Tous les articles par Léa Barreau Tran

Introduction au thème« On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire

Introduction au dossier N° 148, parFrancis Akindès

Les élections de 2010 en Côte d’Ivoire et les violences électorales 1  qui leur ont succédé ont engendré une profonde crise socio-politique et engagé le pays dans un nouvel épisode de son histoire politique. Comme les deux faces d’une même monnaie, les ressorts de ce nouvel épisode sont : la victoire au forceps d’Alassane Ouattara sur fond de confrontation militaire et l’éviction du champ politique de Laurent Gbagbo à la suite de son arrestation, puis de son transfèrement le 19 novembre 2011 à La Haye pour répondre des chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pendant la crise post-électorale. Cette situation politique a contribué à cliver davantage la société ivoirienne. C’est dans ce contexte que le nouveau président ivoirien, dans son discours d’investiture, dit vouloir « faire définitivement le deuil de nos rancœurs, […] nos plaies, […] expier les fautes individuelles et collectives » et promet « d’écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays 2 ».

Cette histoire est effectivement en cours d’écriture puisqu’à partir de 2011 Alassane Ouattara a exercé un mandat présidentiel, renouvelé sans grande difficulté en 2015. Quels sont les défis auxquels a été confronté son régime ? Comment écrit-il cette nouvelle page de l’histoire d’une société ivoirienne transformée par la guerre ? Quels liens faut-il établir entre sa politique de croissance économique, les contre-performances des piliers de sa stratégie de réconciliation que sont le dialogue politique et la justice transitionnelle, et le sentiment dominant d’une normalisation politique sans réconciliation au sein de la société ivoirienne ?

C’est à ces questions que ce dossier tente de répondre à partir de matériaux issus de travaux de recherches menés sous des angles d’approche divers. Les différentes contributions apportent un éclairage sur la manière dont l’État et la société ivoirienne se réinventent après huit années de tensions socio-politiques, de 2002 à 2010 3 . Les contributions rassemblées ici mettent surtout en exergue les tensions qui, dans un processus de sortie de crise, apparaissent entre une croissance économique – portée par un libéralisme d’État – qui se révèle nécessaire mais insuffisante, une politique de réconciliation impulsée par le haut et un projet de retour à la paix.

La croissance économique comme panacée ?

 

L’investiture d’Alassane Ouattara à la magistrature suprême marque la fin de ce qu’il est convenu d’appeler la « crise post-électorale de 2010-2011 » et le début de la transition politique vers la paix. Elle signifie aussi une volonté de reconstruire la légitimité de l’État profondément affectée par deux décennies de crise. Les signes de fragilité conjoncturelle sont de plusieurs ordres. Au plan politique, en 2011, le premier défi est l’acceptation de la légitimité de l’autorité du nouveau président de la République dans une société politiquement clivée (48 % de l’électorat était pro-Gbagbo, selon les chiffres de la commission électorale indépendante) et traversée par des fractures sociales de tous ordres. Au plan économique, il faut relancer l’appareil économique alors fortement affecté par la crise socio-politique et, pour ce faire, redéployer une administration publique déstructurée et pillée. Au plan sécuritaire, il s’agit de rassurer les populations des villes du Sud et de l’Ouest encore habitées par un sentiment d’insécurité du fait de la présence menaçante de forces armées non étatiques (miliciens, dozos) et des attaques sporadiques dans la partie occidentale du pays. À cela, il convient d’ajouter les incertitudes planant autour du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion des ex-combattants amorcée depuis 2007 sans résultats probants. Ces défis politiques, économiques et sécuritaires sont à mettre en relation avec un autre défi, plus diffus : le besoin de réconciliation dans une société ivoirienne encore traversée par des logiques de peur et de haine. Alors que le nouveau pouvoir met l’accent sur la nécessité de juger les criminels de guerre, il est confronté à des défaillances graves de l’appareil judiciaire. Il éprouve également de ce fait des difficultés à mettre en place une justice transitionnelle, d’autant que des auteurs présumés d’exactions et de violation des droits humains se retrouvent dans ses rangs et occupent de hauts postes de responsabilité.

À ces contraintes conjoncturelles s’ajoutent des défis plus structurels : les conflits fonciers dans le Sud-Ouest, exacerbés dans certaines localités par le renversement des rapports de force entre propriétaires terriens et usufruitiers allogènes et allochtones ; la crispation des tensions au niveau local et national autour des répertoires identitaires construits sur la base d’une définition mouvante et souvent renégociée par la violence entre autochtones et allochtones ; les accaparements des terres appartenant aux populations déplacées ; l’épineuse question du manque d’emploi pour les jeunes, certains d’entre eux ayant trouvé dans la violence politique une fenêtre d’opportunité et une situation de rente 4 . Les opportunités liées à la situation de guerre n’ont pas été perçues de la même manière par tous les jeunes. Même si l’État a été attaqué en raison des pratiques jugées discriminantes de ceux qui le géraient, il était aussi convoité, et il n’a jamais cessé d’être une référence dans l’imaginaire des jeunes, particulièrement de ceux du Nord, comme le montre Camille Popineau dans ce dossier. Fruit d’une recherche sur les enseignants volontaires recrutés parmi les étudiants de la zone sous contrôle rebelle, son article illustre la façon dont, aux yeux de ces jeunes, « prendre la craie » constituait, dans une zone de conflit abandonnée par l’État, une rare opportunité d’intégration de la fonction publique afin d’y acquérir un statut et en même temps démontrer la capacité gestionnaire des jeunes du Nord. Ils y sont parvenus grâce au soutien des ex-Fescistes rebelles dans la période post-crise.

Deux autres signes majeurs de la faiblesse de l’État5  durant la crise ivoirienne étaient, d’une part, en matière d’actions sociales, l’occupation du terrain par les acteurs du dispositif humanitaire traditionnel et, d’autre part, la dépendance de l’État vis-à-vis d’un afflux massif de financements extérieurs. Les politiques sociales avaient progressivement laissé place à des initiatives humanitaires dont le contrôle était le plus souvent assuré par les agences des Nations unies avec des financements bilatéraux et multilatéraux. Une fois en place, l’une des préoccupations majeures du régime Ouattara est de réaffirmer le retour de l’État en se démarquant des dix années de dépendance vis-à-vis de l’assistance humanitaire 6 . Pour ce faire, il met en place deux instruments, le PPU (Programme présidentiel d’urgence) 7 , substitut de l’action humanitaire, et le PND (Plan national de développement), adopté en mars 2012 pour la période 2012-2015 en remplacement du Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) 2009-2013 8 . Le PND propose une stratégie de relance du développement économique de la Côte d’Ivoire prenant ses distances avec les plans d’urgence humanitaire et la multitude de projets à impacts rapides. Il se veut ainsi un instrument politique de reconquête de la souveraineté décisionnelle de l’État. Mais, bien que revendiquant un diagnostic approfondi de la crise, de la situation politique, économique, sociale et culturelle du pays 9 , le PND 2012-2015 fait peu cas de questions brûlantes telles que les questions identitaires liées ou non au foncier ou encore des problématiques de la paix et de la réconciliation.

Si le PPU et le PND sont importants pour les mesures concrètes de relance économique mises en œuvre en leur nom, c’est bien par ce qu’ils nous disent des choix stratégiques et symboliques faits par le régime Ouattara pour guider la Côte d’Ivoire de l’après-guerre qu’ils importent ici. Ils témoignent en effet de la vision « dépolitisante » qu’a le nouveau président de la sortie de crise. Cette vision repose, d’une part, sur une croissance économique mesurée à l’aune de l’amélioration des indicateurs macroéconomiques et traduite par de grands projets d’infrastructure et, de l’autre, sur une foi en apparence indéfectible dans le pouvoir transformateur de cette croissance et du « ruissellement vers le bas » qui est censé l’accompagner. Le PND 2012-2015, critiqué par les bailleurs pour son manque de cohérence et l’absence de mécanismes de suivi des initiatives, est aménagé et reconduit dans sa philosophie sur la période 2016-2020. En y insistant à nouveau sur la croissance économique et en reléguant les questions politiques au second plan, cette nouvelle version du plan met plus encore en exergue la volonté d’Alassane Ouattara de proposer une réponse économique à la sortie de crise qui est d’abord et avant tout d’essence politique : l’objectif posé dès le premier chapitre du nouveau plan est de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 en faisant reposer la stratégie volontariste du gouvernement sur une transformation structurelle de l’économie, notamment à travers des réformes portées par l’État et le développement d’infrastructures économiques. Reprenant le nouveau langage de la planification néolibérale 10 , le plan prévoit donc « d’accélérer la marche de la Côte d’Ivoire à travers une croissance rapide et soutenue sur la durée, pour permettre d’atteindre un revenu intermédiaire élevé, une réduction significative de la pauvreté et une montée concomitante de la classe moyenne pour soutenir durablement le processus de croissance 11 ».

Entre 2012 et 2017, la Côte d’Ivoire, profitant notamment d’une conjoncture extérieure favorable, a, il est vrai, pu faire état de résultats quantitatifs appréciables, que le régime Ouattara s’est empressé de mettre au crédit des réformes structurelles qu’il avait mises en œuvre : une augmentation moyenne du PIB réel de 9 % pendant la période 2012-2016, et une croissance économique qui, de moins de 3 % en 2005, a fait un bond pour passer la barre des 8 % après 2011. Une telle performance a redoré l’image du pays dans les médias. L’environnement des affaires en Côte d’Ivoire a également connu une amélioration, ce qui lui a valu d’être classée parmi les dix meilleurs pays réformateurs dans le rapport Doing Business 2015. Ainsi, l’économie ivoirienne est passée de la 177e à la 167e place sur les 189 pays dont les économies ont été évaluées. De telles performances en matière de politique économique ont progressivement permis de ramener la confiance des investisseurs et des partenaires techniques et financiers dans l’économie ivoirienne, comme l’attestent des indicateurs tels que : le succès de l’émission de l’Eurobond en juin 2017 ; le maintien de la notation financière « B+ » de l’agence de notation Fitch Ratings, le fait de bénéficier de l’enveloppe 2017 de l’initiative « Compact with Africa » en faisant partie des sept pays éligibles ; l’érection de la Côte d’Ivoire en modèle dans le processus d’éligibilité au programme d’aide au développement du gouvernement américain, Millenium Challenge Corporation (MCC), sur la base du respect de quatorze indicateurs en 2017 contre cinq en 2011 et l’appartenance à l’Open Government Partnership (OGP) 12 . Différents éléments que le gouvernement ivoirien considère comme des indicateurs de performance de sa politique économique censée contribuer à l’atteinte des objectifs du PND 2016-2020. Par ailleurs, cette croissance essentiellement tirée jusqu’en 2017 par la consommation intérieure et les investissements, que le gouvernement Ouattara projette de maintenir en moyenne à plus de 8 % sur la période 2018-2020, a su résister à la chute des cours mondiaux du cacao, au resserrement de la politique monétaire régionale et aux troubles socio-politiques qui ont ponctué sporadiquement la vie socio-politique depuis 2012.

Cependant, ce contexte post-conflit, la rhétorique de l’État sur ses performances économiques et le retour de la Côte d’Ivoire sur la scène internationale entrent en contradiction avec le sentiment, dominant dans le pays, d’une absence de réconciliation qui alimente les conversations sur la stabilité politique du pays.

L’oubli comme stratégie de réconciliation ?

Encouragés par la communauté internationale, le gouvernement Ouattara et les partis d’opposition créent un espace politique dit « Cadre permanent de dialogue » (CPD). Celui-ci se veut « une plate-forme d’échanges, de réflexions, de propositions et d’actions en vue de l’amélioration des relations et de la consolidation de la confiance entre le gouvernement et l’opposition politique 13  ». Dans ce cadre, les camps politiques adverses conviennent dès le mois d’avril 2012 de se rencontrer en vue « de renforcer la démocratie, raffermir la réconciliation et mettre fin à la belligérance 14  ». Maintenue sur le qui-vive par des actes de violence sporadiques, la population a dans un premier temps accordé du crédit à cette initiative avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’un dialogue de sourds qui, à peine amorcé, s’est essoufflé. L’opposition met comme condition à la réconciliation des décisions consensuelles sur des questions à enjeux politiques dont le pouvoir entend faire une chasse gardée 15 . Le FPI (Front populaire ivoirien), parti de l’ex-président Gbagbo, alors parti majoritaire et dominant au sein de cette opposition politique, ajoute quant à lui aux conditions de sa participation la libération de tous les « prisonniers pro-Gbagbo » détenus à la suite de la crise post-électorale, le retour « apaisé » des exilés et l’adoption d’une loi d’amnistie générale. À cette demande, le gouvernement répond invariablement par la formule suivante : « Réconciliation d’accord, justice d’abord », comme pour marquer sa préférence pour la justice dans le processus de réconciliation.

Le gouvernement soutient par ailleurs qu’une amnistie ne saurait être générale mais individuelle et qu’il faut « laisser la justice faire son travail et aller jusqu’au bout pour faire éclater la vérité, satisfaire les victimes et permettre à leurs bourreaux de leur demander pardon ». Hamed Bakayoko, alors ministre de l’Intérieur, a également précisé qu’« une loi d’amnistie est au bout d’un processus de réconciliation qui ne peut faire l’économie de la justice, du pardon et de la repentance 16 ». Aussi, en réponse aux exigences politiques du FPI, le gouvernement estime-t-il que les exilés pro-Gbagbo qui ne se reprochent rien peuvent rentrer au pays et que ceux qui font l’objet d’un mandat d’arrêt international doivent obligatoirement affronter la justice. Des positions aussi tranchées ont bloqué le dialogue pour la réconciliation, dont le bilan se révèle d’ailleurs bien insignifiant.

Cette situation de « dialogue politique gelé 17 » a culminé dans le refus du FPI de participer aux élections législatives en 2012 et ensuite aux élections communales et régionales en 2013. Toutes choses qui alimentent les ressentiments et entretiennent le sentiment d’une exclusion de la participation à la vie politique nationale pour certains, ce qui est plutôt perçu dans le camp d’en face comme une auto-exclusion.

Le dialogue politique s’est arrêté alors que, parallèlement, prospère un sentiment de partialité dans les poursuites judiciaires. Le régime Ouattara a promis à son arrivée « une justice impartiale et exemplaire » afin de mettre fin à l’impunité des graves violations des droits humains qui jalonnent la vie politique ivoirienne depuis 2002. Mais le bilan des interpellations, qui ne concernent dans leur grande majorité que les présumés coupables du camp Gbagbo18 , alimente l’idée, partagée au sein de l’opinion nationale, qu’il y a une « justice des vainqueurs », surtout du point de vue de la frange anti-Ouattara et de l’opinion internationale19 . La grille de lecture essentiellement communautariste servant au décompte ethnique et politique des personnes poursuivies perçoit, derrière cette justice, la revanche des nouveaux occupants du palais présidentiel – catalogués comme étant issus dans leur majorité de la communauté Malinké 20 – sur d’autres, particulièrement celles de l’Ouest ivoirien 21 . Les mêmes griefs de partialité sont adressés à la Cour pénale internationale (CPI) dans différents rapports d’organisations de défense des droits de l’homme telles qu’International Crisis Group 22 , Amnesty International 23   et Human Rights Watch 24 . La Cour n’aurait délivré des mandats d’arrêt qu’à l’encontre de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, de son épouse Simone, accusés de crimes contre l’humanité, et de Blé Goudé, l’ex-leader du mouvement des Jeunes patriotes 25 . Alors que plusieurs rapports d’organisations non gouvernementales humanitaires, dont celui de Human Rights Watch 26 , confirment que des forces pro-Ouattara auraient également commis des exactions durant la crise post-électorale, surtout dans la phase finale de la crise, aucun membre des forces pro-Ouattara ne figure parmi les personnes inculpées pour des crimes commis durant ces violences post-électorales.

En Côte d’Ivoire, la dialectique de l’humiliation et de la vengeance a structuré une culture politique d’instrumentalisation des identités (ethnie, religion) peu intégratrice mais productrice de sentiments d’inégalités horizontales générateurs de conflits. Le changement de régime en 2011 semble avoir donné lieu à une « inversion de l’exclusion 27 » et à ce que les cercles opposés à Ouattara considèrent comme étant la mainmise du groupe malinké sur l’appareil d’État depuis son arrivée au pouvoir, résumé par le terme de « rattrapage ethnique 28 ».

Tandis que le dialogue politique est bloqué par le haut, par le bas, la « Commission dialogue vérité et réconciliation » n’a guère pu donner de réponse politique aux attentes sociales en matière de réconciliation à l’échelle nationale.

En complément aux procédures politiques et judiciaires faisant déjà l’objet de contestation, et comme le recommande l’approche libérale pour une sortie de crise 29 , pour amorcer la réconciliation, Alassane Ouattara prend l’initiative de créer, par l’ordonnance n° 2011-167 du 13 juillet 2011, un mécanisme extrajudiciaire : la « Commission dialogue vérité et réconciliation », censée mener à « la restauration du lien social et à la refondation d’une communauté politique 30  » profondément affectée par les violences politiques. Deux ans plus tard, il lance également le Programme national de cohésion sociale (PNCS) 31 . Les deux structures étaient supposées mener des actions en synergie en vue de « conduire les Ivoiriens vers la réconciliation ». Malgré la volonté politique ainsi exprimée, le projet de réconciliation semble « en panne » car le sentiment d’une absence de réconciliation reste dominant dans les discours en Côte d’Ivoire. L’on parle même de « match retour » dans le camp politique opposé au pouvoir, masquant ainsi à peine la logique de revanche encore présente dans les esprits de ceux qui estiment « avoir perdu la guerre et non les élections ». Dans ce dossier, à partir de données d’enquêtes de terrain conduites à Abidjan et dans l’Ouest du pays, Giulia Piccolino confronte, au niveau local, les modalités concrètes d’engagement du gouvernement de Côte d’Ivoire et de la communauté internationale à travers des actions de soutien à la paix, d’une part, aux ressentis des populations à la base, de l’autre. Son analyse montre, notamment à travers le glissement conceptuel de la réconciliation à la cohésion sociale, comment la recherche de la paix souffre d’un choix implicite de l’oubli comme stratégie de réconciliation. Une telle option laisse un vide que n’arrive pas à combler la prédominance donnée explicitement à la croissance économique partagée comme instrument politique de sortie de crise. Ceci favorise, en amont, l’interruption du dialogue politique et, en aval, l’absence de définition d’une ligne politique de ce qui doit tenir lieu d’approche ivoirienne de la réconciliation que devait mettre en œuvre la CDVR.

Les effets d’un tel décalage sont perceptibles dans la façon dont la CDVR a exécuté sa mission. Selon Bruno Charbonneau, son « mandat ne consiste pas à réconcilier les Ivoiriens, mais à encourager et à travailler à cette réconciliation 32 ». Elle aurait été créée « pour envoyer un signe d’apaisement 33 » après les violences post-électorales. Ce manque d’horizon politique semble avoir fortement influencé la manière dont les commissaires ont assumé leurs missions et que l’un d’entre eux restitue en affirmant que la CDVR n’aurait « qu’une obligation de moyens, la responsabilité de la réconciliation revenant in fine au président de la République, destinataire du rapport de la CDVR et de ses recommandations34  ».

Avec un tel état d’esprit, la CDVR n’a guère été en mesure de dégager un cadre véritable ment opérationnel de dialogue social et politique, et encore moins un cadre permettant de « rompre le silence de l’amnésie et du ressentiment 35 ». Elle n’a pas non plus engagé un véritable processus de quête de vérité censé aider la société ivoirienne à comprendre ce qui lui est arrivé. C’est sur un tel vide conceptuel de la réconciliation dans la Côte d’Ivoire post-conflit que la guerre par l’usage des armes s’est tue depuis 2011. Mais la guerre semble se poursuivre dans les esprits. Le projet de réconciliation bute sur une guerre des imaginaires conflictuels de la crise. Il faut entendre ici, par imaginaires de la crise, le condensé psycho-sociologique des frustrations et des rancœurs historiques et/ou contextuelles qui, stabilisées et transformées en certitudes, continuent d’irriguer en arrière-plan les logiques d’actions sociales (les attaques, les relations intercommunautaires), ainsi que les modes de perception et de pensée (divergences dans l’interprétation des événements, posture d’engagement dans le dialogue politique, façons d’envisager la réconciliation), lesquels finissent par fragiliser la réconciliation.

Huit années après la crise, la sortie de crise continue d’être envisagée aussi confusément et avec une lecture politique aussi antagoniste du passé récent et du présent, sans qu’il y ait la moindre réflexion sur l’horizon de la réconciliation elle-même, si tant est que, comme le souligne Florence Hartmann, « la réconciliation est bien une histoire de mémoire qui aurait été apaisée, une histoire donc de pages qu’il faut tourner à condition de les avoir lues, pour s’en souvenir, pour que nul ne puisse les oublier 36 ». La sortie de crise reste ainsi envisagée sans le moindre retour sur le passé.

Le dialogue, qui devait être sociétal et donc plus élargi, a très vite été réduit à un dialogue politique, qui s’est d’ailleurs rapidement révélé impossible, donnant le sentiment que la classe politique travaillait consciemment ou inconsciemment à confisquer les contours d’un véritable dialogue, comme pour empêcher l’émergence d’un espace public permettant une quête de vérité sur tout ce qui a dérangé et continue de perturber le corps social. Une telle omerta sur les causes profondes du malaise sociétal autorise chacun à vivre dans ses certitudes et avec ses ressentiments dans une société écartelée entre « trop de mémoire ici » et « trop d’oubli ailleurs ». Le résultat de ces empilements de frustrations et de rancœurs, sur fond de « compétition des récits 37 » et de rivalités en sourdine des mémoires antagonistes, finit par produire une société ivoirienne faite de méfiance et de défiance.

Alors que le dialogue politique se trouve bloqué et que la politique de croissance tente de soutenir le processus de normalisation politique, le sentiment d’absence de réconciliation s’accroît, nourri par les transformations sociales et le recyclage de l’héritage de la guerre. Aux politiques de ressentiment à la source de la guerre civile 38  se superposent de nouveaux ressentiments nés dans les interstices de cette transformation sociétale par la guerre civile.

Une société transformée par la guerre

Dans le contexte ivoirien, la sortie de crise est rendue particulièrement complexe par le fait que, contrairement à ce qui a pu se passer dans le Rwanda post-génocide, au Soudan du Sud ou encore en Angola, où la guerre s’est terminée par une victoire militaire claire, le camp Gbagbo a, certes, perdu la guerre sur le plan militaire, mais la victoire de Ouattara a été ambiguë puisque, non seulement il n’a pas accédé au pouvoir par les urnes seules, mais il a fallu, pour l’installer au pouvoir, le secours des forces militaires françaises, onusiennes mais aussi des rebelles. Le paradoxe de cette victoire ambiguë est que Ouattara arrive au pouvoir mais reste redevable vis-à-vis des ex-rebelles. Cette dette morale et politique met le président dans une posture équivoque vis-à-vis de ceux-ci et limite sa marge de manœuvre par rapport à ses engagements en matière de justice, mais aussi par rapport à la restructuration d’une armée déjà désorganisée 39  et encore plus défigurée depuis l’intégration au forceps des deux armées – l’ex-armée régulière et la branche armée de la rébellion, les FAFN (Forces armées des forces nouvelles) – en période de pré-guerre civile 40 .

La période post-électorale de 2010-2011 a été fortement marquée par l’indiscipline et le désordre au sein de la « nouvelle armée 41 ». Depuis 1999, date du premier coup d’État réussi contre Henri Konan Bédié, outre l’ivoirité, le soulèvement contre les injustices et la tribalisation de la promotion au sein de l’armée avaient légitimé la remise en question de l’ordre et de la discipline qui structurent traditionnellement une armée. En 2002, lors du coup d’État raté et transformé en une rébellion, ce sont les mêmes griefs qui ont justifié la fragilisation du régime de l’ex-président Laurent Gbagbo. Pendant dix ans, au sein de la branche militaire de la rébellion, des habitudes de prédation se sont développées 42 . La gouvernance rebelle a instauré et renforcé une logique de milicianisation de ses hommes placés sous les ordres de commandants de zone (Com’zones). Au profit de la guerre, des soldats de troupe devenus Com’zones se sont enrichis par le biais du pillage des ressources naturelles, soit, pendant la rébellion, par l’économie de guerre instituée sur la part du territoire qu’elle contrôle pour, arguent-ils, le besoin d’entretien des troupes insurgées, soit, pendant la crise post-électorale de 2010-2011, lors de l’assaut contre le palais présidentiel. Les habitudes de prédation se sont transposées à Abidjan. En effet, le quadrillage de la ville par les rebelles, au prétexte d’y assurer la sécurité des biens et des personnes, a très vite tourné en actes de vandalisme, de pillages et de rackets organisés 43 . Avec le processus de DDR, de nouveaux défis s’ajoutent à ceux que l’ex-armée régulière connaissait déjà. Elle est minée par des clivages ethniques et régionaux et rongée par un climat de méfiance et de suspicion généralisées qui ne laisse quasiment pas de place à une action de sécurisation coordonnée 44 . L’enrôlement des hommes de troupe issus de la rébellion, sans formation militaire et sans culture de discipline, et la réintégration de déserteurs qui avaient rejoint la rébellion viennent donc ajouter une couche supplémentaire de malaise.

Ayant fait le choix de la réconciliation par la justice et sous la pression de critiques d’origines diverses évoquant une « justice des vainqueurs », Ouattara annonce, le 13 avril 2011, son intention de « demander au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) d’engager des investigations » sur les massacres perpétrés dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire attribués à ses partisans. Mais il ne perd pas de vue que l’interpellation des ex-rebelles qui ont aidé à l’organisation de l’assaut final contre Laurent Gbagbo pourrait vite se transformer en une source de déstabilisation des bases encore fragiles de son régime. En lieu et place des poursuites judiciaires, sur le court terme, Alassane Ouattara mise donc sur l’apprivoisement des forces détenant encore une capacité de nuisance par le recyclage des ex-rebelles en nommant certains commandants de zone (Com’zone) dans l’appareil d’État ou en envoyant d’autres en formation pour leur confier ensuite des fonctions dans l’appareil sécuritaire. Ces dispositions, présentées par certains comme étant la condition du retour à la paix, sont plutôt perçues par d’autres comme une récompense de l’effort de guerre et une prime à l’impunité. Qu’ils soient réintégrés et promus, ou enrôlés par le truchement des programmes DDR, la greffe des ex-rebelles dans l’ex-armée régulière a du mal à prendre. Car le traitement politique réservé à cette frange alimente, chez les soldats des ex-forces armées régulières, le sentiment qu’il y a deux poids, deux mesures, ce qui tend à complexifier les défis liés à la réunification de l’armée. De plus, certains de ces promus, à travers leurs comportements de consommation ostentatoire de biens de luxe, la fréquentation des espaces qui comptent et leur train de vie, s’affichent comme de nouvelles figures de la réussite par la prise d’arme. Pour certains gradés ou moins gradés de la nouvelle armée unifiée, les promotions accordées aux ex-Com’zones sont perçues comme un traitement injustifié et, de ce fait, produisent des ressentiments. À cela s’ajoutent d’autres facteurs de mécontentement : les rancœurs de militaires loyalistes contraints de devoir vivre avec ceux qui les ont combattus hier ; la présence au sein des Faci, l’armée unifiée, de soldats restés affectivement fidèles à Laurent Gbagbo, ne rêvant que de ce qu’ils appellent « un match retour » ; la présence aux frontières ivoiriennes de militaires exilés encore hostiles au pouvoir de Ouattara ; la circulation massive d’armes légères.

C’est dans ce terreau que poussent les insubordinations militaires, le plus souvent sur fond de rumeurs de coup d’État. Le régime de Ouattara continue de donner des gages de sécurité, mais, à intervalles réguliers, des mutineries jettent le discrédit sur la bonne tenue du processus de DDR. Elles remettent au goût du jour l’idée de crise interne au sein des forces armées 45  et de relations troubles entre l’État et les ex-rebelles intégrés à l’armée. Cela a été le cas avec la mutinerie des mois de janvier et de mai 2017, qui s’est traduite par des sorties de casernes de soldats issus de l’ex-rébellion réclamant le paiement d’une prime à l’effort de guerre non réglée d’un montant de 12 millions de francs CFA 46 . Elle sera suivie, environ un an après, le 5 et le 9 janvier 2018, de nouveaux affrontements entre factions au sein des « corps habillés ». Il s’agit cette fois-ci non pas de revendications pécuniaires, mais de règlements de compte entre les éléments du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) 47 et les militaires du troisième bataillon d’infanterie de Bouaké, les seconds manifestant leur mécontentement du fait de l’existence d’une « mission d’espionnage 48 » confiée aux premiers par leur tutelle. Ces insubordinations militaires font suite à une série d’attaques qui ponctuent la vie sociale et politique depuis la deuxième moitié de 2012, et contribuent à nourrir un sentiment de fragilité du processus de normalisation politique.

Ces tensions internes à l’armée, symptomatiques des clivages au sein de la société ivoirienne, rendent la situation du pays imprévisible et remettent sur le devant de la scène la question de la capacité de l’État à aller jusqu’au bout de la réforme du secteur de la sécurité (RSS) engagée en 2012. Réforme qui, malgré ses imperfections et l’allure administrative et bureaucratique qu’elle a prise dès le départ, a permis d’améliorer le climat sécuritaire, de favoriser la relance de l’économie et la reprise de la vie sociale perturbée par la crise post-électorale. Confronté aux agitations dans les casernes, le régime Ouattara est également interpellé par les conflits intercommunautaires dont l’objet est le plus souvent la terre.

La résurgence des conflits fonciers

Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2012, le camp de réfugiés de Nahibly, dans l’Ouest du pays, est attaqué. Quelques mois plus tard, un charnier dénommé « charnier de Toguéi » et contenant six corps était découvert. Cet épisode qui a marqué les esprits est symptomatique des tensions aiguës qui persistent autour de la gestion du foncier. Les conflits fonciers qui en résultent se déploient sur le terreau des tensions inter-ethniques opposant depuis plusieurs années déjà, les « autochtones Guérés » aux « allochtones Malinkés 49  ». Toujours dans l’Ouest ivoirien, en mars 2013, trois attaques meurtrières ont été enregistrées en dix jours et ont provoqué des déplacements de populations. Et plus récemment, en octobre 2017, ressurgit une flambée de violence à Guiglo entre populations dites « autochtones Guéré » et « allogènes Baoulé ». Le bilan de cette vague de violence, née de la dispute autour du droit d’exploiter ou non les terres agricoles réputées riches de la forêt classée de Goin-débé, est lourd : 2 morts enregistrés sur place, 5 morts trois semaines plus tard, 11 personnes blessées, 4 campements incendiés et pillés, 18 écoles fermées et pillées, 5 483 personnes déplacées dans les sous-préfectures voisines de Zéagbo, dans le département de Bloléquin, et de Taably, dans le département de Guiglo.

Ce cycle de violence intercommunautaire n’est pas fortuit. Il est le plus souvent nourri par des rancœurs entre populations dont les identités sont associées à des camps politiques : l’autochtonie renvoie à la figure du natif de l’Ouest, vivant le temps de la gouvernance d’Alassane Ouattara comme le temps des résignés, convaincu tout au fond de lui-même que, jusque dans la défaite, c’est lui qui a raison et qui subit de ce fait les « envahisseurs historiques » que sont les allogènes et allochotones 50  protégés par le pouvoir en place qui leur serait favorable. Ce sont ces rancœurs qui se transforment très rapidement en actes de violence lorsque se présentent des occasions de conflit, favorisées le plus souvent par l’impunité des auteurs des crimes. De tels dynamiques 51  rappellent combien les réformes foncières 52  constituent un défi pour les processus de paix après des conflits violents 53.

La littérature relative à la crise ivoirienne a largement montré en quoi la problématique foncière reste centrale 54 . En avril 2012 à Man, dans l’Ouest du pays, le président de la République promettait de s’occuper de la question du foncier rural. Une question qu’il qualifiait de « brûlante » et qui, en réalité, n’aurait pas été réglée dans cette région. Suite à cette déclaration, l’on s’attendait à ce que les défis 55  de l’application de la Loi foncière de 1998 reconduite en 2013 56   – notamment dans ses dispositions de l’article 6 57  qui n’ont pu être appliquées depuis son adoption – fassent l’objet d’un traitement politique spécifique. Entre-temps, toujours dans l’Ouest ivoirien, les relations entre les « autochtones » et les migrants économiques se sont trouvées encore plus perturbées. Les multiples vagues de déplacement liées à la guerre civile de 2002 et à la crise électorale, et les accaparements de terre qu’elles ont occasionnés ont contribué à créer de nouvelles sources de tension.

Le constat dressé dans ce dossier est que, dans le domaine du foncier rural, l’action des gouvernements successifs n’a pas permis de trouver une solution durable aux conflits fonciers. Si, entre 2002 et 2010, les partisans de Laurent Gbagbo ont tenté d’interpréter la loi foncière en leur faveur en laissant croire aux populations de l’Ouest qu’il était possible de leur restituer la terre de leurs ancêtres « spoliée » par les migrants venus du Nord de la Côte d’Ivoire et des pays de l’hinterland, Alassane Ouattara, quant à lui, recule devant l’idée de remettre sur le métier l’ouvrage inachevé de la réforme foncière, restée inappliquée à ce jour. Malgré les promesses faites lors de ses tournées, le gouvernement Ouattara évite d’affronter la question foncière et opte pour une simple adaptation technique visant à rendre applicable la même loi. Dans cette perspective, il a pris la décision politique de prolonger de dix ans le délai accordé pour la constatation des droits coutumiers et de cinq ans celui accordé pour la consolidation des terres concédées. Le nœud gordien de la problématique foncière reste entier. Or, en situation de retour à la démocratie, de contexte multi-ethnique et de droits de propriété foncière faibles et politisés, comme c’est le cas en Côte d’Ivoire, les griefs autour de la terre fournissent toujours aux leaders politiques un puissant outil pour organiser la violence, surtout en période électorale 58 . Dans le présent dossier, la contribution de Koné, Ouattara et Akindès montre comment, dans une arène locale comme le département de Sassandra, les ingénieries politiques de la violence se reconstruisent et se mettent en place. Elle met également l’accent sur le rôle qu’y jouent les jeunes, notamment les Jeunes patriotes, qui se sont réinvestis politiquement dans les arènes locales.

Porter un regard sur les transformations de la Côte d’Ivoire post-crise, c’est aussi s’autoriser un décentrage du regard. Au lieu de se concentrer uniquement sur les espaces de conflits, il nous est apparu tout aussi instructif de mettre en lumière des espaces sociaux qui lui ont échappé, ou qui ont été construits pour s’en extraire. C’est ce à quoi répond la contribution de Till Föster sur les « enclaves de paix » qui, constituées pendant la crise ivoirienne à la suite de dynamiques plus anciennes, ont échappé non seulement à la dynamique belliciste binaire à l’œuvre sur le territoire, mais aussi à la mainmise de l’État ou des pouvoirs rebelles. Dans cette contribution, deux formes d’enclaves de paix sont décrites et analysées : d’une part celles issues d’entités déjà existantes (principalement des villages), d’autre part les campements qui se constituent par le regroupement de populations dans des zones précédemment inoccupées. Il offre ainsi une autre fenêtre de réflexion sur les relations État/ société dans un contexte de crise.

La guerre civile n’a pas eu un impact que sur l’armée et les relations intercommunautaires. Avec l’apparition du phénomène des enfants dits « microbes », elle a également contribué à complexifier la question sécuritaire dans les villes ivoiriennes en offrant une opportunité d’apprentissage de la violence criminelle à une nouvelle catégorie de jeunes. Selon Séverin Kouamé, certains d’entre eux estiment être des oubliés du DDR et revendiquent une reconnaissance en raison de leur implication active personnelle dans l’avènement du régime actuellement au pouvoir en Côte d’Ivoire. En reconstruisant la sociohistoire des gangs urbains en Côte d’Ivoire, depuis les nouchis en passant par les ziguéhis jusqu’aux microbes, Séverin Kouamé montre comment une part de la jeunesse déclassée ivoirienne se réinvente une existence sociale par la mobilisation de la violence.

Si le sentiment d’absence de réconciliation est alimenté par l’essoufflement du dialogue politique, l’échec de la CDVR, les incertitudes qui entourent la réforme de l’armée et la résurgence des conflits fonciers, les promesses de développement non tenues par la croissance économique engendrent une surenchère dans la défiance vis-à-vis de l’État.

Quand la réalité des assiettes défie les statistiques économiques

Les griefs contre l’État trouvent d’abord leurs sources dans le sentiment diffus que les fruits de la croissance sont inégalement répartis. Dès 2012, le gouvernement communique massivement sur les performances économiques d’une Côte d’Ivoire revenue de loin puisque, pendant la période critique, à la veille des élections de 2010, le taux de croissance était descendu en dessous de zéro. La communication gouvernementale a tablé sur une atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE, dans le cadre du programme économique et financier 2012-2014, et sur un taux de croissance de 9 % enregistré. Sur la base de ces nouvelles donnes économiques, il laisse entendre que l’on s’achemine naturellement vers une réduction de la pauvreté et une amélioration des conditions de vie de la population, notamment grâce à sa politique d’investissements dans les infrastructures socio-économiques de base 59 . Mais, vu du bas, au fil des années, les populations estiment que cet enthousiasme politique sur les performances économiques tranche avec leur quotidien, puisqu’elles ne perçoivent guère les effets de cette croissance, ni sur leurs conditions de vie, ni en matière de création d’emplois. Ce dont le gouvernement se défend d’ailleurs en rappelant les deux millions d’emplois créés sous le mandat d’Alassane Ouattara, la croissance de 20 % du secteur agricole, le PIB par habitant qui aurait augmenté, le prix au kg passé à 800 000 francs CFA pour les producteurs de cacao de Côte d’Ivoire qui aurait aussi augmenté de près de 40 % depuis les réformes radicales du secteur en 2012. Les populations estiment quant à elles ne plus pouvoir parler de « panier de la ménagère », mais plutôt de « sachet de la ménagère », rappelant ainsi de façon très imagée et humoristique la baisse de leurs revenus et donc de leurs pouvoirs d’achat. Leur ras-le-bol économique a souvent été exprimé à travers des mouvements sociaux violents. La hausse des prix de l’électricité de 16 % décidée en janvier 2016 a ainsi fait monter la surenchère politique et a tendu les relations entre l’État et la société. Le chef de l’État en a perçu les enjeux politiques et s’est saisi de la question 60 . La grogne sociale a pourtant perduré après les décisions prises pour calmer le mécontentement car, pour l’opinion publique, les tarifs de l’électricité restaient toujours élevés. Aussi, après l’émission de deux factures à moins d’un mois d’intervalle, des manifestations de colère ont-elles éclaté à Yamoussoukro, Daloa, Bassam et Tiassalé. Les locaux de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) ont été saccagés, pillés et incendiés. Dans le courant de la même semaine, le 22 juillet 2016, des manifestations similaires de colère contre les factures d’électricité se produisent à Bouaké, suivies de pillages de commerces, de banques et d’administrations ainsi que de l’incendie de deux commissariats. On dénombre un mort par balle et plusieurs arrestations. « La vie chère » est devenue une thématique centrale de l’expression de la colère chez toutes les catégories socioprofessionnelles.

