Archives de catégorie : Vient de paraître

Biomaîtriser les identités? État documentaire et citoyenneté au tournant biométrique (Politique africaine 2018/4, n° 152, P. 5-29).

par Séverine Awenego Dalberto, Richard Banégas et Armando Cutolo

Dans les pays émergents du « Sud global », sans doute plus qu’ailleurs dans le monde, la biométrie connaît un essor spectaculaire, comme en témoigne l’expérience indienne du système « Aadhaar » d’identification des personnes qui, malgré ses déboires, a déjà permis l’enregistrement biométrique d’un milliard d’individus.  Infrastructures centrales du capitalisme globalisé, les technologies biométriques d’identification (par digitalisation des empreintes digitales, reconnaissance de l’iris, du visage, de l’oreille, etc.) sont devenues un immense enjeu économique et un business très lucratif pour les firmes multinationales. Les sociétés africaines ne font pas exception à cette tendance mondiale ; elles la devancent même à bien des égards en expérimentant de nouveaux dispositifs d’enregistrement des naissances, de certification bancaire ou de recensement électoral qui se fondent sur l’acquisition de données corporelles. Lire la suite (en libre accès)

N° 152 : Biomaîtriser les identités

L’Afrique connaît, depuis le tournant du siècle, une expansion rapide des nouvelles technologies d’identification des personnes. Alors que près de la moitié de la population du continent ne serait pas dotée d’une identité légale, la biométrie apparaît comme la solution miracle pour lutter contre la fraude électorale, certifier les comptes bancaires, compenser les faiblesses de l’état civil et, surtout, contrôler les flux de population. Si le souci sécuritaire est central dans cette dynamique globale, la biométrisation des identités se pare aussi des atours démocratiques de l’accès aux droits, de la « bonne gouvernance » et du développement. Par-delà l’opposition classique entre surveillance et reconnaissance, le dossier interroge les effets actuels du tournant biométrique sur le fonctionnement des États et l’exercice de la citoyenneté au sud du Sahara. Les enquêtes menées en Afrique du Sud, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Tchad, en Guinée et au Maroc soulignent l’encastrement social et politique de cette révolution technologique et la résilience de l’État documentaire. Elles montrent que la biométrie, loin de sécuriser les identités, peut contribuer au renforcement de l’exclusion et à la polarisation des débats sur l’appartenance citoyenne et nationale.

Sommaire

Biomaîtriser les identités? Etat documentaire et citoyenneté au tournant biométrique
Séverine Awenengo Dalberto, Richard Banégas et Armando Cutolo
Accéder gratuitement à cet article

État documentaire et identification mathématique : la dimension théorique du gouvernement biométrique africain
Keith Breckenridge, Traduit de l’anglais par Hélène Baillot, Raphaël Botiveau
Accéder à cet article sur Cairn

Des barrières de papier digitalisées : vérifications d’identité et exclusion des élèves immigrés dans les lycées populaires de Johannesburg
Jeanne Bouyat
Accéder à cet article

« Touche pas à ma nationalité » : enrôlement biométrique et controverses sur l’identification en Mauritanie

Zekeria Ould Ahmed Salem Accéder à cet article

La biométrie électorale au Tchad : controverses technopolitiques et imaginaires de la modernité
Marielle Debos
Accéder à cet article

Entre témoignage et biométrie : la production du « réfugié » au Burkina Faso
Nora Bardelli, Traduit de l’anglais par Henri-Michel Yéré

Accéder à cet article

Politique de l’inanimé : un dispositif informel d’identification des « corps sans vie et sans papiers » au Maroc
Alimou Diallo
Accéder à cet article

Chronique bibliographique: Sur les travers d’une entreprise mémorielle
Au sujet de P. Blanchard, N. Bancel, G. Boetsch, D. Thomas et C. Taraud (dir.), Sexe, race et colonies. La domination des corps du XVe siècle à nos jours, Paris, La Découverte, 2018, 544 pages Laurent Fourchard

Accéder gratuitement à cet article

Revue des livres
Accéder gratuitement à cet article

 

 

 

 

 

N° 151 : Gouverner par la fiscalité

Ce dossier s’inscrit dans les débats en cours sur la fiscalité en Afrique. Tout en la présentant comme un élément central du gouvernement des populations par les États, il interroge aussi la manière dont les politiques fiscales concourent à la permanente redéfinition des sphères désignées comme étant formelles ou informelles, que celles-ci soient étatiques ou non. Les articles du dossier mettent en lumière la diversité des formes de fiscalité au Kenya, au Nigeria, en Sierra Leone, au Sud-Soudan, au Sénégal et au Tchad. Ils montrent que leur mise en oeuvre relève tout à la fois d’orientations politiques et de pratiques au quotidien. Ils montrent également que la décision de cadrer certaines de ces pratiques comme officielles et d’autres comme non officielles a de lourdes incidences sur la reconnaissance des populations – et sur la manière dont celles-ci se sentent reconnues – par les États. La fiscalité apparaît ainsi au cœur de la formation quotidienne de l’État et de la manière inégale dont les gouvernants rendent des comptes aux gouvernés.

SOMMAIRE

Page 5 à 15 : Impôts et pratiques fiscales : interroger la signification et les usages de la formalité, par Oliver Owen, Traduit de l’anglais par Roxane Schuller-Green. Accéder gratuitement à cet article

Page 17 à 37 : Contournements. Fiscalité et exceptions informelles dans les villes de M’Bour et de Kisumu, par James Christopher Mizes, Liza Rose Cirolia, Traduit de l’anglais par Henri-Michel Yéré, et al.

Page 39 à 59: Fiscalité marginale sur mesure. L’économie politique du natron au Borkou, Tchad, par Julien Brachet, Judith Scheele
Page 61 à 86: Genre et systèmes formels et informels de finances publiques locales en Sierra Leone, par Vanessa van den Boogaard, Traduit de l’anglais par Raphaël Botiveau

Page 87 à 103: Quand les impôts locaux font l’objet de négociations : la taxe pour le service social dans l’État du Bahr el Ghazal du Nord, au Soudan du Sud, par Martina Santschi, Traduit de l’anglais par Miriam Périer

Page 105 à 132 : « Dans les règles » : fiscalité, confiance et considération dans les campagnes agricoles du Nigeria, par Oliver Owen ,Traduit de l’anglais par Raphaël Botiveau

RECHERCHES

Page 133 à 154: La formalisation inachevée des circulations commerciales africaines par les infrastructures de papier. Cas de l’industrie logistique zambienne, par Hélène Blaszkiewicz

Page 155 à 177: L’agro-business au village. La notion d’accaparement de terres à l’épreuve du cas ivoirien, par Jacobo Grajales

LECTURES

Page 179-192: Revue des livres
Accéder gratuitement à cet article


Impôts et pratiques fiscales : interroger la signification et les usages de la formalité

Oliver Owen (Traduit par Roxane Schuller-Green)

En appelant à étudier les politiques de taxation en Afrique, qui participent de la distinction entre formel et informel1, ce dossier vise à saisir les perspectives nouvelles ouvertes par des travaux de recherche récents, tant sur la fiscalité elle-même que sur la nature et le fonctionnement des États africains. Nombre de gouvernements africains, prenant acte de l’imprévisibilité croissante des prix des ressources naturelles sur les marchés mondiaux ainsi que de l’incertitude de l’aide internationale, se sont récemment concentrés sur la réforme de leur fiscalité. Cette volonté de maximiser les recettes publiques a été fortement soutenue par de nombreux bailleurs internationaux qui y ont vu l’opportunité d’effectuer une transition dans les formes d’aides apportées, en passant des transferts monétaires à long terme à un soutien plus réduit
pour un autofinancement2. La taxation du secteur informel a souvent été mise en avant par les technocrates du développement et les institutions donatrices comme une…. Lire la suite

N°150 – Cameroun, l’État stationnaire

Numéro de la revue Politique Africaine paru le 2/2018.

Entre la guerre civile dans les deux régions anglophones du Cameroun et la menace terroriste de Boko Haram dans l’Extrême-Nord, la propagande du régime de Paul Biya autour de « la paix et la stabilité », fragile mais réelle pendant des années, vole en éclats. Pour se maintenir, le régime avait mis en place une dérégulation morale, sociale et économique. Fondée sur la redistribution clientéliste et le contrôle des élites politiques, cet ethos de la manducation s’est nourri d’un immobilisme ontologique. C’est l’État stationnaire dont ce dossier se saisit. Les nouvelles figures composites de l’opposition ont cependant mis à profit les réseaux sociaux et les projecteurs médiatiques braqués sur le pays. Se dessinent trois avenirs possibles : l’implosion, le maintien du statu quo ou la renaissance. Les articles de ce dossier attestent tous d’une gouvernance centripète de la régulation des arènes politiques et de l’action publique. Le Cameroun entre néanmoins dans une ère pleine d’incertitudes et riche de leçons politiques.

SOMMAIRE

Pages 5 à 27, Introduction au thème, L’État stationnaire, entre chaos et renaissance, par Fred Eboko et Patrick Awondo
Pages 29 à 51, Ambition développementaliste, État stationnaire et extraversion au Cameroun de Paul Biya. Le projet de construction du port autonome de Kribi, par Gérard Amougou et René Faustin Bobo Bobo
Pages 53 à 74, Politique de la suspicion et développement urbain au Cameroun. Le Programme participatif d’amélioration des bidonvilles (PPAB) dans la ville de Yaoundé, par Patrick Dieudonné Belinga Ondoua
Pages 75 à 96, Politique de réforme et matérialité de la prison au Cameroun, par Marie Morelle, Patrick Awondo, Habmo Birwe et Georges Macaire Eyenga
Pages 97 à 114, « Gouvernement perpétuel » et démocratisation janusienne au Cameroun (1990-2018), par Mathias Éric Owona Nguini et Hélène-Laure Menthong
Pages 115 à 138, Utopie et dystopie ambazoniennes : Dieu, les dieux et la crise anglophone au Cameroun, par Nadine Machikou
Pages 139 à 160, Appels et contre-appels du « peuple » à la candidature de Paul Biya : affrontement préélectoral, tensions hégémoniques et lutte pour l’alternance politique au Cameroun, par Jean-Marcellin Manga

CONJONCTURE

Pages 161 à 178, La République fédérale démocratique en marche : crise politique, état de grâce et avancée néolibérale en Éthiopie, par Mehdi Labzaé et Sabine Planel
Pages 179 à 201, Le Mali post « Accord d’Alger » : une période intérimaire entre conflits et négociations, par Adib Bencherif

LECTURES

Pages 203 à 221, Revue des livres

L’État stationnaire, entre chaos et renaissance, par Fred Eboko et Patrick Awondo

Le présent dossier vise à aborder la question des dynamiques politiques camerounaises par le biais des lignes de fond et de fractures qui traversent ce pays depuis plusieurs décennies. La concordance entre les élections présidentielles d’octobre 2018 et la sortie de ce numéro commande de distinguer la situation structurelle et un moment d’historicité qui peut devenir ou pas un événement autour de cette échéance électorale. Ceci constitue une autre manière de convoquer la question de l’historicité dans la lignée de Bergson et Deleuze dont Jean-François Bayart s’est servi pour revenir sur cette distinction et nous permet d’insister sur la situation que ce dossier aborde et sur la question de l’événement qui en est une des illustrations, sans toutefois qu’il en soit le cœur :

« Le terme de moment est utile en ce qu’il implique un temps circonscrit, circonstanciel, contingent, saisi par son contenu, et par distinction au regard d’une durée plus longue. Ainsi appréhendé, le moment est un angle par lequel envisager l’historicité de manière moins structurelle que celui des situations de plus longue durée […]. La situation désigne une forme d’interaction sociale dans sa reproductibilité et sa dimension centripète ; le moment d’historicité la combinatoire contingente de durées hétérogènes, saisie dans sa capacité à structurer une situation spécifique désormais susceptible de se reproduire. La première acception dégage la permanence d’une forme, l’autre le basculement historique dans cette forme, sans que cette distinction renvoie nécessairement à une succession 1  ».

Ce dossier s’inscrit donc dans la perspective de la « situation » camerounaise, de manière contingente pour l’instant, par le « moment » de la période électorale de 2018. Cette situation est traversée par le fil d’Ariane que nous avons proposé d’appeler ici l’« État stationnaire », et qu’il convient d’éclairer.

L’État stationnaire : entre situation et événements

2Qu’il soit caractérisé comme « sous-développé » ou « néo-patrimonial 2 », « autoritaire 3 », « post autoritaire 4 », « sorcier 5  », ou simplement « absent 6 », le pouvoir politique au Cameroun a déjoué tous les pronostics depuis trois décennies. La prééminence de ce régime semble conforter l’hypothèse gramscienne reprise par Bayart de la continuité du « bloc hégémonique 7 », dont l’apparente vulnérabilité tranche avec une espérance de vie qui a fait dire récemment au président Biya, répondant à une question de journaliste à l’occasion de la visite du Président François Hollande à Yaoundé en 2015, « ne dure pas au pouvoir qui veut mais qui peut 8  en proposant des approches qui énoncent la complexité politique du « local », entre déséquilibre généralisé du territoire, revendications régionales localisées et contrôle politique des « révolutions passives 9  » qui donnent à voir aujourd’hui un État stationnaire, pris dans le vertige de son « équilibre paradoxal ». Comme un patient dans le coma dont il est possible de prévoir la fin ou le retour à la vie, le Cameroun anticipe tous les projets qui le feront sortir de l’ornière de l’immobilisme et construit avec une force létale toutes les conditions pour que ses projets ne se réalisent pas ou que par bribes contradictoires.

Dans ce contexte, la catégorie émique traduisant l’état végétatif et incertain, autant que la quasi-impossibilité d’y remédier, est « le Cameroun, c’est le Cameroun ». C’est une curieuse exceptionnalité à laquelle semblaient se résigner les habitants d’un pays désormais énoncé à la façon d’une énigme dont le déchiffrement concerne davantage les médias et les politiques publiques internationales que le monde académique. En effet, si ce pays d’Afrique centrale fut l’un des plus étudiés par les sciences sociales africanistes entre les années 1970 et 1990, sa relative stabilité politique, la permanence de son agonie et le caractère anomique de sa vie sociale et économique ont toutefois bridé un renouveau de la pensée politique, sociale et économique au cours de la dernière décennie. Dans la rue, les supporteurs et les alliés du président répètent en chœur que l’« On ne change pas le changement », soulignant ainsi que le « Renouveau », qui était le mot d’ordre du président Biya à son arrivée au pouvoir en 1982, ne peut être infléchi. La confiscation et le verrouillage de la vie publique par un système d’une grande complexité ont largement été commentés. En réfléchissant sur « l’État stationnaire », ce dossier vise à participer au renouvellement de la pensée politique sur le Cameroun.

Définir l’État stationnaire

Comme toute notion, celle-ci vise à rendre intelligible un phénomène précis en assumant le risque initial de l’abstraction et en proposant des illustrations qui visent à attester de sa validité sous différentes déclinaisons. Ainsi, l’État stationnaire du Cameroun constitue un « fait social » au sens durkheimien du terme, à savoir « toute manière d’agir, de penser et de sentir extérieure à l’individu et douée d’un pouvoir de coercition en vertu duquel elle s’impose à lui 10  ».

