Tous les articles par perrot

CFP Rwanda: the trajectory of the state after the genocide

Special issue coordinated by Benjamin Chemouni (University of Cambridge)

Deadline for the submission of proposals: 25 October 2019


Context and objective

This special issue aims to provide a better understanding of the trajectory of the Rwandan state since the genocide. It will fill a gap in the francophone literature that has focused mainly on the genocide and its judicial, memorial and diplomatic consequences (Audoin-Rouzeau, Chrétien, and Dumas 2011; Dumas 2014; Piton 2018). Few studies have indeed addressed the question of the dynamics of the post-genocide state reconstruction (a notable exception is Kimonyo 2017), a topic much more prevalent in anglophone research. By favouring empirical approaches, the objective is to reflect on the multiplicity of social and political forces at work in the transformation of the state since 1994.

Continuer la lecture de CFP Rwanda: the trajectory of the state after the genocide

AAC Rwanda : la trajectoire de l’État après le génocide

Dossier coordonné par Benjamin Chemouni (Université de Cambridge)

Date limite d’envoi des propositions : 25 octobre 2019

Contexte et objectif

Ce dossier vise à offrir une meilleure compréhension de la trajectoire de l’État rwandais depuis le génocide. Il remédiera ainsi à une lacune de la littérature francophone qui s’est surtout concentrée sur le génocide et ses enjeux judiciaires, mémoriels et diplomatiques (Audoin-Rouzeau, Chrétien, et Dumas 2011; Dumas 2014; Piton 2018). Peu de travaux ont en effet abordé la question des dynamiques de reconstruction étatique post-génocide (une exception notable est Kimonyo 2017), qui est bien plus prégnante dans la recherche anglophone. En privilégiant les approches empiriques, il s’agira de rendre compte de la multiplicité des ressorts sociaux et politiques à l’œuvre dans la transformation de l’État depuis 1994.

Continuer la lecture de AAC Rwanda : la trajectoire de l’État après le génocide

AAC Classes sociales et migrations. La reproduction sociale des familles par les mobilités

Dossier coordonné par Amélie Grysole (CNAM) et Doris Bonnet (IRD)
Date limite d’envoi des propositions : 10 octobre 2019

Ce dossier thématique de la revue Politique africaine porte sur les liens entre la production des classes sociales et les dynamiques de circulations internationales au sein des familles subsahariennes. Il s’agit de mettre l’accent sur les mobilités spatiales dans leur articulation avec les mobilités sociales : comment la position sociale dans le pays de départ est-elle reproduite, augmentée ou diminuée par la migration d’un·e ou plusieurs membres du groupe familial ?

Continuer la lecture de AAC Classes sociales et migrations. La reproduction sociale des familles par les mobilités

Podcast : “L’identification des personnes en Afrique entre surveillance et reconnaissance : Biomaîtriser les identités”

Ecouter en ligne le podcast du débat qui s’est tenu à La Colonie (barrée) le 13 mai 2019

A l’occasion de la parution du dernier numéro de la revue Politique africaine, « Bio-maîtriser les identités? », ce débat interroge les effets de l’expansion rapide des technologies biométriques d’identification des personnes dans le domaine de la surveillance, des politiques d’inclusion et d’exclusion, et de la construction de la citoyenneté en Afrique. Les enquêtes menées en Afrique du Sud, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Tchad, en Guinée et au Maroc soulignent l’encastrement social et politique de cette révolution technologique et la résilience de l’État documentaire. Elles montrent que la biométrie, loin de sécuriser les identités, peut contribuer au renforcement de l’exclusion et à la polarisation des débats sur l’appartenance citoyenne et nationale. Le numéro sera discuté par deux intervenants extérieurs, spécialistes des problématiques de surveillance et de la question des sans-papiers, et avec le public. 

Rencontre et discussion avec :

Richard Banégas
est politiste au CERI / Sciences po.

Armando Cutolo
est anthropologue à l’Université de Sienne.

