N° 131 – Micropolitiques du boom minier

N° 131, octobre 2013 – Micropolitiques du boom minier

De nombreux pays africains ont, à l’instigation de la Banque mondiale, libéralisé leur secteur minier au cours de ces deux dernières décennies, ce qui leur a valu de connaître un afflux d’investisseurs privés d’origines diverses. Comment la mise en œuvre de ces réformes est-elle négociée par les élites politiques, de la présidence aux édiles locaux ? Dans quelle mesure les comptoirs et les sociétés qui organisent l’exploitation minière artisanale facilitent-ils l’implantation de ces investisseurs ? Que deviennent, dans ce « new scramble » des ressources naturelles, les creuseurs artisanaux et les employés des anciennes entreprises minières ? De quelle façon les syndicats se positionnent-ils face à l’ordre économique et politique qui est en train de se mettre en place ? Au-delà des évaluations générales et normatives dont les investissements miniers font habituellement l’objet, ce numéro a pour ambition d’interroger la portée des changements qu’ils induisent en partant des espaces de lutte dans lesquels ils sont pris et des logiques d’action de ceux qui y prennent part. Sur la base de recherches menées au Burkina Faso, au Cameroun, en République démocratique du Congo et en Afrique du Sud, les contributions réunies ici proposent des pistes d’analyse originales pour décrypter les jeux micropolitiques qui président à la « formation » du boom minier en Afrique.

Les sociétés africaines face aux investissements miniers, par Benjamin Rubbers

Introduction au dossier « Micropolitiques du boom minier », Politique africaine N° 131. Depuis la moitié des années 2000, les investissements étrangers ont fortement augmenté dans l’ensemble des pays africains riches en ressources minières. Portant pour l’essentiel sur l’or, le cuivre et le platine, ils ont non seulement touché l’Afrique du Sud ou le Ghana, mais également des destinations moins traditionnelles telles que la Guinée, le Burkina Faso ou la République démocratique du Congo. Bien que la pertinence de l’analogie pose question, l’extension et l’ampleur de ces investissements évoquent irrésistiblement un « new scramble for Africa ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search