Archives par mot-clé : Cameroun

Les violences dans l’Extrême-Nord du Cameroun : le complot comme outil d’interprétation et de luttes politiques, par Marie-Emmanuelle Pommerolle

En décembre 2014, à Yaoundé, on entend deux versions complètement différentes concernant les violences qui ravagent l’Extrême-Nord du Cameroun depuis quelques mois. Située à près d’un millier de kilomètres du foyer des tensions, la capitale accueille alors deux récits qui ne s’affrontent ni ne se croisent. D’un côté, les quelques journalistes de l’unique bihebdomadaire disposant de véritables relais sur place exposent au reste du monde les attaques subies par les villages proches de la frontière nigériane et les forces de sécurité présentes dans la région1. De l’autre, sur les ondes populaires, parmi les étudiants, dans les restaurants huppés comme dans les administrations, ces mêmes violences sont imputées, souvent à demi-mot, à quelques personnalités politiques de cette région et à « la France » qui les soutient. La force populaire et politique de ce second récit contraste avec la faible portée des faits recueillis minutieusement par L’Œil du Sahel qui comptabilise les villages brûlés, les bergers enlevés, le bétail volé. Alors qu’une mobilisation régionale « contre le terrorisme » s’engage depuis janvier 2015, le récit, jusque-là minoritaire, est maintenant validé par la parole officielle et repris par certains médias : désormais, il s’agit bien de combattre Boko Haram, et de soutenir les soldats camerounais engagés au front.

Continuer la lecture de Les violences dans l’Extrême-Nord du Cameroun : le complot comme outil d’interprétation et de luttes politiques, par Marie-Emmanuelle Pommerolle

  1. Un seul journal, bihebdomadaire, L’Œil du Sahel, s’intéresse spécifiquement au Nord du pays et y possède un réseau de correspondants. Les autres journaux, notamment les quotidiens, disposent de très peu d’informations sur la région et n’en ont guère publié depuis le début des violences. []

F. Pigeaud, Au Cameroun de Paul Biya, lu par Jean-Pierre Warnier

au-cameroun-de-paul-biyaPIGEAUD (Fanny), Au Cameroun de Paul Biya. Paris, Karthala, 2011, 266 pages

Pour être une Afrique en miniature, le Cameroun concentre tous les maux du continent. Fanny Pigeaud, formée au Centre d’études d’Afrique noire de Bordeaux et longtemps correspondante de l’Agence France­Presse au Cameroun, en fait l’inventaire accablant. Rien n’y manque, sauf la guerre civile que le pays a toujours su éviter depuis la réduction des maquis upécistes dans les années 1960.

Ahmadou Ahidjo, Paul Biya et leurs soutiens extérieurs – en premier lieu la France – ont mis en place des dirigeants cyniques, irresponsables, démobilisés, sauf lorsqu’il s’agit de leurs intérêts personnels. Le Cameroun, dont les potentialités sont énormes du fait de ses ressources (bois, pétrole, agriculture, accès à la mer) et du bon niveau d’éducation et de compétence de sa population, s’est enfoncé dans la récession, la corruption institutionnalisée, le racket, le banditisme, l’indifférence aux autres, la fuite des diplômés, la justice populaire aveugle, le pillage de l’État par les nationaux et les intérêts étrangers. il accumule tous les records de corruption et les contre­performances économiques.

Au cœur de ce dispositif, comme une araignée au centre de sa toile, un personnage énigmatique, insaisissable, presqu’invisible, même pour ses proches, surnommé le « fantôme » ou le « roi fainéant » dont des humoristes mentionnent à l’occasion qu’il se trouve en visite privée au Cameroun entre ses fréquents séjours à l’étranger. Comment cet homme, qu’Ahmadou Ahidjo semble avoir choisi comme successeur en vertu de son insignifiance, a­t­il réussi ce tour de force ? Fanny Pigeaud pose la question en avouant ne pas détenir le fin mot de l’histoire. Le personnage dont elle fait le portrait est à l’évidence d’une immense habileté, passablement pervers et obsédé par sa sécurité, ce qui, peu à peu, semble se retourner contre lui.

