N°137 – L’Algérie aux marges de l’Etat

N° 137, 2015/1 – L’Algérie aux marges de l’État

Les travaux sur le politique en Algérie ont accordé une place de choix au paradigme rentier, qui expliquerait les difficultés de sortie du régime autoritaire, malgré les récents bouleversements régionaux. Ce dossier propose a contrario d’appréhender les transformations des modes de gouvernement à partir des marges spatiales, économiques et politiques de l’État, à travers une dialectique des normes et des pratiques concrètes, des autorités de régulation étatique et non étatique, et enfin du légal et de l’illégal. Par une analyse tournée vers les scènes locales, il propose une relecture de la façon dont le politique a traditionnellement été appréhendé en Algérie. Il révèle la pertinence de l’observation des marges de l’État pour saisir l’originalité des mobilisations sociales, et apprécier la régulation politique de ces marges dans le transnational ou dans le droit et la propriété.

Les marges transnationales et locales de l’État algérien, par Tarik Dahou

Fruit de l’héritage de la révolution et de son cortège d’analystes du socialisme, la sociologie politique en Algérie a été influencée par une économie politique centrée sur l’étude des rapports États-société, autour du capitalisme d’État. Dans ses différentes déclinaisons, c’est la bureaucratie qui a été privilégiée dans l’analyse, au détriment du fonctionnement des réseaux d’action en dehors des cadres administratifs. Les analystes politiques sont ainsi longtemps restés prisonniers d’une conception stato-centrée du politique du fait de leur perspective macro-sociologique, empêchant d’apprécier l’ensemble des rapports de pouvoir du champ politique à partir des interactions qui le constituent.