Soumettre à la revue

 

Politique africaine publie quatre numéros annuels, chacun axé autour d’un thème spécifique. Dans chacun de ces numéros, il est mis de côté de l’espace pour des articles d’intérêt qui ne portent pas sur le thème annoncé. Ces articles apparaissent dans une de trois rubriques : (1) Conjoncture qui traite d’événements récents ou en cours ; (2) Recherches où sont publiés des articles dont le contenu est nouveau, caractérisé par des recherches approfondies, une argumentation soutenue et une approche théorique fine ; (3) Documents, dont le but est d’offrir une réflexion, en générale brève, sur des articles, éditoriaux, pages Internet et éléments graphiques (photos, posters, bandes dessinées/caricatures) récemment parus dans les médias africains ou liés à l’Afrique.

Nous encourageons les spécialistes en une vaste gamme de sujets – non seulement de science politique, mais aussi la sociologie, l’anthropologie, la géographie, l’histoire, l’urbanisme et les culture et visual studies – à soumettre à la revue des articles hors période d’appel. Ces articles peuvent être rédigés en d’autres langues que le français. S’ils sont publiés, ils le seront soit en anglais (s’il s’agit de textes anglophones) soit en traduction française.

L’évaluation des articles est faite par des membres du Comité de rédaction et par des évaluateurs extérieurs.

Adressez vos correspondances à politique-africaine@sciencespobordeaux.fr

 

Consignes aux auteurs

Taille des textes

La taille des textes varie selon les rubriques.
Dans le dossier, les textes ne doivent pas dépasser les 50 000 signes, espaces et notes compris (attention : dans les logiciels de traitement de texte il faut que soit cochée la case « Inclure toutes les notes dans le calcul », dans la fenêtre de dialogue Statistiques).
Les textes des rubriques Conjoncture ou Document sont plus courts, jusqu’à 40 000 signes. Ceux de la rubrique Recherche peuvent aller jusqu’à 55 000 signes.
NB : si les textes sont soumis en anglais, il faut ajouter environ 10% pour estimer le volume de la traduction en français.

Règles de présentation

Le texte doit être présenté de la manière la plus simple possible :
– Texte justifié, en Times New Roman 12 pour le texte courant et Times New Roman 10 pour les notes de bas de page ;
– Majuscules accentuées ;
– Interligne simple, pas de retraits de paragraphes ;
– Pas de sauts de paragraphes à l’intérieur des parties.
– Des sous-titres doivent aérer le texte et le découper en sections bien identifiables (la revue ne reconnaît que deux niveaux de titres).

Premier niveau en romain gras (deux sauts de ligne avant, un après)

Deuxième niveau en italique (un saut de ligne avant, un après)

Notes de bas de page

Pour tous les articles de la revue (sauf la rubrique Chronique bibliographique / Débat autour d’un livre), toutes les notes doivent être mises en bas de page, en utilisant l’appel automatique du logiciel de traitement de texte (numéros de notes croissants tout au long de l’article, ne pas repartir à la note « 1 » à chaque nouvelle page).
Par convention on ne place jamais d’appel de note dans les titres et sous-titres.

Dans la note de bas de page elle-même (à distinguer de l’appel de note), le numéro de la note ne doit pas être mis en exposant et doit être suivi d’un point[1].
Dans le texte des notes, on utilise « voir » et non « cf. » pour renvoyer à une référence.

L’appel de note (dans le texte) se place avant tout signe de ponctuation.
Ex :
Comment dois-je placer mon appel de note1 ? Le placement de l’appel de note s’effectue ainsi2. Cet « appel de note3 » est bien placé, car il s’agit d’une citation (pour que l’appel colle à la locution citée).

Résumés, mots-clés et présentation de l’auteur

Le texte doit être accompagné de cinq mots-clés (maximum), d’un résumé de 600 signes maximum en français et d’un résumé également de 600 signes maximum en anglais (accompagné de la traduction du titre de l’article).
L’auteur mentionne en fin d’article son institution d’appartenance (laboratoire, université …)

Références

Les références bibliographiques ne doivent pas se trouver dans le corps du texte – la bibliographie est constituée des notes de bas de page. Le texte ne doit pas comprendre de bibliographie finale.

Les titres de livres et de revues sont en italique, ceux d’articles en romain et entre guillemets français (y compris les titres en anglais).
Ex :
G. Capps, « A Bourgeois Reform with Social Justice ? The Contradictions of the Minerals Development Bill and Black Economic Empowerment in the South African Platinum Mining Industry », Review of African Political Economy, vol. 39, n° 132, juin 2012, p. 315-333.

En français, par convention, pour les titres d’ouvrages, on met une majuscule au début de chaque mot jusqu’au premier substantif quand il est précédé d’un article défini.
Ex :
M. Dupré et W. Shi, La Présence chinoise en Afrique de l’Ouest : le cas du Mali et du Bénin, document de travail, Agence française de développement, août 2008.
Mais on écrira :
M. Dupré et W. Shi, La Première Présence chinoise en Afrique de l’Ouest : le cas du Mali et du Bénin, document de travail, Agence française de développement, août 2008.
M. Dupré et W. Shi, Une présence chinoise en Afrique de l’Ouest : le cas du Mali et du Bénin, document de travail, Agence française de développement, août 2008.