Le réquisitoire est parfaitement documenté : les dates, les noms, la liste des nominations et des limogeages, des manifestations de rue et des répressions, des personnes emprisonnées ou assassinées et des motifs de tel ou tel abus de pouvoir sont répertoriés. Les institutions sont passées au crible de la critique : armée, magistrature, université, police, gendarmerie, administration, etc. Les faits sont toujours accompagnés d’analyses qui, pour être succinctes, n’en dessinent pas moins un tableau d’ensemble convaincant pour qui possède quelque expérience du Cameroun. L’exposé se déroule en dix courts chapitres ciblés sur les maux de la société camerounaise et de l’État­parti criminalisé. À la fin de l’ouvrage, l’auteure souligne l’écrasante responsabilité de la France dans cet état de fait, tous gouvernements confondus, depuis la période coloniale. Paul Biya – c’est clair – a été porté à bout de bras et constamment soutenu par l’Élysée depuis 1982, les deux septennats mitterrandiens étant, de loin, les plus favorables à ce président inamovible dont le Cameroun était à deux doigts de se débarrasser dans les années 1990, n’était l’indéfectible soutien – notamment financier – de la France. Cela vaut à notre pays une rancœur tenace de la part des Camerounais qui applaudissent à chaque but marqué contre une équipe de football française.

Ce livre est un petit chef­d’œuvre d’enquête et d’analyse politique. Peut­on aller plus loin ? il y a lieu d’en douter, mais j’entrevois quand même trois pistes possibles. En premier lieu, l’exposé s’ouvre sur les traités de protectorat allemands de 1884. L’histoire des peuples du Cameroun commence­t­elle à cette date, et ce qui la précède n’a­t­il aucune pertinence pour l’analyse politique ? J’en doute. L’historicité des sociétés du Cameroun s’inscrit dans la longue durée. Ce que nous voyons aujourd’hui et sur quoi l’on pose des étiquettes inévitables et commodes comme l’ethnicité, la corruption ou la sorcellerie, n’est­il pas susceptible d’être analysé autrement à partir de la structuration politique de l’espace sous­continental dont des historiens et anthropologues comme Wirtz, Austen, Njeuma, Roitman, Elango, Chilver et bien d’autres ont fait plus qu’esquisser les linéaments. Ces peuples ne vivaient pas isolés les uns des autres. L’espace politique était structuré à l’échelle interrégionale. Cela permettrait, me semble­t­il, d’échapper aux impasses maintes fois soulignées des analyses en termes d’ethnicité, de mentalités, voire de culture (heureusement, jamais mentionnée par l’auteure), mais aussi de corruption. Sur ce dernier point, la notion d’activité légitime­illégale forgée par Janet Roitman, qui en esquisse la très ancienne histoire dans toute la région du lac Tchad, me semble du plus haut intérêt.

La deuxième piste est plus délicate à suggérer car elle est susceptible d’être taxée de psychologisme. il s’agit de proposer, à l’intérieur d’une sociologie historique du politique d’inspiration foucaldienne et wébérienne promue entre autres par Jean­François Bayart, une anthropologie psychanalytique et comparative des positions subjectives inspirée par Mauss et Freud. Elle ferait rentrer ces différentes positions dans un cadre interprétatif unique. Je ne pense pas qu’à terme on puisse en faire l’économie. Car tout ce qui nous semble si opaque à nous Occidentaux, et si caractéristique de l’« Autre » africain – la « feymania », la sorcellerie, la rumeur – relève de positions subjectives historiquement construites, et qui diffèrent notablement en Afrique et en Europe.

La troisième piste est la suivante : étant donné l’importante diaspora camerounaise présente partout dans le monde, l’analyse politique peut­elle se limiter au seul territoire national ? Fanny Pigeaud souligne la fuite des élites et l’importance de leurs effectifs. Les lecteurs de Politique africaine connaissent bon nombre de brillants intellectuels camerounais exilés. Quels sont les effets de réseau et quel impact ont­ils sur leur pays ? Cela mérite analyse.

