Archives par mot-clé : Relations franco-africaines

D. Decherf, Couleurs. Mémoires d’un ambassadeur de France en Afrique, lu par Yves Gounin

9782355932090DECHERF (Dominique), Couleurs. Mémoires d’un ambassadeur de France en Afrique. Saint-Malo, Pascal Galodé Éditions, 2012, 332 pages

Le titre de ce livre et la photo bigarrée qui orne sa couverture sont trompeurs. ils laissent augurer les souvenirs africains et colorés d’un ambassadeur en fin de carrière. Mais Dominique Decherf n’est pas Michel Lunven dont on a dit ici tout le mal qu’il fallait penser des récents Mémoires. Ces deux diplomates là ne sont pas de la même farine. Le second a fait toute sa carrière dans le « pré carré », à l’ombre de Foccart dont il fut l’adjoint à Matignon. Le premier a un profil plus original. Swahilisant, c’est aux marges du « pré carré » qu’il a travaillé, dans des postes réputés difficiles, voire sans intérêt : Dar-­es­-Salam, Luanda, Kigali, Djibouti. Profitant d’une année sans affectation, il va à Harvard à 55 ans pour une fellowship. Catholique, il est l’auteur d’une biographie de Jacques Bainville et depuis sa retraite, prise au Kenya, il poste chaque semaine une tribune pour France catholique.

Ses mémoires ne sont pas la relation paresseuse de ses affectation successives, ni même une mise en perspective de la « politique africaine de la France », mais une réflexion ambitieuse autour du paradigme de la « couleur ». Osant la provocation, Dominique Decherf entend replacer les couleurs, la race, au centre de la politique internationale. Bien sûr, il n’a pas la bêtise de considérer la race comme un phénomène scientifique. Mais sa prégnance dans les représentations et les préjugés caractérise, selon lui, les relations internationales. Plutôt que de la nier candidement dans un éloge béat du métissage et du cosmopolitisme, autant la regarder en face et « restaurer les différences » pour les comprendre et les surmonter. Le propos est trop intelligent pour être choquant. Si Decherf fait l’éloge paradoxal de Gobineau face à Darwin, c’est parce que, selon lui, le premier, aussi infondée scientifiquement que soit sa philosophie, prend le concept de race à bras-­le­-corps alors que le second, faussement humaniste, place malgré tout et toujours les Blancs au sommet de la pyramide de l’évolution.

Dominique Decherf nous invite à prendre de plain-­pied l’Afrique. Un continent dont il nous somme d’éviter de l’appréhender par le prisme de généralisations oiseuses et de concepts génériques. Un continent qui n’a pas attendu l’Europe pour entrer dans l’Histoire et qui se fera de plus en plus lui­-même. Un continent qui renvoie les Européens aux catégories dans lesquelles ils l’avaient enfermé : colonialisme versus post­colonialisme (en quoi la colonisation a­-t­-elle influé sur le destin des pays colonisateurs ?), négritude versus whiteness (comment peut-­on être Blanc dans un monde qui l’est de moins en moins ?).

Trois solutions, toutes insatisfaisantes, sont possibles pour gérer la coexistence des races. La première a été la séparation, incarnée par l’apartheid sud-­africain. Decherf, qui a été en poste dans les États de la « ligne de front », rappelle les heures glorieuses de la lutte anti-apartheid et se désespère du désintérêt dans lequel l’Occident a abandonné l’Afrique du Sud depuis 1994. « Quand l’apartheid a disparu, tout le monde s’en est donc félicité puis a continué sa route » (p. 31). Faisant un bond par­dessus « l’Atlantique noir », il consacre un chapitre aux États-­Unis – il fut consul général à Chicago – pour y relativiser l’effet Obama : aussi Noir soit-­il, le 44e président des États­-Unis mène, selon lui, une politique de Blanc.

La deuxième solution est l’égalité des droits. Mais elle rencontre vite les limites du post­ colonialisme. Dominique Decherf n’a pas de mots assez durs contre le discours de La Baule, dont on sait quelle réticence il avait inspiré à Mitterrand lui­-même. Vouloir imposer la démocratie aux pays africains au lendemain de la chute du mur de Berlin n’avait pas de sens. Le discours de La Baule, loin de faire souffler un vent de liberté, a eu des conséquences déstabilisatrices, pendant qu’au même moment, l’Afrique du Sud forgeait un compromis efficace qui n’était pas celui de la majorité ethnique, ni non plus celui des droits de l’homme (pas de châtiment pour les coupables).

