Archives par mot-clé : Afrique du Sud

Vidal Dominique, Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, , lu par Christine Ludl

migrants-du-mozambique-dans-le-johannesburg-de-l-apres-apartheid-travail-frontieres-alteriteVIDAL (Dominique), Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, Paris, Johannesburg, Karthala-IFAS, 2014, 207 pages

Dominique Vidal, sociologue, aborde dans cet ouvrage les changements du système migratoire entre le Mozambique et l’Afrique du Sud, engendrés par l’indépendance du Mozambique en 1975 et la fin de l’apartheid en Afrique du Sud en 1994. Menée dans le cadre d’un projet coordonné par l’Institut français d’Afrique du Sud et l’African Center for Migration and Society (jadis le Forced Migration Studies Programme) à l’Université du Witwatersrand, l’enquête conceptualise les migrations internationales comme « analyseur du changement sociopolitique » (p. 7) et comme révélateur d’une imbrication étroite de dynamiques sociales et politiques. Une telle perspective est particulièrement bienvenue alors que les études migratoires se cantonnent largement dans « un nombre limité d’interrogations sur les parcours et l’installation des migrants » ou les effets des migrations sur les sociétés de départ et de destination. Dans la même veine, les études sur les migrations en Afrique du Sud se sont souvent focalisées sur le statut des réfugiés, les activités économiques des migrants, les politiques d’immigration ainsi que la violence et les discriminations des Noirs sud-africains envers les migrants. Les études urbaines, de leur côté, ont pris en compte la diversité des résidents de la ville post-apartheid, mais ont privilégié des réflexions théoriques au détriment de recherches de terrains conséquentes et négligé l’expérience urbaine des migrants. Continuer la lecture de Vidal Dominique, Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, , lu par Christine Ludl

Denis-Constan Martin, Sounding the Cape : Music, Identity, and Politics in South Africa, lu par David B. Coplan

livre de denis constant MartinMARTIN (Denis-Constant), Sounding the Cape : Music, Identity, and Politics in South Africa, Somerset West : African Minds, 2013, 441 pages

Cette nouvelle étude du sociologue-musicologue Denis-Constant Martin constitue un apport considérable dans ce champ de la littérature. Le lecteur y trouvera tout ce qu’il a toujours voulu savoir sur la musique au Cap sans jamais oser le demander, et plus encore. Il faut d’abord féliciter la maison d’édition, qui a accepté de publier un texte de cette longueur et de ce niveau d’exhaustivité. Il semble bien que les éditeurs de l’ouvrage aient choisi une posture fort peu dirigiste, alors qu’ils auraient pu inviter l’auteur à se concentrer sur le matériau le plus central et le plus original du livre. Je mentionne ce point car Denis-Constant Martin a dû affronter le problème structurel que nous sommes nombreux à rencontrer en tentant d’écrire l’histoire sociale de champs musicaux régionaux : comment allier, dans un même mouvement intellectuel, l’ensemble des tendances pertinentes, des contributeurs, des thèmes d’analyse et des cadres théoriques, tout en poursuivant un récit chronologique, et en maintenant de surcroît un dialogue équilibré entre le local et le global ? La première conclusion qui s’impose à quiconque poursuit cet angoissant défi est qu’il est vain de prétendre à l’exhaustivité. Il vaut mieux déployer un récit, une description empirique qui donnera vie à certains thèmes, à certaines idées que l’on jugera centrales pour le propos. Autrement, on court le risque de perdre toute pertinence dans le récit, et de produire un travail de référence qui sera plus cité ou survolé qu’il ne sera lu. Martin montre qu’il a conscience de ce risque quand il choisit de se limiter à la ville du Cap et à ses environs, et de tenir la politique largement à l’écart, en dépit de l’utilisation du mot dans le sous-titre de l’ouvrage.

