Archives de catégorie : Billets

Le Monde Afrique, entretien avec Jean-Nicolas Bach, coordinateur du dossier « L’Éthiopie après Meles Zenawi »

Éthiopie : « Privilégier la stabilité économique à l’ouverture politique a créé une situation explosive »
Un miracle économique. Un « lion africain ». Jusqu’à récemment, l’Éthiopie était citée en exemple par de nombreux économistes du continent. Avec une croissance officielle à deux chiffres sur la dernière décennie et une stabilité encensée par Barack Obama lors de son séjour africain en août 2015, le discours sur la renaissance d’un pays assimilé à la famine des années 1980 était porteur d’espoir. Mais la sécheresse et la succession de manifestations, violemment réprimées, depuis près d’un an viennent noircir le tableau. Le chercheur Jean-Nicolas Bach, spécialiste du pays et coordinateur du dossier de la revue Politique africaine consacré à « L’Éthiopie après Meles Zenawi » [l’ancien premier ministre décédé en août 2012] revient sur ce modèle éthiopien : est-il à bout de souffle ?

Disparition d’Alain Ricard

L’ACPA a la grande tristesse de vous faire part du décès d’Alain Ricard survenu le samedi 27 aout à Bordeaux.  Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste mondial de langues et littératures africaines, Alain fut co-fondateur de la revue Politique africaine et de l’ACPA avec Jean-Francois Bayart, Christian Coulon, Comi Toulabor et bien d’autres. Il a publié abondamment dans les colonnes de la revue mais il a également activement œuvré au sein de l’ACPA et tout au long de sa carrière au décloisonnement disciplinaire entre sciences humaines et sciences sociales notamment lorsqu’il fut co-rédacteur en chef de la revue et directeur de publication de 1993 à 1996. Les parties « magazine » et « informations scientifiques » qui donnaient place à des billets courts, la partie « débat » inaugurée en mars 1996, ouvrant la colonne aux controverses académiques se sont significativement développées sous son mandat. Lecteur insatiable et d’une grande curiosité, ouvert aux objets de recherche les plus divers, contributeur régulier de la revue et membre actif de l’ACPA en dépit de ses multiples engagements dans d’autres associations, il n’a cessé de batailler au sein de l’association contre les dérives bureaucratiques et pour la promotion de la spontanéité et de la liberté académiques. L’ACPA, la revue et le monde de la recherche perdent un de ses membres éminents et un humaniste généreux qui avait toujours table ouverte chez lui à Bordeaux.

Un portait de son histoire et de ses multiples engagements vient d’être publié sur le site de LAM http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/evenement/disparition-dalain-ricard

Un sourire, un artiste

Alain Ricard a été notre professeur de littérature africaine au DEA « Etudes africaines » du CEAN. C’est à ce titre que ma promotion 1993-1994 a vécu avec sourire, sa diction, son humour et surtout son immense culture livresque, artistique, philosophique et politique. Il nous faisait découvrir dans leur contexte familial, historique, social et politique des auteurs que nous pensions connaître, il nous ouvrait des champs inexplorés. Chaque texte était un voyage. Chaque auteur était un poème. Je l’entends encore prononcer les noms des écrivains et des philosophes qui devenaient de fait des personnages de romans et de contes. Il était lui-même un personnage de roman et transformait le cours en voyage au pays des batailles, de mille feux de brousse et de bois. Son regard s’illuminait de ses passions de théâtre et de littérature à chaque nom qu’il prononçait. Et toujours avec ce sourire qui accompagnait ses mots, cette exceptionnelle diction d’acteur de théâtre.

Nous regardions parfois la porte en suivant son regard. Pendant un instant suspendu entre son sourire et son regard, nous étions persuadés que Wole Soyinka ou Valentin-Yves Mudimbe allaient pénétrer dans la salle de cours. Sa passion était un appel à la lecture et ses contes de fées donnaient envie de lire et de relire, d’écouter, de l’écouter encore et encore.
Comme tous les magiciens et les artistes il pouvait donner l’impression que les histoires qu’il décortiquait pour nous auraient pu jaillir de nous-mêmes. Les artistes sont des prestidigitateurs dont il faut se méfier des pouvoirs. Je m’étais donc risqué à pondre un poème que je lui ai soumis à la fin d’un cours. Il l’avait lu, sa réponse avait été un sourire qui en disait long sur sa bienveillance et sur la platitude de ma prose. Il riait souvent avec nous, il riait souvent de nous parce que, nous aussi étions pour lui des personnages de roman. Nous étions assignés à travailler en binôme sur des ouvrages que nous choisissions dans une longue bibliographie. Avec un camarade venu de Mauritanie nous avions entrepris de rendre compte de la longue épopée de Chaka par Thomas Mofolo (1876-1948). La recherche effectuée pour cet exposé nous avait révélé l’étendue de notre ignorance en même temps que cette volonté de nous laisser désaltérer par les œuvres soumises à notre curiosité. Au bout de notre exposé qu’avait suivi le sourire d’Alain Ricard, il avait ri en soulignant nos efforts conjugués. La classe, un peu ébahie, ne comprenait pas bien l’éclat de rire d’Alain Ricard. Il nous a regardés mon camarade et moi et il a dit ce qui l’avait fasciné pendant notre exposé. « Vous avez les mêmes oreilles ! ». Le fou rire collectif qui a suivi s’est décuplé lorsque mon camarade et moi, comme par enchantement, nous nous sommes regardés pour sonder cette curieuse ressemblance qui avait fait de nous, le temps d’un exposé, des personnages dépeints par un artiste. Le sourire d’Alain Ricard est vivant. Il accompagnera encore très longtemps le souvenir éternel de cet artiste érudit à qui nous devons les plus belles histoires de notre voyage d’Etudes africaines.

Fred Eboko

Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational, par Gabrielle Angey-Sentuc

9782811115340Article paru dans la revue Politique Africaine, n° 139

Lien vers l’article sur Cairn

Résumé en français

Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

(English)

The Turkish Muslim Movement Fethullah Gülen in Subsaharan Africa: Education, Schooling and Schools at Transnational LevelThis article focuses on the role of the Fethullah Gülen movement in the education sector in Sub-Saharan Africa. Fethullah Güllen is a transnational Muslim organisation, originating in Turkey, which focuses on the creation of schools worldwide. The insertion of these schools in Africa dates back to the second half of the 1990s, in the context of the liberalization of education. We examine how the transnational dimension of this movement impacts on the way it manufactures education, schooling and schools in Sub-Saharan Africa, through international alignment, (human and financial) resource flows and adaptation to the education market of specific African countries.

Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

histoire environnementaleBLANC (Guillaume), Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 320 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

En faisant dialoguer l’évolution de trois parcs nationaux, tous créés au début des années 1970 et sur trois continents (le parc du Semen en Éthiopie, le parc des Cévennes en France et le parc Forillon au Canada), c’est d’abord une entreprise de définition de ce qu’est l’objet « parc national » que propose Guillaume Blanc, chercheur affilié à l’Institut des mondes africains (Imaf). Si un parc national correspond, dans tous les cas, à un processus de patrimonialisation du territoire, au sens où la nature devient un haut lieu du patrimoine national, et donc de la nation, il possède de multiples facettes. Territoire « saisi par la puissance publique » (p. 47), il constitue « un environnement façonné par la société, espace à la fois naturel et culturel, territoire investi par diverses logiques identitaires » (p. 25), il est « un dispositif narratif susceptible de susciter un sentiment d’appartenance à la nation » (p. 219), il représente « un territoire local préservé pour être consommé par une collectivité nationale, voire internationale » (p. 132). Mais un parc national, c’est aussi « un appareil coercitif » (p. 219) qui, « avant d’être un espace naturel, […] est aussi et surtout, pour les hommes et les femmes qui l’occupent ou l’occupaient, un territoire de violence » (p. 270). Cette kyrielle de définitions montre combien les parcs nationaux sont des objets plastiques, investis de logiques, d’intérêts et de visions du monde pluriels et bien souvent antagonistes. Ce sont des territoires matériels, institutionnels, mais aussi idéels.

Continuer la lecture de Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

Érythrée. Un naufrage totalitaire (2015), lu par Roland Marchal

ErythreeJEANGÈNE VILMER (Jean-Baptiste) et GOUÉRY (Franck), Érythrée. Un naufrage totalitaire, Paris, Puf, 2015, 344 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 139, 2015/3

Publié quelques mois avant la crise des migrants qui a pris forme durant l’été 2015, ce livre propose une analyse sans compromis, ou plutôt un acte d’accusation du régime érythréen, qualifié de totalitaire, et l’un des principaux producteurs africains d’exilé(e)s. Les théoriciens du totalitarisme, Hannah Arendt et Michael Walzer notamment, sont ainsi mobilisés pour décrire les mille et une facettes de cette réalité. Et les auteurs, sans trop de modestie, nous invitent même à lire ce livre comme un traité de philosophie politique sur ce thème. On le lira ici simplement en sociologue.

Continuer la lecture de Érythrée. Un naufrage totalitaire (2015), lu par Roland Marchal

Hommage à Stephen Ellis

Stephen EllisStephen Ellis est mort comme il a vécu : en philosophe, en homme de foi, en parfait gentleman. Ethniquement, il était historien, et il l’est resté jusqu’au bout, en dépit de ses mues professionnelles successives, par son souci des sources et la diversité de celles qu’il mobilisait. Grâce aux différentes fonctions qu’il a occupées tout au long d’une carrière particulièrement riche, à son entregent, à sa chaleur humaine et à sa discrétion absolue, il possédait sans doute l’un des meilleurs carnets d’adresses dont peut se targuer un spécialiste des questions africaines. S’y côtoyaient les sommités de la communauté scientifique internationale, des fonctionnaires de toutes nationalités, des militants, des journalistes, des banquiers, des traders, d’anciens mercenaires, des hommes d’affaires parfois issus de la lutte armée, des prêtres et des pasteurs, des environnementalistes, des diamantaires, une foule d’anonymes rencontrés au fil de ses voyages, notamment en Afrique, et auxquels il vouait un respect qui n’aveuglait pas sa clairvoyance. Travailler avec Stephen était un plaisir, mais aussi une nécessité tant son érudition était toujours précieuse pour les recherches des uns et des autres. J’en ai moi-même fait l’expérience à de multiples reprises, notamment en écrivant avec lui et Béatrice Hibou La Criminalisation de l’État en Afrique. Bien que j’en aie personnellement tiré de grands enseignements en rédigeant mes propres livres, d’autres sont mieux placés que moi pour saluer son œuvre d’historien de Madagascar et de la République sud-africaine, sa contribution à la compréhension de la guerre civile au Liberia, son apport décisif – réalisé de pair avec Gerrie ter Haar – à l’étude du fait religieux en Afrique.

Continuer la lecture de Hommage à Stephen Ellis

Appel à Candidature – Chaire d’études africaines comparées – ACPA

acpaCHARE 

 APPEL A CANDIDATURE 

Programme tri-annuel (2016-2019) de formation à la recherche « Historicité et temporalités du politique en Afrique », Association des chercheurs de politique africaine (ACPA) et chaire d’Etudes africaines comparées (UM6P-Rabat).

L’Association des Chercheurs de Politique Africaine (ACPA) et la chaire d’Etudes africaines comparées (Université Mohammed VI Polytechnique, Rabat) lancent un appel à candidature pour un programme de formation à la recherche tri-annuel, de janvier 2016 à juin 2019, sur le thème : « Historicité et temporalités du politique en Afrique ». Continuer la lecture de Appel à Candidature – Chaire d’études africaines comparées – ACPA

Hommage : Disparition de Mathieu Hilgers

Mathieu Hilgers nous a quitté le 28 février 2015, une perte incommensurable pour sa famille, ses amis, ses collègues et pour les sciences sociales en général. Il fut, entre mille choses, un collaborateur régulier de Politique africaine. Mathieu était un jeune anthropologue belge de l’Université Libre de Bruxelles. Il était entré dans la recherche par une remarquable ethnographie à l’échelle de la ville1 . Koudougou, troisième ville du Burkina était alors son terrain qu’il avait arpenté dans tous les sens, s’inscrivant dans cette longue tradition de l’anthropologie urbaine de l’école de Manchester, dont le rêve d’approche totale était supposément rendue possible par la petite taille de l’échelle d’analyse. Il milita très tôt pour déplacer le regard loin des grandes métropoles, trop au cœur des attentions académiques et médiatiques, pour réhabiliter les villes secondaires dans l’analyse théorique, objet de plusieurs articles dont un paru dans nos colonnes en 2013 2  et d’un manuscrit inachevé dont il se demandait récemment si un éditeur serait intéressé, tant le sujet lui paraissait hors mode académique. Anthropologue de l’urbain, Mathieu fut aussi anthropologue du politique, sans doute nourri par sa triple formation de philosophe, de sociologue et d’anthropologue et par cet engagement ethnographique qui lui tenait tant à cœur. Il forgea ses armes dans le Burkina de Blaise Compaoré. Encore doctorant il devint, sans vraiment le vouloir, coordonnateur avec Jacinthe Mazzocchetti, du numéro de Politique africaine sur le Burkina en proie à la tourmente après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, posant la question cruciale de la possibilité de la révolte et de la critique en contexte autoritaire 3 . Il s’engagea ensuite dans une réflexion plus large en devenant un promoteur des recherches pluridisciplinaires sur l’historicité de l’État et en replaçant l’Afrique au cœur des débats actuels sur le néolibéralisme planétaire 4 . Ces dernières années, Mathieu était en fait devenu un anthropologue mondialisé, socialisé à grande vitesse aux réseaux de la recherche anthropologique européenne (via l’APAD et University College London) et américaine (universités de Berkeley et de Harvard).

En un temps fulgurant, il devint simultanément un passeur de Pierre Bourdieu et un théoricien des sciences sociales, dialoguant avec Loïc Wacquant, Jean et John Comaroff 5 . Mathieu restait cependant un insatiable curieux, initiant des recherches dans les directions les plus variées (citoyenneté et autochtonie, sociologie de l’éducation, méthodes de l’anthropologie), sans vouloir en apparence n’en abandonner aucune. Son incroyable productivité force l’admiration tout en laissant songeur : son CV mentionne 46 articles et chapitres parus dans des ouvrages et des revues internationales en moins de dix ans sans compter les tâches d’enseignements, d’encadrement et les trois années passées sur différents terrains africains, une production qui augmente encore en 2013 et 2014 6 . Il n’y a évidemment pas d’explication monocausale à sa disparition : des failles intimes insondables se cachaient à l’évidence derrière l’être sociable, curieux, prêt à faire la fête, ouvert au monde et à la recherche des autres. Un rapport devenu compulsif au travail nous oblige néanmoins à interroger sur ce qu’induisent les pratiques du métier de chercheur dans un contexte internationalisé toujours plus compétitif, diffusant de manière imperceptible et en chacun de nous les normes du management universitaire et de la productivité. Mathieu avait 35 ans, il laisse une veuve, deux enfants et un vide désespérément immense pour tous ses amis.