Séverine Awenengo Dalberto
est historienne à l’IMAF / CNRS.

Marielle Debos
est politiste à l’ISP / Université Paris Nanterre.

Alimou Diallo
est politiste à l’ISP / Université Paris Nanterre.

Jean-Marc Manach
est journaliste d’investigation.

Ange Bergson Lendja Ngnemzué
est philosophe et sociologue.


Biomaîtriser les identités? État documentaire et citoyenneté au tournant biométrique (Politique africaine 2018/4, n° 152, P. 5-29).

par Séverine Awenego Dalberto, Richard Banégas et Armando Cutolo

Dans les pays émergents du « Sud global », sans doute plus qu’ailleurs dans le monde, la biométrie connaît un essor spectaculaire, comme en témoigne l’expérience indienne du système « Aadhaar » d’identification des personnes qui, malgré ses déboires, a déjà permis l’enregistrement biométrique d’un milliard d’individus.  Infrastructures centrales du capitalisme globalisé, les technologies biométriques d’identification (par digitalisation des empreintes digitales, reconnaissance de l’iris, du visage, de l’oreille, etc.) sont devenues un immense enjeu économique et un business très lucratif pour les firmes multinationales. Les sociétés africaines ne font pas exception à cette tendance mondiale ; elles la devancent même à bien des égards en expérimentant de nouveaux dispositifs d’enregistrement des naissances, de certification bancaire ou de recensement électoral qui se fondent sur l’acquisition de données corporelles. Lire la suite (en libre accès)

N° 152 : Biomaîtriser les identités

L’Afrique connaît, depuis le tournant du siècle, une expansion rapide des nouvelles technologies d’identification des personnes. Alors que près de la moitié de la population du continent ne serait pas dotée d’une identité légale, la biométrie apparaît comme la solution miracle pour lutter contre la fraude électorale, certifier les comptes bancaires, compenser les faiblesses de l’état civil et, surtout, contrôler les flux de population. Si le souci sécuritaire est central dans cette dynamique globale, la biométrisation des identités se pare aussi des atours démocratiques de l’accès aux droits, de la « bonne gouvernance » et du développement. Par-delà l’opposition classique entre surveillance et reconnaissance, le dossier interroge les effets actuels du tournant biométrique sur le fonctionnement des États et l’exercice de la citoyenneté au sud du Sahara. Les enquêtes menées en Afrique du Sud, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Tchad, en Guinée et au Maroc soulignent l’encastrement social et politique de cette révolution technologique et la résilience de l’État documentaire. Elles montrent que la biométrie, loin de sécuriser les identités, peut contribuer au renforcement de l’exclusion et à la polarisation des débats sur l’appartenance citoyenne et nationale.

Sommaire

Biomaîtriser les identités? Etat documentaire et citoyenneté au tournant biométrique
Séverine Awenengo Dalberto, Richard Banégas et Armando Cutolo
Accéder gratuitement à cet article

État documentaire et identification mathématique : la dimension théorique du gouvernement biométrique africain
Keith Breckenridge, Traduit de l’anglais par Hélène Baillot, Raphaël Botiveau
Accéder à cet article sur Cairn

Des barrières de papier digitalisées : vérifications d’identité et exclusion des élèves immigrés dans les lycées populaires de Johannesburg
Jeanne Bouyat
Accéder à cet article

« Touche pas à ma nationalité » : enrôlement biométrique et controverses sur l’identification en Mauritanie

Zekeria Ould Ahmed Salem Accéder à cet article

La biométrie électorale au Tchad : controverses technopolitiques et imaginaires de la modernité
Marielle Debos
Accéder à cet article

Entre témoignage et biométrie : la production du « réfugié » au Burkina Faso
Nora Bardelli, Traduit de l’anglais par Henri-Michel Yéré

Accéder à cet article

Politique de l’inanimé : un dispositif informel d’identification des « corps sans vie et sans papiers » au Maroc
Alimou Diallo
Accéder à cet article

