N°129 – République démocratique du Congo : terrains disputés

N°129 : République démocratique du Congo

Dix ans après la fin officielle de ses guerres, le Congo semble toujours en crise. Contestation et violence, négociation et incertitude, bricolage et hybridité demeurent le lot quotidien d’une société qui peine à sortir de cette longue phase de conflits. Les grandes réformes de reconstruction (démocratisation, décentralisation, sécurité) semblent avoir fait long feu. Dans ce climat, comment le politique se pense et se vit au quotidien ? Comment se manifestent l’État, le pouvoir et le développement sur le terrain ? Ce dossier présente un essai général sur la nature du politique après-guerre au Congo, ainsi que des analyses nouvelles sur la logique sociale des mouvements rebelles, le fonctionnement interne de l’armée, le pouvoir du religieux, la gouvernance des projets de développement locaux et les adaptations administratives aux réformes des bailleurs. Ce dossier montre ainsi que la guerre n’a pas seulement produit une compétition accrue pour les ressources et les territoires, mais que ce sont l’ensemble des pouvoirs qui sont quotidiennement disputés et s’exercent dans la négociation permanente.

Contestation, négociation et résistance : L’État congolais au quotidien, par Pierre Englebert et Denis Tull

Introduction au dossier « République démocratique du Congo : terrains disputés », Politique africaine N°129. Saisir l’essentiel du politique congolais n’est pas tâche aisée. Comment faire l’état des lieux d’un État gigantesque où la multitude d’acteurs rivalisent avec des institutions faibles pour créer une atmosphère constante d’incertitude et de chaos apparent ? Les observateurs occasionnels peuvent être tentés d’affirmer que le Congo ne va nulle part, au regard des développements de ces dernières années. Le cycle de violence pratiquement jamais interrompu dans les provinces du Kivu, par exemple, les violations continues des droits de l’homme, l’échec de la réforme du secteur de sécurité, les intimidations et répressions étatiques contre certains opposants, des élections frauduleuses (2011), et plus généralement l’effritement du processus de démocratisation, sont autant de signes d’une crise persistante.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search