L’État stationnaire est une organisation politique qui produit un système d’allégeances clientélistes dont l’objectif central est la conservation du pouvoir. Il met à profit les ressources du pays et celles des partenariats internationaux, mobilise les élites administratives pour nourrir son dessein de perpétuation du pouvoir. Le système politique présidentialiste 11  s’est construit avec l’instrument politique qu’est le régime de l’ancien parti-État devenu parti dominant. Le régime politique ainsi désigné sur le socle du parti-État, l’Union nationale camerounaise (UNC) créée en 1966 par Ahmadou Ahidjo et transformé par son successeur Paul Biya en Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) lors du congrès de Bamenda en 1985, représente « l’ensemble des règles, recettes ou pratiques selon lesquelles, dans un pays donné, les citoyens sont gouvernés », tandis que le système hyper centralisé de type présidentialiste se présente comme « l’ensemble des éléments d’ordre idéologique, institutionnel et sociologique qui concourt à former le gouvernement d’un pays donné, pendant une période déterminée » avec la clé de voûte de la prééminence présidentielle 12 .

Dans cette optique, l’État stationnaire affiche l’architecture d’une action publique et un faisceau de grands projets et de programmes de développement qui représentent des moyens au service du dessein politique ultime. La mise en œuvre, le contrôle et l’évaluation des politiques publiques ne sont pas assujettis à des sanctions politiques stricto sensu, qui n’interviennent qu’en cas de menace, fantasmée ou objective, sur la reproduction du régime politique au sommet duquel trône le sceptre présidentiel. La dynamique de l’État stationnaire est favorisée par des forces administratives centripètes qui résistent à toute forme d’autonomie susceptible de se soustraire au contrôle de la présidence. Celle-ci constitue la boîte noire du régime et représente le fait social total qui transcende tout le système politique, de sorte que l’immobilisme qui est au principe de l’action publique n’est pas un défaut politique mais un effet du système de production et de reproduction de l’ordre politique de l’État stationnaire. Il n’est assis sur aucune autre idéologie que celle de son adaptation à tous les changements internes et externes auxquels il fait face en déployant toutes les formes de réponses et de mesures qui lui permettent de se maintenir. La conjonction entre l’inertie de l’action publique et le contrôle politique acéré du pouvoir de domination définissent la forme de l’État stationnaire : un équilibre paradoxal, comme une personne en « sommeil paradoxal 13  ».

7L’État stationnaire s’est appuyé sur la construction du « bloc hégémonique » et de la dynamique de « l’assimilation réciproque des élites 14  ». Cet équilibre paradoxal est le produit de plusieurs événements politiques et son armature est la résultante des leçons tirées d’une série de concours de circonstances. Leur conjonction a abouti à la perpétuation et/ou à la résistance du pouvoir présidentiel et de son régime depuis l’accession au pouvoir du président Biya.

Vers une sociologie historique de l’État stationnaire

Ce dernier accède à la magistrature suprême le 6 novembre 1982, suite à la démission, survenue deux jours plus tôt, du président Ahidjo dont il était le premier ministre. Paul Biya, 49 ans, successeur constitutionnel d’Amadou Ahidjo, n’aura que peu de répit, contrairement à ce que laisse présager son parcours politique sans aspérité à l’époque. Le 22 août 1983, son prédécesseur est soupçonné de « complot contre la sûreté de l’État » et condamné à mort par contumace le 28 février 1984. Le 6 avril 1984, Paul Biya est confronté à une tentative de coup d’État attribué à Ahmadou Ahidjo.

9Cette crise de succession sera la première épreuve du jeune président Biya à laquelle s’ajoute une première crispation identitaire entre « le Nord » du président Ahidjo et « le Sud » du président Biya. Ce traumatisme politique entraîne les premières recompositions de « l’équilibre ethno-régional » et le président Biya, qui était réputé n’avoir aucun terroir politique, va construire l’image d’un noyau dur formé simultanément autour des élites de l’ancienne province du Centre-Sud et de la ventilation de la représentation des autres provinces et départements au sein des appareils de gouvernement. Il crée le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), en 1985, dans les pas de l’Union nationale camerounaise (UNC) fondé par le président Ahidjo en 1966.

10La concomitance entre la crise économique qui s’installe au milieu des années 1980 et s’accentue dans les années 1990, d’une part, et la libéralisation politique sanctionnée par les premières élections présidentielles pluralistes en 1992, de l’autre, va constituer une deuxième épreuve. Paul Biya gagne au forceps ces élections sur fond de contestation populaire et entre dans les années 1990 avec une économie à genoux que les programmes d’ajustement structurels vont astreindre à des mesures drastiques.

11Pendant que le président vit reclus, la crise économique des années 1980 frappe le pays de plein fouet. Si l’on a pu parler de « miracle camerounais » après la découverte et l’exploitation de gisements pétroliers lors des dernières années du régime Ahidjo, le Cameroun tombe dès le milieu des années 1980 dans une profonde récession. Comme le soulignent Cogneau et al. :

« À partir de 1986, le Cameroun est entré dans une crise économique très profonde déclenchée par la chute des cours du pétrole et de ses principales exportations agricoles (café, cacao, coton), et accentuée par l’appréciation de son taux de change réel. Au début des années 1990, le tarissement progressif des gisements pétrolifères est venu encore aggraver la crise de ses comptes extérieurs et de ses finances publiques. La contraction considérable des recettes publiques (divisées par deux en valeur nominale de 1985 à 1994) a contraint le gouvernement à un ajustement drastique de l’investissement public (divisé par cinq) et de ses dépenses de fonctionnement, puis, une fois ces possibilités épuisées, à des baisses de salaires nominaux sans équivalent ni précédent dans les autres pays de la Zone franc en 1993, juste avant la dévaluation du franc CFA 15 ».

Entre 1983 et 1993, la paupérisation du Cameroun est comparable à nulle autre dans la sous-région 16 . La baisse des salaires des fonctionnaires ainsi que l’arrêt du recrutement dans la fonction publique, de loin le premier employeur, conduisent le pays vers une informalisation de l’économie. L’impact de cette dégradation progressive des conditions économiques des années 1980 sur la société camerounaise a été largement étudié, sans être réellement repris par les acteurs politiques. À titre indicatif :

« Selon les données de la Banque mondiale, la consommation par tête aurait baissé de 44 % sur la décennie 1983-1993, après avoir augmenté de 63 % dans la décennie antérieure. Selon des données d’enquête originales, la production industrielle formelle a également régressé de plus de 10 % sur la période 1983-1991 17  ».

À partir des années 1990, cette situation économique aggrave la corruption. La prévarication et le déploiement des allégeances clientélistes remplacent les canaux habituels de la mobilité sociale et économique. S’ensuit une accentuation de la domination du champ politique et de la rétractation du régime en son centre élitaire, « entre noyau dur et case vide 18  », entre centre et périphérie. La corruption généralisée devient un mode de survie quotidienne et une modalité de régulation politique. Dans le même temps, la mise en œuvre d’un code électoral taillé sur mesure permet à Paul Biya de gagner les élections de 1997. En l’absence d’une opposition réelle dont la principale figure, le Social Democratic Front (SDF) du « Chairman » John Fru Ndi, s’est dispensée en boycottant l’élection, et du fait du caractère asymétrique des règles du jeu politique, le président Biya avance sans résistance d’envergure. Dès ce moment-là, l’État stationnaire va avoir le champ libre, conquis du fait de l’essoufflement de l’opposition, du découragement de la partie combattante de la population qui voit se restaurer l’ordre contre lequel elle a lutté au début des années 1990. Pendant cette période, le Cameroun devient un des pays les plus corrompus du monde, selon les rapports successifs de l’ONG Transparency International 19 . Paul Biya est réélu sans surprise en 2004 et en 2011.

L’État stationnaire bat son plein. Certaines de la puissance du régime d’auto-reproduction politique qu’elles dirigent, les autorités ont modifié la constitution de 1996 qui prévoyaient deux mandats au maximum à la tête de l’État, en proposant en 2008 des mandats non limitatifs. Dès l’annonce de cette hypothèse de révision constitutionnelle, des tensions politiques ont vu le jour. Elles ont nourri les manifestations, dites des « émeutes de la faim », de février 2008, dont une des revendications reposait sur l’abandon de cette révision constitutionnelle, mais sans succès, puisque celle-ci a été maintenue, permettant à Paul Biya de devenir un « candidat perpétuel », en 2011 comme en 2018.

Les élections de 2018, organisées dans une relative légalité institutionnelle, vont toutefois voir émerger des figures et des forces politiques qui déploient l’image d’une opposition crédible, plurielle, pugnace et globalement pacifique, et donc d’une alternance possible.

2018 : des élections-événement ?

Avec une mobilisation inédite des citoyens à travers les réseaux sociaux, dont l’utilisation est étrangère à l’ADN du régime en place, des débats quotidiens sur les chaînes de télévision et de radio et l’implication de la diaspora camerounaise, la campagne électorale de 2018 a pris un tour historique, du fait de la pluralité professionnelle et générationnelle des candidats. Sur les 28 dossiers reçus par Elecam, neuf candidatures ont été acceptées, parmi lesquelles celles des prétendants les plus sérieux du fait de leur mobilisation et de leur audience avant l’annonce officielle de la liste 20 . En face de Paul Biya, 85 ans et candidat du parti dominant, le RDPC, huit candidats sont entrés dans l’arène. Le SDF, autrefois porte-drapeau de l’opposition au régime du président Biya, a innové. En effet, en lieu et place du « Chairman » Fru Ndi, c’est l’ancien premier vice-président du parti, Joshua Osih (49 ans), qui a été élu président du parti et candidat à la présidence, à la faveur du retrait volontaire de Fru Ndi. Ce n’est pourtant pas ce changement à la tête du SDF qui illustre à lui seul la variété et la qualité des candidatures au scrutin présidentiel de 2018. Trois autres candidats vont marquer de leur empreinte la perspective d’une adhésion populaire et d’une alternance. Maurice Kamto (64 ans), professeur agrégé de droit public, membre de la commission du droit international des Nations unies, démissionnaire en 2011 du gouvernement dans lequel il a été ministre délégué à la Justice, garde des Sceaux dès 2004. Porté par le parti dont il a été co-fondateur en 2012, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto est sans doute des acteurs de l’opposition celui qui a préparé cette campagne de 2018 de plus longue date.

Akere Muna (66 ans), anglophone, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats du Cameroun, ancien vice-président de Transparency International pour lequel il a été le fondateur d’un bureau au Cameroun, ancien président de la Commission économique et sociale de l’Union africaine et fils du premier ministre du Cameroun occidental anglophone Salomon Tandeng Muna, a lancé sa déclaration de candidature, portée par une plateforme regroupant diverses organisations de la société civile et des partis politiques. Il a été formellement le candidat du parti fondé par son frère aîné Bernard Muna, le Front populaire pour le développement (FPD). Après une campagne menée au Cameroun et à l’international auprès de la diaspora camerounaise en Europe et en Amérique du Nord, il se désiste quelques jours avant le scrutin, au bénéfice de Maurice Kamto avec lequel il crée une coalition. Aux côtés de ces personnalités dotées de curriculum vitae éloquents va émerger une figure centrale de la mobilisation collective via notamment les réseaux sociaux : Cabral Libii, 38 ans, politiste, contractuel au sein de l’université de Yaoundé II. Celui-ci va d’abord initier en 2017 un mouvement citoyen baptisé « 11 millions d’inscrits » pour inciter ses compatriotes à s’inscrire sur les listes électorales. Figure de proue de la jeunesse sur Facebook et Twitter, Cabral Libii devient officiellement candidat à l’élection présidentielle sous l’égide du parti Univers 21 .

Le scrutin s’est déroulé le 7 octobre 2018. Le Conseil constitutionnel 22  annonce les résultats le 22 octobre 2018, qui sont contestés par les trois premiers concurrents du président sortant : Paul Biya (RDPC) remporte officiellement 71,28 % des suffrages, Maurice Kamto (MRC) 14,23 %, Cabral Libii (Univers) 6,28 %, Joshua Osih (SDF) 3,35 %. Les autres candidats se situent en dessous de 2 % des voix. Cette consultation électorale, si elle confirme le rouleau compresseur du « parti-État », laisse également poindre des perspectives d’émergence d’un autre Cameroun. À côté ou à la place de l’État stationnaire ? À ce stade, une réponse définitive serait précoce même si la question s’impose désormais.

Le scrutin présidentiel du 7 octobre 2018 représente sans doute une césure profonde dans la construction collective de l’image que les Camerounais et les autres ont du Cameroun et de son état stationnaire. En effet, l’année 2018 a vu éclore une dynamique nouvelle autour d’une opposition dont huit candidats se sont vus admettre à concourir contre le président sortant Paul Biya. À l’issue d’une campagne relativement paisible mais non moins active, les réseaux sociaux ont été les fers de lance de la mobilisation autour des différents candidats dont les idées, programmes et projets ont cassé l’image qui voudrait que l’opposition camerounaise n’existe pas. La visibilité des candidats au quotidien via les applications WhatsApp, YouTube, les réseaux Facebook et Twitter, a d’emblée neutralisé le logiciel classique du régime en place. En effet, le réflexe quasi pavlovien consistant à interdire toute manifestation, à contrôler ou à proscrire les réunions politiques des partis de l’opposition par le biais des préfets a incarné l’obsolescence du logiciel autoritaire en période électorale.

A contrario, la structure en charge de l’organisation des élections, Election Cameroon (Elecam) 23  a montré, avant le scrutin, des signes de sérieux et de transparence à travers l’application d’un code électoral par ailleurs très favorable à la reconduction ad vitam aeternam du prince. Cette transparence du point de vue de l’organisation matérielle du scrutin (délais et mise en place des bureaux et du matériel de vote) n’estompe pas les doutes sur la « neutralité » des membres de cette structure composée de deux instances : la Direction générale et le Conseil électoral. Les alinéas 2 et 3 du code électoral stipulent que :

« (2) Les membres du Conseil Électoral sont choisis parmi des personnalités de nationalité camerounaise, reconnues pour leur compétence, leur intégrité morale, leur honnêteté intellectuelle, leur sens patriotique et leur esprit de neutralité et d’impartialité. (3) Le Président, le Vice-Président et les membres du Conseil Électoral sont nommés par décret du Président de la République après consultation des partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale et de la société civile ».

L’alinéa 1 de l’article 24 du même code électoral précise, pour la direction générale d’Elecam : « Le Directeur Général et le Directeur Général Adjoint des élections sont nommés par décret du Président de la République pour un mandat de cinq (05) ans, éventuellement renouvelable, après consultation du Conseil Électoral 24  ».

25Les débats qui ont suivi le scrutin présidentiel au sein du Conseil constitutionnel ont souligné le déficit de « neutralité » d’Elecam dans la gestion des bureaux de vote le 7 octobre et dans la promulgation des procès-verbaux pour lesquels trois partis politiques ont déposé des recours auprès du Conseil constitutionnel qui a essuyé des critiques similaires. Achille Mbembe en a conclu :

« En droite ligne des traditions coloniales de brutalité et de corruption, le suffrage universel est devenu l’un des multiples moyens par lesquels la tyrannie se perpétue. Les groupes dominants qui, depuis la fin de la colonisation, ont su détourner à leur profit la puissance publique à des fins d’accumulation privée exercent un contrôle absolu sur les finances publiques, les procédures d’attribution des marchés, le crédit, la réglementation, et surtout les principales rentes, qu’elles soient minières, forestières, ou agricoles. Ils disposent également de la force armée, de la police, de la gendarmerie, des unités spécialisées qu’ils peuvent transformer, en cas de nécessité, en véritables milices privées 25  ».

Au rang des questions actuelles, il y a d’abord l’effondrement des certitudes liées à la rhétorique pacifiste et la fissuration de l’idéologie de la « stabilité » ; ensuite, viennent l’exacerbation et la dramatisation de la compétition politique, comme on a pu le voir lors des élections présidentielles du 7 octobre 2018 ; compétition elle-même amplifiée par le renforcement des tensions communautaires. La crise post-électorale est à situer dans ce sillage.

