Archives par mot-clé : Sida

F. Eboko, F. Bourdier, C. Broqua (dir.), Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, lu par Carolina De Rosis

vignette.phpEBOKO (Fred), BOURDIER (Frédéric), BROQUA (Christophe) (dir.), Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Marseille, IRD Éditions, coll. « Objectifs Suds », 2011, 398 pages.

Paru après plus de vingt ans de pandémie sida, cet ouvrage se compose de dix études de cas, issues de recherches en sociologie, en anthropologie, en science politique et en économie. Il s’inscrit dans la continuité de la littérature scientifique portant sur les mobilisations sociales de la lutte contre le sida, apparues dans un premier temps au Nord, et relayées ensuite dans les pays du Sud. En les abordant comme un « exemple-type des mobilisations contemporaines, qui voient émerger des regroupements autour de causes communes » (p. 22), chaque article retrace l’historique de leur constitution et analyse leur évolution ainsi que les tendances actuelles, dans des contextes politiques, culturels et sociaux différents.

Sont ici concernées l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie et l’Europe occidentale. Le titre de l’ouvrage n’implique donc pas l’absence des Nords, élément qui avait déjà été un motif d’interrogation pour les rédacteurs du n° 7 de Face à Face. Regards sur la santé, publié en 2005 et à partir duquel « l’idée de ce livre est née » (p. 5). D’une part, les essais réunis dans le présent ouvrage ont le mérite de rendre compte de la transformation de la césure radicale entre Nord et Sud, césure que les différentes situations sanitaires, politiques, économiques, culturelles et sociales ont dans un premier temps fait ressortir. D’autre part, ils mettent en exergue la tendance de plus en plus affirmée des associations et des acteurs du Nord à orienter leur attention et leurs actions vers l’international et les Suds – des Suds qui loin de se limiter à une division géographique, sont définis par les frontières que reproduisent les diverses situations sociales et politiques, à travers les migrations Sud-Nord, par exemple. Les six premières études de cas (Brésil, Cambodge, Taïwan, Chine, Inde du Sud et Cameroun) offrent autant d’exemples différents de formes de gestion de l’épidémie, qui sont inscrites et ont façonné les espaces de coopération mais aussi de conflit et de négociation, entre les instances globales de lutte contre le sida, les États et ce que ces six essais s’efforcent de définir comme la « société civile ».

On y découvre les mutations que les appropriations locales des stratégies globales de gestion de l’épidémie aussi bien que les résistances à leur application – le cas du Brésil est emblématique à cet égard – ont induites dans les formes d’insubordination civile et institutionnelle apparues initialement sur le champ de bataille du sida dans les pays du Nord. On y retrouve également les impacts de la menace sida sur la formation de groupes sociaux issus de minorités sociales et sexuelles autrement invisibles. On y observe enfin l’émergence ou la consolidation d’oligarchies locales prenant en charge la formation d’associations et d’ONG, puis le relâchement de leur influence sur le milieu associatif, comme en témoigne l’exemple camerounais.

Trois essais situent leur analyse dans le contexte associatif français. Le premier a le mérite de mettre au jour, à travers une reconstruction de la formation des mobilisations contre le sida « de personnes originaires du Maghreb » (p. 231) et un décryptage de leurs conditions de possibilité, toute l’ambivalence du rapport spécifique de l’État français à la question de l’« immigration ». Les deux autres textes portent sur les associations Solidarité sida et Act UpParis. Dans un contexte de démobilisation générale du milieu associatif français sur ses combats initiaux (démobilisation consécutive à l’introduction des trithérapies en 1996), les auteurs montrent les nouvelles orientations bien différentes de ces deux associations. Si Solidarité sida inscrit son action dans le registre de l’humanitaire, Act Up Paris milite contre les inégalités globales, engagement caractéristique des luttes politiques postcoloniales.

L’ouvrage se clôt sur un chapitre qui porte sur les enjeux économiques et politiques de l’accès aux antirétroviraux dans les systèmes de santé publique des pays en développement. L’auteur, Jean Paul Moatti, montre comment la lutte contre le sida a contribué à un renouvellement des paradigmes économiques qui guident l’action internationale dans la santé. Une attention particulière est consacrée aux influences mutuelles entre les mobilisations et les avancées théoriques et méthodologiques en économie de la santé.

À travers les espaces géopolitiques différents dont traitent les articles, dans ce combat global contre le sida au Sud, la formation, le rôle des militants et des acteurs collectifs, sont éclairés d’un nouveau jour. L’ouvrage met bien en exergue leur double inscription géographique, à la fois locale et transnationale – ce qui en fait, pour reprendre le néologisme utilisé par les éditeurs de l’ouvrage dans l’acception que lui a donnée Jean-François Bayart des « sujets » de la « glocalisation » (p. 25), c’est-à-dire d’une production globale du social, réticulaire, transnationale et en même temps parfaitement spatialisée. Il s’agit de « sujets » en devenir qu’une « guerre », celle incarnée par le sida, a progressivement construits et transformés à travers la production de ce que les éditeurs de l’ouvrage envisagent, en reprenant Michel Wieviorka, comme le « désir », certes ambivalent, « d’individus et de groupes d’individus de se constituer en acteurs de leur propre vie » (p. 26). À l’heure où se profilent d’autres défis, comme l’accès aux nouveaux traitements pour les patients des pays les plus pauvres, et où d’autres cris d’alarme résonnent (sur les politiques migratoires, mais aussi, en raison de la crise économique, sur le possible retour en arrière des acteurs du développement dans la voie de l’accès universel au traitement et à la prévention du VIH), l’ouvrage invite à poursuivre l’étude des mobilisations, décrites et analysées ici avec finesse et sagacité. L’ambition est enfin de mettre en lumière les implicites politiques et moraux qui sous-tendent ces mobilisations dans la trame complexe des valeurs et des normes émanant des actions qui, pour évoquer JeanFrançois Bayart interprète de Michel Foucault, font les « sujets » en même temps que les « sujets » y participent – dans le cas spécifique de l’histoire du sida dans les Suds, par des formes de visibilité variées et mouvantes d’individus et de groupes d’individus se situant en marge des savoirs constitués et des pouvoirs établis.

Carolina De Rosis