N°148 – La Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara

« On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire

Introduction au dossier N° 148, par Francis Akindès. Les élections de 2010 en Côte d’Ivoire et les violences électorales qui leur ont succédé ont engendré une profonde crise socio-politique et engagé le pays dans un nouvel épisode de son histoire politique. Comme les deux faces d’une même monnaie, les ressorts de ce nouvel épisode sont : la victoire au forceps d’Alassane Ouattara sur fond de confrontation militaire et l’éviction du champ politique de Laurent Gbagbo à la suite de son arrestation, puis de son transfèrement le 19 novembre 2011 à La Haye pour répondre des chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pendant la crise post-électorale.

N° 148 – La Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara

Présentation du N° 148 En mai 2011, dans son discours d’investiture, Alassane Ouattara proposait de placer sa présidence sous le sceau de l’« écriture d’une page nouvelle » de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Depuis la fin des années 1990, le pays a vécu au rythme d’incessantes crises sociopolitiques et militaires dont les violences post-électorales de 2011 semblent avoir été l’épilogue sanglant. Tout en analysant la façon dont la société ivoirienne a été transformée par la guerre, ce dossier se penche sur les sentiers sinueux de la sortie de crise.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search