Archives de catégorie : Derniers sommaires

N° 149 – Radicalisations, science et politique

Présentation du N° 149

Ce dossier invite à penser la radicalisation en dehors du paradigme sécuritaire et des études sur le terrorisme. Dans un domaine où les médias et les « experts », parfois autoproclamés, sont omniprésents, il revient aux sciences sociales de s’interroger non seulement sur l’adéquation de cette terminologie avec les phénomènes sociaux et politiques qu’elle cherche à saisir, mais aussi sur sa genèse et ses usages concrets. Prenant appui sur des études de cas au Tchad, au Niger, au Kenya et en Somalie, ce dossier interroge ainsi les présupposés et les implications de l’approche en termes de radicalisation sur l’action publique, la participation politique et la vie religieuse et sociale. Comment la radicalisation religieuse, réelle ou perçue, touche-t-elle la vie politique, les rapports sociaux, et les modes de gouvernance dans le contexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme » et des projets de dé-radicalisation ? Comment peut-on échapper à la « surinterprétation religieuse » des phénomènes politiques sans négliger la justification religieuse des violences ?

Sommaire

Page 5 à 20, « La « radicalisation » aide-t-elle à mieux penser ? » par Roland Marchal, Zekeria Ould Ahmed Salem.
Lire l’intégralité sur CAIRN gratuitement

Page 21 à 42, « La cité cultuelle tchadienne au miroir de la lutte anti-terroriste ou les enjeux de pouvoir d’une labellisation religieuse subversive« , par
Clémentine Racine, Mustapha Ali Mahamat.
Lire le résumé sur CAIRN


Page 43 à 65, « Les trajectoires du salafisme politique au Sahel. Le cas du Niger« , par Rahmane Idrissa. 
Lire le résumé sur CAIRN


Page 67 à 88, « Tous les « terroristes » sont de Majengo, à Nairobi : spatialités contestées du « terrorisme » dans les discours anti-radicalisation au Kenya« , par Halkano Abdi Wario, Traduction par Hélène Baillot, Raphaël Botiveau.
Lire le résumé sur CAIRN

Page 89 à 111, « Une lecture de la radicalisation djihadiste en Somalie« , par
Roland Marchal. 
Lire le résumé sur CAIRN

Recherches

Page 113 à 134, « Musiciens rebelles ou musiciens pour la paix ? Orchestrer le Mali à travers les performances musicales du conflit« , par Marta Amico. 
Lire le résumé sur CAIRN


Page 135 à 157, « « N’oubliez jamais que vous parlez à un avocat ». État, justice et économie de l’intermédiation judiciaire à Cotonou« , par
Sophie Andreetta. 
Lire le résumé sur CAIRN

Lectures

Page 159 à 174, Revue des livres.
Lire l’intégralité sur CAIRN gratuitement











N° 148 – La Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara

Présentation du N° 148

En mai 2011, dans son discours d’investiture, Alassane Ouattara proposait de placer sa présidence sous le sceau de l’« écriture d’une page nouvelle » de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Depuis la fin des années 1990, le pays a vécu au rythme d’incessantes crises sociopolitiques et militaires dont les violences post-électorales de 2011 semblent avoir été l’épilogue sanglant. Tout en analysant la façon dont la société ivoirienne a été transformée par la guerre, ce dossier se penche sur les sentiers sinueux de la sortie de crise. Il  met en évidence la contradiction manifeste entre une volonté de stabilisation politique par le biais de la croissance économique, d’un côté, et, de l’autre, les limites de la stratégie de réconciliation par le dialogue politique et la justice transitionnelle, les tensions générées par l’augmentation des inégalités sociales, et la reproduction des dynamiques de conflits dans le foncier rural.