Au cours des manifestations contre la vie chère, les symboles de l’autorité de l’État tels que les préfectures et les commissariats sont attaqués, et les autorités politiques également prises à partie. Ces mouvements sociaux auraient pu être considérés comme des manifestations ordinaires de colère si l’on ne prêtait attention aux interprétations politiques dont ils font l’objet. En effet, prenant très au sérieux ces remous sociaux, le gouvernement a déployé dans plusieurs villes, dont Abidjan et Bouaké, plus de 6 000 soldats. Il réagit ainsi pour parer à toute éventualité de déstabilisation, car l’opposition appelle à l’intensification des mouvements de colère et espère même le début d’une insurrection populaire contre le régime. Toujours en 2016, les coordinations et les faîtières d’associations et de syndicats, à travers des grèves et des préavis de grèves, réclament de meilleures conditions salariales au gouvernement (déblocage indiciaire des salaires, paiement d’arriérés de solde, primes de logement, profil de carrière, etc.) 61 . En conséquence, les efforts d’investissement du gouvernement dans les infrastructures destinées à booster la croissance, que le président prétend inclusive, sont déniés et dénoncés dans un jargon populaire : « L’argent ne circule pas 62 », « On ne mange pas les ponts et le goudron ». Ces manifestations de colère contre la vie chère et cette disqualification de la croissance économique entrent en résonance avec les statistiques de la pauvreté qui indiquent que, malgré l’effort de création de richesse, la réduction du nombre de ménages pauvres en Côte d’Ivoire n’aurait été que de 5 points, passant de 51 % en 2011 à 46 % en 2015. Ces données statistiques sont diversement interprétées. Le gouvernement en tire une satisfaction tandis que les ménages estiment ne pas ressentir de signes d’amélioration de leur condition de vie.

Ces lectures contradictoires des efforts en matière de politique économique trouvent leurs sources dans un profond malentendu entre Alassane Ouattara et les Ivoiriens. Le président ne fait pas mystère de son option résolument néolibérale et, en la matière, il s’inscrit dans une tradition. Félix Houphouët-Boigny, comme Henri Konan Bédié sont de la même école de pensée. Avant d’entrer dans le cycle des ajustements structurels, la politique économique volontariste de Félix Houphouët-Boigny en avait témoigné. Il avait, comme le notait Yves-André Fauré, la même « obsession dans la recherche de la croissance 63 » qu’Alassane Ouattara. Cependant, la mémoire collective retient de Félix Houphouët-Boigny que son approche libérale était doublée d’un effort de compensation de la faiblesse du pouvoir d’achat des couches défavorisées par des politiques implicites ou explicites de subventions à l’éducation, à la santé et à la consommation au travers de la dépense publique 64 . Sa politique sociale était adossée à un patronage politique 65  qui s’est lentement effondré pour constituer les ressorts de la crise socio-politique. Ceci l’amenait souvent à rappeler qu’il n’était pas socialiste mais qu’il savait tempérer son libéralisme par une « politique sociale des plus hardies 66 ». Ouattara revendique un héritage houphouëtiste dont les piliers se sont depuis longtemps effondrés, sans expliquer aux Ivoiriens en quoi son option libérale, différente de celle de Félix Houphouët-Boigny, se veut plus tournée vers l’offre de service par le marché et le secteur privé. Il en a résulté une incompréhension profonde qui a progressivement évolué vers une défiance croissante vis-à-vis de l’État. En 2011, l’arrivée de Ouattara et son discours sur le retour de l’État développementaliste assorti d’une revendication de l’héritage houphouëtiste laissaient espérer, au sein de la population, le retour à un État social connu dans les années 1980. En clair, la population s’attendait de la part du régime de Ouattara à plus d’investissement dans le social. Les discours des manifestants lors des poussées de colère contre la vie chère sont révélateurs de la déception des Ivoiriens qui font l’amer constat de l’exposition du consommateur à la brutalité de la « vérité des prix » des services de base comme l’électricité délivrés par le secteur privé. Au travers de la colère exprimée contre cette hausse des prix, ils donnent l’impression de prendre subitement conscience des risques sociaux liés au retrait de l’État dans le traitement des questions liées à l’accès aux services sociaux de base.

L’absence de perception des effets de la croissance économique dans les assiettes et le sentiment de ne plus être protégé par l’État se doublent d’un sentiment d’inégalité dans l’accès aux opportunités de la croissance et des faveurs de l’État. Ce dernier sentiment s’exprime lui aussi en référence à une autre dimension du « rattrapage ethnique », dont le recours vise ici à dénoncer l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie d’État, une minorité qui serait en train de capturer les fruits de la croissance sur fond de fracture Nord-Sud et au détriment du plus grand nombre. La capacité d’inclusion de la politique de croissance sous le régime de Ouattara est donc sérieusement mise en cause par la perception que les gens ordinaires en ont et par la manière dont ils vivent l’ère du libéralisme économique dans la Côte d’Ivoire post-crise.

Après une décennie de conflits armés, la Côte d’Ivoire reste confrontée à un défi principal : comment sortir de l’engrenage de la violence politique ? Le régime de Ouattara a tenté d’y répondre en conjuguant approche libérale de sortie de crise et politique économique favorable à la croissance. À l’analyse, la croissance économique se révèle être autant de l’ordre de la croyance qu’un outil ou un objectif à atteindre. Fidèle à sa formation d’économiste et à son parcours professionnel au sein des institutions de Bretton Woods, Alassane Ouattara a construit sa stratégie de sortie de crise sur le socle d’une croyance quasi-mystique dans le pouvoir transformateur de l’économie libérale par l’effet magique de « ruissellement vers le bas » et de sa capacité à produire une croissance inclusive. Une croyance certes profondément ancrée, mais dont les tensions et les contradictions observées et relatées dans ce dossier montrent les limites. Elles laissent songeur sur l’efficacité dans la durée de l’ingénierie mise en œuvre par les gouvernements successifs de Ouattara, qui se révèle fonctionner plutôt comme une « machine anti-politique 67 », dont l’effet principal est la dépolitisation des stratégies de sortie de crise. Le discours triomphaliste sur les performances économiques, dont le troisième pont d’Abidjan se veut le symbole, contraste avec la résurgence des problèmes non résolus et la dénonciation de la corruption de la classe politique. Dans le même temps, la grogne sociale contre la baisse du pouvoir d’achat et la montée des inégalités questionnent la réalité du développement induit par de tels efforts de croissance. En clair, le processus de sortie de crise en Côte d’Ivoire comporte des zones de fortes incertitudes qui rendent compte de sa fragilité. À ces incertitudes viennent s’ajouter les ambiguïtés des jeux et des calculs politiques qui s’expliquent par la perspective des élections en 2020, aussi bien dans le clan Ouattara qu’au sein d’une opposition affaiblie par des divisions internes. Face à toutes ces incertitudes, la question politique cruciale reste celle-ci : dans un tel imbroglio politique et dans un pays où l’on sent monter la fièvre d’une aspiration collective à un changement qualitatif des conditions de vie, combien de temps encore pourra durer la tolérance à l’augmentation des inégalités sociales, politiques et économiques 68 ?

  1. S. Straus, « “It’s Sheer Horror Here” : Patterns of Violence During the First Four Months of Côte d’Ivoire Post-Electoral Crise », African Affairs, vol. 110, n° 440, 2011, p. 481-489. []
  2. Cérémonie d’investiture, Discours du président de la République SEM Alassane Ouattara [en ligne], 21 mai 2011, <http://www.gouv.ci/doc/Discours_Investiture.pdf>, consulté le 9 mars 2018. []
  3. Sur l’histoire du conflit armé en Côte d’Ivoire, voir R. Banégas et R. Marshall-Fratanie (dir.), « La Côte d’Ivoire en guerre : dynamiques du dedans et du dehors », Politique africaine, n° 89, 2003 ; F. Akindès, Les racines de la crise militaro-politique en Côte d’Ivoire, Dakar, Codesria, 2004 ; C. Bouquet, Géopolitique de la Côte d’Ivoire, Paris, Armand Colin, 2005 ; F. Akindès, « Côte d’Ivoire since 1993 : The Risky Reinvention of a Nation », in A. Raufu Mustapha et L. Whitfield (dir.), Turning Points in African Democracy, Londres, James Currey, 2009, p. 31-49 ; M. McGovern, Making War in Côte d’Ivoire, Chicago, The University of Chicago Press, 2011 ; T. Bassett, « Winnnig Coalition, Sore Loser : Côte d’Ivoire’s 2010 Presidential Elections », African Affairs, vol. 110, n° 440, 2011, p. 469-479. []
  4. J.-P. Chauveau et K. S. Bobo, « La situation de guerre dans l’arène villageoise. Un exemple dans le Centre-Ouest ivoirien », Politique africaine, n° 89, 2003, p. 12-32 ; R. Banégas, « La politique du “gbonhi”. Mobilisations patriotiques, violence milicienne et carrières militantes en Côte-d’Ivoire », Genèses, n° 81, 2010, p. 25-44 ; G. Koné, « Logiques sociales et politiques des pillages et barrages dans la crise post-électorale en Côte d’Ivoire », Politique africaine, n° 122, 2011, p. 145-160 ; G. Koné, Les « Jeunes patriotes » ou la revanche des « porteurs de chaises » en Côte d’Ivoire, Abidjan, Les classiques ivoiriens, 2014. []
  5. Il faut entendre ici par faiblesse de l’État une situation dans laquelle celui-ci a perdu une partie de sa souveraineté, dépend des accords de paix négociés, ne peut imposer son autorité sur toute l’étendue du territoire du fait de la présence d’une rébellion dans le Nord et de milices pro-Gbagbo dans la partie ouest du pays, et dépend essentiellement des ressources extérieures et de l’assistance humanitaire pour la couverture des besoins sociaux, particulièrement dans les anciennes zones CNO (Centre, Nord, Ouest). En même temps, tous les éléments évoqués ici constituent des dynamiques historiques par lesquelles l’État se réinvente et se forme, dans le sens où l’entendent John Lonsdale et Bruce Berman (Unhappy Valley, Londres, James Currey, 1994, p. 5). []
  6. F. Akindès et V. Troit, « Introduction. La transition humanitaire en Côte d’Ivoire, éléments de cadrage », in T. Fouquet et V. Troit (dir.), Transition humanitaire en Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 2017, p. 9-24. []
  7. Financé sur « Fonds présidentiel spécial », le Programme présidentiel d’urgence PPU est doté d’un montant initial de 45 milliards de francs CFA. Ce fonds était destiné à des investissements ciblés dans cinq secteurs considérés comme prioritaires : l’eau potable, la santé, l’éducation, l’électricité et la salubrité urbaine. Par la suite, la gestion de ce fonds a été dénoncée pour son « opacité ». Voir « Côte-d’Ivoire “opacité” la BM et le FMI veulent la fin du PPU programme présidentiel d’urgence » [en ligne], Connection ivoirienne.net, <https://www.connectionivoirienne.net/93402/cote-divoire-opacite-la-bm-et-le-fmi-veulent-la-fin-du-programme-presidentiel-durgence>, consulté le 13 mars 2018. []
  8. Voir, à ce sujet, O. Zina, « L’autonomie dans la transition humanitaire ivoirienne », in T. Fouquet et V. Troit (dir.), Transition humanitaire en Côte d’Ivoire, op. cit., p. 45-60. []
  9. République de Côte d’Ivoire, Revue du plan national de développement. PND 2012-2015. Tome 1 : Rapport de la revue globale, Abidjan, Ministère du Plan et du Développement, 2015, p. 16. []
  10. B. Samuel, « Planifier en Afrique », Politique africaine, n °145, 2017, p. 5-27. []
  11. République de Côte d’Ivoire, Plan national de développement. PND 2016-2020. Orientations stratégiques, Tome 2, Abidjan, Ministère du Plan et du Développement. p. 9. []
  12. Voir la lettre d’intention adressée le 17 novembre 2017 par le ministre ivoirien de l’Économie et des finances au directeur général du Fonds monétaire international, <https://www.imf.org/external/np/loi/2017/civ/fra/111717f.pdf>, consulté le 13 mars 2018. []
  13. « Côte d’Ivoire : un séminaire gouvernement-opposition annoncé pour un climat politique apaisé » [en ligne], @bij@n.net, 21 septembre 2013, <http://news.abidjan.net/h/473479.html>, consulté le 9 mars 2018. []
  14. « Les partis du CPD aux forces vives de la Nation : “Ne vous laissez pas distraire” » [en ligne], @bij@n.net, 5 octobre 2013, <http://news.abidjan.net/h/475805.html>, consulté le 9 mars 2018. []
  15. Il s’agissait à l’époque de la date et des conditions de déroulement des élections locales, de la clarification du statut de l’opposition et du recensement général de la population. []
  16. « Côte d’Ivoire : un dialogue politique nécessaire malgré des désaccords persistants » [en ligne], @bij@n.net, 1er février 2013, <http://news.abidjan.net/h/450586.html>, consulté le 9 mars 2018. []
  17. International Crisis Group, Côte d’Ivoire : faire baisser la pression. Rapport Afrique n° 193 [en ligne], 26 novembre 2012, <https://d2071andvip0wj.cloudfront.net/193-cote-d-ivoire-defusing-tensions-french.pdf>, consulté le 9 mars 2018. []
  18. Au moins 128 militaires et civils pro-gbagbo ont été inculpés pour 22 chefs d’accusation, et 10 mandats d’arrêt internationaux ont été émis. Du côté des pro-Ouattara, seulement deux Comzones, Chérif Ousmane et Losséni Fofana, des hauts placés dans la hiérarchie des FRCI, ont été inculpés, essentiellement pour leur responsabilité dans l’offensive qui a eu lieu à l’Ouest du pays en mars-avril 2011 et probablement pour leur implication dans ce qu’on a appelé le massacre de Duékoué. Voir « Justice des vainqueurs sous Ouattara : 128 militaires et civils pro-Gbagbo inculpés pour 22 chefs d’inculpation » [en ligne], La Dépêche d’Abidjan, 23 août 2011, <https://www.ladepechedabidjan.info/Justice-des-vainqueurs-sous-Ouattara-128-militaires-et-civils-pro-Gbagbo-inculpes-pour-22-chefs-d-inculpation_a4113.html>, consulté le 9 mars 2018 ; « Inculpation des FRCI/Frédéric Geel (FIDH) : “Il faut un procès transparent” » [en ligne], <http://news.educarriere.ci/news-15103-proces-des-pro-gbagbo-inculpation-des-frci-frederic-geel-fidh-il-faut-un-proces-transparent.html>, consulté le 9 mars 2018. []
  19. M. Bovcon, « The Progress in Establishing the Rule of Law in Côte d’Ivoire under Ouattara’s Presidency », Canadian Journal of African Studies/Revue canadienne des études africaines, vol. 48, n° 2, 2014, p. 185-202. []
  20. Communauté d’appartenance d’Alassane Ouattara, originaire de Kong, qui estime avoir été brimée sous la présidence de Laurent Gbagbo ; c’est également celle de Robert Guéï et d’Henri Konan Bédié. []
  21. Région d’origine de Laurent Gbagbo, l’ex-président déchu, et en même temps l’un de ses fiefs électoraux. []
  22. International Crisis Group, Côte d’Ivoire : faire baisser la pression …, op. cit. []
  23. Amnesty International, Côte d’Ivoire : la loi des vainqueurs. La situation des droits de l’homme deux ans après la crise post-électorale, Londres, Amnesty International, 2013. []
  24. Human Rights Watch, « Transformer les discours en réalité. L’heure de réclamer des comptes pour les crimes internationaux graves perpétrés en Côte d’Ivoire » [en ligne], <https://www.hrw.org/fr/report/2013/04/03/transformer-les-discours-en-realite/lheure-de-reclamer-des-comptes-pour-les-crimes>, consulté le 9 mars 2018. []
  25. G. Koné, Les « Jeunes patriotes » …, op. cit. []
  26.  Voir à ce sujet Human Rights Watch, « Transformer les discours en réalité … », art. cité. []
  27. Rinaldo Depagne (International Crisis Group), « En Côte d’Ivoire “l’arrestation de Gbagbo n’a pas réglé la crise” » [en ligne], <https://www.a53news.com/En-Cote-d-Ivoire-l-arrestation-de-Gbagbo-n-a-pas-regle-la-crise_a20150.html>, consulté le 9 mars 2018. []
  28. Le terme « rattrapage ethnique », une formulation ironique, est sorti du contexte d’une interview accordée à un journaliste français par le président Alassane Ouattara pour caractériser un mode de gestion de l’État qui lui est imputé et surtout pour exprimer le sentiment que les faveurs de l’État (nominations à des hautes fonctions de l’administration, attribution de marchés publics, etc.) sont accordées, sous son régime, de préférence aux ressortissants du Nord. []
  29. K. Andrieu, La justice transitionnelle, Paris, Gallimard, 2012 ; P. Hazan, Juger la guerre, juger l’histoire. Du bon usage des commissions Vérité et de la justice internationale, Paris, PUF, 2007. []
  30. P. Hazan, Juger la guerre, juger l’histoire …, op. cit., p. 16. []
  31. Le Programme national de cohésion sociale (PNCS) a été initié, selon le gouvernement, pour contribuer au renforcement de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire par le biais de la réconciliation nationale, et de la consolidation de la paix et de la sécurité. Son cœur d’activité est le programme d’indemnisation des victimes. Voir <http://www.pncs.ci>, consulté le 11 mars 2018. []
  32. B. Charbonneau, « Côte d’Ivoire : possibilités et limites d’une réconciliation », Afrique contemporaine, n° 245, 2013, p. 121. []
  33. Ibid. []
  34. Cité par Ibid. []
  35. O. Abel, « Pardon, histoire, oubli », Revue internationale et stratégique, n° 88, 2012, p. 60. []
  36. F. Hartmann, « Juger et pardonner des violences d’État : deux pratiques opposées ou complémentaires ? », Revue internationale et stratégique, n° 88, 2012, p. 67-80. []
  37. O. Abel, « Pardon, histoire, oubli », art. cité, p. 60. []
  38. Voir l’analyse offerte sur les politiques de ressentiment en Côte d’ivoire dans M. McGovern, Making War in Côte d’Ivoire, op. cit. []
  39. G.-A. Kieffer, « Armée ivoirienne : le refus du déclassement », Politique africaine, n° 78, 2000, p. 26-44 ; H. Yebouet, « La Côte d’Ivoire au lendemain de la crise post-électorale : entre sortie de crise politique et défis sécuritaires », Sécurité et stratégie, n° 7, 2011, p. 22-32. []
  40. M. Fofana, « Des Forces nouvelles aux Forces républicaines de Côte d’Ivoire. Comment une rébellion devient républicaine », Politique africaine, n° 122, 2011, p. 161-178. []
  41. H. Yebouet, « La Côte d’Ivoire au lendemain de la crise post-électorale … », art. cité. []
  42. K. Heitz, « Power-Sharing in the Local Arena : Man – a Rebel-Held Town in Western Côte d’Ivoire », Africa Spectrum, vol. 44, n° 3, 2009, p. 109-131 ; J. Speight, « Rebel Organisation and Local Politics : Evidence from Bouna (Northern Côte d’Ivoire) », Civil Wars, vol. 15, n° 2, 2013, p. 219-241. []
  43. B. Mieu, « Côte d’Ivoire : les comzones, maîtres d’Abidjan » [en ligne], Jeune Afrique, 22 juil let 2011, <http://www.jeuneafrique.com/190851/politique/c-te-d-ivoire-les-comzones-ma-tres-d-abidjan/>, consulté le 10 mars 2018. []
  44. H. Yebouet, « La Côte d’Ivoire au lendemain de la crise post-électorale … », art. cité. []
  45. A. Sylvestre-Trener, « Côte d’Ivoire : comment l’état-major tente de gérer la crise interne des forces armées » [en ligne], Jeune Afrique, 13 février 2018, <http://www.jeuneafrique.com/mag/526831/politique/cote-divoire-comment-lÉtat-major-tente-de-gerer-la-crise-interne-dans-les-forces-armees/>, consulté le 10 mars 2018. []
  46. Pour ramener la paix et la stabilité et mettre fin aux mutineries, les accords trouvés avec les soldats auraient coûté au gouvernement environ 0,5 % du PIB. []
  47. Il est composé de gendarmes, de policiers et de militaires, dépend du Conseil national de sécurité, présidé par le chef de l’État, échappant ainsi totalement au contrôle de l’état-major. []
  48. A. Sylvestre-Trener, « Côte d’Ivoire : comment l’état-major … », art. cité. []
  49. Amnesty International, Côte d’Ivoire : « Ils ont regardé sa carte d’identité et l’ont abattu ». Retour sur six mois de violences post-électorales, Londres, Amnesty International, 2011, p. 84 ; Amnesty International, Côte d’Ivoire : la loi des vainqueurs …, op. cit. ; Amnesty International et Human Rigthts Watch, Terrorisés et abandonnés. L’anarchie, le viol et l’impunité dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, New York, Human Rights Watch, 2011 ; Interpeace, Dynamiques et capacités de gestion des conflits à l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Le cas des régions du Cavally et du Guémon, Abidjan, Interpeace, 2013. []
  50. Les allochtones sont les Ivoiriens en provenance d’autres régions que l’Ouest tandis que les allogènes sont les ressortissants des pays voisins qui ont passé les frontières ivoiriennes pour s’adonner à l’agriculture dans leurs zones d’installation. []
  51. P. E. Peters, « Challenges in Land Tenure and Land Reform in Africa : Anthropological Contributions », World Development, vol. 37, n° 8, 2009, p. 1317-1325 []
  52. J. Unruh, « Land Rights and Peacebuilding : Challenges and Responses for the International Community », International Journal of Peace Studies, vol. 15, n° 2, 2010, p. 89-125. []
  53. M. I. Mitchell, « Land Tenure Reform and Politics in Post-Conflict Côte d’Ivoire : A Precarious Peace in the Western Cocoa Regions », Canadian Journal of African Studies/Revue canadienne des études africaines, vol. 48, n° 2, 2014, p. 203-221 ; K. Klaus et M. I. Mitchell, « Land Grievances and the Mobilization of Electoral Violence : Evidence from Côte d’Ivoire and Kenya », Journal of Peace Research, vol. 52, n° 5, 2015, p. 622-635. []
  54. J.-P. Chauveau, « Question foncière et construction nationale en Côte d’Ivoire », Politique africaine, n° 78, 2000, p. 94-125 ; J.-P. Chauveau, « Crise foncière, crise de la ruralité et relations entre autochtones et migrants sahéliens en Côte d’Ivoire forestière », Outre-terre, n° 11, 2005, p. 247-264 ; J.-P. Chauveau, « La loi de 1998 sur le domaine rural dans l’histoire des politiques foncières en Côte d’Ivoire. La politique de transferts de droits entre “autochtones” et “étrangers” en zone forestière », in J.-P. Colin, P.-Y. Le Meur et É. Léonard (dir.), Les politiques d’enregistrement des droits fonciers. Du cadre légal aux pratiques locales, Paris, Karthala, 2009, p. 105-140 ; J.-P. Chauveau et K. S. Bobo, « La crise de la ruralité en Côte d’Ivoire forestière. Ethnicisation des tensions foncières, conflits entre générations et politique de libéralisation », in J.-B. Ouédraogo et E. Sall (dir.), Frontières de la citoyenneté et violence politique en Côte d’Ivoire, Dakar, Codesria, 2008, p. 105-123 ; V. Konan, Robert et les Catapila, Abidjan, NEI, 2005. []
  55. M. F. Pritchard, « Contesting Land Rights in a Post-Conflict Environment : Tenure Reform and Dispute Resolution in the Centre-West Region of Côte d’Ivoire », Land Use Policy, vol. 54, 2016, p. 264-275. []
  56. Communiqué du conseil des ministres du jeudi 13 juin 2013. []
  57. La loi n° 2013-655 du 13 septembre 2013 accorde un nouveau délai de dix ans, qui court à compter de sa publication, pour faire constater l’exercice de façon paisible et continue des droits coutumiers sur les terres du domaine coutumier, et de cinq ans pour les terres concédées sur lesquelles les droits du concessionnaire n’ont pu être consolidés. Passé ce nouveau délai, les terres du domaine coutumier sur lesquelles des droits coutumiers exercés de façon paisible et continue n’ont pas été constatés seront considérées comme sans maître. []
  58. K. Klaus et M. I. Mitchell, « Land Grievances and the Mobilization of Electoral Violence … », art. cité. []
  59. Voir le tableau « Évolution des dépenses pro-pauvres 2014-2017 » produit par le gouvernement pour prouver ses efforts en termes d’investissement. Ministère de l’Économie et des Finances, Côte d’Ivoire : Lettre d’intention, Mémorandum de politiques économique et financière et Protocole d’accord technique, 1er juin 2017, p. 48, <https://www.imf.org/external/np/loi/2017/civ/fra/060117f.pdf>, consulté le 13 mars 2018. []
  60. Lors de son discours du 1er mai 2016, il annonce des mesures pour faire baisser le coût de la vie en général et en particulier les tarifs de l’électricité. Après avoir admis que la hausse des prix de l’électricité de 16 % décidée en janvier 2016 « n’avait pas été correctement appliquée » et que certains abonnés avaient connu une augmentation « beaucoup plus élevée que celle initialement prévue », Alassane Ouattara exige la baisse des tarifs de l’électricité et le remboursement du trop-perçu des tarifs à partir de janvier 2016. []
  61. F. Akindès, M. Fofana et S. Y. Kouamé, « Pourquoi et comment se mobilise-t-on en Côte d’Ivoire ? », in N. S. Sylla (dir.), Les mouvements sociaux en Afrique de l’Ouest. Entre les ravages du libéralisme économique et la promesse du libéralisme politique, Paris, Fondation Rosa Luxembourg/ L’Harmattan, 2014, p. 211-235. []
  62. Dans le langage populaire, cette expression signifie : « On ne gagne pas ou plus d’argent, on en gagne plus assez. » []
  63. Y.-A. Fauré, « Le complexe politico-économique », in Y.-A. Fauré et J.-F. Médard (dir.), État et bourgeoisie en Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 1982, p. 39. []
  64. Voir l’historique de cette politique sociale à travers les dépenses publiques et les charges de l’État dans G. Duruflé, L’ajustement structurel en Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire, Madagascar), Paris, Karthala, 1988, p. 107-112 ; K. Diomandé, « Finances publiques et poids des interventions de l’État dans l’économie ivoirienne », in B. Contamin et H. Memel-Fotê (dir.), Le modèle ivoirien en questions : crises, ajustements, recompositions, Paris, Karthala, 1997, p. 109-122. []
  65. Voir l’analyse que font Y.-A. Fauré et J.-F. Médard du système de régulation socio-politique auquel participe cette politique sociale : J.-F. Médard, « La régulation socio-politique », in Y.-A. Fauré et J.-F. Médard (dir.), État et bourgeoisie en Côte d’Ivoire, op. cit., p. 61-88 ; Y.-A. Fauré, « Le complexe politico-économique », art. cité. []
  66. Voir Fondation Félix Houphouët-Boigny, Discours, citations, messages [en ligne], <http://www.fondation-fhb.org/discours-citations-messages/>, consulté le 10 mars 2018. []
  67. J. Ferguson, Anti-Politics Machine : Development, Depoliticization, and Bureaucratic Power in Lesotho, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1994. []
  68. Le travail préparatoire de ce dossier a bénéficié du soutien du Fonds national suisse pour la recherche scientifique au travers du projet « The Developmental State Strikes Back » (n° IZ07Z0_160929). []

N° 148 – La Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara

Présentation du N° 148

En mai 2011, dans son discours d’investiture, Alassane Ouattara proposait de placer sa présidence sous le sceau de l’« écriture d’une page nouvelle » de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Depuis la fin des années 1990, le pays a vécu au rythme d’incessantes crises sociopolitiques et militaires dont les violences post-électorales de 2011 semblent avoir été l’épilogue sanglant. Tout en analysant la façon dont la société ivoirienne a été transformée par la guerre, ce dossier se penche sur les sentiers sinueux de la sortie de crise. Il  met en évidence la contradiction manifeste entre une volonté de stabilisation politique par le biais de la croissance économique, d’un côté, et, de l’autre, les limites de la stratégie de réconciliation par le dialogue politique et la justice transitionnelle, les tensions générées par l’augmentation des inégalités sociales, et la reproduction des dynamiques de conflits dans le foncier rural.

SOMMAIRE

Page 5 à 26, Introduction au thème : « On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire, par Francis Akindès
Page 27 à 48, Prendre la craie. La mobilisation des enseignants rebelles dans le Nord de la Côte d’Ivoire (2002-2011), par Camille Popineau
Page 49 à 68, Rhétorique de la cohésion sociale et paradoxes de la « paix par le bas » en Côte d’Ivoire, par Giulia Piccolino
Page 69 à 88,  L’autochtonie, la terre et les jeunes à Sassandra (Ouest-Côte d’Ivoire)Gnangadjomon Koné, Ba Morou Ouattara, Francis Akindès
Page 89 à 107, Nouchis, ziguéhis et microbes d’Abidjan : déclassement et distinction sociale par la violence de rue en Côte d’Ivoire, par Séverin Kouamé Yao
Page 109 à 129, La paix dans une zone de guerre. Lire la crise ivoirienne sur le temps long et par le bas, par Till Förster

Recherches

Sorcellerie en Afrique : « L’effet Magritte » en débat, Coordonné par Didier Péclard

Page 132 à 137Les genres discursifs de la sorcellerie : des histoires intimes aux rumeurs publiques, par Julien Bonhomme
Page 138 à 142, Pour une herméneutique du sorcellaire, par Patrice Yengo
Page 143 à 147, Magritte’s Multiplicities and Warnier’s Inspirations, par Jane Guyer
Page 148 à 152, D’une crise l’autre : l’afrodystopie par Joseph Tonda
Page 153 à 157, L’incomplétude du sujet africain, par Francis Nyamnjoh, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 158 à 163, La sorcellerie : un savoir qui se refuse à la connaissance ?, par Peter Geschiere, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 164 à 168, L’insaisissable légèreté du sorcier, par Jean-Pierre Warnier

Conjoncture

Page 169 à 181, Le roi est nu : crise électorale et anatomie du pouvoir au Kenya (2017), Marie-Emmanuelle Pommerolle, Chloé Josse-Durand

Lectures

Coordonné par Marielle Debos, Boris Samuel

Autour d’un livre

Page 183 à 199, Alex de Waal. The Real Politics of the Horn of Africa. Money, War and the Business of Power. Londres, Polity Press, 2015, 220 pages

Revue des livres

Page 200 à 213

Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne

Introduction au thème au thème du numéro 147, paru le 03/2017, sous la coordination de Thomas Riot et Nicolas Bancel, page 5 à 22.

Kigali (Nyamirambo), le 12 septembre 2007. Nous descendons la route vers le centre de la capitale rwandaise et nous nous arrêtons devant un bâtiment situé en retrait du bitume. Il abrite une association culturelle qui développe des activités artistiques. Nous assistons à une démonstration de danse guerrière. Un groupe d’une quinzaine de jeunes garçons et de jeunes filles se montre très fier d’esquisser une série de pas cadencés, entrecoupés de saltations, d’attaques, d’esquives et de retraits avec lesquels – selon les mots de leur éducateur – ils « font renaître le Rwanda1 ». Nous demandons à leur « maître » quel est le mouvement de danse le plus important à acquérir. L’homme attrape un bâton de bois qui lui sert de « lance », se met au centre de la scène et adopte un sourire belliqueux. Il initie son mouvement à partir des jambes : grâce à une légère flexion de celles-ci, il place son bassin en antéversion. La courbure du dos que provoque cette action lui permet de bomber la poitrine. Il positionne ensuite ses mains de part en part de ses cuisses tandis que ses bras adoptent un angle de fléchissement similaire à celui de ses genoux. Nous focalisons notre regard sur la main qui tient la « lance », et observons une flexion de celle-ci immédiatement suivie d’un mouvement de supination de la « main-lance ». De fait, la main et la lance se trouvent couplées par la mise en œuvre d’une seule et même action que le danseur réalise sans avoir recours aux articulations de son coude 2.

Le « maître » faisait partie des groupes de réfugiés tutsi en Ouganda qui ont conquis le Rwanda après le génocide de 1994. Il a été recruté par le président de l’association, qui travaille à la réalisation d’un programme plus large d’éducation sociale et politique de la jeunesse rwandaise : « Ils apprennent des danses anciennes, des sports, de la musique. C’est la jeunesse de demain », ajoute un spectateur 3, qui nous explique que le projet a été initié par le gouvernement du Front patriotique rwandais (au pouvoir depuis 1994) afin de contribuer à la « reconstruction du pays et à la réconciliation de ses habitants ». Suite au massacre des Tutsi du Rwanda, il s’agit de réunir les communautés rwandaises (garçons et filles, Hutu et Tutsi) sous un même idéal patriotique. Cet idéal doit être mis en mouvement par les membres des institutions éducative, militaire et encore politique du pays, afin de constituer « un corps pour un État 4 ». Les pratiques chorégraphiques, sportives ou paramilitaires auxquelles s’adonnent – depuis 2007 – des centaines de milliers de Rwandais (étudiants et écoliers, militaires, politiques et membres de la diaspora) se trouvent ainsi connectées à une politique plus large de reconstruction de l’État ; dialectiquement, le programme est quotidiennement reformulé par les initiatives de ses membres 5. Tandis que la grande majorité semble adhérer à une formation qu’ils emploient à la réalisation de leurs propres projets (scolaires, professionnels, économiques ou politiques), d’autres (quelques centaines) la subvertissent en y constituant (souvent à l’extérieur du pays) des groupes d’opposition aux politiques du FPR 6.

La dialectique qui associe des « techniques de soi » à une « politique du corps » mérite que l’on s’y arrête. D’abord car elle rejoint l’hypothèse selon laquelle « la marque d’un individu […] tient à sa technique 7» (technique de soi, technique de l’outil), et que sa mise en œuvre s’inscrit dans des processus plus larges de subjectivation politique. Elle renvoie à un pouvoir qui atteint les corps « sans avoir à être relayés par la représentation des sujets 8». Elle introduit enfin – viala mobilisation des corps – un processus voulu et conscient de construction de l’État, ainsi qu’une incorporation partiellement inconsciente de celui-ci (soit une formation des sujets de l’État) 9.

Des « Politiques du corps » aux « corps politiques »

Observer des corps en mouvement, en extraire les techniques qui les construisent, comprendre les implications sociales et politiques d’un tel travail, c’est tout l’enjeu d’une dynamique de recherche, exercée « au ras du sol », qui souhaite repenser le social et le politique au prisme d’actions menées par des sujets sur leurs corps.

Il y a dix ans, l’intention du dossier « Politiques du corps 10 » de Politique africaine était de se situer « à la croisée foucaldienne de la contrainte du pouvoir sur les corps et de la construction de soi ». Il s’agissait d’inscrire la réflexion dans le cadre d’une biopolitique collective traduite en termes de présentation et de construction de soi. Face aux textes reçus et hormis celui de Jean-Pierre Warnier, Danielle de Lame faisait le constat d’un « effet de mode » négligeant les aspects corporels de notre quotidien.

« Le dualisme semble vivre là son dernier avatar, combinant la dévoration sorcière de l’âme et l’agitation de corps vides assignés à résidence par défaut d’analyse. Oublierait-on, sous l’effet de cette mode, que le temps n’est autre chose que la trajectoire de nos corps et que l’espace n’est rien que l’ensemble incarné de nos déplacements ? 11 »

L’auteure lançait un nouvel appel à une analyse se donnant pour tâche de comprendre la place centrale du corps dans les interactions entre individu(s) et société(s) et de saisir les articulations entre action et ostentation dans les stratégies personnelles des acteurs. Cette analyse se situe dans la lignée des travaux du groupe de recherche « Matière à penser » qui vise à reconstituer – à partir de séries d’objets et de techniques corporelles concrètes – des processus de subjectivation religieuse, économique ou politique 12. Dans le champ récent de ce que Nick Crossley appelle les « techniques réflexives du corps » (techniques d’entretien, de maintien, de présentation ou de modelage des corps), ces perspectives ont été assez peu développées. L’auteur les définit comme des actions de prise habituelle des objets et des autres (au sens de Mauss), qui postulent l’aptitude du sujet à analyser leur genèse, leurs procédés ou leurs conséquences (soit une auto-réflexivité sociale) 13.

