Archives par mot-clé : Mozambique

n° 144 – Matérialités du vote

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, tee-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans des espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administrations, marchés…). De leur côté, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « intègre » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de la sociologie électorale. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Bientôt disponible sur Cairn

 

Vidal Dominique, Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, , lu par Christine Ludl

migrants-du-mozambique-dans-le-johannesburg-de-l-apres-apartheid-travail-frontieres-alteriteVIDAL (Dominique), Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, Paris, Johannesburg, Karthala-IFAS, 2014, 207 pages

Dominique Vidal, sociologue, aborde dans cet ouvrage les changements du système migratoire entre le Mozambique et l’Afrique du Sud, engendrés par l’indépendance du Mozambique en 1975 et la fin de l’apartheid en Afrique du Sud en 1994. Menée dans le cadre d’un projet coordonné par l’Institut français d’Afrique du Sud et l’African Center for Migration and Society (jadis le Forced Migration Studies Programme) à l’Université du Witwatersrand, l’enquête conceptualise les migrations internationales comme « analyseur du changement sociopolitique » (p. 7) et comme révélateur d’une imbrication étroite de dynamiques sociales et politiques. Une telle perspective est particulièrement bienvenue alors que les études migratoires se cantonnent largement dans « un nombre limité d’interrogations sur les parcours et l’installation des migrants » ou les effets des migrations sur les sociétés de départ et de destination. Dans la même veine, les études sur les migrations en Afrique du Sud se sont souvent focalisées sur le statut des réfugiés, les activités économiques des migrants, les politiques d’immigration ainsi que la violence et les discriminations des Noirs sud-africains envers les migrants. Les études urbaines, de leur côté, ont pris en compte la diversité des résidents de la ville post-apartheid, mais ont privilégié des réflexions théoriques au détriment de recherches de terrains conséquentes et négligé l’expérience urbaine des migrants. Continuer la lecture de Vidal Dominique, Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, , lu par Christine Ludl

Geneviève Vilnet (dir.), Mozambique : Littératures et sociétés contemporaines, lu par Barbara Dos Santos

mozambique-litteratures-et-societes-contemporaines-9782352600930_0VILNET (Geneviève) (dir.), Mozambique : Littératures et sociétés contemporaines, Paris, Indigo & Côté-femmes éditions, coll. Indigo, 2013, 193 pages

Cet ouvrage collectif porte essentiellement sur la littérature contemporaine du Mozambique et est constitué de six articles réalisés par des chercheurs francophones, brésiliens et portugais.

Le premier article de Benoît Dagobert propose une analyse minutieuse de l’espace dans le recueil de contes Vozes anoitecidas de Mia Couto, l’une des plus importantes personnalités de l’espace littéraire mozambicain. Cette analyse met en évidence le travail poétique de l’écrivain, et tente de dégager les différentes formes de représentations collectives qui y sont « dessinées ». Bien que certains passages de cette étude puissent sembler purement descriptifs, l’exercice semble réussi. En effet, le critique parvient à mettre en exergue la somme de contradictions que l’écrivain sème volontairement tout au long des récits, afin de dévoiler la complexité de cette société multiculturelle affaiblie par les conditions de vie extrêmes de sa population. Dans un décor rural, plusieurs thèmes sont abordés : les religions, le surnaturel, le colonialisme, le racisme, la langue, le mythe et l’histoire, les traditions et la modernité, le pouvoir institutionnel et la corruption. Les corps des personnages y sont analysés comme fil conducteur, de manière à mettre en valeur le travail de l’écrivain qui s’attache à montrer les liens entre l’homme et son milieu. Souffrances, désillusions et errances se mêlent ici au rêve d’un espace d’intégration collective.

L’article (en portugais) de Rosiany Peixoto Rocha complète d’une certaine manière l’article précédent, en proposant une analyse comparée entre le roman Terre somnambule de Mia Couto et les études de Gaston Bachelard sur l’eau et le rêve. Cet article montre comment, dans un pays ravagé par les guerres, l’accès aux rêves et à l’imaginaire est une échappatoire nécessaire à la survie et à l’espoir d’un avenir meilleur.

L’article de Geneviève Vilnet se concentre également sur ce même roman et souligne, entre autres choses, l’importance des éléments du paratexte dans le dialogue intertextuel du roman. De plus, la structure spéculaire du roman et l’errance de ses personnages confrontent différentes lectures du monde, établissent ainsi des relations, et mettent en scène la pluralité des cultures africaines et mozambicaines. La multiplicité des voix narratives renvoie à l’engagement de l’écrivain qui offre à ses personnages issus du peuple un espace d’expression.

Ces études sont complétées par un article de Neusa Maria Oliveira Barbosa Bastos et de Regina Helena Pires Brito, qui soulignent, quant à elles, le rôle que cet écrivain assume dans les relations interculturelles entre le Brésil et le Mozambique. Il est intéressant de lire dans cet article (en portugais) une réflexion sur la notion de lusophonie à partir du point de vue brésilien. Elles s’interrogent sur la viabilité du projet d’une institution (la Communauté des pays de langue portugaise) qui semble aller à l’encontre d’un monde de plus en plus globalisé. L’intérêt croissant des jeunes chercheurs brésiliens pour les pays africains de langue portugaise et l’augmentation des publications d’œuvres littéraires africaines au Brésil y sont également évoqués.

L’article suivant, le second de Geneviève Vilnet dans ce volume, porte sur l’œuvre Le parlement conjugal : une histoire de polygamie, de l’écrivaine mozambicaine Paulina Chiziane. La critique s’intéresse aux corps (thématique privilégiée dans l’ensemble du volume) et à la danse, comme éléments symboliques et métaphoriques centraux de l’œuvre. En effet, Chiziane montre dans ce roman comment la construction du moi de ses personnages féminins dépend des liens de dominations présents dans l’organisation sociale de son pays. Ces femmes souffrent et peinent à trouver leur place, à atteindre leur liberté.

Le dernier article d’Albertina Ruivo, également en portugais, a pour sujet le classique de Luís Bernardo Honwana, Nous avons tué le chien teigneux. Cet article met en avant le rôle de la littérature de témoignage proche du néo-réalisme et inspirée des littératures brésilienne, française et nord-américaine. L’organisation de l’État colonial, l’assimilation, les injustices sociales, la violence et le racisme sont abordés dans cette œuvre entre le dit et le non-dit, dans une tentative de représentation fidèle de la société mozambicaine à l’époque de la colonisation.

Mozambique. Littératures et sociétés contemporaines est un ouvrage collectif dont la publication ne peut être que la bienvenue en raison du nombre encore trop réduit d’études disponibles en langue française portant sur les littératures des pays africains de langue officielle portugaise. Mais au-delà, et bien qu’on puisse regretter qu’il traite au final d’un si petit nombre d’écrivains, cet ouvrage contribue assurément à mettre l’accent sur les enjeux littéraires et sociétaux du Mozambique.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/1 (N° 133)