Tous les articles par Léa Barreau Tran

Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne

Introduction au thème au thème du numéro 147, paru le 03/2017, sous la coordination de Thomas Riot et Nicolas Bancel, page 5 à 22.

Kigali (Nyamirambo), le 12 septembre 2007. Nous descendons la route vers le centre de la capitale rwandaise et nous nous arrêtons devant un bâtiment situé en retrait du bitume. Il abrite une association culturelle qui développe des activités artistiques. Nous assistons à une démonstration de danse guerrière. Un groupe d’une quinzaine de jeunes garçons et de jeunes filles se montre très fier d’esquisser une série de pas cadencés, entrecoupés de saltations, d’attaques, d’esquives et de retraits avec lesquels – selon les mots de leur éducateur – ils « font renaître le Rwanda1 ». Nous demandons à leur « maître » quel est le mouvement de danse le plus important à acquérir. L’homme attrape un bâton de bois qui lui sert de « lance », se met au centre de la scène et adopte un sourire belliqueux. Il initie son mouvement à partir des jambes : grâce à une légère flexion de celles-ci, il place son bassin en antéversion. La courbure du dos que provoque cette action lui permet de bomber la poitrine. Il positionne ensuite ses mains de part en part de ses cuisses tandis que ses bras adoptent un angle de fléchissement similaire à celui de ses genoux. Nous focalisons notre regard sur la main qui tient la « lance », et observons une flexion de celle-ci immédiatement suivie d’un mouvement de supination de la « main-lance ». De fait, la main et la lance se trouvent couplées par la mise en œuvre d’une seule et même action que le danseur réalise sans avoir recours aux articulations de son coude 2. Continuer la lecture de Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne

  1. L’expression a été quasiment institutionnalisée dans le « nouveau Rwanda », soit depuis 1994 et la prise de pouvoir du Front patriotique rwandais (FPR). Elle désigne la politique de reconstruction sociale, économique et politique du pays après le massacre des Tutsi (entre les mois d’avril et de juillet 1994). Lire à ce sujet S. Straus et L. Waldorf (dir.), Remaking Rwanda. State Builiding and Human Rights after Mass Violence, Madison, University of Wisconsin Press, 2011. []
  2. Chose impossible à réaliser pour un non-initié. []

N°147 – La forge corporelle du politique

Des temps précoloniaux à nos jours, les sociétés d’Afrique subsaharienne ont forgé des savoirs corporels, parmi lesquels les pratiques sportives et ludomotrices (scoutisme, danses guerrières, lutte, football…) tiennent une place importante. Diffusées par de nombreuses organisations politiques, culturelles et pédagogiques, elles participent de politiques de (re)construction des corps destinées à renforcer, à infléchir ou à défier les institutions au pouvoir. Suivant une démarche ethnographique et sociohistorique, les auteurs de ce numéro soulignent la dialectique qui entrecroise cette « politique du survêtement » aux processus de subjectivation politique et de mobilisation sociale et combattante : des corps « sportifs », « vaillants », « travailleurs » et « guerriers » sont ainsi formés, docilisés, surveillés et contrôlés, mais aussi émancipés au sein de processus plus globaux, teintés de transferts matériels, sociaux et politiques, de branchements transnationaux et de formation inconsciente des sujets de l’État.

SOMMAIRE

Le Dossier : La forge corporelle du politique

Page 5 à 22 –  Introduction au thème,  Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne, par Thomas Riot, Nicolas Bancel

Lire l’intégralité de l’introduction sur Cairn 

Page 23 à 43 – Par le corps et pour l’État : l’itorero et les techniques réflexives du corps au Rwanda, par Molly Sundberg, Traduction Marie-Aude Fouéré 

Lire le résumé sur Cairn 

Page 45 à 63 – Corps travaillés dans la lutte. Fabriquer des lutteurs de làmb à Dakar, par Francesco Fanoli

Lire le résumé sur Cairn 

Page 65 à 86 – Du « Mess des officiers » à « Haleluya FC » : politiques du corps, pratique sportive et inflexion de l’héritage nationaliste au Burundi, par Désiré Manirakiza