SOMMAIRE

Page 5 à 26, Introduction au thème : « On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire, par Francis Akindès
Page 27 à 48, Prendre la craie. La mobilisation des enseignants rebelles dans le Nord de la Côte d’Ivoire (2002-2011), par Camille Popineau
Page 49 à 68, Rhétorique de la cohésion sociale et paradoxes de la « paix par le bas » en Côte d’Ivoire, par Giulia Piccolino
Page 69 à 88,  L’autochtonie, la terre et les jeunes à Sassandra (Ouest-Côte d’Ivoire)Gnangadjomon Koné, Ba Morou Ouattara, Francis Akindès
Page 89 à 107, Nouchis, ziguéhis et microbes d’Abidjan : déclassement et distinction sociale par la violence de rue en Côte d’Ivoire, par Séverin Kouamé Yao
Page 109 à 129, La paix dans une zone de guerre. Lire la crise ivoirienne sur le temps long et par le bas, par Till Förster

Recherches

Sorcellerie en Afrique : « L’effet Magritte » en débat, Coordonné par Didier Péclard

Page 132 à 137Les genres discursifs de la sorcellerie : des histoires intimes aux rumeurs publiques, par Julien Bonhomme
Page 138 à 142, Pour une herméneutique du sorcellaire, par Patrice Yengo
Page 143 à 147, Magritte’s Multiplicities and Warnier’s Inspirations, par Jane Guyer
Page 148 à 152, D’une crise l’autre : l’afrodystopie par Joseph Tonda
Page 153 à 157, L’incomplétude du sujet africain, par Francis Nyamnjoh, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 158 à 163, La sorcellerie : un savoir qui se refuse à la connaissance ?, par Peter Geschiere, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 164 à 168, L’insaisissable légèreté du sorcier, par Jean-Pierre Warnier

Conjoncture

Page 169 à 181, Le roi est nu : crise électorale et anatomie du pouvoir au Kenya (2017), Marie-Emmanuelle Pommerolle, Chloé Josse-Durand

Lectures

Coordonné par Marielle Debos, Boris Samuel

Autour d’un livre

Page 183 à 199, Alex de Waal. The Real Politics of the Horn of Africa. Money, War and the Business of Power. Londres, Polity Press, 2015, 220 pages

Revue des livres

Page 200 à 213

N°147 – La forge corporelle du politique

Des temps précoloniaux à nos jours, les sociétés d’Afrique subsaharienne ont forgé des savoirs corporels, parmi lesquels les pratiques sportives et ludomotrices (scoutisme, danses guerrières, lutte, football…) tiennent une place importante. Diffusées par de nombreuses organisations politiques, culturelles et pédagogiques, elles participent de politiques de (re)construction des corps destinées à renforcer, à infléchir ou à défier les institutions au pouvoir. Suivant une démarche ethnographique et sociohistorique, les auteurs de ce numéro soulignent la dialectique qui entrecroise cette « politique du survêtement » aux processus de subjectivation politique et de mobilisation sociale et combattante : des corps « sportifs », « vaillants », « travailleurs » et « guerriers » sont ainsi formés, docilisés, surveillés et contrôlés, mais aussi émancipés au sein de processus plus globaux, teintés de transferts matériels, sociaux et politiques, de branchements transnationaux et de formation inconsciente des sujets de l’État.

SOMMAIRE

Le Dossier : La forge corporelle du politique

Page 5 à 22 –  Introduction au thème,  Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne, par Thomas Riot, Nicolas Bancel

Lire l’intégralité de l’introduction sur Cairn 

Page 23 à 43 – Par le corps et pour l’État : l’itorero et les techniques réflexives du corps au Rwanda, par Molly Sundberg, Traduction Marie-Aude Fouéré 

Lire le résumé sur Cairn 

Page 45 à 63 – Corps travaillés dans la lutte. Fabriquer des lutteurs de làmb à Dakar, par Francesco Fanoli

Lire le résumé sur Cairn 

Page 65 à 86 – Du « Mess des officiers » à « Haleluya FC » : politiques du corps, pratique sportive et inflexion de l’héritage nationaliste au Burundi, par Désiré Manirakiza