Celui-ci débute, comme il se doit, par une introduction théorique, dans laquelle l’auteur renoue avec la vieille notion de « créolisation » par le biais des écrits d’Édouard Glissant, huit textes pour être exact. Ce concept se révèle indiscutablement bienvenu et éclairant, au vu des thèmes socio-musicaux traités dans cet ouvrage, et Martin peut ainsi regretter le faible intérêt que lui portent les études culturelles en Afrique du Sud. Malheureusement, le concept a vieilli dans le monde académique anglophone, contrairement au monde francophone. Martin a déjà fourni par le passé un important effort pour nous plonger dans le seul festival populaire crédible, le Cape Coon Festival (aujourd’hui dénommé officiellement le Cape Minstrel Carnival). Mais dans une Afrique du Sud historiquement calviniste, et malgré les tentatives artificielles des autorités officielles pour organiser une parade annuelle à Johannesburg, les carnavals suscitent dans l’ensemble le soupçon et le mépris. Le reste de la première partie de l’ouvrage, « l’émergence d’identités créolisées », démontre effectivement comment de telles identités ont pu émerger, au plan musical comme sur d’autres plans, dans un milieu social dans lequel le métissage était violemment rejeté par ceux qui ne pouvaient y échapper. Tel est, de fait, le cœur du dilemme pour les Coloureds d’Afrique du Sud. Mais Martin montre de façon convaincante que la musique professionnelle est un domaine dans lequel ces barrières sociales ont été écartées au quotidien. Avec, pour résultat, un monde du spectacle « non racial », ou tout du moins mixte dans ce domaine, dans lequel une diversité infinie d’apports et d’influences ont fusionné pour générer un éventail de styles spécifiquement sud-africains, en jazz comme dans divers autres genres musicaux, depuis le gospel jusqu’au hip-hop.

La première partie du chapitre iv (« Separation and Interweaving in the 20th Century : Fertile Intertwining ») offre une présentation magistrale de la façon dont ce processus s’est produit. Les deux autres sections rendent hommage aux apports du pianiste de jazz exilé Chris MacGregor et son fameux Blue Notes, et du premier producteur indépendant noir dans l’industrie de l’enregistrement à Johannesburg, Rashid Vally. Ces détours font partie de l’effort de l’auteur pour faire du Cap la ville mère de toute la musique sud-africaine. Valide ou non, cette entreprise vient buter sur la thèse de la créolisation et, de fait, sur la perspective annoncée dans le titre même de l’ouvrage. Il aurait été plus utile que l’auteur reste au Cap et plonge dans les courants musicaux qui y naissent ou s’y déversent. Si de telles excursions étaient nécessaires, elles devraient s’intéresser à l’autre Cap (Port Elizabeth et East London en particulier), qui reste largement négligé et sous-documenté par les chercheurs.

Le chapitre v (« Two Decades of Freedom ») s’intéresse moins aux processus politiques influençant la vie musicale que ce à quoi le lecteur pouvait s’attendre. En revanche, il passe au crible une série de tendances actuelles, de façon exhaustive, et avec force détails. Notons que le regret qu’éprouve Martin pour le désintérêt des autorités à l’égard de l’éducation à la musique, et à l’égard de l’industrie musicale elle-même, revient à demander à l’Afrique du Sud de ressembler davantage à la France. Mais l’Afrique du Sud ne peut être comme la France, parce qu’elle ne compte pas suffisamment de Français. Quant à la musique elle-même, l’auteur évite de s’aventurer dans la critique musicale. On n’a donc pas d’autre option que de le croire lorsqu’il entend souligner l’importance des tendances, travaux et représentations qu’il décrit, en l’absence de toute autre indication quant au succès artistique qu’ils rencontrent ou non. Certains connaissent effectivement le succès, d’autres non. Peut-être est-ce à chacun d’écouter ces musiques pour s’en faire une opinion, mais combien possèdent la même connaissance et la même pertinence que Martin dans ce domaine ? Le chapitre suivant (« The Musician’s Discourse : Cape Town as a Musical Potjekos [ragoût, NdT] ») donne la parole à un large spectre de praticiens aussi pertinents que motivés, actifs sur la scène musicale du Cap. Ces riches observations en dialogue avec l’auteur s’achèvent sur un brillant épilogue dédié à ce rythme si particulier par lequel la ville se définit elle-même, le ghoema.

