Archives par mot-clé : Mali

H. Sidibé, Histoires politiques du syndicalisme malien de ses origines à nos jours, lu par Alexis Roy

Histoires politiques du syndicalisme malienSIDIBÉ (Hamed), Histoires politiques du syndicalisme malien de ses origines à nos jours, Yaoundé/Paris, Tropiques éditions/L’Harmattan, 2012, 274 pages.

Le livre de Hamed Sidibé, ancien militant du Syndicat national de l’éducation et de la culture (SNEC), vient combler un manque important dans la littérature sur l’histoire politique malienne. En effet, il n’existait aucune publication sur l’histoire du syndicalisme malien, alors que celui-ci a joué un rôle politique majeur de la fin de la période coloniale à nos jours. S’il ne s’agit pas à proprement parler d’un ouvrage scientifique, ce livre constitue une source éclairante par le panorama qu’il offre d’une histoire méconnue par certains aspects. L’ouvrage est organisé en onze chapitres présentant de façon chronologique l’évolution du syndicalisme au Mali. Quelques grandes séquences s’en dégagent : la période coloniale, où les syndicats ont été les fers de lance des luttes pour l’amélioration des conditions de vie des colonisés ; la première République (1960-1968) où le syndicalisme, unifié autour de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), était en symbiose avec le pouvoir socialiste ; la dictature (1968-1991) durant laquelle l’UNTM a été réprimée puis plus ou moins mise sous tutelle ; la révolution de 1991, durant laquelle la centrale a joué un rôle de premier plan, et enfin la période pluraliste qui l’a suivi.

Le fil conducteur de l’histoire relatée ici pourrait consister dans l’ambiguïté qui caractérise les rapports du syndicalisme au pouvoir politique, situation qui n’est d’ailleurs pas nécessairement propre au Mali. Dès la période coloniale (chapitres 1, 2 et 3), les premières générations de syndicalistes et de politiciens se confondent souvent. À l’Indépendance, la nouvelle centrale syndicale sera, avec la jeunesse, la meilleure alliée du régime (chapitres 4 et 5), et la période de « révolution active » (1966-1968) conduira même à « une véritable annexion, à une fusion du syndicat dans le parti » (p. 87). Les syndicalistes, notamment enseignants, s’opposeront vainement à l’installation d’un pouvoir militaire à partir de 1968, et après une phase de répression, l’UNTM ne devra sa survie qu’à sa collaboration avec le pouvoir, revendiquée à travers l’adoption du principe de « participation responsable » lors de son congrès de 1974 (chapitre 7). Celle-ci est emblématique de l’ambivalence de la place du syndicalisme au Mali. Si la proportion de syndiqués est très faible, le poids de l’UNTM dans la fonction publique et les entreprises d’État en a fait un acteur incontournable que le pouvoir veille à canaliser, et parfois même à mobiliser contre ses opposants (chapitres 7 et 8). En contrepartie les militaires maintiennent les structures d’une économie fortement étatisée, héritage de la période socialiste qui a suivi l’Indépendance. C’est la rupture de ce pacte tacite, sous la pression des programmes d’ajustement structurel, qui favorisera le basculement de la centrale dans une opposition frontale au pouvoir au tournant des années 1990 (chapitre 9). Elle fait alors figure de pionnière en se prononçant dès le mois e mai 1990 pour le multipartisme, tandis que la bourse du travail sera pendant la période insurrectionnelle (décembre 1990-mars 1991) le « siège » des opposants au président Moussa Traoré.

L’un des grands mérites de l’ouvrage de Sidibé est qu’il ne dresse pas un portrait monolithique de l’UNTM. L’orientation du syndicalisme a en fait été très disputée, particulièrement pendant la dictature, entre militants revendiquant une approche « apolitique », corporatiste, centrée sur la défense des intérêts des travailleurs, ceux qui considéraient que les syndicats devaient aussi être des instruments de lutte contre le régime, et ceux qui se sont compromis avec le pouvoir. Bakary Karambé, secrétaire général de l’UNTM de 1978 à 1992, symbolise cette complexité, puisqu’il aura incarné à lui seul toutes ces orientations.

Dans les tiraillements internes à la centrale, Sidibé souligne le rôle prégnant joué par son syndicat, le SNEC, dans la radicalisation de l’UNTM contre le régime de Traoré, et notamment la décision de lancer une grève générale illimitée en mars 1991. Toutefois, on peut regretter que l’auteur, observateur direct de l’histoire qu’il raconte, ne témoigne pas davantage de son expérience personnelle. Enfin il n’est pas vraiment question de la période de pluralisme syndical qui suit la révolution de 1991, qui va fortement déstabiliser la centrale historique, qui finira par éclater en deux en 1997 sur fond de querelle de leadership. Cette division trouve des résonances jusque dans la crise majeure que vient de traverser le Mali après le coup d’État du 22 mars 2012, les deux centrales prenant la tête des coalitions pro et anti-putsch, démontrant que la question du rôle politique du syndicalisme au Mali est encore à l’ordre du jour.

Alexis Roy

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).