Archives par mot-clé : Migrations

Bredeloup Sylvie, Migrations d’aventures. Terrains africains , lu par Pietro Fornasetti

bredeloupBredeloup (Sylvie), Migrations d’aventures. Terrains africains, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2014, CTHS-Géographie n° 11, 141 pages

Non seulement cet ouvrage constitue une synthèse des travaux remarquables que Sylvie Bredeloup a consacrés aux migrations africaines, mais il représente aussi un travail d’analyse minutieux, qui engage à la fois les champs d’étude respectifs des migrations et des sociétés africaines. Son propos est celui de clarifier la notion d’aventure, en la promouvant en un véritable outil d’analyse. Opération intéressante, car l’aspect hiérarchique de ces sociétés, souvent mis en avant par les spécialistes, s’y trouve au moins émoussé. Les imaginaires de la mobilité qui pivotent autour de cette notion font primer l’individualité des migrants sur les contraintes économiques des migrations. La démarche aventurière paraît alors jouer un rôle structurant, en même temps qu’elle se situe au cœur d’une nouvelle « économie morale » (Edward Palmer Thompson, p. 35) centrée sur l’audace, la ruse, la capacité à tirer profit des occasions et des liens faibles. Continuer la lecture de Bredeloup Sylvie, Migrations d’aventures. Terrains africains , lu par Pietro Fornasetti

Vidal Dominique, Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, , lu par Christine Ludl

migrants-du-mozambique-dans-le-johannesburg-de-l-apres-apartheid-travail-frontieres-alteriteVIDAL (Dominique), Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, Paris, Johannesburg, Karthala-IFAS, 2014, 207 pages

Dominique Vidal, sociologue, aborde dans cet ouvrage les changements du système migratoire entre le Mozambique et l’Afrique du Sud, engendrés par l’indépendance du Mozambique en 1975 et la fin de l’apartheid en Afrique du Sud en 1994. Menée dans le cadre d’un projet coordonné par l’Institut français d’Afrique du Sud et l’African Center for Migration and Society (jadis le Forced Migration Studies Programme) à l’Université du Witwatersrand, l’enquête conceptualise les migrations internationales comme « analyseur du changement sociopolitique » (p. 7) et comme révélateur d’une imbrication étroite de dynamiques sociales et politiques. Une telle perspective est particulièrement bienvenue alors que les études migratoires se cantonnent largement dans « un nombre limité d’interrogations sur les parcours et l’installation des migrants » ou les effets des migrations sur les sociétés de départ et de destination. Dans la même veine, les études sur les migrations en Afrique du Sud se sont souvent focalisées sur le statut des réfugiés, les activités économiques des migrants, les politiques d’immigration ainsi que la violence et les discriminations des Noirs sud-africains envers les migrants. Les études urbaines, de leur côté, ont pris en compte la diversité des résidents de la ville post-apartheid, mais ont privilégié des réflexions théoriques au détriment de recherches de terrains conséquentes et négligé l’expérience urbaine des migrants. Continuer la lecture de Vidal Dominique, Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, , lu par Christine Ludl

Créer des étrangers : lois de la citoyenneté de 2011 aux Soudans et désirs d’État pour une nationalité ethnique, par Elena Vezzadini

Conjoncture2_135Depuis la signature de l’Accord de paix global (Comprehensive Peace Agreement, CPA) en 2005 qui a mis fin à quarante ans de guerre civile entre Soudan du Nord et du Sud, le retour au Sud des « réfugiés » sud-soudanais est une des préoccupations majeures des différentes organisations gouvernementales et internationales mais aussi des médias : on doit en effet les aider, par tous les moyens possibles, à « rentrer chez eux », à la « maison1 ». En 2011, le Soudan du Sud est devenu indépendant, et le nombre de rapatriements a soudainement flambé. La raison n’en est pas seulement que les « Sud-Soudanais » pouvaient enfin rentrer à leur « maison », officiellement indépendante. C’est aussi qu’ils n’ont plus le choix : ils sont désormais des « étrangers ».

Continuer la lecture de Créer des étrangers : lois de la citoyenneté de 2011 aux Soudans et désirs d’État pour une nationalité ethnique, par Elena Vezzadini

  1. Pour quelques exemples, voir UNHCR, « UNHCR Needs more Funds to Help Southern Sudan Refugees Go Home », Briefing Notes, 18 juillet 2008, http://www.unhcr.org/488069634.html ; News 24 / AFP, « 1 500 South Sudanese Going Home », 13 décembre 2013, http://www.news24.com/Africa/News/1-500-South-Sudanese-going-home-20131213 ; News 24 / AFP, « Southern Sudanese Need to Go Home », 11 janvier 2012, http://www.news24.com/Africa/News/Southern-Sudanese-need-to-go-home-20120111, consultés le 18 juillet 2014. []

A. Triandafyllidou, T. Maroukis, Migrant Smuggling. Irregular Migration from Asia and Africa to Europe, lu par Julien Brachet

Migrant SmugglingTRIANDAFYLLIDOU (Anna), MAROUKIS (Thanos), Migrant Smuggling. Irregular Migration from Asia and Africa to Europe,Londres, Palgrave Macmillan, 2012, 238 pages.