Lire le résumé sur Cairn 

Page 87 à 107 – Des corps connectés : les Ghana Young Pioneers, tête de proue de la mondialisation du nkrumahisme (1960-1966), par Claire Nicolas

Lire le résumé sur Cairn 

Page 109 à 134 – Un art guerrier aux frontières des Grands Lacs. Aux racines dansées du Front patriotique rwandais, par Thomas Riot, Nicolas Bancel, Paul Rutayisire

Lire le résumé sur Cairn 

Recherches

Page 135 à 157 – Les courtiers-producteurs du développement agricole : Tabaculture et différenciation sociale en zone rurale au Malawi, par Paul Grassin

Lire le résumé sur Cairn 

Page 171 à 187 – Revue des livres 

Cameroun : l’État stationnaire

Cameroun : l’État stationnaire

Dossier coordonné par

Fred Eboko & Patrick Awondo

Cliquez ici pour ouvrir le lien en pdf :

PolitiqueAfricaine_AAC_Cameroun_Etat stationnaire

En 1986, Politique africaine consacrait un dossier au « réveil du Cameroun » et analysait les conséquences de la crise politique de 1984 résultant d’une tentative de coup d’État contre Paul Biya qui était alors un jeune président (Bayart, 1986). Une décennie plus tard, en 1996, la même revue réfléchissait aux effets de la « démocratisation » qui avait plongé le Cameroun dans un « entre-deux » (Sindjoun et Courade, 1996). Le dossier mettait au jour les « cicatrices » et les lignes de fractures d’un pays aux milles tensions et dont une partie de la mémoire coloniale « en errance » (Mbembé, 1996) à travers la question anglophone, hantait le présent. Continuer la lecture de Cameroun : l’État stationnaire

Cameroon: the stationary State

Cameroon: the stationary State

Guest editors:

Fred Eboko & Patrick Awondo

PolitiqueAfricaine_CFP_Cameroon_Stationary state

In 1986, Politique africaine dedicated a dossier to the “awakening of Cameroon” and analysed the consequences of the 1984 political crisis in the aftermath of a coup attempt against the then young President Paul Biya (Bayart, 1986). A decade later, in 1996, the same journal pondered on the effects of “democratisation” that had plunged Cameroon into a “no man’s land” (Sindjoun and Courade, 1996). The dossier threw light on the “scars” and broken lines in a country rife with tensions, and where part of the “unfinished business” in the colonial years (Mbembé, 1996), through the Anglophone question, was still interfering with the present. Continuer la lecture de Cameroon: the stationary State

N° 146 – Restaurations autoritaires ?

 « Restaurations autoritaires » : L’expression est couramment invoquée et pourtant rarement définie. Comment rendre compte des recompositions politiques qui se déroulent, après des séquences d’effervescence pluraliste, sous le signe des « lendemains qui déchantent » ? Ce dossier défend l’idée que derrière le retour à l’ordre « des anciens », derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime. Les moments de restauration ne débouchent pas nécessairement sur le « retour de l’autoritarisme » mais se caractérisent par des processus de forclusion de l’effervescence pluraliste. En proposant une sociologie des dynamiques contradictoires à l’oeuvre dans ces moments, nous proposons de penser le moment de restauration comme « devenir », tiraillé entre des temporalités et des dynamiques plurielles, afin de parer aux écueils d’une téléologie démocratique autant qu’à ceux d’une téléologie autoritaire, toute aussi nocive.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 5 à 28,  Introduction au thèmeDes lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration”, par  Amin Allal, Marie Vannetzel
Page 29 à 48, “Quand l’élection (re)devient un plébiscite : La restauration autoritaire à l’aune du leadership politique en Égypte”, par Assia Boutaleb
Page 49 à 71, “La restauration autoritaire au prisme des instruments de propagande. Le cas de l’agence Tunis Afrique Presse (TAP)”, par Enrique Klaus
Page 73 à 97, “De la fin des manifestations à la faim de manifester : revendications publiques, rémanence autoritaire et procès de la démocratie au Cameroun”, par Jean-Marcellin Manga, Alexandre Rodrigue Mbassi
Page 99 à 124, “La répression des autres : mobilisations et démobilisations dans les universités égyptiennes au lendemain du 3 juillet 2013″, par Farah Ramzy

