Archives par mot-clé : Rwanda

Maddalena Campioni, Patrick Noack (dir.), Rwanda Fast Forward. Social, Economic, Military and Reconciliation Prospects, lu par Danielle de Lame

rwanda-fast-forwardCAMPIONI (Maddalena) et NOACK (Patrick) (dir.), Rwanda Fast Forward. Social, Economic, Military and Reconciliation Prospects, Basingstoke (U.K.) / New York, Palgrave Macmillan, 2012, 283 pages.

L’introduction de ce recueil d’articles surprendra peu : le caractère unique du Rwanda, rengaine dès l’époque coloniale… Foin de l’histoire, il est vrai, pour les directeurs de l’ouvrage qui donnent le génocide de 1994 pour événement fondateur du pays et de leur perspective et soulignent l’arrivée au pouvoir de Paul Kagamé en 2003 (sic) grâce à des « élections parlementaires ». Une histoire un peu courte. Retour au futur, donc, qui semble le slogan du groupe Scenario Development, un groupe de chercheurs basés à Londres et dont les deux directeurs de publication se réclament, en donnant le ton général de l’ouvrage, axé sur une approche méthodologique prospective en termes de scénarios probables. Pour les tenants de ce « nouveau champ de recherche », le développement de scénarios constitue l’archétype des études du futur, qui préparent à faire face à l’avenir. Voici le ton donné… et tenu. L’ouvrage est cohérent et plus critique que ne le suggère une introduction somme toute assez faible. Il se tient aux thèmes les plus visibles de la société rwandaise médiatisée : réconciliation, reconstruction, unification et société civile, développement économique et social, conflit et rôle des militaires, envisagés à l’aune de l’officielle « Vision 2020 ». « Le Rwanda avance à une vitesse casse-cou et la population, qu’elle le veuille ou non, est enrôlée » (p. 5) : cette réalité constitue l’arrière-plan de tous les chapitres. Continuer la lecture de Maddalena Campioni, Patrick Noack (dir.), Rwanda Fast Forward. Social, Economic, Military and Reconciliation Prospects, lu par Danielle de Lame

P. Clark, The Gacaca Courts, Post-Genocide Justice and Reconciliation in Rwanda : Justice without Lawyers, lu par Richard Moncrieff

The Gacaca CourtsCLARK (Phil), The Gacaca Courts, Post-Genocide Justice and Reconciliation in Rwanda : Justice without Lawyers, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, 355 pages.

Le système judiciaire néo-traditionnel dit des Gacaca, que les autorités rwandaises ont mis en œuvre à partir de 2001 pour juger les personnes soupçonnées d’implication dans le génocide de 1994, est en train d’atteindre le terme de sa mission. Réponse pragmatique à un surpeuplement carcéral extraordinaire et à l’incapacité du système judiciaire formel à y faire face, les Gacaca ont fourni un exemple spectaculaire de justice communautaire. Dans les centaines de milliers de cas traités, des jugements ont été prononcés par des juges élus localement (les juristes professionnels n’étaient pas autorisés à siéger), les peines allant de travaux d’intérêt général à l’emprisonnement, le taux d’acquittement ayant été de 25 %.

Dans cet ouvrage, Phil Clark, passé de l’Université d’Oxford à la School of Oriental and African Studies de l’Université de Londres, présente un compte-rendu détaillé des Gacaca, de leur mise en place jusqu’à leur terme. Il procède de façon très détaillée, très locale, s’appuyant sur un travail de terrain prolongé et sur des entretiens répétés avec les mêmes interlocuteurs au fil des jugements. De ce point de vue, l’ouvrage est d’une grande profondeur, prêtant attention aux expériences traumatiques individuelles et collectives, à la réconciliation (sous ses formes diverses), au pardon (dont il souligne, sûrement à raison, l’aspect religieux) et à la véridiction. Notre compréhension du génocide rwandais et de ses suites sort ainsi renforcée de cette lecture.

Le livre est construit autour d’un débat entre ce que Clark appelle le « récit dominant » sur les Gacaca et sa propre vision. Selon le récit qu’il dit dominant, porté principalement par les organisations de défense des droits de l’homme et par certains universitaires, les Gacaca ne parviendraient pas à rendre la justice compte tenu de l’absence d’une procédure judiciaire « classique ». Clark soutient pour sa part que les Gacaca répondent à un ensemble plus large de préoccupations que la justice punitive et ont été adaptées par les individus et les communautés locales selon leurs besoins. Clark n’entend donc pas défendre les Gacaca sur la qualité juridique de la justice qu’elles rendent, mais plutôt sur d’autres aspects, comme la réconciliation, où il trouve le bilan presque entièrement positif, hormis pour quelques défauts surtout techniques. Il entend également défendre les Gacaca contre ceux qui affirment qu’ils ne sont qu’un masque qui permet à l’État de contrôler le discours populaire ou de faire peser sur les Hutu une culpabilité collective (voir en particulier p. 250).

Sa contribution aux débats sur le Rwanda contemporain et sur la justice post-conflit est considérable. Mais l’ouvrage souffre cependant de faiblesses importantes. Certaines questions sont peu traitées, comme la question du sort de ceux qui étaient mineurs en 1994. Par ailleurs, l’ouvrage est tellement centré sur les expériences locales et individuelles (au point d’aboutir au chapitre 10 à une série de recommandations théologiques plutôt hors de propos sur que ce que le pardon veut dire), que la couverture des aspects politiques, promise en introduction, n’est pas assez aboutie. Par moments (p. 152), Clark semble accepter que le contexte politique du début des Gacaca en 2001-2003 n’était guère prometteur (les pressions sur les partis d’opposition, etc.). Mais il ne parvient pas à expliquer de façon satisfaisante comment, dans ce contexte autoritaire, la liberté d’expression qu’il a trouvée au niveau local a pu être possible. Tout en mettant en avant les vertus d’une analyse locale fine, il s’efforce bien peu d’analyser avec le même soin le contexte national, au-delà de la question importante de savoir si les Gacaca ont ou non jugé des violations des droits humains commises par le Front patriotique rwandais (FPR) au pouvoir, question traitée de façon intéressante mais pas vraiment aboutie (p. 121-128).

