N°145 – Raisons et imaginaires de la planification

N° 145 – Raisons et imaginaires de la planification

Parler de planification à propos de l’Afrique contemporaine peut paraître anachronique. Pourtant, la poursuite des objectifs internationaux de développement n’a pas seulement favorisé la généralisation des procédés néolibéraux de la Nouvelle gestion publique, elle a aussi induit le recours à des outils qui rappellent l’ingénierie du développement employée depuis le colonialisme tardif. La figure de l’État planificateur est un horizon de pensée : mémoire de l’État bienveillant, dénonciation de sa disparition ou appel au volontarisme développementaliste orientent les demandes d’État qui s’expriment dans les débats publics et les discours officiels. Des politiques de modernisation menées à l’indépendance au Kenya, en Côte d’Ivoire ou au Malawi à la gestion de l’urgence alimentaire en Éthiopie et aux exercices de prospective contemporains, ce dossier se penche sur la place centrale qu’occupent raisons et imaginaires de la planification dans le gouvernement de l’Afrique.

Planifier en Afrique

Depuis 2000, la lutte contre la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), remplacés par les Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, ont induit l’emploi d’une ingénierie planificatrice censée permettre un retour du volontarisme en matière économique et sociale en rupture avec la rigueur macroéconomique de l’ajustement structurel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search