Lire le résumé sur Cairn 

Page 87 à 107 – Des corps connectés : les Ghana Young Pioneers, tête de proue de la mondialisation du nkrumahisme (1960-1966), par Claire Nicolas

Lire le résumé sur Cairn 

Page 109 à 134 – Un art guerrier aux frontières des Grands Lacs. Aux racines dansées du Front patriotique rwandais, par Thomas Riot, Nicolas Bancel, Paul Rutayisire

Lire le résumé sur Cairn 

Recherches

Page 135 à 157 – Les courtiers-producteurs du développement agricole : Tabaculture et différenciation sociale en zone rurale au Malawi, par Paul Grassin

Lire le résumé sur Cairn 

Page 171 à 187 – Revue des livres 

N° 146 – Restaurations autoritaires ?

 « Restaurations autoritaires » : L’expression est couramment invoquée et pourtant rarement définie. Comment rendre compte des recompositions politiques qui se déroulent, après des séquences d’effervescence pluraliste, sous le signe des « lendemains qui déchantent » ? Ce dossier défend l’idée que derrière le retour à l’ordre « des anciens », derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime. Les moments de restauration ne débouchent pas nécessairement sur le « retour de l’autoritarisme » mais se caractérisent par des processus de forclusion de l’effervescence pluraliste. En proposant une sociologie des dynamiques contradictoires à l’oeuvre dans ces moments, nous proposons de penser le moment de restauration comme « devenir », tiraillé entre des temporalités et des dynamiques plurielles, afin de parer aux écueils d’une téléologie démocratique autant qu’à ceux d’une téléologie autoritaire, toute aussi nocive.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 5 à 28,  Introduction au thème « Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration », par  Amin Allal, Marie Vannetzel
Page 29 à 48, « Quand l’élection (re)devient un plébiscite : La restauration autoritaire à l’aune du leadership politique en Égypte », par Assia Boutaleb
Page 49 à 71, « La restauration autoritaire au prisme des instruments de propagande. Le cas de l’agence Tunis Afrique Presse (TAP) », par Enrique Klaus
Page 73 à 97, « De la fin des manifestations à la faim de manifester : revendications publiques, rémanence autoritaire et procès de la démocratie au Cameroun », par Jean-Marcellin Manga, Alexandre Rodrigue Mbassi
Page 99 à 124, « La répression des autres : mobilisations et démobilisations dans les universités égyptiennes au lendemain du 3 juillet 2013″, par Farah Ramzy

Recherches

Page 125 à 141, « Ceci n’est pas un sorcier. De l’effet Magritte en sorcellerie », par Jean-Pierre Warnier
Page 143 à 164, « Esclavage et réparations. Construction d’un problème public (1998-2001) », par Johann Michel

Conjoncture

Page 165 à 182, « L’Afrique contre la Cour pénale internationale ? Éléments de sociogenèse sur les possibles de la justice internationale »,  par Sara Dezalay

Lectures

Page 183 à 200, Revue des livres

 