Dans sa conclusion, l’auteur retourne à son thème de la créolisation et plaide contre la constante réification des identités de groupe, et contre la valorisation de la différence, telle que l’implique le concept de Nation arc-en-ciel, et ce par opposition au souci pour la cohésion qu’inspire une identité nationale unifiée. Pour le meilleur ou pour le pire, l’Afrique du Sud s’est construite dans la différence, et le pays s’en sort suffisamment bien sans s’embarrasser de construction nationale, d’identité nationale, de cohésion sociale ou d’une culture publique bien distincte. Non seulement l’Afrique du Sud n’est pas la France, mais il n’est aucune raison valable pour qu’elle souhaite le devenir. Dès lors, Le Cap n’est pas et n’a jamais été le temple de la musique sud-africaine, contrairement à ce que l’auteur affirme, comme s’il était lui-même une sorte de nationaliste du Cap. Ceci dit, un nombre significatif de musiciens très talentueux ont aujourd’hui effectivement rejoint Le Cap, ce qui prouve tout l’attrait qu’elle continue d’exercer pour les artistes et les amoureux d’art de toute part. Le Cap, prisonnière de la cuvette que constituent les montagnes avoisinantes, son visage tourné vers le soleil et les vents du Sud-Est, son esprit dansant au rythme du ghoema, reste à jamais elle-même, et seulement elle-même. Cette étude en rend compte de façon exhaustive et convaincante. Elle fournit un jalon important dans la littérature sur la musique du Cap. Elle restera, telle une Table Mountain académique pour alpinistes intellectuels des générations à venir.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/1 (N° 133)

B. Gilder, Songs and Secrets, South Africa from Liberation to Governance, lu par Denis-Constant Martin

15857356GILDER (Barry), Songs and Secrets, South Africa from Liberation to Governance. Londres, Hurst & Company, 2012, 359 pages

Des chansons : celles qu’interprétait Barry Gilder lorsqu’étudiant à l’université du Wit­ watersrand il siégeait à la direction de l’Union nationale des étudiants sud­-africains et qu’il reprendra sans cesse dès que fêtes ou réunions militantes lui en donneront l’occasion. Des secrets : ceux qu’évidemment il ne livre pas. L’auteur quitta l’Afrique du Sud au début de 1976 pour échapper à la conscription, rejoignit un camp d’entraînement de l’ANC en Angola où il suivit une formation délivrée par des instructeurs soviétiques, avant de se rendre à Moscou. Assez rapidement, il fut versé dans les services de renseignement et si, une fois rentré en Afrique du Sud après 1990, il participa à la campagne d’éducation civique en vue des élections de 1994, ce fut pour retrouver, après la formation du gouvernement de Nelson Mandela, des postes à responsabilités au sein de la National Prosecuting Authority, au ministère de l’intérieur (Home Affairs), puis au National intelligence Co­ordinating Committee (NiCOC). il prit sa retraite de la fonction publique en 2007 et créa, avec Joel Netshitenzhe, ancien proche collaborateur de Thabo Mbeki, le think tank Mapungubwe institute for Strategic Reflection. Des mémoires rédigés à l’issue d’une telle carrière sont riches d’anecdotes contées avec verve et humour, d’informations sur le fonctionnement de l’État sud­-africain après 1994 et de réflexions désabusées sur l’évolution de l’ANC. Mais, nécessairement publiés avec l’imprimatur des « services », il ne faut pas y chercher de révélations foudroyantes.

