AAC L’ordinaire de la folie. Penser les désordres mentaux en Afrique

Date lite de soumission: 30 avril 2019

Dossier coordonné par Gina Aït Mehdi (Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, Univ. libre de Bruxelles) et Romain Tiquet (Département d’Histoire, Université de Genève)

Ce numéro sur la folie en Afrique part du constat que la littérature sur le thème reste pour beaucoup fragmentaire et fragmentée. Cet objet de recherche est en effet sous bien des abords inexploité et relativement isolé de certaines approches contemporaines produites hors du continent. D’autre part, la littérature existante est très inégale suivant les espaces géographiques et les disciplines. Nous appelons dès lors des chercheurs issus des sciences humaines et sociales à participer au dialogue interdisciplinaire sur la question des troubles mentaux sur le continent.

Continuer la lecture de AAC L’ordinaire de la folie. Penser les désordres mentaux en Afrique

N°150 – Cameroun, l’État stationnaire

Numéro de la revue Politique Africaine paru le 2/2018.

Entre la guerre civile dans les deux régions anglophones du Cameroun et la menace terroriste de Boko Haram dans l’Extrême-Nord, la propagande du régime de Paul Biya autour de « la paix et la stabilité », fragile mais réelle pendant des années, vole en éclats. Pour se maintenir, le régime avait mis en place une dérégulation morale, sociale et économique.

Fondée sur la redistribution clientéliste et le contrôle des élites politiques, cet ethos de la manducation s’est nourri d’un immobilisme ontologique. C’est l’État stationnaire dont ce dossier se saisit. Les nouvelles figures composites de l’opposition ont cependant mis à profit les réseaux sociaux et les projecteurs médiatiques braqués sur le pays. Se dessinent trois avenirs possibles : l’implosion, le maintien du statu quo ou la renaissance. Les articles de ce dossier attestent tous d’une gouvernance centripète de la régulation des arènes politiques et de l’action publique. Le Cameroun entre néanmoins dans une ère pleine d’incertitudes et riche de leçons politiques.
Continuer la lecture de N°150 – Cameroun, l’État stationnaire

L’État stationnaire, entre chaos et renaissance, par Fred Eboko et Patrick Awondo

Le présent dossier vise à aborder la question des dynamiques politiques camerounaises par le biais des lignes de fond et de fractures qui traversent ce pays depuis plusieurs décennies. La concordance entre les élections présidentielles d’octobre 2018 et la sortie de ce numéro commande de distinguer la situation structurelle et un moment d’historicité qui peut devenir ou pas un événement autour de cette échéance électorale.

 

Continuer la lecture de L’État stationnaire, entre chaos et renaissance, par Fred Eboko et Patrick Awondo

CFP : Politicizing the domestic worker. Socio-historical perspectives on domestic labor in Africa

Deadline for proposals: 4 December 2018

Special issue coordinated by Mélanie Jacquemin, sociologist (LPED, AMU/IRD) and Violaine Tisseau, historian (IMAf, AMU/CNRS/EHESS/IRD/EPHE/Paris 1).

The impetus of this special issue is a finding in a field of research and publications that is, at the very least, fragmented: studies about work done in the private sphere remain on the sidelines in the literature on labor in Africa. Here we invite authors to further explore how a domestic service market has established itself in societies won over by modernity and new forms of legal regulations, despite the frequent persistence of traditional, hierarchical relationships, extolled through the language of kinship, in domestic labor. This language generally dilutes the concept of work (value and social relationships) and maintains the permeable line between domestic labor/employment for the benefit of others and non-delegated household chores. Combined with the trivialized nature of the occupation, the domestic workers’ status as “society’s youngest family member” raises questions. How do these categories of workers participate in countries’ social and economic citizenship, which sometimes has been refused to them on the grounds that household work is fixed in the status quo of beliefs and the private domain, while rationality and public recognition are still deemed appropriate to labor performed outside of the domestic sphere?

Continuer la lecture de CFP : Politicizing the domestic worker. Socio-historical perspectives on domestic labor in Africa

Podcast : Crise de l’ethno-fédéralisme et réorientation du Developmental State en Éthiopie

Les podcasts du CERI

Crise de l’ethno-fédéralisme et réorientation du Developmental State en Éthiopie

Dans le cadre du séminaire Afrique : citoyenneté, conflits et politique et en collaboration avec l‘Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA), organisé au CERI (Centre de Recherches Internationales, Sciences Po) le 06/11/2018.