Objet très médiatisé de débats politiques et de négociations diplomatiques de premier ordre, les migrations irrégulières en provenance d’Asie et d’Afrique et à destination de l’Europe sont également l’objet de nombreuses études depuis une décennie. L’ouvrage d’Anna Triandafyllidou et Thanos Maroukis, qui repose sur cinq années d’un travail mené par les auteurs et leurs enquêteurs, notamment dans le cadre de projets commandés et financés par la Commission européenne et l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, en propose une vision d’ensemble. Les auteurs partent du constat que les réseaux de fraudeurs qui aident les migrants à circuler d’un pays à l’autre (migrant smuggling networks) se sont développés et professionnalisés depuis les années 1990, tandis qu’en parallèle gouvernements et organisations internationales renforçaient leurs politiques de lutte contre les migrations irrégulières. Le projet du livre est d’analyser l’organisation de ces réseaux et de montrer comment ils s’adaptent aux politiques mises en œuvre pour les contrer. Dans une optique de renforcement des liens entre recherche et aide à la décision politique, telle que développée par les deux institutions auxquelles sont rattachés les auteurs (l’Institut universitaire européen et la Hellenic Foundation for European and Foreign Policy), ces derniers tentent de saisir la manière dont les politiques de contrôle des migrations dans les pays d’Europe méridionale peuvent promouvoir involontairement le trafic des migrants et les activités lucratives qui l’entourent. Si cette interrogation n’est pas nouvelle – plusieurs études ayant souligné tantôt l’inefficacité des politiques migratoires européennes, tantôt leurs effets indirects négatifs (augmentation des coûts, des risques, du nombre de morts sur les routes migratoires) –, le projet d’en faire une vaste synthèse à la croisée de trois continents n’en est pas moins intéressant, dans la mesure où ces politiques continuent de se renforcer.

Néanmoins, traiter ainsi de l’ensemble des circulations irrégulières terrestres et maritimes qui aboutissent en Europe méridionale ainsi que des politiques supposées les contrôler, voire les endiguer, est une gageure. Pour ce faire, les auteurs ont opté pour un plan structuré principalement par zones étudiées : après un chapitre introductif, les chapitres 2 à 6 – le cœur de l’ouvrage – portent ainsi chacun sur une « route » de « migrations irrégulières » entre l’Afrique et l’Europe du Sud, l’Afrique et l’Asie via la Turquie vers la Grèce, ou encore de cette dernière vers le reste de l’Europe. Le chapitre 7 traite pour sa part brièvement du trafic des êtres humains (trafficking) à destination de la Grèce, évoquant successivement les routes empruntées, l’organisation des réseaux, les relations entre trafiquants et les modes d’exploitation des victimes, ainsi que les politiques de lutte mises en œuvre. Ces différents chapitres synthétisent les principaux travaux existants sur ces espaces tout en présentant quelques résultats de recherches empiriques que l’on aurait aimés plus développés. Mais au regard des annexes de l’ouvrage, on remarquera que les auteurs n’ont pas mené de recherches sur l’ensemble des terrains étudiés, loin s’en faut : la totalité des 94 entretiens listés ont été menés en Grèce (sans qu’il soit précisé s’ils ont été conduits par les auteurs ou leurs enquêteurs). On comprend alors davantage la place centrale accordée aux migrations vers et à travers la Grèce (auxquelles les auteurs ont déjà consacré un livre en 2010) dans cet ouvrage dont le titre laisse supposer une perspective autrement plus vaste. On pourra également regretter que les visions d’ensemble proposées reposent sur l’exploitation d’une bibliographie assez peu fournie pour un ouvrage de ce type, dans un champ d’étude où les publications de qualité sont pourtant nombreuses. Une meilleure prise en compte de la littérature existante aurait sans doute permis d’approfondir les analyses, notamment en ce qui concerne l’histoire des systèmes migratoires étudiés, les relations au sein des collectifs de migrants en voyage, la place des activités trafiquantes dans les économies locales, ou encore le fonctionnement de l’agence européenne Frontex, pierre angulaire de la mise en œuvre des politiques migratoires aux frontières de l’Europe et dont il est étonnamment peu question dans l’ouvrage.

Dans un bref chapitre conclusif est proposée une vue générale des migrations à travers la Méditerranée, conçues à la fois comme une activité économique et un phénomène social et culturel. Cette prise de recul dans l’analyse est la bienvenue au terme des descriptions qui précèdent, mais en une dizaine de pages seulement, elle ne réussit pas à convaincre ni à modifier l’impression générale d’un ouvrage trop descriptif et synthétique, qui n’entre pas dans l’épaisseur des questions induites par son titre ambitieux et qui véhiculent certaines visions englobantes peu fondées sur un sujet socialement et politiquement sensible. Ainsi, les liens décrits à plusieurs reprises dans l’ouvrage comme étant quasi systématiques entre réseaux de migration irrégulière, crime organisé et trafics de drogue, ou encore l’évocation répétée, à tonalité parfois un peu misérabiliste, des migrants comme victimes des réseaux auraient indéniablement mérité d’être nuancés, ou bien davantage étayés. De même, il aurait été très appréciable que les auteurs discutent davantage les chiffres – souvent officiels – qu’ils citent dans un domaine où la production de données chiffrées est aussi imprécise que lourde d’enjeux. Finalement, au terme de la lecture de cet ouvrage, l’angle d’approche adopté par les auteurs donne l’impression d’être trop proche de celui des institutions qui se veulent gestionnaires des circulations migratoires pour vraiment pouvoir saisir la diversité et la complexité des dynamiques sociales à l’œuvre.

Julien Brachet

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).