Le tableau est si sombre que l’auteure se préoccupe en fin d’ouvrage de ne pas désespérer le Quartier Latin. Elle nous laisse entrevoir une lueur d’espérance (p. 222 et suiv.). Les tontines, le vigilantisme, la chanson, les cultures populaires, la presse privée, les humoristes et chansonniers, certains leaders religieux entretiennent la flamme de la résistance. On pourrait facilement compléter la liste, avec certains royaumes, certaines universités privées dont l’Université catholique d’Afrique centrale, des congrégations religieuses, certains intellectuels comme le regretté Séverin Abega. Un seul exemple : grâce aux nouvelles technologies numériques de l’édition, des intellectuels camerounais de la diaspora appartenant au Langaa Research & Publishing Common initiative Group font vivre une maison d’édition globalisée domiciliée à Bamenda (Langaa RPCiG – www.langaa­rpcig.net) dont le catalogue compte déjà près de 200 titres. C’est loin d’être le seul exemple. Fanny Pigeaud donne quelques raisons d’espérer : Paul Biya s’est acharné pour tuer la culture. il n’y est pas parvenu. Elle bouge encore, en partie sous perfusion globalisée.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).

M. Terretta, Petitioning for Our Rights, Fighting for Our Nation. The History of the Democratic Union of Cameroonian Women, 1949-1960, lu par Marie-Emmanuelle Pommerolle

Petitioning for our Rights - Fighting for our NationTERRETTA (Meredith), Petitioning for Our Rights, Fighting for Our Nation. The History of the Democratic Union of Cameroonian Women, 1949-1960, Bamenda, Langaa RPCIG, 2013, 157 pages.

C’est au travers d’objets toujours inédits que l’historienne Meredith Terretta éclaire, depuis quelques années, des pans méconnus de l’histoire toujours sensible de l’Union des populations du Cameroun (UPC). Après des articles portant sur la trajectoire d’un nationaliste « villageois », ou encore sur l’exil des UPCistes en Afrique, Petitioning for Our Rights, Fighting for Our Nation continue de faire varier les échelles d’analyse (du local au global), contribuant à démontrer les ancrages locaux et le rayonnement international de ce mouvement politique. Publié par la très prolifique maison d’édition camerounaise Langaa, cet ouvrage s’appuie sur les pétitions envoyées par l’Udefec (Union démocratique des femmes camerounaises) au Conseil de tutelle des Nations unies. De 1951 à 1960 environ, plus de 45 000 pétitions auraient été envoyées à ce conseil chargé d’examiner la gestion de ce territoire confié à la France (dans sa partie orientale) et qui avait vocation, selon la Charte des Nations unies, à devenir autonome. Cet horizon politique, ainsi que la surveillance qu’était supposé exercer le conseil, encouragea l’UPC à formuler ses griefs, au travers de ce registre légal, et ce d’autant plus que ce parti fut toujours écarté du gouvernement colonial – jusqu’à être interdit en 1955 – et qu’il appela au boycott des élections de 1956. S’intéresser aux pétitions envoyées par les femmes (dont le nombre est estimé à 7 000), permet d’interroger les questions de genre dans les mouvements nationalistes, mais aussi d’analyser ce registre original de l’action politique et, selon les conclusions de l’auteure, la production du nationalisme populaire qui en a découlé.

Terretta ne s’attarde pas sur les relations entre l’UPC et l’Udefec, soulignant cependant que l’exercice plein de leur citoyenneté par les femmes était au cœur du projet UPCiste, contrairement à ce que proposaient alors les mouvements camerounais pro-français. C’est surtout le contenu des pétitions qui intéresse l’auteure et qui démontre une politisation progressive de femmes qui percevaient intimement la pénétration de l’administration coloniale dans leurs sphères d’activités, domestiques et professionnelles. Exigeant d’abord la levée des entraves posées par l’administration coloniale à leurs activités commerciales et agricoles, elles articulèrent ensuite ces exigences à la demande d’Indépendance et de réunification, puis, à partir de 1955, s’indignaient de la répression à l’encontre de leurs maris et de leurs familles. Les pétitions accusaient alors l’administration française d’éliminer les militants UPCistes, mais aussi les femmes et les enfants, victimes d’infrastructures sanitaires dégradées et d’injections supposément mortelles. Privées de leurs maris, victimes de viols, les femmes auraient alors été empêchées d’assurer leur propre reproduction. Cette lecture féminine de la malédiction de la violence coloniale montre combien toutes les sphères de la vie sociale ont été affectées, tant par l’imposition coloniale que par la lutte et la répression.