La troisième solution, la plus funeste, est celle de l’identité, qui enferme les peuples. Dominique Decherf en a vu les effets au Liberia, au Rwanda, en Somalie (ou plutôt aux Somalies puisqu’il utilise un pluriel visant à différencier le Somaliland britannique – où existe depuis 1991 un État de facto – de la Somalie italienne). Les pages les plus croustillantes – à défaut d’être les plus profondes – de ses mémoires sont celles qu’il consacre à son affectation au Rwanda. il y fut le dernier ambassadeur de France de 2004 à 2006, date de la rupture des relations diplomatiques franco-­rwandaises, provoquées par les conclusions de l’enquête du juge Bruguière, dont il semble aujourd’hui qu’elles étaient erronées.

Il n’est pas facile de prendre la mesure de cet ouvrage qui sollicite, dans une accumulation parfois confuse, la philosophie, l’ethnologie voire la théologie. Loin du livre de souvenirs que le moindre ambassadeur taquinant la plume se sent tenu d’écrire au crépuscule de sa vie, il a le mérite d’oser une réflexion stimulante et anticonformiste sur le concept de race et sa prégnance sur la scène internationale.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).

M. Lunven, Ambassadeur en Françafrique, lu par Yves Gounin

Ambassadeur en FrançafriqueLUNVEN (Michel), Ambassadeur en Françafrique, Paris, Éditions Guéna, 2011, 340 pages.

Michel Lunven est un dinosaure. Il ne s’en cache pas. Le titre provocateur des mémoires qu’il publie à près de 80 ans lui a peut-être été suggéré par son éditeur, Frédéric Guéna, fils d’Yves Guéna, figure historique du gaullisme et qui fut notamment le dernier gouverneur colonial à Abidjan… et le premier ambassadeur de France en Côte d’Ivoire. Il en est peut-être allé de même de la photo de couverture qui le montre dans un avion du Groupe de liaisons aériennes ministérielles (GLAM) aux côtés de Jacques Foccart. Ce titre percutant et cette photo révélatrice annoncent clairement la couleur. À rebours des critiques qui dénoncent les crimes incestueux dont la Françafrique se serait rendue coupable, depuis les pamphlets de François-Xavier Verschave jusqu’au récent – et excellent – documentaire de Patrick Benquet, « Françafrique : 50 années sous le sceau du secret », l’ambassadeur Lunven entend réhabiliter l’action de la France en Afrique.

Il le fait en racontant les quinze dernières années de sa carrière. En 1986, il devient l’adjoint de Jacques Foccart à Matignon, un homme qui a priori ne lui était « pas particulièrement sympathique » (p. 17) mais avec lequel s’établit rapidement « une vraie connivence » fondée sur « la même passion de l’Afrique » et la même conviction « de la nécessité de préserver, envers et contre tout, cette zone d’influence française sur ce continent » (p. 19). En 1988, il est nommé ambassadeur au Niger – où il avait auparavant déjà dirigé la mission de coopération. Il reconnaît y avoir pratiqué « l’ingérence sans états d’âme » (p. 321) en y organisant les premières élections libres du pays, mais il le justifie par le souci de la France « d’écarter un autocrate » et « d’éviter la guerre civile ». En 1993, il effectue une mission de bons offices en Centrafrique et parvient, là encore, à organiser non sans mal des élections libres. En 1995, dernier poste au Gabon, « oasis relative de prospérité et de paix » (p. 217) auprès de Omar Bongo, une personnalité qui « [l]e fascine » (p. 278), doté d’une « intelligence aigüe », d’une « mémoire prodigieuse » et d’un « humour décapant ». En 1998, frappé par la limite d’âge, l’ambassadeur Lunven rentre en France et fait bénéficier pendant quelques années le groupe Bouygues de son « carnet d’adresses » (p. 307) et des « bonnes relations » qu’il a conservées au Quai d’Orsay.

On l’aura compris, Michel Lunven assume sans ciller la fidélité à une certaine idée de la France, attachée au maintien de relations spécifiques avec l’Afrique. Par opposition aux Modernes qui entendent normaliser ces relations, il est un Ancien qui estime que la France a des intérêts particuliers en Afrique (héritage historique, francophonie, intérêts économiques, importantes communautés françaises…) qui justifient qu’elle y exerce un rôle particulier.