Les auteurs de ce numéro ont orienté leur regard sur l’incorporation de techniques ludomotrices (comme des jeux de capture et d’exploration), sportives (individuelles et collectives) et chorégraphiques (danses d’affrontement). Parmi bien d’autres – conduites de soin, de séduction corporelle, d’appareillage moteur –, ces savoirs permettent d’analyser des mécanismes de contrôle social et politique des corps et – dialectiquement – la formation de techniques et d’imaginaires affectés aux trajectoires personnelles. Bien qu’elles relèvent en premier lieu d’une pratique concrète, ces activités sont le plus souvent abordées sous l’angle des lieux de sociabilités qu’elles produisent 14, des transferts culturels qu’elles génèrent 15 et de leur instrumentalisation sociale et politique 16. Bien qu’elles existent, beaucoup plus rares sont les études qui se concentrent sur l’expérience du pratiquant, engagé dans un processus de subjectivation de ses propres actions.

« C’est une intériorisation qui permet de construire le sujet en tant que sujet de ses propres actions guerrières, et de ses propres conduites sensori-affectivo-motrices en situation de combat plus ou moins imaginaire », signale Jean-Pierre Warnier à propos des jeux guerriers du Cameroun de l’Ouest 17.

Les techniques sportives et ludomotrices étudiées dans ce dossier trouvent leur point d’ancrage dans le passé colonial des sociétés subsahariennes. Les colonial studies 18 – et avant celles-ci les cultural studies 19 – les ont en premier lieu analysées dans leurs centres de diffusion britanniques. Après les travaux de Peter McIntosh 20, James A. Mangan  21 a été l’un des auteurs les plus prolifiques sur ces questions. Fondateur en 1984 de The International Journal of the History of Sport et à la tête du comité éditorial jusqu’en 2010, il a développé la question de « l’impérialisme culturel » britannique. Ses travaux mettent en évidence l’impact de la conquête culturelle des corps par les sports occidentaux. Il analyse les effets de la religion protestante dans la formation des activités physiques modernes et leur progression dans l’Empire, et éclaire la contribution des Muscular Christians  22 à l’évangélisation des territoires sous influence britannique 23  Arjun Appadurai 24. va dans le même sens en évoquant la diffusion du cricket en Inde. Il relève le fait que cette pratique, d’abord réservée aux Britanniques puis à une petite fraction des élites indiennes, s’est progressivement emparée des classes moyennes autochtones et a favorisé la cristallisation du nationalisme indien.

Les travaux qui concernent l’Afrique subsaharienne produisent des analyses comparables. D’abord réservées aux colons, ces activités (football, athlétisme, boxe, cricket) ont peu à peu touché les sociétés colonisées (en premier lieu les catégories scolarisées). Alors que des travaux sur l’ancienne Afrique occidentale française 25, le Rwanda 26 ou l’Afrique du Sud 27 se concentrent sur la question de la gestation des « nationalismes sportifs », des auteurs (parfois les mêmes) se sont attachés à comprendre – du point de vue des sports, des danses ou des jeux du scoutisme – les processus d’« hybridation » et de « créolisation » inscrits, de l’époque coloniale à la période contemporaine, dans les trajectoires sociales et politiques des pratiquants. Fair a par exemple relevé les interrelations entre danse locale et football à Zanzibar28, et Boer a observé, dans le cas du Nigeria, la tournure guerrière et « héroïque » qu’a prise l’implantation du football 29. Mais là encore, rares sont les études qui explorent ces pratiques pour ce qu’elles font, selon une dynamique performative 30  qui marque leur inscription dans les cultures matérielles et motrices des sujets. La plupart des recherches sociologiques et historiques relevées 31  abordent le football, le cricket ou la danse guerrière du point de vue de l’État (colonial et contemporain) et des mobilisations sociales et politiques que mènent des groupes de joueurs et/ou de supporteurs. Elles analysent ces activités au prisme d’événements et de phénomènes sociopolitiques – des plus ordinaires aux plus exceptionnels –, tandis que des historiens s’attachent à comprendre, par exemple, les phénomènes de concurrence mimétique impliqués dans la diffusion internationale des sports et des mouvements scouts 32. Les techniques concrètes et les effets matériels et moteurs de leur apprentissage sont peu abordés. Les analyses d’Alain Ehrenberg (sur le football et les pratiques corporelles militaires 33 ), de Jean-Pierre Warnier (sur les jeux guerriers du Cameroun et les technologies corporelles du royaume Mankon 34) et de Nicolas Argenti (sur les danses et les « mascarades interdites » des royaumes des Grassfields 35 ) comblent en partie cette lacune, selon un double exercice socio-historique et socio-anthropologique que nous voudrions prolonger. Ces études rejoignent en effet notre intention d’analyser des processus de subjectivation de techniques impliquées – à plus long terme – dans les stratégies sociales et politiques des adeptes.

Mais si les processus de subjectivation politique « s’incarnent dans des techniques du corps que l’on doit saisir en tant que telles 36 », la notion de « techniques réflexives du corps 37 » incite à se pencher sur des actions dont l’objectif explicite est de transformer le corps du sujet : augmenter sa musculature, courir plus vite, diminuer son taux de mélanine. De là, il semble qu’un tel travail physique peut marquer des transformations sociales, politiques et matérielles plus larges. Dans le monde rural du Burundi contemporain, des corps travailleurs et sportifs cherchent à développer de nouvelles capacités physiques et habiletés motrices, qu’ils transposent dans le cadre de la construction des stades et dans les matchs de football auxquels ils participent. La contribution de Désiré Manirakiza à ce dossier montre en quoi et comment leurs actions contribuent d’une inflexion idéologique plus large, inscrite dans la lutte que mène le gouvernement de Nkurunziza face à un élitisme urbain qu’il associe à l’opposition tutsi du pays.

Les analyses menées dans ce dossier montrent qu’un même geste peut avoir une signification et une valeur très différentes selon le profil de celui ou de celle qui le fait, ainsi que selon le contexte historique et/ou culturel dans lequel il s’insère. Par exemple, les danses guerrières auxquelles s’adonnaient les « évolués » tutsi à la fin de la période coloniale au Rwanda s’éloignent assez nettement de la même activité pratiquée dans les années 1980 par la « jeunesse non scolarisée 38 » de la Seconde République. Au cours des années 1950, elles se sont inscrites dans le cadre du développement du nationalisme culturel de l’élite tutsi, alors que, dans les années 1980, elles ont contribué à la mobilisation armée des majorités hutu face à l’élitisme tutsi que cherchait à combattre le gouvernement Habyarimana. Et, si l’on prend pour exemple des sociétés fortement hiérarchisées et inégalitaires des Grassfields du Cameroun, on remarque que, dans ces situations, les techniques de danses masquées des cadets – dominés par les « mascarades » de leurs aînés – manifestent autant leur adhésion que leur résistance vis-à-vis de la domination du « palais 39 ».

Ainsi, on constate que l’administration de techniques réflexives du corps, différemment incorporées par chacun des destinataires, peut, après coup, à la fois apparaître comme des facteurs de cohésion sociale, mais aussi de violence, selon les destinataires et les contextes dans lesquels ils s’insèrent. De ce fait, le sens et l’usage d’une technique corporelle ne sont pas prédéterminés par l’action elle-même. Dans ce dossier, ces savoirs sont abordés selon leurs formes spécifiques, leurs trajectoires sociales et politiques, et leur réappropriation éventuelle par l’État et d’autres organisations politiques (locales, nationales et internationales). Afin de mieux observer les implications sociales et politiques qu’elles revêtent, nous avons identifié les acteurs qui s’en emparent, leurs formes et leurs transformations dans l’espace et dans le temps, et enfin les conditions de leur potentielle socialisation politique. Un tel raisonnement nous a aidés à comprendre ce qui fait qu’un groupe de footballeurs s’engage dans la violence armée, tandis qu’un autre (dans un autre temps ou dans un autre espace) développe de nouvelles solidarités de voisinage. La question rejoint la problématique des mobilisations sociales et politiques, mais – fait récent – elle l’aborde au prisme d’une hexis corporelle qui marque des processus d’adhésion et de résistance vis-à-vis des champs sportif, économique, artistique et politique.

Cette hexis peut être appréhendée comme une « mythologie politique réalisée, incorporée, devenue disposition permanente, manière durable de se tenir, de parler, de marcher, et, par-là, de sentir et de penser 40 ». L’inscription du pouvoir sur les corps se réalise d’une façon dynamique, selon des processus de subjectivation et de mobilisation qu’il s’agit d’éclaircir. En quoi des techniques de lutte peuvent-elles travailler à la subjectivation politique des mondes de l’invisible ? Comment une formation chorégraphique peut-elle se reconvertir en mobilisation politique et combattante ? Existe-t-il des formes d’internationalisation des techniques corporelles développées en Afrique ? Comment l’État peut-il renforcer sa domination grâce à l’invention de nouveaux dispositifs corporels ? La description ethnographique fine des mouvements a constitué un préalable à l’analyse des techniques et organisations impliquées dans ces processus. Dans les différents territoires étudiés dans ce dossier (Ghana, Rwanda, Burundi, Sénégal), des pratiques de lutte, de danse, de football ou d’athlétisme délivrent un apprentissage « par corps 41 » des normes, des valeurs et des conduites des organisations dans lesquels elles s’inscrivent (un mouvement de jeunesse, une association sportive ou un groupement politique auto-organisé). Pendant et après cet apprentissage, les corps ainsi formés empruntent des pistes sociales, politiques ou combattantes variées : certains – affiliés à une organisation étatique – puisent de nouvelles inspirations pédagogiques et pratiques à l’échelle internationale (cas des Ghana Young Pioneers dans l’article de Claire Nicolas) ; d’autres assurent de même une circulation internationale de savoirs chorégraphiques (cas des danses guerrières rwandaises qui circulent dans plusieurs pays frontaliers au Rwanda, ainsi que dans plusieurs capitales européennes comme le montre le texte de Thomas Riot, Nicolas Bancel et Paul Rutayisire). Les différents dispositifs corporels que nous avons étudiés obéissent à une pluralité de langages (transnational, magique, guerrier ou politique) qui ne renvoient à rien de rectiligne. Du point de vue des techniques décrites et des parcours des pratiquants, on observe surtout de l’oblique et du fragmentaire : des individus adhèrent à un groupement politique avant de suivre une carrière sportive ; d’autres (plus aguerris) s’engagent dans une formation militaire alors que leur engagement corporel visait en premier lieu à retisser du lien social ; d’autres encore (comme certains lutteurs sénégalais) utilisent sur une scène sportive nationale des savoirs magico-religieux transmis par leur famille, avant de diffuser dans le monde rural les règles du sport international. Les axes de recherche mis en valeur dans ce dossier reflètent cette hétérogénéité de savoirs corporels et les nombreuses oscillations sociales et politiques qui les accompagnent. S’ils s’inscrivent dans des processus plus larges de subjectivation et de mobilisation par le corps, ils leur donnent des significations plus singulières, teintées de transferts matériels, sociaux et politiques, de branchements transnationaux et de formation inconsciente des sujets de l’État. Dans ce cadre, les articles qui constituent ce dossier nous permettent de souligner trois points importants.

Des techniques en « transit » : une diversité de pistes sociales et politiques

À la fin des années 1950, les mouvements scouts de l’ancien Congo belge connurent un essor important. Ces organisations de jeunesse développaient de nombreuses activités ludomotrices, comme le jeu de piste. Ce dernier démarre lorsqu’un un animateur européen ou un chef africain de section partage les joueurs en deux camps : ceux qui font la piste et ceux qui la suivent. Les premiers sont munis de craies, de papier à écrire, de crayons. Ils partent un quart d’heure avant les autres ; ils tracent une piste, claire, mais aussi des fausses pistes, des signes multiples, des lettres cachées, etc. Les seconds la suivent et essaient de rattraper les premiers tout en ayant suivi tout le parcours et découvert toutes les lettres. S’ils les rattrapent ou arrivent au but moins d’un quart d’heure après, ils gagnent le jeu. Sinon, les autres gagnent. Par la suite, ceux qui faisaient la piste prennent la place de ceux qui la suivaient. Une fois formés à ce type jeu, des groupes de jeunes scouts partaient sur les traces de la jeunesse « délaissée » des environs afin de la conduire sur le « chemin du Christ ». Grâce aux travaux menés par Filip De Boeck, on sait que nombre de ces jeunes s’associèrent en « gangs urbains » et participèrent (en 1959) aux émeutes de Léopoldville ; et que les différentes pistes qu’ils suivirent ne furent pas systématiquement liées à un engagement politique : quête de nourriture, « chasses » de filles, rapprochement entre gangs rivaux, participation aux émeutes, etc.

Cet exemple ne fait pas exception. Un programme de recherche mené entre 2014 et 2017 42  a relevé un fait observable dans plusieurs sociétés subsahariennes. Lorsque l’on sait piloter un groupe de jeunes scouts, percer une cible ou organiser une contre-attaque dans un stade, il devient possible de transposer certains de ces savoirs dans l’enceinte de nouveaux espaces de pratique : construire un pont, diriger une association, manier une arme affectée à une force militaire ou milicienne. Dans le Rwanda des années 1990, des groupes de danseurs-guerriers et des footballeurs participèrent à l’éclosion de nouvelles formations miliciennes anti-Tutsi 43 . Durant cette période, on assiste à un transfert de dizaines de collectifs sportifs vers un groupe armé qui s’engage peu à peu dans la violence politique. Dans le Ghana contemporain, des savoirs corporels hérités des mouvements scouts et pionniers s’inscrivent actuellement dans des stratégies pédagogiques visant à réhabiliter la politique de l’ancien leader panafricaniste Kwame Nkrumah. Il s’agit de repenser les programmes péri-scolaires, en proposant aux jeunes des défilés, des activités sportives ou des jeux d’exploration susceptibles de renforcer leur adhésion à la communauté nationale 44. Pour autant, une telle adhésion n’est pas systématique, tandis que l’engagement militant recherché par les autorités politiques fait parfois défaut.

Avec ou sans engagement politique ou combattant, les exemples développés dans ce dossier dévoilent que ces transferts de savoirs corporels trouvent leur point d’ancrage dans la matérialité même des pratiques concernées ; jeux de piste, sports collectifs et individuels d’opposition, danses agencent des dispositifs dans lesquels des individus font corps avec leurs objets et avec leurs techniques. « On apprenait à sauter, à esquiver, à manier la lance, à se disperser » ; « la balle, c’était notre flèche, nos jambes la lançaient et on était très fier de marquer des buts ; on pouvait ensuite obtenir une meilleure place, comme devenir capitaine 45 ». Le corps-à-corps qui se déploie à partir du sujet (danseur ou footballeur), ses objets (balle, lance, arc, chaussures, grelots, etc.), ses matériaux (pelouse, terre, cailloux, bois, fer, etc.) et ses actions (brandir une lance chez le danseur, parer une attaque chez le footballeur, renverser un adversaire chez le lutteur) forge des savoirs que les pratiquants peuvent réutiliser dans de nouveaux domaines d’action et de représentation.

Dans ce dossier, le travail ethnographique mené par Francesco Fanoli l’illustre. L’auteur nous permet de pénétrer le monde matériel et implicite des lutteurs et de suivre l’approfondissement d’un capital corporel qui est le bien unique des hommes qui s’affrontent. L’univers des professionnels du làmb (lutte sénégalaise) se montre fermé, inquiet des secrets de l’entraînement, des régimes alimentaires et des dispositions supposées de l’adversaire à tout faire pour s’en emparer. Les procédures de protection et d’attaques magiques représentent une bonne partie de l’attirail dévolu à la victoire. L’« écurie » (le groupe de lutteurs) est le lieu d’une inclusion sociale puissante : elle constitue la « famille » tout en étant structurée par de fortes hiérarchisations internes. La tension entre la nécessité d’être aidé par un réseau étendu (et donc de faire confiance aux proches, lutteurs de l’écurie) et de préserver les secrets de ses victoires (consécutives à des techniques spécifiques et surtout à l’utilisation de la magie) implique une complexité du « travail du corps » dans le làmb. Les mondes du pragmatique – l’entraînement, l’acquisition des techniques, la recherche du « souffle », les régimes – et de l’« invisible » sont ici totalement imbriqués, invitant à repenser ces divisions triviales. De fait, ces deux univers concourent à la production de la subjectivité spécifique du lutteur qui s’alimente à ces deux sources distinctes.

Dès lors, quelles seraient les influences d’un tel travail sur le parcours social et politique plus large des sujets ? Dans le Burundi contemporain, des corps sportifs et bâtisseurs de stades travaillent – dans le cadre plus large d’une politique d’inflexion des anciennes idéologies au pouvoir – à la « villagisation de l’État ». Dialectiquement, on constate que l’État détient la possibilité d’entreprendre d’ambitieuses politiques du corps : construction de stades, création de centres de formations d’entraîneurs, dotations aux associations, etc. À l’échelle des partis politiques, de nombreuses organisations de jeunesse peuvent constituer le pendant mobilisateur d’individus « convertis » aux idéologies des dirigeants. Ce fut le cas de la Tanu Youth League en Tanzanie (sous Julius Nyerere) et des Ghana Young Pioneers (sous Kwame Nkrumah), qui travaillaient à l’inculcation du socialisme africain et préparaient de jeunes sujets de la nation au service militaire 46 . Les dispositifs inscrits dans le gouvernement plus large des corps se trouvent une nouvelle fois connectés aux techniques de soi des pratiquants. Il est ainsi question de transfert, et plus spécialement de transfert de pouvoir ; une fois formés aux règles et aux contraintes du dispositif, les pratiquants deviennent capables de mobiliser leurs acquis dans l’espace public (à l’image des figures de la réussite qu’incarnent les champions de lutte sénégalaise 47 ), quitte à se détacher ou à se rapprocher des autorités politiques. De fait, les individus forgés à ces techniques empruntent des trajectoires sociales ou politiques plurielles. Dans l’Ouganda des années 1960, les parcours multiformes des anciens élèves du King’s College de Budo l’illustrent ; tandis que plusieurs artisans de l’indépendance se rapprochent du gouvernement tenu par Milton Obote, des sportifs de renom profitent des opportunités que leur offre le monde universitaire britannique ou américain pour développer des carrières internationales 48 ). Tous ont été façonnés dans le même moule – celui du modèle compétitif des sports britanniques qui participe à construire leurs aspirations à une ascension sociale rapide –, mais la diversité des pistes 49  empruntées révèle à la fois les multiples alternatives à cet investissement et l’ingéniosité sociale et politique dont ils font preuve. Comme nous allons l’observer, ces trajectoires personnelles peuvent s’inscrire dans la forge transnationale de nombreux dispositifs corporels.

Des corps transnationaux

Depuis la conquête occidentale des territoires subsahariens, le modelage des corps colonisés s’est appuyé sur des circulations sociales et culturelles transnationales (de la métropole à la colonie et réciproquement, des colonies vers d’autres nations concurrentes dans le cadre par exemple des bourses offertes, dans le cadre de la guerre froide, à des étudiants par les pays du bloc de l’Est et bien sûr des échanges transfrontaliers entre les territoires colonisés). L’introduction de dispositifs corporels d’origine européenne (comme les sports d’origine britannique, les jeux du scoutisme ou de nouvelles activités paramilitaires) s’est opérée sur un mode hybride ; l’appropriation du football, par exemple, génère des modalités de pratiques qui favorisent l’émergence de nouveaux répertoires guerriers ancrés dans les cultures autochtones 50 . Conjointement, la (ré)invention d’activités locales (danses, luttes, pratiques athlétiques) répond d’une intégration sélective des savoirs étrangers. Ce fut le cas du dispositif beni ngoma en Afrique de l’Est – une danse inventée en référence aux savoirs militaires délivrés par l’occupant étranger 51 – ou de l’itorero colonial au Rwanda – une ancienne institution de formation des guerriers à l’époque précoloniale, transférée dans les missions catholiques. Ces dispositifs ont ainsi pris certains de leurs codes de conduite aux Occidentaux (missionnaires, administrateurs, colons) et ont produit des modes inédits de résistance à la domination étrangère.

Des années 1950 à nos jours, une multiplicité d’acteurs issus de diverses sociétés africaines ont élaboré des échanges Sud-Sud (entre la Chine et l’Afrique ou entre plusieurs pays africains), Sud-Est (entre l’Afrique et l’ex-URSS) ou Sud-Nord (entre l’Afrique et l’Europe) qui peuvent être analysés au prisme des quotidiens de cette « globalisation subalterne 52 ». Ces « quotidiens » façonnent des idées, des stratégies et des pratiques qui traversent aussi le champ des techniques du corps. Chez les lutteurs sénégalais de renom, les semaines qui précèdent un combat important consistent bien souvent en une préparation « finale » aux États-Unis. Dans le cadre de stages de perfectionnement (de plusieurs semaines à trois mois), ils bénéficient de l’expérience et des conseils d’entraîneurs américains spécialisés dans les techniques de boxe et de musculation. Ces échanges rejoignent très bien la généalogie syncrétique de la lutte sénégalaise, « fruit de l’hybridation entre les techniques des pratiquants porteurs de différents styles locaux de lutte, avec celles de la boxe, des arts martiaux et de l’haltérophilie », comme le précise Francesco Fanoli dans ce dossier.

De fait, les acteurs impliqués dans la circulation internationale des pratiques peuvent constituer des « instruments » d’une politique gouvernementale, mais aussi agir selon des initiatives bien plus personnelles. Dans tous les cas et selon des situations sociales et politiques variables, cette circulation produit des branchements transnationaux inédits. Dans ce numéro, l’article de Claire Nicolas le montre nettement. L’auteure révèle qu’aux lendemains de l’indépendance du Ghana, le rapport de concurrence mimétique qu’entretenait le gouvernement Nkrumah vis-à-vis de la Grande-Bretagne s’est associé à une stratégie de mondialisation du panafricanisme porté par le régime. Les savoirs procéduraux – jeux de piste, sports, activités paramilitaires – et idéels – modernisation du Ghana, érection d’une identité nationale, unification des « masses », culte de la personnalité, création d’un « homme nouveau » – du mouvement des Ghana Young Pionners marquent cette dynamique hybride qui articule des expériences réalisées en Afrique de l’Ouest (nationalisation des sports), en Angleterre (scoutisme), en Israël (le mouvement Gadna 53 ) et dans plusieurs territoires de l’ex-URSS (mouvements de jeunesse d’État). Ainsi, les jeunes pionniers s’inscrivent dans un jeu dialectique de captation de ressources culturelles et idéologiques mondialisées et de construction socialiste et panafricaniste du nouvel État ghanéen. Ces inspirations extérieures peuvent s’associer à une circulation internationale des techniques apprises à l’échelle locale et/ou nationale. Depuis la Tanzanie des années 1980 par exemple, des membres de la diaspora rwandaise tutsi réalisaient des stages de formation aux tactiques guerrières chinoises, tandis qu’ils développaient sur place des chorégraphies guerrières héritées du passé monarchique du Rwanda. Les inspirations extérieures et les pistes transnationales des techniques décrites donnent à penser les branchements qu’elles produisent, ainsi qu’une certaine mondialisation des mobilisations sociales et politiques qui peuvent les accompagner. Dans certaines situations, de telles trajectoires s’associent à un processus plus large de formation des sujets de l’État.

La forge corporelle de l’État

Les organisations étudiées dans ce dossier semblent entretenir des relations relativement autonomes avec l’État. Tandis que certains clubs et associations sont liés à ce dernier, d’autres se développent indépendamment des arènes étatiques du politique. Le cas du Liberia (non étudié dans ce numéro) montre que la quasi-totalité des associations sportives sont administrées par des « humanitaires » engagés dans la reconstruction d’un État essentiellement gouverné par la communauté internationale 54 . En Afrique du Sud, au contraire, de petits groupements (par exemple des coureurs cyclistes) s’organisent en marge (dans et aux abords des townships), ouvrant des voies d’émancipation aux franges les plus fragiles de la population noire et coloured vis-à-vis des centres blancs 55. Les agents intermédiaires (directeurs de clubs, d’associations sportives par exemple) tiennent ici une place importante. Selon leur positionnement social et politique et leur relation à l’État, ils agissent (parfois en concurrence) comme de puissants relais entre les pratiquants et les organisations auxquelles ils sont affiliés.

Aussi, il semble que des savoirs accumulés dans les mondes des sports et des mouvements de jeunesse peuvent glisser – selon des circonstances sociales et politiques aggravantes – vers la mise en œuvre d’une violence armée susceptible de s’inscrire dans un processus plus large de formation de l’État. Dans ce dossier, l’article de Thomas Riot, Nicolas Bancel et Paul Rutayisire pointe une telle dynamique au sein des réseaux internationalisés de la diaspora tutsi. Des années 1960 à la fin des années 1980, des savoirs chorégraphiques (techniques et chants de danse) se sont connectés à la forge de deux corps (politique et combattant) qui, une fois assemblés, contribuèrent à l’essor plus large du parti-État Front patriotique rwandais. Dans ce cas précis, on observe une relation entre les dispositifs militaires et politiques des Tutsi expatriés et la mobilisation « dansée » d’individus engagés dans les combats du groupe.

De là, il s’agit de prendre en compte un double processus de militarisation des relations sociales (via la transmission des chorégraphies guerrières) et de développement d’une institution sociale militarisée (soit l’essor global du FPR), sachant que les deux peuvent être analysés sous un angle généalogique ; la mobilisation des dispositifs observés (tel l’itorero) y apparaîtra comme l’une des réponses à la formation de « civils » rompus aux technologies guerrières et combattantes de l’organisation. Dans cette perspective, il est question de scruter les conditions et les formes de l’incorporation de ces technologies (les matières, les techniques, les savoirs), et la manière dont elles peuvent se transformer en forces modernes de guérilla, en imaginaires belliqueux ou encore en savoirs cynégétiques.

Mais, de fait, la forge corporelle de l’État ne touche pas uniquement les mondes de la guerre et du combat. Elle se rapporte aussi à des tensions sociales, symboliques et politiques que l’on retrouve, par exemple, dans la situation burundaise contemporaine. Dans ce pays voisin du Rwanda, l’arrivée au pouvoir de Pierre Nkurunziza s’est accompagnée d’une nouvelle politique sportive et culturelle. Aux lieux urbains de la distinction sociale des élites – politiques notamment –, le nouveau président préfère les stades de football, dont les inaugurations successives sont célébrées par des matchs, mais aussi d’autres pratiques sportives et « traditionnelles » (danses et chants). Ces dernières sont employées à la mise en valeur d’un ethos à la fois populaire et rural et à la construction d’un imaginaire national connecté à la modernité du sport. Dans ce numéro, Désiré Manirakiza propose d’analyser la tentative de renversement des habitus politiques de l’élite burundaise par le nouveau président. Il montre comment la participation populaire au football – inséparable de l’édification des stades par le biais des « travaux communautaires de développement » – invente un mode de mobilisation populaire qui s’ancre d’abord dans les villages au détriment des arènes politiques dans lesquelles les décisions se jouent habituellement au Burundi : le « mess des officiers », mais aussi les autres lieux de sociabilités des groupes urbains. Ce faisant, le Burundi de Nkurunziza tente d’imposer un autre corps que celui, martial, de la minorité militaire, ou celui du technocrate dans son bureau : un corps sportif, un corps-travailleur, qui renvoie aux classes populaires, particulièrement rurales. Cherchant à discréditer les représentations hégémoniques des élites urbaines, le nouveau président opte pour une stratégie politique nationaliste différente : parcourir la campagne en désacralisant la fonction présidentielle, mailler le territoire en construisant des stades et en jouant sur l’opposition ville/campagne dans l’objectif de conquérir une majorité de la population. La stratégie consiste à renverser les hiérarchies sociales admises par la voie d’une contestation radicale de la tradition nobiliaire du pouvoir avant son arrivée. On peut sans doute évoquer, à cet égard, une tactique « populiste », en ce sens qu’elle joue sur des axiomes qui définissent partiellement ce terme : le « peuple » contre les « élites », le travail du corps contre l’hégémonie du diplôme, la fièvre patriotique contre la confiscation du nationalisme par une minorité.

La tactique du gouvernement Nkurunziza pourrait se comparer à celle du gouvernement Kagame. Tandis que l’État burundais construit une politique de renversement de l’opposition tutsi, l’État rwandais – via le dispositif itorero ici analysé par Molly Sundberg – cherche à étendre l’engagement militaire des sujets dans une même lutte nationale. Dans les deux cas, l’État cherche à affirmer et à construire sa légitimité par une politique de transformation des corps. Les techniques affectées à ces corps (les membres de l’itorero au Rwanda, les travailleurs-sportifs du Burundi) visent la formation d’un citoyen idéalement converti à l’idéologie et aux pratiques des instances habilitées à exercer le pouvoir. Mais, au Burundi comme au Rwanda, le régime va plus loin ; la transformation recherchée (soit le fait de rapprocher le « peuple » des autorités politiques) rejoint une dynamique plus implicite d’engagement des sujets dans la lutte armée que mène l’État – de ce fait indirectement – face à ses opposants. Le problème nous ramène de nouveau à la dimension martiale des techniques du corps. Il demanderait d’observer leur potentielle mobilisation dans les politiques d’élimination physique des adversaires des gouvernements Nkurunziza et Kagame (à l’intérieur comme à l’extérieur des territoires nationaux). Mais n’est-ce pas justement l’assemblage – dans des circonstances sociales et politiques particulières – des « corps sportifs » et des « corps politiques » qui produit la capacité des sujets à investir les espaces de la guerre et du combat ? De ce point de vue, les « techniques réflexives du corps » constitueraient des savoirs intermédiaires déterminants.

Au total, le déploiement des « techniques réflexives du corps » en Afrique subsaharienne renvoie à la valeur (matérielle, symbolique, sociale et politique) donnée à une action motrice, et notamment du point de vue de son inscription dans des processus de subjectivation et de mobilisation par le corps. L’enjeu scientifique est ainsi plus large puisqu’il s’agit de mesurer comment peuvent s’articuler des savoirs sportifs, ludomoteurs, des transformations corporelles et idéologiques, des imaginaires (belliqueux, magico-religieux, nationaux) et plusieurs types de mobilisations (sociale, politique ou combattante).

Dans un premier temps, Molly Sundberg nous offre une ethnographie inédite des « techniques réflexives du corps » et des savoirs idéologiques développés dans les arènes contemporaines de l’itorero au Rwanda. Le texte montre que le travail énonciatif que mène l’institution pour le façonnement d’« un corps pour un État » s’articule aux techniques corporelles – plus complexes – façonnées par le dispositif. Le regard que nous offre l’auteure permet d’observer sous un autre angle la quête d’hégémonie menée par le Front patriotique rwandais, tandis qu’il révèle les différents modes de mobilisation – entre adhésion, reformulation et résistance – dans lesquels s’engagent les acteurs. Au Sénégal, les pratiques de lutte ethnographiées par Francesco Fanoli s’inscrivent dans une même dynamique « subjectivante », à travers laquelle des adeptes du làmb (lutteurs avec frappe) imbriquent totalement les mondes du pragmatique et de l’invisible. En Afrique centrale, la contribution de Désiré Manirakiza inscrit la formation des sujets de l’État dans la lignée d’une puissante inflexion de l’héritage « urbain » détenu par les adversaires du gouvernement burundais. Là encore, les techniques que développent ces corps (travailleurs et sportifs) ne peuvent se comprendre si on écarte les façons dont elles se plient ou résistent à l’idéologie du pouvoir. La perspective rejoint ce que démontre Claire Nicolas pour les Ghana Young Pionners. Dans le cadre de circulations internationales inédites, les apprentissages corporels des jeunes s’associent à la transmission verbalisée de l’idéologie socialiste et panafricaniste du régime de Kwame Nkrumah. Ce couplage se trouve au centre du double processus de formation des corps politiques et de leur inscription dans les tactiques sociales et politiques de l’État. Avec l’exemple des danses guerrières mobilisées par des Rwandais en exil, l’analyse produite par Thomas Riot, Nicolas Bancel et Paul Rutayisire montre de même que, dans le monde du guhamiriza, les imaginaires et les techniques guerrières se connectent et agissent comme une matrice de mobilisation politique et combattante des danseurs. La dynamique rejoint le fil tissé par ce dossier. Le fait est que des techniques physiques et motrices peuvent nous permettre de comprendre le double processus de subjectivation-mobilisation des sujets qu’elles façonnent, et qu’un tel phénomène constitue l’une des matrices de la formation plus large des corps sociaux et politiques en Afrique subsaharienne.

  1. L’expression a été quasiment institutionnalisée dans le « nouveau Rwanda », soit depuis 1994 et la prise de pouvoir du Front patriotique rwandais (FPR). Elle désigne la politique de reconstruction sociale, économique et politique du pays après le massacre des Tutsi (entre les mois d’avril et de juillet 1994). Lire à ce sujet S. Straus et L. Waldorf (dir.), Remaking Rwanda. State Builiding and Human Rights after Mass Violence, Madison, University of Wisconsin Press, 2011. []
  2. Chose impossible à réaliser pour un non-initié. []
  3. Ce spectateur nous accompagnait. Il s’agissait d’un instituteur du quartier de Nyamirambo qui était lui-même impliqué dans le développement de cours de danse à l’école primaire. Nous l’avons rencontré à plusieurs reprises au cours de l’été 2007, réalisant à l’époque des recherches doctorales sur la fin de la période coloniale. []
  4. Lire la contribution de Molly Sundberg à ce dossier thématique. []
  5.  Voir M. Sundberg, Training for Model Citizenship : An Ethnography of Civic Education and State-Making in Rwanda, New York/Londres, Palgrave Macmillan, 2016 ; S. Thomson, Whispering Truth to Power : Everyday Resistance to Reconciliation in Postgenocide Rwanda, Madison, University of Wisconsin Press, 2013. []
  6.  T. Riot, « Au Rwanda, la tradition instrumentalisée », Le Monde diplomatique, mai 2014 ; T. Riot, H. Boistelle et N. Bancel, « Les politiques d’itorero au Rwanda : un dispositif éducatif et guerrier à l’épreuve de la reconstruction nationale », Revue Tiers Monde, n° 228, 2016, p. 101-120. []
  7.  J.-F. Bayart, « Total subjectivation », in J.-F. Bayart et J.-P. Warnier (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Karthala, 2004, p. 215. []
  8. M. Foucault, « Les rapports du pouvoir passent à l’intérieur du corps », in M. Foucault, Dits et écrits, Tome 2. 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 231. []
  9. Sur le double processus de construction et de formation de l’État, voir B. Berman et J. Lonsdale, Unhappy Valley. Conflict in Kenya and Africa, Tomes 1 et 2, Oxford/Nairobi/Athens, James Currey/ EAEP/Ohio University Press, 1992. []
  10. D. de Lame (dir.), Dossier « Politiques du corps », Politique africaine, n° 107, 2007, p. 9-123.. []
  11. D. de Lame, « Entre le dualisme et son double, les écueils de la construction de soi. Des difficultés d’analyse biopolitique en contexte postcolonial », Politique africaine, n° 107, 2007, p. 11. []
  12.  Plusieurs travaux produits par « Matière à penser » sont consultables à partir du blog tenu par le groupe : <http://materialreligions.blogspot.com/2017/08/material-culture-and-construction-of.html>, consulté le 7 novembre 2017. Dans l’actualité, voir le dossier thématique dirigé par C. Rosselin (dir.), « Matières à former », Socio-anthropologie, n° 35, 2017. []
  13.  Lire à ce sujet M. M. Bertucci, « Place de la réflexivité dans les sciences humaines et sociales : quelques jalons », Cahiers de sociolinguistique, n° 14, 2009, p. 43-55. Et encore A. Giddens, Modemity and Self-Identity. Self and Society in the Late Modem Age, Cambridge, Polity Press, 1991. []
  14.  Voir le travail doctoral de D. Connan, La décolonisation des clubs kényans. Sociabilité exclusive et constitution morale des élites africaines dans le Kenya contemporain, Thèse de doctorat en science politique, Paris, Université Paris 1, 2014. []
  15. Lire à ce sujet E. Akyeampong et C. Ambler (dir.), « Leisure in African Societies », The International Journal of African Historical Studies, vol. 35, n° 1, 2002. []
  16.  Voir par exemple D. R. Black et J. Nauright (dir.), Rugby and the South-African Nation, Manchester, Manchester University Press, 1998. []
  17. J.-P. Warnier, « Les jeux guerriers du Cameroun de l’Ouest. Quelques propos iconoclastes » [en ligne], Techniques & culture, n° 39, 2002, <http://tc.revues.org/188>, consulté le 21 juillet 2017. []
  18. Il s’agit de travaux britanniques et américains qui ont analysé, avant les études coloniales développées dans le monde francophone, les processus de transformation et d’hybridation des sociétés coloniales et colonisées. Voir par exemple N. B. Dirks (dir.) Colonialism and Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1992. Pour plus d’informations critiques, lire E. Sibeud, « Post-Colonial et Colonial Studies : enjeux et débats », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-4bis, 2004, p. 87-95. Dans l’espace des études coloniales francophones, voir R. Bertrand, H. Blais et E. Sibeud (dir.), Cultures d’empires. Échanges et affrontements culturels en situation coloniale, Paris, Karthala, 2015. []
  19. Lire à ce sujet S. Hall (dir.), Identités et cultures. Politiques des cultural studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2007. []
  20. P. C. McIntosh, « Twentieth Century Attitudes to Sport in Britain », International Review of Sport Sociology, vol. 1, n° 1, 1966, p. 19-30 ; P. C. McIntosh, « Physical Education in England », in E. F. Zeigler (dir.), A History of Sport and Physical Education to 1900, Champaign, Stiples Pub. Co., 1973, p. 319-330 ; M. Huggins, « Walking in the Footsteps of a Pioneer : Peter McIntosh », The International Journal of the History of Sport, vol. 18, n° 2, 2001, p. 134-147. []
  21. Lire par exemple J. A. Mangan, The Cultural Bond : Sport, Empire, Society, Londres, Franck Cass, 1992. []
  22. La chrétienté musculaire est un mouvement à la fois éthique, éducatif et politique qui a été développé par les élites britanniques protestantes à partir du milieu du xixesiècle, sous l’ère victorienne. Leur organisation et leurs pratiques mettent en avant les valeurs protestantes, le paternalisme économique et social, l’amateurisme dans le sport ainsi que l’importance des activités physiques dans l’éducation des futurs hommes impériaux. []
  23.  Voir de même la contribution de Claire Nicolas à ce dossier. []
  24.  A. Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001. []
  25. N. Bancel, Entre acculturation et révolution. Mouvements de jeunesse et sports dans l’évolution politique et institutionnelle de l’AOF (1945-1960), Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Paris, Université de Paris 1, 1999. []
  26.  T. Riot, Sport et mouvements de jeunesse dans l’émancipation politique du Rwanda colonial. Histoire d’une libération imaginée (1935-1961), Thèse de doctorat en sciences du sport, Strasbourg, Université de Strasbourg, 2011. []
  27. T. Couzens, « An Introduction to the History of Football in South Africa », in B. Bozzoli (dir.), Town and Countryside in the Transvaal : Capitalism Penetration and Popular Response, Ravan Press, Johannesbourg, 1983, p. 198-214.  []
  28.  L. Fair, « Kickin’it : Leisure, Politics and Football in Colonial Zanzibar, 1900s-1950s », Africa, vol. 67, n° 2, 1997, p. 224-251. []
  29. W. Boer, « A Story of Heroes, of Epics : The Rise of Football in Nigeria », in G. Armstrong et R. Giulianotti (dir.), Football in Africa : Conflict, Conciliation and Community, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004, p. 59-79. []
  30.  Lire à ce sujet A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991 ; C. Bromberger, Le match de football : ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995. []
  31.  Comme P. Alegi, Laduma ! Soccer, Politics and Society in South Africa, Scottsville, University of KwaZulu-Natal Press, 2004 ; L. Fair, « Kickin’it… », art. cité ; W. Baker et J. Mangan (dir.), Sport in Africa : Essays in Social History, New York, Africana Publishing, 1987. []
  32.  Comme par exemple D. Denis, « Sport et scoutisme : les ruses de l’histoire », in N. Bancel, D. Denis et Y. Fates (dir.), De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Paris, La découverte, 2003, p. 195-209. []
  33. A. Ehrenberg, Le culte de la performanceop. cit. []
  34. J.-P. Warnier, Régner au Cameroun. Le Roi-Pot, Paris, Karthala, 2009. []
  35.  N. Argenti, The Intestines of the State. Youth, Violence and Belated Histories in the Cameroon Grassfields, Chicago, The University of Chicago Press, 2007. []
  36.  J.-F. Bayart, « Total subjectivation », art. cité. []
  37. N. Crossley, « Mapping Reflexive Body Techniques : On Body Modification and Maintenance » [en ligne], Body & Society, vol. 11, n° 1, 2005, <http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1357034X05049848?journalCode=boda>, consulté le 7 novembre 2017. []
  38. J.-B. Karasira, De l’encadrement de la jeunesse non scolarisée : cas de la préfecture de Kigali. Situation, problèmes et perspectives, Mémoire de licence en sciences de l’éducation, Butare, Université nationale du Rwanda, 1984. []
  39. N. Argenti, The Intestines of the State…op. cit. []
  40. P. Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 116-117. []
  41.  S. Faure, Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La dispute, 2000. []
  42.  Le programme, par le biais duquel plusieurs auteurs de ce numéro (Nicolas Bancel, Claire Nicolas et Thomas Riot) retracent une histoire sociale et culturelle comparée des décolonisations africaines, est hébergé par l’université de Lausanne. Il est financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique. []
  43.  Voir, par exemple, H. Dumas, « Football, politique et violence milicienne au Rwanda : histoire d’un sport sous influences (1990-1994) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 106, 2012, p. 40-46. []
  44.  Voir la contribution de Claire Nicolas et Thomas Riot à ce dossier. []
  45. Entretien avec Bernardin Muzungu, Kigali, juillet 2007. []
  46.  T. H. Parsons, Race, Resistance and the Boy Scout Movement in British Colonial Africa, Athens, Ohio University Press, 2004, p. 242. []
  47. Lire à ce sujet J.-F. Havard, « Ethos “bul faale” et nouvelles figures de la réussite au Sénégal », Politique africaine, n° 82, p. 63-77. []
  48.  Intervention de Herrade Boistelle à l’European Conference of African Studies (Ecas), Université de Bâle, 30 juin 2017. []
  49.  Sur la notion de « pistes » après l’indépendance, voir F. Cooper, Français et Africains ? Être citoyen au temps de la décolonisation, Paris, Payot, 2014. []
  50.  Lire par exemple W. Boer, « A Story of Heroes… », art. cité, ou encore T. Riot, « Le football au Rwanda. Un simulacre guerrier dans la créolisation d’une société (1900-50) », Revue canadienne des études africaines, vol. 44, n° 1, 2010, p. 75-109. []
  51.  T. O. Ranger, Dance and Society in Eastern Africa, 1890-1970. The Beni Ngoma, Berkeley, University of California Press, 1975. []
  52. R. Marchal, Afrique-Asie, une mondialisation subalterne, Paris, Presses de Science Po, 2007, cité par S. Perrot et D. Malaquais, « Penser l’Afrique à l’aune des globalisations émergentes », Politique africaine, n° 113, 2009, p. 5-27. []
  53.  Lire la contribution de Claire Nicolas à ce dossier. []
  54. Information détenue par l’Observatoire international des politiques sportives de Lausanne (OIPS). []
  55. J. Beecroft, « Wamkelekile à Kayamandi ! » Exégèse ethnographique d’un township tour sud-africain en proie à son attrait touristique, Mémoire de master, Lausanne, Institut des sciences sociales de l’université de Lausanne, 2015. []

