N°150 – Cameroun, l’État stationnaire

N°150 – Cameroun, l’État stationnaire

Numéro de la revue Politique Africaine paru le 2/2018. Entre la guerre civile dans les deux régions anglophones du Cameroun et la menace terroriste de Boko Haram dans l’Extrême-Nord, la propagande du régime de Paul Biya autour de « la paix et la stabilité », fragile mais réelle pendant des années, vole en éclats. Pour se maintenir, le régime avait mis en place une dérégulation morale, sociale et économique.

L’État stationnaire, entre chaos et renaissance, par Fred Eboko et Patrick Awondo

Le présent dossier vise à aborder la question des dynamiques politiques camerounaises par le biais des lignes de fond et de fractures qui traversent ce pays depuis plusieurs décennies. La concordance entre les élections présidentielles d’octobre 2018 et la sortie de ce numéro commande de distinguer la situation structurelle et un moment d’historicité qui peut devenir ou pas un événement autour de cette échéance électorale.

Cameroun : l’État stationnaire

En 1986, Politique africaine consacrait un dossier au « réveil du Cameroun » et analysait les conséquences de la crise politique de 1984 résultant d’une tentative de coup d’État contre Paul Biya qui était alors un jeune président (Bayart, 1986). Une décennie plus tard, en 1996, la même revue réfléchissait aux effets de la « démocratisation » qui avait plongé le Cameroun dans un « entre-deux » (Sindjoun et Courade, 1996). Le dossier mettait au jour les « cicatrices » et les lignes de fractures d’un pays aux milles tensions et dont une partie de la mémoire coloniale « en errance » (Mbembé, 1996) à travers la question anglophone, hantait le présent.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search