N°143 – Mobiliser Fanon

Actualité de Fanon dans les mouvements étudiants sud-africains contemporains : un entretien avec Achille Mbembe

Entretien avec Achille Mbembe par Claire Bénit-Gbaffou paru dans le n° 143 de  Politique Africaine Achille Mbembe, professeur à l’université du Witwatersrand à Johannesburg, est une des grandes figures intellectuelles à s’être activement engagée dans le débat sur la « décolonisation » des universités sud-africaines, en mobilisant explicitement la pensée de Franz Fanon. Cet entretien revient avec lui sur l’invocation mais aussi l’actualisation de Fanon dans les transformations contemporaines de l’université sud-africaine et dans les mouvements étudiants qui en sont le fer de lance depuis 2015

N° 143, octobre 2016 – Mobiliser Fanon

La pensée de Fanon est une pensée qui « empêche de dormir », sans cesse mobilisée dans des débats théoriques virulents ou comme étendard de revendications sociales et politiques. Les catégories qu’il a adoptées, façonnées dans la chair à vif de conflits atroces, n’ont rien perdu de leur acuité pour penser aujourd’hui les contradictions de la situation postcoloniale et la décolonisation de la connaissance, dans un monde où les rapports de domination produisent de nouvelles formes de souffrance et d’assujettissement. Ce dossier reprend quelques aspects d’une pensée inépuisable et indocile, en proposant un retour sur ses thèses les plus controversées : les pathologies de la reconnaissance, les conflits des sociétés africaines, la place de la culture dans la cure de la folie, le rapport entre le politique et l’islam dans la construction des États postcoloniaux, l’incorporation du racisme en situation postcoloniale. D’ailleurs, si l’on ne cesse de convoquer ce spectre et ses paroles « inopportunes et déplacées », n’est-ce pas que quelque chose de son temps – de sa violence, comme il l’avait lui-même prévu – hante encore notre présent ?

L’archive Fanon. Clés de lecture pour le présent, par Roberto Beneduce

Dresser un inventaire du réel, en pénétrer les moindres replis, mettre en évidence ses contradictions, tout en sachant pertinemment qu’il s’agit d’un travail douloureux et sans fin. C’est en ces termes qu’on pourrait définir le projet et les contenus de ce que j’appelle « l’archive Fanon », archive différente de toutes les autres : excédentaire et insoumise.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search