Sa vie entière consacrée à l’Afrique témoigne de la sincérité de son engagement. Son hostilité affichée à la réforme de la Coopération placée en 1997-1998 sous le signe de la normalisation de la relation franco-africaine (intégration du ministère de la Coopération au Quai d’Orsay) est logique. La cruauté avec lequel il dépeint la cohorte de « parasites et d’intrigants » français qui hantent les palais présidentiels africains – au nombre desquels il range Robert Bourgi – l’exonère de tout soupçon de complicité avec les pires pratiques de la Françafrique.

Pour autant, il se dégage de la lecture de ses mémoires un parfum un peu rance d’une diplomatie paternaliste et surannée. Paternaliste à l’égard des Africains, considérés à mots couverts comme des êtres immatures, déchirés par des luttes ethniques ancestrales, inaptes à la démocratie. Surannée quant au mode de fonctionnement d’une représentation diplomatique dont l’ambassadeur Lunven, bien qu’il s’en défende, donne l’image d’une féodalité dirigée par un « patron incontesté » (p. 45) assisté de sa fidèle épouse (le chapitre intitulé « La résidence de l’ambassadeur : le domaine de l’ambassadrice » est un modèle du genre), parvenant tant bien que mal à gérer une équipe de collaborateurs d’inégale qualité, dans le silence assourdissant du Quai qui le laisse sans instruction et sans moyens. Seule circonstance atténuante : l’ambassadeur Lunven a quitté le Quai d’Orsay en 1998 à une époque où Internet (le mot n’apparaît pas une seule fois dans ses mémoires) et l’évaluation 360 degrés n’y avaient pas encore fait leur entrée.

Yves Gounin

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

J.-P. Bat, Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, lu par Guillaume Vadot

Le syndrome FoccartBAT (Jean-Pierre), Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, Paris, Gallimard, collection Folio histoire, 2012, 838 pages.

Diplômé de l’École nationale des chartes, Jean-Pierre Bat est responsable du fonds Foccart aux Archives nationales. Son livre, qui constitue une véritable somme, entend imprimer un regard d’historien sur un sujet que l’auteur caractérise d’emblée comme saturé de fantasmes et de visions complotistes concentrées autour du terme « Françafrique ».

Bâti selon un plan chronologique («La matrice (1959-1974) », « La succession (1974-1994) » puis « L’héritage (de 1994 à nos jours) »), l’ouvrage entend rompre avec les conceptions totalisantes et intentionnalistes – Jean-Pierre Bat n’utilisant pas ce second qualificatif – de la politique française en Afrique après la colonisation. Il s’attache donc à restituer la construction politico-médiatique de la figure de Jacques Foccart, figure sujette jusque dans les années 2000 à d’intenses batailles mémorielles.

Cette « saturation mémorielle » (p. 43), selon l’auteur, l’amène à une tentative de caractérisation scientifique du « Monsieur Afrique » du Général de Gaulle, de sa méthode et du système institutionnel qu’il a contribué à bâtir. Foccart se serait en effet constitué comme « masque africain » (chapitre 2) du premier président de la Cinquième République, au double sens du terme. D’abord en se plaçant comme paravent d’une politique qui revêtait un caractère stratégique, mais dont les implications tactiques n’étaient pas toujours endossables officiellement par les institutions – et c’est le moins que l’on puisse dire au vu des exemples donnés par l’auteur de cet « illégalisme d’État », notamment les soutiens accordés à Moïse Tshombe ou à la sécession biafraise. Mais si Foccart et ses successeurs n’étaient que des masques, c’est aussi parce qu’ils ne se situaient pas sur le terrain de la décision politique, mais sur celui de l’application tactique – quelles qu’en soient les marges de manœuvre paradiplomatiques, sécuritaires, économiques et parfois militaires. Le donneur d’ordre reste donc bien l’Élysée, même lorsque le « feu » est « orange », c’est-à-dire que la recommandation d’action n’est qu’implicite.