N° 145 – Raisons et imaginaires de la planification

Parler de planification à propos de l’Afrique contemporaine peut paraître anachronique. Pourtant, la poursuite des objectifs internationaux de développement n’a pas seulement favorisé la généralisation des procédés néolibéraux de la Nouvelle gestion publique, elle a aussi induit le recours à des outils qui rappellent l’ingénierie du développement employée depuis le colonialisme tardif. La figure de l’État planificateur est un horizon de pensée : mémoire de l’État bienveillant, dénonciation de sa disparition ou appel au volontarisme développementaliste orientent les demandes d’État qui s’expriment dans les débats publics et les discours officiels. Des politiques de modernisation menées à l’indépendance au Kenya, en Côte d’Ivoire ou au Malawi à la gestion de l’urgence alimentaire en Éthiopie et aux exercices de prospective contemporains, ce dossier se penche sur la place centrale qu’occupent raisons et imaginaires de la planification dans le gouvernement de l’Afrique.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 5 à 26 – Introduction au thème, Planifier en Afrique, par Boris Samuel
Page 27 à 49Construire une nation d’agriculteurs : l’« homme économique » et l’attente du développement dans le Malawi postcolonial, par Geoffrey Traugh, Traduction de  Raphaël Botiveau
Page 51 à 63 – Entre les plans d’émergence sans vision et des visions sans émergence : la difficile appropriation par l’Afrique de ses trajectoires de développement, Entretien avec  Kako Nubukpo, Propos recueillis par  Boris Samuel
Page 65 à 83 – Temporalités des systèmes d’alerte précoce et extraversion de l’État éthiopien (2003-2016), par François Enten
Page 85 à 108 – Les statistiques comme mode de communication politique. Le cas des premiers plans de développement au Kenya, Daniel Speich Chassé, Traduction de  Raphaël Botiveau
Page 109 à 128 – Compter pour planifier : dénombrement de la population et « capitalisme d’État » en Côte d’Ivoire (1954-1967), par Louise Barré

RECHERCHE

Page 129 à 151 – Du fou rire au rire fou : Analyse historico-anthropologique d’une « épidémie de rire » en Tanzanie, par Ines Pasqueron de Fommervault

CONJONCTURE

Page 153 à 175 Proto-guerre et négociations. Le Mozambique en crise, 2013-2016, par Éric Morier-Genoud

LECTURES

Page 177 à 196 – Chronique bibliographique : Mandela à livres ouverts, par Benoît Dupin
Page 197 à 218 – Autour d’un livre, James Ferguson, Give a Man a Fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Durham/Londres, Duke University Press, 2015, xv et 264 pages, Coordonné par  Boris Samuel
Page 219 à 232 – Revue des livres
 

n° 144 – Matérialités du vote

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, tee-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans des espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administrations, marchés…). De leur côté, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « intègre » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de la sociologie électorale. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER : La matérialité du vote

 

Page 5 à 26 : Introduction au thème, La fabrique du vote : placer la matérialité au cœur de l’analyse, par Sandrine Perrot, Marie-Emmanuelle Pommerolle, Justin Willis

En libre accès sur Cairn

Page 27 à 50 : La machine électorale : culture matérielle des bureaux de vote au Ghana, au Kenya et en Ouganda, par Justin Willis, Gabrielle Lynch, Nic Cheeseman, Traduction de Raphaël Botiveau

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 51 à 71 : Politiques de la reconnaissance et de l’origine contrôlée : la construction du Somaliland à travers ses cartes d’électeurs, par Anna C. Rader, Traduction de Miriam Périer

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 73 à 94 : « Se faire recenser ? Oui, mais voter ? » Le cens caché du matériel du vote au cours des élections de 2014 au Mozambique, par Domingos Manuel do Rosário, Elísio Emanuel Muendane

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 95 à 113 : Pagnes partisans, fabrique des partis et participation politique des femmes des classes populaires au Malawi, par Paul Grassin

Résumé sur Cairn/Abstract

Page 115 à 134 : L’affiche électorale : art, stratégie et matière à politique. La Révolution, l’opposition et les élections de 2015 à Zanzibar, par Marie-Aude Fouéré

Résumé sur Cairn/Abstract

RECHERCHES

Page 135 à 155: Le capital-investissement comme instrument de l’action publique ou la financiarisation du développement en Afrique subsaharienne, par Antoine Ducastel

Résumé sur Cairn/Abstract

CONJONCTURE

Page 157 à 179 : « Demain, un jour nouveau ? » Un renversement électoral confisqué au Gabon, par Alice Aterianus-Owanga, Mathilde Debain