L’attention portée par l’auteure à diversifier les points de vue régionaux permet d’observer les différences entres les griefs formulés en zone rurale et en zone urbaine, mais aussi et surtout la circulation des messages et des modes d’action sur tout le territoire. Bien sûr, la rédaction des pétitions dépendait du niveau d’éducation des femmes signataires : des textes plus politiques en ville, plus personnels à la campagne. Cependant, et c’est l’un des enseignements de cette étude, l’appropriation de cet outil – requérant la maîtrise de l’écrit – s’est très vite généralisée. À la suite de Richard Joseph et d’Achille Mbembe, l’auteure montre magistralement combien la popularité de l’UPC a bénéficié de cette articulation constante entre écrit et oral. Les archives du mouvement, malgré les destructions liées à la répression (jusqu’en 1971), regorgent de minutes de réunions des comités de base, de journaux, de diverses déclarations et autres documents d’organisation. La frénésie rédactionnelle de l’UPC, symbolisée par ces pétitions, n’avait d’égal que son goût pour l’oralité. Lors des réunions, la Déclaration universelle des droits de l’Homme, comme les comptes rendus de réunions régionales ou de la direction, étaient lus à haute voix, après que l’hymne de l’UPC eut ouvert les débats. La circulation des mots d’ordre, des espoirs, des faits et gestes des leaders du mouvement, à commencer par ceux d’Um Nyobé, secrétaire général charismatique de l’UPC, se faisait donc tant à travers les supports écrits qu’oraux. Les pétitions, parfois rédigées par un homme (les comités de l’Udefec ne comptaient parfois aucune femme sachant écrire, notamment dans le Nord du pays) étaient signées ou marquées d’une empreinte, puis circulaient clandestinement, souvent à travers le territoire sous mandat britannique, avant d’être envoyées à New York. Adressées à une audience lointaine, mais légitime, les pétitions ont été le support, selon l’auteure, d’une « conscience collective », ou d’une identification mutuelle, au sein des villages, comme entre villages, villes et régions éloignés. Cette diffusion d’écrits collectifs aurait contribué à la production d’un nationalisme populaire, ancré dans les réalités quotidiennes et nourrissant un espoir collectif. Cette commune appartenance a permis que le mouvement nationaliste, et notamment l’envoi de pétitions par les femmes, perdurent, quelques années après l’exil de certains leaders et l’assassinat de nombreux militants. Cet ouvrage souligne donc, à nouveaux frais, la consistance de ce nationalisme kamerunais qui continue de s’exprimer sous diverses formes. Il met en lumière, dans le même temps, l’usage quotidien du langage des droits de l’homme, une foi immense en certains acteurs chargés de les faire respecter, et des pratiques banales d’expression de revendications. Ce legs-là, au contraire du sentiment nationaliste, a subi une ponction fatale à partir de 1960. Meredith Terretta nous rappelle, après d’autres, combien la popularisation de l’histoire du mouvement nationaliste est une nécessité pour le Cameroun contemporain.

Marie-Emmanuelle Pommerolle

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).

I. N. Endeley, Virtual Activism on Cameroon. The Camnet Files, lu par Thomas Atenga

Virtual Activism on CameroonENDELEY (Isaac N.), Virtual Activism on Cameroon. The Camnet Files, Bamenda, Langaa RPCIG, 2013, 184 pages.

Une des utopies fondatrices d’internet est que cet outil établirait des dispositifs de prises de parole ouverts sur la base d’un fonctionnement horizontal, égalitaire et libertaire. Cette forme de communication médiatisée par ordinateur (CMO) repose sur l’instantanéité de la diffusion, les interactions entre utilisateurs. À travers forums de discussion, réseaux sociaux, blogs, etc., elle contribuerait à la montée de nouvelles façons de parler de politique, d’activisme et d’engagement. Ces effets d’amplification ou de fragmentation des opinions participent des pratiques délibératives émergentes qui remodèlent la démocratie. C’est de ces hypothèses que part ici Isaac N. Endeley pour restituer sa propre expérience de ces plateformes.

À travers sept chapitres qui vont de la situation politique camerounaise en passant par la question anglophone, la violence politique et la liberté d’expression jusqu’au débat sur la viabilité de l’enseignement supérieur, il restitue ses prises de position sur ces questions dans le forum de discussion camnet.

