Archives par mot-clé : Kinshasa

L. De Saint Moulin, Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels, lu par Camille Dugrand

KinshasaDE SAINT MOULIN (Léon), Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels, Tervuren, Paris, L’Harmattan, 2012, « Cahiers africains », n° 79, 358 pages.

Cet ouvrage est une compilation de décennies d’enquêtes menées par l’auteur à Kinshasa entre 1968 et 2008. Jésuite belge, Léon de Saint Moulin est un fin connaisseur de la République démocratique du Congo. Professeur émérite à l’Université catholique du Congo, il a vécu et enseigné dans la capitale congolaise durant de longues années, selon la démarche qu’il qualifie d’« analyse sociale appliquée à la théologie pastorale » (p. 14).

Dans la première partie, passionnante, de l’ouvrage, l’auteur reconstitue la longue histoire d’une cité devenue une mégapole de plus de dix millions d’habitants. Cartographie des « anciens villages » précoloniaux qui sont à l’origine de Kinshasa, récits d’étrangers au pays, et surtout une série de témoignages, d’entretiens avec des chefs coutumiers composent l’histoire d’une cité qui ne découle nullement d’une création coloniale. Partant d’une analyse fine de ces « anciens villages », ensemble de hameaux avec leurs chefs, leurs alliances, leurs conflits, l’auteur éclaire les résistances, les interactions, les réactions de ceux qui vécurent la transformation et la réorganisation de leur espace par l’autorité coloniale. On découvre peu à peu comment la construction de nouveaux noyaux urbains, destinés à l’origine à décongestionner le centre de la métropole, a donné naissance, au fil des ans, à l’extension continue de l’espace d’une cité attractive, objet d’intenses migrations de travailleurs rejoints par leurs familles. Squatting, hausse du chômage, investissement public quasi inexistant ont amené les citadins à assumer eux-mêmes la construction, l’entretien, la protection des parcelles et l’aménagement de territoires se développant de manière quasi-autonome. Ces zones, comme les communes de Ndjili ou de Masina, surnommée « Chine populaire », sont aujourd’hui parmi les plus peuplées de Kinshasa.

Dans la suite de l’ouvrage, l’auteur se propose de présenter les résultats d’enquêtes quantitatives (recensements, questionnaires d’entretiens à questions fermées) censées éclairer la « perception sociale » et les « valeurs » de la population kinoise. Contenu et analyses des résultats de certains questionnaires paraissent parfois moins convaincants : s’il revendique de donner la parole aux Congolais face à une histoire trop longtemps confisquée, confiée aux regards étrangers, l’auteur s’inscrit dans une démarche « missionnaire » prodiguant des recommandations à l’Église catholique afin qu’elle réponde aux « besoins pastoraux » (p. 283) des Kinois, « prêts à reconnaître aux hommes de Dieu la mission de libérer les captifs et de faire régner la paix sur terre » (p. 302). À plusieurs reprises, le contenu des questionnaires censés, par exemple, éclairer la « perception de la démocratie » des citadins est complètement détaché du contexte politique et l’auteur s’intéresse abondamment au point de vue des interrogés sur le rôle que l’Église joue (ou devrait jouer) dans la « démocratisation » et la « conscientisation » des êtres.

Il arrive que les réponses recueillies lors des enquêtes amènent l’auteur à conclure que la population est « fondamentalement d’accord avec Jean-Paul II » (p. 129), quand elles ne donnent pas lieu à de nombreuses considérations sur la « maturité remarquable » (p. 277), la « sagesse » (p. 17), le « bon niveau de compréhension » (p. 232) du Kinois marqué par « les valeurs traditionnelles de la vie, de la paix et de la solidarité » (p. 17). Nombre d’analyses apparaissent finalement tronquées par une interprétation certes bienveillante, mais fondée sur des jugements de valeur. Le milieu ouvrier est par exemple décrit comme un « monde très attachant » (p. 203) tandis que l’auteur confie à plusieurs reprises son propre « émerveillement » face à la qualité des réponses que les Kinois interrogés ont pu lui livrer. À l’inverse, il regrette que certains de ses interlocuteurs ne semblent « pas disposer d’une grille d’analyse suffisamment élaborée » (p. 305) et, tout au long de l’ouvrage, généralise les opinions des femmes et des individus les moins instruits, ramenées à des points de vue essentiellement « émotifs », donc moins rationnels. On peut citer encore parmi d’autres affirmations quelque peu hasardeuses cet exemple, quand l’auteur conclut avoir vérifié dans ses propres analyses une « différence de culture » entre individus plus ou moins instruits, ainsi qu’entre hommes et femmes : « De façon générale, on sait aussi que l’homme est plus rationnel – en partie parce qu’il bénéficie d’une formation plus poussée – et la femme plus émotive – elle est une maman » (p. 179).

Dès lors, si certains aspects de l’ouvrage soulèvent un intérêt certain – la première partie notamment –, si les enquêtes de long terme offrent des informations fort intéressantes sur l’évolution démographique, les transformations sociales de la cité, les qualités du volume paraissent submergées par le mélanges de genres entre le recours aux sciences sociales et la démarche d’un homme de foi qui se livre à des analyses, des appréciations subjectives qui viennent affaiblir des données pourtant riches.

Camille Dugrand

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).