Recherches

Page 125 à 141, “Ceci n’est pas un sorcier. De l’effet Magritte en sorcellerie”, par Jean-Pierre Warnier
Page 143 à 164, “Esclavage et réparations. Construction d’un problème public (1998-2001)”, par Johann Michel

Conjoncture

Page 165 à 182, “L’Afrique contre la Cour pénale internationale ? Éléments de sociogenèse sur les possibles de la justice internationale”,  par Sara Dezalay

Lectures

Page 183 à 200, Revue des livres

 

Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration

Introduction au thème au thème du numéro 146, paru le 02/2017, par Amin Allal et Marie Vannetzel, page 5 à 28.

Restauration » : quiconque voit « à peu près » de quoi il s’agit. Soit que l’expression paraisse claire en elle-même (on « restaure » ce qui a été abîmé), soit qu’elle remue un vague souvenir de cours d’histoire sur la Révolution française. Pourtant, que l’on cherche à en donner une définition succincte et l’on s’aperçoit très vite de la labilité de l’objet : la restauration, on le pressent, n’est pas le simple retour d’un ordre ancien. Marqués « du sceau de la transaction, de la recomposition autant que de la nostalgie 1 », traversés par des « tensions symboliquement fortes entre (passés concurrents) d’une part, et entre ces passés-là et l’avenir, de l’autre 2 », ces processus ont en effet en commun d’être autre chose que le rétablissement du statu quo ex ante. L’ordre restauré a ceci de paradoxal qu’il est à la fois ancien et nouveau. Il relève du retour vers le futur. Continuer la lecture de Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration

  1. C. Christen-Lécuyer et E. Fureix, « Introduction », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 35, 2007, p. 10. []
  2. J.-Y. Mollier, M. Reid et J.-C. Yon (dir.), Repenser la Restauration, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 9. []

Séminaire du CERI : Angola 2017 : l’hégémonie du MPLA à l’épreuve des urnes

Mardi 3 octobre | 11h00

Table ronde organisée dans le cadre du Groupe de recherche “Afrique : citoyenneté, violence et politique”, en partenariat avec la revue Politique africaine

avec

Ricardo Soares de Oliveira, Oxford Universty, chercheur associé au CERI

Didier Péclard, Université de Genève, co-rédacteur en chef de Politique africaine

Chloé Buire, CNRS-Les Afriques dans le Monde, Bordeaux

Discutante : Juliana Lima, Université Paris 1

Modérateur : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Responsable scientifique : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Credit photo : Brandan Reynolds,  avec l’aimable autorisation de l’auteur

CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle de conférences

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (ci-dessous)

En cas de difficulté, vous pouvez vous enregistrer sur http://www.sciencespo.fr/ceri/evenements/

N° 145 – Raisons et imaginaires de la planification

Parler de planification à propos de l’Afrique contemporaine peut paraître anachronique. Pourtant, la poursuite des objectifs internationaux de développement n’a pas seulement favorisé la généralisation des procédés néolibéraux de la Nouvelle gestion publique, elle a aussi induit le recours à des outils qui rappellent l’ingénierie du développement employée depuis le colonialisme tardif. La figure de l’État planificateur est un horizon de pensée : mémoire de l’État bienveillant, dénonciation de sa disparition ou appel au volontarisme développementaliste orientent les demandes d’État qui s’expriment dans les débats publics et les discours officiels. Des politiques de modernisation menées à l’indépendance au Kenya, en Côte d’Ivoire ou au Malawi à la gestion de l’urgence alimentaire en Éthiopie et aux exercices de prospective contemporains, ce dossier se penche sur la place centrale qu’occupent raisons et imaginaires de la planification dans le gouvernement de l’Afrique.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 5 à 26 – Introduction au thème, Planifier en Afrique, par Boris Samuel
Page 27 à 49Construire une nation d’agriculteurs : l’« homme économique » et l’attente du développement dans le Malawi postcolonial, par Geoffrey Traugh, Traduction de  Raphaël Botiveau
Page 51 à 63 – Entre les plans d’émergence sans vision et des visions sans émergence : la difficile appropriation par l’Afrique de ses trajectoires de développement, Entretien avec  Kako Nubukpo, Propos recueillis par  Boris Samuel
Page 65 à 83 – Temporalités des systèmes d’alerte précoce et extraversion de l’État éthiopien (2003-2016), par François Enten
Page 85 à 108 – Les statistiques comme mode de communication politique. Le cas des premiers plans de développement au Kenya, Daniel Speich Chassé, Traduction de  Raphaël Botiveau
Page 109 à 128 – Compter pour planifier : dénombrement de la population et « capitalisme d’État » en Côte d’Ivoire (1954-1967), par Louise Barré

