Archives par mot-clé : Lybie

D. Vandewalle, A History of Modern Libya, lu par Luis Martinez

A History of Modern Lybia 2VANDEWALLE (Dirk), A History of Modern Libya, Cambridge, Cambridge University Press, 2012 (deuxième édition), 344 pages.

La réédition en 2012 du livre de Dirk Vandewalle, paru initialement en 2006, offre aux lecteurs un outil nécessaire et précieux pour comprendre la Libye contemporaine. Si le printemps arabe en général et la chute de Qadhafi en particulier ont favorisé la production de livres sur la Libye, très peu ont la profondeur historique et la finesse des analyses de Vandewalle. Et pour cause : à la différence des spécialistes de la vingt-cinquième-heure, opportunément intéressés par les soubresauts de la Libye actuelle, Dirk Vandewalle travaille sur ce pays depuis plus de trois décennies. Son ouvrage Libya Since the Independence (Londres, Cornell University Press, 1998) offrait déjà une lecture pertinente des problèmes de l’État redistributeur libyen. Ses réflexions quant aux effets de l’économie rentière sur la formation de l’État montraient comment la Jamahiriyya avait, dès les années 1990, perdu la bataille du développement et s’apparentait à un système chaotique et désordonné, qui avait provoqué le départ de plus de cent mille Libyens, pour la plupart issus des élites. Dans sa conclusion, il soulevait la question suivante d’une actualité brulante : « Qu’est-ce qu’être libyen ? » De la monarchie (1951-1969) à la Libye de Qadhafi (1969-2011), le sentiment nationaliste a toujours été secondaire par rapport aux appartenances tribales ou régionales et seule la mémoire blessée de l’occupation italienne (1911-1942) et des forces étrangères (1943-1951) permet l’expression d’une histoire partagée.

Dans A History of Modern Libya, Vandewalle prolonge et approfondit ce questionnement. S’il continue à exposer, avec brio, les conséquences de l’économie pétrolière sur la formation de l’État libyen, il renouvelle son questionnement : à travers les sept chapitres du livre émerge en filigrane une interrogation sur la formation de la nation libyenne et sur les expressions visibles ou latentes de son héritage, ottoman, colonial, monarchiste et qadahfiste.

Ainsi la question du fédéralisme, analysée dans le chapitre trois, a resurgi après la chute de Qadhafi, soulignant la pertinence des analyses de l’auteur sur la fragilité de l’État libyen. L’auteur rappelle la faiblesse des liens qui unissent les trois provinces de la Libye, Tripolitaine, Cyrénaïque et Fezzan, mais sans doute n’insiste-t-il pas assez sur la particularité de la Cyrénaïque dans l’imaginaire politique de la « nation libyenne ». Au début du siècle, sous l’influence d’Omar el Moukhtar, le Djebel el Akhdar est le lieu de la résistance à la colonisation italienne. Durant la Seconde Guerre mondiale, la Cyrénaïque est un vaste terrain de guerre où s’affrontent les troupes alliées et les forces allemandes et italiennes. Les batailles qui s’y déroulent aboutissent à la destruction totale de certaines villes comme Tobrouk. En 1951, à la suite de l’Indépendance de la Libye sous la monarchie d’Idris, une véritable crise de subsistance s’installe dans cette région ravagée par les offensives et contre-offensives militaires, où les déplacements sont limités par d’immenses champs de mines. La Libyan Arab Force participe à la bataille de Dernah-Tobrouk de 1942 aux cotés des troupes anglaises. La Légion senoussi qui participe à la guerre aux côtés des Alliés, fut l’un des piliers de la monarchie d’Idris. La crainte d’un émirat senoussi en Cyrénaïque sous l’influence britannique (sur le modèle jordanien) constitua la hantise des Nassériens de Libye. En 1969, après le coup d’État du colonel Qadhafi, des unités de l’armée s’opposèrent violemment à des tribus restées fidèles au roi Idris. Le Conseil du commandement de la révolution encouragea l’implantation de petites fermes sur des terres appartenant à des fondations religieuses dans le Djebel el Akhdar. Le régime du colonel Qadhafi n’aura de cesse de pourchasser les élites senoussis. Après l’instauration de la Jamahiriyya, c’est à Benghazi que les comités révolutionnaires renversent les derniers petits étalages des commerçants, privant de ressources de nombreuses familles membres de la Senoussiya. À partir des années 1990, la violence des islamistes contre le régime est nourrie de cette histoire, à laquelle ils ajoutent, dans la lignée des Frères musulmans, une dénonciation de la Jamahiriyya comme anti-islamique. Ainsi, autour de la question du fédéralisme en Libye aujourd’hui, terme auquel on attribue le sens d’autonomie, de séparation et d’indépendance, se cristallisent en fait les revendications identitaires d’une région qui se perçoit comme le berceau de la Libye, de son Indépendance, en 1951, à la révolution du 17 février 2011. Le problème est que l’intermède qadhafien a duré plus de quarante années et qu’il est difficile de défaire un héritage jamahiriyyen qui n’a eu de cesse d’affaiblir cette région.

Le livre de Vandewalle permet de comprendre pourquoi quarante années après l’abolition du fédéralisme en Libye, le retour d’un État fédéral est réclamé par une partie des Libyens afin de permettre une meilleure et plus juste répartition des richesses. La Cyrénaïque, berceau de la révolution, réclame et revendique le retour de l’État fédéral. En effet, la monarchie d’Idris avait basculé dans un processus de centralisation qui fut amplifié sous Qadhafi. Entre 1951 et 1963, la Libye est une monarchie fédérale dont l’exécutif, le Premier ministre et son Cabinet sont responsables devant la chambre basse. À la chambre haute siègent huit représentants des trois provinces. Durant cette période, la Libye est l’un des pays les plus pauvres du monde mais, en 1959, les premières découvertes de pétrole sont prometteuses. Une quarantaine de compagnies pétrolières se partagent les concessions et les résultats sont spectaculaires : la production de pétrole atteint vite 3,5 millions de barils par jour et la Libye devient en 1967 le quatrième exportateur mondial. Afin de satisfaire les exigences de simplification fiscale des compagnies pétrolières, le système fédéral est aboli. La gestion du secteur des hydrocarbures se centralise. Dix nouvelles provinces sont créées, à la tête desquelles sont nommés des gouverneurs. L’expérience centralisatrice se poursuit sous le régime de Qadhafi, mais se traduit non par l’émergence d’une bureaucratie rationnelle mais par l’édification d’un système de prédation au profit de la famille de Qadhafi et de ses affidés. Le chapitre sept analyse l’incapacité du régime de Qadhafi à corriger sa trajectoire : les reformes avortées de Seif El Islam (2003-2011) sonnent le glas de la Jamahiriyya.

En 256 pages, Dirk Vandewalle offre une lecture stimulante et agréable d’un pays dont la trame historique est souvent méconnue. On peut néanmoins regretter que l’auteur ait insuffisamment porté son attention sur les mutations et les transformations sociales. L’analyse, excessivement orientée sur les dirigeants de la Libye et ses institutions, fait finalement l’impasse sur la société libyenne.

Luis Martinez

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).