Archives par mot-clé : Afrique de l’Est

A. Burton, H. Charton-Bigot (dir.), Generations Past. Youth in East African History, lu par Hervé Maupeu

Generations pastBURTON (Andrew), CHARTON-BIGOT (Hélène) (dir.), Generations Past. Youth in East African History, Athens, Ohio University Press, 2010, 432 pages.

Depuis une dizaine d’années, les livres consacrés à la jeunesse en Afrique se sont multipliés, mais cet ouvrage collectif mérite une attention particulière. Les historiens qu’il rassemble appréhendent la jeunesse comme un groupe social existant à travers ses interactions avec les générations plus âgées. Or, en Afrique de l’Est, de nombreuses communautés ont développé des polities à systèmes générationnels et tout au long du XXe siècle, les anthropologues ont décortiqué ces modes d’organisation. Ils ont décrit leurs structures et leurs mécanismes d’évolution et de régulation, mais ils ont rarement étudié les effets du colonialisme et des régimes postcoloniaux sur ces systèmes d’organisation sociale. Instaurer un dialogue entre anthropologues et historiens autour de cet objet reste à faire. Cela n’est pas la voie empruntée par les chercheurs de cet ouvrage – à l’exception de l’un d’entre eux – puisqu’ils ont fait le choix de partir des questions contemporaines associées à l’étude des jeunesses africaines : produisent-elles des violences d’un type nouveau ? D’où vient le discours classique sur la jeunesse comme « classe dangereuse » ? Dans quelle mesure la crise de la jeunesse est-africaine est-elle liée à une crise de la masculinité ?

Les historiens réunis ici partent donc d’une problématique commune (la question générationnelle), mais ils avancent avec des méthodes différentes, adaptées à des terrains et des époques très différenciées. Toutes leurs focales éclairent, de façon parfois inattendue, les situations contemporaines. Richard Reid s’intéresse aux jeunes hommes qui, au XIXe siècle, vivaient dans ce « corridor de conflits » situé entre le Sud de l’Ouganda et le Nord de la Tanzanie. Dans cette région constamment travaillée par des guerres, la violence constituait un mode de vie que Reid interprète au regard des tensions entre générations et comme un élément structurel des organisations étatiques de cette zone. Il souhaite que l’on analyse l’implantation du colonialisme en fonction de cette situation qui a engendré également beaucoup de victimes. Dave Eaton étudie les vols de bétails récurrents le long de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda. Depuis que les armes prolifèrent dans cette région, de nombreux analystes estiment que les relations sociales se sont modifiées au profit des cadets sociaux, dont les jeunes. Eaton défend l’idée que les anciens n’ont pas perdu le contrôle des jeunes hommes. Ils continuent de réguler la situation en jouant sur les montants des compensations matrimoniales et, pour les plus riches, en gardant la mainmise sur les trafics de bétail volé. Bien sûr, certains jeunes leaders ont tenté de devenir des warlords, mais leurs tentatives de s’émanciper de la tutelle des anciens ont toujours échoué. Cet article fait écho à celui de Richard Waller qui étudie la classe d’âge des morans des Maasai. Tout au long du XXe siècle, les anciens ont habilement collaboré avec les autorités coloniales et postcoloniales pour discipliner et contrôler ces jeunes. Ils auraient ainsi adapté leur domination aux nouvelles conditions économiques et politiques. Waller souligne que les anciens se sont toujours joués des règles du système générationnel qu’ils ont subtilement fait évoluer. James Giblin analyse pour sa part les stratégies des jeunes Tanzaniens durant la période qui a suivi le traumatisme de la crise Maji Maji à partir du concept d’économie morale. Les jeunes ont usé des opportunités de l’époque coloniale, notamment l’éducation, le salariat et les nouvelles religions (les Églises chrétiennes) mais sans couper avec les logiques de l’économie d’affection chère à Goran Hyden.

Les deux chapitres suivants étudient les interactions entre les identités de classes sociales et les identités de jeunes. Hélène Charton-Bigot s’intéresse à une cohorte d’anciens élèves de l’Alliance High School, l’école par excellence de l’élite kenyane, et suit leur stratégie universitaire. Andrew Burton travaille sur le lumpen-proletariat des villes tanzaniennes. Il montre que dans les années 1950, les conditions structurelles d’un fort taux de chômage des jeunes urbains se mettent en place et perdurent jusqu’à nos jours du fait de réponses politiques peu adaptées. Les autorités tanzaniennes ne parviennent pas à créer une situation économique propice à l’emploi des jeunes, mais elles s’efforcent de les intégrer politiquement. James Brennan met en évidence la diversité des politiques de la jeunesse en Tanzanie. Les premiers mouvements nationalistes ont développé des groupes d’encadrement de la jeunesse particulièrement dynamiques. Dans les années 1960, le pouvoir a habilement intégré les jeunes dans la nouvelle armée et dès les années 1970, les groupes de vigilants ont connu une reconnaissance. Ces jeunes hommes se sont vus confier des responsabilités diverses dans la gestion de l’ordre public. À Zanzibar, le régime révolutionnaire a développé des camps de travail. Thomas Burgess analyse lui les ambitions et les limites de ces modalités de contrôle de la jeunesse. Et quand les autorités politiques ne cherchent pas à discipliner les jeunes, ils prétendent les protéger, notamment par des législations sur les alcools, comme le montre Justin Willis.

La sexualité des jeunes est étudiée dans plusieurs textes. Shane Doyle décrit l’évolution des pratiques matrimoniales dans la région des Grands Lacs, notamment au regard de l’épidémie du sida. Joyce Nyairo et Eunice Kamaara en appellent à un changement des représentations sociales des relations entre genres au Kenya, représentations qui font porter la responsabilité de la diffusion du sida exclusivement sur les femmes.

Cet ouvrage collectif montre de nombreuses facettes de la jeunesse est-africaine. Tous ces historiens ont des approches différentes, mais les liens entre les différents chapitres sont constamment mis en évidence ce qui rend la lecture particulièrement stimulante. Ce livre s’adresse moins aux est-africanistes qu’aux lecteurs intéressés par l’étude de la jeunesse en Afrique, car les meilleurs articles ont été publiés depuis longtemps dans diverses revues.

Hervé Maupeu

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).