RECHERCHE

Page 129 à 151 – Du fou rire au rire fou : Analyse historico-anthropologique d’une « épidémie de rire » en Tanzanie, par Ines Pasqueron de Fommervault

CONJONCTURE

Page 153 à 175 Proto-guerre et négociations. Le Mozambique en crise, 2013-2016, par Éric Morier-Genoud

LECTURES

Page 177 à 196 – Chronique bibliographique : Mandela à livres ouverts, par Benoît Dupin
Page 197 à 218 – Autour d’un livre, James Ferguson, Give a Man a Fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Durham/Londres, Duke University Press, 2015, xv et 264 pages, Coordonné par  Boris Samuel
Page 219 à 232 – Revue des livres
 

Planifier en Afrique

Depuis 2000, la lutte contre la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), remplacés par les Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, ont induit l’emploi d’une ingénierie planificatrice censée permettre un retour du volontarisme en matière économique et sociale en rupture avec la rigueur macroéconomique de l’ajustement structurel 1 . Après des décennies 1980 et 1990 dédiées à la privatisation et à la « décharge 2 », les interventions directes de l’État sont à nouveau au goût du jour. L’« inclusion », devenue un des nouveaux mots d’ordre des organisations internationales depuis les printemps arabes de 2011, se traduit par la mise en place de subventions à la consommation, de programmes d’emploi de jeunes chômeurs, de programmes de transferts sociaux aux « pauvres 3 ». Sur le plan économique, les bureaucraties étatiques font de l’attraction des investisseurs internationaux un enjeu prioritaire, et elles revitalisent en conséquence les directions, agences ou commissariats en charge de la promotion de l’investissement, lancent des programmes d’infrastructure, d’aménagement du territoire, de développement des communications, accompagnées en cela par les organisations internationales, qui ont remis l’investissement public au cœur de leur doctrine 4 .

Continuer la lecture de Planifier en Afrique

  1. La préparation du présent dossier a bénéficié de l’organisation d’un colloque du 14 au 16 décembre 2016 par le Centre de recherche économie société culture (Cresc) et la Chaire d’études africaines comparées de l’École de gouvernance et d’économie de Rabat, Université Mohamed VI polytechnique sur le thème « L’État, l’ingénierie, le social. Les techniques économiques dans l’histoire ». Ce colloque a en outre bénéficié du soutien de l’Institut d’études avancées de Nantes, ainsi que de l’Association des chercheurs de Politique africaine (Acpa). Je remercie chaleureusement ces différents partenaires qui ont rendu possible l’élaboration de ce dossier. []
  2. B. Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, n° 73, 1999, p. 6-15. []
  3. J. Ferguson, Give a Man a Fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Durham/Londres, Duke University Press, 2015 ; J.-P. Olivier de Sardan, O. Hamani, N. Issaley, Y. Issa, H. Adamou et I. Oumarou, « Les transferts monétaires au Niger : le grand malentendu », Revue Tiers Monde, n° 218, 2014, p. 107-130 ; I. Bono, « L’activisme associatif comme marché du travail : normalisation sociale et politique par les “Activités génératrices de revenus” à El Hajeb », Politique africaine, n° 120, 2010, p. 25-44. []
  4. Voir par exemple A. Rajaram, T. Minh Le, K. Kaiser, J.-H. Kim et J. Frank (dir.), The Power of Public Investment Management : Transforming Resources into Assets for Growth, Washington, The World Bank, Directions in Development, 2014. []