Au-delà de cette conjoncture, la crise anglophone amplifie les faillites de l’État régulateur et centralisateur, en même temps qu’elle montre un État arc-bouté sur son « noyau dur » dans une case qui se vide de plus en plus de son sens intégrateur, pour reprendre la terminologie de Luc Sindjoun 26 .

La crise anglophone

29Sur fond de division ethno-culturelle, la « crise anglophone » déclenchée en 2016 a pris de plus en plus l’allure d’un conflit séparatiste opposant des combattants issus des deux régions anglophones à l’État camerounais 27 . Amplifiée par les réseaux sociaux et les médias internationaux, cette crise présentée par les pouvoirs publics comme une « menace terroriste » cache pourtant mal les fractures d’un pays où couvent des tensions multiples.

La crise anglophone exprime la résurgence d’une mobilisation autonomiste construite sur une base identitaire. En effet, depuis cette période, les régions dites anglophones du Cameroun (Nord-Ouest et Sud-Ouest), autrefois constitutives du territoire sous tutelle des Nations unies dénommé Southern Cameroons, ont été saisies par un mouvement social protestant contre l’emprise d’un État central camerounais qu’ils considèrent monopolisé par les Francophones et qu’ils accusent de vouloir assimiler la composante anglophone, d’en exploiter les richesses de manière inique et d’avoir annexé ces régions. Le mouvement communautariste anglophone, qui traverse les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a permis de réveiller une dynamique autonomiste qui s’était révélée après les deux « All Anglophone Conferences » (Conférence pan-anglophones) de Buea (1993) et de Bamenda (1994), puis avec la création du Southern Cameroons National Council (SCNC) en 1995. C’est effectivement au cours de la décennie 1990 que cet autonomisme reprend de l’ampleur, notamment son courant indépendantiste et sécessionniste qui revendique la constitution d’un État propre distinct de la République du Cameroun. Ce courant est apparu dans les années 1980 à l’initiative de l’avocat Fon Gorji Dinka qui plaidait en faveur de la création d’un État anglophone indépendant construit sur la base territoriale de l’ancien Southern Cameroons et dénommé Ambazonie.

L’autonomie anglophone réactivée dans les années 1990 s’est exprimée largement à travers les coups d’éclat des militants sécessionnistes comme la proclamation de l’Indépendance du Cameroun anglophone (Ambazonie-Southern Cameroons) sur les ondes de la radio-télévisée gouvernementale Cameroon Radio and Television (CRTV) en octobre 1999. Elle s’est également manifestée par des procédures comme celles déclenchée par les activistes Kevin Mngumne ou Ebenezer Akwanga devant la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples à Bangui. C’est ce mouvement, présent depuis de nombreuses années grâce aux activistes du SCNC, qui se réactive en 2016. Le mouvement de l’Affirmation anglophone va d’abord s’exprimer à travers la mobilisation des avocats conduite par Maître Agbor Balla et Bobga Harmony, et aussi à travers le mouvement des enseignants avec à sa tête Wilfred Tassang et Fontem Neba. Ce mouvement va systématiquement mettre à mal la volonté des pouvoirs publics et du régime du « Renouveau » de limiter les négociations à des questions sectorielles relatives à la nature du système juridique d’inspiration Common Law ou du système d’enseignement. Ainsi, les acteurs du mouvement social anglophone vont toujours essayer d’introduire la question du fédéralisme dans l’agenda des négociations avec le régime. Ce mouvement va s’appuyer, entre janvier et juillet 2017, sur des opérations villes mortes de plus en plus poussées et sur des actions de destruction d’écoles, d’hôpitaux, de dispensaires ou de boutiques. Le pouvoir central choisit pour sa part de tenter de faire régner l’ordre en faisant intervenir les forces dites de sécurité et de défense.

Entre août 2017 et 2018, la répression du mouvement social anglophone a pris un tour particulièrement brutal avec le déclenchement d’une véritable lutte armée conduite par une prolifération de groupes armés dits « Ambazoniens ». Dès lors, la situation est devenue véritablement difficile dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les populations sont prises en tenailles entre la violence prédatrice des groupes armés sécessionnistes et la riposte coercitive des forces de défense et de sécurité. Cela a entraîné un afflux de déplacés vers le Nigeria ou les régions camerounaises voisines comme le Littoral ou l’Ouest. De nombreux villages ont été détruits du fait des affrontements entre les milices sécessionnistes et les forces de défense et de sécurité. Le dialogue a été rompu et même la libération de certains des leaders du mouvement anglophone (le magistrat Ayah Paul Abine, l’avocat Agbor Balla ou l’universitaire Fontem Neba, en août 2017) n’a pas contribué à apaiser les tensions. L’arrestation des leaders et des cadres de l’État autoproclamé d’Ambazonie dirigé par Ayuk Julius Tabe n’a pas arrangé les choses. Même les initiatives d’apaisement lancées par des leaders religieux chrétiens et musulmans conduits par le Cardinal Christian Tumi n’ont pas décrispé la situation.

C’est sous l’angle fort habile du religieux que Nadine Machikou choisit dans ce dossier d’aborder la question anglophone, mettant en scène le croisement entre le registre de l’idéel et celui du fonctionnement de l’État stationnaire « au concret ». Le contexte religieux au Cameroun fait partie intégrante des joutes politiques 28  du pays et témoigne de l’historicité du politique dans ce pays. En revanche, la dimension magico-religieuse qui s’est inscrite au cœur des pratiques du pouvoir connaît une effervescence inédite depuis les années 1980. Cette galaxie religieuse, entre religions monothéistes et confréries ésotériques de toutes sortes, s’inscrit désormais au cœur des réseaux politiques. Les assassinats de religieux (au moins 14 depuis 1991 29 ) sont récurrents, avec des soupçons tout aussi fréquents de participation, réelle ou fantasmée, de personnalités politiques. Le Cameroun connaît une reconfiguration des pratiques religieuses sur fond de mysticisme. La trame de « l’invisible » dont traite le texte de Nadine Machikou confirme l’hypothèse de Jean-François Bayart qui en faisait un des « quatre schèmes culturels potentiellement contradictoires avec l’exigence libérale démocratique 30  ». Sous les balles, avec des milliers de déplacés, de morts et de blessés, l’État camerounais affronte sans doute une des crises les plus sérieuses de son histoire post-indépendante dont Nadine Machikou explore les représentations mystiques dont elle fait une analyse politique significative permettant de mieux appréhender cet État stationnaire sous un de ses aspects les plus problématiques.

La fissuration de l’ethos du Renouveau

Pendant les 36 années du régime Biya, trois ordres d’idéologies au moins ont dominé la rhétorique politique, à savoir le « renouveau », « le changement » et la « paix ». Le renouveau est directement inspiré du projet politique explicité par le président lui-même après son accession au pouvoir suite à la démission du premier dirigeant du pays Ahmadou Ahidjo en 1982. À travers son livre programme Pour le libéralisme communautaire 31 , le jeune président mettait en avant deux principes : rigueur et moralisation. Ces deux principes étaient censés apporter le « renouveau » et la « justice sociale » à la jeune nation camerounaise. Ces piliers axiologiques du « renouveau » se sont évaporés sous le rouleau compresseur de l’État stationnaire, l’émergence de Boko Haram et le conflit contre les sécessionnistes dans les régions anglophones du Cameroun. Autour de l’élection présidentielle du 7 octobre, les certitudes du régime, souvent portées par une rhétorique pacifiste, se sont muées en offensives contre des présumées « tentatives de déstabilisation » du Cameroun. Pour contrer la peur perceptible dans des rues désertées par des populations craignant l’escalade de la violence entre une opposition réinventée et des forces de l’ordre ayant investi l’ensemble de la ville, l’État stationnaire a repris l’argument largement éculé du complot contre le Cameroun. En pointant du doigt les séparatistes anglophones ou les rassemblements de l’opposition qui faciliteraient des attentats terroristes, le pouvoir a maintes fois instrumentalisé la peur, de telle sorte qu’à la fois ses fondements et ses causes se brouillent dans l’imaginaire des populations. Alors que la tension est montée d’un cran à la veille de l’élection, de nombreux Camerounais avaient en effet fait des provisions en soulignant sur les réseaux sociaux l’incertitude qui gagnait les rues ainsi que la peur de la contamination du reste du pays par la crise liée à Boko Haram et à la question anglophone.

Pour son avenir proche, nonobstant la propagande de la « stabilité du Cameroun », rien n’est écrit et l’année 2018 illustre, à travers cette échéance majeure, les lames de fond qui parcourent le Cameroun, au-delà de la partie visible de l’iceberg du « gouvernement perpétuel ». Dans ce dossier, Mathias Éric Owona Nguini et Hélène-Laure Menthong montrent comment, entre les années 1990 et 2010, la trajectoire politique de la démocratisation passive au Cameroun a été capturée par la stratégie dirigeante de gouvernement perpétuel. Ils dissèquent et analysent la démarche de pérennisation du pouvoir central étatique contrôlé par le Président Paul Biya et son régime du « Renouveau national » qui vise à neutraliser les possibilités d’alternance politique au Cameroun. Dans ce sens, les deux auteurs présentent la démocratisation camerounaise comme une démocratisation ambivalente et hybride qui oscille entre pluralisme et autoritarisme. Elle prend la forme d’une démocratisation janusienne que l’actualité électorale de 2018 médiatise fortement, de telle sorte que le mythe de Janus, sa double face et sa symbolique, sont l’expression de l’ambiguïté du Cameroun. Elle se situe entre le début de la fin de « la décompression autoritaire », pugnace mais fragilisée, et la perspective d’une renaissance sur les cendres d’un bloc hégémonique postcolonial 32  qui se fissure.

La question du pluralisme ambivalent de l’État stationnaire est la conséquence directe de l’éclatement de la vie politique dans les années 1990. Les différentes communautés ethno-régionales qui composent le Cameroun (environ 270 ethnies) se trouvaient jusque dans les années 1990 brimées dans le cadre du parti unique. La démocratisation et son multipartisme ont eu pour effet de libéraliser les formes d’associations, politiques notamment. Les partis qui s’affirment sur la scène politique échappent rarement à une cartographie régionale et linguistique, même si certains comme le SDF réussissent des alliances ponctuelles et recrutent des militants au-delà de leur base régionale. Ces différents partis vont pourtant s’enliser dans une compétition politique caractérisée par l’instrumentalisation de l’ethnie, du village, du clan, etc 33 . Pour participer au « partage du gâteau national » que contrôle et distribue le RDPC, il faut montrer qu’on est une voix qui porte au niveau local (au village) et qu’au nom de ce village on revendique une part. Dans ce jeu de dupe dont les premières et seules véritables victimes sont les Camerounais ordinaires n’appartenant pas aux « élites », l’« équilibre régional », cette politique héritée de la colonisation que Mahmood Mamdani, repris par Francis Nyamnjoh, présente comme un outil de « despotisme décentralisé », aide le gouvernement de Paul Biya à redistribuer sur une base ethno-régionale. Francis Nyamnjoh souligne à juste titre les conséquences en termes d’exacerbation de la compétition politique locale et de division des forces politiques à l’ère du renouveau :

« La politique de discorde et de conflit, ainsi que la lutte pour le pouvoir sont donc subtilement reléguées au niveau des régions, tandis que le président, à la manière d’un grand jongleur, se joue des élites régionales ou ethniques en les opposant les unes contre les autres. Le président peut rester au pouvoir et se faire réélire à plusieurs reprises, sans jamais avoir à aller personnellement en campagne dans les régions. Car, dans le système d’équilibre régional et ethnique, les élections présidentielles consistent moins à voter pour le président en tant que tel qu’à tester la popularité des élites du parti dans les différentes régions 34  ».

Si ce constat date des années 1990, il reste d’une incontestable actualité. La campagne pour les élections présidentielles d’octobre 2018 montre comment les élites travaillent à maintenir une « stabilité hégémonique » dans les villages. Dans ce scénario, le candidat sortant avait lancé sa campagne dans la région de l’Extrême-Nord à Maroua, en y prononçant un discours lapidaire et expéditif. En réalité, comme à l’accoutumée, les ministres, les directeurs généraux, les directeurs et les sous-directeurs, tous les hauts fonctionnaires et leurs obligés du parti-État étaient à pied d’œuvre dans la quasi-totalité du territoire depuis de longues semaines. Ils mobilisaient la main-d’œuvre étatique et faisaient main basse sur ses ressources. Ils participaient aux rituels « appels du peuple » à la candidature de Paul Biya, puis à son élection.

C’est dans ce registre que Jean-Marcellin Manga décrit dans ce dossier la dynamique des « appels » et des « contre-appels ». Il montre comment les appels à la candidature de Paul Biya se fondent sur des loyautés politiques à partir desquelles opère le socle clientéliste du régime en place. A contrario, il met également au jour la manière dont les contre-appels mettent en scène les stratégies plurielles des challengers qui travaillent à éroder le symbolisme d’un régime qui se veut surplombant.

Ce que Jean-Marcellin Manga décrit constitue un rituel de la domination politique et de la résistance symbolique qu’elle rencontre. Les « appels » à la candidature de Paul Biya, lancés à chaque échéance électorale depuis les années 1990, consacrent ce que Bourdieu appelait des « rites d’institutions ». En ce sens, explique Pierre Bourdieu : « parler de rite d’institution, c’est indiquer que tout rite tend à consacrer ou à légitimer, c’est-à-dire à faire méconnaître en tant qu’arbitraire et à reconnaître en tant que légitime, naturelle, une limite arbitraire 35  ». L’analyse de Pierre Bourdieu permet de préciser la structuration axiologique et cognitive de ce rite d’institution :

« Ainsi, l’acte d’institution est un acte de communication mais d’une espèce particulière : il signifie à quelqu’un son identité mais au sens à la fois où il la lui exprime et la lui impose en l’exprimant à la face de tous […] et en lui notifiant avec autorité ce qu’il est et ce qu’il a à être 36  ».

Réformer dans une ambiance de « fin de règne » : la gouvernance de la neutralisation

Comme la majorité des pays africains, l’État camerounais conduit des réformes post-ajustement, sous la houlette des institutions financières internationales (le FMI et la Banque mondiale). Cette co-construction de l’action publique s’effectue avec une kyrielle de partenaires : bilatéraux, privés, non gouvernementaux et associatifs dans ce qu’il est convenu de nommer « la matrice de l’action publique en Afrique 37 . Dans la perspective post-ajustement au Cameroun, sept grands secteurs vont constituer l’armature de ces grands projets impliquant des partenaires étrangers, notamment français : l’agro-industrie, l’énergie, les transports, le secteur des BTP (bâtiments et travaux publics), les télécommunications, la grande distribution, les banques et assurances. Ces domaines d’intervention impliquent des réseaux d’alliances entre les patronats camerounais (le Groupement interprofessionnel du Cameroun, Gicam) et français (le Mouvement des entreprises de France, Medef) qui se meuvent dans le contexte des affaires, surpolitisé et contrarié par l’inertie, l’entrisme et l’instrumentalisation de l’économie par l’administration 38 .