Avec:
Sabine Planel, IRD, IMAF
Mehdi Labzaé, Université de Paris 1

Discutant :
Eloi Ficquet, EHESS

Ecouter la conférence ici :

et ici :

Crise de l’ethno-fédéralisme et réorientation du Developmental State en Éthiopie⁩

Sciences Po-CERI
Mardi 6 novembre 2018
12:30 – 14:30
Lieu : 56 rue Jacob – Salle Jean Monnet, RdC – 75006 Paris

Dans le cadre du séminaire “Afrique : citoyenneté, conflits et politique” et en collaboration avec l’Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA).

Avec:
Sabine Planel, IRD, IMAF
Mehdi Labzaé, Université de Paris 1

Discutant :
Eloi Ficquet, EHESS

Responsables scientifiques: Sandrine Perrot, Richard Banégas, Laurent Fourchard et Roland Marchal

CFP: African media industries and global capitalism/ L’audiovisuel africain et le capitalisme global

Sous la direction de Alessandro Jedlowski (FRS-FNRS, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Over the past three decades, the African audiovisual sector has undergone radical transformations. Technological innovation and processes of political and economic liberalization made access to media production and distribution affordable for segments of the population who had hardly been able to play an active role in these sectors. In early post-independent Africa the economy of screen media production and dissemination was mostly controlled by local governments and foreign donors, and this had a fundamental impact on the genres and the overall quality of the contents produced. In what concern entertainment media, if the technical quality of the production was often of high standards, the media contents tended to be mostly oriented toward international audiences rather than larger, Africa-based publics (cf. Barlet 1996; Diawara 1992; Ukadike 1994).

Continuer la lecture de CFP: African media industries and global capitalism/ L’audiovisuel africain et le capitalisme global

Politiser le domestique. Regards socio-historiques sur les domesticités en Afrique

Dossier coordonné par Mélanie Jacquemin  (LPED, AMU/IRD) et Violaine Tisseau  (IMAf, AMU/CNRS/EHESS/IRD/EPHE/Paris 1)

Cette proposition de dossier part d’un constat sur un champ de recherches et de publications pour le moins fragmentaire : dans la littérature sur le travail en Afrique, celui qui s’exerce dans la sphère privée reste encore étudié de manière résiduelle. C’est une invitation à explorer davantage la manière dont s’est constitué un marché du service domestique dans des sociétés gagnées par la modernité et des formes nouvelles de régulations juridiques, alors même que persistent souvent, dans la domesticité, des relations hiérarchisées de type traditionnel, encensées par le langage de la parenté. Ce dernier dilue généralement la notion de travail (valeur et rapport social) et entretient la porosité entre travail/emploi domestique pour le compte d’autrui et tâches ménagères non déléguées. Associé au caractère trivial de l’occupation, le statut de « cadets sociaux » des domestiques met encore en questions la participation de ces catégories de travailleurs à la citoyenneté sociale et économique des pays, qui leur serait parfois refusée au motif que le travail dans la maison est figé dans l’ordre des sentiments et du domaine privé, tandis que rationalité et reconnaissance publique restent jugées propres au travail qui s’accomplit hors de la sphère domestique.

Continuer la lecture de Politiser le domestique. Regards socio-historiques sur les domesticités en Afrique

La « radicalisation » aide-t-elle à mieux penser ?

Introduction au dossier N°149, par
Roland Marchal, Zekeria Ould Ahmed Salem

Le présent dossier de Politique africaine a été conçu comme une invitation à penser la radicalisation en dehors du seul paradigme sécuritaire et des études sur le terrorisme. Dans un domaine où les médias et les « experts », parfois autoproclamés, semblent avoir dominé le discours public, il revient précisément aux sciences sociales de s’interroger non seulement sur l’adéquation de cette terminologie avec les phénomènes sociaux et politiques qu’elle cherche à saisir, mais aussi sur sa genèse et ses usages concrets. Il leur revient aussi et surtout de chercher à déterminer quels sont les présupposés et les implications de l’approche en termes de radicalisation sur l’action publique, la participation politique et la vie religieuse et sociale. C’est dans ce cadre que des cas empiriques spécifiquement africains pourraient servir de point d’appui comparatif à une analyse critique de ladite radicalisation. De quoi la radicalisation est-elle le nom sur le continent ? Comment la radicalisation religieuse, réelle ou perçue, touche-t-elle la vie politique, les rapports sociaux, et les modes de gouvernance dans le contexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme » et des projets de dé-radicalisation ? En quoi les recherches sur le terrorisme ou la radicalisation, ainsi que l’offre de consultance sur ce sujet modifient ou affectent-elles les recherches sur d’autres objets comme la formation de l’État, l’économie politique, les inégalités ou le changement social ? Comment peut-on échapper à la « surinterprétation religieuse » des phénomènes politiques sans négliger la justification religieuse des violences ?