N°147 – La forge corporelle du politique

Des temps précoloniaux à nos jours, les sociétés d’Afrique subsaharienne ont forgé des savoirs corporels, parmi lesquels les pratiques sportives et ludomotrices (scoutisme, danses guerrières, lutte, football…) tiennent une place importante. Diffusées par de nombreuses organisations politiques, culturelles et pédagogiques, elles participent de politiques de (re)construction des corps destinées à renforcer, à infléchir ou à défier les institutions au pouvoir. Suivant une démarche ethnographique et sociohistorique, les auteurs de ce numéro soulignent la dialectique qui entrecroise cette « politique du survêtement » aux processus de subjectivation politique et de mobilisation sociale et combattante : des corps « sportifs », « vaillants », « travailleurs » et « guerriers » sont ainsi formés, docilisés, surveillés et contrôlés, mais aussi émancipés au sein de processus plus globaux, teintés de transferts matériels, sociaux et politiques, de branchements transnationaux et de formation inconsciente des sujets de l’État.

SOMMAIRE

Le Dossier : La forge corporelle du politique

Page 5 à 22 –  Introduction au thème,  Derrière le sport et les pratiques ludomotrices. Subjectivation et mobilisation par le corps en Afrique subsaharienne, par Thomas Riot, Nicolas Bancel

Lire l’intégralité de l’introduction sur Cairn 

Page 23 à 43 – Par le corps et pour l’État : l’itorero et les techniques réflexives du corps au Rwanda, par Molly Sundberg, Traduction Marie-Aude Fouéré 

Lire le résumé sur Cairn 

Page 45 à 63 – Corps travaillés dans la lutte. Fabriquer des lutteurs de làmb à Dakar, par Francesco Fanoli

Lire le résumé sur Cairn 

Page 65 à 86 – Du « Mess des officiers » à « Haleluya FC » : politiques du corps, pratique sportive et inflexion de l’héritage nationaliste au Burundi, par Désiré Manirakiza

Lire le résumé sur Cairn 

Page 87 à 107 – Des corps connectés : les Ghana Young Pioneers, tête de proue de la mondialisation du nkrumahisme (1960-1966), par Claire Nicolas

Lire le résumé sur Cairn 

Page 109 à 134 – Un art guerrier aux frontières des Grands Lacs. Aux racines dansées du Front patriotique rwandais, par Thomas Riot, Nicolas Bancel, Paul Rutayisire

Lire le résumé sur Cairn 

Recherches

Page 135 à 157 – Les courtiers-producteurs du développement agricole : Tabaculture et différenciation sociale en zone rurale au Malawi, par Paul Grassin

Lire le résumé sur Cairn 

Page 171 à 187 – Revue des livres 

Cameroun : l’État stationnaire

Cameroun : l’État stationnaire

Dossier coordonné par

Fred Eboko & Patrick Awondo

Cliquez ici pour ouvrir le lien en pdf :

PolitiqueAfricaine_AAC_Cameroun_Etat stationnaire

En 1986, Politique africaine consacrait un dossier au « réveil du Cameroun » et analysait les conséquences de la crise politique de 1984 résultant d’une tentative de coup d’État contre Paul Biya qui était alors un jeune président (Bayart, 1986). Une décennie plus tard, en 1996, la même revue réfléchissait aux effets de la « démocratisation » qui avait plongé le Cameroun dans un « entre-deux » (Sindjoun et Courade, 1996). Le dossier mettait au jour les « cicatrices » et les lignes de fractures d’un pays aux milles tensions et dont une partie de la mémoire coloniale « en errance » (Mbembé, 1996) à travers la question anglophone, hantait le présent.

Depuis, la « démobilisation » des courants d’opposition politiques des années 1990 (Pomerolle, 2008 ; Eboussi, 1997), ou le « renouvellement sans renouveau » des élites politiques (Eboko, 1999) au sein d’une « transition qui n’a pas eu lieu » (Mehler, 1997), ainsi qu’une corruption endémique (Abéga, 2007) ont installé le pays dans une situation d’hibernation. Alors que les indicateurs d’implosion sont souvent au rouge, et que les observateurs annoncent l’éclatement du Cameroun depuis les années 1990 (voir International Crisis Group, 2010a ; 2010b ; 2014 ; 2015), le régime de Paul Biya a réussi à survivre par des processus d’adaptations successives. Qu’il soit caractérisé comme « sous-développé » (Médard, 1977) ou « néo-patrimonial » (Médard, 1979), « autoritaire » (Mbembé, 2001), « post autoritaire » (Pomerolle, 2008), « sorcier », (Geschiere, 1995), ou simplement « absent » (Pigeaud, 2011), le pouvoir politique a déjoué tous les pronostics depuis trois décennies. La résilience au forceps et à la ruse de ce régime semble conforter l’hypothèse gramscienne reprise par Bayart de la continuité du « bloc hégémonique » (Bayart, 1989), dont l’apparente vulnérabilité tranche avec une espérance de vie qui a fait dire récemment au président Biya « ne dure pas au pouvoir qui veut mais qui peut ». Cet « État ailleurs » nécessite aussi une analyse de sa « périphérie » qui relativise la puissance du centre directeur de Yaoundé (Sindjoun, 2002) en proposant des approches énonçant la complexité politique du « local », entre déséquilibre généralisé du territoire, revendications régionales localisées et contrôle politique des « révolutions passives » (Bayart, 1989).

Si ce pays d’Afrique centrale fut l’un des plus étudiés en sciences sociales africanistes entre les années 1970 et 1990, sa relative stabilité politique, ainsi que la permanence de son agonie et du caractère anomique de la vie sociale et économique ont bridé un renouveau de la pensée politique, sociale et économique au cours de la dernière décennie. Epousant les contours d’un pays linguistiquement tiraillé entre le français et l’anglais, les chercheurs sur le Cameroun ont du mal à dialoguer1. Il s’agira de dépasser ce clivage « francophone/ anglophone » dans ce dossier afin d’associer autour d’un même échange les deux tendances de la production intellectuelle et scientifique.

Cette tâche est rendue urgente par une double actualité. Le retour sur la scène publique nationale et internationale de la question anglophone en 2016 d’un côté et, de l’autre, l’émergence d’un front de terreur porté par la secte Boko Haram, déstabilisant une partie des régions nord du pays depuis 2014. A ce double enjeu s’ajoute l’échéance que constitue une élection présidentielle en 2018 qui pourrait être la dernière de l’actuel président au cas où celui-ci se représentait. Paradoxalement, un regard attentif à la situation camerounaise révèle que le pouvoir d’Etoudi, plutôt que de décliner, en sort renforcé. D’une part, il bénéficie du dispositif antiterroriste autorisant le régime d’exception et renforçant le contrôle social et, d’autre part, la gouvernance d’un territoire qui se divise par l’« exclusion ethnopolitique » (Roessler, 2016 ; Bayart, Bayart, Geschiere et Nyanmjoh, 2001) est rendue plus aisée. Il en résulte qu’en dépit des revendications relayées au niveau international d’une partie de la minorité politique anglophone, le pouvoir central de Yaoundé semble avoir gagné en popularité auprès de l’opinion orientale car il a su se revêtir des oripeaux d’ultime rempart contre la double menace que représenteraient les « terroristes » de Boko Haram et les opposants désignés par le président lui-même comme des « apprentis sorciers » voulant diviser le Cameroun. Cet argumentaire se déploie sur le terreau de la théorie de la conspiration et du complot qui essaime au-delà du bon sens en donnant du Cameroun l’image d’un pays qui s’invente, à tort ou à raison, des ennemis à défaut de surmonter le paysage domestique d’une liberté sous caution et d’un coma social sans fin. Comment peut-on penser ces moments de crise et que nous disent-ils de l’état du Cameroun ? Comment ces brèches ouvertes dans le temps lent du Cameroun peuvent-elles permettre de repenser ce pays dans ses dynamiques ?

Le présent dossier propose d’apporter des éléments d’intelligibilité du Cameroun contemporain à partir d’éclairages variés afin d’analyser la tension apparente entre un État que nous qualifierons de « stationnaire » et les mutations de l’exercice du pouvoir que cache un immobilisme de façade. Il s’agira ainsi d’interroger la façon dont la conjoncture historique contemporaine imprégnée de la question sécuritaire s’articule aux technologies de gouvernement local par la peur et « l’inquiétude » (Bigo, 2005). Comment sous les apparences de la lutte anti-terroriste ou de la croisade contre la corruption, s’opère la neutralisation des initiatives visant à refonder le débat sur les questions sociales et la démocratie ?

Deux moments sont en effet importants dans ce que le discours de la rue qualifie de « rupture dans la continuité » de l’exercice du pouvoir au Cameroun. Il y a d’abord la « lutte anti-corruption » commencée en 2004, alors que le Cameroun visait l’atteinte du point d’achèvement du FMI et de la Banque Mondiale pour l’éligibilité à l’« Initiative pays pauvres et très endettés » (PPTE). Les institutions de Bretton Woods étaient loin de se douter de l’opportunité offerte au régime de Yaoundé. La croisade alors engagée par le régime de Paul Biya s’est traduite par l’arrestation d’une partie des hauts dignitaires du parti dominant, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), dont certains avaient occupé les plus hautes responsabilités. Du Premier ministre au ministre des finances en passant par celui de la santé, le secrétariat général à la présidence de la république ou encore la direction générale de la compagnie nationale aérienne, « L’opération épervier » a frappé des têtes de premier plan. Affublée du label d’un rapace familier, cette opération d’envergure est elle-même devenue une modalité de la gouvernance locale par la menace et le chantage à l’arrestation. Cette initiative a ainsi permis au système d’intensifier le contrôle qu’il exerce sur l’ensemble des forces sociales du pays. Si les noms des personnalités publiques dites « éperviables » rejoignent d’autres actualités en Une des journaux de listes (Awondo, 2012), la corruption demeure paradoxalement un problème de fond dans l’ensemble de la société, reconnu comme tel par les sommets de l’État.

Par ailleurs les attaques de la secte Boko Haram, déclinées par le pouvoir sous le vocable de la « menace terroriste », ont permis de relancer la machine sécuritaire et la prohibition des mobilisations. Le code pénal adopté en 2016 semble ainsi un instrument politique taillé pour répondre à Boko Haram tout en limitant davantage les manifestations et autres rassemblements publics. Il devient désormais difficile voire dangereux de poser des questions sociales sans être soupçonné de porter atteinte à l’ordre public ou d’exercer une activité « terroriste ».

Nous faisons pourtant l’hypothèse que sous sa situation d’état stationnaire, des dynamiques nouvelles travaillent le contexte camerounais. C’est précisément en étudiant ces dynamiques que ce dossier se propose de saisir l’élan de changement actuel dans ce pays dans lequel il est publiquement énoncé qu’« on ne change pas ce par quoi le changement est arrivé ». Quels sont éléments qui permettent de comprendre les mécanismes par lesquels le chef de l’État maintient le contrôle des élites et assure sa longévité ? Quelles sont articulations entre les échéances économiques adossées sur l’extraversion et la ventilation du personnel politique au plan national ? Sur quel ethos repose le maintien de l’ordre politique dans un contexte social de plus en plus fragilisé ? Quels sont les rapports entre la « menace terroriste » et d’autres dynamiques relatives aux débats intergénérationnels, au rôle des diasporas, par exemple, vis-à-vis desquelles la méfiance est forte ? Pour répondre à ces questions, les contributions s’articuleront autour des trois axes suivant :

  1. « Nouvelles crises » et État de droit au Cameroun

Dans le contexte actuel, la « question anglophone » et la « menace terroriste » apparaissent comme des points d’entrée originaux et éclairant pour tenir ensemble deux dimensions de la situation camerounaise : les activités visant à protéger l’État de droit, d’une part ; et, de l’autre, le déploiement des techniques et méthodes, parfois par-delà ou en dépit de l’ordre constitutionnel, visant à contrer les acteurs d’une crise de nature à entraîner l’implosion de la société. De façon concrète, on peut imaginer que l’adoption d’un nouveau code pénal et d’un nouveau code de procédure pénale en 2016, par exemple, prétendaient servir le premier élément. Le redéploiement d’un arsenal juridique et sécuritaire, l’aggiornamento des techniques et méthodes visant à assurer l’emprise du pouvoir sur la totalité de la société participent du deuxième élément.

Il s’agit alors d’envisager les derniers événements politiques et sociaux au Cameroun, non comme un moment de rupture, mais comme une entrée de re-problématisation, durant laquelle l’exercice de la puissance publique est mis à l’épreuve des valeurs de l’État de droit et des principes démocratiques. En explorant la thématique de l’État de droit au Cameroun, le dossier entend souligner combien cette question s’est transformée dans sa formulation suivant des événements et moments critiques internes (tensions autour de la réforme du code pénal, liberté de presse etc.) ou externes (attaques et incursions de Boko Haram aux frontières du Cameroun).

Il convient d’explorer de nouveau les détours par lesquels les débats autour de la construction démocratique passent et se réinventent. Les « nouvelles crises » seraient ainsi un analyseur des rapports de pouvoirs (Foucault, 2013) pouvant permettre de révéler sous un jour nouveau ce qui semble enseveli dans les routines camerounaises de la « légitime défense » (Linhardt et Moreau de Bellaing, 2005).

  1. De la question politique à la question sociale : la nécessaire inversion heuristique

Qu’est-ce qui empêche de poser les questions sociales du moment au Cameroun d’une façon sereine ? Pourquoi les réformes des secteurs aussi importants que l’éducation et l’enseignement supérieur, le logement ou la santé ont-elles tant de mal à être formulées dans l’espace public ? En quoi la surpolitisation de la vie publique camerounaise a-t-elle affecté la mise en œuvre des politiques sociales post ajustement ? Aborder la question camerounaise sous cet angle permet d’effectuer un renversement heuristique nécessaire au renouvellement de la connaissance sur ce pays. Au cours des dernières décennies, l’essentiel de la discussion intellectuelle s’est concentré sur la question politique avec notamment la figure annonciatrice du président Biya ou du système qu’il incarne. En suivant ce courant de lecture majeur, les analystes de tous bords ont fait le jeu de la surpolitisation des enjeux sociaux au Cameroun. La question politique (débats identitaires et ethniques, enjeu de gouvernance, élections, État de droit et justice, etc.) a pris le pas sur la question sociale et sur celle des inégalités économiques et régionales. Evidemment un lien ténu relie les deux pôles mais la surpolitisation des enjeux économiques doit être mise en parallèle avec les évolutions macroéconomiques qui confrontent le pays à l’économie-monde, sur fond d’encadrement des institutions financières internationales.

Une réflexion fondamentale est à mener sur le poids des pesanteurs du politique et de l’État en rupture avec les forces locales et diasporiques porteuses de dynamiques de transformation sociale. Des tensions sont par exemple perceptibles dans le domaine des coalitions des secteurs privé et public. Les entrepreneurs privés doivent composer avec les élites du parti-État qui tentent de tirer profit des investissements dans tous les secteurs de l’économie, impactant alors d’une façon nocive le développement du pays. Ces constats sont avérés dans la quasi-totalité des domaines socioéconomiques et notamment dans celui des investissements en lien avec les réformes de l’eau et de gestion urbaine (Nantchop, 2015). Ces situations expliquent en partie les collisions entre les marchés informel et formel, favorisant ainsi la montée des réseaux de l’État en constant redéploiement (Hibou, 1998).

La logique qui sous-tend ce cercle vicieux procède d’un faisceau large au-delà de la corruption. La prévarication et la monétarisation des relations sociales, y compris au sein des services publics atteignent des stades tels qu’il est permis de renouveler l’hypothèse de « l’État néo-patrimonial » (Médard, 1992 ; 1981), de confirmer au Cameroun, aujourd’hui deux fois plus qu’hier, « la politique du ventre » (Bayart, 1989) et d’ouvrir un débat froid sur « l’un des systèmes de gouvernement parmi les plus opaques, les plus centralisés et les plus prosaïque de l’Afrique postcoloniale »2. Il est permis de penser que cette situation participe en même temps du « sauve-qui-peut » et de la régulation des élites dont l’allégeance au régime constitue à leurs yeux une tentative de se protéger des affres de l’Epervier et/ou d’une alternance politique, par hypothèse. Un renouvellement du regard sur des questions telles que l’éducation, l’accès au logement, la santé, peut nous renseigner sur la situation camerounaise, entre paradoxes, continuités et orthodoxie conservatrice menée par la figure d’un chef qui contrôle la circulation des élites comme Poutine en Russie et contrôle la pérennité de son régime comme Le Prince de Machiavel.

Un indicateur atteste de la plongée du Cameroun dans des zones d’incertitudes sociales. Le Cameroun est un des 14 pays dans le monde dont les indicateurs de mortalité maternelle n’ont pas connu de progrès significatifs depuis 1990. Autrement dit, en atteignant le seuil symbolique de 1 000 décès de femmes à l’accouchement pour 100 000 naissances vivantes le Cameroun présente un indicateur de santé qui est celui des pays ayant connu de longues crises (Sierra Leone, RDC, Tchad) et se place en dessous de pays ayant moins de ressources humaines et matérielles que lui (Mali, Bénin, par exemple).

  1. Réformer dans une ambiance de « fin de règne » : la gouvernance de la neutralisation

Comme la majorité des pays africains, l’État camerounais conduit des réformes post ajustement sous la houlette des institutions financières internationales (le FMI et la Banque mondiale). Cette co-construction de l’action publique s’effectue avec une kyrielle de partenaires : bilatéraux, privés, non-gouvernementaux et associatifs dans ce qu’il est convenu de nommer « la matrice de l’action publique en Afrique » (Eboko, 2015). Au-delà de la propagande sur le thème des « grandes réalisations », ces réformes révèlent un jeu qui énonce un équilibre paradoxal du champ politique au Cameroun, que nous appelons la gouvernance de la neutralisation. Il s’agit d’un jeu à somme nulle qui consiste à neutraliser toute velléité d’émergence d’une figure incarnant l’idée de « succession » au sein de la majorité présidentielle. Cette gouvernance suppose que les personnalités politiques aient accès aux ressources publiques en mettant en scène et en priorité leur allégeance au régime, au-delà des mandats, missions et responsabilités dont ils/elles ont la charge. En effet, porter une réforme expose les responsables à une double contrainte dans laquelle seul l’échec peut ne pas avoir de conséquence politique. Réussir une réforme qui a induit la gestion d’un portefeuille financier place les autorités qui en ont la charge dans la posture potentielle de la figure de la réussite qui constitue un danger politique.

Dans ce cadre, il serait utile de documenter, à froid, comment sont construites et gérées politiquement des réformes ou des politiques publiques, des réussites et des échecs dont les conséquences consacrent une logique politique inédite. En effet, aucune des grandes catastrophes qui ont marqué la déliquescence de certains secteurs n’ont donné lieu à une sanction exemplaire venue des sommets de l’État ou de la justice. En revanche, le contraire est récurrent. Un ministre des finances limogé après avoir réussi la négociation avec le FMI en 1997 et suite à la conférence de presse qu’il a « osé » organiser pour rendre compte de ces négociations au grand public. Un ministre de la santé limogé puis incarcéré suite à la mise en œuvre avec les partenaires internationaux de la gratuité des médicaments contre le sida en 2007. La conjonction des choix politiques liés au contrôle de la circulation des élites et les délits de droit commun « autorisés » par la vacuité de ce que les économistes nomment « la qualité de la dépense » représente une des marques du système. Les exemples dans ce sens sont légion. Ils sont rares dans le sens inverse, où des scandales en tous genres concernant le système de santé, les transports, le système éducatif, les prisons, etc. se soldent par un retour au silence politique après l’annonce « d’enquêtes » dont les résultats sont rendus publics soit tardivement dans l’indifférence générale3.

Deux ordres de faits peuvent éclairer ce phénomène. La prudence du pouvoir renforce la dimension stationnaire d’un État que paralyse en partie une fin de règne sans cesse annoncée. Ensuite, la reconfiguration du jeu politique, aussi bien du côté des partis dits d’opposition que du rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) au pouvoir, constitue un élément important de la situation actuelle. L’imminence des élections présidentielles de 2018 a donné lieu depuis 2015 à un affrontement discret mais réel entre forces rivales à l’intérieur du parti-État. Depuis la fin d’année 2015 des « appels et contre-appels du peuple » régionalisés souvent portés par les élites du parti en faveur « du candidat naturel Paul Biya » se sont multipliés créant des tensions entre les big men du parti. Ces véritables concours de la voix la plus autorisée pour signer ou faire signer l’« appel », ou même du meilleur énoncé en soutien au candidat-président dessinent un échiquier de recompositions fractionnelles qui sans nul doute seront au centre de la transition. Dans l’opposition, le Social Democratic Front de Ni John Fru Ndi a explosé en plusieurs tendances, ce dernier, touché par le syndrome du « père fondateur » (Ela, 1990 ; Mbembé, 2001) ayant par ailleurs probablement perdu définitivement toute crédibilité au-delà de son fief régional. Des figures mi- anciennes ou mi- nouvelles font leur entrée dans la course à la prochaine présidentielle. Maurice Kamto, universitaire et ancien ministre de l’actuel régime, est en lice. Il en de même, plus récemment de l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun et ex vice-président de Amnesty International, Maître Akere Muna, anglophone et fils de l’ancien vice-président du Cameroun fédéral (Solomon Tandeng Muna). Ces personnalités et des candidats plus jeunes tentent de refonder une opposition éclatée. Quelles réflexions suggèrent ces repositionnements à la veille de cette fin de cycle annoncée et sans cesse renouvelée de « l’ère Biya » ?

Les domaines prioritaires mais non exhaustifs pour lesquels des contributions seraient nécessaires relèvent notamment des jeux politiques au sein des projets et réformes qui concernent des infrastructures portuaires (la construction et la place du port en eaux profondes de Kribi qui vise à suppléer le port autonome de Douala), la politique pénitentiaire et la justice, le système éducatif, le système de santé, etc.

Dans cette perspective, il s’agit également de mettre en exergue le rôle de la variable d’ajustement qu’est la France dans les partenaires des réformes que mène le Cameroun. Alors qu’intellectuels, journalistes et citoyens camerounais cultivent un discours musclé vis-à-vis de celle-ci, le Cameroun offrait aux entreprises françaises une place particulièrement privilégiée dans la gestion des grandes réformes. Pour autant, ce mécanisme tutélaire semble se dissoudre avec l’avènement de nouveaux partenariats. Quels sont les mécanismes et les faits qui expliquent ce paradoxe, si tant est qu’il soit réel ? La transformation de la dette de Yaoundé vis-à-vis de Paris a donné lieu au « Contrat Désendettement Développement » (le C2D) qui finance plusieurs secteurs. Quels sont les leviers par lesquels se reconfigurent la diplomatie française dans les relations internationales du Cameroun qui se sont largement diversifiées ?

Les propositions d’articles (1 page) sont à envoyer aux coordinateurs du dossier (fred.eboko@wanadoo.fr et pawondo2005@yahoo.fr) d’ici au 30 novembre 2017.

Calendrier :

  • 30 novembre 2017 : envoi des propositions aux coordinateurs

  • 15 décembre 2017 : notification aux auteurs des propositions retenues

  • 1er mars 2018 : envoi des articles retenus au le comité de rédaction de la revue (50 000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

  • Juin 2018 : publication du numéro.

Références bibliographiques

Abéga Séverin Cécile, « La presse et l’État, l’exemple des procès sur l’homosexualité au Cameroun », Terroirs, n° 1-2, 2007.

Awondo Patrick, « médias, politique et homosexualité au Cameroun, retour sur la construction d’une controverse », Politique africaine, n°126, 2012, p. 69-85.

Bigo Didier, « La mondialisation de l’insécurité ? Réflexions sur le champ des professionnels de la gestion des inquiétudes et analytique de la transnationalisation des processus d’insécurisation », Culture & Conflits, n°58, p. 53-101.

Bayart Jean-François, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

Bayart Jean-François, « La société politique camerounaise », Politique africaine, 22, 1986, p.5-36.

Bayart Jean-François, Geschiere Peter, Nyamnjoh Francis, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale n° 10, 2001, p. 177-194.

Courade George, Sindjoun Luc « Le Cameroun dans l’entre-deux », Politique africaine, 62, 1996, p. 3-14.

Eboko Fred, « Les élites politiques au Cameroun. Le renouvellement sans renouveau ? », In Daloz J.-P., Le (non-) renouvellement des élites en Afrique subsaharienne, Bordeaux, CEAN, p. 99-133.

Eboko Fred, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à la globalisation des politiques publiques, Paris, Karthala, 2015.

Éboussi Boulaga Fabien, La démocratie de transit au Cameroun, Le Harmattan, Paris, 1997

Foucault Michel, 2013, La société́ punitive : cours au Collège de France, 1972-1973, Paris, France, EHESS/Gallimard/Seuil.

Fraser Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Paris, La Découverte, 2005

Geschiere Peter, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala, 1995

Hibou Béatrice, « Retrait ou redéploiement de l’État », Critique Internationale n°1, – automne 1998, p. 151-168.

International Crisis Group, Cameroun : la menace du radicalisme religieux, Rapport Afrique, N° 229, 3 septembre 2015.

  • Cameroun : mieux vaut prévenir que guérir, Briefing Afrique, N° 1°1, septembre 2014.

  • Cameroun : les dangers d’un régime en pleine fracture, Rapport Afrique, N° 161, 24 juin 2010.

  • Cameroun : État fragile ?, Rapport Afrique, N° 160, 25 mai 2010.

Linhardt Dominique et Moreau De Bellaing Cédric, 2005, « Légitime violence ? Enquêtes sur la réalité de l’État démocratique », Revue française de science politique, 2005, Vol. 55, no 2, p. 269‐298.

Mehler Andreas, « Cameroun : une transition qui n’a pas eu lieu », in Jean-Pascal Daloz et Patrick Quantin, Eds, Transitions démocratiques africaines, Paris, Karthala, 1997, p. 95-138.

Mbembé Achille, « Pouvoir des morts et langage des vivants. Les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun », Politique africaine, 22, 1986, p. 37-73.

Mbembé Achille, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000.

Médard Jean-François, « L’État néo-patrimonial », in J.-F. Médard (dir.), États d’Afrique, Karthala, 1991.

Médard Jean-François, « L’État sous-développé au Cameroun », Année africaine, 1977, Paris, Pedone, 1979, p. 35-84.

Médard Jean-François, « L’État clientéliste transcendé ? », A livre ouvert, discussion autour de l’ouvrage de Jean-François Bayart, L’État au Cameroun, Politique africaine, n° 1, mars 1981 : 120-124.

Nantchop Tenkap, « L’action publique urbaine à l’épreuve des réformes du service d’eau à Douala (Cameroun) », Géocarrefour, 90/1 | 2015, p. 61-71.

Pigeaud Fanny, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala, « Les terrains du siècle », 2011.

Pomerolle Marie-Emmanuelle, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, 2008, p. 73-94.

Roessler Philip, Ethnic politics and state power in Africa. The logic of the coup-civil war trap, Cambridge University Press, 2011.

Sindjoun Luc, L’État ailleurs. Entre noyau dur et case vide, Paris, Economica, 2002.

1 Par exemple, il existe dans la recherche anglophone au Cameroun une abondante production sur les enjeux identitaires et de représentativité politique, mais aussi sur les enjeux économiques qui est peu prise en compte par les chercheurs francophones locaux et vice versa. La bibliographie sur la crise anglophone du point des chercheurs anglophones compilée par Francis Nyanmjoh est à ce sujet instructive. Voir le lien : http://www.ascleiden.nl/news/reading-list-anglophone-crisis-and-internet-shutdown-cameroon

2 Achille Mbembe, « Au Cameroun, le crépuscule d’une dictature à huis clos », Le Monde Afrique, le 09 octobre 2017 : En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/09/au-cameroun-le-crepuscule-d-une-dictature-a-huis-clos_5198501_3212.html#HXw803hR2kVK6WT3.99

3 21 octobre 2016, un accident ferroviaire fait une centaine de morts à Eséka (entre Yaoundé et Douala) et des centaines de blessés ; 12 mars 2017 : une femme de 31 ans ; enceinte de jumelles est éventrée par sa belle-sœur qui tente de sauver les enfants suite au décès de la mère. La scène se passe aux portes de la maternité de l’Hôpital Laquintinie de Douala ; 5 mai 2007 : le vol 507 de la compagnie Kenya Airways disparait des radars quelques minutes après son décollage de l’aéroport international de Douala. L’épave n’est retrouvée que 3 jours plus tard ; 114 morts. Les autorités kenyanes arrivent sur le lieu du drame avant les responsables camerounais. Le ministre camerounais des transports de l’époque argue pour sa défense et sans ciller qu’il était dans son village pour préparer les élections au titre du parti dominant.

Cameroon: the stationary State

Cameroon: the stationary State

Guest editors:

Fred Eboko & Patrick Awondo

PolitiqueAfricaine_CFP_Cameroon_Stationary state

In 1986, Politique africaine dedicated a dossier to the “awakening of Cameroon” and analysed the consequences of the 1984 political crisis in the aftermath of a coup attempt against the then young President Paul Biya (Bayart, 1986). A decade later, in 1996, the same journal pondered on the effects of “democratisation” that had plunged Cameroon into a « no man’s land » (Sindjoun and Courade, 1996). The dossier threw light on the « scars » and broken lines in a country rife with tensions, and where part of the « unfinished business » in the colonial years (Mbembé, 1996), through the Anglophone question, was still interfering with the present.

Since then, the « demobilisation » of the political opposition movements of the 1990s (Pomerolle, 2008, Eboussi, 1997), or the « renewal without revival » of the political elite (Eboko, 1999) during a « transition that did not take place » (Mehler, 1997) has combined with endemic corruption (Abéga, 2007) to keep the country in a state of hibernation. While the signs of implosion often loom large and observers keep announcing Cameroon’s dislocation since the 1990s (see International Crisis Group, 2010a, 2010b, 2014, 2015), Paul Biya’s regime has survived through successive adaptive processes. Whether characterised as « under-developed » (Médard, 1977), « neo-patrimonial » (Médard, 1979), « authoritarian » (Mbembé, 2001), « post authoritarian » (Pomerolle, 2008), « wizardly » (Geschiere, 1995) or simply « absent » (Pigeaud, 2011), the regime has thwarted all prognoses for three decades. This resilience the regime has mustered by force and way of deception seems to confirm Bayart’s Gramscian hypothesis on the continuity of the « hegemonic bloc » (Bayart, 1989), whose apparent vulnerability contrasts with a life expectancy President Biya described recently as: « power lasts not for those who want, but those who can ». This “State from elsewhere” deserves analysis also on its « periphery », which relativizes the power in Yaounde’s command centre (Sindjoun, 2002), to propose approaches for unpacking “local” political complexities amid the generalized imbalance of the territory, the localized regional claims, and political control over « passive revolutions » (Bayart, 1989).

Although this central African nation was one of the most studied in Africanist social sciences between 1970 and 1990, its relative political stability, unending agony and the anomic nature of its social and economic life have impaired a revival of political, social and economic thinking in the last decade. With Cameroon espousing the profile of a country torn linguistically between French and English, researchers have difficulty to dialogue1. This dossier attempts to rise above the « francophone/anglophone » divide and associate the two trends in intellectual and scientific production around one and the same discussion.

This task becomes even more pressing because of two topical issues: the return of the Anglophone question to the national and international public arena in 2016, and the emergence of a terror front masterminded by Boko Haram in ways that have been destabilizing part of the country’s northern regions since 2014. Alongside these two challenges, the presidential elections are due in 2018 and could be the last for the incumbent, should he decide to run. Paradoxically, a close look at the situation in Cameroon shows that the authorities at Etoudi have come out stronger, rather than weaker from these situations. They benefit, on one side, from the counter-terrorism mechanism which provides for regime of exception and strengthens social control, while, on the other, making it easier to govern a territory divided by « ethno-political exclusion » (Roessler, 2016; Bayart, Geschiere and Nyanmjoh, 2001). Consequently, the centre of power in Yaounde seems to have become more popular in public opinion in Eastern Cameroon, despite the claims made at the international level by part of the English-speaking political minority, for it has succeeded to position itself as the ultimate bulwark against the dual threat posed by Boko Haram’s « terrorists » and opponents the president himself refers to as « sorcerer’s apprentices » who want to divide Cameroon. This major line of argument feeds on conspiracy theory and plots, which have spread beyond any measure of common sense and make Cameroon look, rightly or wrongly, like a country that invents enemies for itself whenever it cannot rise above the bonded freedoms and endless social coma in the domestic landscape. What can we make of these moments of crisis and what do they tell us about the state of Cameroon? How can these breaches opening up in Cameroon’s dormant landscape help us rethink the dynamics in this country?