 Laurent Fourchard

  1. Une ethnographie à l’échelle de la ville. Urbanité, histoire et reconnaissance à Koudougou (Burkina Faso), Karthala, Paris, 2009. []
  2. « À qui appartient la ville ? Urbanisme néolibéral et propriété dans trois petits centres urbains au Burkina Faso et au Ghana », Politique africaine, n° 132, 2013, p. 95-113. []
  3. « Burkina Faso : l’alternance impossible », Politique africaine, n° 101, 2006, p. 42-62. Voir aussi M. Hilgers et A. Loada, « Tensions et protestations dans un régime semi-autoritaire : croissance des révoltes populaires et maintien du pouvoir au Burkina Faso », Politique africaine, n° 131, 2013, p. 187-208. []
  4. « The Historicity of the Neoliberal State », Social Anthropology, vol. 20, n° 1, 2012, p. 20-94. []
  5.  M. Hilgers et E. Mangez, Bourdieu’s Theory of Social Field : Concepts and Application, Routledge, Londres, 2014 ; Conférence internationale « Theorizing the Social World from Africa : a Day with Jean and John Comaroff », organisée par Mathieu Hilgers, Université Libre de Bruxelles. Décembre 2014. []
  6. Quinze articles publiés dans différentes revues internationales. []

Propriété et citoyenneté. Dynamiques de reconnaissance dans l’Afrique des villes, par Christian Lund

intro132Introduction au dossier « Propriété et citoyenneté dans l’Afrique des villes », Politique africaine N° 132.

Porté à l’écran pour la première fois en 1949, Jim comes to Jo’burg 1  a fini par inspirer un véritable genre cinématographique, celui de l’Africain rural rencontrant la ville avec son lot d’occasions et de périls, sa diversité de races, de classes et de croyances, de richesse et de pauvreté, sa kyrielle d’opinions et de droits, de lois, d’illégalité, de violence et d’exclusion. L’hétérogénéité et la densité de ces caractéristiques paraissent bien être les lignes de force de ce qui définit les villes et l’urbanisation. Leur intrication comme leurs dimensions émotives et expérientielles sont souvent saisies par l’art de manière bien plus efficace que ne le ferait la science. Ceci étant, si les représentations artistiques des villes sont souvent si puissantes, c’est que l’espace urbain est la scène privilégiée des contrastes et des dynamiques transformatives, politiques et économiques.

Les villes – depuis les capitales ou les métropoles comme Kinshasa et Harare jusqu’aux localités moins illustres telles Kalalé et Bolgatanga – offrent une foule de débouchés économiques, notamment parce que nombreux sont ceux qui les y poursuivent, contribuant ainsi à les créer. De nouvelles catégories d’employés de services et d’ouvriers spécialisés, mais aussi de professionnels, d’intellectuels et d’administrateurs apparaissent, et l’agglomération démographique elle-même engendre de nouvelles opportunités d’emploi, de commerce et d’enrichissement. Simultanément pourtant, les inégalités sont flagrantes, et l’augmentation du prix de l’espace, de la valeur des biens immobiliers et des opportunités commerciales intensifie la compétition et l’exclusion.

Les villes sont également un espace de formation de nouvelles identités politiques. Les mouvements sécessionnistes ou pour l’indépendance nationale ont fréquemment pris naissance dans les centres urbains, où la présence de jeunes et de travailleurs, ainsi que l’existence de centres d’enseignement supérieur, de syndicats et d’autres formes d’organisation politique ont pu donner de l’élan à une mobilisation pour le changement. La citoyenneté nationale, en particulier, a porté la promesse d’une mise en subordination du patrimoine, de la famille, du genre, de l’ethnicité et d’autres éléments du même ressort. Pourtant, cette promesse n’a jamais été complètement tenue. Au lieu de subjuguer et d’homogénéiser les loyautés affectives, la citoyenneté, la démocratie et la modernité demeurent en réalité en vive compétition avec une variété d’identifications socio­politiques dans les villes. Les habitants enchaînent par conséquent les relations et les connexions, forment des associations, improvisent des cercles sociaux et tentent de gagner de l’argent, leur vie, et de donner un sens à un contexte qu’aucun participant ne peut prétendre connaître parfaitement ou maîtriser vraiment 2 .

La littérature académique sur le développement urbain dans les pays pauvres est variée. Elle comprend à la fois des perspectives apocalyptiques dans lesquelles les relations et les pouvoirs mondiaux ordonnent les conditions du développement urbain, et des analyses plus centrées sur les politiques opérationnelles 3 . Ce champ de recherche a également produit un ensemble de travaux de caractère plus kaléidoscopique, où l’accent est porté sur l’informalité et la multiplicité des contraintes et des possibilités – d’oppression comme d’autonomie 4 .

Notre ambition dans ce dossier n’est ni strictement macro-structurelle ni non plus micro-politique. Nous voudrions plutôt examiner la pluralité et l’épaisseur des relations sociales en milieu urbain telles qu’elles se déploient dans les champs de la propriété et de la citoyenneté et telles qu’elles s’y articulent. Peu de choses sont plus fondamentales dans la vie sociale et politique que ce que nous avons et qui nous sommes : avoir et être. Or, la propriété et la citoyenneté, au sens large, sont sans doute les manifestations les plus évidentes et les plus familières de ces dimensions essentielles. Elles sont, en outre, l’une et l’autre étroitement liées : les prétentions à la propriété sont en partie définies par l’identité sociale et la visibilité politique des personnes, et les revendications de citoyenneté sont quant à elles en partie arbitrées au travers des droits de propriété sur la terre et des revendications à un lieu de vie. En fait, nous suggérons que ce lien dynamique constitue un point d’entrée analytique fort enrichissant pour l’étude du pouvoir dans n’importe quelle société 5 .

Les droits et les pouvoirs publics sont tout particulièrement en jeu dans les milieux urbains en Afrique. Les habitants se rassemblent dans des implantations plus ou moins grandes, ils migrent et s’installent au centre-ville ou dans les périphéries urbaines, et les revendications de propriété et de citoyenneté sont souvent fragiles. Si se déplacer dans les villes affecte les identités des personnes, qui sont vues et « catégorisées » par les autres de différentes manières, en miroir on peut souligner que la ville offre également des possibilités d’ajustements identitaires : des individus peuvent ainsi se construire une nouvelle identité sociale en dissimulant leur origine ou bien en feignant d’appartenir à un autre groupe. Dans son travail sur les femmes entrepreneurs dans la cité naissante de Nairobi, Janet Burja a ainsi montré comment la migration vers la ville avait conféré à ces femmes l’opportunité de se redéfinir elles­ mêmes et de devenir de riches propriétaires foncières, fréquemment par le biais d’une conversion à l’Islam (à cette époque, typiquement une religion urbaine). Elles ont établi de nouvelles relations « parentales » avec d’autres musulmans et sont parvenues à repousser les limites de ce qu’être musulman signifiait d’un point de vue normatif 6 .

Les identités s’affirment en fonction des imaginaires disponibles dans un contexte et une culture politiques donnés. Il peut arriver que des migrants soient identifiés ou étiquetés comme des étrangers disposant de droits moindres et qu’ils se trouvent disqualifiés de différentes manières. Néanmoins, vivre parmi des gens que l’on ne connaît pas très bien semble bel et bien une caractéristique commune de la vie urbaine. Dans la capitale du Kenya par exemple, il est courant d’entendre dire que « personne n’est originaire de Nairobi » 7 . Dans les villes spécialement, aucune institution porteuse d’une autorité publique ne contrôle pleinement la propriété et la citoyenneté ; plutôt, c’est une multitude d’institutions qui rivalisent entre elles à propos de leur compétence et de leur autorité. Par conséquent, ni les droits de propriété et de citoyenneté, ni l’instance qui serait en mesure de les définir et de les faire respecter, ne sont tout à fait établis. « L’élaboration de règles et d’un ordre social et symbolique est une industrie humaine qui n’a d’égal que la manipulation, le contournement, le remodelage, la substitution et la destruction de règles et de symboles dans lesquels les gens semblent presque tout autant engagés 8 . »

La question de l’appartenance s’élabore souvent de manière différente dans les villes et les campagnes. D’abord, parce qu’en ville, les descendants actuels des premiers arrivants ont inéluctablement fini par devenir une minorité. Ensuite, parce que les personnes qui arrivent en ville peuvent, parfois pour la première fois de leur vie, connaître des moments d’anonymat durant lesquels l’importance des identités consacrées est en sursis, jusqu’à ce que de nouvelles identités se dessinent. De ceci découle un certain nombre de conséquences. Cela implique d’abord que les nouveaux citadins disposent de marges de manœuvre pour se redéfinir eux­mêmes et revendiquer des droits au sol et à la participation politique dans des conditions où les restrictions de l’environnement rural sont assouplies (même s’il arrive parfois que certains tentent d’accéder au foncier en manifestant leur affinité ethnique avec « les gens de chez eux », établis dans la ville avant eux). Des terrains peuvent se trouver disponibles selon des modalités qui n’existent pas au village – par le biais d’un achat ou d’une occupation illégale – quand la participation à la vie politique peut être envisageable sous des formes inconcevables chez soi – par exemple « dans la rue 9 ». Cela signifie ensuite aussi que les nouveaux urbains se trouveront parfois engagés dans nombre de nouvelles relations sociopolitiques pour lesquelles ils dépendront de courtiers plus nombreux et différents de ceux qui opèrent dans les zones rurales.

Les relations sociales sont fluides. Elles se reproduisent et se transforment dans le cadre urbain comme dans le contexte rural, mais pas à la même vitesse. La densité des relations sociales plurielles dans les villes et les cités les dote d’une viscosité particulièrement faible : les changements sont rapides, les indéterminations grandes, et les défis aux faits établis nombreux.

Propriété, citoyenneté et autorité publique

La propriété et la citoyenneté sont des expressions omniprésentes dans le discours politique. Toutefois, les variations dans le contenu, dans les dynamiques de reconnaissance et dans la mise en œuvre de ces idiomes défient toute tentative d’homogénéisation et suscitent des malentendus. La propriété et la citoyenneté (de même que « l’État », le « gouvernement » ou le « pouvoir ») sont des concepts qui charrient avec eux un énorme bagage historique, et la simple traduction de ces termes, par exemple entre l’anglais et le français, introduit des points d’incompréhension en raison des divergences de trajectoires historiques. Autant dire dans ces conditions que leur transposition depuis un contexte européo-américain, d’où provient une grande partie de la littérature académique, vers des contextes africains, dans lesquels ces questions ne sont pas moins pertinentes, soulève de bien plus grandes difficultés encore. Un défi particulier de l’emploi de concepts élaborés dans un contexte donné, si l’on veut qu’ils fassent sens dans un autre, est de les appréhender historiquement sans toutefois les transposer de manière téléologique. La solution, à notre avis, n’est pas de nier leur origine historique ou de les purifier de tout contexte afin qu’ils passent pour universels, mais plutôt de les regarder comme des faisceaux de questions heuristiques qui pourront nous donner à voir une cohérence, même approximative, lorsque nous étudions les dynamiques et les luttes historiques, sociales et politiques relatives à ce que nous avons et à qui nous sommes 10 .

La propriété et la citoyenneté sont des principes structurants primordiaux dans toute société, qui engagent des questions comme celle de savoir qui peut avoir des droits, ou encore de quels droits tel ou tel peut disposer. Cependant, l’indéniable pluralisme institutionnel et juridique en Afrique et dans d’autres sociétés postcoloniales nous engage à envisager ceci de manière particulière. Il est clair que pas une seule institution ne peut statuer unilatéralement sur la question de la propriété ou de la citoyenneté. En pratique, aucune institution en tant que telle ne définit et n’applique les droits, ou n’exerce le pouvoir sur ces questions. Ceci a plusieurs implications. Pour commencer, le gouvernement n’est pas l’apanage des institutions légales. Il peut arriver que des institutions (législatives, judiciaires et exécutives) gouvernent effectivement, mais il est mieux indiqué de considérer ceci comme un ensemble de questions empiriques plutôt que comme une donnée préétablie. De même, il nous appartient d’être ouverts à l’éventualité que l’aptitude à gouverner puisse résider dans d’autres institutions que celles du gouvernement légal 11 . En outre, nous soutenons que les luttes de pouvoir pour déterminer les paramètres de la propriété et de la citoyenneté façonnent les différentes institutions et leur confèrent la capacité de définir et de faire respecter les droits. Par conséquent, nous essayons de nous départir des hypothèses faciles selon lesquelles le pouvoir étatique et gouvernemental serait préexistant à de tels droits. Plutôt, nous considérons les revendications de droits comme des manières de développer l’autorité publique et la capacité à gouverner différentes institutions 12 .

Dans une grande partie de la littérature consacrée à la propriété et à la citoyenneté, deux tendances sont communément partagées. L’une privilégie la notion de droits complets ou absolus. L’autre favorise l’idée d’une trajectoire d’évolution aboutissant à cette complétude. Les deux ont tendance à constituer des obstacles à de sérieux travaux empiriques.

Pour ce qui nous concerne, par « propriété » nous entendons davantage que la « propriété privée ». En effet, la propriété est fréquemment – et de manière plutôt sommaire – assimilée à la possession absolue et sans entraves. Pourtant, l’idée de possession en tant « qu’exclusion totale du droit de toute autre personne dans l’univers 13 » est précisément une idée. La possession est toujours restreinte par les droits des autres, ce qui limite l’exercice d’un droit abstrait de propriété absolue. Dès lors, nous concevons la propriété comme une revendication légitimée sur des objets de valeur, sanctionnée par une quelconque forme de pouvoir politique 14 .

Les relations de propriété existent au niveau des lois et des règlements, des normes culturelles et des valeurs sociales. La manière dont les gens acquièrent et protègent leurs droits peut sembler un processus simple. Il s’avère cependant complexe lorsque plusieurs ordres normatifs se trouvent en compétition pour légitimer des revendications concurrentes, et lorsque plusieurs groupes et institutions rivalisent dans la compétence pour régler les différends et établir des normes jurisprudentielles. Le pluralisme est normatif, il est juridique et institutionnel.