En libre accès sur Cairn

LECTURES

Page 181 à 195 : Chronique bibliographique : Une nouvelle sociologie des partis politiques en Afrique ? Lectures critiques, par Hervé Maupeu
Page 197 à 205 : Revue des livres
Page I à VIII: Cahier photos

N° 143, octobre 2016 – Mobiliser Fanon

0001La pensée de Fanon est une pensée qui « empêche de dormir », sans cesse mobilisée dans des débats théoriques virulents ou comme étendard de revendications sociales et politiques. Les catégories qu’il a adoptées, façonnées dans la chair à vif de conflits atroces, n’ont rien perdu de leur acuité pour penser aujourd’hui les contradictions de la situation postcoloniale et la décolonisation de la connaissance, dans un monde où les rapports de domination produisent de nouvelles formes de souffrance et d’assujettissement. Ce dossier reprend quelques aspects d’une pensée inépuisable et indocile, en proposant un retour sur ses thèses les plus controversées : les pathologies de la reconnaissance, les conflits des sociétés africaines, la place de la culture dans la cure de la folie, le rapport entre le politique et l’islam dans la construction des États postcoloniaux, l’incorporation du racisme en situation postcoloniale. D’ailleurs, si l’on ne cesse de convoquer ce spectre et ses paroles « inopportunes et déplacées », n’est-ce pas que quelque chose de son temps – de sa violence, comme il l’avait lui-même prévu – hante encore notre présent ?

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 3 à 4 – Disparition d’Alain Ricard

Page 7 à 34 – (En accès libre) Introduction au thème, L’archive Fanon. Clés de lecture pour le présent, par Roberto Beneduce
Résumé/Abstract

Page 35 à 57, Fanon et les mouvements étudiants sud-africains en 2015, par Nigel C. Gibson
Résumé / Abstract

Page 59 à 72, Fanon, Shariati et la question de la religion : cinquante ans après, par Sara Shariati
Résumé/Abstract

Page 73 à 91, « Encore un qui a tout dit ! ». Le groupe de “Souffles”, lecteur des “Damnés de la terre” de Frantz Fanon, par Kenza Sefrioui
Résumé/Abstract

Page 93 à 111, 1956 et alentours. Frantz Fanon et le corps-à-corps avec les cultures, par Simona Taliani
Résumé/Abstract

Page 113 à 136, Fanon au Gabon : sexe onirique et afrodystopie, par Joseph Tonda
Résumé/Abstract

Page 137 à 143, Relire Fanon, par Jean-François Bayart
Résumé/Abstract

Page 145 à 152, Fanon au temps présent. L’assignation au regard, par Alice Cherki</spa
Résumé/Abstract

Page 153 à 167, Un espoir contrarié, un destin à réaliser. Que reste-t-il de Fanon en Algérie ?, par Idriss Terranti                   
Résumé/Abstract

RECHERCHES
CONJONCTURE
Page 185 à 208, (En libre accès) La jeune Afrique du Sud en ballottage : mouvements étudiants et amorces d’une alternance politique, par Raphaël Botiveau
HOMMAGE

Page 209 à 212, Alain Ricard, africaniste in-discipliné, par Maëline Le Lay et Sophie Moulard
Résumé/Abstract

LECTURES

N° 142, juin 2016 – L’Éthiopie après Meles

couv142La disparition de Meles Zenawi en 2012 a ouvert une période de doutes et d’ajustements pour l’État ethnofédéral en Éthiopie. Ce dossier propose une réflexion sur les défis de « l’après-Meles » et invite à une discussion autour des héritages de celui qui était l’homme fort du régime depuis 1991.
Au-delà de la disparition du chef en tant que telle, c’est bien la dernière décennie de règne de Meles qui représente un moment historique pour l’Éthiopie contemporaine. Ce moment, marqué par l’élaboration et la mise en œuvre d’un vaste plan de transformation du pays inspiré des succès asiatiques, a placé le développementalisme au cœur de la rhétorique et de l’exercice du pouvoir d’État, tout en permettant à celui-ci de renforcer ses capacités d’intervention, d’étendre le champ de son déploiement et de réaffirmer ses modalités de domination autoritaire. Meles laisse ainsi à ses successeurs le soin de mener à bien un projet ambitieux mais difficile à conduire et impossible à réformer, au risque de remettre en cause le plan hégémonique du parti au pouvoir.

