les pratiques des intervenants extérieurs qu’il appelle « les centres impérialistes » (p. 4). Pour lui, la reconstruction de l’État ne peut se réduire au renforcement d’institutions, dans l’espoir d’un « retour à l’équilibre de l’État wébérien d’autorité légale-rationnelle » (p. 4). Bien qu’il fasse le constat d’une faillite de l’État, il ne donne guère à voir ce qui pourrait remplacer une telle approche. Il ne s’intéresse pas non plus au développement du discours sur les droits et de formes de fonctionnement de type légal-rationnel, qui témoignent d’une érosion du patrimonialisme (voir à ce sujet les travaux de Steven Archibald et Paul Richards, ou de Kieran Mitton).

L’originalité de l’ouvrage tient avant tout à la qualité des informations fournies. Michael Kargbo, dans son article sur l’engagement britannique, explique ainsi comment le Royaume-Uni a financé indirectement les partis d’opposition lors des élections de 2007, les aidant notamment à déployer des observateurs dans la plupart des bureaux de vote. Cependant, il ne mentionne pas la principale décision qui explique que le Sierra Leone People’s Party (parti au pouvoir jusque 2007, vaincu par l’All People’s Congress [APC]) impute sa défaite aux Britanniques : leur refus, peu avant les élections, de continuer à financer l’État sierra-léonais.

J. D. Ekundayo-Thompson offre une analyse très originale et complète des organisations de jeunes. Ces derniers sont très affectés par le sous-emploi (le taux de 60 % de jeunes au chômage est mentionné) et les plus touchés par l’analphabétisme (plus de 60 % d’illettrés en anglais). On aimerait toutefois que l’auteur analyse davantage l’échec des politiques du gouvernement et des bailleurs en leur faveur : celui-ci résulte-t-il seulement de la prise en compte insuffisante des jeunes comme acteurs potentiels de ces politiques ?

Sylvia Macauley souligne l’enjeu que représente la santé pour la défense des femmes dans un pays où il n’y a que trois médecins pour 100 000 habitants. Elle donne aussi beaucoup d’informations sur les différentes organisations impliquées dans les questions de genre, et sur leurs impacts. Elle ne questionne pas suffisamment le développement du discours sur le genre en Sierra Leone : dans quelle mesure est-ce un effet de la présence internationale ou existe-t-il des facteurs locaux, comme l’influence de la guerre sur le statut des femmes sierra-léonaises ?

Zubairu Wai propose une analyse très fine des différents positionnements et influences de la diaspora pendant la guerre (elle n’a jamais été une source centrale de revenus pour les belligérants), et aujourd’hui sur les partis politiques (financement de l’APC en 2007). On estime aujourd’hui que 15 % de la population du pays – soit 800 000 personnes – vit à l’étranger (dont 100 000 au Royaume-Uni).

L’ouvrage ne répond parfois pas toujours aux questions qu’il pose sur une partie encore controversée de l’histoire du pays. Zack-Williams, tout comme Osman Gbla, évoque ainsi le « démantèlement » (p. 25) de l’armée par l’ancien président de la République Kabbah, mais les deux auteurs n’en disent guère davantage sur le sujet. Malgré ce petit bémol, le livre sera utile à la fois à ceux qui souhaitent mieux comprendre l’histoire sierra-léonaise récente, et à ceux qui s’intéressent à des sujets transversaux comme la réforme du secteur de sécurité, le post-conflit, la promotion de la démocratie, les diasporas ou le genre. Il témoigne surtout que la guerre n’a pas su remettre en cause la capacité des Sierra-Léonais à s’approprier leur histoire, avec une « nouvelle » génération d’universitaires et de chercheurs qui n’ont déjà plus à faire leurs preuves.

Aline Lebœuf