Chronique bibliographique: Sur les travers d’une entreprise mémorielle
Au sujet de P. Blanchard, N. Bancel, G. Boetsch, D. Thomas et C. Taraud (dir.), Sexe, race et colonies. La domination des corps du XVe siècle à nos jours, Paris, La Découverte, 2018, 544 pages Laurent Fourchard

Accéder gratuitement à cet article

Revue des livres
Accéder gratuitement à cet article

 

 

 

 

 

Rencontre-débat le 13 mai 2019 à La COLONIE (barrée) autour du numéro “Biomaîtriser les identités”

Lundi 13 mai 2019, de 18h30 à 20h30, à La Colonie (barrée), 128 rue La Fayette, à Paris, aura lieu la présentation du dernier numéro de Politique africaine, sous la forme d’une table-ronde intitulée

“L’identification des personnes en Afrique entre surveillance et reconnaissance: Bio-maîtriser les identités ”

Continuer la lecture de Rencontre-débat le 13 mai 2019 à La COLONIE (barrée) autour du numéro “Biomaîtriser les identités”

Article en prepublication

A lire en libre accès en attendant sa sortie dans quelques jours dans le prochain numéro de Politique africaine sur Biomaitriser les identités :

La chronique bibliographique de Laurent Fourchard, “Sur les travers d’une entreprise mémorielle”, au sujet de l’ouvrage de P. Blanchard, N. Bancel, G. Boetsch, D. Thomas et C. Taraud (dir.), Sexe, race et colonies. La domination des corps du xve siècle à nos jours, Paris, La Découverte, 2018, 544 pages… https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2019-1.htm

N° 151 : Gouverner par la fiscalité

Ce dossier s’inscrit dans les débats en cours sur la fiscalité en Afrique. Tout en la présentant comme un élément central du gouvernement des populations par les États, il interroge aussi la manière dont les politiques fiscales concourent à la permanente redéfinition des sphères désignées comme étant formelles ou informelles, que celles-ci soient étatiques ou non.

Continuer la lecture de N° 151 : Gouverner par la fiscalité

Impôts et pratiques fiscales : interroger la signification et les usages de la formalité

Oliver Owen (Traduit par Roxane Schuller-Green)

En appelant à étudier les politiques de taxation en Afrique, qui participent de la distinction entre formel et informel1, ce dossier vise à saisir les perspectives nouvelles ouvertes par des travaux de recherche récents, tant sur la fiscalité elle-même que sur la nature et le fonctionnement des États africains. Nombre de gouvernements africains, prenant acte de l’imprévisibilité croissante des prix des ressources naturelles sur les marchés mondiaux ainsi que de l’incertitude de l’aide internationale, se sont récemment concentrés sur la réforme de leur fiscalité. Cette volonté de maximiser les recettes publiques a été fortement soutenue par de nombreux bailleurs internationaux qui y ont vu l’opportunité d’effectuer une transition dans les formes d’aides apportées, en passant des transferts monétaires à long terme à un soutien plus réduit
pour un autofinancement2. La taxation du secteur informel a souvent été mise en avant par les technocrates du développement et les institutions donatrices comme une…. Lire la suite

CFP_Taxation, formality and informality in contemporary Africa

Call for Papers

 Taxation, formality and informality in contemporary Africa

 Special issue coordinated by Olly Owen
(Research Fellow, Oxford Department of International Development)

 This call for papers invites submissions from anyone working on taxation in revenue in Africa in ways which deals either directly or indirectly with the duality of formal and informal actors, institutions and practices. In recent years, many African states have redirected their attention to reforming and maximising internal revenue, especially as global natural resource prices and global aid flows become increasingly unpredictable. This move has been followed by increased donor support for such programmes, and a renewal of scholarly attention to the issues these developments bring out. Continuer la lecture de CFP_Taxation, formality and informality in contemporary Africa