Pour les auteurs de travaux collectifs, un « et » sépare l’avant-dernier nom et le dernier nom des auteurs, directeurs d’ouvrages ou coordinateurs de dossiers (même quand ils ne sont que deux).
Ex :
F. Colonna et B. Harshav, « Educating Conformity in French Colonial Algeria », in F. Cooper et A. Stoler (dir.), Tensions of Empire. Colonial Cultures in a Bourgeois World, …

Pour les chapitres d’ouvrages collectifs, après l’annonce des auteurs et du titre du chapitre, on place une virgule puis « in » (et non « dans ») avant les références de l’ouvrage (voir l’exemple qui précède).

En anglais, les titres d’ouvrages ou d’articles prennent une majuscule à chaque nom (voir l’exemple qui précède).

Dans les références d’ouvrages publiés à l’étranger, on traduit les villes d’édition en français (Londres et pas London).

Dans les références de périodiques étrangers, on traduit les dates de publication en français (→ Ex : 1er septembre, et non 1st September ou September 1st) et l’on utilise « n° » pour numéro (et non No. ou Number).

Ne jamais saisir de nom d’auteur en majuscules.

On utilisera les modèles suivants pour les premières références :

– pour les articles scientifiques :
Initiales du prénom de l’auteur et nom sans majuscules, « Titre de l’article en romain entre guillemets », Titre de la revue en italique, vol. X, n° X, p. XX-XX.
Ex :
J.-P. Dozon, « Quand les pastoriens traquaient la maladie du sommeil », Sciences sociales et santé, vol. 7, n° 3-4, 1985, p. 26-56. (pour les pages, pas de pp. mais un p. suivi d’un espace)

– pour les chapitres d’ouvrage :
Initiales du prénom de l’auteur et nom sans majuscules, « Titre du chapitre », in Initiales du prénom du directeur de l’ouvrage et nom sans majuscules, Titre de l’ouvrage, Lieu d’édition, Éditeur, année.
→ Ex :
N. Kasfir, « State, Magendo and Class Formation in Uganda », in N. Kasfir (dir.), State and Class in Africa, Londres, Frank Cass and Company, 1984, p. 84-104.

– pour les ouvrages :
Initiales du prénom de l’auteur et nom sans majuscules, Titre de l’ouvrage, Lieu d’édition, Éditeur, Année.
Ex :
J. van Slageren, Les Origines de l’Église évangélique du Cameroun : missions européennes et christianisme autochtone, Leiden, Brill, 1972.

– pour les références à des entretiens :
Entretien avec X, lieu de l’entretien, date de l’entretien.
Ex :
Entretien avec le commissaire de police, Garoua, 1er novembre 2002.

– pour les références à des articles de presse :
Nom de l’auteur (si disponible), « Titre du document », Nom du journal (ou radio, télévision, etc.), date, page.

– dans tous les cas, si un lien internet renvoie au document cité, l’ajouter en fin de référence entre < > :
Ex :
W. Oludayisi, « Major parties vie to win control of election police, says monitoring chief », Nigeria Election Online, 16 avril 2007, <http://allafrica.com/stories/200704160081.html>.

Les références déjà citées seront notées :

– pour les articles scientifiques :
J.-P. Dozon, « Quand les pastoriens… », art. cité, p. 29.

– pour les chapitres d’ouvrage :
N. Kasfir, « State, Magendo… », art. cité, p. 92.

– pour les ouvrages
J. van Slageren, Les Origines de l’Église…, op. cit., p. 89.

NB : art. cit. en romain ; op. cit. en italique

Citations détachées

A partir de 4 lignes de citation, on détache cette dernière du texte avec un saut de ligne avant et après, un retrait de texte de 1cm et la citation en corps 11.
A la fin de la citation, l’appel de note de bas de page est placé à l’intérieur des guillemets. Le point, lui, vient après fermeture des guillemets.

Autres règles typographiques 

Les siècles s’indiquent en chiffres romains.
Ex : XXe siècle

Les nombres sont indiqués en toutes lettres d’un à quinze, pour les dizaines (vingt, trente…) et les centaines (cent, deux cents…).  Pour tous les autres, on utilise les chiffres arabes (16, 21, 101), ainsi que pour les pourcentages (1 %).

Lorsqu’ils se prononcent, les sigles s’écrivent avec une majuscule uniquement sur la première lettre (Unesco, Unita…).

Dans les textes, les noms d’institutions en anglais ne sont pas en italique, sauf quand il s’agit de plans, mouvements ou structures temporaires (Growth and Transformation Plan).

Les expressions transcrites de langues étrangères (gender mainstreaming), les noms communs transposés directement dans le texte français (policing), ou encore les noms propres utilisés tels quels ou en adjectifs (Askaris) sont en italiques, mais sans guillemets.

Les expressions latines en français sont en italique (a priori, in situ, a fortiori, a contrario…).


[1]. Exemple de note.

 

Les articles hors dossier sont à soumettre à :  politique-africaine@sciencespobordeaux.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le carnet de la revue