Si la terre est souvent le plus patent des objets de propriété, il est néanmoins loin d’être le seul. En Afrique, la revendication de droits de propriété sur des personnes reste significative. Elle a des implications sur les revendications de droits que ces « personnes possédées » peuvent faire valoir et sur leur statut de citoyens (voir l’article d’Éric Hahonou dans ce numéro). Des formes de propriété moins tangibles façonnent également les droits des personnes à la ville. Par exemple, comme le montre Mathieu Hilgers dans ce dossier, la dénomination des lieux en tant que sites patrimoniaux soulève des questions comme celles de savoir qui peut bénéficier d’une telle propriété intellectuelle et comment cela peut se réaliser. Lorsqu’il est question de la terre, c’est souvent en référence, généralement implicite, à une théorie de l’évolution des droits vers une forme de propriété individuelle, absolue, privée et sécurisée.

En aucun cas nous ne nions qu’il existe de puissantes forces qui tentent de privatiser la terre et d’autres types de ressources. Cependant, nous pensons que les luttes et leurs diverses conséquences institutionnelles sont trop importantes pour être balayées comme s’il ne s’agissait que d’un vacarme éphémère. Nous voyons donc dans les villes des acquisitions et des allocations publiques qui s’entrecroisent avec différentes formes de privatisations. Diverses agences gouvernementales, des promoteurs privés, des propriétaires fonciers et des squatters dotés de pouvoirs et de documents variés marchandent le statut d’espaces particuliers à coups de classifications officielles, d’imitations d’actes officiels, de constructions, de présence physique 15 .

En ville, beaucoup de personnes louent leur espace de vie et de travail. Les questions de propriété et de citoyenneté n’en demeurent toutefois pas moins pertinentes. L’accès des personnes aux quartiers et au logement dépend souvent de leur identité sociale et, de même, les droits des propriétaires sont souvent conditionnés par les modalités de location de leurs chambres, maisons ou parcelles, et par l’identité de ceux à qui ils les louent. Par ailleurs, ceux qui sont locataires d’implantations illégales ou informelles auront plus souvent à faire face à des situations précaires que les locataires de terres régularisées 16 . Les contrats de location sont ainsi autant une question d’accès à l’espace qu’une transaction d’achat, et les expulsions ont autant à voir avec une modification des conditions d’occupation des terres que les occupations illégales.

Plusieurs dimensions du contrôle spatial s’imbriquent lorsque l’on parle du foncier. À qui appartient tel espace et qu’est-ce qui appartient à qui sont autant de questions qui articulent le contrôle politique sur le territoire et le contrôle juridique sur la propriété. Ils glissent l’un sur l’autre et deviennent l’un l’autre. Comme le répertoire des revendications est vaste, un large éventail de processus se déploie, dans lequel les habitants s’engagent pour défendre leurs intérêts – depuis les négociations informelles au quotidien jusqu’à des conflits politiques et juridiques à grande échelle. La territorialisation et l’ordonnancement spatial des habitants combinent différentes techniques politiques et juridiques de classification, d’enregistrement et de planification qui ne se contentent pas de structurer l’espace physique, mais qui organisent aussi sa perception sociale et politique. Les stratégies de territorialisation, menées aussi bien par des gouvernements et des organisations que par des individus, autorisent ou interdisent certaines formes d’accès à ou d’utilisation de la terre ; elles régulent certaines formes de mobilité et de transactions ; et, en différenciant les droits des ressources, elles contribuent à la structuration de la citoyenneté (lire Mathieu Hilgers dans le présent dossier).

Nous comprenons aussi la citoyenneté comme quelque chose de plus large que la « citoyenneté nationale formelle ». Si l’on prend au sérieux le pluralisme institutionnel, des droits différents engagent des liens institutionnels différents – dont certains peuvent ne pas s’établir avec le gouvernement officiel. La citoyenneté nationale formelle est souvent décrite comme un plein droit légal, politique et social, acquis au fil de l’histoire 17 . Pourtant, elle n’est qu’une des multiples configurations prises par les identités collectives socialement construites ou par les appartenances de groupe basées sur des critères statutaires comme l’ethnicité, le genre, la religion, la séniorité, la caste, la profession, etc. Ainsi, la citoyenneté peut largement être comprise comme le droit d’avoir des droits 18 . De manière générique, elle désigne une reconnaissance mutuelle et réciproque de catégories de personnes et d’institutions de pouvoir. Un même être humain peut ainsi incarner toute une gamme de subjectivités politiques symbolisant des relations aux institutions auxquelles l’individu est redevable pour tel ou tel statut particulier. Un même être humain est dès lors engagé dans de multiples dynamiques de reconnaissance réciproques.

La citoyenneté décrit l’agencéité (agency) d’une personne et la subjectivité politique qui lui est reconnue. Elle compose la « visibilité » politique et désigne l’institution politique à travers laquelle un individu tire ses droits d’appartenance à telle ou telle communauté. En Afrique, la terre est une ressource à laquelle l’accès n’est pas seulement assuré par l’appartenance à une communauté nationale : la citoyenneté locale et le statut sont souvent tout aussi importants, sinon plus. De même que de multiples ensembles de règles prévalent et que de nombreuses institutions se disputent l’exercice du pouvoir sur l’allocation des droits, dans les sociétés africaines, l’appartenance est stratifiée. Bien que les individus possèdent une nationalité qui leur apporte certains droits, il ne s’agit ni de la forme la plus significative d’appartenance à une communauté politique, ni de la seule source de droits. On peut avoir en commun une nationalité, mais l’idée d’autochtonie ou de citoyenneté locale est souvent invoquée, parallèlement au genre, à la séniorité ou à l’ethnicité par exemple, comme critère d’inclusion ou d’exclusion pour certains espaces et certains droits 19 .
La propriété et la citoyenneté sont donc intimement liées dans leur constitution. Leur essence même est la reconnaissance. Alors que la propriété et la citoyenneté sont essentielles pour la distribution des richesses matérielles et des moyens de subsistance dans la société, c’est en fait la reconnaissance qui les constitue en tant que relations sociopolitiques et juridiques. Les processus de reconnaissance des revendications à la terre ou à d’autres ressources en tant que propriétés, et de l’identité politique en tant que citoyenneté associée à des droits, confèrent en même temps à l’institution qui procure cette reconnaissance la reconnaissance de son pouvoir à le faire. Les luttes pour la propriété et la citoyenneté ont donc autant à voir avec l’étendue et les attributs de l’autorité qu’avec l’accès aux ressources et à l’appartenance. La reconnaissance mutuelle constitue un contrat vertical, si l’on peut dire (n’en déplaise à Rousseau), qui lie la propriété et la citoyenneté à l’autorité politique dans la société. Ce contrat implique aussi l’échange de valeurs matérielles. Contre des droits de propriété reconnus et précieux sur la terre, ou d’autres allocations encore, les gens reconnaissent le pouvoir politique des institutions par le paiement de taxes, sous forme d’argent, de tribut, de travail, d’allégeance ou par d’autres moyens. De tels contrats ne sont pas vraiment volontaires, pas toujours consensuels, ils sont souvent litigieux et toujours voués à la renégociation. Ainsi, ils n’impliquent pas forcément la reconnaissance de la légitimité des conditions contractuelles ; ils articulent tout simplement les notions d’avoir et d’être au pouvoir. Comme les droits et l’autorité publique sont coproduits, l’érosion des uns signifie aussi l’émiettement de l’autre.

Les dynamiques contractuelles verticales et horizontales

La reconnaissance des droits et du pouvoir peut, schématiquement, être perçue comme engageant des dynamiques verticales et horizontales. Par verticalité nous entendons une reconnaissance réciproque entre ceux qui requièrent des droits et les institutions de pouvoir, c’est-à-dire un contrat. Dans l’horizontalité nous comprenons deux aspects : d’une part, les relations entre les différentes institutions d’autorité, incluant la coopération ou la compétition à propos de leurs compétences juridictionnelles ; et d’autre part, les relations établies entre des demandeurs réclamant les mêmes droits. Nous les analyserons successivement en commençant par la dimension verticale.

Les contrats de droits et le pouvoir

Les droits tirent leur origine des revendications qui en sont faites. Ils sont parfois conquis de haute lutte, car ils ne sont pas juste accordés à des personnes par une instance supérieure bienveillante, mais plutôt arrachés au pouvoir. Les revendications sont concrétisées avec plus ou moins de succès, qu’elles soient ou non entérinées par des institutions politiques importantes, et, en conséquence, les droits qui en découlent se consolident et s’enracinent plus ou moins profondément. Le contrat entre droits et autorité n’est donc pas établi une bonne fois pour toutes ; au contraire ses dispositions demeurent sujettes à débat. Il arrive que des droits et des avantages ressortent de normes et de pratiques généralement admises par la société comme légitimes et valables. Il peut s’avérer difficile de repérer de tels liens précis entre droits et institutions dans des situations où règne un consensus tacite, ou dans des cas de forte domination hégémonique. Il semblerait alors que de tels droits « existent », tout simplement. Malgré tout, il semble que parfois ces droits « naturels » soient aussi contestés – par exemple les droits des hommes à contrôler la terre des femmes, ceux des nobles à diriger le travail des esclaves, ceux des premiers occupants à limiter l’implantation des nouveaux venus, ou encore les droits des gouvernements à expulser les squatters. Dans de tels moments de tension, il devient plus aisé d’identifier ceux à qui les personnes sont redevables de leurs droits et, par conséquent, quelles institutions entérinent le sort des défavorisés (femmes, esclaves, derniers venus, occupants illégaux …). Des institutions émergent pour reconduire des contrats anciens et protéger des droits consacrés, tandis que d’autres au contraire les sapent en se montrant sensibles aux demandes de remise en cause des contrats établis. Ainsi, la subjectivité politique ne concerne pas seulement les relations nouées avec les gouvernements officiels, mais encore celles qui se trament avec tout acteur institutionnel en mesure d’octroyer et de garantir le droit de sujets politiques. C’est dans ce mouvement que les dynamiques de propriété et de citoyenneté s’entrelacent.

Quelle institution est susceptible de soutenir quelle demande de droits et, surtout, comment, sont des questions déterminantes. Les droits charriés par la reconnaissance du sujet politique peuvent être limités ou étendus. Ils peuvent s’étendre du mineur légal à la personne dotée d’une personnalité juridique entière, ou du sujet dominé à l’individu émancipé disposant de certaines facultés de participation : même les droits les plus minimes sont des droits. La tension relative entre institutions politiques et sujets politiques varie bien sûr énormément selon les contextes. Elle peut aller de l’assujettissement complet des sujets par des institutions despotiques qui les taxent lourdement, jusqu’à des citoyens demandant des comptes aux organes gouvernementaux. Il s’agit d’un champ conflictuel dans lequel différentes catégories de sujets politiques contestent des positions catégorielles désavantageuses comme celles du genre, de la race, de la caste ou du lignage … Souvent, le but est d’effacer le lien entre ces catégories et les privilèges ou l’infériorité des individus, de manière à ce que les droits ne dépendent plus de ces attributs discrétionnaires. Inversement, les groupes qui tirent avantage de ce type de catégorisations tendent à travailler à leur reproduction 20 . En conséquence les femmes, les gens de basse caste, les esclaves ou encore les nouveaux arrivants se débattront volontiers pour modifier leur contrat afin d’être investis de droits plus complets, alors que les hommes, les membres des hautes sphères sociales, les aristocrates ou encore les primo-arrivants veilleront plutôt à empêcher de tels changements. Le contrôle permanent par les biens nantis et la relative permanence de certains quartiers sont des témoignages de l’inégalité persistante produite par l’entrecroisement des questions de richesse, de pouvoir, d’estime, de séniorité, de genre et d’origine ethnique.

Un individu est redevable auprès d’institutions distinctes pour des droits divers. En retour, différentes entités institutionnelles sont confirmées au travers de ces relations. Dans des sociétés où existent plusieurs institutions concurrentes, des relations multiples sont donc établies, reproduites ou taraudées entre la population et une série d’institutions en parallèle ; aussi le pouvoir de l’une peut­il venir questionner ou au contraire réaffirmer celui d’une autre. Deux individus peuvent par exemple jouir de la même nationalité – voire ils peuvent venir du même village ou vivre dans la même ville – mais leur situation sera différente s’ils sont un homme ou une femme, ou un noble ou un roturier, en d’autres termes selon qu’ils posséderont des caractéristiques plutôt valorisantes ou disqualifiantes. Bien que ces catégories et ces attributs aboutissent à former des groupes ou des collectifs, aucun de ceux-ci n’est indemne de mélanges parce que les critères du groupe et des attributs de valeur culturelle et juridique variés interfèrent les uns avec les autres. Ainsi, les contrats ne sont pas soumis aux seules dynamiques internes. Même si un « contrat de reconnaissance » entre les sujets politiques et l’institution politique est établi, tant bien que mal et au moins temporairement, sa seule reproduction n’assure pas pour autant la stabilité. Le fait que les gens incarnent diverses identités politiques signifie souvent que les droits découlant d’une certaine position interfèrent avec ceux dérivant d’une autre, et à ce titre on peut dire que tous les contrats ne sont pas d’égale importance dans toutes les situations. Par conséquent, de nouvelles revendications émergent au moment où d’autres s’évanouissent, tout comme évoluent aussi les revendications des institutions à l’autorité.

Non seulement la multiplicité des relations crée la disparité et la différence, mais aussi elle fabrique et renforce une inégalité complexe. Lorsque différentes relations se fortifient l’une l’autre, des dynamiques récursives sont en jeu (par exemple être un propriétaire foncier ou un bailleur, et être membre d’une faction politique puissante, d’un groupe ethnique influent ou associé à une confrérie puissante, ou, à l’inverse, être un squatter, un journalier, de bas statut social, et être migrant …). Manifestement, une vaste gamme de combinaisons est possible. Il nous faut donc, pour paraphraser Fraser 21 , explorer les formes de la reconnaissance ou de la méconnaissance qui surgissent lorsque des institutions concurrentes construisent une interaction conformément à certaines normes culturelles et juridiques. Et nous devons aussi accorder une attention particulière aux dynamiques qui font obstacle à l’égalité de participation et excluent certains groupes, comme aux mouvements qui permettent à d’autres groupes de combiner différentes sources institutionnelles de reconnaissance de leurs demandes à leur statut et leur richesse. Dans les villes, spécialement dans celles qui ont englouti les agglomérations rurales et périurbaines, les revendications concurrentes d’accès à la propriété foncière et à la résidence reflètent des modèles anciens ou nouveaux de propriété et de citoyenneté. Bien souvent, des doléances qui se chevauchent sont adressées aux autorités coutumières, anciennes ou récentes, aux bureaux de planification urbaine, aux hommes forts du voisinage ou à d’autres personnes qui, à leur tour, entrent dans des conflits de compétence 22 .

