Archives par mot-clé : Kenya

n° 144 – Matérialités du vote

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, tee-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans des espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administrations, marchés…). De leur côté, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « intègre » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de la sociologie électorale. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER : La matérialité du vote

 

Page 5 à 26 : Introduction au thème, La fabrique du vote : placer la matérialité au cœur de l’analyse, par Sandrine Perrot, Marie-Emmanuelle Pommerolle, Justin Willis

En libre accès sur Cairn

Page 27 à 50 : La machine électorale : culture matérielle des bureaux de vote au Ghana, au Kenya et en Ouganda, par Justin Willis, Gabrielle Lynch, Nic Cheeseman, Traduction de Raphaël Botiveau

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 51 à 71 : Politiques de la reconnaissance et de l’origine contrôlée : la construction du Somaliland à travers ses cartes d’électeurs, par Anna C. Rader, Traduction de Miriam Périer

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 73 à 94 : « Se faire recenser ? Oui, mais voter ? » Le cens caché du matériel du vote au cours des élections de 2014 au Mozambique, par Domingos Manuel do Rosário, Elísio Emanuel Muendane

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 95 à 113 : Pagnes partisans, fabrique des partis et participation politique des femmes des classes populaires au Malawi, par Paul Grassin

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 115 à 134 : L’affiche électorale : art, stratégie et matière à politique. La Révolution, l’opposition et les élections de 2015 à Zanzibar, par Marie-Aude Fouéré

Résumé sur Cairn/Abstract

RECHERCHES

Page 135 à 155: Le capital-investissement comme instrument de l’action publique ou la financiarisation du développement en Afrique subsaharienne, par Antoine Ducastel

Résumé sur Cairn/Abstract

CONJONCTURE

Page 157 à 179 : « Demain, un jour nouveau ? » Un renversement électoral confisqué au Gabon, par Alice Aterianus-Owanga, Mathilde Debain

En libre accès sur Cairn

LECTURES

Page 181 à 195 : Chronique bibliographique : Une nouvelle sociologie des partis politiques en Afrique ? Lectures critiques, par Hervé Maupeu
Page 197 à 205 : Revue des livres
Page I à VIII: Cahier photos

Rodriguez-Torres Deyssi, Au cœur du bidonville de Mathare Valley. La politique du ventre vide à Nairobi , lu par Danielle de Lame,

au-coeur-du-bidonville-de-mathare-valley-la-politique-du-ventre-vide-a-nairobiRodriguez-Torres (Deyssi), Au cœur du bidonville de Mathare Valley. La politique du ventre vide à Nairobi, Paris/Nairobi, Karthala/IFRA, 2014, 431 pages.

Peu d’analyses politiques ont la profondeur anthropologique de l’ouvrage de Deyssi Rodriguez-Torres. Le sujet même commande des méthodes aptes à introduire le lecteur au sein de cet univers si particulier qu’est un gigantesque bidonville (quelque 500 000 habitants) au cœur d’une capitale africaine, Nairobi, qui en compte plusieurs autres. L’auteure l’a pénétré jusqu’au cœur, pendant près de vingt années (de 1991 à 2008), familière des « little big (wo-)men » autant que des gangs et de leur vie nocturne ou encore, des politiciens qui puisent les votes dans ce réservoir où s’enracine aussi, liée au clientélisme, la spéculation foncière. L’absence de données sur le bidonville de Mathare Valley comme tel l’a poussée à recourir aux discours des habitants eux-mêmes. La façon qu’ont ceux-ci de se référer à d’autres pour répondre à des questions complexes l’a insérée dans les réseaux qui relient les habitants de Mathare Valley à la ville et au pays. Telle est, en effet, son ambition : détailler, dans une démarche holistique « par le bas », les rapports des habitants à l’appareil politique national incarné dans des actions locales ; sur ce point l’exploitation minutieuse des archives et de la presse complètent le terrain. Assez tôt dans sa recherche, la participation de l’auteure à des rassemblements sociaux de diverses natures lui faisait percevoir l’existence, dans l’organisation citoyenne locale, de codes de survie brouillant les frontières conventionnelles du formel et de l’informel, de l’illégal et du légitime, un fait d’observation qui, sur ce thème, convie à une réflexion théorique. Continuer la lecture de Rodriguez-Torres Deyssi, Au cœur du bidonville de Mathare Valley. La politique du ventre vide à Nairobi , lu par Danielle de Lame,

G. Lynch, I Say to You. Ethnic Politics and the Kalenjin in Kenya, lu par Hervé Maupeu

9780226498058LYNCH (Gabrielle), I Say to You. Ethnic Politics and the Kalenjin in Kenya. Chicago, The University of Chicago Press, 2011, 291 pages

Gabrielle Lynch est depuis dix ans la meilleure spécialiste de la politique kalenjin. Son ouvrage était attendu, car la province de la Rift Valley où résident les populations kalenjin est l’épicentre des violences politiques au Kenya depuis les années 1990 et même avant. De plus, cette région est couramment considérée comme la boîte noire du système politique du pays. Ce livre cherche à éclairer la récurrence des conflits dans cette zone. Paradoxalement, peu de pages sont consacrées aux violences proprement dites. Lynch n’amène aucune donnée nouvelle sur les acteurs et les modalités des tensions. Pour autant, elle change notre regard sur les violences politiques au Kenya. Elle se positionne en amont de ces actions politiques en étudiant l’identité kalenjin, sa construction, ses caractéristiques, son évolution. L’objectif est toujours de saisir les mécanismes de la politisation de cette identité.