Continuer la lecture de N° 142, juin 2016 – L’Éthiopie après Meles

N° 141- 2016/01 – Polyphonies du rap

couv polaf 141 okÀ rebours des présupposés réduisant le rap à son image contestataire, ce dossier s’attache à dépasser l’idée d’une simple dichotomie entre résistance et allégeance dans les relations que les artistes entretiennent avec le politique. En mobilisant la notion de polyphonie, il s’agit de comprendre les multiples ressorts stratégiques dont les rappeurs usent pour négocier une marge d’individuation et d’émancipation dans des espaces verrouillés. Les contributions se penchent sur des scènes rap jusqu’à présent peu documentées (Angola, Cameroun, Kenya, Ouganda, Tunisie) et mettent en évidence les modes pluriels d’imbrication et d’adaptation de ce genre musical en Afrique, en fonction des situations politiques de différents États ou de moments historiques particuliers. Par l’entrée rap, on accède alors à une compréhension plus vaste de processus de renouvellement, de transformation ou de déclin des régimes politiques concernés, ainsi que des modes d’agencéité mobilisés par la génération hip-hop africaine.

Sommaire du dossier

 

Page 5 à 25 : Introduction au thème, Cherchez le politique… Polyphonies, agencéité et stratégies du rap en Afrique, par Alice Aterianus-Owanga, Sophie Moulard

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 27 à 51 :  «On n’est pas à vendre ». L’économie politique du rap dans la Tunisie post-révolution, par Elham Golpushnezad, Stefano Barone, Traduction d’ Alioune Dia

Résumé / Abstract sur Cairn

 Page 53 à 76 : L’hégémonie politique à l’épreuve des musiques urbaines à Luanda, Angola, par Chloé Buire

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 77 à 97 : «L’entrepreneur de lui-même » et les polyphonies politiques du rap kenyan, par Daniel Künzler, Traduction de  Sandrine Perrot

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 99 à 121 : «Qui cuisine, qui mange ? » : les artistes, courtiers culturels des campagnes électorales en Ouganda, par Nanna Schneidermann, Traduction de Rozenn Diallo

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 123 à 145 : «Devenir rappeur engagé » : l’émergence controversée du rap dans l’espace public camerounais,  par Patrick Awondo, Jean-Marcellin Manga

Résumé / Abstract sur Cairn

Recherches

 

Page 147 à 168 : Pourquoi aller au tribunal si l’on n’exécute pas la décision du juge ? Conflits d’héritage et usages du droit à Cotonou, par Sophie Andreetta

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 169 à 190 : Le Palipehutu-FNL au Burundi. Dynamiques d’ethnicisation et de «désethnicisation », par Valeria Alfieri

Résumé / Abstract sur Cairn

Lectures

Page 191 à 202 : Revue des livres

 

 

N° 140 – 2015/04 Post-esclavage et mobilisations

POLAF_140_L204La question de l’esclavage et de ses héritages est un élément incontournable de la vie politique de nombreux pays d’Afrique. Ce dossier s’interroge sur les mobilisations collectives portées par différents groupes de descendants d’esclaves et sur la façon dont ce statut peut constituer aujourd’hui non seulement une matrice d’exclusion, mais aussi un vecteur de lutte contre différentes formes de domination. Il met en lumière la grande diversité de stratégies et de modalités sur lesquelles se construisent les revendications contre les inégalités des sociétés « post-esclavagistes » et en révèle les ambiguïtés. Alors que la recherche sur le continent s’est concentrée jusqu’à ce jour sur l’espace sahélo-saharien, ce dossier étend la problématique vers d’autres terrains africains (Madagascar, Kenya, Tunisie), tout en ouvrant une fenêtre comparative sur les Amériques.

