N°141 – Polyphonies du rap

Cherchez le politique… Polyphonies, agencéité et stratégies du rap en Afrique* 

Fin avril 2015, s’ouvrait à l’Institut du monde arabe une exposition intitulée « Hip-hop, du Bronx aux rues arabes ». Réunissant des archives de différentes natures et des créations audiovisuelles conçues pour l’occasion, cet événement mettait en valeur les multiples facettes du hip-hop et de sa discipline orale la plus la plus notoire, le rap.
Le projet de l’exposition reposait en grande partie sur l’idée de faire connaître la force de subversion politique de ce mouvement émergeant dans les années 1970 aux États-Unis et propagé tout autour du globe. Le hip-hop y apparaissait comme moyen d’expression « d’un désir grandissant de dignité, de liberté et d’un futur meilleur », et comme « éveilleur de conscience, notamment dans les États d’Afrique du Nord. Dans cette optique, les dispositifs d’écoute et de visionnage du rap nord-africain mettaient au premier plan des artistes dont les productions musicales avaient été reconnues pour leur dimension subversive, dans les révolutions arabes ou dans la révolte palestinienne contre l’occupation israélienne.

N° 141- 2016/01 – Polyphonies du rap

À rebours des présupposés réduisant le rap à son image contestataire, ce dossier s’attache à dépasser l’idée d’une simple dichotomie entre résistance et allégeance dans les relations que les artistes entretiennent avec le politique. En mobilisant la notion de polyphonie, il s’agit de comprendre les multiples ressorts stratégiques dont les rappeurs usent pour négocier une marge d’individuation et d’émancipation dans des espaces verrouillés. Les contributions se penchent sur des scènes rap jusqu’à présent peu documentées (Angola, Cameroun, Kenya, Ouganda, Tunisie) et mettent en évidence les modes pluriels d’imbrication et d’adaptation de ce genre musical en Afrique, en fonction des situations politiques de différents États ou de moments historiques particuliers. Par l’entrée rap, on accède alors à une compréhension plus vaste de processus de renouvellement, de transformation ou de déclin des régimes politiques concernés, ainsi que des modes d’agencéité mobilisés par la génération hip-hop africaine.