Archives par mot-clé : Développement

N°135, octobre 2014 – Politique de la nostalgie

couv135L’Afrique serait-elle nostalgique ? Le passé est y souvent évoqué comme un temps des possibles. L’idée même de développement est devenue un objet de nostalgie, porteur de projections et d’anticipations désormais révolues. Que faire de propos qui sont difficiles à entendre, surtout quand ils expriment un regret du colonialisme ou des régimes autoritaires ? Ce dossier repère les espaces sociaux et politiques où émergent ces prises de positions. Il montre qu’elles ne sont pas les simples produits d’un effet de génération ni d’une expérience de déclassement. Au-delà des discours, les enquêtes réunies ici se tournent vers les ancrages matériels de la nostalgie. Parcourant des paysages ou scrutant des bâtiments, elles questionnent les modalités empiriques d’une ethnographie des traces et explorent la dimension politique des expériences affectives du temps.

Continuer la lecture de N°135, octobre 2014 – Politique de la nostalgie

Restes du développement et traces de la modernité en Afrique, par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye

intro135Introduction au dossier « Politiques de la nostalgie », Politique africaine n° 135.

Quelque part dans un pays d’Afrique, quelques années après l’indépendance, un village est rassemblé pour la visite du préfet. Alors que les autorités se sont succédé à la tribune pour appeler les citoyens à travailler et à payer l’impôt, une vieille dame se lève et interpelle le préfet : « je voulais demander : l’indépendance va finir quand ? ». La petite histoire a été racontée maintes fois1, située dans les années 1960 en Guinée, dans les années 1990 en Côte d’Ivoire, en passant par le Mali, la République Démocratique du Congo, le Nigeria, l’Angola, le Cameroun ou encore la Gambie, où l’on dit que la vieille dame s’est adressée directement au Président. Les médias occidentaux ont parfois repris l’anecdote, instantané d’un continent perdu pour le développement, trahi par ses gouvernants, mais toujours distrayant, même dans le constat de son échec. Continuer la lecture de Restes du développement et traces de la modernité en Afrique, par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye

  1. Par exemple : T. Bah, Mon combat pour la Guinée, Paris, Karthala, 1996, p. 313 ; R. L Swarns « Angola Tries to Step Back from War’s Abyss », New York Times, 24 décembre 2000, p. 6, cité dans W. C. Bissell, « Engaging Colonial Nostalgia », Cultural Anthropology, vol. 20, n° 2, 2005, p. 215-248, ici p. 217 ; A. R. Mustapha, « When Will Independence End ? Democratization and Civil Society in Rural Africa » in L. Rudebeck, O. Tornquist, et V. Rojas (dir.), Democratization in the Third World, Basingstoke, Macmillan, 1998, p. 222-234. Les requêtes « When Will Independence End ? » et « quand l’indépendance va finir ? » renvoient à au moins une dizaine d’articles et de forums de discussions sur internet. []

Philippe Hugon, Mémoires solidaires et solitaires. Trajectoires d’un économiste du développement, lu par Yves Gounin

memoires-solidaires-et-solitaires-trajectoires-d-un-economiste-du-developpementHUGON (Philippe), Mémoires solidaires et solitaires. Trajectoires d’un économiste du développement, Paris, Karthala, coll. Tropiques, 2013, 312 pages

L’autobiographie est un exercice redoutable. On ne s’y livre jamais sans risque. Soit qu’on y dévoile ses qualités avec une morgue détestable. Soit qu’on n’y révèle ses défauts avec une impudeur gênante. Philippe Hugon parvient à éviter ces deux écueils dans des mémoires placées, avec Camus, sous le double signe de la solidarité et de la solitude. Enseignant, chercheur, écrivain, conférencier, Hugon a connu sa vie durant la solitude de l’écriture. Mais cette ascèse n’avait pour lui de sens que dans le dialogue solidaire noué avec ses élèves, ses lecteurs, ses auditeurs.

Philippe Hugon est économiste du développement. Docteur d’État, agrégé de sciences économiques, il a passé l’essentiel de sa carrière à l’Université Paris X Nanterre. Il y dirigea notamment pendant plus de vingt ans un DESS « Analyse économique du développement », y fut responsable du Centre de recherches en économie du développement et y fonda le Centre d’études et de recherches pour une nouvelle économie appliquée. Depuis sa retraite il est devenu directeur de recherches à l’Institut des relations internationales et stratégiques, et on le voit régulièrement commenter l’actualité africaine dans les médias. Il est l’auteur d’une œuvre importante : plus de 25 ouvrages, des centaines d’articles, une multitude de rapports rédigés pour toutes sortes d’organismes officiels. Ses thèmes de prédilection : l’emploi, l’économie informelle, l’accès aux biens publics, la sécurité.