Sommaire du dossier

Page 5 à 22 : Introduction au thème. La question de l’esclavage en Afrique : Politisation et mobilisations, par Lotte Pelckmans et Christine Hardung

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 23 à 40 : L’activisme politique des descendants d’esclaves à Antananarivo : les héritages de Zoam, par Marco Gardini

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 41 à 59 : L’esclavage en héritage et l’émergence d’une mobilisation sociopolitique au Kenya, par Marie Pierre Ballarin

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 61 à 81 : Les mobilisations des « Noirs tunisiens » au lendemain de la révolte de 2011 : entre affirmation d’une identité historique et défense d’une « cause noire », par Mrad Dali Inès

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 83 à 98 : Postface. Une perspective comparative sur les « sociétés post-esclavagistes », par Elisabeth Cunin

Résumé / Abstract sur Cairn

Recherches

Page 99 à 120 : Les Objectifs de développement durable, nouveau « palais de cristal » ?, par François Egil

Résumé / Abstract sur Cairn

Page 121 à 144 : Promesses, contingences et iniquité des politiques transnationales de conservation, Retour sur une décennie de cogestion État-ONG au Sénégal, par Julie Riegel

Résumé / Abstract sur Cairn

Conjoncture

Page 145 à 163 : Une hégémonie compétitive contre vents et marées : les élections générales de 2015 en Tanzanie et à Zanzibar, par Marie-Aude Fouéré, Cyrielle Maingraud-Martinaud

Résumé / Abstract sur Cairn

Lectures

Page 165 à 177 : Revue des livres

N°139 – 2015/3 Faire l’école

9782811115340
Depuis une quinzaine d’années, le « nouvel ordre éducatif mondial » a élargi l’espace d’énonciation des politiques d’éducation au-delà des frontières nationales, ouvert le marché scolaire à une grande variété d’acteurs et fait émerger de nouvelles formes de gouvernement de l’école. Ce dossier se penche sur les pratiques ordinaires des différents agents et acteurs de l’éducation pour rendre compte de la multiplicité des « arts de faire » l’école. Il s’intéresse aux jeux d’échelles dans lesquels s’inscrivent les relations entre les différents acteurs, y compris celles entretenues avec l’État et ses fonctionnaires. L’analyse de leurs articulations et de leurs combinaisons, en termes de circulation de personnels et de paradigmes, transcende les clivages classiques opposant espaces nationaux et internationaux. Ces contributions, concrètes et localisées, relisent les politiques d’éducation comme des objets de réinventions, de négociations et de bricolages complexes. Elles invitent à penser l’école moins en termes de modèles que de compromis.

Continuer la lecture de N°139 – 2015/3 Faire l’école

N° 138 – 2015/2, Juristes, faiseurs d’État

couv138_JuristesLe droit en Afrique évoque souvent l’image du legs colonial ou d’un vide juridique. À rebours de cette vision trompeuse, ce dossier contribue à une sociologie du droit encore tâtonnante sur le continent. Son pari est que les juristes offrent une clé d’entrée pour éclairer les transformations de l’État, mais aussi l’historicité des dynamiques de mondialisation du droit sur le continent. Les différentes contributions explorent des situations coloniales et contemporaines contrastées des anciens empires français et britannique. En mettant pleins feux sur les trajectoires des juristes qui incarnent et contribuent par leur engagement à ces transformations sur la scène locale, nationale ou globale, elles montrent que c’est bien dans ces soi-disant périphéries que se jouent les grandes révolutions juridiques, politiques et économiques actuelles.

Continuer la lecture de N° 138 – 2015/2, Juristes, faiseurs d’État