En se positionnant comme « pythie gaulliste » (p. 142), Foccart a su profiter de sa relation privilégiée avec le général-président pour bâtir une architecture particulière, centralisée et élyséenne, à l’appui de la politique française en Afrique. Le livre de Bat montre ainsi comment s’est construite la centralisation autour du Secrétariat général des affaires africaines et malgaches, composé majoritairement d’anciens de l’École nationale de la France d’Outre-Mer, et qui parvint dans les années 1960 à minoriser et court-circuiter les services de la Coopération ainsi que le Quai d’Orsay. Il relate aussi comment les affinités gaullistes, souvent construites pendant la Résistance, ont constitué un vecteur privilégié de construction de ces « circuits courts » dont se dotait Foccart dans les ambassades, l’armée, les services secrets ou encore les grandes entreprises françaises – Elf au premier plan. Dans le contexte de la Guerre froide, le maintien de la pax gallica en Afrique constituait en effet un fondement du rang international de la France, et toute une ingénierie fut mise en place pour surveiller – au nom de l’anti-communisme – les sociétés africaines, leurs syndicats et partis d’opposition, promouvoir et défendre les présidents « amis de la France », flanqués de « Messieurs sécurité » liés aux services français.

Mais le livre de Jean-Pierre Bat se veut aussi une réflexion sur les évolutions de cette matrice initiale au cours du temps. Le premier point d’inflexion se situe en 1974, quand Foccart, déjà éclaboussé par un scandale en 1969, part de l’Élysée lorsqu’arrive Valéry Giscard d’Estaing. Ce dernier se présente comme un modernisateur de la politique africaine de la France, annonçant la banalisation des relations avec le pré carré et renouant fort symboliquement avec la Guinée de Sekou Touré. La « défoccartisation » du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE), amorcée par Pompidou, est poursuivie. Mais les « piliers du système » sont conservés (chapitre 8) : Elf s’ancre dans son rôle de prolongement de l’État français, notamment au Gabon, le SDECE conserve son rôle central et s’appuie sur des mercenaires comme Bob Denard, et, dans le contexte de la « Guerre fraîche », les opérations militaires se multiplient, de Kolwezi au Sahara Occidental en passant par le Tchad. Mais contrairement à de Gaulle, Giscard d’Estaing n’a pas su se parer d’un « masque africain » dans ses rapports avec les chefs d’État du pré carré. L’affaire des diamants de Bokassa l’éclabousse à la suite d’une amitié dont il avait voulu faire le symbole de son ancrage africain, lui qui ne jouissait pas de la proximité du « chef de famille » Félix Houphouët-Boigny.

L’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, contempteur du « coup d’État permanent » entouré de plusieurs conseillers tiers-mondistes, est considérée à grande échelle comme l’ouverture d’une nouvelle ère pour les relations entre la France et ses anciennes colonies africaines – si bien qu’un vent de panique secoue les « présidents amis », et que de nombreux honorables correspondants du SDECE démissionnent, relate Bat. En fait, elle inaugure plutôt le temps des désillusions et de l’incrédulité, ajoutant à la défiance et à l’odeur de soufre qui entoure la « Françafrique », vécue comme un fléau du régime. Le réformiste Jean-Pierre Cot, nommé ministre de la Coopération et du Développement, est contraint à la démission dès décembre 1982, tandis que Guy Penne, nouveau conseiller Afrique, ressuscite la cellule africaine de l’Élysée, bientôt assisté de Jean-Christophe Mitterrand, alias « papamadit » et deuxième « circuit court » du président.

Le second septennat socialiste constitue néanmoins une période d’évolutions pour les relations franco-africaines, alors que la fin de la Guerre froide met à l’épreuve les définitions stratégiques établies lors des Indépendances autour de la notion de « pré carré ». Fin de partie ou expression de la nécessité de tout changer pour que rien de change ? D’une part, le discours de La Baule constitue une tentative d’adaptation à ce nouvel environnement, un coup de poker pariant sur l’adoption du vocabulaire de la libéralisation politique pour canaliser la contestation démocratique en cours.

D’autre part, cette période est marquée par de nombreux scandales françafricains, avec l’arrestation et le procès rocambolesques de Denard, mais surtout l’affaire Elf. Pour Bat, cette dernière est une véritable antithèse du projet de Foccart puisqu’elle naît de divisions profondes entre acteurs d’une politique africaine de la France qu’il avait voulue unifiée et centralisée, et projette dans l’espace public toute une série d’éléments tactiques qui avaient vocation à ne jamais y entrer. De la même manière, les errements de l’intervention française au Rwanda en 1994, et en Côte d’Ivoire entre 2004 et 2011 (« la seconde mort de Foccart », selon Bat, chapitre 15) seraient le signe de l’éclatement, de la fragmentation de cette politique d’influence, rendant archaïques les lectures totalisantes. Le retour de Foccart auprès de Chirac entre 1995 et 1997, date de la mort du vieux conseiller, ne serait ainsi qu’une parenthèse avec peu d’effets sur ce cours général.