Dans sa contribution à ce dossier, Gabriella Körling montre comment les habitants de Niamey tentent de devenir visibles, c’est-à-dire des citoyens dignes aux yeux de la municipalité. De manière à établir un « contrat » de reconnaissance réciproque, ils agissent en anticipant sur ce que la municipalité s’attendrait à voir de la part de citoyens jugés « convenables ». De manière assez proche, Claudia Gastrow explique que squatter à Luanda est une réaction de frustration face à l’absence d’un gouvernement avec lequel les gens pourraient engager une relation en tant que citoyens. Ces personnes squattent pour avoir un domicile, mais elles le font avec ostentation, de manière à susciter une réaction de reconnaissance de la part du gouvernement. Rony Emennegger, pour sa part, décrit comment l’introduction de la citoyenneté dite ethnique en Éthiopie a ouvert à la population de nouvelles voies pour articuler ses revendications auprès du gouvernement. Les Somali, depuis longtemps « invisibles », sont ainsi devenus des sujets juridiques bien identifiables. Mais cela a également conduit au durcissement des frontières ethniques à l’intérieur du pays. Enfin, une notion de contrat assez subtile est exposée dans l’article de Mathieu Hilgers, où l’on voit des aspirants citadins briguer les ressources matérielles, culturelles et sociales offertes par les villes. Celles-ci peuvent avoir diverses caractéristiques en tant que villes minières, sites touristiques ou centres administratifs par exemple, et Hilgers souligne à quel point ces spécificités jouent sur la manière dont les gens revendiquent leur appartenance.

Les luttes autour des compétences juridictionnelles

Les institutions se font concurrence. Le contrat et la compétition verticale entre les requérants et les autorités se mêlent donc à la concurrence horizon- tale existant entre les différents organes de pouvoir. En fait les institutions (conseils municipaux, mairies, ministère de l’Intérieur, associations de quartier, chefferies …) sont organisées en hiérarchies de pouvoirs, de compétences et de responsabilités formelles, fonctionnelles et structurées qui s’inscrivent dans la constitution ou d’autres textes légaux. Néanmoins, alors que ces relations et ces pouvoirs sont très officiellement consignés dans les législations, les pratiques elles-mêmes s’affranchissent bien souvent du scénario écrit et établissent, concrètement et de manière efficace, les relations de collaboration ou de compétition, de coordination et d’affirmation des compétences. Les relations réelles entre les institutions sont donc toujours « en devenir ». Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas de hiérarchie, qu’il n’existe pas de délimitation des compétences ou de reconnaissance réciproque des pouvoirs. Cela signifie seulement que nous devrions regarder cela comme une dynamique constante : ce sont non seulement les législations officielles, mais aussi le pouvoir et la pratique politiques qui façonnent la définition et la mise en application réelles des revendications comme droits, et qui déterminent les contours effectifs des juridictions et de l’autorité compétente en la matière. La domination coloniale offre à cet égard un bon exemple de politiques mises en place par un « nouveau pouvoir » qui oscillent entre la négation et la réprimande, ou la célébration et la réinvention des chefs traditionnels en tant que dépositaires de pouvoir, et où les dirigeants locaux tentent de se faire une niche au creux de ladite « autorité traditionnelle ».

Ainsi, nous avons affaire à une structure en partie hiérarchique et en partie divisée entre juridictions fonctionnelles distinctes, plutôt qu’à un système de pouvoirs parfaitement imbriqués. Différents ministères, directions régionales et organismes gouvernementaux se disputent un territoire et des compétences sur des questions particulières, que ce soit pour y prétendre (pour le pouvoir, la rentabilité, le prestige …) ou au contraire pour les renier (par exemple pour se soustraire aux reproches et à la responsabilité …). En outre, les institutions coutumières peuvent aussi batailler entre elles, au moment où des agences non gouvernementales comme les ONG ou les organisations internationales de développement peuvent également devenir parties prenantes des rivalités de compétence. Sur le papier, une solution peut être d’en passer par l’arbitrage du gouvernement ou des tribunaux, mais en réalité, dans un contexte local, l’accès à ces organes est souvent limité et difficile pour les gens ordinaires, et d’autres institutions paraissent alors pouvoir exercer une autorité effective sur les problèmes fonciers en question. Par exemple, il peut arriver que les « institutions coutumières » s’efforcent de déterminer qu’une question relève du « coutumier » et dès lors de leurs propres compétences, s’affranchissant ainsi de toute autorité du gouvernement central ou du système judiciaire officiel.

Comme le montre Gabriella Körling dans ce numéro, au sein des nouvelles agglomérations urbaines peuvent émerger de nouveaux pouvoirs par simple effet d’antériorité de leur présence et grâce au sens des affaires que développent certains en allouant des terres à d’autres. Des situations plus spectaculaires peuvent aussi se rencontrer, comme l’explique Rony Emmenegger. Ainsi à Jigjiga, en Éthiopie, les changements du gouvernement local ont ravivé des revendications et des contrats basés sur l’identité et en ont rendu d’autres caducs. Mais on peut aussi observer qu’au sein d’un même organisme légal peuvent exister des mécanismes contradictoires de régulation de la propriété. À propos de la ville de Luanda dans l’après-guerre civile, Claudia Gastrow nous raconte comment une image idéalisée du camp perdant de Savimbi a été forgée par les habitants pour contester la légitimité des politiques du gouvernement actuel. Pendant ce temps, de petites transactions – à proprement parler illégales – sont exécutées et supervisées par des comités de riverains affiliés au gouvernement. Ainsi, même dans ce qui ressemble à un régime de parti unique comme en Angola, des doutes et des incertitudes apparaissent sur ce qu’est le parti, et ce qu’est le gouvernement. Dans certains endroits, des gens ont d’ailleurs l’impression qu’ils sont plutôt sujets du parti que citoyens de droit de la nation. Évidemment, comme le souligne Mathieu Hilgers, la gamme des pouvoirs qui se trouvent en concurrence reflète la taille et les caractéristiques socio-économiques des villes.

La nature fragmentée de l’autorité sur le foncier et les multiples options concernant l’identité politique des individus ont donc des répercussions importantes sur les rivalités entre ceux qui réclament des droits. Cela implique des luttes autour des droits, des identités et des catégories, et cela suppose des stratégies de légitimation, de visibilité et, parfois, de violence. Voyons maintenant ce qui conditionne ces luttes et comment celles­ci influent sur la définition des catégories sociales.

Les rivalités entre requérants, ou comment s’établissent des contrats en situation de concurrence juridictionnelle

La question de savoir qui peut acquérir, posséder et négocier la propriété engage aussi des questions de citoyenneté, à partir du moment où la collaboration avec les institutions s’opère très souvent selon des lignes de démarcation ethniques, genrées, professionnelles et générationnelles, ainsi que sur des écarts de classe et de richesse. Les individus et les groupes travaillent à forger, maintenir, minimiser ou déconstruire leurs propres catégories d’appartenance, mais en l’occurrence pas selon leur propres critères de choix. Des catégories comme celles d’initiés et d’outsiders, de nobles et de roturiers, d’hommes et de femmes, de bons croyants et d’infidèles, d’ethniques­ci et d’ethniques­ça, de vieux et de jeunes, ou d’autres encore, sont importantes pour la légitimation de la population dans ses revendications foncières. De surcroît, les sociétés, les entreprises et les organismes gouvernementaux dotés d’une « personnalité juridique », qui accèdent aux biens et les contrôlent en vertu des textes légaux, font eux aussi partie de la « population » des demandeurs dans la ville. Manifestement, ces attributs s’articulent de manière diverse et complexe – il peut être plus facile pour un chef d’entreprise d’une couleur ethnique particulière d’obtenir du bureau du maire un permis de construire, de louer ou d’acheter, que pour un autre dont les marqueurs identitaires seraient de moindre intérêt 23 .

Ignorer délibérément ou ne pas reconnaître la portée de relations et de contrats multiples conduit facilement à des situations dans lesquelles certains groupes se voient accorder une priorité politique ou analytique. Dans de tels cas, des caractéristiques homogénéisantes telles que l’ethnicité, la nationalité ou la classe sociale, pour ne donner que ces exemples, sont mises en avant pour créer un corps politique visible dont les justifications importent. D’autres éléments de différenciation, comme le genre, la race ou la caste, les croyances ou les convictions, se trouvent alors minimisés ou extraits du tableau bien qu’ils constituent, eux aussi, des marqueurs de l’inclusion ou de l’exclusion.

La fabrication, la reproduction et l’érosion des catégories sont des processus politiques centraux. L’action collective démarre souvent à partir d’un grief ou d’une question spécifiques comme l’accès à la terre, à la vie politique, aux services publics, à la justice, etc. Cependant, souvent aussi, ce type d’action collective se consolide et se reproduit au travers de la catégorisation et de la différenciation des personnes dans des groupes. Ces classifications structurent les idéologies et les aspects juridiques au travers desquels les revendications foncières ou celles d’autres ressources précieuses peuvent légitimement être mises en avant. Bien sûr, les catégorisations sont le produit de processus historiques complexes, plus ou moins longs. Certaines comme la séniorité, le genre ou la caste notamment, datent d’avant la colonisation, alors que d’autres sont plus récentes. Certaines ont été développées à l’époque coloniale, quand les administrations européennes ont établi des tribunaux ayant compétence sur certains groupes de population définis par exemple par leur religion ou leur race. La séparation des populations dans les quartiers selon des critères comme la race, le « stade de civilisation » atteint, l’ethnie, la religion ou le commerce s’est révélée être un travail de Sisyphe pour les pouvoirs coloniaux 24 . En empilant les cartes des droits et privilèges de cette manière, la rivalité et la compétition ont facilement pris une forme communautaire, et la violence a aussi largement suivi ce modèle. Comme le soulignaient Richard Banégas et ses coauteurs dans un précédent dossier de Politique africaine, « la prise de parole est loin d’être antithétique du recours à la violence 25 ». La violence communautaire est ainsi rarement la simple conséquence de la différence de droits ou d’identités politiques ; elle est en réalité alimentée et structurée par des institutions rivalisant dans leur autorité et leur inégalité catégorielle 26 .

Toutes les discriminations n’ont pas une seule source ou un seul responsable facilement identifiables, comme par exemple telle politique officielle ou tel gouvernement. Ou plus exactement, ces différentes paternités peuvent s’estomper au fil du temps. Comme Charles Tilly l’a écrit :

« l’inégalité durable entre les catégories découle de ce que ceux qui contrôlent l’accès aux ressources de valeur et à leur production résolvent les problèmes urgents d’organisation par le biais de distinctions catégorielles. Par inadvertance, ou pour d’autres raisons, ils mettent ainsi en place des systèmes d’isolement, d’exclusion et de contrôle social. Plusieurs parties – pas toujours puissantes et parfois même victimes d’exploitation – acquièrent alors des intérêts dans ces solutions 27 ».

Certaines discriminations seront éphémères ou de courte durée, rapidement compromises ou rendues hors de propos – au moins pour un moment. D’autres, toutefois, se reproduiront avec efficacité, se durciront ou s’institutionnaliseront, et seront renforcées par la loi, les règlements, la force ou d’autres mesures. Elles pourront devenir habituelles et parfois même essentielles pour tous les acteurs impliqués. Dans ce numéro, Éric Hahonou décrit ainsi comment une citoyenneté inégalitaire – en réalité, la forme la plus extrême d’esclavage – est devenue une base de la norme dominante de la société au nord du Bénin. Cet ordre oppressif classant certains comme des sous-hommes est socialement et politiquement débilitant. Mais le discours hégémonique justifiant le bien-fondé de cette segmentation a été reproduit dans les dynamiques économiques, politiques, juridiques et culturelles. Ainsi, des discriminations comme celle-ci seront plus durables si leur reproduction s’aligne sur des intérêts puissants dans la société – encore qu’elles soient moins permanentes que ce que la société des puissants revendique souvent, comme le montre aussi Hahonou. Les choses peuvent changer.

Fréquemment, les acteurs plus puissants que ceux dont les identités sont en jeu manipulent les identités. La nationalité officielle, couplée à la promesse de droits universels, est souvent conjuguée à une pratique gouvernementale concrète d’objectivation et d’instrumentalisation des identités afin de faire la différence entre les groupes de personnes et leurs droits fonciers. Donc, certaines communautés sont considérées, en bloc, comme appartenant à l’un ou l’autre groupe, et des communautés entières, le plus souvent définies en termes d’ethnicité, peuvent être considérées comme dignes de voir leurs droits reconnus, ou au contraire mériter plus de contrôle ou l’exclusion. L’idée des Bantoustans en Afrique du Sud en est un exemple particulièrement pertinent, mais bien d’autres cas pourraient être mentionnés.

Les organes dirigeants fonctionnent souvent à la fois comme des acteurs revendiquant des droits de propriété vis-à-vis de la population locale et comme des institutions ordonnatrices qui décident de la réponse à apporter à ces questions. Cette instrumentalisation du pouvoir décisionnel est banale dans la mesure où les occasions pour le gouvernement et les fonctionnaires de maximiser la rente sont colossales. Comme l’indique Gabriella Körling, selon les possibilités qui existent de lancer des projets de lotissement, les gouvernements profitent de ce double rôle qui rend précaires les requêtes des résidents les plus faibles. La légitimation des demandes de propriété et d’espace dans la ville varie en fonction de la nature des centres urbains et des manières par lesquelles ils se trouvent connectés aux flux nationaux et mondiaux des capitaux, comme le met en lumière Mathieu Hilgers. Dans cette veine, on observe que l’expulsion violente des occupants « illégaux » ne paraît jamais très lointaine quand les enjeux sont pressants, comme Claudia Gastrow le montre par exemple à propos de Luanda, capitale d’une économie en plein essor. Dans l’Éthiopie d’aujourd’hui, Rony Emmenegger décrit bien comment les demandes de restitution ou de compensation pour les terres perdues durant les régimes précédents doivent être appuyées par des attestations de propriété légale au moment de l’expropriation ou de la spoliation si l’on souhaite se voir accorder une indemnisation. C’est seulement en prouvant qu’un contrat social légitime sur le foncier était alors détenu que les revendications deviennent visibles, et donc audibles. La visibilité est essentielle pour être en mesure de posséder et de disposer des terres, ou même pour exercer une fonction et bénéficier d’une intégrité sociale et politique. La reconnaissance d’un être doué de toutes les facultés et potentialités humaines ne peut jamais être tenue pour acquise, ce qui apparaît très clairement dans l’analyse de la trajectoire récente des Gando au Bénin proposée par Éric Hahonou.

