N°135 – Politique de la nostalgie

N°135, octobre 2014 – Politique de la nostalgie

L’Afrique serait-elle nostalgique ? Le passé est y souvent évoqué comme un temps des possibles. L’idée même de développement est devenue un objet de nostalgie, porteur de projections et d’anticipations désormais révolues. Que faire de propos qui sont difficiles à entendre, surtout quand ils expriment un regret du colonialisme ou des régimes autoritaires ? Ce dossier repère les espaces sociaux et politiques où émergent ces prises de positions. Il montre qu’elles ne sont pas les simples produits d’un effet de génération ni d’une expérience de déclassement. Au-delà des discours, les enquêtes réunies ici se tournent vers les ancrages matériels de la nostalgie. Parcourant des paysages ou scrutant des bâtiments, elles questionnent les modalités empiriques d’une ethnographie des traces et explorent la dimension politique des expériences affectives du temps.

Restes du développement et traces de la modernité en Afrique, par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye

Introduction au dossier « Politiques de la nostalgie », Politique africaine n° 135. Quelque part dans un pays d’Afrique, quelques années après l’indépendance, un village est rassemblé pour la visite du préfet. Alors que les autorités se sont succédé à la tribune pour appeler les citoyens à travailler et à payer l’impôt, une vieille dame se lève et interpelle le préfet : « je voulais demander : l’indépendance va finir quand ? ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search