Cette thèse conclusive s’appuie malheureusement sur bien moins d’éléments empiriques que les premiers chapitres, alors même que cette matière objective réunie par l’ouvrage constitue sa première qualité. On peut ainsi être surpris par l’insistance de Jean-Pierre Bat sur la relativisation de la France dans son ancien pré carré (par la Chine ou les États-Unis), dont l’existence même serait remise en cause par la « nouvelle géopolitique » de ce début de XXIe siècle, ou encore sur l’ajustement des moyens militaires de l’Hexagone… alors même que les exemples abondent ces dernières années de l’activisme militaire français en Afrique, de la force Licorne en Côte d’Ivoire à l’intervention Harmattan en Libye au printemps 2011, de la mise en place d’une unité anti-piraterie à Djibouti à l’opération Serval au Mali.

Bat a construit son ouvrage en croisant critères thématiques et chronologiques, provoquant quelques répétitions et des retours en arrière porteurs d’un peu de confusion. Mais c’est l’écriture linéaire qui l’emporte dans l’économie générale du livre, au détriment de la conceptualisation, et au risque de réduire l’étude de la politique française en Afrique à la question lancinante de la rupture et de la continuité par rapport à la matrice foccartienne. Tout en s’interrogeant à ce sujet dans de nombreuses transitions entre ses chapitres, l’auteur avance finalement assez peu dans la mise au jour de ce qui perdure, de ce qui change, et des déterminants de ce mouvement. Pourrait-on, par exemple, tenter l’hypothèse d’une continuité stratégique dans les rapports entre le capitalisme français et l’Afrique, les rapports de forces entre puissances et la dynamique des sociétés africaines ayant par ailleurs entraîné d’importantes évolutions tactiques et institutionnelles ? Ou, reprenant les concepts gramsciens, doit-on rattacher les éléments stables au régime construit entre la France et ses anciennes colonies africaines après 1960 (au sens où Jean-Pierre Dozon parle de « l’État franco-africain ») et les éléments changeants aux gouvernements qui se sont succédé à la tête de la Cinquième République ?

Un argument sous-tend néanmoins l’ensemble du texte : le « syndrome Foccart ». « Qu’est-ce que le syndrome Foccart ? L’idée que les années fondatrices du secrétariat général, genèse de la cellule Afrique de l’Élysée, constituent la colonne vertébrale, le modèle puis l’horizon des relations entre la France de la Cinquième République et ses anciennes colonies sub-sahariennes » (p. 726). Séduisante mais simpliste, cette vision se serait progressivement emparée de l’opinion, et Bat se fixe la tâche scientifique d’épurer la politique africaine de la France des « fantasmes » (p. 12) qui l’ont recouverte. Cette posture élitiste repose en fait sur une lacune dans l’étude de la (ou des) réception(s) de cette politique dans l’espace public. Si, comme le souligne l’auteur, le secret – énoncé et mis en scène par le vocabulaire de l’intimité, de l’initiation – est au cœur du « marigot franco-africain », alors comment s’étonner qu’il soit aussi au centre des interprétations formulées de l’extérieur – des théories du complot aux accusations en sorcellerie ? Quand la logique de la transgression et de la realpolitik qui domine le rapport de la France à l’Afrique vient contredire le discours de probité des dominants sur eux-mêmes (aide, développement, rationalité bureaucratique), revient-il au chercheur d’invalider l’intention dénonciatrice qui structure les prises de parole publique sur la « Françafrique » ?

À défaut d’être – toujours – justes et de rendre compte de la complexité et des contradictions des phénomènes étudiés, fantasmes et visions complotistes possèdent donc une légitimité certaine étant donné la constitution politique de la société dans laquelle ils sont formulés. Si les relations franco-africaines sont vraiment un fondement stratégique du pouvoir dans la France post-coloniale, alors il n’est pas possible de les aborder sans tenir compte des logiques hégémoniques, des tentatives de subversion, des oppositions matérielles, bref de l’ensemble de la conflictualité politique qu’elles mettent en œuvre, dans l’Hexagone et sur le continent.

Guillaume Vadot

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).