Alors que les « catégories dures », telles que la race ou le genre, permettent de distinguer clairement entre les ayant-droits et les autres – une citoyenneté de distinction pour ainsi dire –, les catégorisations de tous les jours en ville sont surtout affaire de degré et de bricolage. Les projets de contrôle, de fiscalisation, de recensement, de confiscation ou d’expulsion rendent, à juste titre, la population très méfiante à l’encontre du gouvernement 28 . Cependant, pour beaucoup de personnes la triste réalité est, si l’on paraphrase Oscar Wilde, qu’il n’y a qu’une seule chose pire que d’être vu par le gouvernement, c’est de ne pas l’être.

Ainsi, on peut dire que la visibilité est à double tranchant, et les choix comme les stratégies de visibilité ou de maintien dans l’ombre dépendent largement du contexte, des ambitions et des ressources des autorités, ainsi que des options disponibles pour la population. Tout en veillant à éviter certains organismes de gestion gouvernementale, la population déploie simultanément beaucoup d’efforts, d’imagination et de souplesse pour être vue par d’autres. Afin d’être vus – ou d’être reconnus, pour le dire autrement –, les demandeurs improvisent des façons de se présenter eux-mêmes et d’exposer leurs revendications de manière à se rendre visibles auprès de l’institution de pouvoir adéquate. En fait, la population revendique et obtient des droits étape par étape, un pas en avant rendant le suivant possible et plus aisé. Ainsi par exemple, occuper la terre peut permettre à un groupe de gagner en visibilité politique et juridique. Par ailleurs, en formant des « clubs » ou des « associations » avec des « présidents de secteurs », les habitants sont en mesure de résister aux expulsions ou de les éviter et peuvent assurer un accès aux services publics. Une présence avérée peut leur permettre d’obtenir des cartes d’identité par exemple, ou encore des documents comme des cartes de votant, de membres d’associations politiques et culturelles, etc. D’ailleurs, payer pour des services permet aux clients de se procurer des reçus certifiant et légitimant leur résidence. On sou lignera aussi que le fait que des habitants occupent des terres et que parallèlement des institutions gouvernementales tolèrent ou fassent mine d’ignorer l’existence d’un marché foncier, autorise un renforcement progressif des attentes en matière de reconnaissance. Dans le même sens, on notera encore que la formation de comités de santé, de groupements de commerçants ou d’associations de parents d’élèves avant qu’il n’existe un dispensaire, un marché ou une école, permet aux citoyens d’entrer dans l’orbite de certains organes de gouvernance et de faire apparaître l’exercice du pouvoir et la reconnaissance en anticipant sur le « contrat » 29 . Enfin, Körling comme Gastrow montrent dans leurs contributions à ce numéro à quel point l’esthétique des documents, des plans et des dessins est importante pour étayer des revendications et les faire entrer en résonance avec la bienséance de la citoyenneté urbaine.

La consolidation des droits est une tâche difficile. Les droits sont souvent établis par le renforcement progressif des plus petites demandes ayant été concédées et par la reconnaissance graduelle accordée par divers organes de pouvoir, entrant souvent en concurrence, comme les cours judiciaires, les autorités de santé, les administrations territoriales, les régies scolaires, les services d’utilité publique, les services fiscaux, l’état­civil, les ONG, les chefs, les tribunaux de quartier, les milices, les « areas boys », etc. Pourtant, ce sont aussi ces nombreuses instances qui peuvent être à l’origine du blocage de telles revendications ou du démantèlement des droits établis. Ces derniers peuvent facilement s’éroder si l’institution censée les protéger est affaiblie. Ainsi, si quelqu’un détient une terre grâce à la coutume, ses droits pourront se réduire si l’autorité coutumière vient à être marginalisée, et si un propriétaire foncier détient une parcelle à la faveur d’un programme de lotissement municipal, ses droits seront pareillement vidés de toute substance si l’exécution du projet n’a finalement pas lieu.

Diverses combinaisons entre propriété et citoyenneté sont produites dans les contextes urbains, et constamment de nouvelles alliances institutionnelles ayant aptitude à définir et faire respecter les règles de propriété et de citoyenneté apparaissent. Ceci nécessite un effort de recherche spécifique, avec des travaux fondés sur le terrain et des données empiriques, ce qui permettrait d’aller au-delà des théories sur l’État modélisées d’après des idéaux-types a-historiques. L’objet de ce numéro de Politique africaine est donc d’identifier et de res(t)ituer les dynamiques et techniques politiques, sociales et juridiques qui instaurent des rapports de propriété et de citoyenneté et renforcent les différentes instances de la puissance publique, de même que celles qui remettent en cause ou sapent les revendications de droits ou d’autorité.

Notes
  1. Aussi connu sous le titre African Jim, ce moyen métrage (50 mn) a été réalisé par Donald Swanson en 1949 (note de la traductrice). []
  2. F. Cooper (dir.), Struggle for the City. Migrant Labour, Capital and the State in Urban Africa, Beverly Hills, Sage, 1983 ; J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, 1999 ; B. Freund, The African City. Cambridge, Cambridge University Press, 2007 ; J. Holston et A. Appadurai, « Cities and citizenship », Public Culture, n° 8, 1996, p. 187-204 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities. Competing Claims on Urban Spaces, Leiden, Brill, 2009 ; A. Marie (dir.), L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala, 1997 ; C. Young, « Nation, ethnicity, and citizenship. Dilemmas of democracy and civil order in Africa », in S. Dorman, D. Hammett et P. Nugent (dir.), Making Nations, Creating Strangers. States and Citizenship in Africa, Leiden, Brill, 2007, p. 241-264. []
  3. M. Davis, Planet of Slums, Londres, Verso, 2006 ; C. Kessides, The Urban Transition in Sub-Saharan Africa, Washington, The World Bank, Workingpaper, n° 97, 2005. []
  4. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground. Kinshasa’s Future in the Light of Congo’s Spectral Urban Politics », Cultural Anthropology, vol. 26, n° 2, 2011, p. 266-286 ; J. Ferguson, Expectations of Modernity …, op. cit., 1999 ; J. Guyer, « Describing urban “no man’s land” in Africa », Africa, vol. 81, n° 3, 2012, p. 474-492 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit. ; G. Myers, African Cities. Alternative visions of Urban Theory and Practice, Londres, Zed Books, 2011 ; J. Rasmussen, « Inside the System – Outside the Law. Operating the Matatu Sector in Nairobi », Urban Forum, vol. 23, n° 4, 2012, p. 415-432 ; A. Simone, For the City Yet to Come. Changing African Life in Four Cities. Durham, Duke University Press, 2004 ; A. Tostensen, I. Tvedten et M. Vaa (dir.), Associational Life in African Cities. Popular Responses to Urban Crisis, Uppsala, Nordic Africa Institute, 2001. []
  5. S. L. Engeman et J. Metzer (dir.), Land Rights, Ethno-Nationality and Sovereignty in History. Londres, Routledge, 2004 ; J.-P. Jacob et P.-Y. Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, 2010 ; A. Pottage, « The Fabrication of Persons and Things », in A. Pottage et M. Mundy (dir.), Law, Anthropology and the Constitution of the Social. Making Persons and Things, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 1-39 ; M. Strathern, Property, Substance and Effect. Anthropological essays on Persons and Things, Londres, The Athlone Press, 1999. []
  6. J. Burja, « Woman “Entrepreneurs” of Early Nairobi », Revue canadienne des études africaines, vol. 9, n° 2, 1975, p. 213-234. []
  7. Nous tenons à remercier Hannah Elliott qui nous a fourni cet exemple. []
  8. S. F. Moore, Law as Process, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1978, p. 1. []
  9. R. Banégas, F. Brisset-Foucault et A. Cutolo, « Espaces publics de la parole et pratiques de la citoyenneté en Afrique », Politique africaine, n° 127, octobre 2012, p. 5-20 ; F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. []
  10. N. Bobbio, The Age of Rights, Oxford, Polity Press, 1996 ; J. Brewer et S. Staves, « Introduction », in J. Brewer et S. Staves (dir.), Early Modern Conceptions of Property, Londres, Routledge, 1995, p. 1-18 ; C. Neveu, Anthropologie de la citoyenneté, Université de Provence, thèse d’habilitation à diriger des recherches, 2005 ; J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation. Paris, Albin Michel, 2006 (1re éd. 1991) ; A. Pottage, « The Fabrication of Persons and Things », art. cit. ; M. Somers, Genealogies of Citizenship. Markets, Statelessness and the Right to Have Rights, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 ; E. P. Thompson, The Poverty of Theory and other essays, Londres, Merlin Press, 1978. []
  11. Se reporter au travail très inspirant de B. Hibou, « From Privatising the Economy to Privatising the State. An Analysis of the Continual Formation of the State », in B. Hibou (dir.), Privatizing the State, New York, University of Columbia Press, 2004, p. 1-46 ; A. Mbembe, On the Postcolony, Berkeley, University of California Press, 2001 ; T. Mitchell, « The Limits of the State : Beyond Statist Approaches and their Critics », American Political Science Review, vol. 85, n° 1, 1991, p. 77-96 ; P. Nugent, « States and Social Contracts in Africa », New Left Review, n° 63, 2010, p. 35-68 ; C. Tilly, « War Making and State Making as Organized Crime », in P. Evans, D. Rueschemeyer et T. Skocpol (dir.), Bringing the State Back in, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 169-191 ; F. von Benda-Beckmann, « Le Monopole d’État de la violence dans la perspective de l’anthropologie juridique », in É. Le Roy et T. von Trotha (dir.), La Violence et l’État. Formes et évolution d’un monopole, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 35-57. []
  12. Le nombre de termes difficiles à traduire est particulièrement élevé dans cette section. Ailleurs, j’ai utilisé l’expression « qualité d’État » (« state quality ») pour définir la capacité effective de l’État à déterminer et faire respecter les droits. Voir C. Lund, « Property and Citizenship. Conceptually Connecting Land Rights and Belonging in Africa », Africa Spectrum, vol. 46, n° 3, 2011, p. 71-75. []
  13. C. Rose, « Canons of Property Talk, or, Blackstone’s Anxiety », Yale Law Journal, vol. 108, n° 3, 1998, p. 601. []
  14. M. Godelier, The Mental and the Material, Londres, Verso, 1986 ; É. Le Roy, A. Karsenty et A. Bertrand, La Sécurisation foncière en Afrique, Paris, Karthala, 1996 ; C. B. MacPherson, Property, Oxford, Blackwell, 1978 ; C. Rose, Property and Persuasion. Essays on the History, Theory and Rhetoric of Ownership, Boulder, Westview Press, 1994 ; T. Sikor et C. Lund (dir.), Politics of Possession, Londres, Blackwell, 2009. []
  15. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; S. Joireman, Where there is no Government. Enforcing Property Rights in Common Law Africa, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; P. Lavigne Delville, Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité, Paris, Karthala, 1998 ; M. Nielsen, « Inverse Governmentality. The Paradoxical Production of Peri-urban Planning in Maputo, Mozambique », Critique of Anthropology, vol. 31, n° 4, 2011, p. 329-358 ; J.-P. Platteau, « The Evolutionary Theory of Land Rights as Applied to Sub-Saharan Africa. A Critical Assessment », Development and Change, vol. 27, n° 1, 1996, p. 29-86. []
  16. C. Rakodi et T. Lloyd-Jones (dir.), Urban Livelihoods, Londres, Earthscan, 2002. []
  17. A. Honneth, The Struggle for Recognition. The Moral Grammar of Social Conflicts, Cambridge, Polity Press, 1995 ; T. H. Marshall, Citizenship and Social Class, Londres, Pluto Press, 1992. []
  18. H. Arendt, The Origins of Totalitarianism, New York, Harvest, 1979 (1re éd. 1948), p. 296. []
  19. H. Arendt, The Origins of Totalitarianism, New York, Harvest, 1979 (1re éd. 1948), p. 296. []
  20. C. Tilly, Durable Inequality, Berkeley, University of California Press, 1998. []
  21. N. Fraser, « Recognition without Ethics ? », Theory, Culture and Society, vol. 18, n° 2-3, 2001, p. 24. []
  22. R. T. Akinyele, « Contesting for Space in an Urban Centre. The Omo Onile Syndrome in Lagos », in F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit., p. 187-217 ; S. Berry, « Property, Authority and Citizenship. Land Claims, Politics and the Dynamics of Social Division in West Africa », in T. Sikor et C. Lund (dir.), Politics of Possession, op. cit., p. 23-45 ; F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; J.-P. Jacob et P.-Y. Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance …, op. cit. ; A. K. Onoma, The Politics of Property Rights Institutions in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; J. Ubink, In the Land of the Chiefs. Customary Law, Land Conflicts and the Role of the State in Peri-Urban Ghana, Leiden, Leiden University Press, 2008. []
  23. J.-P. Chauveau et J.-P. Colin, « Customary Transfers and Land Sales in Côte d’Ivoire. Revisiting the Embeddedness Issue », Africa, vol. 80, n° 1, 2010, p. 81-103. []
  24. L. Benton, Law and Colonial Cultures. Legal Regimes in World History, 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; M. Chanock, « A Peculiar Sharpness. An Essay on Property in the History of Customary Law in Colonial Africa », Journal of African History, vol. 32, n° 1, 1991, p. 65-88 ; J. Comaroff, « Governmentality, Materiality, Legality, Modernity. On the Colonial State in Africa », in J.-G. Deutsch, P. Probst et H. Schmidt (dir.), African Modernities, Portsmouth, Heinemann, 2002, p. 107-134 ; L. Fourchard, « Dealing with “Strangers”. Allocating Urban Space to Migrants in Nigeria and French West Africa. End of the Nineteenth Century to 1960 », in F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit., p. 187-217 ; M. Mamdani, Citizen and Subject. Contemporary Africa and the Legacy of Late Colonialism, Londres, James Currey, 1996 ; T. Mitchell, Rule of Experts, Berkeley, University of California Press, 2002. []
  25. R. Banégas, F. Brisset-Foucault et A. Cutolo, « Espaces publics de la parole … », art. cit, p. 19. []
  26. A. Jega (dir.), Identity Transformation and Identity Politics under Structural Adjustment in Nigeria, Uppsala, Nordic Africa Institute, 2000 ; S. Jensen, Gangs, Politics and Dignity in Cape Town, Oxford, James Currey, 2008 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit. ; C. Lund, Local Politics and the Dynamics of Property in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. []
  27. C. Tilly, Durable Inequality …, op. cit., p. 7-8. []
  28. J. Scott, « La montagne et la liberté, ou pourquoi les civilisations ne savent pas grimper », Critique internationale, vol. 2, n° 11, 2001, p. 85-104 ; J. Scott, The Art of not Being Governed, New Haven, Yale University Press, 2009. []
  29. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; G. Körling, In the Search of the State. An Ethnography of Public Service Provision in Urban Niger, Uppsala, Uppsala University, 2011 ; M. Nielsen, « Inverse Governmentality … », art. cit. []

Somalie, la renaissance manquée, par Anna Bruzzone

new-president-e1347313568243L’achèvement du processus de transition 1 , durant l’été 2012, a été célébré comme l’acte de naissance d’une Somalie nouvelle. Toutefois, s’il y a bien eu un changement dans la configuration de l’espace politique en Somalie, ainsi que dans l’attitude de la communauté internationale vis-à-vis du gouvernement somalien, il s’agit d’un changement dans la continuité. Le soulagement et l’enthousiasme suscités par l’élection de Hassan Cheikh Mohamoud à la présidence de la Somalie ont progressivement laissé place à un sentiment de désillusion et à des critiques croissantes. Les accusations de corruption au sein du gouvernement somalien se sont multipliées, tout comme les signes d’impatience de la communauté internationale à Nairobi. Après une amélioration temporaire, la sécurité s’est à nouveau détériorée à Mogadiscio. Par ailleurs, la mise en place du fédéralisme – une question qui a atteint son paroxysme à Kismayo – risque de provoquer des conflits claniques et de laisser la porte ouverte à une remontée en puissance du groupe armé islamiste al-Shabaab. En outre, elle pose la question des relations entre le gouvernement somalien et son environnement régional.