Continuer la lecture de La « radicalisation » aide-t-elle à mieux penser ?

N° 149 – Radicalisations, science et politique

Présentation du N° 149

Ce dossier invite à penser la radicalisation en dehors du paradigme sécuritaire et des études sur le terrorisme. Dans un domaine où les médias et les « experts », parfois autoproclamés, sont omniprésents, il revient aux sciences sociales de s’interroger non seulement sur l’adéquation de cette terminologie avec les phénomènes sociaux et politiques qu’elle cherche à saisir, mais aussi sur sa genèse et ses usages concrets. Prenant appui sur des études de cas au Tchad, au Niger, au Kenya et en Somalie, ce dossier interroge ainsi les présupposés et les implications de l’approche en termes de radicalisation sur l’action publique, la participation politique et la vie religieuse et sociale. Comment la radicalisation religieuse, réelle ou perçue, touche-t-elle la vie politique, les rapports sociaux, et les modes de gouvernance dans le contexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme » et des projets de dé-radicalisation ? Comment peut-on échapper à la « surinterprétation religieuse » des phénomènes politiques sans négliger la justification religieuse des violences ?

Continuer la lecture de N° 149 – Radicalisations, science et politique

Les débats de Politique Africaine #1

Débats Mardi 11 septembre

18h30 > 20h30

« Restaurations autoritaires »?

Les débats de Politique africaine #1

La revue Politique africaine (https://polaf.hypotheses.org/la-revue) contribue depuis 30 ans à dé-exotiser une certaine perception académique occidentale du politique en Afrique. Grâce à un effort constant de renouveau du regard porté sur le continent, Politique africaine offre une lecture innovante de la place du politique dans les sociétés africaines, contribuant à une analyse plus fine des évolutions qui ont lieu en Afrique et dans ses rapports avec le reste du monde. A partir de la rentrée 2018, la revue va assurer en partenariat avec La Colonie une série de débats autour des différents thèmes portés à travers sa publication.

« Restaurations autoritaires » : L’expression est couramment invoquée et pourtant rarement définie. Comment rendre compte des recompositions politiques qui se déroulent, après des séquences d’effervescence pluraliste, sous le signe des « lendemains qui déchantent » ? Le numéro de la revue Politique africaine qui sera présenté défend l’idée que derrière le retour à l’ordre « des anciens », derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime.

Après une présentation du numéro à travers la contribution des différent.e.s intervenant.e.s (1h), le sujet sera débattu avec le public (1h)

Avec les coordinateurs du numéro, Amin Allal et Marie Vannetzel, chercheur.e.s au CNRS rattachés au Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques de Picardie

Richard Banégas, professeur de science politique à l’IEP Paris

Assia Boutaleb, maîtresse de conférence en science politique à l’Université de Tours, auteure de la contribution au numéro intitulée « Quand l’élection (re)devient un plébiscite : La restauration autoritaire à l’aune du leadership politique en Égypte »

Laurence Ndong, militante de la campagne internationale “Tournons la page”

Site  Internet de l’évènement à La Colonie :

http://www.lacolonie.paris/agenda/les-debats-de-politique-africaine-1

Call for proposals: Health Matters in Africa. Interventions, Actors, Dynamics in the Era of Global Health

Coordinators: Fred Eboko (CEPED, Université Paris Descartes, IRD) and Carine Baxerres, (MERIT, Université Paris Descartes, IRD, Centre Norbert Elias)

The last issue of Politique africaine to deal with the subject of health was published in December 1987.1  The goal of the present issue is to address what has occurred in the intervening thirty years and to highlight significant changes the public health sector has undergone in recent years.

Continuer la lecture de Call for proposals: Health Matters in Africa. Interventions, Actors, Dynamics in the Era of Global Health

  1. Didier Fassin ed., Politiques de santé, Politique africaine 28 (1987). []

Le carnet de la revue