N°142 – L’Éthiopie après Meles

L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

Introduction au dossier « L’Éthiopie après Meles », Politique Africaine, N° 142 par Jean-Nicolas Bach (Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences  Po Bordeaux).
« Nous ne léguerons pas la mendicité à la génération future, mais le développement ! » Meles Zenawi (Traduction de la première phrase du cliché en couverture, présenté comme une citation, de « Son Excellence le premier ministre Meles Zenawi »). Ce cliché représente l’une des nombreuses affiches dédiées au premier ministre après sa mort.
Ce deuxième dossier de Politique africaine consacré à l’Éthiopie paraît au moment où le régime célèbre le vingt-cinquième anniversaire de sa victoire contre le régime militaire de Mengistu Hailé Mariam.

N° 142, juin 2016 – L’Éthiopie après Meles

La disparition de Meles Zenawi en 2012 a ouvert une période de doutes et d’ajustements pour l’État ethnofédéral en Éthiopie. Ce dossier propose une réflexion sur les défis de « l’après-Meles » et invite à une discussion autour des héritages de celui qui était l’homme fort du régime depuis 1991. Au-delà de la disparition du chef en tant que telle, c’est bien la dernière décennie de règne de Meles qui représente un moment historique pour l’Éthiopie contemporaine. Ce moment, marqué par l’élaboration et la mise en œuvre d’un vaste plan de transformation du pays inspiré des succès asiatiques, a placé le développementalisme au cœur de la rhétorique et de l’exercice du pouvoir d’État, tout en permettant à celui-ci de renforcer ses capacités d’intervention, d’étendre le champ de son déploiement et de réaffirmer ses modalités de domination autoritaire. Meles laisse ainsi à ses successeurs le soin de mener à bien un projet ambitieux mais difficile à conduire et impossible à réformer, au risque de remettre en cause le plan hégémonique du parti au pouvoir.

Le Monde Afrique, entretien avec Jean-Nicolas Bach, coordinateur du dossier « L’Éthiopie après Meles Zenawi »

Éthiopie : « Privilégier la stabilité économique à l’ouverture politique a créé une situation explosive » Un miracle économique. Un « lion africain ». Jusqu’à récemment, l’Éthiopie était citée en exemple par de nombreux économistes du continent. Avec une croissance officielle à deux chiffres sur la dernière décennie et une stabilité encensée par Barack Obama lors de son séjour africain en août 2015, le discours sur la renaissance d’un pays assimilé à la famine des années 1980 était porteur d’espoir. Mais la sécheresse et la succession de manifestations, violemment réprimées, depuis près d’un an viennent noircir le tableau. Le chercheur Jean-Nicolas Bach, spécialiste du pays et coordinateur du dossier de la revue Politique africaine consacré à « L’Éthiopie après Meles Zenawi » [l’ancien premier ministre décédé en août 2012] revient sur ce modèle éthiopien : est-il à bout de souffle ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search