This dossier offers some insights on how to read contemporary Cameroon through a range of different lenses in order to explain the apparent tension between a state we will refer to as « stationary » and transformations in the exercise of power that are taking place behind a façade of inaction. It is the way we use to look at how contemporary historical issues around security are coupled with local government mechanisms by evoking fear and « worry » (Bigo, 2005). The question then is, how are initiatives to refocus the debate on social issues and democracy being neutralized under the guise of the fight against terrorism or the crusade against corruption?

Two moments are quite important in what public commentators call « transformations in continuity » in the exercise of power in Cameroon. First, there is the « fight against corruption », initiated in 2004 as Cameroon was striving to reach completion point in eligibility for the « Highly Indebted Poor Country” (HIPC) initiative of the IMF and the World Bank. The Bretton Woods institutions could not have imagined they had offered an opportunity to the Yaounde regime. The crusade that the Biya regime unleashed thereafter led to the arrest of some of the top dignitaries of the ruling party, Cameroon People’s Democratic Movement (CPDM), including some of those in high office. From the Prime Minister to the Minister of Finance, the Minister of Health, the Secretary General of the Presidency of the Republic and the General Manager of the National Airline, « Operation Sparrow Hawk » (L’opération épervier) cracked down on several top officials. Labelled with the name of a familiar bird of prey, this extensive operation itself became a method of conducting local governance through threats and blackmail about arrests. The initiative therefore enabled the system to intensify the control it had over all the social forces in the country. While the names of “arrestable” public figures made newspaper headlines (Awondo, 2012) alongside other events, corruption continued to be a fundamental problem across the society, and one that was recognized as such in the highest echelons of the State.

Moreover, Boko Haram’s attacks, which the regime calls a « terrorist threat », have made it possible to revive the security machine and prohibit mass public organisation. The Penal Code adopted in 2016 seems, in this light, to be a political instrument for countering Boko Haram, and also for limiting demonstrations and other public gatherings. It has since become increasingly difficult or even dangerous to raise social questions without appearing to be a threat to public security or to be engaging in « terrorist » activity.

We nonetheless submit the hypothesis that underneath this stationary state, new dynamics are at work inside Cameroon. It is precisely by studying such dynamics that this dossier will attempt to elucidate how the momentum of change is now operating in this country where people openly claim that « one does not change the means by which change happened ». What are the elements that can help us understand the mechanisms by which the head of state maintains control over the elite and continues to hang on to power? What are the linkages between economic obligations based on extraversion and the disaggregation of political staff at the national level? What is the ethos that underpins the maintenance of political order in an increasingly enfeebled social context? What ties exist between the « terrorist threat » and other dynamics pertaining to intergenerational debates and the role of the diaspora, for example, which raises strong mistrust? Our responses to these questions will focus on the following three areas:

  1. New crises” and rule of law in Cameroon

In the current context, the « Anglophone question » and the « terrorist threat » offer original and enlightening entry points into two dimensions of the situation in Cameroon. On one hand, there are activities to protect the rule of law; while, on the other, there are techniques and methods used, sometimes beyond or in spite of constitutional order, to counteract actors in a crisis with the potential to cause an implosion of the society. Concretely, one may assume that the adoption of a new penal code and a new code of criminal procedures in 2016, for example, was intended to respond to the former, while the redeployment of a legal and security arsenal, the aggiornamento of techniques and methods to tighten the grip of power over the whole of society, was dedicated to the latter.

The point here, therefore, is to look at the latest political and social events in Cameroon, not as a moment of abrupt change, but as the entry point to a re-problematisation process, during which public power is put to the test on values for the rule of law and democratic principles. In exploring matters pertaining to the rule of law in Cameroon, the dossier attempts to underline just how far this issue has been transformed in its formulation depending on the critical moments and events happening internally (tensions around penal code reform, freedom of the press, etc.) or externally (Boko Haram attacks and raids along the borders of Cameroon).

There is need to once again explore the different pathways that have been used to shape and reinvent debate and discourse around democratic construction. The « new crises » would then be an analyser of power relations (Foucault, 2013) that makes it possible to reveal in a new light what seems to be buried in Cameroon’s routine steps for « legitimate defence » (Linhardt and Moreau de Bellaing, 2005).

  1. Shifting focus from political to social issues: the necessary heuristic reversal

What prevents us from raising current social issues in Cameroon in a serene manner? Why is reform in sectors as important as education and higher learning, housing or health so difficult to put out in the public space? How has the over-politicisation of public life in Cameroon affected the delivery of social policies in the post-adjustment era? Addressing issues on Cameroon from this perspective creates the premise for a heuristic reversal that is necessary for the renewal of knowledge on this nation. Over the past decades, intellectual discourse has, for the most part, been focused on political issues, especially with the heralding figure of President Biya or the system he embodies. By pursuing this major line of thought, analysts from all sides have played into the over-politicisation of social issues in Cameroon. Political issues (debates on identity and ethnic origin, governance, elections, rule of law and justice, etc.) have taken precedence over the issues of social life, and over economic and regional inequalities. Obviously, a tenuous link exists between the two areas, but the over-politicisation of economic issues should happen in parallel with the macro-economic transformations facing the country in the global economy, against the backdrop of supervision from international financial institutions.

Fundamental research has to be conducted on the weight of harmful political and State practices inconsistent with local and diaspora forces driving the dynamics for social transformation. Tensions are perceptible, for example, in the field of private and public sector coalitions. Private entrepreneurs have to deal with elites in the party-state who try to benefit from investments in all sectors of the economy, despite the harmful consequences for the country’s development. Such findings have been confirmed in almost all areas of social and economic life, and particularly in investments for reform in the water sector and urban management (Nantchop, 2015). These situations in part explain the collisions between the informal and formal markets, and contribute to the emergence of state networks in constant redeployment (Hibou, 1998).

The logic behind this vicious circle comes from a spectrum broader than corruption. The prevarication and monetarization of social relations, even within public departments, has skyrocketed to such levels that it is possible to renew the hypothesis of « the neo-patrimonial state » (Médard, 1992, 1981), to confirm that in Cameroon today, two times more than yesterday, the “politics of the belly” (Bayart, 1989) is at play, and to open a thorough debate on « one of the most opaque, most centralized and most prosaic systems of government in postcolonial Africa”.2 There is reason to think this situation derives, at the same time, from the « attitude of avoidance » and the regulation of elites, who see their allegiance to the regime as a way of protecting themselves from the dangers of Opération Épervier and/or a hypothetical change in political power. Taking a renewed outlook on issues such as education, access to housing and health, can enlighten us on the situation in Cameroon amid the paradoxes, continuities and conservative orthodoxy from a leader who controls the elites in the way Putin does in Russia, and masterminds his regime’s longevity like Machiavelli’s The Prince.

One indicator attests to Cameroon’s downward spiral into social uncertainty. Cameroon is one of the 14 countries worldwide where indicators on maternal mortality have recorded no significant progress since 1990. In other words, Cameroon has reached the symbolic threshold of 1000 maternal deaths for every 100,000 live births. This health indicator is the same in countries that have experienced long-term crises (Sierra Leone, DRC, Chad) and positions Cameroon below countries with less human and material resources (Mali, Benin, for example).

  1. Reforming under a “reign nearing its end”: the governance of neutralization

Cameroon, like most African countries, is conducting reforms in the post-adjustment era under the auspices of the international financial institutions (the IMF and the World Bank). This co-construction of public action is carried out with a stream of partners, including bilateral, private, non-governmental and civil society partners in what is now known as the « matrix of public action in Africa » (Eboko, 2015). Beyond the propaganda about « milestone achievements », these reforms show there is a paradoxical balance in Cameroon’s political landscape that we call the governance of neutralization. This is a zero-sum game that consists in neutralizing any effort for the emergence of a figure embodying the idea of « succession » in the president’s majority party. This governance assumes that political figures have access to public resources by staging and prioritizing their allegiance to the regime beyond the mandates, missions and responsibilities they have. Indeed, conducting reform exposes the officials to a two-pronged constraint, where only failure may not have any political consequence. Conducting a successful reform that entails management of a financial portfolio places the authorities responsible for it in the potential posture of successful figures, which is dangerous politically.

In this context, it would be useful to document how the authorities politically construct and manage public policies or reforms, successes and failures whose consequences enshrine an unprecedented form of political logic. In fact, none of the major disasters that mark the decay of certain sectors has given rise to exemplary sanctions from the top officials in government or the Department of justice. Instead, the opposite is recurrent. A Finance Minister was sacked after he held successful negotiations with the IMF in 1997 and “dared” to organise a press conference to report these negotiations to the general public. A Health Minister was sacked and jailed after he and international partners implemented an initiative in 2007 on free AIDS drugs. The conjunction of political choices for controlling the movement of elites and the common law offences « authorized” by the vacuity of what economists refer to as « quality of spending », is one of the hallmarks of the system. Examples of the sort abound. Rare are those in the other direction, where scandals of all kinds in the health, transport, education, and prisons systems, to name a few, end in silence within the polity after the announcement of « investigations » whose results are published either late or amidst general indifference3.

Two types of facts may shed light on this phenomenon. The authorities’ prudence reinforces the stationary dimension of a state that gets paralysed, in part, by constant announcements about its soon ending reign. Further, the reconfiguration of the political fray, both on the side of the so-called opposition parties and that of the ruling Cameroon People’s Democratic Movement (CPDM), is an important factor in the current situation. The imminence of presidential elections in 2018 has given rise, since 2015, to discreet, yet real confrontation between rival forces within the party-state. Since the end of 2015, an increasing number of regionalized « motions and counter-motions from the people », often driven by party elites in favour of « the natural candidate Paul Biya », are creating tensions among the party bigwigs. These real contests on who will be the most authorised voice to sign or get others to sign the « motion », or even the best statement in support of the presidential candidate, uncover a landscape with the recomposition of fractions that will undoubtedly be central to the transition. On the side of the opposition, Ni John Fru Ndi’s Social Democratic Front has split into several factions and this latter, hit by the « founding father » syndrome (Ela, 1990; Mbembé, 2001) has probably and definitely lost all credibility beyond his regional stronghold. Figures who are partly old and partly new have entered the presidential campaign race. Maurice Kamto, an academician and former minister of the current regime, is one of them. Likewise, but more recently, the former president of the Cameroon Bar Association and former vice-president of Amnesty International, Barrister Akere Muna, an anglophone and the son of the former vice-president of Cameroon (Solomon Tandeng Muna) followed suit. These younger dignitaries and candidates are trying to rebuild a broken opposition force. What ideas are emanating from this repositioning in the build-up to the announced end and constantly renewed reign of the « Biya era »?

The priority, but not exhaustive areas where contributions would be required concern the political manoeuvres within projects and reforms that concern port infrastructure (the construction and commissioning of the Kribi deep-water port to support the Douala autonomous port), prison policy and justice, the education system, the health system, etc.

With this in mind, there is need also to highlight France’s role as an adjustment variable among partners for the reforms Cameroon is conducting. While Cameroonian academicians, journalists and citizens were cultivating a hard-line narrative vis-à-vis France, Cameroon was offering French companies a particularly privileged position in the management of major reforms. This mechanism of tutelage seems however to be falling apart with the advent of new partnerships. What are the mechanisms and facts that explain this paradox, if it is real at all? The transformation of the debt burden Yaounde owes to Paris has given rise to the « Debt Reduction-Development Contract » (C2D) which finances several sectors. What are the leverage points by which French diplomacy is being reconfigured in Cameroon’s international relations which have been on an extensively diversifying trend?

Proposals for articles (1 page) should be sent to the dossier coordinators (fred.eboko@wanadoo.fr and pawondo2005@yiahoo.fr) by 30 November 2017.

Timeline:

  • 30 November 2017: send proposals to the coordinators

  • 15 December 2017: authors of selected proposals are notified

  • 1st March 2018: send selected articles to the journal’s editorial board (50 000 characters, spaces and footnotes included)

  • June 2018: publication.

Bibliography

Abéga Séverin Cécile, « La presse et l’État, l’exemple des procès sur l’homosexualité au Cameroun », Terroirs, n° 1-2, 2007.

Awondo Patrick, « médias, politique et homosexualité au Cameroun, retour sur la construction d’une controverse », Politique africaine, n°126, 2012, p. 69-85.

Bigo Didier, « La mondialisation de l’insécurité ? Réflexions sur le champ des professionnels de la gestion des inquiétudes et analytique de la transnationalisation des processus d’insécurisation », Culture & Conflits, n°58, p. 53-101.

Bayart Jean-François, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

Bayart Jean-François, « La société politique camerounaise », Politique africaine, 22, 1986, p.5-36.

Bayart Jean-François, Geschiere Peter, Nyamnjoh Francis, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale n° 10, 2001, p. 177-194.

Courade George, Sindjoun Luc « Le Cameroun dans l’entre-deux », Politique africaine, 62, 1996, p. 3-14.

Eboko Fred, « Les élites politiques au Cameroun. Le renouvellement sans renouveau ? », In Daloz J.-P., Le (non-) renouvellement des élites en Afrique subsaharienne, Bordeaux, CEAN, p. 99-133.

Eboko Fred, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à la globalisation des politiques publiques, Paris, Karthala, 2015.

Éboussi Boulaga Fabien, La démocratie de transit au Cameroun, Le Harmattan, Paris, 1997

Foucault Michel, 2013, La société́ punitive : cours au Collège de France, 1972-1973, Paris, France, EHESS/Gallimard/Seuil.

Fraser Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Paris, La Découverte, 2005

Geschiere Peter, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala, 1995

Hibou Béatrice, « Retrait ou redéploiement de l’État », Critique Internationale n°1, – automne 1998, p. 151-168.

International Crisis Group, Cameroun : la menace du radicalisme religieux, Rapport Afrique, N° 229, 3 septembre 2015.

  • Cameroun : mieux vaut prévenir que guérir, Briefing Afrique, N° 1°1, septembre 2014.

  • Cameroun : les dangers d’un régime en pleine fracture, Rapport Afrique, N° 161, 24 juin 2010.

  • Cameroun : État fragile ?, Rapport Afrique, N° 160, 25 mai 2010.

Linhardt Dominique et Moreau De Bellaing Cédric, 2005, « Légitime violence ? Enquêtes sur la réalité de l’État démocratique », Revue française de science politique, 2005, Vol. 55, no 2, p. 269‐298.

Mehler Andreas, « Cameroun : une transition qui n’a pas eu lieu », in Jean-Pascal Daloz et Patrick Quantin, Eds, Transitions démocratiques africaines, Paris, Karthala, 1997, p. 95-138.

Mbembé Achille, « Pouvoir des morts et langage des vivants. Les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun », Politique africaine, 22, 1986, p. 37-73.

Mbembé Achille, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000.

Médard Jean-François, « L’État néo-patrimonial », in J.-F. Médard (dir.), États d’Afrique, Karthala, 1991.

Médard Jean-François, « L’État sous-développé au Cameroun », Année africaine, 1977, Paris, Pedone, 1979, p. 35-84.

Médard Jean-François, « L’État clientéliste transcendé ? », A livre ouvert, discussion autour de l’ouvrage de Jean-François Bayart, L’État au Cameroun, Politique africaine, n° 1, mars 1981 : 120-124.

Nantchop Tenkap, « L’action publique urbaine à l’épreuve des réformes du service d’eau à Douala (Cameroun) », Géocarrefour, 90/1 | 2015, p. 61-71.

Pigeaud Fanny, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala, « Les terrains du siècle », 2011.

Pomerolle Marie-Emmanuelle, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, 2008, p. 73-94.

Roessler Philip, Ethnic politics and state power in Africa. The logic of the coup-civil war trap, Cambridge University Press, 2011.

Sindjoun Luc, L’État ailleurs. Entre noyau dur et case vide, Paris, Economica, 2002.

1 For example, anglophone researchers have produced abundant literature on issues of identity and political representativeness, as well as on economic issues, which is hardly taken into account by local francophone researchers and vice versa. The bibliography on the anglophone crisis, published from anglophone researchers’ perspective as compiled by Francis Nyanmjoh, is instructive in this regard. See link: http://www.ascleiden.nl/news/reading-list-anglophone-crisis-and-internet-shutdown-cameroon

2 Achille Mbembé, « Au Cameroun, le crépuscule d’une dictature à huis clos », Le Monde Afrique, 9 October 2017: Further reading at http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/09/au-cameroun-le-crepuscule-d-une-dictature-a-huis-clos_5198501_3212.html#HXw803hR2kVK6WT3.99

3 21 October 2016, a train accident causes over a hundred casualties at Eseka (between Yaounde and Douala) wounding hundreds; 12 March, 2017: a 31-year-old woman, pregnant with twins, is disembowelled by her sister in law who was trying to save the children in the dead mother’s womb. The event took place at the entrance to the maternity section of Laquintinie hospital in Douala; 5 May, 2007: Kenyan Airways flight 507 disappears from the radar of the airport authorities a few minutes after take-off from Douala international airport. The wreckage is found only 3 days later; 114 casualties. Kenyan authorities get to the scene of the tragedy before Cameroonian officials. Cameroon’s Transport Minister at the time argues, in shameless self-defence, that he was in his village to prepare for elections on behalf of the ruling party.

N° 146 – Restaurations autoritaires ?

 « Restaurations autoritaires » : L’expression est couramment invoquée et pourtant rarement définie. Comment rendre compte des recompositions politiques qui se déroulent, après des séquences d’effervescence pluraliste, sous le signe des « lendemains qui déchantent » ? Ce dossier défend l’idée que derrière le retour à l’ordre « des anciens », derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime. Les moments de restauration ne débouchent pas nécessairement sur le « retour de l’autoritarisme » mais se caractérisent par des processus de forclusion de l’effervescence pluraliste. En proposant une sociologie des dynamiques contradictoires à l’oeuvre dans ces moments, nous proposons de penser le moment de restauration comme « devenir », tiraillé entre des temporalités et des dynamiques plurielles, afin de parer aux écueils d’une téléologie démocratique autant qu’à ceux d’une téléologie autoritaire, toute aussi nocive.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 5 à 28,  Introduction au thème « Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration », par  Amin Allal, Marie Vannetzel
Page 29 à 48, « Quand l’élection (re)devient un plébiscite : La restauration autoritaire à l’aune du leadership politique en Égypte », par Assia Boutaleb
Page 49 à 71, « La restauration autoritaire au prisme des instruments de propagande. Le cas de l’agence Tunis Afrique Presse (TAP) », par Enrique Klaus
Page 73 à 97, « De la fin des manifestations à la faim de manifester : revendications publiques, rémanence autoritaire et procès de la démocratie au Cameroun », par Jean-Marcellin Manga, Alexandre Rodrigue Mbassi
Page 99 à 124, « La répression des autres : mobilisations et démobilisations dans les universités égyptiennes au lendemain du 3 juillet 2013″, par Farah Ramzy

Recherches

Page 125 à 141, « Ceci n’est pas un sorcier. De l’effet Magritte en sorcellerie », par Jean-Pierre Warnier
Page 143 à 164, « Esclavage et réparations. Construction d’un problème public (1998-2001) », par Johann Michel

Conjoncture

Page 165 à 182, « L’Afrique contre la Cour pénale internationale ? Éléments de sociogenèse sur les possibles de la justice internationale »,  par Sara Dezalay

Lectures

Page 183 à 200, Revue des livres

 

Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration

Introduction au thème au thème du numéro 146, paru le 02/2017, par Amin Allal et Marie Vannetzel, page 5 à 28.

 Restauration » : quiconque voit « à peu près » de quoi il s’agit. Soit que l’expression paraisse claire en elle-même (on « restaure » ce qui a été abîmé), soit qu’elle remue un vague souvenir de cours d’histoire sur la Révolution française. Pourtant, que l’on cherche à en donner une définition succincte et l’on s’aperçoit très vite de la labilité de l’objet : la restauration, on le pressent, n’est pas le simple retour d’un ordre ancien. Marqués « du sceau de la transaction, de la recomposition autant que de la nostalgie 1 », traversés par des « tensions symboliquement fortes entre (passés concurrents) d’une part, et entre ces passés-là et l’avenir, de l’autre 2 », ces processus ont en effet en commun d’être autre chose que le rétablissement du statu quo ex ante. L’ordre restauré a ceci de paradoxal qu’il est à la fois ancien et nouveau. Il relève du retour vers le futur.

Dans ce dossier, nous considérons les restaurations comme des moments où se produisent des changements capables d’affecter en profondeur, et sans orientation historique prédéfinie, les structures sociales, politiques et culturelles – changements que masque souvent l’impression d’un retour à l’ordre précédent ou d’une fermeture de parenthèses exceptionnelles. Nous les définissons plus précisément comme des moments de forclusion des processus d’effervescence politique pluraliste envisagés dans leur variété. Par processus d’effervescence pluraliste, nous entendons des situations marquées par des soulèvements populaires d’importance qui conduisent à des défections au sein des blocs historiques 3  et qui viennent perturber les agendas et la stabilité des oligarchies régnantes ; et/ou des situations de renouvellement des cercles des élites dirigeantes autour d’anciens opposants, l’orchestration d’un pluripartisme, et l’effusion d’expressions et de prises de position politiques dans les espaces publics.

Cette définition nous permet d’embrasser des moments aussi différents, du point de vue de leur historicité, que les « Printemps » tunisien et égyptien de 2011 et leurs suites contrastées (E. Klaus, A. Boutaleb et F. Ramzy dans ce dossier), ou les « Conférences nationales » des années 1990 en Afrique subsaharienne (le cas camerounais est ici traité par J.-M. Manga et A. Mbassi). On aurait pu tout aussi utilement aborder la clôture de « l’expérience démocratique » algérienne de 1988-1992 4 , l’alternance civile avortée en Mauritanie en 2007-2008 5 , le cycle répressif engagé au Burundi suite aux manifestations contre la troisième candidature du président Nkurunziza en 2015 6 , voire la séquence post-Compaoré au Burkina Faso au cours de laquelle les dynamiques insurrectionnelles sont aux prises avec les mécanismes anciens de contrôle et de domination politiques.

Aussi variés soient-ils, ces moments peuvent être rapprochés du point de vue du vécu illusionnel qui les traverse de façon analogue. Ce sont des « lendemains qui déchantent ». Or, cette forclusion de l’effervescence pluraliste impacte les logiques de situation selon deux paradoxes. Le premier est que l’impression partagée de fatalité et de fermeture des possibles ne met en réalité pas un terme au dynamisme des « potentialités » et des conflictualités. Le second est que la restauration d’une façade d’immuabilité – qui donne, précisément, l’impression que l’ordre est de retour – occulte de multiples déplacements et repositionnements des acteurs et des règles constitutives de cet ordre. La forclusion de l’effervescence pluraliste peut être étudiée comme un moment conflictuel d’institutionnalisation de normes en redéfinition. Ce dossier défend l’idée que, derrière le retour à l’ordre des « anciens », le musellement des initiatives politiques frontales ou le contrôle des expressions et des revendications dissonantes au bloc historique, derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques dans la société qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime.

En ce sens, l’ordre restauré ne peut pas, a priori, être décrété « autoritaire ». Le parti pris est ici de dissocier les deux termes, dont l’adjonction ne va pas de soi. Si le caractère autoritaire de la prise du pouvoir qui orchestre la fin d’un processus pluraliste est souvent manifeste – par un coup d’État notamment –, nombreuses sont les situations où la forclusion de l’effervescence pluraliste advient de façon plus insidieuse, moins définitive. Que l’on pense, par exemple, au scénario bien connu de l’ancien dirigeant qui revient au pouvoir par les urnes. Les moments de restauration ont également ceci d’intrigant que les pratiques les plus répressives peuvent y cohabiter avec des dynamiques de pluralisation politique. Ce sont des moments de tiraillements, de tumultes. Or c’est bien l’ambition de ce travail que d’étudier ces tensions en cours dans le moment présent, sans s’inquiéter de la destination finale des recompositions politiques à l’œuvre. La proposition s’inscrit ainsi dans l’approche par les modes d’exercice du pouvoir – le raisonnement en termes de « régimes » étant résolument mis en échec par ces moments inclassables 7 .

La restauration sera donc ici orpheline de son qualificatif courant. Elle devient dès lors un opérateur de questionnement plutôt que de typologie 8 . Interroger des situations, que d’aucuns pourraient tenir comme relevant davantage d’une trajectoire de démocratisation réussie (comme la Tunisie, déjà érigée en « modèle démocratique »), n’a pas pour but de ranger celles-ci dans une quelconque catégorie, mais bien de donner à voir, et à penser, « d’autres énigmes à résoudre 9 ».

La gageure de ce dossier est en somme d’informer le moment de restauration à penser comme « devenir », tout en laissant de côté la question du futur de ces régimes. L’expression que nous proposons de « devenir-restauration » s’inspire du sens particulier que donne Gilles Deleuze à la notion de devenir. Cela nous permet d’insister sur les dynamiques contradictoires qui forment la singularité de ces moments – et expliquent que ces derniers se dérobent si facilement à la pensée dès qu’on croit les tenir. Comment penser la restauration s’il y a changement ? Comment rendre compte du changement sans prendre acte de ce passé si présent ? Quel est le présent d’une restauration ? Quand commence-t-elle ? Lors d’un coup d’État, de la réélection de l’ancien dictateur, ou bien faut-il chercher son point de départ en amont, dans les faits qui ont ouvert la voie à ces événements ? « N’y a-t-il jamais eu de révolution ? », se demandent ainsi les observateurs et les acteurs militants des scènes égyptienne ou tunisienne. Les conférences nationales n’ont-elles été que vaines façades, un présent démocratique qui n’a jamais débuté ? Bref, le présent se dérobe dans les réinterprétations du passé et les anticipations de l’avenir. Il faut donc l’admettre, le devenir-restauration ne supporte pas la séparation ni la distinction de l’avant et de l’après, de la veille et du lendemain. C’est bien le moment présent qui nous intéresse ici, un présent fondamentalement tiraillé entre des temporalités et des processus discordants.

Les tumultes de la restauration

L’on doit aux travaux des chercheurs africanistes de riches analyses pour penser les restaurations. Notre réflexion se situe à l’intersection de deux perspectives théoriques, qu’il importe donc de restituer soigneusement. D’une part, le paradigme initial de la « restauration autoritaire » (là, le qualificatif est de rigueur), cherchant à saisir des recompositions de long terme, a mis en relief comment les processus d’exacerbation de pratiques (criminelles, punitives, ethnicisantes…), souvent déjà présentes dans la configuration antérieure, créaient un nouveau mode d’exercice du politique, non réductible à une simple reproduction intensifiée de l’ordre ancien. D’autre part, une seconde série de travaux s’est davantage intéressée aux moments spécifiques de restauration lui-même, en adoptant un focus temporel resserré et une échelle d’analyse microsociologique qui permettent d’éclairer les ambivalences propres à ce moment – et d’en nuancer la dimension autoritaire.

Le paradigme de l’exacerbation : penser le temps long des restaurations

C’est à Jean-François Bayart que revient la paternité du paradigme de la restauration autoritaire. Dans l’esprit de la sociologie historique comparée du politique, il la décrit comme un « chronotype 10 » visant à mettre en regard des situations éloignées dans le temps et dans l’espace, en l’occurrence ici, la Restauration française et l’avortement des expériences démocratiques des années 1988-1992 au sud du Sahara. Ces processus prêtent également le flanc à l’inconfort d’une lecture a posteriori ou téléologique, contre laquelle, précisément, J.-F. Bayart met en garde par l’usage précoce, dès 1990, de l’expression « restauration autoritaire ». Catégorie d’intervention, formée dans l’urgence politique imposée par « la médiocre incurie de [la] politique africaine [de la France] 11 » et l’ambiguïté du discours de la Baule (juin 1990), elle s’est peu à peu muée en catégorie analytique, forgée au gré d’une série de textes qui, sans nécessairement en proposer une définition explicite et synthétique, l’ont néanmoins élaborée par apports successifs. Le paradigme de la restauration autoritaire entendait rompre avec les études transitologiques, qui certes prévoyaient le scénario du « retour à l’autoritarisme 12 », le plus souvent par un coup d’État, mais sans l’élaborer conceptuellement. La clé de voûte de ce paradigme, tel que nous le comprenons, réside dans la notion d’exacerbation, déclinée dans trois grandes dimensions.

L’accent est tout d’abord mis sur « l’exacerbation de la “politique du ventre” » dans ses pratiques les plus prédatrices. En somme, l’auteur attirait ainsi l’attention sur le fait que les « stratégies d’invention de la démocratie » observables dans les révoltes alors en cours – au Togo, au Gabon, au Cameroun, en Guinée, au Niger… – demeuraient contraintes par une économie politique particulière de l’État qui laissait présager des capacités de rétablissement autoritaire des dirigeants 13 . Celle-ci était façonnée par des trajectoires d’exploitation économique reposant sur des pratiques contestables (trafics en tous genres, pillage des minerais, etc.), n’intégrant la jeunesse que sur le mode de la délinquance ou des phénomènes miliciens. La « criminalisation de l’État 14 » apparaissait donc comme un processus pleinement constitutif des restaurations autoritaires.

De façon indissociable, la deuxième dimension du paradigme renvoyait aux liens internationaux, à la fois économiques et politiques, que les dirigeants, à l’instar de Paul Biya, d’Omar Bongo, de Juvénal Habyarimana, de Gnassingbé Eyadema ou de Joseph-Désiré Mobutu, pouvaient manipuler afin de maintenir leur emprise. Les intérêts politico-affairistes des gouvernements occidentaux – au premier rang desquels certains réseaux français 15  ou des réseaux alors récemment (ré)implantés (chinois, indo-pakistanais, israéliens, libanais…) – et la faiblesse des conditionnalités de l’aide financière internationale n’auguraient pas un « lâchage » international des régimes autoritaires africains, à la façon dont l’URSS venait de le faire vis-à-vis des pays d’Europe de l’Est, permettant une « rupture démocratique 16 ». À l’inverse, une certaine exacerbation des usages prédateurs de l’international était repérable, dans le détournement des plans d’ajustement structurel au profit des coteries présidentielles, ou dans l’arrivée d’opérateurs économiques peu scrupuleux, attirés par la faillite économique et s’accommodant volontiers de la criminalisation de l’État.

Enfin, troisième avatar de l’exacerbation, le « dédoublement des structures de pouvoir », sur lequel se sont notamment fondées les stratégies d’enrayement des mobilisations démocratiques 17 . Ce dédoublement « se manifeste dans les cas extrêmes par l’existence d’une structure occulte et collégiale du pouvoir. Celle-ci entoure, voire contrôle, le détenteur officiel de la magistrature suprême. Pour défendre ses intérêts, elle recourt impunément à la violence par l’intermédiaire de l’appareil policier ou par le biais d’organisations paramilitaires et des milieux de la délinquance 18 ».

Ce paradigme de la restauration autoritaire a été repris et prolongé par d’autres auteurs qui ont insisté, selon les cas, sur l’une ou l’autre de ces facettes 19 . Achille Mbembe, notamment, signait en 1993 un chapitre éponyme, auquel bon nombre de publications ultérieures référeront l’emploi de l’expression « restauration autoritaire 20 ». Dressant un tableau complet des luttes factionnelles et des stratégies d’ethnicisation sous-jacentes au système multipartiste naissant au Cameroun, il y développe les hypothèses du dédoublement des structures de pouvoir, de l’exacerbation de la gestion rentière de l’économie au détriment des réseaux concurrents, de la criminalisation de l’État à travers la généralisation des pratiques punitives et la privatisation de la violence.

Plus récemment, à l’occasion des « Printemps arabes », J.-F. Bayart dégageait plusieurs partitions susceptibles d’être jouées en même temps 21 . Celle de la « restauration autoritaire », et des « stratégies de la tension » qui l’accompagnent, s’est jouée sur un mode majeur en Égypte avec l’emprise de l’armée sur les positions de pouvoir et d’accumulation, et la répression des Frères musulmans ; mais aussi, peut-être, sur un mode mineur, en Tunisie, au travers des stratégies politiques et économiques des anciens soutiens de Ben Ali, du potentiel rôle des groupes occultes de pouvoir dans la série d’assassinats politiques de 2013 et de l’intrigante inaction des services algériens face au développement des trafics transfrontaliers en tout genre. Et pourtant, l’auteur concluait sur un contrepoint jusqu’alors peu évoqué dans le cadre de ce paradigme : « il est improbable que les événements de ces deux dernières années n’aient pas affecté en profondeur les sociétés et n’aient pas semé les graines d’autres transformations, d’autres ruptures. […] Une révolution, un soulèvement populaire sont des moments d’enthousiasme, d’espérance, de romantisme dont l’expérience, fût-elle fugace, s’imprime dans la conscience de leurs acteurs et dans la mémoire sociale 22 ». Ce contrepoint a davantage été exploré par d’autres travaux, qui, précisément, ont cherché à comprendre ce qui demeure de l’expérience fugace de l’effervescence pluraliste dans les moments de restauration.

De l’ambivalence des moments de restauration… aux processus de forclusion

Cette interrogation sur ce qui, dans les imaginaires comme dans les pratiques et les structures, persiste de l’expérience pluraliste au cours des moments de restauration travaille les recherches de Robert Buijtenhuijs sur la transition en trompe-l’œil au Tchad 23 , de Mamoudou Gazibo sur le Niger après le coup d’État de 1996 24 , de Matthieu Hilgers et Jacinthe Mazzocchetti sur le Burkina Faso de « l’après-Zongo 25 », de Didier Péclard sur l’Angola post-guerre 26  ou, plus récemment, d’Alice Aterianus-Owanga et Mathilde Debain sur le Gabon d’Ali Bongo 27 . Mais c’est sans doute Zekeria Ould Ahmed Salem, qui, en 1999, dans un article remarquable mais étonnement peu cité, a livré la conceptualisation la plus poussée de l’ambivalence propre aux moments de restauration. Il interrogeait le « scénario maintenant bien connu de l’ouverture politique contrôlée à la restauration autoritaire 28 » à partir du cas de la Mauritanie. Le régime issu du coup d’État militaire de 1984 avait en effet consenti à l’ouverture pluraliste en 1991, tout en assurant la continuité au pouvoir du général Ould Taya, élu et réélu en 1992 et 1997. Scénario qui devait, d’une certaine façon, se reproduire quinze ans plus tard, avec l’élection du premier président civil depuis la chute de Mokhtar Ould Daddah en 1978, et le début d’une nouvelle expérience de démocratisation qui se soldera par un coup d’État en 2008. Constatant que « l’hypothèse du reflux [de la démocratisation] et de la restauration autoritaire ne souffr[ait] pas d’objection décisive », l’auteur refusait de « congédier la question sans autre forme de procès » et entreprenait d’analyser « l’espace de conceptions, de langages et de conduites politiques dessiné par et autour de l’expérience démocratique mauritanienne 29 ». Plus précisément, c’est à la constitution d’une « croyance collective dans le jeu » ou illusio, suivant la notion proposée par Pierre Bourdieu, que l’auteur s’intéresse : « Dans la logique de la restauration autoritaire dont la routinisation de la démocratie est à la fois un terme et une modalité », se construit « la croyance en un ensemble de principes généraux dont tous s’accordent à reconnaître la valeur relative, mais qui ne dispensent pas moins de jouer le jeu comme s’il était vrai et, à force de le jouer, d’y croire fortement 30 ». Même le régime, souligne-t-il, développe sa propre croyance dans la légitimité du montage fictionnel qu’il introduit, et dont une multitude d’acteurs, jusqu’aux plus profanes, contribuent à entretenir « le caractère mystificateur 31 », qui en devient par là même réalité. Ainsi, l’auteur lançait une piste de recherche 32  sur les modalités par lesquelles gouvernants et gouvernés produisent cette fiction collective du jeu pluraliste tout en reproduisant une logique unanimiste, faite d’adhésion autant que de cynisme, qui disqualifie la parole dissidente autant qu’elle ancre « un espace de débats, de clivages, de concurrence aussi, toutes choses qui font le quotidien de la démocratie 33 ». Euphoriques, bernés, désenchantés, et derechef pris au jeu, investis avec la dernière énergie, les acteurs politiques et sociaux font preuve d’une grande ambivalence. Elle n’a d’égale que celle du moment de la restauration qui, paradoxalement, signe la fin de l’expérience pluraliste tout en implantant une fiction démocratique, et, en même temps, engendre le fatalisme alors que l’espace des possibles n’est pas totalement refermé.

Deux pistes lancées par ce texte sont cruciales pour notre propos. Tout d’abord, il met en garde contre le risque encouru de réduire les tumultes de la restauration à une confrontation entre forces autoritaires et démocratiques. Ambivalente, la restauration l’est aussi parce qu’elle porte en elle la confusion de ce qui la précède. « Tout se mêle dans le cri du peuple », écrivait très justement Guy Hermet. En particulier, « la confusion la plus pernicieuse et en même temps la plus compréhensible : celle qui conduit les peuples à la fois pauvres et asservis à attendre de la démocratie moins la faculté d’agir comme citoyens que le miracle soudain de l’abondance matérielle après des décennies de disette “autoritaire” 34 ». Autrement dit, les tensions entre dispositifs objectifs et dimensions cognitives ne doivent pas être appréhendées en regroupant, sous le premier terme, tout ce qui ressortirait de la pesanteur des structures autoritaires et des stratégies des dirigeants pour rétablir leur pouvoir, et sous le second les visions discrètement mais sûrement émancipatrices qui seraient cultivées par les gouverné-e-s et les acteurs de l’opposition. Les germes autoritaires peuvent aussi se loger dans l’effervescence populaire. En somme, ce qui nous intéresse ici, ce sont autant les aspirations que les déceptions démocratiques, les demandes d’ordre et de liberté qui se combinent plus souvent qu’elles ne s’opposent, les positions bigarrées, intenables que beaucoup se mettent à tenir, dans le tumulte concomitant de l’exacerbation des pratiques de pouvoir et de leurs transgressions.

