N°139 – Faire l’école

Penser la fabrique de l’école comme un objet politique, par Hélène Charton

Quiconque a voyagé en Afrique ces dernières années a été frappé par le nombre d’écoles, institutions ou autres académies installées dans les grandes villes, à l’entrée des villages les plus reculés, ou perdues en rase campagne – se réduisant parfois à quatre murs recouverts d’un toit de tôle, voire sans murs du tout – et par les nuées d’élèves en uniforme qui marchent le long des routes pour rejoindre leur établissement, ardoise ou sac plastique en main, cartable sur le dos pour les plus nantis. Ces images traduisent l’importance du fait scolaire en Afrique et sa profonde inscription dans l’espace social, corrélée aux dynamiques démographiques du continent. Elles nous rappellent également que c’est là, dans ces quartiers et ces villages, dans ces espaces plus ou moins équipés et fort divers, que se fait l’école chaque jour.

Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational, par Gabrielle Angey-Sentuc

Article paru dans la revue Politique Africaine, n° 139 Lien vers l’article sur Cairn Résumé en français Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

N°139 – 2015/3 Faire l’école

Depuis une quinzaine d’années, le « nouvel ordre éducatif mondial » a élargi l’espace d’énonciation des politiques d’éducation au-delà des frontières nationales, ouvert le marché scolaire à une grande variété d’acteurs et fait émerger de nouvelles formes de gouvernement de l’école. Ce dossier se penche sur les pratiques ordinaires des différents agents et acteurs de l’éducation pour rendre compte de la multiplicité des « arts de faire » l’école. Il s’intéresse aux jeux d’échelles dans lesquels s’inscrivent les relations entre les différents acteurs, y compris celles entretenues avec l’État et ses fonctionnaires. L’analyse de leurs articulations et de leurs combinaisons, en termes de circulation de personnels et de paradigmes, transcende les clivages classiques opposant espaces nationaux et internationaux. Ces contributions, concrètes et localisées, relisent les politiques d’éducation comme des objets de réinventions, de négociations et de bricolages complexes. Elles invitent à penser l’école moins en termes de modèles que de compromis.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search