Dans cet environnement, les nouveaux partenaires du Cameroun (dont la Chine) côtoient le partenaire historique qu’est la France dont les entreprises sont désormais soutenues par la dynamique de « la diplomatie économique » qui place les ambassadeurs dans la position d’être des soutiens directs des projets français. Dans cette configuration, les conditionnalités politiques inhérentes à « la bonne gouvernance » ou à « la démocratie » sont minorées par rapport à la protection des intérêts économiques. Par ailleurs, le soutien de la France s’effectue également à travers un accord partenarial nommé le Contrat désendettement développement (C2D), dans le cadre de l’allégement de la dette des pays africains. Passé sous silence dans les débats politiques nationaux, le C2D représente pourtant un bon point d’observation de la confrontation entre la mise en œuvre des politiques publiques et le positionnement politique des autorités camerounaises depuis le début de l’année 2008 39  . Dans le cadre du troisième C2D signé le 30 juin 2016 entre le France et le Cameroun et qui couvre la période 2017-2025, trois conventions viennent de voir le jour. Le 28 juin 2018, à trois mois de l’élection présidentielle, ces trois conventions ont engagé l’Agence française de développement (AFD) et le ministre de l’Économie du Cameroun pour un montant de 58,4 millions d’euros (38,4 milliards de francs CFA). Ces conventions concernent respectivement la valorisation et la transformation des produits agricoles, un Fonds d’assistance technique à l’élaboration des politiques publiques pour les secteurs de l’éducation de base et de la santé et, enfin, un programme « Capitales régionales ». À cette occasion, ce programme est élargi aux villes de Maroua (Extrême-Nord) et de Bamenda (Nord-Ouest) 40.

Les domaines en question recouvrent deux types de priorités de la coopération économique et politique entre la France et le Cameroun : le développement agro-industriel et les politiques sociales qui souffrent de crises structurelles 41  . Dans l’ensemble, des tensions sont perceptibles dans le domaine des coalitions des secteurs privé et public. Les entrepreneurs privés doivent composer avec les élites du parti-État qui tentent de tirer profit des investissements dans tous les secteurs de l’économie, impactant alors de façon nocive le développement du pays. Ces constats sont avérés dans la quasi-totalité des domaines socio-économiques et notamment dans celui des investissements en lien avec les réformes de l’eau et de la gestion urbaine 42 . Ces situations expliquent en partie les collusions entre les marchés informel et formel, favorisant ainsi la montée des réseaux de l’État en constant redéploiement 43  .

46Le pilier de ce cercle vicieux porte un nom : la corruption. La prévarication et la monétarisation des relations sociales, y compris au sein des services publics, atteignent des niveaux tels qu’il est permis de renouveler l’hypothèse de « l’État néo-patrimonial », de confirmer au Cameroun, aujourd’hui deux fois plus qu’hier, « la politique du ventre » et d’ouvrir un débat froid sur l’ethos de l’État stationnaire au cœur de « l’un des systèmes de gouvernement parmi les plus opaques, les plus centralisés et les plus prosaïques de l’Afrique postcoloniale 44  ».

La dimension cognitive de cette question est abordée dans une perspective originale par Patrick Belinga à partir de la mise en œuvre du Programme participatif d’amélioration des bidonvilles (PPAB) dans la ville de Yaoundé. Il montre comment le pouvoir étatique promeut insidieusement la suspicion à l’endroit de la société civile. Suspicion « par le bas » d’une part : la stratégie du don a contribué à la diffusion du contrôle à l’égard des actions et des dépenses des acteurs associatifs. Suspicion « par le haut », d’autre part : la gestion par la suspicion, à travers la « décharge », a eu pour effet de légitimer la mise en place de mécanismes de contrôle et de discipline. Le registre de la suspicion rejoint ici les paradoxes de l’intégration de la « société civile » dans les projets de développement, entre imposition par le haut et construction ex nihilo des « organisations de la société civile » par les différents partenaires internationaux qui ont chacun leur « société civile », dédiée à servir leur « bailleur » (Union européenne, France, Allemagne, etc.), en construisant l’objet « société civile » qu’ils sont supposés mobiliser. Les projets de promotion de la qualité de vie en milieu urbain sont particulièrement propices à l’observation de ce phénomène qui touche tous les secteurs de l’appui aux projets de développement au Cameroun 45  .

Gérard Amougou et René Faustin Bobo Bobo abordent dans ce dossier un projet majeur de « l’émergence » du Cameroun : le port en eaux profondes de Kribi. Véritable serpent de mer, le port de Kribi incarne simultanément les péripéties de la gouvernance politique et économique au Cameroun, et la dissonance entre la reconnaissance officielle des enjeux et l’inertie des processus qui produisent et/ou reproduisent les alliances internes et externes qui font l’équilibre paradoxal de l’ordre politique au Cameroun. C’est un exemple symptomatique de l’État stationnaire qui conjugue l’illusion de l’ambition économico-industrielle à l’inertie instrumentale de l’« Étatrhizome 46  ». La question du port de Kribi constitue une véritable antienne des projets d’envergure au Cameroun depuis plusieurs décennies. Ce projet qui se situe entre finalisation officieuse et officielle rend compte de la tension qui existe entre la volonté développementaliste affichée par l’élite au pouvoir et les velléités d’inertie qui informent le développement politique au Cameroun.

Dans le contexte de la réforme des politiques pénitentiaires, enchâssées dans la configuration d’une gouvernance multi-niveaux, Marie Morelle, Patrick Awondo, Habmo Birwe et Georges Macaire Eyenga montrent comment la violence d’État voisine avec une pluralité d’interventions humanitaires à des échelles variables, comme des réformes administratives dans l’État camerounais contemporain. Les auteurs nous invitent à saisir l’État, en divers sites et temporalités, dans les couloirs des ministères et des administrations comme dans les prisons, au gré des accords de coopération avec des agences internationales et des ONG, comme des pratiques des gardiens et des détenus. Par l’entrée empirique de la prison, c’est la question de la capacité à (se) réformer sans réformer qui est posée et la discussion sur l’État stationnaire qui est éclairée à travers cette contribution, illustrée par une série inédite de cartes qui fixent le regard sur le déploiement de la coopération internationale confrontée aux forces de la gouvernance nationale.

Masculinité, séniorité, notabilité 47  : l’ethos de la régulation de l’État stationnaire

Dans le contexte général de l’État stationnaire qui définit ici la situation camerounaise, le moment d’historicité qu’a constitué l’élection présidentielle d’octobre 2018 renforce ce qui était présenté comme l’ethos du pouvoir politique au Cameroun : « masculinité, notabilité, séniorité ». Si l’item de la séniorité a été contrarié par quatre candidats sur neuf ayant moins de 50 ans, cela apparaît comme un épisode dans la gestion du politique au Cameroun, d’abord parce que la pérennité de leur engagement politique reste une hypothèse et surtout parce que les données biographiques du personnel politique camerounais montrent que le sommet de l’État est occupé par des octogénaires et des septuagénaires. Le chef de l’État a 85 ans, le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, 84 ans ; le président du Conseil constitutionnel est âgé de 77 ans ; le président de l’Assemblée nationale, Djibril Cavaye Yeguié, a 78 ans. La notabilité traditionnelle s’est illustrée par le fait que le Conseil des chefs traditionnels a appelé à voter pour le président Biya :

« Nous, Chefs traditionnels du Cameroun regroupés au sein du Conseil national des chefs traditionnels du Cameroun, membres du Bureau exécutif et du Comité des sages réunis ce jour 7 juillet 2018, prenant en compte la situation sociopolitique et sécuritaire actuelle et, l’imminence des importantes échéances électorales prévues cette année, adressons à Votre Excellence, cette motion de soutien et d’encouragement, à poursuivre avec détermination, votre œuvre politique de construction d’un Cameroun prospère, paisible et indivisible, jaloux de sa diversité et de son vivre ensemble, un Cameroun toujours plus fort 48  ».

Aucune femme n’était candidate à l’élection présidentielle de 2018 et la figure de proue de l’engagement politique des femmes, Edith Kah Walla, leader du Cameroon’s People Party (CCP), a expliqué qu’elle ne présentait pas sa candidature parce que les conditions de transparence et d’impartialité n’étaient pas réunies pour un scrutin équitable 49 .

53De ce point de vue, Kah Walla a sans doute pris le parti de ne pas se présenter à une consultation électorale dont le résultat était prévisible, dans les conditions décrites dans ce dossier de la matrice de l’État stationnaire. Se pose ici la question de la résistance passive des cadets sociaux qu’il serait dommage de passer sous silence, même si elle n’est pas directement abordée dans ce dossier. La question de la participation politique des femmes et des jeunes, face au pouvoir de la masculinité, de la notabilité et de la séniorité, n’a été visible qu’au travers de l’effervescence des jeunes dans les réseaux sociaux et de la mobilisation portée par deux des plus jeunes candidats à l’élection de 2018, Cabral Libii (38 ans) et Serge Espoir Matomba (39 ans). La question des rapports de genre dans la vie sociale et politique mérite d’être soulignée ici parce qu’elle constitue un des angles morts du changement politique et social du Cameroun auquel l’État stationnaire résiste le mieux, même si les dynamiques de la participation politique des femmes sont réelles et contradictoires du fait de cette absence de visibilité.

Alors qu’un des plus grands philosophes de l’Afrique contemporaine, le Camerounais Fabien Eboussi Boulaga, vient de nous quitter, la journaliste Fanny Pigeaud a republié sur son compte Twitter 50 , en guise d’hommage, des morceaux choisis des entretiens qu’ils avaient eus dans le cadre de l’écriture de l’ouvrage Au Cameroun de Paul Biya 51 . Ils résonnent comme un écho de la force d’une pensée critique et de l’acuité de l’analyse structurelle du Cameroun : « La médiocrité est au pouvoir, elle empêche toute autre chose de s’exprimer et se reproduit ». Au-delà de cette lecture abrupte, il semble que quelque chose soit en train de se redessiner sur le socle d’un État stationnaire qui commence à être confronté à la reconnaissance et à la visibilisation d’un autre Cameroun. Fabien Eboussi Boulaga disait dans le même entretien que « les choses peuvent exploser, mais elles peuvent aussi imploser. Ça peut être un pourrissement sur pied, quelque chose qui se défait ». Les sociétés humaines sont imprévisibles et le Cameroun si bien décrit par le philosophe porte également les germes d’une renaissance que les joutes post-électorales ont révélée. Entre le pourrissement et le réveil, le Cameroun bruisse de sons qui s’apparentent simultanément à un chant du cygne et à une ode au changement. Pour l’heure, la situation du Cameroun que décrivent les six contributions réunies dans ce dossier atteste bien de la cohérence paradoxale entre l’atopie de l’action publique, le verrouillage du système politique, et une relative ouverture des arènes politiques face au mur de l’État stationnaire.

  1. J.-F. Bayart, « “Dessine-moi un MENA !”, ou l’impossible définition des aires culturelles », Sociétés politiques comparées, n° 38, 2016, p. 21 et suivantes, voir notamment la partie « Moments d’historicité, situations, espaces historiques » (p. 21-28). []
  2. J.-F. Médard, « L’État sous-développé au Cameroun », Année africaine, 1977, Paris, Pedone, 1979, p. 35-84. []
  3. A. Mbembe, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000. []
  4. M.-E. Pommerolle, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, 2008, p. 73-94. []
  5. P. Geschiere, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala, 1995 []
  6. F. Pigeaud, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala, coll. « Les terrains du siècle », 2011. []
  7. J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989. []
  8. Voir la vidéo de la conférence de presse : <https://www.youtube.com/watch?v=X2xBFFfKWDo>, consulté le 8 novembre 2018.  ». Cet « État ailleurs » nécessite aussi une analyse de sa « périphérie » qui relativise la puissance du centre directeur de Yaoundé  ((L. Sindjoun, L’État ailleurs. Entre noyau dur et case vide, Paris, Economica, 2002. []
  9. J.-F. Bayart, L’État en Afrique…, op. cit. []
  10. É. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993 [1895], p. 14. []
  11. Voir L. Sindjoun, Le président de la République au Cameroun, 1982-1996 : les acteurs et leur rôle dans le jeu politique, Talence, Centre d’étude d’Afrique noire, coll. « Travaux et documents » n° 50, 1996. []
  12. Ibid. []
  13. Le « sommeil paradoxal » se définit comme l’articulation entre une phase de sommeil très profond avec une paralysie des muscles (l’action publique et les réformes) et des signes d’éveil attestés par des mouvements incessants des yeux (le contrôle politique des élites). []
  14. J.-F. Bayart, L’État au Cameroun, Paris, Presse de la FNSP, 1979. []
  15. D. Cogneau, M. Razafindrakoto et F. Roubaud, « Le secteur informel urbain et l’ajustement au Cameroun », Revue d’économie du développement, vol. 4, n° 3, 1996, p. 28. []
  16. J.-J. Aerts, D. Cogneau, J. Herrera, G. de Monchy et F. Roubaud, L’économie camerounaise. Un espoir évanoui, Paris, Karthala, coll. « Les Afriques », 2000. []
  17. D. Cogneau et al., « Le secteur informel urbain… », art. cité, p. 28 []
  18. L. Sindjoun, L’État ailleurs…, op. cit. []
  19. Transparency International, Corruption Perceptions Index 1999, <https://www.transparency.org/research/cpi/cpi_1999/0>, consulté le 7 novembre 2018. []
  20. Une clause financière du code électoral permet une sélection quasi censitaire des candidats, à savoir une caution de 30 millions de francs CFA, l’équivalent de plus de 45 000 euros. Une barrière politique réduit les chances des candidats indépendants qui doivent réunir 300 signatures, à raison de 10 signatures de dignitaires dans chacune des 10 régions du Cameroun (élus, chefs traditionnels de premier degré). []
  21. Les autres candidats sont : Adamou Ndam Njoya (76 ans), maire de Foumban et ancien ministre sous Ahidjo ; Garga Haman Adji (74 ans), ancien inspecter général de l’État sous Ahidjo et ancien ministre de la fonction publique de Paul Biya ; Serge Espoir Matomba (39 ans), conseiller municipal de Douala IV ; Franklin Ndifor Afanwi (39 ans), ancien ingénieur informaticien devenu pasteur pentecôtiste. []
  22. Le Conseil constitutionnel a été créé par la loi N°96/06 du 18 janvier 1996 mais il n’a vu le jour qu’à l’occasion de cette année électorale 2018, en janvier. Ses 11 membres sont nommés par décret présidentiel, suite à des propositions du président de la République (3 membres), du président de l’Assemblée nationale (3 membres) et du président du Sénat (3 membres) – le président du Sénat et le président de l’Assemblée nationale sont nommés par le président de la République – et du Conseil supérieur de la magistrature (2 membres). Voir <https://www.prc.cm/fr/le-cameroun/les-institutions/177-le-conseil-constitutionnel>, consulté le 5 novembre 2018. []
  23. La structure dénommée Election Cameroon (Elecam) est créée par la loi 2006/011 du 29 décembre 2006, mais ne voit le jour que le 30 décembre 2008 à la suite de la nomination des membres du Conseil électoral par décret présidentiel. 18 membres constituent ce Conseil électoral, dont un président et un vice-président. Elecam a pris la suite de l’Office national des élections (Onel) créé par décret présidentiel le 19 décembre 2000 et dont les 11 membres nommés le 10 octobre 2001 appartenaient à l’époque en majorité au parti dominant, le RDPC. Voir « Le premier défi de l’Onel » [en ligne], Cameroon-info.net, 21 juin 2002, <http://www.cameroon-info.net/article/le-premier-defide-lonel-79413.html>, consulté le 5 novembre 2018. []
  24. Voir le Code électoral : <http://www.electionpassport.com/files/Cameroon-Electoral-Code-French.pdf>, consulté le 5 novembre 2018. []
  25. A.Mbembe, « [Tribune] Au Cameroun, le changement ne viendra pas par les urnes » [en ligne], Jeune Afrique, 27 octobre 2018, <https://www.jeuneafrique.com/654570/politique/tribune-au-cameroun-le-changement-ne-viendra-pas-des-urnes/>, consulté le 5 novembre 2018. []
  26. L. Sindjoun, L’État ailleurs…, op. cit. []
  27. Sur l’histoire de la « question anglophone », voir P. Konings et F. B. Nyamnjoh, Negotiating an Anglophone Identity, Leiden, Brill, coll. « Afrika-Studiecentrum Series », 2003. Pour les développements récents et les enjeux de cette crise depuis 2016, lire International Crisis Group, « Cameroon’s Anglophone Crisis at the Crossroad » [en ligne], Africa Report, n° 250, 2 août 2017, <https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/cameroon/250-cameroons-anglophone-crisis-crossroads>, consulté le 5 novembre 2018. []
  28. P. Geschiere, Sorcellerie et politique en Afrique…, op. cit. []
  29. Voir une liste non exhaustive : <https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/NewsArchive/Voici-la-liste-non-exhaustive-des-r-ligieux-assassin-s-au-Cameroun-413583>, consulté le 5 novembre 2018. []
  30. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire : “La Baule et puis après ?” », Politique africaine, n° 43, 1991, p. 15. []
  31. P. Biya, Pour le libéralisme communautaire, Lausanne, Favre, 2018 [1987]. []
  32. J.-F. Bayart, L’État en Afrique…, op. cit. []
  33. J.-F. Bayart, P. Geschiere et F. B. Nyamnjoh, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, n° 10, 2001, p. 177-194. []
  34. F. B. Nyamnjoh, « Cameroon : A Country United by Ethnic Ambition and Difference », African Affairs, vol. 98, n° 390, 1999, p. 106. []
  35. P. Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 43, 1982, p. 58. Souligné par l’auteur.  ». Ainsi, les « appels » que Jean-Marcellin Manga examine mettent en évidence le zèle de certains dignitaires du régime et soulignent en même temps leur volonté de se montrer acquis à une cause pour laquelle le « silence » soumettrait l’individu et les groupes à l’incertitude des décisions du prince. Ces « appels » montrent une mécanique du parti dominant qui génère des réflexes quasi pavloviens dont la fonction consiste davantage à protéger qu’à soutenir la politique du prince dont aucune réalisation concrète n’est jamais mise en avant. Les initiateurs des « appels » érigent ainsi des barrières supposées séparer les semblables des « autres », en façonnant de matière artificielle des assignations identitaires qui se rapportent à des clivages politiques, des allégeances ethno-régionales, la complicité et/ou la duplicité des chefs traditionnels, des responsables administratifs, des sportifs et, plus récemment, des artistes.