Ensuite, ce texte met très utilement l’accent sur la question de la croyance. Car ce qui est singulier, dans ces moments de restauration, ce sont bien les flux et les reflux de l’imagination politique. Rappelons que les situations d’effervescence pluraliste ne sont pas arrimées à un changement institutionnel précis qui serait uniforme d’un contexte à l’autre (passage au multipartisme, transparence électorale, libéralisation des médias, etc.) ou à un bouleversement radical des rapports de force (alternance au pouvoir, incapacité du régime à réprimer, etc.). Bien plutôt, elles sont circonscrites par la croyance partagée qu’il se passe quelque chose de différent, quelque chose qui fait subjectivement événement 35 , et qui est donc nécessairement relatif à la configuration propre à chaque contexte. En reprenant cette piste fertile, nous proposons d’appréhender les situations d’effervescence pluraliste comme des situations d’illusio conjoncturelle définie comme « une croyance collective dans le jeu 36 », ici moins produite par les logiques d’un champ donné que par une conjoncture fluide qui, précisément, perturbe les routines.

Or le moment de la restauration correspond au moment où se produit la forclusion de l’illusio conjoncturelle. Celle-ci peut survenir de plusieurs façons. Par exemple, en raison de l’irruption « hors procédure » d’acteurs militaires, de l’autonomie des appareils sécuritaires, des tentatives de rétablissement hégémonique des anciennes élites dirigeantes ou des modifications exceptionnelles des règles qui ébranlent la « croyance au jeu » des acteurs. Évidemment, la répression, plus ou moins sanglante, joue un rôle prééminent dans la forclusion. Mais celle-ci peut aussi intervenir sans que le processus démocratique ne soit perturbé d’une façon majeure. Les mobilisations peuvent même se poursuivre et, pourtant, rien n’y fait : leur impact s’affaiblit, la croyance qu’il se passe quelque chose de différent s’évanouit, l’illusio conjoncturelle se dissipe. Le terme de forclusion traduit donc ce mécanisme du « hors délai » dont il est difficile de saisir, précisément, comment et quand il se produit. Ce terme ne vise pas à introduire de rupture nette entre un avant et un après : il permet au contraire de travailler les temporalités complexes de ces moments.

Les moments de restauration comme devenir

L’équation posée est la suivante : comment tenir ensemble les temporalités de long et court terme, passées et futures, sécantes dans les moments de restauration ? Comment aborder « ces lendemains qui déchantent » sans introduire arbitrairement un « avant » et un « après » ? Comment penser, sans nécessairement les opposer, les processus d’exacerbation autoritaire, mais aussi de transformation des espaces, des pratiques et des représentations sociopolitiques qui se condensent dans ce moment ? Comment restituer les logiques ambivalentes des acteurs, leurs repositionnements, leurs vécus illusionnels ? Comment, aussi, parvenir à opérationnaliser empiriquement cette synthèse ? C’est la notion de « devenir », telle qu’établie par Deleuze, que nous proposons de mettre au travail. Si son niveau d’abstraction et sa focale micropolitique laissent de prime abord perplexe, le défi est ici de la rendre sociologiquement malléable et productive.

Devenir-restauration : une conceptualisation

Partons de Deleuze lui-même, pour saisir la subtilité de l’idée de devenir, et donc, son intérêt. Le paradoxe de la restauration est un paradoxe de « pur devenir 37 », au sens où il s’agit bien d’un moment qui « esquive le présent 38 ». Tourné vers le futur par l’espoir que suscite l’ouverture, objective ou subjective, à laquelle il cherche à mettre fin ; ancré dans le passé par les structures et les rapports sociaux, économiques et politiques sur lesquels il s’appuie et qu’il exacerbe, le devenir-restauration est, par excellence, un moment « qui tire dans les deux sens à la fois 39 ». Or, écrit plus loin Deleuze, ce paradoxe « qui détruit le bon sens comme sens unique » est aussi « ce qui détruit le sens commun comme assignation d’identités fixes 40 ». L’identité du devenir-restauration est « infinie ». Car la situation « se met à fondre », « entraîné[e] de biais » qu’elle est par ce verbe – « restaurer » – qui est un verbe de pur devenir, et qui imprime à son identité « la structure objective de l’événement lui-même, en tant qu’il va toujours en deux sens à la fois, et qu’il écartèle le sujet suivant cette double direction 41 ». La restauration rétablit et transforme, ferme et ouvre des possibles, consolide le régime et l’ébranle, écartèle son identité dans une double direction.

La première conséquence de cette « identité infinie 42 » est qu’il est impossible de trancher a priori sur ce qui relève, ou non, d’une restauration. Ce dossier inclut donc un texte sur le cas de la Tunisie post-2011, cas dont on pourrait douter de prime abord de la pertinence au regard de la problématique de la restauration. Après tout, les processus constituants et électoraux y ont suivi leur cours en dépit de quelques incidents dramatiques (assassinats de leaders de la gauche en particulier), une alternance s’est déjà produite et le président actuel, Béji Caïd Essebsi – plusieurs fois ministre de Bourguiba –, n’était pas central dans le régime Ben Ali. Parler dans ce cas-là de restauration, n’est-ce pas céder à la tentation d’une téléologie autoritaire, tout aussi nocive que sa jumelle démocratique, qui condamnerait l’Afrique, au nord et au sud du Sahara, à un destin dictatorial, certes maintes fois reconfiguré, mais implacable ? N’est-ce pas aussi, en ramenant la situation tunisienne sur le même plan que, notamment, la situation égyptienne, minimiser la gravité de la répression qui sévit en Égypte sous le régime du maréchal al-Sissi ? Il pourrait alors être tentant d’établir une distinction entre « restaurations objectives » et « restaurations subjectives » : la première catégorie renverrait alors aux situations dans lesquelles on repérerait les marqueurs du paradigme de J.-F. Bayart (exacerbation de la politique du ventre, criminalisation de l’État, dédoublement des structures de pouvoir, ethnicisation des luttes factionnelles…) ; la seconde aux situations dans lesquelles le label de la « restauration autoritaire » serait mobilisé par une partie non négligeable des acteurs pour dire leur désenchantement face à la routinisation des rapports politiques en contexte post-crise, sans que l’on puisse pour autant y observer les marqueurs objectifs du paradigme. Toutefois, trois objections se dressent contre cette option.

D’abord, il est parfois difficile d’établir avec fermeté la présence concomitante de tous les marqueurs d’une restauration objective. Prenons l’exemple égyptien. L’expansion économique de l’armée, qui caractérise nettement ces dernières années, peut en effet être lue à l’aune d’un processus d’exacerbation des pratiques prébendières de l’État, ce qui montre toute l’utilité de mobiliser le paradigme : par un décret passé en février 2016, le président accordait la possibilité à l’Agence des projets fonciers des forces armées de former des co-entreprises (joint-ventures) pour mener à bien des mégaprojets d’infrastructures, ce qui lui a permis d’allouer des terres désertiques en sa possession à des entreprises elles-mêmes liées à l’armée 43  . Si le renforcement des prérogatives de l’armée est donc clair, la relation de celle-ci avec les organes présidentiels, administratifs et législatifs y est-elle véritablement justiciable d’un phénomène spécifique de dédoublement des structures de pouvoir ? Le contrôle exercé par les agences de renseignement sur les élections législatives de 2015, qui a été démontré par ailleurs 44, relève-t-il de même d’un dédoublement ou d’un classique dispositif d’encadrement des scrutins ? L’élection présidentielle, qui a institutionnalisé la prise de pouvoir d’al-Sissi en 2014, n’a-t-elle fait que valider le choix de ce dernier comme « fondé de pouvoir » de l’armée, comme inciterait à le penser l’hypothèse du dédoublement ? L’article d’Assia Boutaleb dans ce numéro suggère pourtant que le processus électoral, dans l’Égypte de Sissi, n’est pas vidé de sa substance sous la férule de l’armée : au contraire, il s’inscrirait pleinement dans la trajectoire historique de l’institution présidentielle égyptienne, selon laquelle l’élu, parce qu’il est l’élu du peuple, doit se soustraire à la compétition électorale.

Ensuite, à l’inverse, certains des marqueurs objectifs se rencontrent bien dans la situation tunisienne. À travers l’analyse de l’Agence Tunisie Afrique Presse, Enrique Klaus montre ainsi la prégnance de pratiques et de modes de structuration relevant de l’ordre médiatique benaliste, qui incite certains agenciers mobilisés pour la réforme de l’institution à brandir l’accusation de « restauration autoritaire ». Mais, au-delà de cette dimension subjective, il est en effet possible de s’interroger sur la permanence de ce que la littérature sur les changements de régime en Amérique latine a qualifié d’« enclaves autoritaires 45 ». Suivant cette littérature, l’Agence TAP correspond bien à une agence bureaucratique créée par le régime autoritaire dont les dispositifs et les pratiques résistent au changement politique et maintiennent une coalition d’intérêts (reconduction des anciens dirigeants et rédacteurs en chef) préservant certaines caractéristiques de l’ordre médiatique précédent (pratiques propagandistes, cooptation clientéliste).

Enfin, la troisième objection qui s’oppose à l’option dichotomique « restaurations objectives/subjectives » est qu’il importe précisément d’observer la dialectique entre ces deux dimensions : l’interaction entre formes de restauration subjectives et objectives finit par créer des discours sur la restauration qui ont un effet de vérité, même dans des contextes où des processus de transformation politiques sont en cours et où leur résultat est loin d’être clairement défini. En Tunisie, le désenchantement militant survient par anticipation du « retour des vieux démons ». Enrique Klaus montre bien comment, au sein de l’Agence TAP, dès la fin 2011, alors que le parti islamiste Ennahda remporte les élections de l’Assemblée constituante, les agenciers réformateurs anticipent déjà le retour de « la mentalité du parti unique », ce qui rétrécit leur perception de l’espace des possibles. La prophétie est alors presque auto-réalisatrice : les acteurs parlent « déjà » de restauration alors que les mécanismes de la domination autoritaire n’ont pas vraiment repris le dessus. À l’inverse, le travail de Farah Ramzy sur les mobilisations estudiantines en Égypte montre comment, pour certains groupes militants, la réduction subjective des possibles se produit à retardement, presque deux ans après le coup d’État militaire du 3 juillet 2013. En effet, si la répression s’est bel et bien rapidement abattue sur les campus, restreignant objectivement les possibilités d’action, elle a touché différemment les étudiants islamistes et leurs concurrents ; or c’est la répression des premiers qui a permis aux seconds de rester mobilisés, non pas pour soutenir le régime mais pour dénoncer la violence d’État subie par leurs rivaux. Si l’illusio conjoncturelle s’étiole progressivement, pendant deux années au moins elle « continue en eux » et les empêche de se résigner à la fermeture des possibles. Les deux textes montrent à quel point il est heuristique de rentrer dans les détails des interactions entre groupes sociaux et politiques, ainsi que d’explorer les temporalités propres aux diverses arènes, qui diffractent différemment les processus objectifs d’ouverture et de fermeture, et expliquent les différentiels de perception.

À la limite, par conséquent, c’est le rapprochement de ces situations contrastées qui suscite les questionnements spécifiques au devenir-restauration et qui incite à tenir compte de ces interactions et temporalités situées. Pour opérationnaliser cette approche, nous optons pour une démarche de sociologie événementielle, combinée à l’hypothèse « continuiste » chère à Michel Dobry 46.

Devenir-restauration : une opérationnalisation sociologique

En nous appuyant sur les travaux de William H. Sewell, notre parti pris est de considérer les moments de devenir-restauration comme des moments au cours desquels se produisent un ou plusieurs événements qui transforment significativement les structures « en constituant et donnant du pouvoir à de nouveaux groupes d’acteurs, ou en redonnant d’une autre façon du pouvoir à des groupes existants 47 ». Parler de restauration véhicule, intentionnellement ou non, l’idée que les événements n’auraient pas beaucoup d’importance par rapport aux « processus recteurs » plus profonds. L’humour populaire au Maroc le dit autrement : « Ce n’est pas la peine de faire la révolution, car une révolution c’est un tour sur soi-même. Regardez en Tunisie, tout repose sur la Constitution, et ils sont revenus à la Constitution ; en Égypte, sur l’armée et revoilà le régime militaire ; alors, nous, au Maroc, on sait déjà qu’on retombera sur le Roi ! » Mais la blague fataliste ne peut être prise pour argent comptant.

La perspective sociologique événementielle suppose que la séquence temporelle des faits survenus a une importance pour l’interprétation des processus sociaux à l’œuvre au cours de ce moment-restauration. L’analyse gagne alors à prendre la forme d’une narration causale qui consiste à reconstituer des trajectoires et leurs inflexions au cours du temps, sans présupposer de clôture temporelle. C’est un moyen concret d’opérationnaliser la mise en garde deleuzienne : si le présent se dérobe et que le devenir-restauration « ne supporte pas la séparation ni la distinction de l’avant et de l’après », alors la production de narrations heuristiques peut permettre de dégager d’autres points d’inflexion des trajectoires et/ou d’enchevêtrement de temporalités, qui produisent le mécanisme de forclusion. Plus que l’arrivée au pouvoir d’al-Sissi en juillet 2013, dans les universités égyptiennes, c’est, selon F. Ramzy, la démobilisation des étudiants Frères musulmans en janvier 2015 qui entraîne le changement de perceptions et de stratégies des groupes contestataires concurrents. A. Boutaleb situe quant à elle le point d’inflexion du leadership présidentiel égyptien non pas lors de la destitution du président Morsi à l’été 2013, mais lors de la compétition électorale du printemps 2012. Si ce moment consacre la victoire de ce dernier, en même temps il sape déjà les bases de son autorité puisque la compétition en fait un « vainqueur des élections » et non un « appelé du peuple ». En Tunisie, comme le montre E. Klaus à travers le cas de l’Agence Tunis Afrique Presse, l’alternance politique qui se produit avec la victoire électorale du parti islamiste Ennahda en octobre 2011 et la formation d’un nouveau gouvernement marque, en interne à l’Agence, la fin des espoirs de réforme et la confortation des positions des « anciens », bien avant l’élection d’Essebsi à la présidence. En banalisant les césures qu’introduisent les coups d’État ou les réélections d’anciens dirigeants, en ne posant pas a priori qu’elles distinguent nettement un avant d’un après (mais sans l’exclure a posteriori), il s’agit finalement d’appréhender ces séquences sans exceptionnalisme méthodologique, c’est-à-dire de mettre en œuvre l’hypothèse continuiste et de restituer les logiques de situation des acteurs au cours de ces séquences.

Bref, que se passe-t-il dans ces moments de tiraillements ? Précisément, la forclusion de l’illusio conjoncturelle produit une première série d’incertitudes quant aux perceptions de « ce qui se passe ». Bien que la thématique du désenchantement et de la fatalité ait souvent été soulignée par les travaux répertoriés dans la première partie de ce texte, force est de constater qu’elle a rarement été traitée en tant que telle. Le joli titre de l’ouvrage de Guy Hermet, Les désenchantements de la liberté, en dit finalement assez peu sur le contenu lui-même. Quels sont les effets des processus de désillusion sur les modes d’énonciation du politique ? La seconde série d’incertitudes est relative à l’ébranlement des routines et des règles qui cadrent les logiques d’action des acteurs. Cet ébranlement est provoqué par la conjonction de l’effervescence pluraliste et de l’exacerbation des pratiques autoritaires. Dans le « retour à l’ordre », les cartes sont en fait largement rebattues, les « joueurs » se repositionnent et les règles sont renégociées.

Fatalité et potentialités : ce que la désillusion fait aux énonciations du politique

Comme l’a bien montré M. Dobry, il est possible de caractériser les situations d’effervescence pluraliste par « l’incertitude structurelle 48 » induite par les difficultés qu’ont les protagonistes, en conjoncture fluide, à procéder à des évaluations, à anticiper les « coups » que vont jouer les autres acteurs. À cette incertitude structurelle, se combine ce que Michel Camau appelle quant à lui la rupture de « l’ignorance pluraliste » spécifique aux régimes autoritaires : les préférences et les opinions « privées », d’ordinaire dissimulées sous les apparences d’un consensus public, se mettent tout à coup à devenir visibles 49 . Cette combinaison entre incertitude et dévoilement rend difficile les calculs, mais engendre une confiance partagée dans les possibilités d’agir – confiance qui nourrit les mobilisations ou d’autres formes de participation.

À l’inverse, la forclusion de l’illusio conjoncturelle correspond au brouillage de la confiance des acteurs en l’existence de possibilités d’action. Les moments de restauration combinent incertitude structurelle et invisibilisation de la distribution des préférences et des opinions propre à l’ordre autoritaire. Cette invisibilisation a certainement partie liée avec l’image réduite et simplifiée de la distribution des opinions que donnent les coups d’État réussis ou les résultats électoraux paraissant rétablir une hégémonie (« retour des anciens »). Elle a pour effet de plomber la confiance des acteurs dans la fluidité du jeu – et donc dans les possibilités qu’il offre – alors même que parfois la conjoncture demeure objectivement fluide et que les potentialités d’action sont vivaces. Telle serait donc la particularité des « lendemains qui déchantent » : le paradoxe entre érosion de la confiance et permanence des potentialités. Celui-ci nourrit une impression de fatalité tout en produisant des modes spécifiques d’énonciation du politique qui transforment la configuration. Il faut donc prendre au sérieux ses formulations émiques, souvent énoncées simultanément par les militants révolutionnaires en Égypte comme en Tunisie, selon lesquelles « tout ça n’a servi à rien » mais que « rien ne sera jamais plus comme avant ». Toute une série d’interrogations se posent au chercheur : que deviennent, dans les moments de forclusion, les processus de libération de la parole et d’intenses délibérations enclenchés durant la séquence d’effervescence pluraliste ? Quelles combinatoires se créent dans la conjonction entre ces dynamiques d’expression et la contraction coercitive des contestations ? En quoi le flottement propre à ces moments reconfigure-t-il les catégories de perception et de jugement de ce qui est autorisé, légitime, juste, crédible, vrai, possible ? Quelles temporalités conflictuelles (perceptions de l’urgence de l’action ou à l’inverse attente…) sont engendrées par ce flottement ? Comment les événements sont-ils réinterprétés et réappropriés pour construire un récit de ce qui se passe et tenter de donner un sens à l’Histoire ? Comment, par exemple, comprendre l’effet de substitution consistant à projeter des espoirs et des regrets sur le leader d’hier ou d’avant-hier ? Quelles reconfigurations produisent les expressions répétées et multiples des désillusions ? Comment, par exemple, le cynisme, le « complotisme » ou le « réalisme » deviennent-ils des modes énonciatifs privilégiés du politique ? De façon singulière, ces registres ne sont pas uniquement investis par des acteurs contestataires ou des gouvernés déçus : les dirigeants, journalistes, universitaires, experts internationaux et gouvernants des puissances étrangères y ont recours, selon des modalités variées, pour produire un récit de ce qui se passe et, partant, de ce qui peut se passer à l’avenir. Un puissant exemple en est le discours sur la stabilité, sur le retour au calme, survenant comme la seule option rationnelle après une période de « troubles » qu’il faudrait bien clôturer. La désillusion peut alors se décliner au négatif (déception) ou au positif (retour au « rationnel », loin des utopies irréalistes qui seraient porteuses de chaos). Il est particulièrement intéressant d’explorer la façon dont ce registre positif de la désillusion comme retour au « rationnel » peut s’articuler aux efforts du nouveau régime pour faire usage des commémorations et des martyrs, ou créer de nouveaux symboles, célébrations, images de « foules en liesse 50 », afin de produire un imaginaire de changement dans l’ordre restauré.

Les articles ici réunis apportent plusieurs éléments de réponse à ces questionnements, sans forcément les épuiser. Analysant les recompositions du leadership en Égypte, Assia Boutaleb aborde la question du mélange des discours sur le retour au calme et de l’évocation nostalgique du passé. Elle met au jour comment la capacité des dirigeants à « raconter une histoire » fait d’eux des leaders charismatiques, s’articule à des configurations « d’impasse politique dont la sortie n’est possible qu’avec une figure présidentielle forte ». Au lendemain du coup d’État du 3 juillet 2013 par lequel il destituait le président Mohammed Morsi élu un an plus tôt, le général al-Sissi se met en scène aux côtés d’une pluralité de personnalités politiques et religieuses aux orientations très variées – allant des salafistes à certains leaders de la gauche. Il « opère un cadrage de l’événement de la destitution sous l’angle du retour au calme et, quelque part, de la refondation d’un ordre politique stable » alors même que la répression s’abat sur des milliers de personnes dans le pays, et qu’une guerre civile qui ne dit pas son nom démarre dans une partie du territoire – le Sinaï – tenue loin des médias. Tandis que le président islamiste n’est pas parvenu à s’ajuster au « costume présidentiel », notamment parce qu’il n’arrivait pas à imposer sa capacité narrative même à son propre camp, al-Sissi renoue avec « les grands récits historiographiques nationalistes » en jouant avec emphase le rôle du soldat au service de sa nation. Mais, d’une certaine manière, ce sont les déboires narratifs du premier, dans la configuration de crise racontée comme une impasse par de nombreux acteurs, qui permettent la virtuosité du second, lequel n’a, au fond, que peu d’attributs charismatiques propres. On retrouve la nécessité de réhabiliter l’héritage du leader d’avant-hier, al-Sissi se posant comme le descendant de Nasser et Sadate 51  – Moubarak étant significativement évacué de la lignée.

Cette promotion du discours du retour au calme et aux fondamentaux de l’histoire nationale s’accompagne d’une dévalorisation de l’événement révolutionnaire en Égypte. Celui-ci est décrié par le régime en place et les médias qui le soutiennent comme une grande illusion, un complot fomenté par les Frères musulmans ou par des puissances étrangères. Or, comme le montre Farah Ramzy dans sa contribution, les militants étudiants qui font face à la désillusion – « tous les espaces sont fermés » – trouvent dans les stratégies de sauvegarde de « l’esprit révolutionnaire » une façon de poursuivre leurs actions. Documenter l’événement, « patrimonialiser l’expérience » constituent des manières d’affronter le désenchantement en œuvrant à ce que « les prochaines générations d’étudiants ne partent pas de zéro ». Ainsi, alors que les précédentes générations avaient échoué à transmettre, qu’elles étaient devenues des « mort-nés », ceux qui se pensent comme la génération du 25 janvier se revendiquent de ce passé militant tout en refusant de commettre la même erreur. La mémoire révolutionnaire devient moins un refuge nostalgique que le vecteur d’une action à venir – et protège singulièrement de la démobilisation.

Cette dynamique de la déception/démobilisation, dont on voit bien qu’elle n’est pas automatique, est également examinée par Enrique Klaus à partir du cas des acteurs de l’Agence Tunisie Afrique Presse. L’auteur analyse tout d’abord la façon indirecte dont l’euphorie révolutionnaire touche finalement ce bastion de l’ordre médiatique du régime Ben Ali : c’est par peur des représailles que les agenciers, confinés, vivent ensemble le moment révolutionnaire, « naviguent à vue » en craignant pour leur sort, puis se saisissent d’une affaire contre un magnat des médias proche de la clique du président déchu pour engager une rupture avec l’ordre ancien. Ce coup d’éclat ouvre une « parenthèse enchantée et enchanteresse », qui n’est paradoxalement possible que parce que l’ancien P.-D.G. est maintenu à la tête de l’agence, mais la baisse justement, sa tête, essayant de se faire oublier pour ne pas se la faire couper, ce qui laisse champ libre à des agenciers porteurs de demandes de réforme. La forclusion de l’illusio conjoncturelle se produit au fur et à mesure que ces derniers voient leurs requêtes rester lettres mortes et ouvrent petit à petit les yeux sur le faible renouvellement des cadres dirigeants – ce qu’ils semblaient étrangement ne pas voir pendant la parenthèse enchanteresse. C’est alors l’exit qui prime, dès janvier 2012, de façon prématurée, comme si le « hors délai » était en avance sur le temps politique du pays.

Le texte de Jean-Marcellin Manga et Alexandre Mbassi sur les (post-) manifestations au Cameroun nous invite à explorer plus avant les effets de la temporalité sur les perceptions changeantes des possibles et des impossibles. Dans le temps long, les auteurs mettent en évidence les jeux de trompe-l’œil pratiqués autour du droit à manifester depuis 1992 au Cameroun, tant par les représentants du pouvoir local que par les manifestants, selon des modalités différentes, bien sûr, mais qui se font miroir. Le discours sur « l’ordre public » des autorités se teinte d’une interprétation infantilisante des manifestants qui formeraient une « société civile » illusoire alors qu’ils ne seraient que « voyous et casseurs », « marchands d’illusions » usurpant le droit à manifester. Le registre positif de la désillusion – au sens de dévoilement de la réalité des choses – bat son plein, tout en fabriquant sa propre illusion démocratique. Symétriquement, les manifestants font mine de se leurrer de cette illusion, de croire donc que l’illusio pluraliste n’est pas forclose, car il s’agit là de la stratégie la plus payante : se comporter selon cette attente infantilisante, dire « merci à Biya », et « en demander deux fois plus ». À l’inverse, les manifestants qui ne feignent pas l’illusio de l’illusion éprouvent de plein fouet les signes de la forclusion. Qu’ils tentent de se mobiliser, qu’ils y parviennent parfois, ne change rien à l’affaire.

Immuabilité et mobilités : ce que le retour à l’ordre change à l’ordre autoritaire

Les moments de restauration sont, par excellence, ceux où se définissent les règles du jeu politique alors que celles-ci sont encore un enjeu publicisé (ce qui en situation autoritaire routinière est moins visible, lisible ou accessible à la majorité). C’est le moment où les lignes rouges sont en train d’être tracées, où des marges de manœuvre, des frontières et des interdits sont en cours de fixation. C’est aussi une période de purge dans les rangs de ceux que l’on considère comme étant de l’ancien régime, et simultanément d’émergence, appelée de ses vœux dans la crise précédente, de nouveaux profils de recrutement (pour faire face et incarner le « changement », la « révolution » ou la « transition »). L’intérêt de regarder ces situations hybrides tient donc au fait que ce sont des moments de fixation des nouvelles règles (formelles-informelles) et de nouveaux ordres qui autorisent ou non les acteurs à tenter des coups. La question de recherche devient dès lors : qu’est-ce que ces nouvelles règles, en train de se fixer, font aux acteurs de l’ancien régime et aux nouveaux challengers, et qu’est-ce que la permanence des modes de gouvernement fait aux nouveaux et… aux anciens ?

En effet, l’erreur classique consiste à considérer que les mêmes acteurs, parfois les mêmes individus, sont les acteurs du même jeu. En deçà de la cooptation des « grands » ou des gestes symboliques centraux de la restauration (libération des prisonniers, amnistie, « cadeaux » pour la réhabilitation des « anciens », etc.), la focale doit être mise aussi sur les mobilités politiques, souvent imperceptibles si l’on en reste à un discours englobant. Nous faisons ainsi l’hypothèse que, derrière la façade de la restauration et son impression d’immuabilité, se trament de multiples repositionnements, nouveaux répertoires et pratiques politiques qu’il est primordial d’étudier pour la compréhension de l’ordre politique en train de se constituer. Les mêmes personnes ne sont pas les acteurs de la même chose ou, pour le dire autrement, les tenants du pouvoir formel sont (partiellement) les mêmes mais ils ne jouent pas la même partition.

Là encore, toute une série de questions s’offrent à nous : quelles ressources sont valorisées dans les processus de reformation – ou de mutation – des routines et des règles ? Quels profils sociologiques, quels réseaux et groupes affinitaires (sectaires, tribaux, régionaux, professionnels ou liés à des parcours particuliers de socialisation), quelles générations tirent leur épingle du jeu, et au détriment de quels autres ? Que dire, par exemple, des styles d’hommes ou de femmes publics que la nouvelle donne rend saillants dans le bloc historique en reconstitution, à l’instar du député salafiste moderne et télégénique 52 , de l’entrepreneur émergent ou de la cheffe d’association de quartier devenus icônes du « nouveau développement », ou encore des figures artistiques et sportives qui fondent un nouveau récit de légitimation ? Il est également intéressant d’étudier les phénomènes de règlement de comptes, voire de vengeances, que l’opportunité politique nouvelle rend possible : des segments professionnels au cœur du régime (police, armée) qui se livrent à des luttes plus ou moins frontales, ou encore des jalousies historiquement nourries entre groupes ou personnalités des partis au pouvoir ou de l’ancienne opposition. On peut encore utilement penser, dans cette perspective sur la renégociation des règles, aux nombreux « faits accomplis » que l’effervescence pluraliste a permis et sur lesquels le nouveau régime essaie ou non de revenir : comment par exemple sont renégociés les illégalismes caractéristiques de « l’empiétement silencieux » (quiet encroachment)53 , ces résistances quotidiennes qui défient l’ordre établi et la répression, et qui se sont intensifiées pendant la séquence d’effervescence (petits commerces sans licence, vendeurs ambulants…) ?

Sur ces aspects aussi, les contributions à ce numéro livrent de précieux éclairages. En Égypte, l’intensité des débats sur les lois électorales et leur juridicisation montrent à quel point les règles deviennent le support des règlements de compte : comme l’écrit A. Boutaleb, « les batailles se jouent dans les tribunaux, notamment sur la question de la constitutionnalité de la loi électorale qui aboutit à la dissolution de l’Assemblée nationale, ou encore sur la question de la loi d’ostracisme des piliers de l’ancien régime ». Ironiquement, alors que l’élection présidentielle au suffrage universel est la seule règle qui fasse consensus, elle ne parvient pourtant pas à normer l’institution du leader présidentiel : celui qui « tire son épingle du jeu », qui s’ajuste au rôle institutionnel, c’est celui qui, précisément, se soustrait à la compétition électorale et à ses règles, se fait oublier comme candidat pour apparaître comme celui qui assume le pouvoir sans le revendiquer. Résistance de l’institution aussi, dans le cas de l’Agence TAP examinée par E. Klaus, en dépit, tout à la fois, de la profusion interne de nouvelles procédures proposées par le « comité de réforme » et du changement constitutionnel environnant. Cette activité normative se heurte aux habitus professionnels transmis d’une génération d’agenciers à l’autre et aux poids des structures organisationnelles, qui tendent à reconduire le modèle de « l’agence boîte postale » de la période bénaliste. Plus encore, le changement des règles du jeu – comme la dissolution des organes de propagande de l’ancien régime – entraîne, en interne à la TAP, le retour, au sens propre, d’agenciers précédemment promus et détachés à des postes d’influence. Réintégrés à la TAP, ils jouent une nouvelle partition : c’est désormais au sein de cette institution, et non pas en détachement ailleurs, qu’il leur faut reconstruire des positions de pouvoir… quand le détachement devient, à l’inverse, le lieu de « l’exit » des réformateurs déçus.

Au Cameroun, J.-M. Manga et A. Mbassi interrogent les pratiques de détournement de la règle sur les manifestations publiques. Bien que la loi, issue de l’effervescence pluraliste de 1991, prévoie que les manifestations doivent faire l’objet d’une déclaration préalable – et non d’une autorisation préalable –, les sous-préfets mettent leur véto à la plupart des demandes qu’ils reçoivent. Mais ils s’emploient à maintenir la fiction d’une effectivité de la règle pluraliste, en justifiant les interdictions qu’ils prononcent par le souci du respect « des institutions politiques » et de « l’État de droit ». Chaque dépôt de demande, chaque interprétation de la règle, engendre une intense activité procédurale et met en jeu des rapports de force avec les gouvernés, mais aussi entre les sous-préfets et leurs hiérarchies. Les acteurs protestataires ne sont pas en reste pour se saisir de l’espace de ruse qu’ouvre le droit et obligent de plus en plus souvent les sous-préfets à répondre de leurs décisions devant les juges. La règle, même instituée depuis plus de 20 ans, est donc toujours en renégociation et permet aux manifestants d’imposer des « faits accomplis », comme dans l’exemple décrit du cortège funèbre de Charles Ateba Eyené, déclaré comme tel en amont mais transmué, au cours de l’action, en épreuve de force avec le régime.

L’approche narrative et comparatiste pour laquelle nous optons dans ce dossier vise à parer tant aux écueils de la téléologie démocratique qu’à ceux de la téléologie autoritaire. La première reprend les illusions, maintes fois critiquées mais toujours attractives, des « consolidologues » qui font de la tenue de deux scrutins « transparents » et d’une alternance le critère comptable d’une démocratisation aboutie 54 . La seconde voudrait que, si consolidation il y eut, avec les « Printemps arabes » par exemple, ce fut seulement celle des oligarchies sécuritaires et néolibérales assurant depuis des décennies la « résilience » autoritaire dans la région. Au contraire, ce dossier analyse « les formes nouvelles en gestation 55» dans le présent pluriel des moments de restauration.

Ces moments relèvent des fausses évidences. En les abordant comme des moments de tiraillement et en prenant au sérieux ce qu’il s’y passe, on se retrouve confronté aux incertitudes que soulèvent ces « lendemains qui déchantent ». Une sociologie des acteurs, des trajectoires et des situations en train de se produire sans fixation mécanique d’un avant et d’un après… telle est la proposition épistémologique de ce travail. La démarche adoptée ici nous a conduits à repérer, au gré des narrations analytiques, une analogie centrale : les devenir-restaurations sont des moments de forclusion de l’effervescence pluraliste qui a marqué des séquences précédentes. Ces dynamiques complexes ont pu être saisies à la croisée de deux axes d’analyse, l’un portant sur les processus de désillusion, l’autre sur la renégociation des règles.

Enfin, faut-il le préciser ? Ce dossier se veut programmatique et, d’une certaine manière, en devenir. Il n’épuise bien entendu pas les questions des « changements politiques 56 » qui échappent à la « fin de l’histoire ». Contrairement aux théories libérales des années 1980 qui visaient à interpréter l’histoire de la fin des deux blocs comme une victoire idéologique et pratique de la démocratie libérale occidentale, la réalité contemporaine nous donne à voir une multiplication des situations politiques hybrides et versatiles, caractérisées par des dynamiques autoritaires, autant que par des mobilisations populaires et des expérimentations démocratiques. Si les travaux, aujourd’hui nombreux, sur l’hybridation des régimes ont permis des avancées importantes, l’élaboration d’outils conceptuels plus spécifiques reste nécessaire pour analyser plus précisément ces revers de l’histoire. Ainsi, l’entreprise de conceptualisation des moments de restauration que propose ce dossier cherche à ouvrir la voie à un travail analogue sur les « dérives » ou « resserrements » autoritaires non immédiatement consécutifs à des effervescences pluralistes dans des situations plus ou moins démocratiques (cas du Bénin 57 , du Botswana 58 , de la RDC 59 , de l’Éthiopie 60 , de la Hongrie, de la Turquie 61 …). De même, il faudrait interroger la spécificité des situations de guerres faisant suite à de telles séquences d’effervescence et dans lesquelles, qu’on le voie ou non, des processus politiques concomitants à la violence sont à l’œuvre (Libye, Yémen). Enfin, la montée des extrêmes droites, nationalismes et populismes en tout genre, en Europe, en Russie, aux États-Unis ou en Inde, doit certainement faire l’objet d’une réflexion qui dépasse les aires géographiques afin de comprendre en quoi elle se rapproche, ou s’écarte, des « dérives autoritaires » évoquées ci-dessus. Autant de points de départ à des histoires sociologiques qui permettrait de diffracter la geste autoritaire actuelle dans sa pluralité, et peut-être de trouver des termes plus adéquats pour la qualifier.