Créée au milieu des années 1990, cette liste de discussion attirait les opposants et les partisans du régime de Yaoundé. Même si elle ne disposait pas de modérateur, elle était « très disciplinée, et les échanges [y étaient] civilisés » (p. v). Jusqu’à la fermeture, en juin 1999, de son serveur basé en Italie, elle a contribué à démontrer que les Camerounais de la diaspora et ceux de l’intérieur pouvaient prendre part aux débats sur l’avenir de leur terre natale (p. v). Endeley rend compte du privilège qu’il a eu d’être un des contributeurs les plus réguliers de ce forum dominé par les débats politiques, même si aucun sujet n’était explicitement interdit (p. vi). Pour lui, durant ses années d’existence, cette plateforme a été celle dont les débats ont eu le plus d’influence sur la vie politique camerounaise (p. vi), même s’il n’étaye pas cette certitude.

Dans le chapitre 1, qui traite de la politique au Cameroun et notamment du processus électoral, largement contrôlé par le système Biya, il reprend ses propres contributions par lesquelles il souhaitait convaincre ses contradicteurs que le problème ne résidait pas dans les individus, mais dans les institutions. « Ce dont le Cameroun a besoin, c’est d’un ensemble viable d’institutions qui peuvent contenir les fluctuations propre au caractère des individus. Le pays a besoin d’institutions qui inspirent confiance et qui ne sont pas soumises au flux et au reflux des ambitions politiques et des désirs d’enrichissement » (p. 3).

Le problème anglophone au Cameroun fait l’objet du chapitre 2. Endeley s’y montre anti-sécessionniste. S’il reconnaît que la colonisation a une responsabilité importante dans la situation de la minorité anglophone, il ne pense pas que la création d’un État autonome soit la solution. « Une alternative possible est de trouver des moyens d’amender la constitution de telle sorte qu’elle reflète les aspirations véritables de tous les Camerounais et qu’elle garantisse leur participation. C’est le chemin que je préfère emprunter. Ce qui est fait est fait » (p. 58). Il est donc pour le dialogue plutôt que pour la violence.

Cette question de la violence est précisément au cœur du chapitre 4, où l’auteur met en perspective ses échanges avec le capitaine Guérandi Mbara, un des cerveaux du putsch manqué du 6 avril 1984. Dans ce dialogue policé, mais ferme, Endeley remet en cause la légitimité de la tentative avortée du militaire : « Vous avez la mémoire courte ! Vous donnez l’impression que les problèmes du Cameroun n’ont commencé qu’en 1982 avec l’arrivée de M. Paul Biya au pouvoir. Et les lecteurs mal informés pourraient penser, à vous lire, que sous le régime du dictateur Ahmadou Ahidjo, les Camerounais vivaient dans un paradis africain. C’était peut-être le cas pour vous, puisque vous êtes originaire de la même région qu’Ahidjo et que vous étiez officier de l’armée camerounaise. Mais vous avez tout de même dû remarquer que la majorité de vos compatriotes vivait dans la misère… » (p. 98). En partant de l’affaire du « malaise cardiaque de Paul Biya » qui a conduit Pius Njawe, le directeur du journal Le Messager, en prison pendant plus de six mois, et de celle de l’assassinat du journaliste burkinabé Norbert Zongo, l’auteur reprend ses contributions qui rappellent son combat contre toute forme de censure, et pour l’avènement d’un véritable pluralisme médiatique au Cameroun et en Afrique.

Sur les affaires internationales, discutées dans l’avant-dernier chapitre, Endeley rappelle qu’ayant étudié les relations internationales, il a souvent pu éclairer les participants de camnet sur des sujets comme le conflit de Bakassi, la dette ou encore l’engagement du Cameroun dans la lutte contre la non-prolifération du nucléaire et des armes chimiques.

La recherche et l’enseignement supérieur sont les thématiques abordées dans le dernier chapitre de cet ouvrage. Si Endeley reconnaît que l’offre a augmenté avec la multiplication des institutions universitaires depuis 1993, il déplore le fait que la qualité n’a pas toujours suivi, et que les programmes ne sont pas toujours adaptés au marché de l’emploi. De même, il déplore la faiblesse des financements des recherches scientifiques.

Au final, l’ouvrage d’Endeley permet d’observer comment les Camerounais se saisissent d’internet pour continuer d’exister en tant que citoyens préoccupés par la marche des affaires de leur pays. Ce livre témoigne des mutations de la citoyenneté à l’âge numérique dans un contexte autoritaire. Il démontre comment les discussions en ligne contribuent à la fois à l’élargissement de l’espace public et au renforcement de la démocratie délibérative, de manière antagonique, consensuelle, compétitive ou collaborative.

Thomas Atenga

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).