L’ethnie kalenjin est une invention récente, de la fin des années 1940. Elle ne doit rien aux structures administratives coloniales dans une région d’Afrique où de nombreuses communautés se sont progressivement identifiées aux unités territoriales de l’État colonial. Lynch présente l’ethnicité comme un cadre discursif avec lequel des populations définissent les caractéristiques de la communauté dans laquelle elles se reconnaissent. Elle cerne deux traits particulièrement saillants dans la vision que les Kalenjin ont d’eux-­mêmes dès les débuts de leur existence : la peur de leur exclusion politique et économique et l’idée complémentaire selon laquelle ils sont trouvés marginalisés par d’autres communautés plus unies et plus modernes qu’eux, d’où la nécessité de se rassembler. Ainsi, ils se définissent contre un « Autre » qui les empêcherait de prospérer. Cette figure de l’« Autre », puissamment néfaste, prend des contours différents selon les lieux et les périodes. Le Kikuyu incarne l’ennemi par excellence mais les Luo, les Kisii ou les Luhya peuvent représenter ces personnes qu’il faut rejeter pour exister. Par moments, des sous­-groupes kalenjin attirent également la colère d’autres communautés kalenjin. En effet, les Kalenjin représentent une alliance d’une dizaine de communautés parlant des langues apparentées. Qui est et qui n’est pas kalenjin est toujours sujet à débat. Certains groupes se considèrent à la périphérie de l’ethnie et en viennent parfois à rejeter leur appartenance kalenjin pour affirmer une identité sengwer ou ogiek. D’autres, tels les Nandi ou les Kipsigi sont considérés sans conteste comme Kalenjin mais dans cet ensemble, ils revendiquent ponctuellement leurs différences, sous prétexte le plus souvent qu’ils subissent des injustices de la part d’autres sous­-groupes plus proches du pouvoir. Ainsi, l’identité kalenjin fonctionne comme une identité­ gigogne où le sentiment d’appartenance aux sous-­groupes ethniques ou aux clans ne disparaît pas et peut être ponctuellement mobilisé afin de faire valoir les intérêts de certains segments de population ou de certains territoires.

L’identité kalenjin s’est popularisée dans les années 1950 quand les modalités de l’indépendance se négociaient. Dans le contexte de la crise Mau Mau, partie de la Rift Valley, ces communautés, fortement exposées aux dynamiques du changement politique, ont cherché à éviter la dictature de la majorité en se rassemblant. Lynch montre que l’ethnicité kalenjin s’est constituée et recomposée lors de « moments critiques » (critical junctures), à savoir des « périodes où les institutions sont réformées promettant une renégociation des règles et des modalités de l’inclusion et de l’exclusion ethnique » (p. 51). Le retour au multipartisme en 1991 et les élections de 2007 seraient les deux autres étapes cruciales lors desquelles l’identité kalenjin s’est reconfigurée et les modalités d’intervention communautaires ont été repensées. Lynch renouvelle notre compréhension des conflits ethniques des années 1990 et de 2008 en soulignant l’influence des élites nandi, kipsigis et sabaot qui contestaient de l’intérieur de l’ensemble kalenjin la supposée domination de l’axe Tugen­-Keiyo. Bien sûr, la présidence de Daniel arap Moi, un Tugen qui a dirigé le Kenya de 1978 à 2002, a profité à l’ensemble des communautés kalenjin, mais inégalement selon les zones et les catégories sociales. De multiples facteurs (contrôle politique des élites kalenjin, faillite des organismes para-étatiques régulant l’agriculture, enrichissement et corruption de certains leaders…) ont alimenté les frustrations de certaines communautés qui ont réactivé les troupes de cette identité ethnique (sentiment d’exclusion et de marginalisation obligeant à une unité contre les « Autres » perçus comme agresseurs).

Dans la mesure où elle met l’accent sur les identités comme facteur explicatif, Lynch propose une analyse culturaliste des violences politiques qui permet une critique efficace des approches classiques souvent inspirées des théories du choix rationnel. Elle nuance les analyses qui interprètent ces violences comme la conséquence d’un système de patronage réduisant le citoyen à une figure de marionnette entre les mains des élites politiques en soulignant les marges de manœuvres des populations et la dépendances des politiciens à leur égard. L’homme politique doit disposer d’un système clientéliste efficace, mais il doit également relayer et porter les messages, les peurs et les frustrations que le peuple exprime dans un espace public renouvelé où les tribunes se sont multipliées (émissions de débats dans les radios en langues vernaculaires, prêches dans les églises, discussions dans les marchés…). Lynch critique également les approches inspirées de Paul Collier qui analysent les rébellions comme guidées par l’appât du gain. Selon elle, le recours au registre de la violence politique est également lié à des motivations non matérielles : peur de l’envahissement et sentiment d’humiliation.

Pour autant, Gabrielle Lynch ne prétend pas que les récits ethniques locaux, les interprétations autochtones des dynamiques historiques, la perception qu’ont les acteurs de leurs droits en tant que groupe différencié d’autres communautés, puissent expliquer ou prédire les violences ethniques. il existe des facteurs plus importants, comme la nature des institutions, le rôle des élites politiques, les conditions socioéconomiques qui peuvent enflammer ou calmer les sentiments de peur et de compétition. Lynch concentre sa focale sur le rôle des interprétations collectives de l’histoire et de la moralité qui se trouve au cœur de la dynamique des ethnicités. Les autres facteurs qui participent de la politique ethnique sont traités de façon plus allusive, toujours pour se concentrer sur le décryptage de certains mécanismes sociaux. Les historiens du Kenya s’en trouveront frustrés, mais elle est dans une démarche de politiste et la portée de sa réflexion dépasse largement le contexte est-­africain.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).