 

  1. C. Christen-Lécuyer et E. Fureix, « Introduction », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 35, 2007, p. 10. []
  2. J.-Y. Mollier, M. Reid et J.-C. Yon (dir.), Repenser la Restauration, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 9. []
  3. Nous reprenons ce concept de Gramsci en référence aux usages qu’en ont fait Richard Banégas (La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003), ou Michel Camau et Vincent Geisser (Le syndrome autoritaire : politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003). Pour ces derniers, examinant le cas tunisien, le bloc historique reposait sur l’interdépendance profonde des élites sectorielles et sur « l’infrastructure centrale du système », par définition intersectorielle, formée par le « Palais », l’appareil sécuritaire, l’armée et le milieu des affaires. Loin d’en livrer une image figée, fidèle à la « surface immobile » que le bloc historique entendait donner de lui-même, les auteurs soulignaient les multiples et conflictuelles mobilités qui le traversaient. []
  4. Voir M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, Paris, Presses de Sciences Po, 2015. []
  5. R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie », Politique africaine, 2009, n° 114, p. 5-23. []
  6. Pour une analyse centrée sur les médias, voir M.-S. Frère, « Silencing the Voice of the Voiceless : The Destruction of the Independent Broadcasting Sector in Burundi », African Journalism Studies, vol. 37, n° 1, 2016, p. 137-146. []
  7. M. Camau et G. Massardier (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, 2009. []
  8. Nous suivons ainsi Michel Dobry dans sa critique de « la logique classificatoire ». Ce dernier mettait en garde contre l’idée que penser équivaudrait à classer, et que l’attribution (ou le retrait) des étiquettes constituerait la seule question de recherche légitime. Voir M. Dobry, « La thèse immunitaire face aux fascismes. Pour une critique de la logique classificatoire », in M. Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003 : « [Cette] opération intellectuelle, qui peut paraître anodine, mais qui en réalité sous-tend l’ensemble de [l’interprétation historique de la “thèse immunitaire” face au fascisme] consiste avant tout dans le simple acte de classer, classer tel mouvement ou tel courant politique dans la catégorie “fascisme” – ou “fascisme authentique” – et classer tel autre mouvement ou courant en dehors de cette catégorie, en faisant passer entre les phénomènes ainsi catégorisés une frontière nette. La pente de cette logique intellectuelle est par ailleurs d’attribuer aux phénomènes ainsi classés, c’est-à-dire séparés et opposés, des différences de “nature” ou d’“essence” », p. 17. []
  9. Ibid., p. 66. []
  10. J.-F. Bayart, « Note sur la notion de restauration autoritaire », correspondance personnelle avec les auteurs, 19 septembre 2016. []
  11. J.-F. Bayart, « France-Afrique : la fin du pacte colonial », Politique africaine, n° 39, 1990, p. 47-53 ; « France-Afrique : aider moins pour aider mieux », Politique internationale, n° 56, 1992, p. 141-159. []
  12. G. O’Donnell et P. C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule. Tentative Conclusions about Uncertain Democracies, Baltimore/Londres, John Hopkins University Press, 1986. []
  13. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. “La Baule, et puis après ?” », Politique africaine, n° 43, 1991, p. 5-20. []
  14. J.-F. Bayart, S. Ellis et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997. []
  15. J.-F. Bayart, « La politique africaine de la France : de Charybde en Scylla ? », Politique africaine, n° 49, 1993, p. 133-143 ; du même auteur, « Réflexions sur la politique africaine de la France », Politique africaine, n° 58, 1995, p. 41-50. []
  16. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire… », art. cité, p. 17-18. []
  17. J.-F. Bayart, « L’Afrique invisible », Politique internationale, n° 70, 1995-1996, p. 291. []
  18. Ibid., p. 292. []
  19. Voir aussi la formulation plus synthétique de ce paradigme proposée dans un texte ultérieur, J.-F. Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », Pouvoirs, n° 129, 2009, p. 34-36. []
  20. A. Mbembe, « Épilogue. Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere et P. Konings (dir.), Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, 1993, p. 373. Voir aussi : sur les inconséquences de la diplomatie française dans la crise togolaise, J. Heilbrunn et C. Toulabor, « Une si petite démocratisation pour le Togo… », Politique africaine, n° 58, 1995, p. 85-100 ; sur les exacerbations des structures dédoublées et des pratiques criminalisées, P. Quantin, « Congo : transition démocratique et conjoncture critique », in J.-P. Daloz et P. Quantin (dir.), Transitions démocratiques africaines : dynamiques et contraintes (1990-1994), Paris, Karthala, 1997, p. 139-191 ; S. Randrianja, « Madagascar : entre restauration autoritaire et réseaux mafieux », L’Afrique politique 1997. Revendications populaires et recompositions politiques, Paris, Karthala/CEAN, 1997, p. 21-38 ; et sur l’ethnicisation des rapports politiques et sociaux, R. Otayek, « L’Afrique au prisme de l’ethnicité : perception française et actualité du débat », La revue internationale et stratégique, n° 43, 2001, p. 129-142. []
  21. Ces partitions renvoient aux trois autres concepts qui complètent chez J.-F. Bayart celui de restauration autoritaire et qui ont tout autant, sinon plus, été investis par l’auteur pour analyser les rapports entre autoritarisme, révolution, libéralisation et démocratisation : celui de situation thermidorienne (processus de libéralisation ambivalente des régimes autoritaires nés d’une révolution populaire ; voir J.-F. Bayart, « Le concept de situation thermidorienne : régimes néo-révolutionnaires et libéralisation économique », Questions de recherche, n° 24, mars 2008, Paris, Ceri/Sciences Po), celui de révolution passive (processus d’instauration de « dictatures sans hégémonie » ; J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989 ; J.-F. Bayart et R. Bertrand, « Avant-propos », in R. Banégas, J.-F. Bayart, R. Bertrand, B. Hibou, F. Mengin et J. Meimon, Legs colonial et gouvernance contemporaine, Volume II, Paris, Fasopo, décembre 2006, p. 4-12) et celui de révolution passive démocratique (processus de démocratisation sans rupture avec les régimes autoritaires). Cette dernière notion a été élaborée par Richard Banégas, à partir de l’étude de la transition politique béninoise des années 1990, pour montrer comment celle-ci s’est opérée sur le mode « d’une assimilation réciproque des élites anciennes et nouvelles, de la cooptation et des transactions collusives entre acteurs issus de diverses générations et strates sociales, collusions facilitées par le “nomadisme” partisan, la corruption grandissante et la marchandisation électorale ». Mais si continuité il y a, elle ne signifie en aucun cas immobilisme, puisque les « matrices morales du pouvoir » sont bien modifiées et mises en cause dans ce processus. Voir R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon…, op.cit. ; « L’autoritarisme à pas de caméléon ? Les dérives de la révolution passive démocratique au Bénin », Afrique contemporaine, n° 249, 2014, p. 99-118. []
  22. J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Politique africaine, n° 133, 2014, p. 175. []
  23. R. Buijtenhuijs, Transition et élections au Tchad, 1993-1997. Restauration autoritaire et recomposition politique, Paris, Karthala/ASC, 1998. []
  24. M. Gazibo, « La vertu des procédures démocratiques. Élections et mutation des comportements politiques au Niger », Politique africaine, n° 92, 2003, p. 145-156. []
  25. En 2006, M. Hilgers et J. Mazzochetti soulevaient une question similaire : le rétablissement du pouvoir de Blaise Compaoré et la marginalisation de l’opposition politique institutionnelle en 2005, à la suite des révoltes liées à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo (1998), pouvaient-ils « pour autant réduire une opposition de conscience, une opposition populaire présente dans les pratiques quotidiennes ? ». Voir M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, n° 101, 2006, p. 5-18. []
  26. D. Péclard, « Les chemins de la “reconversion autoritaire” en Angola », Politique africaine, n° 110, 2008, p. 5-20. []
  27. A. Aterianus-Owanga et M. Debain, « “Demain, un jour nouveau ?” Un renversement électoral confisqué au Gabon », Politique africaine, n° 144, 2016, p. 157-179. []
  28. Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une “illusio” postcoloniale ? », Politique africaine, n° 75, 1999, p. 131. On retrouve certaines dimensions du paradigme de J.-F. Bayart lorsque l’auteur évoque l’exacerbation des pratiques de l’homo manducans, la vampirisation et la criminalisation de l’État, ou encore le transformisme à l’œuvre dans le renouvellement des élites. []
  29. Ibid., p. 132. []
  30. Ibid., p. 133-134. []
  31. Ibid., p. 135. []
  32. Cette piste a en partie été reprise par R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État… », art. cité. []
  33. Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie… », art. cité, p. 136. []
  34. G. Hermet, Les désenchantements de la liberté. La sortie des dictatures dans les années 1990, Paris, Fayard, 1993, p. 170-171. []
  35. A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20. []
  36. « Une certaine forme d’adhésion au jeu, de croyance dans le jeu et dans la valeur des enjeux qui fait que le jeu vaut la peine d’être joué, est au principe du fonctionnement du jeu, et […] la collusion des agents dans l’illusio est au fondement de la concurrence qui les oppose et qui fait le jeu lui-même. Bref, l’illusio est la condition du fonctionnement d’un jeu dont elle est aussi, au moins partiellement, le produit ». P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, 1991, p. 22-23. []
  37. G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, 1969 (version électronique 2013), p. 9-10. []
  38. Ibid. []
  39. Ibid. []
  40. Ibid., p. 12. []
  41. Ibid., p. 11. []
  42. Ibid., p. 11. []
  43. L. Sawaf, « The Armed Forces and Egypt’s Land », Madamasr, 26 avril 2016. []
  44. H. Bahgat, « Anatomy of an Election. How Egypt’s 2015 Parliament Was Elected to Maintain Loyalty to the President », Madamasr, 14 mars 2016. L’auteur, militant des droits de l’homme, a fait l’objet de plusieurs arrestations en raison de ses travaux d’investigation sur l’armée. []
  45. M. A. Garretón, La posibilidad democrática en Chile, Santiago, Flacso, 1989 ; O. Dabène, « Enclaves autoritaires en démocratie : perspectives latino-américaines », in O. Dabène, V. Geisser et G. Massardier (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle, Paris, La Découverte, 2008, p. 89-112 ; A. Allal et V. Geisser, « La Tunisie de l’après-Ben Ali », Cultures & Conflits, n° 83, 2011, p. 118-125. []
  46. M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 [3e édition]. []
  47. W. H. Sewell, « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Bessin, C. Bidart et M. Grossetti (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140. []
  48. M. Dobry, Sociologie des crises politiques…, op. cit., p. 133. []
  49. « La distribution des opinions et dispositions n’[y] est connue de personne. Les individus opposés au régime croient que la plupart des autres y sont favorables ou l’acceptent alors même qu’en réalité la majorité peut y être hostile. Il en résulte, sauf chez une minorité d’opposants résolus, en butte à la répression, une inclination au mutisme, qui contribue au maintien du statu quo et nourrit un sentiment d’impuissance ». M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, vol. 8, 2012, p. 27-47 ; voir aussi T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Harvard University Press, 1995. []
  50. N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations. Les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n° 12, 2001, p. 143-159. []
  51. Des affiches, diffusées un peu partout en Égypte, montrent les portraits des trois hommes sous-titrés par le proverbe suivant : « hadha al-shibl min dhak al-asad », littéralement « Ce lionceau tient de ce lion » ou « Il en est le portrait tout craché ». []
  52. Voir par exemple les travaux de Stéphane Lacroix sur le salafiste Emad Abd al-Ghaffour, président du parti al-Nour en Égypte, nouvel entrant du bloc historique : S. Lacroix, « Sheikhs and Politicians : Inside the New Egyptian Salafism », Policy Briefing, Washington, Brookings Institution, juin 2012. []
  53. A. Bayat, « Un-Civil Society : The Politics of the “Informal People” », Third Word Quarterly, vol. 18, n° 1, 1997, p. 53-72. []
  54. S. Huntington, The Third Wave : Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, University of Oklahoma Press, 1991. []
  55. S. Heydemann, « La question de la démocratie dans les travaux sur le monde arabe », Critique internationale, n° 17, 2002, p. 62. []
  56. M. Camau, « Changements politiques et problématiques du changement », Annuaire de l’Afrique du Nord 1989, tome 28, Paris, Éditions CNRS, 1991, p. 3-12. []
  57. R. Banégas, « L’autoritarisme à pas de caméléon… », art. cité. []
  58. I. Taylor, « Le Botswana face à la montée de l’autoritarisme », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 116-129. []
  59. F. Polet, « Kinshasa, les 19, 20 et 21 janvier 2015. Une révolte démocratique », Revue Tiers Monde, n° 228, 2016, p. 23-43. []
  60. J.-N. Bach, « L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ? », Politique africaine, n° 142, 2016, p. 5-29. []
  61. A. Insel, « Turquie : la dérive autoritaire », Esprit, n° 3, 2016, p. 13-16. []

Séminaire du CERI : Angola 2017 : l’hégémonie du MPLA à l’épreuve des urnes

Mardi 3 octobre | 11h00

Table ronde organisée dans le cadre du Groupe de recherche « Afrique : citoyenneté, violence et politique », en partenariat avec la revue Politique africaine

avec

Ricardo Soares de Oliveira, Oxford Universty, chercheur associé au CERI

Didier Péclard, Université de Genève, co-rédacteur en chef de Politique africaine

Chloé Buire, CNRS-Les Afriques dans le Monde, Bordeaux

Discutante : Juliana Lima, Université Paris 1

Modérateur : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Responsable scientifique : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Credit photo : Brandan Reynolds,  avec l’aimable autorisation de l’auteur

CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle de conférences

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (ci-dessous)

En cas de difficulté, vous pouvez vous enregistrer sur http://www.sciencespo.fr/ceri/evenements/

N° 145 – Raisons et imaginaires de la planification

Parler de planification à propos de l’Afrique contemporaine peut paraître anachronique. Pourtant, la poursuite des objectifs internationaux de développement n’a pas seulement favorisé la généralisation des procédés néolibéraux de la Nouvelle gestion publique, elle a aussi induit le recours à des outils qui rappellent l’ingénierie du développement employée depuis le colonialisme tardif. La figure de l’État planificateur est un horizon de pensée : mémoire de l’État bienveillant, dénonciation de sa disparition ou appel au volontarisme développementaliste orientent les demandes d’État qui s’expriment dans les débats publics et les discours officiels. Des politiques de modernisation menées à l’indépendance au Kenya, en Côte d’Ivoire ou au Malawi à la gestion de l’urgence alimentaire en Éthiopie et aux exercices de prospective contemporains, ce dossier se penche sur la place centrale qu’occupent raisons et imaginaires de la planification dans le gouvernement de l’Afrique.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 5 à 26 – Introduction au thème, Planifier en Afrique, par Boris Samuel
Page 27 à 49Construire une nation d’agriculteurs : l’« homme économique » et l’attente du développement dans le Malawi postcolonial, par Geoffrey Traugh, Traduction de  Raphaël Botiveau
Page 51 à 63 – Entre les plans d’émergence sans vision et des visions sans émergence : la difficile appropriation par l’Afrique de ses trajectoires de développement, Entretien avec  Kako Nubukpo, Propos recueillis par  Boris Samuel
Page 65 à 83 – Temporalités des systèmes d’alerte précoce et extraversion de l’État éthiopien (2003-2016), par François Enten
Page 85 à 108 – Les statistiques comme mode de communication politique. Le cas des premiers plans de développement au Kenya, Daniel Speich Chassé, Traduction de  Raphaël Botiveau
Page 109 à 128 – Compter pour planifier : dénombrement de la population et « capitalisme d’État » en Côte d’Ivoire (1954-1967), par Louise Barré

RECHERCHE

Page 129 à 151 – Du fou rire au rire fou : Analyse historico-anthropologique d’une « épidémie de rire » en Tanzanie, par Ines Pasqueron de Fommervault

CONJONCTURE

Page 153 à 175 Proto-guerre et négociations. Le Mozambique en crise, 2013-2016, par Éric Morier-Genoud

LECTURES

Page 177 à 196 – Chronique bibliographique : Mandela à livres ouverts, par Benoît Dupin
Page 197 à 218 – Autour d’un livre, James Ferguson, Give a Man a Fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Durham/Londres, Duke University Press, 2015, xv et 264 pages, Coordonné par  Boris Samuel
Page 219 à 232 – Revue des livres
 

Planifier en Afrique

Depuis 2000, la lutte contre la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), remplacés par les Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, ont induit l’emploi d’une ingénierie planificatrice censée permettre un retour du volontarisme en matière économique et sociale en rupture avec la rigueur macroéconomique de l’ajustement structurel 1 . Après des décennies 1980 et 1990 dédiées à la privatisation et à la « décharge 2 », les interventions directes de l’État sont à nouveau au goût du jour. L’« inclusion », devenue un des nouveaux mots d’ordre des organisations internationales depuis les printemps arabes de 2011, se traduit par la mise en place de subventions à la consommation, de programmes d’emploi de jeunes chômeurs, de programmes de transferts sociaux aux « pauvres 3 ». Sur le plan économique, les bureaucraties étatiques font de l’attraction des investisseurs internationaux un enjeu prioritaire, et elles revitalisent en conséquence les directions, agences ou commissariats en charge de la promotion de l’investissement, lancent des programmes d’infrastructure, d’aménagement du territoire, de développement des communications, accompagnées en cela par les organisations internationales, qui ont remis l’investissement public au cœur de leur doctrine 4 .

Ces changements doivent être pris au sérieux. Alors que de nombreux observateurs considéraient que « tout changeait pour que tout reste pareil 5 » au moment où sonnait la fin officielle de l’ère de l’ajustement structurel, l’entrée dans le nouveau siècle a ouvert une période de pluralisation des pratiques et des discours économiques en Afrique. Les procédés néolibéraux de la « gestion axée sur les résultats » se sont généralisés dans la conduite des politiques publiques du continent. L’emploi de nouvelles techniques est susceptible de transformer les formes de la citoyenneté et de la justice sociale : des transferts publics sont désormais alloués à des individus identifiés par des procédés de « ciblage » socioéconomique, tandis que le financement des programmes de développement n’intervient qu’après des « expérimentations aléatoires 6 » sur des groupes cibles, parfois pour tester les chances de modifier leurs comportements 7 . Les taux de croissance élevés affichés par de nombreux pays du continent permettent en outre au « transformisme » de l’État africain 8  de se renouveler, comme le suggèrent les cas du Rwanda, du Mozambique ou de l’Éthiopie, promoteurs d’un style de gouvernement fondé sur des héritages autoritaires mais aussi chantres d’une Afrique « émergente », et à ce titre pays modèles pour le développement 9 . Cette évolution fait débat sur le continent : les faux-semblants des rhétoriques de l’émergence sont aussi en cause dans les révolutions du Burkina Faso ou de la Tunisie, où l’inégalité et l’injustice sont apparues comme les corollaires des discours officiels de ces « bons élèves » de l’aide (voir l’interview de Kako Nubukpo dans ce dossier).

Pour éclairer le sens que peuvent recouvrir de telles transformations, le présent dossier étudie les pratiques africaines de la planification. Par planification, nous entendons les techniques quantitatives, les modèles et les procédures utilisés pour la formulation des politiques économiques et sociales. Étudier ces procédés techniques par le biais des sciences sociales, c’est questionner les « façons d’agir sur l’économie » qui mettent en lien les outils économiques et de quantification, les manières de penser la société et les interventions de l’État 10 . Les savoirs et ingénieries du développement forment des technologies de gouvernement 11 . Que nous révèle la planification des processus de formation de l’État en Afrique ? En quoi les pratiques de la planification structurent-elles les relations sociales et politiques et les modes de gouvernement en Afrique ? Les techniques récemment apparues sont-elles le signe de l’avènement de nouvelles formes d’interventions ?

Les trajectoires de la planification depuis le colonialisme tardif

Évoquer le plan, c’est bien sûr faire référence à la planification centralisée qui, dans l’après-guerre, entend employer des modèles scientifiques pour piloter les politiques nationales et impulser des transformations économiques et sociales. En Afrique, ces techniques sont associées au développementalisme qui prévaut du colonialisme tardif aux années 1970. Le Colonial Development and Welfare Act de 1940 dans l’Empire britannique et l’institution du Fonds d’investissement économique et social (Fides) dans l’Empire français en 1946 engagent la confection de plans, supports des nouvelles politiques d’équipement et de développement. L’époque, marquée par le Plan Marshall et l’essor de la planification et du keynésianisme en Europe, connaît dans les colonies une multiplication de grèves et de mouvements sociaux qui sont la manifestation d’une demande sociale pressante 12 . Plus tard, dans la période qui suit les indépendances, l’élaboration de plans, quasi-généralisée, incarne la souveraineté. Ceux-ci sont la clé de voûte des projets de transformation des sociétés qui, socialistes ou capitalistes, entendent rompre avec le pouvoir colonial en même temps que promouvoir le développement.

Au terme des années 1970, de multiples bilans estiment que les plans n’ont pas produit les résultats escomptés 13 . En pleine crise de la dette, la dénonciation des systèmes de planification contribue à justifier les orientations libérales des programmes de stabilisation, puis d’ajustement structurel 14 . Elle est aussi au cœur de la désillusion vis-à-vis des théories de la dépendance, y compris pour l’OUA (Organisation de l’unité africaine) et la CEA (Commission économique pour l’Afrique) qui se rapprochent des positions des institutions de Bretton Woods au milieu des années 1980 ((J. Ravenhill, « Adjustment with Growth : A Fragile Consensus », The Journal of Modern African Studies, vol. 26, n° 2, 1988, p. 179-210.)) . Utiliser le terme de planification pour évoquer l’Afrique contemporaine peut dès lors sembler anachronique. Avec l’établissement d’une hégémonie de la pensée macroéconomique orthodoxe, la promotion du laisser-faire et l’emploi des technologies néolibérales de la privatisation, la raison planificatrice peut sembler avoir été reléguée à un passé révolu. Une telle lecture est pourtant normative et insuffisante. Les décennies 1980 et 1990 sont un moment où s’opère une diffraction bien plus qu’un abandon des approches de la planification. Les effets de la rigueur drastique des politiques économiques du début des années 1980, menées sous la houlette du FMI, obligent à redonner très vite une place à la croissance et à l’investissement public dans les pays africains, pour piloter les projets et relancer les politiques sociales notamment 15 . Des politiques d’éducation ou de santé, considérées comme prioritaires, sont de manière croissante couplées aux politiques d’ajustement. En outre, les outils évoluent : la conduite d’enquêtes sociales et sur la pauvreté devient régulière sous l’égide de la Banque mondiale 16 , tandis que la France, capitalisant sur les technologies élaborées au cours des années 1970 par des organismes paraétatiques – comme la Sedes (Société d’études pour le développement économique et social) mentionnée ici par Louise Barré par exemple –, promeut des outils de programmation de l’investissement public ou des modèles macroéconomiques fondés sur une conception plus keynésienne que celle promue par le FMI 17 . Les mesures du développement sont en outre questionnées, à l’instar du Pnud qui conteste la prééminence de la croissance en publiant l’indice de développement humain à partir de 1990. Les nouvelles doctrines libérales ouvrent enfin la voie à un important renouveau dans l’approche du développement, en donnant un rôle de premier plan à l’amélioration de l’efficacité de la dépense au détriment du volontarisme. L’interventionnisme étatique est donc refaçonné, contrairement à la vulgate néolibérale qui suppose la disparition de l’État 18 .

On peut le formuler de manière plus générale : les innovations de la planification n’ont cessé de participer des transformations des modes de gouvernement africains depuis le milieu du xxe siècle. Dans les années 1960, les théories de la modernisation américaines ou les coopérations techniques avec les pays socialistes s’étendent au gré des coopérations nouées par les jeunes États et favorisent l’importation de techniques par l’Afrique. En période de guerre froide, ces innovations contribuent à la constitution des imaginaires économiques et sociaux sur le sous-développement, le panafricanisme ou l’avènement d’une société capitaliste 19 . Des approches du développement sont aussi élaborées pour promouvoir l’unité africaine 20 . En 1962 en outre, l’Institut africain de développement économique et de planification (Idep) est créé à Dakar sous l’égide des Nations unies 21 . À compter des années 1970 est initiée l’importation des outils dérivés des réformes américaines de la planification et du budget (réformes connues sous le nom de Planning, Programing and Budgeting System), qui finissent, dans les années 2000, par reformuler toute la terminologie du développement autour de la question de la « gestion axée sur les résultats ». Quant aux années 2000, elles connaissent un retour en force des techniques et de la terminologie de la planification volontariste : cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté promus par la Banque mondiale, plans d’atteinte des OMD, stratégies d’accélération de la croissance sont au centre de la gestion publique des pays africains. Comme le remarque Kako Nubukpo dans le présent numéro, un mouvement historique de réhabilitation de l’État 22 , à la fois lié à la fin de l’ajustement structurel et à la crise financière de 2008, a récemment permis aux États africains de réintroduire le long terme dans la formulation de leurs politiques, ce qui s’est notamment traduit par un foisonnement de stratégies « d’émergence » sur le continent 23 .

La planification est aussi demeurée un site majeur d’énonciation du politique dans les pays dits « en développement ». La figure de l’État planificateur, au cœur de répertoires et d’imaginaires politiques, y reste un horizon de pensée : mémoires de l’État bienfaiteur, frustration de son affaiblissement sous le coup de l’ajustement, ou appel au retour du volontarisme développementaliste orientent les demandes d’État et les débats publics 24 . Comme l’ont démontré Vincent Bonnecase et Daniel Speich en outre, les outils techniques, comme le calcul de la croissance ou les objectifs sociaux par exemple, véhiculent des imaginaires du progrès 25 . Dans les travaux administratifs, comme dans les imaginaires politiques, le « Plan » recoupe donc une réalité sociale et politique multiforme. Il est d’ailleurs symptomatique que les administrations en charge de la programmation des politiques et des investissements puissent aujourd’hui être désignées par le terme de « plan », et leurs fonctionnaires par celui de « planificateurs », dans des pays qui ne possèdent plus officiellement de direction du même nom, comme je l’ai observé en Mauritanie. À l’inverse, l’importance du passé planificateur et développementaliste peut aussi être oubliée, comme le défend Alden Young pour le Soudan contemporain 26 . Mais pour lui cet oubli est le signe d’une difficulté à admettre le rôle progressiste et modernisateur que l’État a joué dans le passé de ce pays, ce qui confirme en creux le rôle de la planification dans les trajectoires et les imaginaires historiques.

« Chaînes planificatrices » : la multiplicité des pratiques et des acteurs

Ce dossier ne considère donc pas que les formes de « planification centralisée » promues lors de la période développementaliste doivent constituer l’idéal-type auquel tout questionnement sur le plan se rapporte. Outre le fait que la planification semble désigner un ensemble changeant au cours de l’histoire, elle renvoie à des approches plurielles et peu aisées à circonscrire. À l’époque de la planification centralisée déjà, de multiples définitions normatives de ce que doit être un « bon plan » existaient, qu’il s’agisse de la planification impérative d’inspiration soviétique 27 , de la planification indicative 28 , de la planification développementaliste liée aux théories de la modernisation 29   ou des plans inspirés des théories de la dépendance 30 . Ces différentes approches ne renvoient pas aux mêmes conceptions. Le sens donné aux objectifs n’est par exemple pas le même : dans la planification impérative, ils fondent un principe d’autorité, le futur devant advenir conformément à ce qui a été décidé (comme dans le texte de François Enten sur l’Éthiopie contemporaine) ; dans la planification d’une économie libérale, ou dans la planification indicative, l’État tente de faire tendre l’économie vers un certain équilibre, en incitant les acteurs à effectuer des choix optimaux, comme sur des marchés 31 , ainsi que le montre Geoffrey Traugh à propos de la figure des « agriculteurs maximisateurs » au Malawi. Les pays africains ont eux aussi développé des modèles spécifiques de planification lors de l’indépendance, certains d’entre eux ayant notamment cherché à redéfinir une science économique plus adaptée aux environnements africains, contrairement à la planification coloniale 32 . Les acceptions normatives de ce qui relève de la planification peuvent aussi changer : ainsi les prix ont été un des éléments essentiels des plans jusqu’aux années 1970, les États corrigeant les imperfections du marché par leur biais 33 . Mais, depuis que la recherche de la « vérité des prix » a guidé les politiques durant l’ajustement structurel, agir sur les prix est considéré comme du ressort d’une politique sociale ou d’aide à des filières (d’où l’invention de la notion de « subvention 34 »). Les techniques planificatrices peuvent encore être portées par des acteurs divers, notamment privés : pour la planification marxiste, dans les années 1960, la gestion des entreprises est une question centrale 35 . Les techniques de gestion des entreprises se sont évidemment immiscées au cœur de la formulation des politiques nationales, par exemple l’emploi du « cadre logique 36 », tout comme les procédés financiers (cas des fonds d’investissement agricole documentés par Antoine Ducastel 37 ). Dans de nombreux pays en outre, le travail technique peut être réalisé par des cabinets de conseil, comme l’évoque le texte de Kako Nubukpo. Aussi, analyser les interventions menées au nom de la planification demande-t-elle de comprendre un ensemble de pratiques vaste, changeant et aux contours flous.

Le raisonnement par le biais de « modèles » ou d’idéaux-types n’est donc pas pertinent. Le présent dossier entend échapper aux écueils des jeux de catégorisation en ayant recours à trois approches méthodologiques. Premièrement, en approchant les travaux de planification dans les cadres sociaux spécifiques qui leur ont donné naissance. Les mêmes outils ont des significations très différentes selon les contextes dans lesquels ils s’insèrent. Un cas classique est la comparaison que fait Alain Desrosières entre les plans néerlandais et français des années 1950 aux années 1970, pour lesquels les modèles macro-économiques jouent par exemple des rôles très différents : aux Pays-Bas, ils sont vus comme producteurs de vérités objectives, alors qu’en France ils servent à réunir les acteurs sociaux autour d’un chiffre, fût-il simpliste, pour engager le dialogue  38 . Comme le montre ici Kako Nubukpo, les usages et techniques des planifications africaines peuvent aussi être comparées d’un pays à un autre et saisies dans les significations propres qu’elles revêtent.

Deuxièmement, le dossier s’intéresse aux « chaînes planificatrices 39  », les modes de « vulgarisation » doivent aussi être considérés pour aborder la planification : les discours officiels des États, les productions des médias ou encore les travaux des partis et des associations contribuent à la légitimation des politiques économiques ; ils les relaient, se les approprient et les réinventent en une pluralité de lieux. Les critiques des discours planificateurs, les controverses qu’ils suscitent ou dans lesquels ils s’insèrent forgent aussi les rapports sociopolitiques induits par les plans. C’est ce que montre Geoffrey Traugh en évoquant les tentatives de constitution d’une figure d’« agriculteur maximisateur » au Malawi, qui se heurte aux refus des paysans, lesquels opposent des alternatives et des demandes précises au gouvernement. L’étude du « hors-champ » n’est pas seulement importante pour informer sur des contextes, mais également pour prendre en compte le rôle des ingénieries étatiques dans les situations de changement, d’instabilité ou de conflit, en étudiant en quoi la planification participe des renégociations du politique 40 . Il s’agit aussi de rendre compte avec justesse de l’influence qu’ont les plans et leurs données sur les sociétés concernées. Les modalités d’appréciation des besoins et la répartition de l’aide en Éthiopie (Enten), les taux de rendement fantaisistes calculés par la Banque mondiale au Malawi (Traugh), les chiffres de population en Côte d’Ivoire (Barré) ou les imprécisions des travaux des administrations économiques dans la période de l’indépendance au Kenya (Speich) construisent le monde social par les chiffres et y font circuler des grandeurs. Aussi, « débusquer la planification dans des endroits inattendus » en cherchant à saisir les occurrences plurielles auxquelles elle donne lieu permet de comprendre la planification par ses usages largement disséminés 41 .

Ces choix de méthode ont une conséquence importante. Il serait tentant d’évoquer l’existence d’une « résurgence planificatrice », en considérant que les techniques de la planification actuelles sonnent comme de nouveaux avatars de pratiques plus anciennes : les nouveaux plans réhabilitent par exemple l’objectif d’accélération de la croissance, comme Charles Bettelheim le promouvait déjà dans les années 1960, tandis que le big push remis au goût du jour par Jeffrey Sachs est une rémanence des théories de la modernisation 42 . Mais une telle expression est évidemment trompeuse, tant le volontarisme d’aujourd’hui emploie des procédés renouvelés à même de redéfinir son contenu – il suffit de penser par exemple aux mesures dites « à gain rapide » (« quickwins » en anglais), peu onéreuses, identifiées par les organisations internationales et mises en œuvre à grande échelle, comme la distribution de moustiquaires imprégnées pour lutter contre le paludisme 43 .

De la formation de l’État à la co-construction entre statistiques et monde social

Travaillant hors de l’Afrique, Alain Desrosières a avancé l’idée que les travaux de quantification « tiennent » lorsqu’ils sont légitimés par des conventions socialement validées. Theodore Porter a pour sa part montré que les techniques statistiques ont structuré les conceptions de la vérité et de la scientificité dans l’action économique en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni depuis le xixe siècle 44 . Ces travaux reviennent à considérer que les mesures statistiques, les façons de penser le monde social et l’action de l’État sont dans un rapport de « co-construction ». Pour avoir une valeur sociale, les conventions de calcul doivent susciter la confiance, en résultant de processus historiques qui les légitiment. Ceci conduit même Alain Desrosières à comparer la confiance dans les chiffres à la confiance dans la monnaie  ((A. Desrosières, « Du réalisme des objets de la comptabilité nationale », in A. Desrosières, Gouverner par les nombres…, op. cit., p. 267-269.)) .

Dans de nombreuses situations africaines, l’existence d’un rapport de co-construction entre les relations sociales et les pratiques de la quantification et de l’ingénierie économique ne va pas de soi. La vision (macro)économiciste de l’ajustement a contribué à rendre hégémonique un savoir technique qui élude souvent les réalités économiques et sociales du continent 45 . Le fait que les représentations chiffrées ne peuvent être satisfaisantes à cause des activités informelles, par définition non enregistrées et qui ne peuvent être estimées que de manière fragile, a été largement accepté. Dès lors, quelle portée et quel contenu donner à la notion de co-construction en Afrique, et dans quelle mesure est-elle utile pour comprendre les trajectoires politiques sur le continent ?

Les réponses apportées par le présent dossier sont nuancées. Les textes font ressortir le fait que la planification participe des processus de formation de l’État. Le texte de Geoffrey Traugh sur le Malawi post-indépendance, rejoignant les travaux de Ferguson 46 , met en évidence que les modèles de la Banque mondiale véhiculent des représentations des agriculteurs qui sont très éloignées de leurs comportements et de leurs aspirations effectives, apparaissant comme des packages formatés, désincarnés et sourds aux réalités du continent. Mais il montre aussi que les calculs et les plans ainsi élaborés suscitent le rejet des agriculteurs, si bien qu’ils conduisent à une adaptation des programmes et des actions au gré des luttes et des controverses. Plans et relations sociales et politiques suivent dès lors un processus concomitant de formation. Il rappelle ainsi qu’il est possible d’observer une co-construction même lorsque les catégories et les méthodes que les procédés technocratiques emploient ne sont pas considérées comme légitimes pour refléter ou orienter le monde social 47 . Kako Nubukpo suggère pour sa part que si les politiques de développement d’inspiration internationale sont souvent « hors-sol », avec des conséquences très palpables (notamment en produisant l’exclusion de ceux qui ne sont pas comptés et représentés par les chiffres), la planification a la possibilité de devenir un outil pour le dialogue social et le lieu d’expression d’attentes par les citoyens. Dans un pays comme le Togo, les concertations autour de plans peuvent par exemple donner plus de « voix » aux citoyens que le vote. Dans la gestion des politiques alimentaires éthiopiennes présentée par François Enten, le gouvernement oriente et fabrique des chiffres au gré de ses priorités – et en faisant valoir son autorité –, mais il enrôle ce faisant un ensemble d’acteurs de la chaîne administrative et du parti dans leur construction, à différents échelons hiérarchiques et territoriaux. Leurs contributions à la mise en nombres façonnent l’accès aux denrées de l’aide 48 .

Les plans sont par ailleurs susceptibles de contribuer au renouvellement des pactes sociopolitiques. Les réformes et les programmes de développement menés à partir de 1940 dans les empires français et britanniques ont par exemple répondu à d’amples mouvements sociaux, tout en participant de l’émergence d’un nouveau traitement des questions sociales, notamment autour du travail  ((F. Cooper, Décolonisation et travail en Afrique…, op. cit., p. xx.)) . Les planificateurs des empires ont aussi posé les bases des compromis sociopolitiques des jeunes nations indépendantes, dont les élites étaient largement imprégnées des théories de la modernisation élaborées dans les années 1950 49 . Les textes du dossier l’illustrent également. Daniel Speich le fait sur le Kenya, en expliquant comment les élites nationales kenyanes se saisissent des débats et des savoirs internationaux sur la planification pour affirmer leur légitimité et leur compétence pour diriger le pays. Dans la jeune Côte d’Ivoire indépendante décrite par Louise Barré, les administrations, de plus en plus préoccupées par la croissance économique, se tournent vers la promotion du capitalisme et du marché aux dépens des politiques de population, et leur emploi des techniques d’enquête par sondage redéfinit la place des citoyens au sein d’une communauté et d’un espace national 50 . Geoffrey Traugh montre comment l’intervention des experts de la Banque mondiale, relayée par les autorités politiques locales, fait évoluer le lien entre agriculteurs et État au Malawi au nom d’un objectif de diversification de la production (qui n’est par ailleurs jamais atteint). De tels constats valent aussi pour les périodes contemporaines. Durant la période de l’ajustement structurel, Béatrice Hibou a montré comment des groupes politiques ont pu établir leur domination à la faveur des techniques employées pour piloter la libéralisation économique, qui ont permis à des familles ou à des clans d’avoir la mainmise sur les marchés d’importation ou les anciennes entreprises publiques 51 . Et, sur l’Éthiopie du xxie siècle, François Enten fait ressortir le fait que la maîtrise des techniques de gestion de l’aide alimentaire permet à l’appareil bureaucratique de redéfinir les procédés de contrôle, du plus haut niveau aux plus petites divisions administratives. Si son analyse met en évidence qu’en employant de nouvelles techniques, l’État reconduit des relations de pouvoirs construites sur la longue durée, au contraire, chez Louise Barré ou Daniel Speich, l’emploi d’innovations transforme la sociologie des administrations et participe de la transformation de l’espace national.

La figure de l’État ingénieur, pilote de l’économie et du social, a souvent été éludée des représentations véhiculées à propos du continent 52 , les débats internationaux et les travaux universitaires étant plus enclins à relever les insuffisances et l’opacité des techniques économiques qu’à en analyser les effets sociaux et politiques 53 . La sociologie de la quantification a aujourd’hui beaucoup à apporter pour analyser les trajectoires africaines. L’usage néo-libéral des indicateurs, qui structure désormais la planification en Afrique, conduit par exemple à des difficultés comparables à celles qui sont observées ailleurs. François Egil qualifie l’édifice des ODD (dont les indicateurs sont désormais au nombre de 244 contre 48 avec les OMD) de nouveau « palais de cristal 54  », et Morten Jerven montre qu’il y a très peu de chances que ces indicateurs soient un jour renseignés, notamment parce que le coût en serait bien trop élevé 55 . Ils participent de la sorte d’un mouvement plus global dans lequel aux mesures classiques de la statistique se substitue un foisonnement d’indicateurs de performance, souvent obscurs, qui ne manque pas de susciter des questionnements politiques sur les nouvelles manières de gouverner par les chiffres 56 .

In fine, si la sociologie historique du politique et une part importante de l’histoire africaniste ont montré que la posture d’analyse la plus pertinente pour étudier les transformations de l’État était d’en analyser les processus pluriels de formation, en mettant en lumière l’ensemble des temporalités, des actions qui contribuent à le façonner, le présent dossier montre que les ingénieries de la « construction de l’État », qui portent notamment la planification, méritent d’être prises en compte. En travaillant sur la planification, il s’agit bien de travailler sur des objets construits, et dont le geste de construction importe 57 .