Ayant fait de la Somalie une illustration de l’efficacité du « New Deal pour l’engagement dans les États fragiles » 2 , les donateurs occidentaux, sous le leadership du Royaume-Uni et des États-Unis, se sont empressés de montrer que ce pays était enfin sur la bonne voie. Le récit d’une renaissance somalienne s’est substitué à l’image d’une Somalie repère du terrorisme islamiste. Poussée par le besoin d’une histoire à succès, la communauté internationale s’est laissée emporter par son propre discours et a fixé des objectifs très – peut-être trop – ambitieux à l’aune desquels la performance du gouvernement somalien doit être évaluée. Malheureusement, une élection ne suffit pas à elle seule pour qu’un pays change du jour au lendemain.

Cet article cherche à analyser l’impact sur le processus de construction de l’État de quelques paradoxes, à la fois internes et externes, qui caractérisent la Somalie de l’après-transition.

La « société civile » au sommet de l’État : atout ou handicap ?

L’élection de Hassan Cheikh Mohamoud (Hawiye/Abgaal/Wa’isle) 3 , en septembre 2012, a été saluée comme le début d’une nouvelle ère 4 . Ce nouveau président a un parcours atypique par rapport à ses prédécesseurs. Il est issu de la société civile, où il a joué un rôle actif pendant plus de dix ans, et il n’est pas un membre de la diaspora, à l’inverse de la grande majorité des nouvelles élites politiques depuis 2008. Il connaît le monde académique puisqu’il a créé une université privée, le Somali Institute for Management and Development (Simad), en 1999. Il est familier des organisations internationales – avant d’entrer en politique, il a travaillé comme consultant pour le Département pour le développement international du Royaume-Uni (DfID), l’Institut de recherche des Nations unies pour le développement social (Unrisd), la Banque mondiale et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Son ouverture d’esprit et son dévouement à la cause de la Somalie lui ont permis de gagner la sympathie populaire et de susciter un certain optimisme chez les donateurs occidentaux. Cependant, le fait d’être un outsider présente aussi des inconvénients et a progressivement contribué à son isolement.

Les fonctionnaires et conseillers nommés à la présidence sont issus d’un cercle restreint, composé d’anciens élèves de l’université privée Simad, et de membres ou sympathisants d’une organisation islamique, Dammul Jadiid, « Le Sang Nouveau », scission de l’organisation somalienne des Frères musulmans, al-Islaah. Hassan Cheikh Mohamoud est connu comme étant plus tolérant et ouvert d’esprit que la plupart des membres de Dammul Jadiid, mais la forte représentation de ce groupe au sommet de l’État a contribué à suspecter ce régime de velléités islamistes (qu’il n’a pas à présent) et faire craindre un président qui ne se fierait qu’à une petite coterie issue, pour l’essentiel, du Simad. Ceci d’autant plus que les membres de l’entourage présidentiel ont eu un poids déterminant dans le choix du gouvernement nommé en novembre 2012 – six des dix ministres désignés ont des liens, directs ou indirects, avec le président et ses proches collaborateurs 5 .

Un deuxième facteur a contribué à créer la bulle 6  dans laquelle ces derniers sont enfermés : le fait qu’une grande partie des conseillers à la présidence et des conseillers supérieurs dans les ministères est issue de la diaspora. Ces nouveaux hauts fonctionnaires ont obtenu leurs diplômes à l’étranger, plusieurs d’entre eux étant titulaires d’un doctorat. Toutefois, ce groupe reste coupé de la population à cause d’une longue absence hors du pays et demeure incapable de nouer les liens sociaux qui en feraient des opérateurs politiques agissant en faveur du gouvernement. Cette distance est accrue par le choix du président de privilégier les « petits clans » aux dépens de ceux, plus importants, qui ont joué un rôle essentiel dans la guerre civile. Cette option vise à marquer sa différence avec les précédents leaders et son attachement aux valeurs défendues par la société civile somalienne et les donateurs. Mais elle a un coût politique qui a été sous-estimé par le président somalien.

L’isolement de l’élite gouvernementale souligne aussi la faiblesse de la société civile comme instrument de bonne gouvernance. Évoquer cette notion suppose de voir la société civile comme une catégorie distincte du reste de la société, épurée des profondes divisions, sources potentielles d’instabilité et de conflits, qui caractérisent la société « incivile 7  ». Toutefois, le fait d’exclure de la société civile les groupes sociaux représentant des intérêts conflictuels et potentiellement dangereux présente un inconvénient majeur : il est fort probable que ces groupes, eux-mêmes produit d’une trajectoire historique conflictuelle, ne puissent être tenus à l’écart du champ politique dans lequel, quoi qu’il arrive, ils finiront par faire irruption. L’État n’est pas une bureaucratie, ni une ONG. Bien que Hassan Cheikh Mohamoud ait une certaine expérience dans la gestion des dynamiques sociales somaliennes, les règles du jeu politique sont différentes de celles de la « société civile ». Même s’ils n’ont pas un curriculum vitae aussi rempli que le sien, ses adversaires connaissent, eux, parfaitement ces règles. Ils continuent ainsi de jouer leur rôle aux périphéries de l’État, exploitant la question du fédéralisme pour attaquer le gouvernement.

Quand l’appui international amplifie les contradictions

Hassan Cheikh Mohamoud est confronté à de multiples contradictions. Tout d’abord, il est contraint de travailler dans le cadre des règles de la Constitution provisoire, adoptée au terme d’un processus marqué par de nombreux défauts et irrégularités 8 . Les nouvelles règles constitutionnelles limitent les pouvoirs du président et prévoient la mise en place d’un système fédéral auquel Hassan Cheikh Mohamoud et ses partisans sont opposés. Dammul Jadiid, comme la plupart des factions de l’Islam politique en Somalie, est favorable à une autonomie régionale dans le cadre d’un État unitaire décentralisé, plutôt qu’à un système fédéral 9 . Si la communauté internationale est divisée sur la mise en œuvre du fédéralisme, elle pointe l’incapacité du gouvernement à mettre en pratique son propre programme politique et à sortir de son cantonnement à Mogadiscio.

Deuxièmement, le président doit son principal succès, obtenu au cours de la première année de son mandat, à ses appuis internationaux plutôt qu’à une véritable efficacité sur le terrain. Pour la première fois depuis 1991, les États-Unis et le Fonds monétaire international ont officiellement reconnu le gouvernement somalien. Cette décision, pourtant, a été dictée par l’agenda politique des pays donateurs, davantage que par une action décisive du gouvernement et de son président.

La deuxième Conférence de Londres du 7 mai 2013 – la première eut lieu en février 2012 – illustre bien cette contradiction. Contrairement à sa devancière, elle était organisée conjointement par le Royaume-Uni et par la Somalie, et placée sous le signe de l’appropriation somalienne. Elle s’est conclue par un accord formel sur les objectifs du « New Deal » en faveur des États fragiles. Les participants ont annoncé leur engagement commun à favoriser un dialogue politique inclusif ainsi qu’une transition dirigée par les Somaliens. Cependant, comme l’a très justement observé Dominik Balthasar, le fait que cette Conférence ait mis l’accent sur des objectifs préconçus, plutôt que sur des processus, semble avoir finalement restreint la marge de man œuvre politique du gouvernement somalien 10 .

À Londres, la communauté internationale s’est engagée à poursuivre son soutien à la Somalie, mais à deux conditions : qu’un gouvernement fédéral soit créé, et que des élections démocratiques soient organisées en 2016. La construction de l’État peut être définie comme un « processus dans lequel un ensemble autorisé d’institutions et de systèmes socio-cognitifs est standardisé au sein d’une population résidant sur un territoire géographiquement délimité 11  ». Par conséquent, le fait que le gouvernement somalien soit appelé à atteindre des résultats préétablis, sans disposer de la marge de man œuvre politique nécessaire pour affirmer son autorité, peut difficilement aider la Somalie à « sortir de la fragilité ».

L’approche adoptée par la Conférence de Londres reflète, sans doute, la préoccupation du gouvernement britannique de voir son soutien au président Hassan Cheikh Mohamoud se traduire par des résultats tangibles, mais aussi la volonté du Royaume-Uni, et des donateurs occidentaux généralement, de garder une influence politique en Somalie. Cette approche est ambivalente. D’une part, le discours officiel sur l’appropriation somalienne et le changement de paradigme dans l’engagement de la communauté internationale fixe des objectifs et génère des attentes. D’autre part, cette même approche crée les conditions pour que le gouvernement somalien continue de dépendre de la bonne volonté et des ressources financières des pays donateurs. Le fait que la Conférence de Londres ait négligé l’enjeu de la reconstruction économique, qui constitue pourtant le deuxième des six piliers du programme politique du président Hassan Cheikh Mohamoud, est le reflet de cette ambivalence.

Ce manque d’attention pour l’économie aurait dû être comblé par une autre conférence, dédiée au commerce et à l’investissement en Somalie et organisée le jour suivant par le Foreign Office et le DfID. Toutefois, cet événement s’est révélé une simple vitrine pour un public de non-initiés. Tandis que de nombreuses sociétés de conseil somaliennes et étrangères – essentiellement britanniques et américaines – étaient là en quête d’investisseurs en Somalie, deux autres réunions se tenaient à huis clos. Celles-ci étaient destinées à évaluer les opportunités d’affaires pour les grandes entreprises britanniques et multinationales en Somalie. Dans ce cadre, le président Hassan Cheikh Mohamoud et la ministre des Affaires étrangères, Fawziya Yusuf Haji Adan, ont rencontré des sociétés telles que BP, Shell, Tullow Oil, Soma Oil and Gas 12 , Deloitte, PricewaterhouseCoopers, Barclays Bank et De la Rue Currency 13 . Malgré l’accent mis sur le redressement économique pour renforcer l’État en Somalie, le chemin que le gouvernement britannique et les bailleurs de fonds ont emprunté ne semble pas être celui de la création d’une économie productive « appropriée » par les Somaliens.

L’un des points clé de la Conférence de Londres – l’insistance sur la création d’un État fédéral – est un autre élément qui remet en question l’autorité du gouvernement somalien et polarise de multiples enjeux, aux niveaux local et régional. La mise en œuvre du fédéralisme représente un défi à plusieurs niveaux – clanique, territorial et économique. C’est là une question d’autant plus épineuse que le texte constitutionnel reste assez vague à cet égard. La Constitution provisoire stipule simplement que tout État membre de l’État fédéral doit résulter de la fusion d’au moins deux régions (article 48) et que ses frontières doivent suivre le tracé des frontières des régions administratives existantes avant 1991 (article 49) 14 . Elle déclare également qu’il revient au Parlement de déterminer le nombre et les frontières des États membres de l’État fédéral, selon les recommandations d’une commission nationale ad hoc qui doit être préalablement constituée par le Parlement lui-même, suite à l’adoption d’une loi fixant les paramètres et les critères que ladite commission doit utiliser pour la création des États membres. On le voit, la mise en place du fédéralisme dépend pour beaucoup de la conception que les acteurs politiques s’en font.

La notion de fédéralisme, telle qu’elle est comprise et actée par les élites politiques somaliennes, est fondée sur le principe selon lequel le clan qui est « originaire » d’une région donnée représente « la majorité » de la population dans cette région et a donc le droit de contrôler les ressources et d’exercer le pouvoir sur « son » territoire. Elle met donc hors-jeu les clans jugés non autochtones et laisse ouverte la question de l’identité clanique de certains territoires peuplés de multiples clans. De plus, si l’on considère les déplacements de population massifs qui ont eu lieu pendant la guerre civile, les contestations de la prétendue autochtonie de certains clans et donc de l’identité clanique présumée des territoires en question semblent constituer la norme plus que l’exception dans les régions du Sud de la Somalie. Ainsi, le discours sur l’autochtonie utilisé au fondement du fédéralisme risque de provoquer des conflits claniques. Dans ce cadre, l’ambiguïté du texte constitutionnel sur une question aussi importante que le partage des ressources est une autre source potentielle de tensions. Le président Hassan Cheikh Mohamoud et le gouvernement – fédéral malgré lui – voient également dans le fédéralisme fondé sur le clan le risque d’une balkanisation du pays qui donnerait aux pays voisins une prise sur les affaires somaliennes.

La crise qui a éclaté à Kismayo, après que cette ville a été reprise à al-Shabaab, illustre les contradictions des uns et des autres. L’accord signé fin août 2013 entre Mogadiscio et le chef de l’administration provisoire de Kismayo, Cheikh Ahmed Mohamed Islam Madobe, n’offre pas une solution définitive. Mais il a le mérite de souligner le réalisme du gouvernement, un temps isolé sur la scène régionale et internationale, et sa volonté d’avancer politiquement sans recourir à la guerre.