Mais Philippe Hugon ne consacre pas de longs développements à son métier d’économiste. On ne saura quasiment rien de ses deux thèses de doctorat : la première, rédigée au milieu des Trente glorieuses, questionnant l’évolution sectorielle de l’emploi dans le long terme, la seconde, rédigée au Cameroun, consacrée au sous-développement. Il souligne au contraire les limites de l’outil économique dont il critique avec amertume les dérives scientistes : « J’ai assisté à la prise de pouvoir en France par certains mathématiciens, généralement de niveau moyen (sinon ils auraient enseigné dans des facultés de maths), ingénieurs et économètres ayant une conception instrumentale de l’économie » (p. 97). Il prône une approche politique de l’économie, à l’inter section des savoirs, tirant le bénéfice des apports de la sociologie et de l’anthropologie.

Les mémoires de Hugon sont moins consacrées à l’économie du développement qu’au parcours d’un homme, né en 1939 dans un milieu parisien bourgeois (ses parents sont les héritiers de la chocolaterie Debauve et Gallais), étudiant sérieux à Louis-le-Grand et à Sciences-Po qui choisit de consacrer sa vie à l’Afrique. Hugon décrit ce choix qui semble à la fois mûrement réfléchi et passablement contingent : « Il y a eu combinaison de souci d’exotisme, de culture chrétienne, de conscience politique et d’idéalisme. L’Afrique répondait à un désir d’aventure pour le petit bourgeois parisien que j’étais » (p. 45). Avec lucidité, il raconte l’idéalisme de son départ au Cameroun et sa désillusion : « L’on part avec la volonté de comprendre en profondeur des sociétés et des populations différentes et l’on se retrouve vite à participer à des soirées ou des activités sportives entre Blancs » (idem). Après sa coopération au Cameroun, Philippe Hugon reviendra en famille enseigner dans la jeune université de Madagascar. Ce seront ses deux seules expatriations. Mais il ne cessera toute sa vie durant de sillonner l’Afrique.

Philippe Hugon réussit la gageure de parler de lui sans être pédant ni impudique. Dans ses mémoires, qu’on sent rédigées à l’intention des siens, mais qui passionneront tous ceux qu’intéressera une vie consacrée à la recherche et à l’Afrique, ce n’est pas seulement le chercheur qui se livre. Mais l’homme au crépuscule de sa vie. Sans fard ni masque. Avec une belle humanité qui donne à réfléchir et sur laquelle on aimerait prendre exemple.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/2 (N° 134)

D. Mosse (dir.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, lu par Isaline Bergamaschi

Adventures in AidlandMOSSE (David) (dir.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, New York/Oxford, Berghahn Books, 2011, Studies in Public and Applied Anthropology, vol. 6, 238 pages.

L’ouvrage dirigé par David Mosse, professeur en anthropologie sociale à la School of Oriental and African Studies de Londres, propose une « anthropologie contemporaine du développement ». Pour ce faire, Mosse emprunte à Raymond Apthorpe (chapitre 10) la notion de « aidland », qui n’est « pas tout à fait un nulle part (« a nowhere ») (p. vii), mais un espace déterritorialisé.

Pour le saisir, les contributeurs de l’ouvrage puisent dans leur expérience souvent personnelle de la vie et du travail dans le « monde expert et interconnecté du développement international » (p. vii) pour décrire les idées et sociabilités de ses professionnels (p. 11). C’est sans aucun doute sa méthodologie (« auto-ethnographie » ou « insider ethnography » selon les mots de Mosse) qui fait la richesse de l’ouvrage, et permet aux auteurs d’apporter un éclairage nouveau sur quelques-unes des vaches sacrées des études critiques du développement comme la Banque mondiale.