Une ingénierie bricoleuse

Analyser les formes de gouvernement induites par l’ingénierie planificatrice sur le continent demande de ne pas voir dans l’existence de bricolages de la quantification un obstacle à l’analyse sociale et politique. L’État fait face, depuis le colonialisme tardif, à une pénurie de données et à un grand flou quant à la manière de mettre en œuvre les concepts statistiques. Dans des textes classiques portant sur le Nigeria, Wolfgang Stolper et Paul Mosley, respectivement aux moments de l’indépendance et du début de l’ajustement structurel, évoquent tous deux les difficultés et les nécessités du pilotage macroéconomique en l’absence de « données » (« without facts », expression qui désigne à la fois les chiffres et leur capacité à éclairer le réel 58 ). Les calculs économiques réalisés pour la planification ont été l’objet de débats et de controverses incessantes du fait du manque de fiabilité des méthodes, dans les deux premières décennies suivant l’indépendance 59 , dans la période de l’ajustement structurel 60 , ou au xxie siècle 61 . Les planificateurs et les statisticiens n’ont de toute façon pas vraiment d’autre choix que de s’en remettre à des estimations fragiles : comme le résume Geoffrey Traugh dans une belle formule, qui vaut bien au-delà de son cas d’étude, ils sont dans la situation de devoir produire des plans « ambitieux, avec peu de données, et dans des délais courts ».

Une telle situation n’est pas spécifique à l’Afrique : le calcul macro-économique repose sur une part de bricolage, de « cooking » selon l’expression d’un des grands historiens et épistémologues de la mesure macroéconomique, Marcel Boumans 62 . Ceci n’empêche pas que les conventions de mesure et les normes puissent servir de référence au cours du calcul, de sorte que les nombres, même bricolés, peuvent être porteurs d’un cadre de pensée inhérent à l’ordre social 63 . Le FMI ou la Banque mondiale, qui ont participé avec les États aux travaux macroéconomiques africains depuis l’ajustement structurel, ne cachent d’ailleurs pas que les statistiques qu’ils contribuent à établir sont le produit de jugements, voire de négociations. L’anthropologue Richard Harper a montré que le bon économiste au FMI est celui qui sait faire preuve de « jugeote » dans la formulation de ses données et diagnostics, rejoignant les descriptions de Stolper sur le Nigeria ou de François Fourquet sur la France 64 . Tel est le métier du statisticien, dont les travaux simplifient le réel, mais constituent pourtant des outils de gouvernement opératoires 65 . Resituer les travaux planificateurs dans l’histoire des sociétés africaines depuis la colonisation revient alors à analyser des séries d’arrangements, de jeux de composition, d’utilisation de ficelles. Ainsi dans le présent dossier, Daniel Speich rappelle que, dans les colonies de l’Empire britannique, la planification a plus souvent été annoncée que réalisée, et que les travaux étaient en permanence lacunaires ou inachevés. Au Kenya, l’indépendance fait cependant évoluer cette situation, le jeune État étant poussé à produire des données nationales d’une manière plus assidue, tout en étant confronté aux mêmes difficultés techniques. In fine, le gouvernement post-indépendance apparaît mieux à même de porter le projet planificateur que l’administration impériale. Le texte de François Enten montre également qu’une histoire des bricolages peut être entreprise : prolongeant la description des « panachages de méthodes » qu’il avait entreprise à propos des campagnes d’aide alimentaire de 2004 et 2005 en Éthiopie, il défend l’idée que les innovations apportées aux SAP modifient la nature des opérations de calcul et le gouvernement par les chiffres, aujourd’hui plus sophistiqué qu’auparavant. Louise Barré explique pour sa part comment les difficultés de calcul d’indicateurs démographiques dans la Côte d’Ivoire des années 1950 pousse dans les années 1960 à l’emploi des nouvelles méthodes – des enquêtes par sondage qui rendent possible le calcul de la productivité dans le secteur du cacao. Le redéploiement qu’elle décrit influe sur la relation des citoyens à l’autorité administrative, puisqu’il contribue à l’arrêt, au moins temporaire, des décomptes exhaustifs de population 66 . Les textes du dossier incitent ainsi à entreprendre une ethnographie des méthodes empiriques pour saisir la construction des relations sociales et politiques autour des chiffres. Geoffrey Traugh expose les conséquences de l’usage de modèles contestables dans la planification des politiques agricoles au Malawi : le projet Tsabango qu’il décrit a pour objectif de contraindre les agriculteurs à s’adapter à de nouveaux comportements économiques et à être plus proches du modèle de l’« individu maximisateur » à même de tirer parti des fonctionnements du marché. Le bricolage quantificateur qui résulte de l’emploi de cette abstraction est largement non pertinent pour orienter l a production agricole, mais il est le vecteur par lequel s’exerce un pouvoir. Les techniques économiques servent ainsi à exercer une discipline qui paraît injuste, voire arbitraire, aux yeux des agriculteurs. À l’inverse, pour Kako Nubukpo, le fait que les plans d’émergence africains soient fragiles ne les condamne pas à rester des vecteurs d’arbitraire : dans l’Afrique contemporaine, l’ingénierie planificatrice de la prospective peut trouver son utilité dans l’instauration d’un dialogue autour de l’action étatique. Il n’est pas besoin pour cela que des descriptions quantifiées sophistiquées soient convoquées : tout comme Alain Desrosières, Kako Nubukpo suggère que les chiffres peuvent servir avant tout à rendre des questions « débattables 67  ». La situation qu’il décrit n’est cependant pas univoque : les plans sophistiqués promus par les cabinets de consultants internationaux tournent le dos au continent, tandis que le manque de données est parfois si criant qu’il génère des effets d’exclusion, en rendant des régions, des groupes sociaux ou des phénomènes économiques invisibles. Les « déserts statistiques » du Togo rural peuvent par exemple être la cause d’une absence de prise en compte par la Banque centrale des situations de déflation qui se développent en marge du dynamisme de l’économie urbaine.

Ces travaux économiques « sans faits » sont donc révélateurs des modes de formation de l’État en Afrique. Les tâtonnements des plans incarnent l’exercice du pouvoir par un appareil bureaucratique inachevé 68   et en recherche permanente de solutions de planification satisfaisantes. Le fait qu’ils s’inscrivent dans un temps long – ces bricolages peuvent être étudiés depuis la colonisation 69  – en fait une voie d’accès privilégiée pour étudier les trajectoires historiques. En outre, malgré les improvisations et les tâtonnements qui président à leur mise en œuvre, ils sont porteurs de visions sociales, économiques, politiques, voire d’idéologies.

Les répertoires politiques et imaginaires de la planification

La planification africaine est amplement critiquée pour son élaboration de représentations hors-sol, mais elle est porteuse d’imaginaires politiques qui structurent les sociétés dans lesquelles elle est employée. Dans les années 1960, les plans incarnent la volonté de rupture avec les colonisateurs, ainsi qu’avec une Afrique « traditionnelle » et passéiste, suivant en cela le schéma de pensée dualiste des théories de la modernisation, comme le rappelle le texte de Geoffrey Traugh 70 . Le langage de la planification devient parfois afro-centré, comme au Ghana, au Mali ou au Kenya 71 , voire nationaliste, comme au Sénégal 72 . Lorsqu’il est président du Conseil au Sénégal entre 1957 et 1962, Mamadou Dia accorde aussi un rôle central à la réforme de l’islam dans sa conception d’une planification nationale, avec notamment pour intention de faire reculer l’influence des marabouts et de permettre au parti de mobiliser les masses dans des travaux nationaux 73 . Aidé par le groupe français Économie et humanisme (notamment les économistes Louis-Joseph Lebret et François Perroux), il imagine un ample projet de transformation national, en reliant la géographie, les structures de production et la vie sociale 74 . Les visions du monde et les débats politiques qui traversent les sociétés africaines entretiennent ainsi des liens étroits avec les projets de planification. L’ampleur de vue qui guide alors les plans n’empêche pas que les langages mathématisés y trouvent leur place, constituant aussi des moyens d’affirmer la capacité des États à orienter scientifiquement l’Afrique nouvellement indépendante 75 . Ces constatations ne décrivent pas seulement l’imagination de la période des indépendances. Lorsque l’OUA et la CEA adoptent le Plan d’action de Lagos en 1980, la stratégie que ces organisations proposent aux économies du continent est largement irréaliste, mais elle formule une voie africaine de sortie de crise qui s’inspire des représentations dépendantistes 76 . Et Pascal Zagré peut évoquer une « tradition d’ajustement structurel » en Haute-Volta puis au Burkina Faso, car la frugalité y est une qualité associée au pouvoir et à la chefferie 77 . L’ajustement structurel a bien sûr aussi été le siège de luttes entre conceptions et imaginaires opposés. Au Maroc, la résistance fut telle, lorsque le FMI a poussé le gouvernement à supprimer les subventions sur les prix des produits de base en 1981 et 1984, que les « émeutes du pain » qui s’en sont suivies ont dégénéré et entraîné une des plus graves répressions de l’histoire contemporaine du pays. Le statu quo durera plus de trente ans : la réforme a pu être conduite récemment, grâce au fait que le système de subvention est désormais compris comme un instrument au service du clientélisme et de la corruption étatique 78 . En contrepartie, de nouvelles prestations sociales sont mises en place, comme une couverture maladie pour les populations identifiées comme « pauvres ». Le livre de James Ferguson qui est débattu dans le présent numéro, Give a Man a Fish79 , montre d’ailleurs que les nombreuses nouvelles politiques sociales menées sur le continent, qui instaurent des transferts monétaires, charrient de nouveaux imaginaires de la solidarité. Ces techniques sont importées d’autres continents (en particulier d’Amérique du Sud, notamment du Brésil), mais elles sont réappropriées dans les trajectoires historiques singulières de l’Afrique.

Les textes rassemblés dans ce numéro confirment que l’État frugal des plans d’ajustement, l’État généreux et social qui promeut un développement volontariste, l’État porteur d’ordre et de maîtrise de l’espace des programmes urbains ne sont pas que des désignations objectives et rationnelles, mais qu’elles véhiculent (et s’insèrent dans) des interprétations et des imaginaires 80 . Chez Louise Barré, Geoffrey Traugh et Daniel Speich, les plans sont censés permettre l’émergence d’un citoyen nouveau. Louise Barré ou Daniel Speich présentent tous deux l’élan de mesure statistique et de planification comme un des moyens par lesquels les pouvoirs nouvellement indépendants entendent promouvoir la constitution d’un nouvel horizon politique post-indépendance, incarnant la souveraineté économique et politique. Pour Kako Nubukpo, la notion d’émergence est suffisamment évocatrice dans de nombreuses sociétés du continent pour permettre de servir d’« alibi » à des gouvernements qui entendent reconduire leurs mandats. Les plans, même irréalistes, ne sont donc pas désincarnés, mais mettent en scène des lectures du monde et du développement, au risque de nourrir les conflits sociaux. En somme, la planification repose sur des imaginaires qui contribuent à la formation des sujets politiques, et elle est au cœur de l’énonciation du politique. Les plans, leurs promesses et leurs mirages, malgré leur caractère abstrait, doivent aussi être saisis dans la présence de ces imaginaires dans la vie sociale et politique, et dans les pratiques des acteurs 81 .

Quelles sources et quelles méthodes pour une sociologie de l’ingénierie économique en Afrique ?

Pour terminer, une question méthodologique doit être posée. Si les outils, les tâches et les métiers de la planification constituent un point d’entrée fécond pour étudier les relations sociales et politiques, comment, pour le chercheur en sciences sociales, accéder à la fabrique de ces procédés techniques ? En France, l’émergence d’une appréhension fine des liens entre économie, statistique et rapports sociaux a été facilitée par l’engagement d’administrateurs de l’Insee (comme Alain Desrosières, Laurent Thévenot ou Robert Salais) qui ont mis leur pratique professionnelle en dialogue avec les sciences sociales. Sur l’Afrique, l’histoire du développement et l’histoire sociale ont été les premiers angles par lesquels les questions liées à la planification ont été abordées 82 . Mais par le passé, des démarches critiques ont aussi guidé les travaux d’experts en développement et de statisticiens qui ont rendu compte de leurs difficultés à appliquer les méthodes quantitatives sur le continent. Le groupe Amira 83 , né dans les années 1970 autour de l’Insee et du ministère français de la Coopération, a en particulier produit nombre de travaux pluridisciplinaires sur les méthodes et les catégories de l’économie et de la statistique en Afrique. Signe de l’importance, mais aussi de la difficulté, de conduire de tels travaux critiques, ce groupe, dont les activités se sont arrêtées au début des années 1990, a démarré de manière officieuse 84 . Bien que le groupe ait arrêté ses travaux au début des années 1990, l’intérêt de sa démarche reste entier. Dans le présent dossier, plusieurs contributions sont le fait de chercheurs qui sont aussi acteurs des plans : Kako Nubukpo a notamment occupé des fonctions de recherche économique dans différentes institutions africaines et des responsabilités politiques au Togo ; François Enten est un anthropologue également acteur de l’humanitaire.

Geoffrey Traugh, Louise Barré et Daniel Speich suivent des démarches différentes, en historiens. L’exploitation des archives permet à Louise Barré de retracer les débats et les priorités changeantes qui entraînent l’évolution des procédés employés par les administrations coloniales, puis par la jeune Côte d’Ivoire indépendante dans la conduite de leurs travaux statistiques. Les archives du Malawi permettent à Geoffey Traugh de documenter non seulement les raisons politiques, techniques et internationales des redéploiements de la planification, mais aussi les critiques que les paysans de ce pays opposent au programme « Tsabango ». De son côté, Daniel Speich tire parti des jeux d’échelles que permet l’histoire globale : il montre comment se tissent des liens indémêlables entre la circulation internationale des idées planificatrices et les nécessités politiques, sociales et administratives liées à la gestion de l’Empire britannique, ainsi que d’une jeune nation indépendante, le Kenya, qui s’empare de la planification dans la période suivant l’indépendance. Ces différentes démarches méthodologiques sont complémentaires et elles contribuent toutes à présenter des fragments des processus de pilotage de l’action étatique, saisis par l’expérience des acteurs, ou par les traces qu’ils ont laissées dans les sources, qui permettent de retracer les procédés en action à différentes échelles 85 .

L’un des apports du présent dossier est de montrer que des démarches diverses permettent de documenter les travaux techniques de la planification et d’analyser leur place dans les trajectoires historiques. En multipliant les points de vue, les terrains et les époques, en interrogeant finement les liens entre la conduite des travaux experts et les relations sociales, il explique en quoi les activités planificatrices constituent des outils de gouvernement en Afrique depuis le milieu du xxe siècle. Il se positionne ainsi dans un débat en cours. Un courant actuel, la nouvelle histoire économique africaine, voit des historiens s’interroger de manière critique sur les chiffres et les procédés de conduite des politiques économiques. Mais ces derniers questionnent surtout ces sources afin de restituer la capacité explicative des données et pour conduire des analyses quantifiées des tendances de l’économie du continent sur la longue durée. En revanche, ils ne se donnent pas les moyens de saisir finement les logiques et les significations sociales et politiques à l’œuvre au cœur de l’ingénierie économique et statistique 86 , ce qui est précisément l’ambition de ce dossier. Les textes présentés ici reflètent néanmoins aussi la difficulté de la tâche, notamment pour disposer de sources locales, et plus encore de sources autres qu’officielles. Le cas documenté par Geoffrey Traugh confirme la possibilité de se situer à la jonction entre les mondes administratifs et les citoyens, ce qui est permis par la richesse des archives qu’il mobilise ; la participation à des travaux d’ONG internationales permet aussi à François Enten d’effectuer des observations anthropologiques et de multiplier les points de vue, en rendant compte des regards des différents acteurs ; les autres textes (Barré, Enten, Nubukpo, Speich) détaillent très finement les procédés et/ou résultats des calculs, et par là les dynamiques qui président à la construction sociale de la réalité par les plans. Le dossier démontre ainsi l’intérêt d’employer une diversité de démarches pour analyser avec acuité la place des nombres dans les trajectoires sociales et politiques, les rationalités dont ils procèdent, les usages qui en sont faits et les significations qui leur sont attribuées.

  1. La préparation du présent dossier a bénéficié de l’organisation d’un colloque du 14 au 16 décembre 2016 par le Centre de recherche économie société culture (Cresc) et la Chaire d’études africaines comparées de l’École de gouvernance et d’économie de Rabat, Université Mohamed VI polytechnique sur le thème « L’État, l’ingénierie, le social. Les techniques économiques dans l’histoire ». Ce colloque a en outre bénéficié du soutien de l’Institut d’études avancées de Nantes, ainsi que de l’Association des chercheurs de Politique africaine (Acpa). Je remercie chaleureusement ces différents partenaires qui ont rendu possible l’élaboration de ce dossier. []
  2. B. Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, n° 73, 1999, p. 6-15. []
  3. J. Ferguson, Give a Man a Fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Durham/Londres, Duke University Press, 2015 ; J.-P. Olivier de Sardan, O. Hamani, N. Issaley, Y. Issa, H. Adamou et I. Oumarou, « Les transferts monétaires au Niger : le grand malentendu », Revue Tiers Monde, n° 218, 2014, p. 107-130 ; I. Bono, « L’activisme associatif comme marché du travail : normalisation sociale et politique par les “Activités génératrices de revenus” à El Hajeb », Politique africaine, n° 120, 2010, p. 25-44. []
  4. Voir par exemple A. Rajaram, T. Minh Le, K. Kaiser, J.-H. Kim et J. Frank (dir.), The Power of Public Investment Management : Transforming Resources into Assets for Growth, Washington, The World Bank, Directions in Development, 2014. []
  5. Par exemple J.-P. Cling, M. Razafindrakoto et F. Roubaud (dir.), Les nouvelles stratégies internationales de lutte contre la pauvreté, Paris, Economica/IRD/Dial, 2003, p. 1-18. ; B. Campbell, « Bonne gouvernance, réformes institutionnelles et stratégies de réduction de la pauvreté : sur quel agenda de développement ? », in J. Fisette et M. Raffinot (dir.), Gouvernance et appropriation locale. Au-delà des modèles importés, Ottawa, Presse de l’université d’Ottawa, 2010, p. 35-56. []
  6. La technique des « essais cliniques randomisés » popularisée par les économistes du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Abhijit Banerjee et Esther Duflo ; voir aussi A. Jatteau, « Expérimenter le développement ? », Genèses, n° 93, 2013, p. 8-28. []
  7. J.-M. Servet, L’économisme rampant de la « nouvelle » économie comportementale. Une lecture critique du World Development Report 2015 de la Banque mondiale, Paris, Institut Veblen, novembre 2015. []
  8. J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 2006 [1989]. []
  9. T. Kelsall, Business, Politics and the State in Africa. Challenging Orthodoxies on Growth and Transformation, Londres/New York, Zed Books, 2013 ; L. Mann et M. Berry, « Understanding the Political Motivations that Shape Rwanda’s Emergent Developmental State », New Political Economy, vol. 21, n° 1, 2016, p. 119-144. []
  10. A. Desrosières, « L’État, le marché et les statistiques : cinq façons d’agir sur l’économie », Courrier des statistiques, n° 95-96, 2000, p. 3-10. []
  11. F. Cooper et R. M. Packard, “Introduction”, in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences : Essays on the History and Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 1-41. []
  12. Ibid. ; F. Cooper, Décolonisation et travail en Afrique : l’Afrique britannique et française, 1935-1960, Paris, Karthala, 2004 ; C. Bonneuil, « Development as Experiment. Science and State Building in Late Colonial and Postcolonial Africa, 1930-1970 », Osiris, vol. 15, n° 1, 2000, p. 258-281 ; C. Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en Afrique noire : idéologie impériale et politique d’investissement, 1924-1975 », Relations internationales, 1976, n° 7, p. 261-282 ; S. Dulucq, La France et les villes coloniales d’Afrique noire francophone : quarante ans d’intervention (1945 -1985), Paris, L’Harmattan, 1997. []
  13. Voir par exemple P. Jacquemot, « Crise et renouveau de la planification du développement », Revue Tiers-Monde, n° 98, 1984, p. 245-268 ; P. Hugon et O. Sudrie, « La crise de la planification africaine : diagnostic et remèdes », Revue Tiers-Monde, n° 110, 1987, p. 407-434 ; M. Diouf, « Senegalese Development : From Mass Mobilization to Technocratic Elitism », in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., p. 291-319 ; G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes quantitatives de la planification en Afrique », Cahiers de l’Orstom, vol. 12, n° 3, 1975, p. 235-248. []
  14. Notamment dans le rapport Berg : E. Berg, Accelerated Development in Sub-Saharan Africa : An Agenda for Action, Washington, Banque mondiale, 1981 ; R. Agawarla, « Planning in Developping Countries : Lessons from Experience », Staff Working Papers n° 576, Management and Development Series n° 3, Washington, Banque mondiale, 1983, préparé pour le Rapport sur le développement dans le monde de 1983. []
  15. P. Jacquemot, « La planification a-t-elle un avenir en Afrique au sud du Sahara ? », Afrique contemporaine, n° 160, 1991, p. 39-54 ; J. Ravenhill, « A Second Decade of Adjustment : Greater Uncertainty, Greater Complexity », in T. Callaghy et J. Ravenhill (dir.), Hemmed In : Responses to Africa’s Economic Decline, New York, Columbia University Press, 1993, p. 18-53. []
  16. L. Fioramonti, How Numbers Rule the World : The Use and Abuse of Statistics in Global Politics, Londres/New York, Zed Books, 2014 ; M. Ward, Quantifying the World. UN Ideas and Statistics, Bloomington, Indiana University Press, 2004. []
  17. B. Samuel, « D’un PIB à l’autre. Une approche sociolopolitique des calculs macroéconomiques en Mauritanie et au Burkina Faso », Stateco, Insee/Dial/Afristat, juin 2017 (à paraître) ; P. Jacquemot, « La planification a-t-elle un avenir… », art. cité. []
  18. B. Hibou, « La “décharge”… », art. cité ; A. Mbembe, « Du gouvernement privé indirect », Politique africaine, n° 73, 1999, p. 103-121. []
  19. J. M. Hodge, « Writing the History of Development (Part 1 : The First Wave) », Humanity, vol. 6, n° 3, 2015 p. 429-463 ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité ; voir aussi J. Andersson, « The Great Future Debate and the Struggle for the World », American Historical Review, vol. 5, n° 117, 2012, p. 1411-1430. []
  20. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education : Economics, Statistics and the State in Ghana, 1948-1966, Thèse de doctorat, Londres, London School of Economics and Political Science, 2015. []
  21. Sous l’influence de Samir Amin, qui en devient directeur en 1970 ; voir « Institut africain de développement économique et de planification Dakar – Sénégal », Africa Development/Afrique et développement, vol. 2, n° 1, 1977, p. 111-119. []
  22. Voir aussi M. Enguéléguélé, « Quelques apports de l’analyse de l’action publique à l’étude du politique en Afrique subsaharienne », Politique et sociétés, vol. 27, n° 1, 2008, p. 3-28. []
  23. N. S. Sylla, « Émerger avec le franc CFA ou émerger du franc CFA ? », in K. Nubukpo, M. Ze Belinga, B. Tinel et D. M. Dembele (dir.), Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, Paris, La Dispute, 2016, p. 159-179. []
  24. G. Lachenal et A. Mbodj-Pouye, « Introduction au thème. Restes du développement et traces de la modernité en Afrique », Politique africaine, n° 135, 2014, p. 5-21 ; V. Bonnecase, « Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey : quels répertoires locaux de la colère ? », Politique africaine, n° 130, 2013, p. 89-111 ; J. Siméant, Contester au Mali : formes de la mobilisation et de la critique à Bamako, Paris, Karthala, 2014. []
  25. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique : de la “réussite économique” du colonialisme tardif à la “faillite” des États africains (v.1930-v.1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62-4, 2015, p. 33-63 ; D. Speich, « The Use of Global Abstractions : National Income Accounting in the Period of Imperial Decline », Journal of Global History, vol. 6, n° 1, 2011, p. 7-28. []
  26. A. Young, « African Bureaucrats and the Exhaustion of the Developmental State : Lessons from the Pages of the Sudanese Economist », Humanity, vol. 8, n° 1, 2017, p. 49-75. []
  27. Pour ce qui est des pays en développement, voir par exemple C. Bettelheim, Planification et croissance accélérée, Paris, Maspero, 1967. []
  28. Par exemple, pour la planification d’inspiration française, voir P. Massé, Le plan ou l’anti-hasard, Paris, Gallimard, 1965 ; F. Perroux, Les techniques quantitatives de la planification, Paris, PUF, 1965 ; pour celle d’inspiration britannique, voir J. Meade, The Theory of Indicative Planning : Lectures Given in the University of Manchester, Manchester, Manchester University Press, 1970. []
  29. Voir par exemple A. Lewis, Développement économique et planification : les aspects essentiels de la politique économique, Paris, Payot, 1968 [1966] ou J. K. Galbraith, Les conditions actuelles du développement économique, Paris, Denoël, 1962. []
  30. Par exemple dans S. Amin, Trois expériences africaines de développement : le Mali, la Guinée et le Ghana, Paris, PUF, 1965. []
  31. G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes… », art. cité ; P. Hugon et O. Sudrie « La crise de la planification africaine… », art. cité. []
  32. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité ; A. Roy, Histoire des représentations paysannes au Mali. Pouvoirs politiques et syndicaux et privatisation de la filière cotonnière, Thèse de doctorat en anthropologie, Paris, EHESS, 2012 ; D. Speich « The Kenyan Style of “African Socialism” : Developmental Knowledge Claims and the Explanatory Limits of the Cold War », Diplomatic History, vol. 33, n° 3, 2009, p. 449-466. []
  33. Voir J. Meade, Plans et prix entre socialisme et libéralisme, Paris, Librairie Marcel Rivière et Compagnie, 1962. []
  34. J. I. Guyer et L. R. Denzer, « Prebendalism and the People : The Price of Petrol at the Pump », in W. Adebanwi et E. Obadare (dir.), Democracy and Prebendalism in Nigeria : Critical Interpretations, New York, Palgrave Macmillan, 2013, p. 53-77. []
  35. Voir le débat dans C. Bettelheim, Problèmes théoriques et pratiques de la planification, Paris, Maspero, 1966 [1946]. []
  36. F. Giovalucchi et J.-P. Olivier de Sardan, « Planification, gestion et politique dans l’aide au développement : le cadre logique, outil et miroir des développeurs », Revue Tiers Monde, n° 198, 2009, p. 383-406. []
  37. A. Ducastel, « Le capital-investissement comme instrument de l’action publique ou la financiarisation du développement en Afrique subsaharienne », Politique africaine, n° 144, 2016, p. 135-155. Voir également O. Vallée, « L’économique africain saisi par la finance », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 67-86. []
  38. A. Desrosières, « Naissance d’un nouveau langage statistique entre 1940 et 1960 », in A. Desrosières, Gouverner par les nombres : l’argument statistique II, Paris, Presses des Mines, 2008, p. 61-78. []
  39. En paraphrasant Alain Desrosières et Laurent Thévenot qui invitent à étudier la « chaîne de production statistique » ; voir L. Thévenot, « From Social Coding to Economics of Convention : A Thirty-Year Perspective on the Analysis of Qualification and Quantification Investments », Historical Social Research, vol. 41, n° 2, 2016, p. 96-117 ; sur l’Afrique, voir A. Labrousse, « Poor numbers. Chaînes statistiques et économie politique du chiffre », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 71, n° 4, 2016, p. 845-878 ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 71, n° 4, 2016, p. 897-922.», en ayant pour souci de faire apparaître les interactions entre la myriade d’acteurs qui participent à la production et à l’usage des plans : services administratifs centraux, sectoriels ou déconcentrés, professionnels de niveaux hiérarchiques divers, informaticiens, économistes, gestionnaires de projets, partenaires financiers, partis, collectivités, etc. L’accent mis sur les chaînes planificatrices permet de prêter attention à l’articulation entre les différents niveaux administratifs qui contribuent à la confection des plans, comme le fait ressortir François Enten en s’intéressant aux systèmes d’alerte précoce (SAP) en Éthiopie. Il permet aussi de rendre compte d’activités qui contribuent à la planification alors qu’elles ne sont pas a priori centrales, comme les chiffres de population décrits par Louise Barré, qui sont employés en Côte d’Ivoire à partir de la fin des années 1950 pour calculer divers ratios sur la productivité agricole. François Enten montre en outre les effets de vases communicants entre la gestion des aides alimentaire d’urgence et les interventions menées au nom du développement agricole sur le moyen et le long terme. Le gouvernement éthiopien les emploie successivement et en combinaison en fonction des priorités politiques du moment.

    Troisièmement, comme le recommandait le dossier consacré par Politique africaine à la « macroéconomie par le bas  ((B. Hibou, B. Samuel (dir.), « Dossier : La macroéconomie par le bas », Politique africaine, n° 124, 2011. []

  40. T. Hagmann et D. Péclard (dir.), Negotiating Statehood : Dynamics of Power and Domination in Africa, Malden, Wiley-Blackwell, 2011. []
  41. Pour une lecture anthropologique de l’approche du futur, voir B. Goldstone et J. Obarrio (dir.), African Futures : Essays on Crisis, Emergence, and Possibility, Chicago, University of Chicago Press, 2017. []
  42. Le modèle d’origine est celui de Paul Rosenstein-Rodan ; voir Projet Objectifs du millénaire des Nations unies, Investir dans le développement : plan pratique pour réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement, Rapport au secrétaire général des Nations unies, New York, Pnud, 2005. []
  43. Voir M. Hunsmann, « Le “plaidoyer fondé sur des preuves” dans l’action sanitaire internationale. Vers un nouveau type d’ingénierie sociale ? », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 10, n° 2, 2016, p. 219-243. []
  44. T. Porter, Trust in Numbers : The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  45. T. Mitchell, « Fixing The Economy », Cultural Studies, vol. 12, n° 1, 1998, p. 82-101. []
  46. J. Ferguson, The Anti-Politics Machine : “Development”, Depolitization and Bureaucratic Power in Lesotho, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1994. []
  47. Voir B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []
  48. De même que dans l’URSS stalinienne décrite par exemple dans A. Blum et M. Mespoulet, L’anarchie bureaucratique. Statistiques et pouvoirs sous Staline, Paris, La Découverte, 2003. []
  49. F. Cooper, « Modernizing Bureaucrats, Backward Africans, and the Development Concept », in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., p. 64-92 ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité. []
  50. Voir aussi V. Bonnecase, La pauvreté au Sahel : du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2011. []
  51. B. Hibou, « Économie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique subsaharienne : du catéchisme économique au fait (et méfait) missionnaire », Les Études du Ceri, n° 39, 1998, p. 1-46 ; voir aussi B. Contamin et Y.-A. Fauré, La bataille des entreprises publiques en Côte d’Ivoire. L’histoire d’un ajustement interne, Paris, Karthala/Orstom, 1990. []
  52. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique… », art. cité ; sur l’État ingénieur, voir A. Desrosières, « L’État, le marché et les statistiques… », art. cité, et en Afrique, A. Labrousse, « Poor numbers… », art. cité. []
  53. Par exemple M. Jerven, Poor Numbers : How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do About It, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2013 ; J. MacGaffey (dir.), The Real Economy of Zaïre : An Anthropological Study, Londres, James Currey, 1991. C’est aussi ce qu’illustre le débat récent sur la « tragédie statistique africaine » lancé par le chef économiste pour l’Afrique de la Banque mondiale, Shantayanan Devarajan. []
  54. F. Egil, « Les Objectifs de développement durable, nouveau “palais de cristal” ? », Politique africaine, n° 140, 2015, p. 99-120. []
  55. M. Jerven, « Benefits and Costs of the Data for Developments Targets for the Post-2015 Development Agenda », Copenhagen Consensus Center Working Paper, n° 16, 2014, Copenhague, Copenhagen Consensus Center. []
  56. A. Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques, Paris, La Découverte, 2014 ; R. Salais, « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évaluation quantitative de la performance », Revue française d’administration publique, n° 135, 2010, p. 497-515 ; M. Morgan, « Poverty Measures : Aggregating Up to Get Back Down Again », IEA de Nantes, conférence du 5 mai 2015 ; R. Rottenburg, S. E. Merry, S.-J. Park et J. Mugler (dir.), The World of Indicators. The Making of Governmental Knowledge through Quantification, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2015 ; B. Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012 ; P. Dardot et C. Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009. []
  57. Cette tension est aussi fondatrice du programme de recherche ouvert dans F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., ainsi que dans B. Hibou et B. Samuel, « Introduction au thème. Macroéconomie et politique en Afrique », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 5-28, qui revendiquent une approche généalogique de la macroéconomie. []
  58. P. Mosley, « Policy Making without Facts : A Note on the Assessment of Structural Adjustment Policies in Nigeria, 1985–1990 », African Affairs, vol. 91, n° 363, 1992, p. 227-240 ; W. F. Stolper, Planning without Facts, Cambridge, Harvard University Press, 1966. []
  59. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique… », art. cité ; G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes… », art. cité. []
  60. J.-D. Naudet, « Les guignols de l’info : réflexion sur la fragilité statistique en Afrique », Nouveaux cahiers de l’IUED, n° 10, 2000, p. 31-55 ; J. MacGaffey (dir.), The Real Economy of Zaïre…, op. cit. ; B. Hibou, « Économie politique du discours de la Banque mondiale… », art. cité. []
  61. M. Jerven, Poor Numbers…, op. cit. ; B. Samuel, « Calcul macroéconomique et modes de gouvernement : les cas du Burkina Faso et de la Mauritanie », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 101-126. []
  62. Voir M. Boumans, « Built-In Justification », in M. Morgan et M. Morrisson (dir.), Models as Mediators : Perspectives on Natural and Social Sciences, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1999, p. 66-96. []
  63. L. Thévenot, « From Social Coding to Economics of Convention… », art. cité. []
  64. R. H. R. Harper, Inside the IMF. An Ethnography of Documents, Technology and Organizational Action, San Diego, Academic Press, 1998, p. 122 et suivantes ; M. Mussa et M. Savastano, « The IMF Approach to Economic Stabilization », IMF Working Paper, n° 104, 1999, p. 1-42 ; F. Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, Paris, Éditions Recherches, 1980. []
  65. Voir A. Desrosières, « L’opposition entre deux formes d’enquête : monographie et statistique », in A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification : l’argument statistique I, Paris, Presses de l’École des mines, 2008. []
  66. V. Bonnecase, La pauvreté au Sahel…, op. cit. []
  67. A. Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993, p. 396 et suivantes ; T. Angeletti, Le laboratoire de la nécessité. Économistes, institutions et qualification de l’économie, Thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS, 2013. []
  68. J.-F. Bayart, L’État en Afrique, op. cit. []
  69. R. Gervais et I. Mandé, « Comment compter les sujets de l’Empire ? Les étapes d’une démographie impériale en AOF avant 1946 », Vingtième siècle, n° 95, 2007, p. 63-74 ; S. F. Sanchez, « Plans de colonisation, idées chimériques ? Nosy Be et Mayotte dans les projets français d’expansion dans l’océan Indien occidental et vers Madagascar (1839-1857) », in N. Dodille (dir.), Idées et représentations coloniales dans l’océan Indien du xviiie au xxe siècles, Paris, Presse universitaire de Paris-Sorbonne, 2009, p. 167-198 ; A. Appadurai, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001. []
  70. Voir aussi F. Cooper, « Modernizing Bureaucrats… », art. cité. []
  71. Pays où la tentative de définition d’une science économique plus adaptée aux environnements africains a été conduite. Voir G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. ; A. Roy, Histoire des représentations paysannes au Mali…, op. cit. ; D. Speich « The Kenyan Style of “African Socialism”… », art. cité. []
  72. M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité. []
  73. La coopération et l’éducation rurales doivent par exemple servir à transformer les relations économiques, sociales et politiques à la base. []
  74. Ibid. []
  75. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. []
  76. J. Ravenhill, « Adjustment with Growth… », art. cité. []
  77. P. Zagré, Les politiques économiques du Burkina Faso : une tradition d’ajustement structurel, Paris, Karthala, 1994 ; voir aussi B. Beucher, Manger le pouvoir au Burkina Faso. La noblesse Mossi à l’épreuve de l’histoire, Paris, Karthala, 2017. []
  78. B. Samuel, « L’argent de la compensation : macroéconomie, administration du social et exercice du pouvoir au Maroc dans les années 2000 », mimeo, Paris, Fasopo/Agence française de développement, novembre 2015. []
  79. J. Ferguson, Give a Man a Fish…, op. cit. []
  80. A. Desrosières, « Pour une politique des outils du savoir : le cas de la statistique », in A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification…, op. cit. ; M. S. Morgan, The World in the Model. How Economists Work and Think, Cambridge/New York, Cambridge University Press 2012. []
  81. B. Goldstone et J. Obarrio (dir.), African Futures…, op. cit. []
  82. Avec les travaux de Frederick Cooper ou de Catherine Coquery-Vidrovitch par exemple ; voir le bilan de J. M. Hodge, « Writing the History of Development… », art. cité. []
  83. Abréviation de Amélioration des méthodes d’investigation en milieu rural africain. []
  84. Sur ce point, voir P. Couty, Les apparences intelligibles. Une expérience d’économiste en Afrique, Paris, Éditions Arguments, 1996 ; voir également G. Winter, « Présentation du groupe Amira : bilan et perspectives », in Maîtrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale : logique paysanne et rationalité technique, Paris, Orstom, 1979, p. 383-386 ; J. Charmes, « L’héritage d’Amira », Stateco, n° 100, 2006, p. 81-85 ; A. Desrosières, Prouver et gouverner, op. cit. ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []
  85. S. Cerutti, « Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin, au xviie siècle », in J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil/Gallimard, 1996, p. 161-186. []
  86. A. G. Hopkins, « The New Economic History of Africa », The Journal of African History, vol. 50, n° 2, 2009, p. 173 ; M. Jerven, « A Clash of Disciplines ? Economists and Historians Approaching the African Past », Economic History of Developing Regions, vol. 26, n° 2, 2011, p. 111-124 ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []