Archives par mot-clé : Chine

N° 134, juin 2014 – China, Ltd. Un business africain

couv134Depuis une quinzaine d’années, la présence chinoise en Afrique suscite un intérêt sans précédent. Alors qu’on a souvent souligné son exceptionnalité, fruit d’une planification et d’une rationalité économique uniques, il est possible aujourd’hui d’en relativiser l’impact et d’interroger le rôle de l’État chinois comme grand ordonnateur de ce processus. Les nouvelles filières et les réseaux économiques infra-étatiques à cheval entre l’Afrique et la Chine qui sont au cœur de ce dossier soulignent à la fois la multiplicité et la banalité des pratiques sociales dans les réseaux d’approvisionnement des produits chinois, mais aussi les transformations plus lentes et plus profondes qu’ils génèrent. Les produits chinois qu’acheminent ces nouvelles filières commerciales contribuent à renouveler les modes de consommation, mais aussi à matérialiser un rêve de modernité, une ambition de développement retrouvée.

Dossier coordonné par Antoine Kernen
Continuer la lecture de N° 134, juin 2014 – China, Ltd. Un business africain

L’Afrique face à la puissance économique de la Chine, par Antoine Kernen

intro134Introduction au dossier « China, Ltd. Un business africain », Politique africaine n° 134.

Depuis une quinzaine d’années, à la suite de l’accroissement rapide des investissements chinois en Afrique et de l’explosion de la valeur des échanges commerciaux, le nombre d’articles de presse puis de travaux académiques consacrés à la présence chinoise en Afrique a lui aussi littéralement explosé. Dans un premier temps, ces différents travaux ont souligné l’exceptionnalité de cette présence. Et l’explication dominante peut se résumer ainsi : des intérêts stratégiques liés au développement de la Chine ont poussé le gouvernement chinois à promulguer des politiques qui ont conduit à la croissance des investissements et au renforcement de la coopération de la Chine en Afrique. Le terme de « colonisation » utilisé parfois dans les médias, et avec un point d’interrogation dans certains travaux de recherche, rend bien compte, au-delà de son très lourd passif, de l’idée selon laquelle la présence chinoise en Afrique est non seulement organisée, mais également le fruit d’une seule rationalité économique1. En reprenant et simplifiant l’argument des théories marxistes de l’impérialisme, ces écrits affirment comme une évidence que ce sont les besoins en matières premières nécessaires pour son développement économique qui poussent la Chine dans cette « aventure africaine ». La relative simultanéité entre le moment où la Chine est devenue importatrice de pétrole et le début de l’internationalisation de « ses » multinationales sert d’argument irréfutable pour construire l’exceptionnalité de l’« offensive chinoise2 » en Afrique. Continuer la lecture de L’Afrique face à la puissance économique de la Chine, par Antoine Kernen

  1. Voir, dans les médias, D. Blair, « Why China is Trying to Colonise Africa », The Telegraph, 31 août 2007 ; S. Johnson, « Angola à l’heure de la colonisation chinoise », Courrier international, 16 juin 2011. []
  2. P. Richer, L’Offensive chinoise en Afrique, Paris, Karthala, 2008. []

T. N’Diaye, Le jaune et le noir. Enquête historique, lu par Yves Gounin

Le jaune et le noir _ Enquête historiqueN’DIAYE (Tidiane), Le jaune et le noir. Enquête historique, Paris, Gallimard, coll. Continents noirs, 2013, 181 pages.

La Chine a effectué une entrée fracassante dans les études africaines : il n’est plus concevable d’évoquer la géopolitique de l’Afrique, ses relations avec les autres régions du monde ou même ses perspectives économiques à l’ère de la mondialisation sans mentionner le rôle croissant de l’Empire du milieu. Un africaniste digne de ce nom se doit aujourd’hui d’être un peu sinologue.

Il y a peu, pourtant, l’engouement suscité par ce nouveau partenaire n’avait d’égal que son exotisme. Enfin, lisait-on, l’Afrique allait pouvoir sortir du face-à-face inégal dans laquelle elle était enfermée avec les puissances occidentales coloniales hier et néocoloniales aujourd’hui. Cet enthousiasme a fait long feu. Et l’ouvrage de Tidiane N’Diaye est révélateur du désamour grandissant dans lequel est en train de lentement glisser l’Empire du milieu. Hier portée aux nues, la Chine est aujourd’hui de plus en plus souvent vouée aux gémonies.

N’Diaye énumère tous les reproches adressés à ce nouveau partenaire, hier encore paré de toutes les vertus : le modèle de coopération « gagnant-gagnant » vanté par Pékin serait un jeu de dupe, les échanges bilatéraux bénéficiant avant tout à la Chine qui importe les matières premières dont elle a cruellement besoin tandis que ses exportations de biens de consommation courante déstructurent les fragiles industries africaines (comme celle du textile au Mali ou en Côte d’Ivoire) ; le refus de toute ingérence politique du partenaire chinois conduit de facto à offrir une planche de salut aux régimes les moins démocratiques du continent (Soudan, Zimbabwe, Angola…) ; les Chinois exportent leurs pratiques des affaires, peu transparentes et corruptrices ; ils n’ont aucun respect pour la protection de l’environnement ou la santé du consommateur ; ils font replonger dans la spirale de l’endettement des pays qui viennent à peine d’assainir leur situation financière avec les bailleurs occidentaux ; ils manifestent à l’égard des Africains un racisme d’un autre âge, etc. Il n’est pas jusqu’aux prostituées chinoises auxquelles l’auteur reproche dans un (trop) long chapitre leurs pratiques anti-concurrentielles !

Cette charge en règle aurait été plus convaincante si elle avait été mieux étayée (l’ouvrage est dépourvu de références infrapaginales et sa bibliographie, d’un laconisme excessif, ne liste quasiment que des sources francophones), si elle avait été exposée dans un vocabulaire moins outrancier (la Chine est décrite comme un « monstre affamé » prêt à fondre sur « la proie africaine » par de « gigantesques dévastations aux pillages subtilement organisés ») et si elle n’était pas lestée de quelques contre-vérités qui la discréditent (l’auteur évoque l’utilisation de « bagnards » ou de « repris de justice » sur les chantiers chinois sans citer aucune source alors que la méticuleuse enquête de Juan Pablo Cardenal et Heriberto Araujo (La silenciosa conquista china, Barcelone, Memoria Critica, 2011), pourtant critique à l’égard de la Chine, conclut honnêtement à l’inexistence de telles pratiques.

Comme l’avaient montré, avec autrement plus de subtilité, les auteurs réunis autour de Raphaël Gabas et Jean-Jacques Chaponnière (Le temps de la Chine en Afrique, Paris, Karthala, 2012), l’action de la Chine en Afrique ne mérite ni tant d’éloges ni tant d’opprobre. La Chine n’y a pas d’agenda caché, de visées conquérantes, ni même de politique mûrement planifiée. Loin de l’image centralisée que donne l’expression de « Chinafrique », maladroitement calquée en 2008 sur celle de « Françafrique » par les deux journalistes Serge Michel et Michel Beuret, la politique chinoise en Afrique est la conjonction d’une multiplicité d’initiatives individuelles sur lesquelles Pékin n’a guère de prise. Des paysans chinois à la recherche d’un meilleur salaire que celui que leur donne la culture de la terre dans leur pays viennent exploiter le cuivre en Zambie, couper le bois des forêts gabonaises ou vendre des chaussures à Dakar. Rien de comparable avec le système élaboré dans la France de la ve République par Jacques Foccart.

Si la Chine est de plus en plus influente en Afrique, ce n’est pas la conséquence d’une politique mûrement planifiée et, encore moins, d’un intérêt spécifique pour le continent africain résultant, comme ce fut le cas pour la France coloniale, de son passé. Cette influence croissante ne diffère guère de celle que la Chine, avide de débouchés pour ses exportations et de matières premières pour nourrir sa croissance, se taille dans d’autres régions en développement : Asie centrale, Amérique du Sud et, au premier chef, Asie du Sud-Est où sa diaspora est la plus nombreuse, et ses intérêts économiques, les plus importants.

Yves Gounin

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).

T. Struye De Swielande, La Chine et les grandes puissances en Afrique. Une approche géostratégique et géoéconomique, lu par Yves Gounin

lecture chineSTRUYE DE SWIELANDE (Tanguy), La Chine et les grandes puissances en Afrique. Une approche géostratégique et géoéconomique, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2010, 196 pages.

Le temps n’est plus où l’Afrique constituait la chasse gardée des anciennes puissances coloniales. Avec la guerre froide, elle avait fait son entrée dans le « Grand Jeu international » pour devenir un terrain d’affrontement par procuration des deux « Super-Grands ». Mais, depuis une dizaine d’années, on y assiste à un phénomène nouveau : la présence accrue des puissances émergentes. L’activisme de la Chine, de l’Inde, du Brésil ou de la Turquie marque d’autant plus les esprits que ces puissances n’entretenaient jusque -là que des relations ténues avec l’Afrique.

Professeur à l’Université catholique de Louvain et aux Facultés universitaires catholiques de Mons, Tanguy Struye de Swielande passe en revue les engagements de ces nouveaux acteurs. L’énumération est parfois fastidieuse : la documentation dont s’est entouré l’auteur est impressionnante mais l’utilisation scolaire qu’il en fait ne brille guère par son originalité. Tanguy Struye de Swielande a certes le mérite de donner à connaître des pays que les études africaines ignorent largement : l’Inde, le Brésil, mais aussi la Turquie ou l’Iran. Cependant, les développements qu’il consacre à l’Europe et aux États-Unis n’apportent rien de nouveau. Et ceux, attendus, sur la Chine frustreront le lecteur qui trouvera ailleurs (on pense notamment au récent ouvrage collectif dirigé par Jean-Jacques Gabas et Jean-Raphaël Chaponnière, Le Temps de la Chine en Afrique, Paris, Karthala, 2012) matériau plus roboratif.

Reconnaissons-lui toutefois le mérite d’éviter les ponts-aux-ânes que le sujet suscite trop souvent. On dit à tort et à travers que la Chine déploie en Afrique une stratégie prédatrice, qu’elle y a évincé les partenaires traditionnels du continent, que le « consensus de Pékin » sape les principes du « consensus de Washington ». Ce livre sait faire la part des choses.

Il souligne combien il serait paranoïaque de prêter à la Chine des vues prédatrices sur le continent africain. L’Afrique n’est pour le géant chinois qu’un champ d’expansion parmi d’autres, autrement moins important que l’Asie du SudEst ou que l’Asie centrale. Sans doute y cherche-t-elle des matières premières, des terres arables, des débouchés commerciaux. Mais l’intérêt qu’elle porte à l’Afrique reste marginal : ainsi continue -telle d’importer beaucoup plus de pétrole du Moyen-Orient que d’Afrique. L’existence d’une stratégie chinoise soigneusement planifiée relève d’autant plus du fantasme que la Chine, contrairement à l’image que l’on s’en fait, constitue de moins en moins un acteur unique, homogène. Tanguy Struye de Swielande démontre que la politique africaine de la Chine est le fruit d’arbitrages difficiles au sein de son immense bureaucratie (Conseil des Affaires d’État, ministères des Affaires étrangères et du Commerce, Eximbank…) et que les intérêts publics et privés y sont parfois en contradiction. L’auteur nous invite à ne pas surestimer la percée chinoise. Sans doute le commerce sino-africain a-t-il décuplé entre 2000 et 2010. Pour autant, l’Union européenne et les États-Unis restent les principaux partenaires commerciaux de l’Afrique. Il ne s’agit pas pour l’Afrique de substituer telle puissance à telle autre mais plutôt d’élargir et de diversifier ses relations commerciales.

La relation avec la Chine a eu, dans les premiers temps, les charmes de la nouveauté. L’auteur rappelle que certains pays africains y ont vu le moyen de s’affranchir des conditionnalités imposées par le « consensus de Washington ». Certains, parmi les plus rebelles à la légalité internationale (ainsi du Soudan ou du Zimbabwe), restent attachés à la stricte non-ingérence prônée par la Chine. Pour autant, les années passant, la coopération sino-africaine se banalise. Soucieuse de sa réputation, la Chine modère son soutien aux États parias. Quant aux États africains, ils déchantent progressivement face aux réalités d’une relation moins « gagnant-gagnant » qu’annoncée : mise en place d’un système d’échange néocolonial, non-respect des normes sociales et environnementales, concurrence de la main-d’œuvre chinoise importée…

Avec Tanguy Struye de Swielande, nous parions que la présence de la Chine en Afrique se banalisera avec le temps. Loin d’évincer les partenaires traditionnels, elle deviendra bientôt un partenaire parmi d’autres.

Yves Gounin