    Dans cette dynamique, l’objectif consiste à déclamer la soumission d’un ensemble composite auquel les auteurs des « appels » donnent une identité univoque, au risque parfois de bafouer la logique institutionnelle la plus élémentaire. Ainsi, lorsque le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, a décidé de conduire une liste des « élites du Sud » (la région d’origine du président Biya) dans une motion de soutien intitulée « Le Sud a son candidat : c’est Paul Biya », ladite liste comportait le nom d’un membre du Conseil constitutionnel, Jean Foumane Akame. La désapprobation des médias indépendants et des réseaux sociaux a entraîné une volte-face de l’auteur de « l’appel » qui a argué d’une erreur, affirmant qu’il s’était trompé entre la personnalité en question (Monsieur Jean Foumane Akame) et son épouse (Madame Marie Foumane Akame). En présentant ses excuses à Jean Foumane Akame, le ministre de l’Enseignement supérieur avouait donc implicitement que sa liste avait été constituée sans l’avis et l’aval des signataires, assignés de facto dans le giron du régime. « Et comme tel, il présente ses excuses les plus sincères à Foumane Akame, ainsi que l’institution le conseil constitutionnel, dont “l’image et la crédibilité ont pu être involontairement écornées”  ((C. Wabo, « Cameroun : Fame Ndongo présente ses excuses à Foumane Akame cité dans une motion de soutien à Paul Biya » [en ligne], Le Bled parle, 29 mai 2018, <https://www.lebledparle.com/actu/politique/1104607-cameroun-fame-ndongo-presente-ses-excuses-a-foumane-akame-et-au-conseil-constitutionnel>, consulté le 5 novembre 2018. []

  36. P. Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », art. cité, p. 60. Souligné par l’auteur. []
  37. F. Eboko, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à l’analyse de la globalisation des politiques publiques, Paris, Karthala, 2015.  ». Au-delà de la propagande sur le thème des « grandes réalisations », ces réformes révèlent un jeu qui énonce un équilibre paradoxal de la scène politique au Cameroun : la gouvernance de la neutralisation. Il s’agit d’un jeu à somme nulle qui consiste à neutraliser toute velléité d’émergence d’une figure morale ou physique pouvant incarner une réussite ou un succès. C’est un phénomène qui recouvre plusieurs dimensions que ce dossier aborde à travers trois contributions. Celles-ci concernent directement les politiques et l’action publique (les policies), tandis que les trois textes précédents portaient davantage sur les arènes politiques (les politics). L’action publique au Cameroun s’intègre dans l’histoire contrastée des politiques de développement de ce pays depuis son indépendance. En effet, les grands projets agro-industriels du Cameroun trouvent leur essence dans les années 1960-1970 sous l’impulsion des programmes quinquennaux, au fondement de la « planification » en Afrique pendant cette période  ((Voir B. Samuel (dir.), « Raisons et imaginaires de la planification », Politique africaine, n° 145, 2017. []
  38. Ces développements économiques se sont nourris des conseils et des orientations de Fritz Eboko Ekoka, dans le cadre de la préparation de ce dossier et du dossier n° 145 de Politique africaine portant sur la planification. Voir B. Samuel (dir.), « Raisons et imaginaires de la planification », op. cit. Voir aussi dans ce dossier l’article de G. Amougou et F. Bobo Bobo. Nous remercions à titre posthume F. Eboko Ekoka qui nous a quittés le 11 septembre 2018. []
  39. Le C2D vise à résorber une dette du Cameroun vis-à-vis de la France de 957milliards de francs CFA, soit presque 1,5 milliard d’euros. Voir Agence française de développement, « Comprendre le C2D : le principe, les réalisations, les nouveaux projets » [en ligne], 10 janvier 2018, <https://cm.ambafrance.org/Comprendre-le-C2D-le-principe-les-realisations-les-nouveaux-projets>, consulté le 5 novembre 2018. []
  40. Agence française de développement, « Signature de trois conventions sur fonds C2D » [en ligne], 30 août 2018, <https://cm.ambafrance.org/Signature-de-trois-conventions-sur-fonds-C2D>, consulté le 5 novembre 2018. []
  41. Voir F. Chabrol, « Viral Hepatitis and Hospital Infrastructure in Ruins in Cameroon », Medical Anthropology, à paraître, 2018. []
  42. V. L. N. Tenkap, « L’action publique urbaine à l’épreuve des réformes du service d’eau à Douala (Cameroun) », Géocarrefour, vol. 90, n° 1, 2015, p. 61-71. Voir aussi l’article de Patrick Belinga dans ce dossier. []
  43. B. Hibou, « Retrait ou redéploiement de l’État ? », Critique internationale, n° 1, 1998, p. 151-168. []
  44. À ce sujet, voir l’interview d’A. Mbembe, « Au Cameroun, le crépuscule d’une dictature à huis clos » [en ligne], Le Monde Afrique, 9 octobre 2017, <http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/09/au-cameroun-le-crepuscule-d-une-dictature-a-huis-clos_5198501_3212.html#HXw803hR2kVK6WT3.99>, consulté le 5 novembre 2018. []
  45. Voir F. Eboko, « La société civile au Cameroun : genèse et affirmation », in R. Otayek (dir.), Les sociétés civiles au Sud. Un état des lieux dans trois pays de la ZSP Ghana, Cameroun, Maroc, Paris/ Bordeaux, Direction générale de la coopération internationale et du développement, Ministère des Affaires étrangères/CEAN, 2004, p. 39-46. []
  46. J.-F. Bayart, L’État en Afrique…, op. cit. []
  47. Voir F. Eboko, « Les élites politiques au Cameroun. Le renouvellement sans renouveau ? », in J.-P. Daloz (dir.), Le (non-)renouvellement des élites en Afrique subsaharienne, Bordeaux, CEAN, 1999, p. 99-133. []
  48. « Le Conseil des chefs traditionnels du Cameroun vote pour Paul Biya » [en ligne], Camer.be, 1er août 2018, <https://www.camer.be/69409/6:1/cameroon-le-conseil-des-chefs-traditionnels-du-cameroun-vote-paul-biya.html>, consulté le 5 novembre 2018. []
  49. « Cameroun-Officiel : Edith Kah Walla ne sera pas candidate à la présidentielle de 2018 », Le Bled parle, 10 mai 2018, <https://www.lebledparle.com/actu/politique/1104501-cameroun-officiel-edithkah-walla-ne-sera-pas-candidate-a-la-presidentielle-de-2018>, consulté le 5 novembre 2018. []
  50. Twitter, @fpigeaud, 14 octobre 2018. []
  51. F. Pigeaud, Au Cameroun de Paul Biya, op. cit. []

La « radicalisation » aide-t-elle à mieux penser ?

Introduction au dossier N°149, par
Roland Marchal, Zekeria Ould Ahmed Salem

Le présent dossier de Politique africaine a été conçu comme une invitation à penser la radicalisation en dehors du seul paradigme sécuritaire et des études sur le terrorisme. Dans un domaine où les médias et les « experts », parfois autoproclamés, semblent avoir dominé le discours public, il revient précisément aux sciences sociales de s’interroger non seulement sur l’adéquation de cette terminologie avec les phénomènes sociaux et politiques qu’elle cherche à saisir, mais aussi sur sa genèse et ses usages concrets. Il leur revient aussi et surtout de chercher à déterminer quels sont les présupposés et les implications de l’approche en termes de radicalisation sur l’action publique, la participation politique et la vie religieuse et sociale. C’est dans ce cadre que des cas empiriques spécifiquement africains pourraient servir de point d’appui comparatif à une analyse critique de ladite radicalisation. De quoi la radicalisation est-elle le nom sur le continent ? Comment la radicalisation religieuse, réelle ou perçue, touche-t-elle la vie politique, les rapports sociaux, et les modes de gouvernance dans le contexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme » et des projets de dé-radicalisation ? En quoi les recherches sur le terrorisme ou la radicalisation, ainsi que l’offre de consultance sur ce sujet modifient ou affectent-elles les recherches sur d’autres objets comme la formation de l’État, l’économie politique, les inégalités ou le changement social ? Comment peut-on échapper à la « surinterprétation religieuse » des phénomènes politiques sans négliger la justification religieuse des violences ?

La perspective analytique ainsi retenue se justifie triplement. D’abord, il s’agit d’une interrogation légitime sur l’usage contre-productif d’une notion – la radicalisation – vite sortie de son cadre analytique habituel 1  pour organiser le discours des autorités publiques ; à en croire les discours ambiants diffusés par les élites politiques comme par les spécialistes du sujet, la radicalisation serait d’abord individuelle, islamiste, salafiste et djihadiste, et elle ne serait que cela. Elle concernerait le domaine personnel, psychologique ou théologique.
Il faut reconnaître que les responsables politiques occidentaux n’ont guère pris de précautions pour amalgamer ces termes et nourrir la confusion du débat public, tout en abondant dans le sens d’opinions publiques européennes imprégnées depuis plusieurs années par l’islamophobie assumée, la peur des migrants et l’angoisse « identitaire ». Pour être problématique 2 , la reprise sur des bases identiques de la notion de radicalisation par une partie des chercheurs n’est pas en soi inédite. Après tout, ce type de circulation conceptuelle se produit plus souvent qu’on ne veut bien l’admettre. De l’« État failli » à l’« État fragile » en passant par les « espaces “in-gouvernés” » ou la « gouvernance hybride », la liste serait longue de ces notions issues du (ou retravaillées par le) discours politique et idéologique des gouvernants et reprises bien rapidement par les chercheurs. Ce qui pose problème, c’est autant l’importation dans le champ de la recherche de catégories mobilisées pour justifier des politiques publiques que l’incapacité des chercheurs à marquer leur autonomie intellectuelle. Il est vrai que la tentation est grande et la pression réelle dans des contextes marqués par des offres de financements exceptionnels souvent consentis dans l’urgence, parfois en réponse directe à des attentats terroristes.

Ensuite, la vulgate de la radicalisation et l’accent mis sur la radicalisation idéologique comme première étape vers le basculement dans la violence font courir le risque de mettre entre parenthèses des spécificités propres à des aires particulières. Ainsi, il va de soi que l’islam a, dans les sociétés africaines, une histoire plus riche et plus complexe que dans les sociétés occidentales ou européennes. En particulier, et contrairement au cliché éculé de « l’islam noir », il ne se réduit jamais à une opposition binaire entre un bon islam soufi quiétiste et un islam salafiste prompt à la violence 3 . Il y a donc une inquiétude sur le champ sémantique ainsi ouvert alors même que certains pays du continent africain sont aujourd’hui installés dans des guerres longues et sanglantes qualifiées de djihadisme et de lutte contre le djihadisme. Or la guerre produit des effets sociaux et idéologiques propres, et les mécanismes de l’engagement violent ou pas relèvent de logiques plus enracinées dans les sociétés locales qu’ils peuvent l’être en Europe. D’ailleurs, dans ces guerres menées par des groupes qualifiés de djihadistes, la recherche doit prendre au sérieux la question des organisations et des acteurs armés collectifs dont le comportement, les valeurs et les actions ne peuvent être analysés à la seule lumière de la radicalisation ou de la mise en application plus ou moins profonde de dogmes salafistes, supposés de façon uniforme intrinsèquement violents, d’autant que les conclusions de la recherche scientifique sur cette possible généalogie salafiste sont autrement plus nuancées 4 .

Enfin, contrairement à la tendance générale, il n’est pas question de laisser à la marge le rôle des États dans ces dynamiques complexes. En l’occurrence, il ne s’agit pas seulement de souligner, comme on commence à le faire dans les médias à la suite d’études plus scientifiques, l’ambivalence des comportements des corps habillés et la violence de l’État vis-à-vis de certaines populations 5 , mais aussi et surtout de tenter de comprendre ce qui se joue, au travers de ces trajectoires dites de radicalisation, dans le récit national et la construction de ces États. La radicalisation n’est donc plus seulement celle des mouvements armés mais aussi celle d’États ou de systèmes d’États soudain questionnés sur certains de leurs fondements. Par exemple, si elle rencontre un écho dans certains secteurs de la population, la critique djihadiste de l’État malien porte surtout sur des aspects qui se réfèrent soit à ses fondations coloniales soit à son insertion dans la globalisation et à son rapport avec les acteurs internationaux impliqués dans la lutte contre l’islamisme radical. Si l’on présente les mouvements djihadistes comme des menaces pour l’existence des États, il faut identifier les sources de vulnérabilité dans la construction même de ces derniers. Comme en témoigne la constitution, cette année même sur la frontière nigéro-malienne, d’une zone d’activisme djihadiste, le terrorisme fleurit dans des zones où l’insécurité a été sciemment sous-estimée, voire entretenue indirectement par les administrations centrales. La focalisation exclusive sur la lutte contre la radicalisation se fait parfois au détriment de la lutte contre d’autres facteurs d’instabilité, faisant ainsi le lit de soulèvements futurs, qu’ils soient qualifiés d’islamistes ou pas. Comme la recherche de terrain la plus récente l’a démontré, l’appui par exemple à des milices dites d’autodéfense au nom de la guerre contre le terrorisme a clairement servi les groupes violents en aggravant les tensions communautaires locales et en renvoyant aux calendes grecques toute approche politique des problèmes objectifs existants 6 .

Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que les approches les plus répandues pour traiter de la radicalisation ne passent pas le test de la rigueur scientifique. Au terme d’une revue critique par deux des pionniers des études sur la radicalisation terroriste, il apparaît que 45 % des travaux recensés sur le sujet ne sont rigoureux ni sur le plan méthodologique, ni sur le plan empirique 7 . En dehors de ces experts « ès radicalisme », nombre de spécialistes de la violence religieuse, notamment islamique, ont exprimé leur profond scepticisme par rapport à l’usage même d’un tel concept. Par exemple, en s’appuyant sur une revue des travaux sur le sujet, Mark Sedgwick a montré que, malgré son omniprésence, le terme de radicalisation est « source de confusion », précisément parce qu’il n’y a aucun consensus autour de sa signification, ce qui l’a même incité à en déconseiller l’usage 8 .

De la difficulté de nommer et de penser la radicalisation

Pourtant, même s’ils décident le plus souvent de l’ignorer, les experts de la radicalisation ne sont pas, à leur décharge, les seuls à se retrouver confrontés à la tension existante entre les biais introduits par cette notion et la nécessité de tenir compte de l’objet polysémique qu’il est devenu au fil de ses usages. Or, si, du fait de sa politisation excessive et de son ambiguïté analytique, le terme « radicalisation » peut se révéler contre-productif, il est paradoxalement appelé à figurer au nombre de ces catégories par défaut dont l’emploi durera. Par contre, et c’est le pari du présent dossier, il doit être strictement encadré et ses implications concrètes prises en compte de façon systématique.

C’est d’ailleurs pour cette raison précise que, contrairement à ce qu’on aurait pu comprendre a priori, ce dossier n’avait pas pour objectif de documenter la « radicalisation » des sociétés ou de certains pays donnés, ni de décrire des groupes dits radicaux, encore moins de produire des analyses géopolitiques sur l’avancée de l’extrémisme (forcément islamiste) au sud du Sahara. Il s’agissait plutôt d’aborder ces questions complexes à partir, mais surtout au-delà des études descriptives et superficielles du djihadisme. Loin de vouloir reproduire une catégorie du discours et de l’intervention publique nationale et internationale, ou de prétendre expliquer les processus de basculement dans la violence « fondamentaliste », notre objectif principal est de comprendre comment l’approche en termes de radicalisation affecte la vie sociale, politique et religieuse des sociétés africaines et produit des effets inattendus souvent ignorés ou passés sous silence.

Il ne s’agit pas ici de proposer une meilleure définition de la notion de radicalisation, qu’on opposerait à celle qui a surgi dans le débat public, essentiellement après les attentats de Madrid en mars 2004 et de Londres en juillet 2005. De nombreux chercheurs ont travaillé avec ou sur cette catégorie pour analyser les mouvements sociaux et en ont fait un usage circonstanciel rigoureux 9 . Leurs travaux indiquent combien elle peut être utile pour l’étude de mouvements violents à condition qu’elle soit bien insérée dans un cadre problématique qui évite les basculements vers le sens commun et les a priori idéologiques du moment.

Dans l’après-11 septembre 2001, le terme « radicalisation » est adopté pour qualifier de façon toute spécifique « ce qui se passe dans la tête » des terroristes occidentaux (home-grown terrorists) « avant que la bombe n’explose », pour reprendre les mots de Peter Neumann 10 , l’un des nombreux pères de ces études. Ce dernier fait également remarquer que la mobilisation d’une telle notion permet d’éluder le « pourquoi » au profit du « comment ». Ainsi, on évite de revenir sur les possibles causes sociales ou politiques qui auraient pu motiver un acte de terrorisme et donc, pour certains, justifier un tel usage de la violence pour s’intéresser aux conditions du passage à l’acte. Cette catégorie est devenue à ce point omniprésente dans le débat public international qu’aucun contexte géographique touché un tant soit peu par le « djihadisme » n’y échappe. Plus qu’un mot-clef, la « radicalisation » est désormais le concept central en usage dans les cercles du contre-terrorisme global, des experts de l’islamisme et des médias, mais aussi des chercheurs en sciences sociales, pour désigner la conversion ou le basculement de groupes ou d’individus dans des idéologies et des actions violentes au nom de l’islam dit « radical ».

Aujourd’hui, il y a un ensemble d’idées préconçues qui guident l’usage du terme dans l’espace public. Par exemple, il est communément admis que l’idéologie islamiste est un facteur essentiel dans le processus de radicalisation et qu’en conséquence la prévention doit s’intéresser de façon prioritaire aux idées extrémistes, aux mosquées et aux imams radicaux. Pourtant, l’analyse des trajectoires individuelles des terroristes n’abonde pas dans ce sens de façon aussi mécanique 11  et il faut se demander si cette disparité correspond à un choix politique qui vise en fait plusieurs cibles : le terroriste et son éventuel maître-penseur, mais aussi les expressions d’un islam politique qui sont perçues comme un danger existentiel pour la laïcité par certains secteurs de la gauche (voir un mouvement comme Le Printemps républicain), et de la droite et de l’extrême droite européenne.

En Afrique, l’importation d’une telle notion conduit aujourd’hui à des anomalies qui auraient pu être considérées comme cocasses n’eût été la gravité des enjeux. Par exemple, en mars 2018, le Secrétariat permanent du G-5 Sahel lançait un appel à candidatures pour le recrutement d’un consultant chargé d’élaborer un « lexique de la radicalisation et de l’extrémisme violent 12  ». Après avoir rappelé d’emblée que cette consultance entre « dans le cadre du partenariat » entre cette toute nouvelle organisation sous-régionale et l’USAID, les « termes de références » justifient l’utilisation d’un tel lexique du fait de « l’inflation des mots » consécutive à « l’apparition du phénomène du terrorisme, en particulier ces vingt dernières années ». Son adoption permettrait d’éviter des termes « dangereux et contre-productifs [qui] charrient des stéréotypes et des préjugés contre des sociétés, des cultures ou des religions ». D’ailleurs, « dans ce monde de compétition de sens où les institutions comme les États développent leurs propres lexiques », il conviendrait d’éviter à tout prix « l’incompréhension totale souvent installée par l’usage sans discernement du lexique de la radicalisation ». Dès lors, « la nécessité de promouvoir un “jargon” du G5 Sahel dans le domaine s’impose ». Ce jargon devrait être « standardisé, connu et vulgarisé », et « faire avancer la connaissance et la compréhension dans le domaine de manière scientifique, dépassionnée et constructive ». D’ailleurs, « le lexique a pour objectif de promouvoir un vocabulaire politiquement correct pour les États du G5 Sahel et encourager son utilisation » par l’administration et les acteurs des pays concernés. Le consultant retenu devrait non seulement dresser la liste des termes déjà employés et leur définition, mais aussi « définir les précautions et subtilités liées à l’usage de certains mots », et faire des « suggestions des mots à bannir 13 ».

Sans vouloir préjuger du résultat final d’un tel exercice lexicologique, la mission confiée au « spécialiste » chargé d’affiner un tel glossaire n’est guère aisée, ne serait-ce que parce que la recherche d’équivalents ou la traduction des termes retenus en langues locales et leur appropriation par les « groupes cibles » (quelle que soit la nature de ces groupes par ailleurs) poseront de sérieux défis. En attendant, on aura remarqué qu’en l’occurrence, il ne s’agit pas de remettre en question la « radicalisation » comme catégorie d’analyse et de perception mais simplement de proposer un « vocabulaire » pour en décliner, de façon « politiquement correcte » (sic) pour les États et les populations concernés, les usages et les nuances éventuelles 14 .

Pourtant, la catégorie « radicalisation » a fait l’objet de critiques savantes ou plus politiques qui auraient pu inspirer une plus grande prudence dans l’usage du terme. Mais on sait la force du sens commun et le besoin pour les responsables politiques de nommer le mal. Les réserves sont connues et on peut citer les plus importantes 15 . D’abord, il n’y a pas de lien mécanique entre radicalisation cognitive ou idéologique et radicalisation comportementale : la dénonciation du salafisme 16  a sans doute de solides arguments mais elle ne peut simplement prouver que l’adhésion à cet entendement de l’islam est mécaniquement une incitation à mobiliser la violence terroriste. Ensuite, la démarche dite « radicale » est rarement individuelle ou le simple résultat d’une faiblesse psychologique, pas plus d’ailleurs qu’elle n’est essentiellement l’effet de la marginalité ou de la précarité sociale 17 . Enfin, la radicalisation doit être conçue comme un processus non linéaire qui n’est pas seulement ou fondamentalement idéologique, mais aussi politisé et socialisé. Cette reconnaissance de certaines « causes objectives » n’équivaut pas à comprendre la radicalisation comme une vengeance a priori pour les humiliations perçues et subies, perpétrées par les gouvernants ou la « communauté occidentale 18 ». Les adhésions se font dans des milieux sociaux très différents et rarement parmi les plus démunis : les cibles privilégiées du « radicalisme violent » ne sont pas les dominants ou leurs parrains internationaux, mais plutôt les pays et les milieux sociaux dont sont issus les « radicaux ».

Articuler la radicalisation à des dynamiques sociales collectives

Si l’islam fournit le langage de la violence armée et terroriste aujourd’hui, les populations des pays concernés n’ont pas les mêmes naïvetés que celles des dirigeants occidentaux pour lier mécaniquement leur religion et un comportement violent. Cet écart doit susciter une saine discussion sur les postulats souvent implicites des discours occidentaux. La radicalisation n’est pas seulement là où l’on veut la voir. Une limite de ce dossier est sans doute de n’avoir pu étudier la radicalisation islamique dans ce jeu de miroirs avec d’autres formes de radicalisations non islamiques, voire de co-radicalisations 19  dans un contexte où, par exemple, des radicalismes violents antimusulmans (tels les mouvements anti-Balaka en République centrafricaine) sont inspirés par des Églises du réveil. Du reste, on sait que les fondamentalismes de toutes les religions apparaissent souvent comme des « ennemis complémentaires 20  ». Nous voulions dans tous les cas interroger les écarts entre qualification et réalité empirique en explorant notamment les ressorts des désignations locales, par exemple lorsque Boko Haram est qualifiée de « secte 21 ». De manière générale, nous voulions prendre la mesure de la difficulté à adosser la réflexion sur ce qu’on appelle radicalisation à un travail de terrain dans des contextes marqués par « la menace terroriste » ou les « guerres civiles », en adaptant souvent nos stratégies de recherche, en suivant par exemple une approche similaire à celle de Donatella della Porta, comme le fait Roland Marchal dans ce dossier 22 .

L’Afrique montre, dans la multiplicité des structurations du champ religieux, comment la question de la radicalisation est plus complexe que les clichés entretenus sur elle. Si le continent africain a plutôt été mis à distance dans la prise en compte politico-scientifique de la « radicalisation », en particulier « islamiste », c’est sans doute pour deux raisons bien discutables. La première a été rappelée plus haut dans ce texte et tient à la pérennité de l’idée d’un « islam noir » rétif à toute radicalisation doctrinale. La seconde raison, corollaire de la précédente, est celle de la supposée extranéité en Afrique du salafisme djihadiste, entendu ici comme le cadre idéologique permettant de justifier la violence, de l’organiser ou d’en fournir les mots d’ordre et les cibles 23 .

Pourtant, l’expansion à certaines parties du continent d’un islam littéraliste ne peut s’analyser en faisant fi d’une histoire locale, et notamment de révolutions religieuses 24 , ni d’une insertion spécifique de l’Afrique dans des dynamiques de globalisation des idéologies politiques et religieuses 25 . Cela avait d’ailleurs été démontré par les travaux antérieurs consacrés non seulement au sempiternel débat entre réforme et tradition 26 , mais aussi à « l’islamisme en Afrique 27 » et même à la « radicalisation islamique en Afrique 28 ».

Un survol même superficiel des différents mouvements qualifiés de djihadistes aujourd’hui en activité souligne l’importance de l’histoire des conflits locaux, les échecs dans la construction d’une arène politique civile et l’importance qu’acquiert, à des moments particuliers, un mimétisme organisationnel. Les conflits au Sahel, sous leur rhétorique salafiste, n’inaugurent pas vraiment une ère nouvelle de ce point de vue. Ils mettent en exergue des déficits d’intégration, la compétition pour le contrôle de réseaux économiques transnationaux et la récurrence d’hostilités souvent basées sur des différents fonciers et identitaires.

De plus, à force de dépolitiser ces groupes armés (puisqu’ils ne sont que « terroristes »), on en vient à oublier le message qu’ils portent concernant un certain républicanisme islamique que les populations peuvent opposer aux hiérarchies sociales structurant leur lieu de vie. La question peule qui a émergé au centre du Mali et au Burkina Faso n’est pas fondamentalement nouvelle. On en trouve une esquisse dans d’autres contextes, notamment tchadien et centrafricain, avec le même appel à un ethno-nationalisme supranational dont les cibles seraient des élites peules oppressantes et relais des gouvernements locaux. Dans un autre contexte historique, on aurait pu évoquer la récurrence des affrontements entre éleveurs et agriculteurs ou la montée d’un ethno-nationalisme pour coopter dans le champ politique des élites intellectuelles déclassées mais, aujourd’hui, ce phénomène tend à n’être compris qu’au prisme du djihadisme 29 .

Par ailleurs, il importe de considérer les acteurs armés collectifs pour ce qu’ils sont, pas seulement une somme d’individualités radicalisées, mais des organisations qui produisent de la politique, quand bien même celle-ci a peu à voir avec leurs déclarations idéologiques. De la même manière, il faut récuser a priori les analyses transformant ces mouvements en des déclinaisons locales de maisons mères proche-orientales : il faut rappeler ce que George Kennan disait à propos des partis communistes, tous les mêmes et tous si différents 30 .

On commence seulement à mesurer comment la fabrication simpliste de telles menaces, avec toutes les outrances idéologiques dans les pays occidentaux, a plutôt conforté ces groupes armés qu’elle n’a contribué à les faire péricliter. Quand un président français déclare faire la guerre à AQMI (Al Qâ’idah au Maghreb islamique), il signale qu’un mouvement de quelques centaines d’hommes est capable de rivaliser avec un État membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce discours signifie aussi que les opposants à la politique française peuvent rejoindre ces groupes avec une bonne probabilité d’affaiblir l’influence de la France. Certes, la France n’a pas été la seule à faire ce type d’erreur de jugement, mais cette outrance renvoie forcément à la terminologie controversée de « guerre mondiale contre le terrorisme ».

De la déconstruction des État

Enfin, la véritable interrogation qui devrait parcourir toutes les réflexions contemporaines sur la radicalisation est celle de son impact sur les trajectoires étatiques. Il est important de souligner, comme le fait Abdourrahmane Idrissa dans ce numéro, que la radicalisation n’est pas forcément la même suivant qu’on s’adresse à la population ou à la communauté internationale. Selon lui, au Niger, le débat est plus centré sur le « salafisme politique » que sur les groupes armés. En Somalie, l’ingérence des États voisins a souvent relégué à un second rang la radicalité assumée du mouvement djihadiste. Les fractures politiques internes sont telles que la radicalité est plus discontinue qu’on ne le pense à l’extérieur, ce qui a amené à considérer le mouvement djihadiste comme un ennemi secondaire et non plus existentiel.

Cette différence d’appréciation est bien plus qu’un symptôme de la volatilité des opinions publiques. Au contraire, elle manifeste peut-être une plus grande conscience des enjeux à moyen terme pour une reformulation des règles qui régissent l’espace public et pour l’allocation des droits alloués à des communautés spécifiques ou à des individus.