Lire Songs and Secrets au moment où l’on porte en terre Nelson Mandela fait revenir à la mémoire un certain nombre de réalités sinon oubliées, du moins passées au second plan, lorsqu’on débat des problèmes que rencontre l’Afrique du Sud aujourd’hui. Tout d’abord l’incomplète transformation de l’État hérité des négociations du début des années 1990 : l’État post-­apartheid est en grande partie la continuation du précédent et ce que l’auteur appelle une « culture du patronage, de la corruption, du mépris pour les citoyens, de l’autoritarisme et de la bureaucratie » (p. 223) s’est adapté aux nouvelles institutions. Cela s’est fait d’autant mieux que, notamment dans la justice et la police, nombre de ceux qui y servent avaient été formés et nommés sous l’ancien régime. Pour mener à bien la tâche herculéenne de donner cohérence à une administration devant regrouper les anciens services consacrés aux blancs, aux Africains et aux coloured, et ceux des bantoustans pseudo-­indépendants, l’ANC a dû « déployer » ses responsables pour encadrer des fonctionnaires pas toujours mus par un grand enthousiasme pour les buts qui leur étaient assignés. il en est résulté un manque d’unité et de coordination qui a freiné la mise en œuvre de politiques urgentes. Méfiances et conflits internes ont été exacerbés par la multiplication des divisions au sein de l’ANC provoquées par l’éclatement au grand jour de différences idéologiques et la compétition pour les avantages liés au pouvoir politique. Le congrès de Polokwane, en 2007, et ses séquelles, en fournirent une affligeante illustration. Sur cet arrière­-plan, Gilder tend à considérer l’accroissement de la corruption (déjà forte avant 1990) avec ambivalence. Sans la tolérer, il cherche à l’expliquer, non sans quelque indulgence, par les stratégies de survie que devaient adopter des exilés dénués de ressources, hormis leur capital d’expérience politique, face aux multiples propositions de cooptation dans les cercles de direction (factice ou réelle) bien rémunérés du secteur privé, ainsi que par la force des solidarités familiales et des amitiés solidement trempées dans les années de lutte.

Au bout du compte, Songs and Secrets permet de saisir de l’intérieur les rêves et les tragédies qu’ont partagés nombre de militants de l’ANC, leurs joies et leurs désillusions et, surtout, de mieux comprendre l’extrême force de la discipline et de la loyauté acquises dans les camps et les prisons par une génération qui déplore que l’ANC actuel ne soit plus celui dans lequel elle a « grandi » (p. xvii). Comme Barry Gilder, ces militants ne veulent pas s’avouer désillusionnés, même s’ils doivent bien constater que « […] le pays est confronté à un certain nombre de problèmes et que le gouvernement de l’ANC n’identifie pas les politiques aptes à les résoudre » (p. ix).

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).

P. Alexander, T. Lekgowa, B. Mmope, L. Sinwell, B. Xezwi, Marikana. Voices from South Africa’s Mining Massacre, lu par Raphaël Botiveau

MarikanaALEXANDER (Peter), LEKGOWA (Thapelo), MMOPE (Botsang), SINWELL (Luke), XEZWI (Bongani), Marikana. Voices from South Africa’s Mining Massacre, Athens, Ohio University Press, 2013, 165 pages.

Initialement publié dans l’urgence chez Jacana (Johannesbourg) quelques mois après le massacre de Marikana qui, le 16 août 2012, coûta la vie à 34 mineurs en grève tués par la police, ce volume offre un regard à la fois essentiel et incomplet sur ce qui s’est joué et se joue encore dans les mines d’Afrique du Sud. À contre-pied d’analyses journalistiques faisant la part belle aux sources managériales, politiques et policières, et approchant ce conflit social sur un registre sécuritaire, Alexander et al. prennent le parti des « travailleurs ». Le sous-titre de l’édition originale – A View from the Mountain and a Case to Answer (la « montagne » faisant ici référence au monticule sur lequel les grévistes se réunissaient) – revendiquait cette dimension militante. Celui de la présente édition renvoie à la seconde dimension de leur travail : fondé sur une approche ethnographique rigoureuse, il est l’œuvre d’un sociologue reconnu, Peter Alexander, et de l’équipe de jeunes chercheurs constituée autour de sa chaire de l’Université de Johannesbourg.