À Kismayo, les contradictions du fédéralisme éclatent au grand jour

Après la conquête de Kismayo, en septembre 2012, par des troupes de l’armée kenyane 15  et leurs alliés somaliens – la milice Ras Kamboni, commandée par Cheikh Ahmed Mohamed Islam Madobe (Darood/Ogaadeen/Mohamed Zubeir) –, une controverse s’est installée entre le gouvernement somalien et l’administration locale au sujet du partage de compétences entre ces autorités pour gouverner le Jubbaland 16 . Pendant de longs mois, la confrontation entre les deux parties a embourbé le pays dans une impasse. D’un côté, le gouvernement somalien envisage la décentralisation comme un processus en trois phases, où des administrations nommées temporairement par Mogadiscio seraient progressivement remplacées par d’autres sélectionnées localement et ensuite par des administrations régionales élues par la population 17 . De l’autre, Cheikh Ahmed Madobe et sa milice, appuyés par le Kenya et l’Éthiopie sous le parapluie de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (l’IGAD), prônent la création de l’État régional du Jubbaland, institutionnalisant un État de fait. Cette controverse a produit deux conséquences majeures : d’une part, la crise de Kismayo est devenue le principal terrain de confrontation entre le président Hassan Cheikh Mohamoud et ses adversaires ; d’autre part, cette crise a détérioré les relations du gouvernement fédéral somalien avec le Kenya et l’Éthiopie.

La crise de Kismayo a polarisé le champ politique somalien. Elle est devenue le point de ralliement de l’opposition au président. À titre d’exemple, on peut citer le mariage de raison que le président du Puntland, Abderrahman Mohamoud Faroole (Daarood/Majerteen/Issa Mahmoud) et l’ancien président du Parlement, Sharif Hassan Cheikh Aden (Rahanweyn/Adan Mirifle/Ashraaf), ont conclu avec Cheikh Ahmed Madobe. Très déçu par le fait que Hassan Cheikh Mahmoud n’ait pas choisi un Majerteen (c’est-à-dire quelqu’un issu du Puntland) comme Premier ministre, Abderrahman Faroole n’a eu de cesse d’appuyer la création d’un État régional au Jubbaland pour renforcer sa propre légitimité. Souvent cité comme un exemple en faveur du fédéralisme, le Puntland a été parmi les principaux bénéficiaires de la politique à deux voies (« dual-track policy ») du gouvernement américain 18 . Cette politique s’est concrétisée par un appui diplomatique, financier et militaire de la part des États-Unis et d’autres pays occidentaux, désireux de trouver un interlocuteur dans leur lutte contre la piraterie et l’influence croissante des djihadistes. De ce point de vue, le Puntland ne peut pas être considéré comme une preuve de la viabilité du fédéralisme 19 . Quant à Sharif Hassan Cheikh Aden, grande figure politique entre 2004 et 2012, il supporte mal d’avoir été marginalisé sur la scène politique à Mogadiscio. Et il est un ardent défenseur du fédéralisme, prônant la création d’un État à majorité Rahanweyn/Digil Mirifle dans les régions de Bas Shabeelle, Bay et Bakool (cette dernière étant la zone dont il est originaire) 20 .

On écrit « fédéralisme », on lit « clan »

La réactualisation de la problématique du Jubbaland remonte à 2009, lors qu’une élite composée d’« anciens », politiciens et hommes d’affaires Daarood /Ogaadeen, a décidé de créer une zone tampon dans le Sud de la Somalie, avec l’appui de certains membres de l’appareil d’État kenyan – y compris des hommes politiques d’origine somalienne 21 . Le but était d’ouvrir un nouveau front dans la guerre contre al-Shabaab. L’armée et les services de renseignement kenyans, avec l’approbation du ministre somalien de la Défense de l’époque, Mohamed Abdi Mohamed Gandhi (Ogaadeen/Tolomoge) 22 , ont alors commencé à recruter des milices composées de Kenyans d’origine somalienne et de réfugiés somaliens destinés à être envoyées en Somalie dans le cadre de l’« initiative Jubbaland » 23 . Au printemps 2011, des délégués claniques se sont réunis au Kenya pour élire l’ancien ministre somalien Mohamed Abdi Gandhi président de l’État virtuel d’« Azanie ». Ce nom a été choisi pour montrer que ce projet de construction politique était nouveau et ne se limitait pas à la domination d’une seule famille clanique – les Daarood – comme le terme Jubbaland l’évoquait historiquement. Suite à l’intervention kenyane en Somalie, en octobre 2011, des négociations pour la création d’une administration régionale à Kismayo ont débuté à Nairobi, en mai 2012, sous la houlette de l’IGAD. À partir de cette date, toutes les conférences organisées sur le Jubbaland, entre l’automne 2012 et mai 2013, d’abord à Nairobi et ensuite à Kismayo, ont vu les clans Daarood en position dominante.

La question du Jubbaland a ramené au cœur du débat politique l’opposition Daarood/Hawiye qui a marqué quinze ans de guerre civile, jusqu’à l’avènement des Tribunaux islamiques en 2006. De plus, cette épineuse question a exposé au grand jour un problème central du fédéralisme, celui du statut des clans étiquetés comme « minoritaires » dans une région donnée. Il est fort probable que ces clans préfèrent l’absence de toute structure à l’existence d’un État régional qui les transformerait en une minorité au statut menacé. Dans le cas de Kismayo, différents clans, dont les Marehaan 24 , les Rahanweyn et les Hawiye qui se sont installés à Kismayo pendant la guerre civile, refusent que leur statut et leurs intérêts 25  soient menacés par les Ogaadeen. Ils l’acceptent d’autant moins que, depuis 1998, sous le règne de factions ou de groupes islamistes, ils avaient gagné un statut de résidents à part entière. Lorsque Cheikh Ahmed Madobe, le chef de la milice Ras Kamboni, a été élu président du Jubbaland 26 , le 15 mai 2013, quatre autres « présidents », dont Barre Adan Shire Hiraale (Daarood/Marehaan) 27 , ont annoncé avoir été élus par des assemblées claniques représentant la population du Jubbaland. Dès lors, de multiples affrontements entre milices rivales ont eu lieu à Kismayo. Pendant de longs mois, le gouvernement somalien n’a reconnu aucun de ces présidents et a rejeté en bloc le processus qui a conduit à l’élection d’Ahmed Madobe.

L’accord signé le 27 août 2013 à Addis Abeba en faveur de la création de l’administration intérimaire de Jubba ne traduit pas, a priori, un changement de paradigme de la part des acteurs somaliens. Il est le fruit d’un certain contexte régional et international et d’une obligation, pour le gouvernement somalien, d’arriver à la Conférence de Bruxelles du 16 septembre 2013 avec au moins une avancée politique significative. Cet accord, signé par le ministre délégué à la Présidence, Farah Cheikh Abdulkadir, et par Ahmed Madobe, a été conçu comme une solution provisoire à une impasse politique qui a paralysé le pays pendant presque un an. Toutefois, il présente des ambiguïtés et risque de poser des problèmes sur le long terme, car il fait référence à un système de gouvernance fédérale sans que les parties prenantes n’aient atteint un consensus sur la notion même de fédéralisme. Au lendemain de sa signature, cet accord a été rejeté par les Marehaan du général Barre Adan Shire Hiirale, par les clans « minoritaires » de Kismayo, dont les Hawiye/Sheikhaal et les Diir/Biimaal, et par les Digil Mirifle/Rahanweyn – ces derniers ayant même menacé de créer leur propre gouvernement dans les régions de Bas Shabeelle, Bay et Bakool. Dans ce contexte, le risque de voir les milices et les clans opposés à Ahmed Madobe conclure une alliance stratégique avec al-Shabaab est réel. L’Éthiopie, qui a joué un rôle de médiateur plutôt neutre en cette occasion, notamment en empêchant le président du Puntland Abderrahman Mohamoud Faroole de compromettre les négociations, a confirmé son statut de puissance diplomatique et d’interlocuteur incontournable au niveau régional.

Le Jubbaland, un sous-produit de la confrontation régionale et internationale

Dès le début, l’engagement militaire du Kenya aux côtés d’Ahmed Madobe a suscité la méfiance des Somaliens. La rumeur veut que le gouvernement kenyan ait essayé de faire élire son candidat, l’ancien Premier ministre Abdiweli Mohamed Ali, à la présidence de la Somalie, à l’été 2012, pour obtenir rapidement un accord sur la délimitation de la frontière maritime entre les deux pays. Le Kenya envisage le Jubbaland comme une zone tampon destinée à stabiliser la région frontalière avec la Somalie et à arrêter les attaques d’al-Shabaab sur le territoire kenyan. Toutefois, l’engagement du Kenya au Jubbaland répond aussi à des intérêts économiques : sécuriser le projet de construction du méga-port de Lamu et, surtout, avoir une influence sur la zone maritime contestée entre les deux pays, où se trouveraient d’importants gisements pétroliers et gaziers 28 .

Des motivations économiques sont également derrière l’appui de l’Éthiopie au Kenya dans le dossier du Jubbaland. Une ligne électrique à haute tension, destinée à fournir aux Kenyans de l’électricité à bas prix en provenance des barrages hydro-électriques éthiopiens 29  devrait être terminée d’ici 2018. L’Éthiopie a également un intérêt à l’accélération de la construction du méga-projet du LAPSSET (« Lamu Port and Lamu- Southern Sudan-Ethiopia Transport Corridor »), qui permettrait de désenclaver le Sud-Ouest de l’Éthiopie d’où est originaire son actuel Premier ministre, Hailemariam Desalegn. D’un point de vue diplomatique, Addis Abeba cherche le soutien diplomatique du Kenya dans sa controverse avec l’Égypte sur la construction du Grand Barrage de la Renaissance et sur le partage des eaux du Nil.

La crise de Kismayo a contribué à l’extraversion du débat sur le fédéralisme. D’une part, elle a cristallisé le malaise de l’Éthiopie et du Kenya envers le gouvernement somalien et le président Hassan Cheikh Mohamoud, soutenus, non sans nuances, par des États islamiques tels que la Turquie, les Émirats arabes unis, le Qatar et le Royaume d’Arabie saoudite. D’autre part, les États-Unis et le Royaume-Uni ont essayé d’utiliser le Jubbaland pour faire pression sur le gouvernement fédéral et déplacer le barycentre de la Somalie vers l’Afrique de l’Est. Selon des sources proches du gouvernement britannique 30 , la poli- tique à moyen/long terme de Londres consisterait à intégrer la Somalie dans un dispositif régional de sécurité pour faire de ce pays la frontière du Commonwealth dans la Corne de l’Afrique. Une telle approche fournit quelques bons arguments à al-Shabaab et aux islamistes, qui accusent les pays occidentaux et leurs « larbins africains » – l’Éthiopie et le Kenya – d’empêcher la création d’une Somalie forte et unie.

Al-Shabaab a encore ses chances

Ce qui s’est passé à Kismayo a souligné l’absence d’une politique pour traiter avec ceux qui ont autrefois soutenu al-Shabaab. Même si, dans certaines zones, cette dernière a été battue militairement par des forces étrangères, les troupes de la force de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) ou de l’armée éthiopienne, avec l’appui de services de renseignement occidentaux, sa défaite n’a pas été une déroute politique ou idéologique. Le président Hassan Cheikh Mohamoud a utilisé la crise du Jubbaland pour justifier l’incapacité du gouvernement à étendre sa présence au niveau régional. Cependant, dans les régions où le gouvernement central a commencé à mettre en place des administrations locales, les résultats obtenus ont été très médiocres. Les parlementaires et les ministres que le gouvernement a envoyés dans les régions de Hiraan, Bay et Galgaduud pour nommer les nouveaux gouverneurs et les nouveaux chefs de district ont choisi, une fois sur place, les nouveaux dirigeants locaux parmi leurs proches et alliés. Ce retour à la vieille logique clientéliste risque de compromettre sévèrement tant la légitimité que la crédibilité des nouvelles administrations locales et, par conséquent, d’entrainer une dégradation de la sécurité, d’autant plus qu’al-Shabaab reste présente à la périphérie des villes libérées. Si la situation sécuritaire en Somalie ne parvient pas à se stabiliser, c’est que les victoires militaires ne s’accompagnent pas d’une affirmation politique de l’État.

Le gouvernement somalien tâtonne. Sa tentative d’engager des négociations avec certains membres d’al-Shabaab n’a pas produit, pour l’heure, les résultats espérés. L’arrestation de Cheikh Hassan Dahir Aweys (Hawiye/Habr Gedir/Ayr) 31  à l’aéroport de Mogadiscio, le 29 juin 2013, s’est révélée un échec sur le court terme. Le gouvernement somalien avait entamé des négociations avec Aweys depuis l’automne 2012, grâce à une médiation diplomatique de la Turquie, du Qatar et de la Norvège. Cependant, le gouvernement a pris cette initiative trop tardivement, à un moment où Aweys avait cessé d’être un interlocuteur politiquement influent dans les rangs de l’organisation djihadiste. Fin juin 2013, de violents affrontements ont opposé deux factions rivales au sein d’al-Shabaab. Le chef du groupe, Ahmed Abdi Godane « Abu Zubeir », s’est débarrassé de ses principaux rivaux. Son ancien adjoint, Ibrahim al-Afghani, a été tué, tandis que l’ancien porte-parole d’al- Shabaab, Mukhtar Robow « Abu Mansour », et Hassan Dahir Aweys ont battu en retraite. Après s’être réfugié à Brava, Aweys s’est enfui à Adaado, dans la région centrale. Le gouvernement somalien a alors décidé d’envoyer une délégation d’anciens et de parlementaires Haber Gidir pour convaincre Hassan Dahir Aweys de se rendre, en échange de la promesse qu’il ne tomberait pas entre les mains des Américains 32 . Cependant, une fois arrivé à l’aéroport de Mogadiscio, Aweys a été arrêté, tout comme les membres de la délégation qui l’accompagnait, par les « Alpha forces », un commando de forces spéciales entraîné par la CIA. Finalement, la capture de Hassan Dahir Aweys, au lieu d’être un coup dur pour al-Shabaab, a débarrassé Ahmed Abdi Godane d’un adversaire affaibli.

Pour l’heure, l’arrestation de Hassan Dahir Aweys n’a apporté aucun bénéfice au gouvernement ; elle a plutôt affecté sa crédibilité, d’autant plus que l’interposition des services de renseignement occidentaux a joué un rôle prépondérant. La capture d’Aweys, au moment où il s’apprêtait à négocier, peut être interprétée comme une violation de la loi coutumière, ce qui donne à certains des arguments pour critiquer le gouvernement. L’arrestation d’une figure Haber Gidir par un gouvernement conduit par un Abgaal pourrait aussi, à terme, réveiller les démons de la guerre civile. Enfin, Aweys n’a toujours pas rompu avec al-Shabaab, ce qui souligne que le dialogue tenté par Mogadiscio n’a pas de contenu.