Lorsqu’on considère le développement du discours sur la radicalisation dans les pays du « grand Sahel », on voit qu’il y a une série d’évolutions qui demanderaient sans doute un autre dossier de Politique africaine. Nous en citons ici quelques-unes qui nous semblent structurantes et qui indiquent que, quelle que soit l’issue de ces guerres, les sociétés concernées se retrouveront face à des problèmes d’une ampleur inédite.

Une première constatation, bien analysée pour ce dossier dans le cas du Kenya, est que les programmes de lutte contre l’extrémisme violent ont souvent des liens assez ténus avec la réalité de la radicalisation, ou alors des effets paradoxaux. Halkano Abdi Wario explique ainsi qu’à peu près n’importe quelle politique publique peut se retrouver classée sous la rubrique de la lutte contre la radicalisation : du micro-crédit pour les femmes au stade de football pour les jeunes. En Somalie, un programme pour contrer l’extrémisme violent a fait l’objet d’une évaluation encore plus caustique : 39 millions de dollars ont été alloués par USAID pour faciliter l’accès à l’éducation de près de 100 000 jeunes. Si, au Somaliland, cet enseignement a convaincu la jeunesse de ne pas utiliser la violence dans les différends interpersonnels, une fraction de cette même jeunesse est demeurée convaincue de l’utilité d’y recourir pour des motifs politiques, car les jeunes se sont rendus compte des défauts de leur gouvernement et de leur incapacité à les corriger grâce à la seule mobilisation pacifique 31 .

De plus, la lutte contre la radicalisation a mis à mal l’opinion qu’on pouvait se faire des organes de sécurité dans tous les pays concernés : exécutions extra-judiciaires, démultiplication de l’arbitraire dans l’appareil judiciaire lorsqu’il est mobilisé, tentatives récurrentes de régler des comptes au-delà des adversaires directs impliqués dans la crise. Tout ceci est documenté dans le cas du Kenya, mais on sait combien c’est également vrai ailleurs dans le Sahel francophone (et au Nigeria), certes avec des différences importantes. Ces comportements récurrents, on l’admet volontiers, génèrent une radicalisation par condensation, pour reprendre la terminologie anglaise 32 . Il est d’ailleurs assez paradoxal que ces dysfonctionnements majeurs se produisent alors que les donateurs, qui ont initié le discours sur la radicalisation, se refusent à un bilan de leurs programmes d’aides aux armées sahéliennes depuis des décennies et restent silencieux sur ces dysfonctionnements des politiques de contre-radicalisation.

Ce silence est d’autant plus aberrant que la lutte contre la radicalisation se traduit par une effervescence milicienne, du Nigeria à la Somalie en passant par le Mali, qui devrait poser problème à tous ceux qui prétendent que la contre-radicalisation va de pair avec l’affirmation d’un État de droit. On se trouve là dans un entre-deux où l’affaiblissement des groupes radicalisés est considéré comme prioritaire, sans grande considération pour les dommages collatéraux qu’il entraîne et pour l’affaissement de la légitimité de l’État qui en résulte parfois.

On peut évidemment s’interroger en corollaire sur les conséquences de ces postures qui impliquent un appui important aux secteurs coercitif et sécuritaire de l’État sans prendre réellement en charge le reste de l’appareil d’État. Il n’est sans doute pas excessif d’évoquer la probabilité plus grande aujourd’hui de scénarios prétoriens sur la base de ces dotations déséquilibrées et des réajustements nécessaires à terme.

La lutte contre la radicalisation laisse ouverte la question de la résurgence de conflits ou d’antagonismes sociaux que l’État avait un temps jugulés. La question touarègue au Mali, celle de la Côte au Kenya, la sympathie des populations qualifiées de « minoritaires » en Somalie pour Al-Shabaab sont évoquées dans ce dossier de façon peut-être trop impressionniste, alors que leur réactualisation remet en cause une conception de l’État qui avait été acceptée pendant des décennies. Sans surprise, comme cela est mentionné ici dans la contribution de Roland Marchal sur la Somalie, la question de la citoyenneté et de ses échecs est posée dans ces conflits, et cette remise en cause questionne autant les hiérarchies sociales ou identitaires que l’incapacité ou le manque de volonté de l’État à faire respecter le droit. En ce sens, on le voit, il s’agit autant de défaire que de reconstruire sur des bases nouvelles les statuts sociaux.

C’est pour cela qu’il est important de ne pas rester prisonnier d’un face-à-face analytique avec les mouvements djihadistes, en oubliant les autres acteurs. Les articles sur le Tchad (de Clémentine Racine et Mustapha Ali Mahamat) et le Niger (d’Abdourahmane Idrissa) dans ce dossier soulignent la croissance d’organisations salafistes porteuses d’une interprétation de l’islam peu ou prou similaire à celle des groupes djihadistes. Mais, contrairement à ces derniers, ces associations ont œuvré pacifiquement et ont considérablement accru leur influence depuis le début des années 1990. En effet, elles se sont engouffrées dans un espace public libéré des carcans des partis uniques et ont acquis une popularité sur la base de confrontations liées plus ou moins aux mêmes thèmes : la mention du caractère laïc de l’État dans la constitution et la question de l’égalité entre hommes et femmes. En creux, elles répondaient aussi à des besoins basiques de la population, abandonnée par des élites qui ont peu à peu confisqué les ressources de l’État pour leurs propres intérêts. Le Mali, le Nigeria ou la Somalie sont, de ce point de vue, des exemples paradigmatiques de ces évolutions depuis trois décennies.

Outre une recomposition à venir des appareils coercitifs d’État, il faut s’interroger, comme d’ailleurs nous y invitent les populations des pays concernés, sur l’essor de ces mouvements dans les guerres djihadistes actuelles. En fait, presque tous les articles de ce dossier mettent en exergue les relations complexes qui existent entre ces associations civiles et des expressions plus violentes, mais aussi entre ces associations et l’État : le plus souvent, il faudrait parler d’une cohabitation pragmatique, plus que d’une rivalité dépourvue de compromis. Ces études soulignent combien l’affirmation de la laïcité de l’État postcolonial est à nuancer car elle n’a, depuis trente ans, cessé d’être minée par des accommodements et des compromis qui n’ont jamais vraiment ni satisfait les besoins de la population, ni clarifié la cohérence des politiques publiques, notamment dans le champ de l’éducation.

Cet appui populaire à une radicalité doctrinale de l’islam a sans doute de nombreuses explications qui, de plus, peuvent être contradictoires entre elles. On ne peut pas ne pas mentionner l’hostilité croissante que rencontrent les armées étrangères venues lutter contre la radicalisation djihadiste, mais souvent perçues comme des re-colonisateurs, des soutiens à des régimes qui ont tendance à se durcir et à devenir plus prédateurs à l’ombre de cette protection internationale. Partout dans le Sahel, on peut trouver des activistes expliquant que les forces internationales arment les groupes djihadistes pour pouvoir enraciner leur présence et interférer sur toutes les questions importantes, du programme d’enseignement des écoles coraniques aux politiques économiques, afin de couper court aux ambitions chinoises et empêcher les pays africains de se développer. De tels discours complotistes peuvent faire sourire en Europe, mais ils traduisent une méfiance grandissante vis-à-vis des gouvernements nationaux et de leurs appuis internationaux, qui facilite d’autant un basculement dans la radicalisation ou dans un soutien tacite à celle-ci.

En ce sens, les organisations salafistes – et c’est là leur force – instillent aussi une réponse identitaire, cultuelle à cet envahissement international. On peut sans trop de risque souligner leur capacité de miner encore davantage les fondements de l’État postcolonial et de redéfinir les règles d’apparence et d’expression dans l’espace public autant que les droits citoyens. S’il n’y avait pas ces groupes djihadistes, les Occidentaux n’auraient guère d’hésitation à pointer du doigt ces religiosités radicales et à s’en inquiéter. Mais nous sommes clairement dans une autre période, où l’association de ces groupes au pouvoir ne pose pas problème puisque la radicalité n’est que celle des mouvements djihadistes. Faut-il rappeler l’implication très forte du mouvement Sabati – regroupement de « jeunes musulmans » maliens qui se sont révélés rapidement proches de et soutenus par les milieux wahhabites – dans la campagne électorale d’Ibrahim Boubacar Keïta en 2013 à la condition, pour le futur président de la République malienne, de soutenir les écoles religieuses salafistes et d’embaucher à leur sortie un quota de leurs élèves dans la fonction publique et les appareils de sécurité ?

Ainsi, ce qui se joue aujourd’hui dans la définition de la radicalisation au Sahel est bien plus que l’identification de groupes armés comme une menace djihadiste, c’est déjà l’acceptation de reconfigurations sociales et politiques où le salafisme politique, sans forcément être au premier plan, guidera de nouveaux compromis sociaux autant sur l’organisation de l’espace public que sur les règles qui le régissent.

En guise de conclusion, il nous semble important de souligner trois cheminements possibles. D’abord, et c’est ce qui a été fait dans ce dossier, maintenir la tension qui doit exister dans toute analyse entre un entendement de la radicalisation comme un possible biais et comme un objet mal défini qui appelle une étude particulière. Cette démarche renvoie à une double herméneutique qu’analysait très bien Anthony Giddens 33 .

Ensuite, pour jouer du paradoxe, il est possible d’aborder cette question sous un angle radicalement différent en partant du désengagement d’organisations qualifiées de radicales, ou de la dé-radicalisation pour suivre le discours public 34 . Évidemment, on peut considérer que, dans nombre de conflits mentionnés dans ce dossier, la chronique des affrontements militaires laisse ouverte la question de la victoire : la résilience des organisations qualifiées de terroristes dans le Sahel permet de questionner les effets ambivalents de la répression et de la criminalisation des activités radicales. De plus, ces organisations mobilisent des répertoires (par exemple les serments d’allégeance, bay’ah) qui disposent d’un dynamisme propre.

Enfin, comme l’actualité nous y invite, on aurait pu reposer l’entièreté du problème à partir de la question de l’ouverture à terme d’un dialogue entre ces mouvements, ou certains d’entre eux, et les États concernés. À l’heure où le gouvernement afghan annonce un cessez-le-feu unilatéral avec les Talibans pour la fête de la fin du Ramadan 2018 et où certains analystes proposent d’entamer un dialogue avec ces mouvements radicaux au Sahel 35 , de multiples interrogations surgissent sur les modalités de telles négociations et sur la réalité de la radicalité 36 .