Le premier axe d’analyse particulièrement stimulant de l’ouvrage porte sur l’ancrage micro social et localisé des normes et recettes du développement international. Malgré leur universalité proclamée et leur diffusion globale, ces dernières naissent bien quelque part, et ce quelque part est déterminant. La contribution de Mosse (chapitre 4) décrit les arcanes du pouvoir de la Banque mondiale par ses marges, à partir de l’expérience des anthropologues du Social Development Department. En proie à une « vulnérabilité structurelle au sein d’une forteresse d’économistes », ce groupe élabore et promeut des normes – telles que le développement ou le capital social, l’« empowerment » ou encore le « community-driven development » – dont l’objectif premier est d’acquérir et de protéger un « espace professionnel » et une légitimité institutionnelle (p. 82-83). Néanmoins, parce qu’ils doivent se conformer aux contraintes et exigences de l’institution, les anthropologues sont condamnés à porter la cause du développement social de façon à la fois entrepreneuriale et feutrée. Au final, ils ont peu d’influence dans la prise de décision et sur les véritables détenteurs de pouvoir (« task managers », vice-présidents et gérants des budgets régionaux, p. 87), mais contribuent malgré eux aux processus de légitimation interne et à la reproduction du système de savoir de la Banque (p. 89). Dans la même veine, sur la base du processus d’élaboration du rapport sur le développement de 2001, McNeill et St Clair montrent comment l’expertise de la Banque mondiale en matière d’équité et de droits de l’homme émane de la concurrence interne entre divers groupes d’experts (économistes, juristes et anthropologues) et de négociations conduites à huis clos et jamais achevées (p. 104-111).

L’autre grand axe structurant de l’ouvrage interroge l’identité et le cosmopolitisme des professionnels du développement. David Lewis (chapitre 9) montre comment les modes et récits de vie (ambition, rémunération, goût de l’aventure et réalisation personnelle) différenciés des travailleurs sociaux et des personnels d’ONG de développement international au Royaume-Uni contribuent à reproduire et perpétuer la séparation entre la pauvreté au Royaume-Uni et la pauvreté dans les pays du Sud, une séparation stricte et superficielle héritée de la colonisation (p. 194). Rosalind Eyben (chapitre 7) propose une analyse fine de la « sociabilité quotidienne » des professionnels de l’aide en Bolivie – à travers la mise en place de mécanismes institutionnels de « coordination » et l’organisation d’événements sociaux informels (promenades, pique-nique) – et de son rôle dans la construction de leur identité. L’appartenance à la « communauté » des donateurs présents à la Paz sert de rempart contre le contrôle croissant exercé par les sièges et les capitales (p. 48). Cependant, elle agit aussi comme un obstacle puissant à une connaissance plus profonde du pays, de ses classes populaires, à l’immersion des professionnels du développement en zone rurale ou à la réalisation de « reality checks ». Les contacts avec les « locaux » se limitent à quelques consultants et fonctionnaires basés dans la capitale. La sociabilité expatriée a ainsi pour effet d’« exclure tout savoir susceptible de remettre en cause ce que les donateurs ont besoin de croire » (p. 156) et de voir leurs approches de plus en plus standardisées. Deux chapitres questionnent enfin le cosmopolitisme supposé des professionnels du développement. Ian Harper met dos à dos le « provincialisme » des experts internationaux de santé basés au Népal (p. 130) et le cosmopolitisme des travailleurs migrants népalais du secteur de la santé au Royaume-Uni ou aux États-Unis : ils maîtrisent plusieurs langues, plusieurs épistémologies et façons de soigner, et font preuve d’une grande capacité d’adaptation. Précarisés, ils vivent dans des quartiers pauvres des villes occidentales et doivent bien connaitre la « culture » et le savoir médical locaux afin de réussir les examens de compétences auxquels les soumettent les autorités de leur pays d’accueil (p. 125). Dinah Rajak et Jock Stirrat font un diagnostic proche quand ils évoquent le « cosmopolitisme provincial » des professionnels du développement. Les piliers de ce cosmopolitisme provincial sont : un mode de pensée néolibéral standard, un mode de vie confortable et sectaire (p. 169-170), un déracinement (« rootlessness », p. 171) doublé d’un nationalisme exacerbé et la « parodie nostalgique » d’un chez soi (le pays d’origine) idéalisé (p. 160-162).

Espérons que l’ouvrage (dont aucun des chapitres ne porte sur l’Afrique) inspirera les africanistes, tant on aimerait savoir ce que le continent, par ses spécificités politiques et ses niveaux de dépendance vis-à-vis de l’aide internationale, « fait » au monde et aux professionnels du développement international.

Isaline Bergamaschi

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).