JOURNEE D’ETUDE DE LA REVUE POLITIQUE AFRICAINE

MARDI 13 JUIN 2017 CERI, Sciences Po  Salle Jean Monnet Entrée : 56 Rue Jacob, 75006 Paris

9h30 – 12h00: Challenging the State, Negotiating the Bureaucracy  in Post-Apartheid South Africa

Chair : Laurent Fourchard, CERI Science Po
Sarah Meny-Gibert, Public Affairs Research Institute, University of Witwatersrand, Navigating the Uneven and Uncertain State: the Making of the ‘Delivery State’ in South Africa
Nqobile Malaza, The Centre for Urbanism and Built Environment (CUBES), University of Witwatersrand, Transforming, Negotiating and Growing Black Business: The Politics and Governance of State-Sponsored Economic Empowerment in Johannesburg
Jeanne Bouyat, CERI, Sciences Po and CUBES, Translating, Adapting and Challenging Institutional Xenophobia in Low Income High Schools of Johannesburg

13H30 – 15h30 : Assemblée générale de l’ACPA (pour les membres de l’ACPA)

16h00-19h30 : Argent, mariage et migrations transnationales
Table ronde autour du film Gam Gam, en présence des réalisateurs, Natacha Samuel et Florent Klockenbring
Avec la participation de :
Altaïr Desprès, Unité de recherche Migrations Société, URMIS
Thomas Fouquet, CNRS, IMAF
Daouda Gary-Tounkara, Les Afrique dans le Monde, LAM, Sciences Po Bordeaux
Boris Samuel, CERI Sciences Po et Ecole de gouvernance et d’économie de Rabat

Assemblée Générale

ASSOCIATION DES CHERCHEURS  DE POLITIQUE AFRICAINE

Assemblée générale
13 Juin 2017
13h30-15H30
CERI, 56 Rue Jacob, salle Jean Monnet

Ordre du Jour

1) Bilan 2016-2017 de Politique africaine, bilan des activités de l’ACPA, nouveaux membres
2) Bilan financier 2012-2015. Bilan financier 2016
3) Distribution et barrière mobile de CAIRN et JSTOR
4) Politique commerciale de la revue : propositions de Karthala et de l’ACPA
5) Modèle économique de la revue (papier et numérique)

Présentation du dossier « Matérialités du vote » de la revue Politique africaine

En partenariat avec l’Axe 1 « État, Institutions et citoyenneté » de LAM et l’’Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA)

Présentation du dossier « Matérialités du vote » de la revue Politique africaine 

Mercredi 1er mars 2017 : 17h-19h à l’IEP de Bordeaux (salle à confirmer)

Avec la participation de

Sandrine Perrot (coordinatrice du dossier) : chargée de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), membre du Centre de recherche international (CERI) de Sciences Po Paris et corédactrice en chef de la revue Politique africaine.

Marie-Aude Fouéré (autrice dans le dossier) : maitresse de conférence à l’EHESS, membre de l’Institut des mondes africains (IMAF) à Paris

« Matérialités du vote », Politique africaine, n° 144, décembre 2016 (coordonné par Sandrine Perrot, Marie-Emmanuelle Pommerolle et Justin Willis)

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, T-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans des espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administrations, marchés…). De leur côté, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « intègre » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de la sociologie électorale. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Pour une présentation du dossier, cliquez sur le lien suivant http://filez.sciencespobordeaux.fr/ash6

Présentation en lien avec l’EXPOSITION Les élections en Afrique : quelle(s) affaire(s) ! Citoyenneté et technologies du vote à voir à la bibliothèque de Sciences Po Bordeaux jusqu’au 7 mars 2017 (sur les horaires d’ouverture de la bibliothèque).