Ils restituent avec force détails la complexité des événements qui ont conduit au massacre et montrent que 22 des victimes du 16 août furent tuées non pas durant la salve de balles initialement tirée par la police – qui plaide la légitime défense – mais les unes après les autres dans l’heure qui suivit, un certain nombre abattues de sang froid alors qu’elles fuyaient ou se cachaient, d’autres écrasées par des véhicules blindés. Mais les auteurs n’en restent pas à ce constat et s’intéressent aux racines d’une mobilisation présentée comme largement spontanée et autogérée, à travers les voix de dix mineurs dont les entretiens bruts constituent un tiers de l’ouvrage. Ceux-ci évoquent la rudesse de conditions de travail peu altérées depuis la fin de l’apartheid. Ils dénoncent la connivence entre syndicalistes du National Union of Mineworkers (NUM), représentant historique des mineurs noirs allié de l’ANC, et le patronat (il s’agit ici de Lonmin, troisième producteur mondial de platine). Certains dirigeants syndicaux locaux sont même accusés d’avoir ouvert le feu sur les grévistes, initiant les violences qui marquèrent aussi la grève. Le mépris des dirigeants nationaux du NUM à l’égard du mouvement fut contrebalancé par le soutien empathique d’un nouveau syndicat rival, l’Association of Mineworkers and Construction Union (AMCU). Tous ces éléments resitués au plus près des témoignages conduisent Alexander à désigner trois « coupables » du massacre : la police et le gouvernement d’abord, Lonmin ensuite, le NUM enfin.

La lecture de cet ouvrage volontairement accessible est essentielle pour quiconque souhaite comprendre ce qui s’est passé dans la platinum belt sud-africaine au cours de l’hiver 2012. Il faut cependant se garder de considérer la version qu’il présente comme définitive car s’il prétend donner la vision des travailleurs, c’est en fait la parole d’une section mobilisée des mineurs de Lonmin – victimes de la répression policière – et celle de l’AMCU, qui sont ici rapportées. L’ouvrage mène ainsi une enquête à charge contre une autre frange des travailleurs, représentée par le NUM qui syndiquait encore un tiers des employés de Lonmin plus de six mois après Marikana. Sans parler des mineurs « attentistes » en ces temps conflictuels, ceux qui, n’allant pas travailler, n’avaient pas non plus choisi de camp dans la bataille syndicale. Un entretien avec le président de l’AMCU occupe dix pages du livre tandis qu’un discours de son secrétaire général y est retranscrit. La voix des mineurs interrogés est également réifiée dans la mesure où les faits qu’elle expose ne sont jamais remis en question, ne serait-ce que par ses contradicteurs dans le camp des travailleurs : le NUM est sans cesse décrié comme un syndicat fantoche et l’on se demande pourquoi les auteurs n’ont pas interrogé ne serait-ce qu’un seul de ses adhérents ordinaires demeurés loyaux pour en savoir un peu plus. Autre aporie, le rôle du facteur organisationnel dans la grève qui s’est jouée à Lonmin est relégué au second plan. La thèse de la spontanéité du mouvement social, défendue par l’AMCU et rejetée par le NUM, est reprise par les auteurs alors même que le syndicat entrant était présent dans la section de la mine où là grève a débuté plus d’un an avant. La question du rôle de la violence dans la mobilisation des mineurs est enfin écartée et ce bien que onze personnes aient été tuées avant la date fatidique du 16 août. Un ouvrage incontournable donc, dont le premier mérite et non des moindres est d’avoir démontré, au même rythme que le journalisme, combien le regard sociologique – une sociologie ici « embarquée » – peut, parfois même dans l’instantanéité, tellement apporter à la compréhension de l’événement.

Raphaël Botiveau

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).