Au final, et sans surprise, cet aspect du débat dépend profondément de l’appréciation qu’on a du régime actuel. Clark semble convaincu (p. 22-23) que ce que beaucoup perçoivent comme un régime autoritaire assez « typique », avec le maquillage habituel, est en fait plus composite et connaît l’influence de voix divergentes, plus libérales. C’est précisément cela qui, selon lui, a ouvert aux Gacaca une liberté relative au niveau local. Il s’agit là d’une piste intéressante et importante, mais le lecteur ne peut qu’être frustré de ce que l’angle politique ne soit pas travaillé avec une rigueur analytique suffisante.

Richard Moncrieff

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

S. Straus, L. Waldorf (dir.), Remaking Rwanda: State Building and Human Rights after Mass Violence, lu par Danielle de Lame

cr6STRAUS (Scott), WALDORF (Lars) (dir.), Remaking Rwanda: State Building and Human Rights after Mass Violence, Madison, The University of Wisconsin Press, coll. « Critical Human Rights », 2011, 382 pages.

Cet ouvrage est un recueil de textes dédiés à la mémoire d’Alison Des Forges, historienne et activiste des droits de l’Homme (notamment au sein de l’ONG Human Rights Watch), décédée dans un accident d’avion en février 2009. Les 21 chapitres sont dus à des spécialistes du Rwanda, économistes, juristes, historiens, anthropologues, réunis à Londres et à Madison à l’occasion de cérémonies d’hommage. Dans une préface, David Newbury éclaire les liens entre la quête des faits par l’historien(ne) et l’activisme social. Lorsque la quête de vérité rejoint le souci de justice sociale, les textes ont des effets politiques : ce qui apparaît certainement dans les travaux de Des Forges relatifs au génocide était déjà présent dans sa thèse de doctorat – publiée à titre posthume – et qui portait sur les débuts de la colonisation. L’impartialité reste un trait majeur de la chercheuse dont la mémoire est ici célébrée.

Les travaux de Des Forges analysés par Newbury brossent le paysage culturel où se situent les analyses de la politique rwandaise actuelle. L’introduction de Scott Straus et Lars Waldorf, « Seeing like a Post-Conflict State », détaille les entreprises d’ingénierie sociale en cours et situe l’ouvrage dans un contexte théorique large en posant deux questions essentielles : que nous enseigne l’autoritarisme internationalement sponsorisé à propos de la reconstruction sociale ? Comment comprendre le processus de rétablissement du Rwanda post-génocide ?

Les directeurs de l’ouvrage entendent, à juste titre, combler un vide dans la littérature. Les chapitres réunis résultent de terrains de longue durée, pour la plupart en région rurale, menés en majorité par des chercheurs relativement récents sur le terrain rwandais, rejoints par quelques chercheurs chevronnés. L’analyse des observations de terrain est située dans le contexte politique général : l’ingénierie sociale du Front patriotique rwandais (FPR) comprend une refonte culturelle, une reconfiguration spatiale du pays qui rompt avec le passé, le remplacement des petites exploitations familiales par les monocultures et l’agro-industrie, l’endoctrinement politique et le soutien inconditionnel au gouvernement. La suppression de toute critique entraîne des exclusions qui remettent en cause toute prétention officielle à une reconstruction sociale. L’instrumentalisation du génocide justifie l’aide étrangère au Rwanda (50 % du budget national) autant que l’impunité dont bénéficie le FPR pour les crimes commis durant la guerre civile de 1990-1994.

Ces thèmes apparaissent au long des chapitres groupés en cinq parties : « Governance and State Building », « International and Regional Contexts », « Justice », « Rural Reengeneering », « History and Memory ». L’ouvrage se termine par deux articles de conclusion. Dans le premier, Joseph Sebarenzi, ancien président du parlement rwandais (1997-2000), décrit ses vains efforts pour établir l’indépendance du pouvoir législatif et rappelle que les tentatives de démocratisation à l’approche des élections de 2010 n’ont eu pour effet que des emprisonnements, des départs en exil et des tentatives d’assassinat. Dans la seconde conclusion, Aloys Habimana (Human Rights Watch, division Afrique) note quant à lui la continuité entre les deux derniers régimes rwandais.

Il n’est pas possible d’entrer ici dans les détails de chaque chapitre reprenant les observations de terrain qui font de cet ouvrage la meilleure synthèse actuelle des multiples facettes de la vie des Rwandais aujourd’hui. Au moment où l’exploitation des ressources naturelles de la RDC par le Rwanda est reconnue publiquement, ce recueil attire l’attention sur les effets du soutien aveugle de la communauté internationale, trop lente à intervenir lors du génocide des Tutsi, trop tard reconnu. Dans la pléthore d’ouvrages publiés depuis 1994, celui-ci fait date. Par ses ambitions théoriques, il dépasse le cadre du Rwanda et intéresse politistes et historiens à plus d’un titre. À quinze ans de distance, et bien fondé sur l’observation, il jette un jour à la fois complémentaire et contrasté sur la situation de la majorité de la population rwandaise laissée dans l’ombre des « Visions 2020 » et autre « miracle kigalien ».

Danielle de Lame