  1. Les recherches sur la radicalisation se sont développées dans deux champs d’étude qui n’ont que très rarement interagi entre eux : les études sur le terrorisme et l’étude des mouvements sociaux. []
  2. Le rapport Athena du CNRS, qui fait suite à la lettre de mission envoyée à sa direction le 25 novembre 2015, après les attentats du 13 novembre donc, présente la recherche française sur la radicalisation. Ses conclusions sont, de ce point de vue, problématiques. L’étude reprend cette notion sans en faire la critique, occulte évidemment l’Afrique (qui pourtant compte plus de musulmans sunnites que le Proche-Orient et mobilise des milliers de soldats français) et appelle les chercheurs à se mettre au service de la politique gouvernementale sans autre précaution, notamment sans parler des nouvelles difficultés qui se dressent pour faire de la recherche de terrain. Voir Alliance nationale des sciences humaines et sociales (Athena), Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent. État des lieux, propositions, actions, Paris, La documentation française, mars 2016. Disponible en ligne <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/164000158.pdf>, consulté le 25 mars 2018. []
  3. Expression inventée par V. Monteil, L’islam noir, Paris, Seuil, 1964. Les nombreuses critiques documentées de cet ouvrage n’ont pas pour autant empêché à cette notion de faire des ravages. Citons le cas, entre autres, de la conférence intitulée « Islam and World Peace : Perspectives from African Muslim Nonviolence Traditions » s’étant déroulée du 11 au 13 septembre 2015 à l’Institut d’études africaines de Columbia University (New York) en collaboration avec la confrérie mouride de Touba (Sénégal). Pour une mise en évidence érudite de l’éloge du pacifisme de certains milieux cléricaux ouest-africains tels que les Djakhanké, voir L. Sanneh, Beyond Jihad. The Pacifist Tradition in West African Islam, New York, Oxford University Press, 2016. []
  4. Voir, dans une vaste littérature, H. Lauzière, The Making of Salafism. Islamic Reform in the Twentieth Century, New York, Columbia University Press, 2015 ; et surtout A. Thurston, Salafism in Nigeria. Islam, Preaching and Politics, New York, Cambridge University Press, 2016. []
  5. M. Le Cam, « Dans le nord du Burkina Faso, les exactions de l’armée contrarient la lutte antiterroriste », Le Monde, 12 mai 2018 ; Le Monde.fr et AFP, « Au Mali, une dizaine de civils tués dans un incident impliquant l’armée » [en ligne], Le Monde, 21 mai 2018, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/05/21/au-mali-une-dizaine-de-civils-tues-dans-un-incident-impliquant-larmee_5302255_3212.html>, consulté le 25 mars 2018 ; Amnesty International, “They Betrayed us”. Women who Survived Boko Haram Raped, Starved and Detained in Nigeria [en ligne], 24 mai 2018, <https://www.amnesty.org/download/Documents/AFR4484152018ENGLISH.PDF>, consulté le 25 mars 2018. []
  6. Voir International Crisis Group, « Frontière Niger-Mali : mettre l’outil militaire au service d’une approche politique » [en ligne], Rapport Afrique, n° 261, 12 juin 2018, <https://www.crisisgroup.org/fr/africa/west-africa/mali/261-frontiere-niger-mali-mettre-loutil-militaire-au-service-dune-approche-politique>, consulté le 25 juin 2018. []
  7. P. Neumann et S. Kleinmann, « How Rigorous is Radicalisation Research ? », Democracy and Security, vol. 9, n° 4, 2013, p. 360-382. []
  8. M. Sedgwick, « The Concept of Radicalization as a Source of Confusion », Terrorism and Political Violence, vol. 22, n° 4, 2010, p. 479-494. []
  9. A. Collovald et B. Gaïti (dir.), La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006 ; O. Fillieule, É. Agrikoliansky et I. Sommier (dir.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2010, pour en rester à quelques sources françaises. []
  10. « What goes on before the bomb goes off ». P. Neumann, Perspectives on Radicalization and Political Violence. Papers from the First International Conference on Radicalization and Political Violence, London, 17-18 January 2008, Londres, International Center for the Study of Radicalization and Political Violence, 2008, p. 4 []
  11. D. Thomson, Les Français djihadistes, Paris, Les Arènes, 2016. Les travaux se sont bien sûr accumulés depuis et il faudrait citer les noms de Farhad Khosrokhavar, Oliver Roy et Gilles Kepel parmi les plus médiatisés. []
  12. Secrétariat permanent du G5 Sahel, « Termes de référence. Élaboration du lexique de la radicalisation et l’extrémisme violent dans l’espace du G5 Sahel », Nouakchott, mars 2017. Le texte de l’annonce peut être consulté sur le site de l’organisation sur le lien suivant : <http://www.g5sahel.org/images/Docs/Tdr_de_référence_pour_lexique_05_03.pdf>, consulté le 25 mars 2018. []
  13. Ibid. []
  14. Ibid. []
  15. Sans être aucunement exhaustif, voir X. Crettiez, « Penser la radicalisation. Une sociologie processuelle de l’engagement violent », Revue française de science politique, vol. 66, n° 5, 2016, p. 709-727 (avec une bonne bibliographie) ; A. Kundnani, « Radicalisation : The Journey of a Concept », Race and Class, vol. 54, n° 2, p. 3-25 ; M. Crone, « Radicalisation Revisited : Violence, Politics and the Skill of the Body », International Affairs, vol. 92, n° 3, p. 587-604 ; O. Moss, « Le Jihad s’habille en Prada. Une analyse des conversions jihadistes en Europe » [en ligne], Cahiers de l’Institut religioscope, n° 14, août 2016, <https://www.religioscope.org/cahiers/14.pdf>, consulté le 25 mars 2018 ; A. P. Schmid, Radicalisation, De-Radicalisation, Counter-Radicalisation : A Conceptual Discussion and Literature Review [en ligne], La Hague, International Center for Counter-Terrorism Research, mars 2013, <https://www.icct.nl/download/file/ICCT-Schmid-Radicalisation-De-Radicalisation-Counter-Radicalisation-March-2013.pdf>, consulté le 25 mars 2018. []
  16. B. Rougier (dir.), Qu’est-ce que le salafisme ?, Paris, Presses universitaires de France, 2008 ; R. Meijer (dir.), Global Salafism : Islam’s New Religious Movement, Oxford, Oxford University Press, 2014. []
  17. Il faudrait rappeler l’importance des travaux de Marc Sageman, Leaderless Jihad : Terror Networks in the Twenty-First Century, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2008 et de John Horgan, Walking Away from Terrorism : Accounts of Disengagement from Radical and Extremist Movements, New York, Routledge, 2009. []
  18. Ainsi, la thèse de François Burgat doit être profondément nuancée. Voir F. Burgat (entretien avec Joseph Confavreux), « Une dynamique de globalisation du ressentiment » [en ligne], Mediapart, 27 juillet 2016, <https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/270716/francois-burgat-unedynamique-de-globalisation-du-ressentiment?onglet=full>, consulté le 25 mars 2018. []
  19. D. Pratt, « Islamophobia as Reactive Co-Radicalization », Islam and Christian-Muslim Relations, vol. 26, n° 2, 2015, p. 205-218. []
  20. J.-F. Bayart, « Les fondamentalistes de l’identité : laïcisme versus djihadistes » [en ligne], Mediapart, 14 novembre 2016, <https://blogs.mediapart.fr/jean-francois-bayart/blog/141116/lesfondamentalistes-de-l-identite-laicisme-versus-djihadistes>, consulté le 25 mars 2018. []
  21. A. R. Mustapha (dir.), Sects and Social Disorder. Muslim Identities & Conflict in Northern Nigeria, Londres, James Currey, 2014. []
  22. Pour l’arrière-plan plus théorique de la démarche et l’analyse des niveaux micro, méso et macro, voir la réflexion de D. della Porta, « Radicalization : A Relational Perspective », Annual Review of Political Science, vol. 21, 2018, p. 461-474. []
  23. T. Østebø, « African Salafism. Religious Purity and the Politicization of Purity », Islamic Africa, vol. 6, n° 1-2, 2015, p. 1-29. []
  24. D. Robinson, Paths of Accomodation. Muslim Societies and French Colonial Authorities, Athens, Ohio University Press, 2000 ; Les sociétés musulmanes africaines. Configurations et trajectoires historiques, Paris, Karthala, 2010 ; J. Searing, “God Alone is King” : Islam and Emancipation in Senegal, 1859-1914, Portsmouth, Heinemann, 2001. []
  25. Voir Z. Ould Ahmed Salem, « The Paradoxes of Islamic Radicalization in Mauritania », in G. Joffé (dir.), Islamic Radicalisation in North Africa. Politics and Process, Londres, Routledge, 2011, p. 179-205 et, surtout, Prêcher dans le désert. Islam politique et changement social en Mauritanie, Paris, Karthala, 2013, p. 143-171 ; R. Marchal et Z. M. Sheikh, « Salafism in Somalia : Coping with Coercion, Civil War and its own Contradictions », Islamic Africa, vol. 6, n° 1-2, 2015, p. 135-163. []
  26. L. Kaba, The Wahhabiya. Islamic Reform and Politics in French West Africa, Evanston, Northwestern University Press, 1974 ; O. Kobo, « The Development of Wahhabi Reforms in Ghana and Burkina Faso, 1960-1990 : Elective Affinities between Western-Educated Muslims and Islamic Scholars », Comparative Studies in Society and History, vol. 51, n° 3, 2009, p. 502-532. []
  27. O. Kane et J.-L. Triaud, Islam et islamismes au sud du Sahara, Paris, Karthala, 1998. []
  28. R. Otayek (dir.), Le radicalisme islamique au sud du Sahara. Da’wa, arabisation et critique de l’Occident, Paris, Karthala, 1993. []
  29. T. A. Benjaminsen et B. Ba, « Why do Pastoralists in Mali Join Jihadi Groups ? A Political Ecological Explanation » [en ligne], Journal of Peasant Studies, vol. 45, n° 5, 2018, <https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/03066150.2018.1474457>, consulté le 27 juin 2018. []
  30. Voir R. Marchal, « Warlordism and Terrorism : How to Obscure an Already Confusing Crisis ? The Case of Somalia », International Affairs, vol. 83, n° 6, 2007, p. 1091-1106. []
  31. J. Trisko Darden, « Compounding Violent Extremism ? When Efforts to Prevent Violence Backfire » [en ligne], War on the Rocks, 6 juin 2018, <https://warontherocks.com/2018/06/compounding-violent-extremism-when-efforts-to-prevent-violence-backfire/>, consulté le 25 juin 2018. []
  32. C. McCauley et S. Moskalenko, « Mechanisms of Political Radicalization : Pathways Toward Terrorism », Terrorism and Political Violence, vol. 20, n° 3, 2008, p. 415-433. []
  33. Anthony Giddens, La constitution de la société, Paris, Presses universitaires de France, 1987. []
  34. O. Fillieule, « Le désengagement d’organisations radicales. Approches par les processus et les configurations », Lien social et politiques, n° 68, 2012, p. 37-59. []
  35. Collectif de chercheurs, « La France doit rompre avec la rhétorique martiale qui prévaut au Sahel » [en ligne], Le Monde, 21 février 2018, <http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/02/21/la-france-doit-rompre-avec-la-rhetorique-martiale-qui-prevaut-au-sahel_5260475_3212.html#3HwBvAM0QE1EU9XP.99>, consulté le 25 mars 2018. []
  36. Sur le cas malien, voir J. Brunet-Jailly, « Négocier une nouvelle fois ? » [en ligne], Mediapart, 27 mai 2018, <https://blogs.mediapart.fr/joseph-brunet-jailly/blog/270518/negocier-une-nouvellefois>, consulté le 25 juin 2018. []

N° 149 – Radicalisations, science et politique

Présentation du N° 149

Ce dossier invite à penser la radicalisation en dehors du paradigme sécuritaire et des études sur le terrorisme. Dans un domaine où les médias et les « experts », parfois autoproclamés, sont omniprésents, il revient aux sciences sociales de s’interroger non seulement sur l’adéquation de cette terminologie avec les phénomènes sociaux et politiques qu’elle cherche à saisir, mais aussi sur sa genèse et ses usages concrets. Prenant appui sur des études de cas au Tchad, au Niger, au Kenya et en Somalie, ce dossier interroge ainsi les présupposés et les implications de l’approche en termes de radicalisation sur l’action publique, la participation politique et la vie religieuse et sociale. Comment la radicalisation religieuse, réelle ou perçue, touche-t-elle la vie politique, les rapports sociaux, et les modes de gouvernance dans le contexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme » et des projets de dé-radicalisation ? Comment peut-on échapper à la « surinterprétation religieuse » des phénomènes politiques sans négliger la justification religieuse des violences ?

Sommaire

Page 5 à 20, « La « radicalisation » aide-t-elle à mieux penser ? » par Roland Marchal, Zekeria Ould Ahmed Salem.
Lire l’intégralité sur CAIRN gratuitement

Page 21 à 42, « La cité cultuelle tchadienne au miroir de la lutte anti-terroriste ou les enjeux de pouvoir d’une labellisation religieuse subversive« , par
Clémentine Racine, Mustapha Ali Mahamat.
Lire le résumé sur CAIRN


Page 43 à 65, « Les trajectoires du salafisme politique au Sahel. Le cas du Niger« , par Rahmane Idrissa. 
Lire le résumé sur CAIRN


Page 67 à 88, « Tous les « terroristes » sont de Majengo, à Nairobi : spatialités contestées du « terrorisme » dans les discours anti-radicalisation au Kenya« , par Halkano Abdi Wario, Traduction par Hélène Baillot, Raphaël Botiveau.
Lire le résumé sur CAIRN

Page 89 à 111, « Une lecture de la radicalisation djihadiste en Somalie« , par
Roland Marchal. 
Lire le résumé sur CAIRN

Recherches

Page 113 à 134, « Musiciens rebelles ou musiciens pour la paix ? Orchestrer le Mali à travers les performances musicales du conflit« , par Marta Amico. 
Lire le résumé sur CAIRN


Page 135 à 157, « « N’oubliez jamais que vous parlez à un avocat ». État, justice et économie de l’intermédiation judiciaire à Cotonou« , par
Sophie Andreetta. 
Lire le résumé sur CAIRN

Lectures

Page 159 à 174, Revue des livres.
Lire l’intégralité sur CAIRN gratuitement











« On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire

Introduction au dossier N° 148, parFrancis Akindès

Les élections de 2010 en Côte d’Ivoire et les violences électorales 1  qui leur ont succédé ont engendré une profonde crise socio-politique et engagé le pays dans un nouvel épisode de son histoire politique. Comme les deux faces d’une même monnaie, les ressorts de ce nouvel épisode sont : la victoire au forceps d’Alassane Ouattara sur fond de confrontation militaire et l’éviction du champ politique de Laurent Gbagbo à la suite de son arrestation, puis de son transfèrement le 19 novembre 2011 à La Haye pour répondre des chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pendant la crise post-électorale. Cette situation politique a contribué à cliver davantage la société ivoirienne. C’est dans ce contexte que le nouveau président ivoirien, dans son discours d’investiture, dit vouloir « faire définitivement le deuil de nos rancœurs, […] nos plaies, […] expier les fautes individuelles et collectives » et promet « d’écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays 2 ».

Continuer la lecture de « On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire

  1. S. Straus, « “It’s Sheer Horror Here” : Patterns of Violence During the First Four Months of Côte d’Ivoire Post-Electoral Crise », African Affairs, vol. 110, n° 440, 2011, p. 481-489. []
  2. Cérémonie d’investiture, Discours du président de la République SEM Alassane Ouattara [en ligne], 21 mai 2011, <http://www.gouv.ci/doc/Discours_Investiture.pdf>, consulté le 9 mars 2018. []

N° 148 – La Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara

Présentation du N° 148

En mai 2011, dans son discours d’investiture, Alassane Ouattara proposait de placer sa présidence sous le sceau de l’« écriture d’une page nouvelle » de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Depuis la fin des années 1990, le pays a vécu au rythme d’incessantes crises sociopolitiques et militaires dont les violences post-électorales de 2011 semblent avoir été l’épilogue sanglant. Tout en analysant la façon dont la société ivoirienne a été transformée par la guerre, ce dossier se penche sur les sentiers sinueux de la sortie de crise. Il  met en évidence la contradiction manifeste entre une volonté de stabilisation politique par le biais de la croissance économique, d’un côté, et, de l’autre, les limites de la stratégie de réconciliation par le dialogue politique et la justice transitionnelle, les tensions générées par l’augmentation des inégalités sociales, et la reproduction des dynamiques de conflits dans le foncier rural.

SOMMAIRE

Page 5 à 26, Introduction au thème : « On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire, par Francis Akindès
Page 27 à 48, Prendre la craie. La mobilisation des enseignants rebelles dans le Nord de la Côte d’Ivoire (2002-2011), par Camille Popineau
Page 49 à 68, Rhétorique de la cohésion sociale et paradoxes de la « paix par le bas » en Côte d’Ivoire, par Giulia Piccolino
Page 69 à 88,  L’autochtonie, la terre et les jeunes à Sassandra (Ouest-Côte d’Ivoire)Gnangadjomon Koné, Ba Morou Ouattara, Francis Akindès
Page 89 à 107, Nouchis, ziguéhis et microbes d’Abidjan : déclassement et distinction sociale par la violence de rue en Côte d’Ivoire, par Séverin Kouamé Yao
Page 109 à 129, La paix dans une zone de guerre. Lire la crise ivoirienne sur le temps long et par le bas, par Till Förster

Recherches

Sorcellerie en Afrique : « L’effet Magritte » en débat, Coordonné par Didier Péclard

Page 132 à 137Les genres discursifs de la sorcellerie : des histoires intimes aux rumeurs publiques, par Julien Bonhomme
Page 138 à 142, Pour une herméneutique du sorcellaire, par Patrice Yengo
Page 143 à 147, Magritte’s Multiplicities and Warnier’s Inspirations, par Jane Guyer
Page 148 à 152, D’une crise l’autre : l’afrodystopie par Joseph Tonda
Page 153 à 157, L’incomplétude du sujet africain, par Francis Nyamnjoh, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 158 à 163, La sorcellerie : un savoir qui se refuse à la connaissance ?, par Peter Geschiere, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 164 à 168, L’insaisissable légèreté du sorcier, par Jean-Pierre Warnier

Conjoncture

Page 169 à 181, Le roi est nu : crise électorale et anatomie du pouvoir au Kenya (2017), Marie-Emmanuelle Pommerolle, Chloé Josse-Durand

Lectures

Coordonné par Marielle Debos, Boris Samuel

Autour d’un livre

Page 183 à 199, Alex de Waal. The Real Politics of the Horn of Africa. Money, War and the Business of Power. Londres, Polity Press, 2015, 220 pages

Revue des livres

Page 200 à 213

Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne

Introduction au thème au thème du numéro 147, paru le 03/2017, sous la coordination de Thomas Riot et Nicolas Bancel, page 5 à 22.

Kigali (Nyamirambo), le 12 septembre 2007. Nous descendons la route vers le centre de la capitale rwandaise et nous nous arrêtons devant un bâtiment situé en retrait du bitume. Il abrite une association culturelle qui développe des activités artistiques. Nous assistons à une démonstration de danse guerrière. Un groupe d’une quinzaine de jeunes garçons et de jeunes filles se montre très fier d’esquisser une série de pas cadencés, entrecoupés de saltations, d’attaques, d’esquives et de retraits avec lesquels – selon les mots de leur éducateur – ils « font renaître le Rwanda1 ». Nous demandons à leur « maître » quel est le mouvement de danse le plus important à acquérir. L’homme attrape un bâton de bois qui lui sert de « lance », se met au centre de la scène et adopte un sourire belliqueux. Il initie son mouvement à partir des jambes : grâce à une légère flexion de celles-ci, il place son bassin en antéversion. La courbure du dos que provoque cette action lui permet de bomber la poitrine. Il positionne ensuite ses mains de part en part de ses cuisses tandis que ses bras adoptent un angle de fléchissement similaire à celui de ses genoux. Nous focalisons notre regard sur la main qui tient la « lance », et observons une flexion de celle-ci immédiatement suivie d’un mouvement de supination de la « main-lance ». De fait, la main et la lance se trouvent couplées par la mise en œuvre d’une seule et même action que le danseur réalise sans avoir recours aux articulations de son coude 2. Continuer la lecture de Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne

  1. L’expression a été quasiment institutionnalisée dans le « nouveau Rwanda », soit depuis 1994 et la prise de pouvoir du Front patriotique rwandais (FPR). Elle désigne la politique de reconstruction sociale, économique et politique du pays après le massacre des Tutsi (entre les mois d’avril et de juillet 1994). Lire à ce sujet S. Straus et L. Waldorf (dir.), Remaking Rwanda. State Builiding and Human Rights after Mass Violence, Madison, University of Wisconsin Press, 2011. []
  2. Chose impossible à réaliser pour un non-initié. []