La détention de Hassan Dahir Aweys a aussi révélé un autre paradoxe. Aucun espace politique alternatif n’est envisagé entre le gouvernement et al-Shabaab – on considère qu’on est soit avec l’un, soit avec l’autre. Introduite par les Américains, cette logique présuppose l’existence d’une opposition binaire entre les deux pôles du champ politique en Somalie. Par conséquent, les dissidents d’al-Shabaab et ceux qu’on qualifie d’islamistes modérés n’ont pas d’autre alternative : c’est soit mourir de la main d’al-Shabaab, soit renier leur passé et leurs convictions pour rejoindre le gouvernement, ce qui leur paraît tout aussi inacceptable. Pris dans cette impasse, ils ne voient souvent pas d’autre solution que celle de radicaliser leurs positions, ce que Hassan Dahir Aweys a fait suite à son arrestation. Quant à al-Shabaab, non seulement la capture d’Aweys n’a pas été un choc pour le mouvement 33  – contrairement à ce que les organisateurs de cette opération avaient prévu –, mais elle l’a même poussé à intensifier ses offensives, du moins à court terme 34 . Cette tendance s’est confirmée avec l’attaque du centre commercial Westgate à Nairobi, le 21 septembre 2013. S’il y a bien une leçon à retenir de ce qui s’est passé suite à l’arrestation de Hassan Dahir Aweys, c’est la suivante : tant qu’il n’y aura pas un dialogue politique avec la direction d’al-Shabaab telle qu’elle est, il n’y aura pas de véritable avancée politique et la paix restera extrêmement fragile en Somalie.

Les quelques paradoxes examinés dans cet article n’épuisent pas la complexité des dynamiques engendrées par la fin de la transition et la création du nouveau gouvernement fédéral. Cependant, ils peuvent donner quelques clés de lecture pour mieux comprendre les défis et les obstacles qui entravent la reconstruction du tissu social et politique en Somalie. En particulier, l’analyse de ces paradoxes montre que le gouvernement somalien s’est engagé dans la poursuite d’objectifs qui demeurent en décalage par rapport à la réalité du pays, ce qui a exposé le président Hassan Cheikh Mohamoud aux pressions de groupes d’intérêts rivaux, en limitant davantage sa marge de manœuvre et en contribuant à freiner l’expansion de l’État.

L’affaiblissement progressif du gouvernement central semble également avoir réduit les chances de succès de sa tentative de rapprochement avec le Puntland et le Somaliland. Il est vrai que la stratégie du président Hassan Cheikh Mohamoud consistant à faire de l’économie le pivot du rapprochement entre le gouvernement central et Hargeisa – notamment en essayant de ramener les Issaaq (le clan dominant au Somaliland) à Mogadiscio pour faire des affaires – a fonctionné pendant les huit premiers mois. Cependant les négociations entre le gouvernement somalien et le Somaliland sont aujourd’hui au point mort. La faiblesse et l’inefficacité du gouvernement central ont aussi donné des arguments au Puntland, qui a officiellement rompu sa coopération et ses relations avec Mogadiscio le 5 août 2013. Ce changement d’attitude de la part du Puntland et du Somaliland peut être lu comme une tentative d’accroître la pression sur le gouvernement fédéral et de faire monter les enchères, afin d’obtenir des conditions plus favorables, notamment en matière de partage des revenus et d’allocation de l’aide internationale. Malgré les espoirs suscités par la fin de la transition et par l’élection d’un président « atypique », le rêve d’une Somalie nouvelle s’éloigne. Une fois de plus.

NOTES

  1. Entamé en 2004 avec l’établissement du Gouvernement fédéral de transition (TFG), lors de la conférence de Embagathi au Kenya. []
  2. Conçu pour améliorer l’efficacité de l’aide internationale, ce « New Deal » a été élaboré par le Dialogue international sur la consolidation de la paix et le renforcement de l’État, composé du « G7+ », le groupe constitué de 19 États fragiles ou affectés par des conflits, et de « partenaires au développement », c’est-à-dire des pays donateurs et des organisations internationales. International Dialogue on Peacebuilding and Statebuilding, « Un New Deal pour l’engagement dans les États fragiles », <www.newdeal4peace.org/wp-content/themes/newdeal/docs/new-deal-pour-dans-les-etats-fragiles-fr.pdf>. Voir également M. Tran, « Somalia the Yardstick in New Deal for Conflict-affected Countries », The Guardian, 19 avril 2013, <www.theguardian.com/global-development/2013/apr/19/somalia-yardstick-new-deal-conflict-countries>. []
  3. Selon une convention largement utilisée par les chercheurs, analystes et journalistes, les noms de personnalités somaliennes sont souvent suivis de ces mentions indiquant leur affiliation clanique (déclinée ici en clan, sous-clan et « sous-sous » clan). []
  4. Pour une analyse critique de cette prétendue renaissance somalienne, voir R. Marchal, « Somalia : A New Era ? », The Nordic International Support (NIS) Foundation, non publié, septembre 2012. Voir également L. Hammond, « Somalia Rising : Things Are Starting to Change for the World’s Longest Failed State », Journal of Eastern African Studies, vol. 7, n° 1, janvier 2013, p. 183-193. []
  5. « Hassan Cheikh Keeps It in the Family », Africa Confidential, vol. 53, n° 23, 16 novembre 2012. []
  6. La notion de « bulle » est empruntée à R. Marchal, « Somalia and the Bubble Risk », The Nordic International Support (NIS) Foundation, non publié, avril 2013. []
  7. Voir N. Kasfir, « The Conventional Notion of Civil Society : A Critique », Commonwealth & Comparative Politics, vol. 36, n° 2, 1998, p. 1-20. []
  8. Voir « Somalia : From Troubled Transition to a Tarnished Transition ? », International Crisis Group, 20 août 2012, <www.crisisgroup.org/en/publication-type/media-releases/2012/africa/somalia-from-troubled-transition-to-a-tarnishedtransition.aspx> ; M. Uluso, « Provisional Constitution Heightens Tensions in Somalia », International Policy Digest, 8 août 2012, <www.internationalpolicydigest.org/2012/08/08/provisional-constitution-heightens-tensions-in-somalia/>. []
  9. A. Abdi Elmi, Understanding the Somalia Conflagration. Identity, Political Islam and Peacebuilding, Oxford, Pambazuka Press, 2010, p. 68. []
  10. D. Balthasar, « Somalia 2013 : “New” Deal, Old Principles », African Arguments, 29 mai 2013, <http://africanarguments.org/2013/05/29/somalia-2013-’new’-deal-old-principles-–-by-dominikbalthasar/>. []
  11. D. Balthasar, State-making in Somalia and Somaliland : Understanding War, Nationalism and State Trajectories as Processes of Institutional and Sociocognitive Standardization, thèse de doctorat, The London School of Economics and Political Science (LSE), 2012, p. 79. []
  12. Société britannique créée en 2013, Soma Oil and Gas a signé un contrat pétrolier avec le gouvernement somalien le 6 août 2013. Ce contrat, le premier à avoir été signé par le nouveau gouvernement, prévoit la réalisation d’une étude sismique pour la prospection du pétrole dont le coût est estimé à 20 millions de dollars. En échange, Soma Oil and Gas, qui s’engage à transmettre les données collectées au gouvernement somalien, obtient un accès préférentiel aux blocs pétroliers les plus prometteurs (douze maximum) révélés par l’étude sismique. Le contrat a été signé à Mogadiscio par le président non exécutif de Soma Oil and Gas, l’ancien chef du Parti conservateur britannique et ex-ministre de l’Intérieur Lord Michael Howard. Le directeur général de la société, Robert Sheppard, est conseiller auprès de BP en Russie. Plusieurs sources pointent l’opacité et la nature politique de ce contrat. Voir à ce propos K. Manson, « Somalia Deal Raises Concerns about Oil Risks », The Financial Times, 12 août 2013, <www.ft.com/intl/cms/s/0/b9fd1418-034d-11e3-b871-00144feab7de.html#axzz2fKFw26ut>. []
  13. Entretiens confidentiels avec des hauts fonctionnaires conseillant le gouvernement britannique et des bureaux onusiens, Londres, mai 2013. []
  14. The Federal Republic of Somalia, Provisional Consitution, p. 13-14, <http://www.refworld.org/pdfid/51b6d0c94.pdf>. []
  15. Entrées en Somalie sans mandat international en octobre 2011, elles étaient sous le commandement de l’AMISOM depuis juin 2012. []
  16. Le Jubbaland correspond à l’extrémité sud- occidentale de la Somalie, traversée par le fleuve Jubba. À l’origine, les deux provinces du Haut et du Bas Jubba couvraient une zone beaucoup plus étendue, mais, en 1975, elles ont été découpées par le président Mohamed Siad Barre en cinq régions : Haut, Moyen et Bas Jubba, Gedo, Bay et Bakool. Le Jubbaland actuel comprend les trois régions de Gedo, Moyen et Bas Jubba. Voir « Jubaland in Jeopardy : The Uneasy Path to State-Building in Somalia », International Crisis Group, 21 mai 2013, <www.crisisgroupblogs.org/africanpeacebuilding/2013/05/21/jubaland-in-jeopardy-the-uneasypath-to-state-building-in-somalia/>. []
  17. « National stabilization Plan. Laying Foundations for Functional and Effective Local Governance Structure », Federal Government of Somali Republic, 15 février 2013, <http://somalisentinel.com/wp-content/uploads/2013/03/leakeddoc.pdf>. []
  18. Cette politique, énoncée pour la première fois en 2010, consistait à appuyer des initiatives locales destinées à favoriser la sécurité et la stabilisation, en l’absence d’un État central fort et efficace. Voir D. H. Shinn, « Somalia : U.S. Dual Track Policy », International Policy Digest, 18 mai 2012, <www.internationalpolicydigest.org/2012/05/18/somalia-us-dual-track-policy/> ; A. Arman, « Somalia, US, and the Dual-Track Letdown », The Huffington Post, 18 juillet 2013, <www.huffingtonpost.com/abukararman/somalia-us-and-the-dualtr_b_779322.html>. []
  19. Aujourd’hui, il n’y a pas de système fédéral en Somalie, mais la coexistence de facto de trois formations étatiques : l’État central à Mogadiscio, le Somaliland et le Puntland. []
  20. Ce projet plonge ses racines dans l’histoire. En 1947, le parti Hizbia Digil and Mirifle proposait la création d’un système fédéral basé sur le clan, et prévoyait la partition de la Somalie italienne en deux zones, l’une au nord du fleuve Shabelle, l’autre au sud. Cette dernière zone était contrôlée par les Digil Mirifle qui y revendiquaient la propriété de la terre. Ce projet reflétait un certain opportunisme stratégique, plutôt qu’un désir d’autonomie, dès lors que le parti Hizbia Digil Mirifle était appuyé par les Italiens contre le parti nationaliste et indépendantiste de la Ligue de la Jeunesse Somalienne (Somali Youth League). La proposition fédéraliste du parti Hizbia Digil Mirifle fut finalement rejetée par le Parlement en 1957. Voir I. M. Lewis, A Modern History of the Somali. Nation and State in the Horn of Africa, Oxford, James Currrey, 2002 (2nde édition, 1965 pour la 1ère édition), p. 123-125. []
  21. Dont l’ancien ministre kenyan de la Défense, Mohamed Yusuf Haji, (Ogaadeen/Tolomoge) et l’ancien vice-président du Parlement kenyan Farah Moalim (Ogaadeen lui aussi). []
  22. « Kenya’s Somali Proxies », Africa Confidential, 4 novembre 2011. []
  23. WikiLeaks cable, 09NAIROBI2443, 3 décembre 2009, <http://wikileaks.org/cable/2009/12/09NAIROBI2443.html>. []
  24. Aux Marehaan originaires du Gedo se sont ajoutés les Marehaan du Somali National Front, qui sont arrivés dans le Sud de la Somalie en provenance de la région centrale pendant la guerre civile, dans l’espoir de capturer Kismayo. []
  25. De nombreux Hawiye font des affaires à Kismayo. []
  26. Ahmed Madobe a été élu par une Assemblée constituante que plusieurs clans avaient désertée, dénonçant l’ingérence du Kenya. []
  27. Ancien chef de la Juba Valley Alliance (JVA), la coalition de milices Marehaan et Hawiye/Habr Gedir/Ayr qui a contrôlé Kismayo de 1997 à 2006, et ancien ministre de la Défense du gouvernement fédéral de transition. []
  28. Le 27 juin 2012, Total a signé un contrat de partage de production avec le gouvernement kenyan pour le bloc offshore L22, dans le bassin de Lamu. Toutefois, ce bloc se trouve dans une zone revendiquée par la Somalie. Total exige à présent que la frontière maritime et les zones économiques exclusives (ZEE) où chacun des deux pays est souverain dans l’exploration et l’exploitation des ressources soient clairement délimitées. []
  29. En mai 2013, la Banque africaine de développement a accepté de financer à hauteur de 338 millions de dollars le projet de construction de cette ligne électrique d’une longueur de 1 068 km entre l’Éthiopie et le Kenya. M. Kamau, « Kenya-Ethiopia Electricity Line Gets Sh28b Boost », The Standard Digital News, 8 mai 2013, <www.standardmedia.co.ke/?articleID=2000083200>. []
  30. Entretiens confidentiels, Londres, mai 2013. []
  31. Ancien leader du groupe armé islamiste al-Itihad al-Islami puis de l’Union des Tribunaux islamiques (entre 2004 et 2006), Cheikh Hassan Dahir Aweys a été l’un des membres fondateurs de l’Alliance pour la Re-libération de la Somalie (ARS), créée à Asmara en 2007. Suite à la scission de l’ARS, il est devenu le chef du groupe islamiste Hizbul Islam, jusqu’à la fusion de celui-ci avec al-Shabaab en décembre 2010. []
  32. Hassan Dahir Aweys figure sur la liste noire des terroristes internationaux du Département d’État des États-Unis. []
  33. Voir A. Aynte, « Endgame For Aweys ; But Al-Shabaab Will Continue », African Arguments, 28 juin 2013, <http://africanarguments.org/2013/06/28/endgame-for-aweys-but-al-shabaabwill-continue-–-by-abdihakim-ainte/>. []
  34. Le 24 juillet 2013, al-Shabaab a annoncé, sur son compte Twitter, avoir mené 108 opérations militaires au cours de la première moitié du Ramadan. []