Tous les articles par Fabrice Melka

Le Monde Afrique, entretien avec Jean-Nicolas Bach, coordinateur du dossier « L’Éthiopie après Meles Zenawi »

Éthiopie : « Privilégier la stabilité économique à l’ouverture politique a créé une situation explosive »
Un miracle économique. Un « lion africain ». Jusqu’à récemment, l’Éthiopie était citée en exemple par de nombreux économistes du continent. Avec une croissance officielle à deux chiffres sur la dernière décennie et une stabilité encensée par Barack Obama lors de son séjour africain en août 2015, le discours sur la renaissance d’un pays assimilé à la famine des années 1980 était porteur d’espoir. Mais la sécheresse et la succession de manifestations, violemment réprimées, depuis près d’un an viennent noircir le tableau. Le chercheur Jean-Nicolas Bach, spécialiste du pays et coordinateur du dossier de la revue Politique africaine consacré à « L’Éthiopie après Meles Zenawi » [l’ancien premier ministre décédé en août 2012] revient sur ce modèle éthiopien : est-il à bout de souffle ?

N° 142, juin 2016 – L’Éthiopie après Meles

couv142La disparition de Meles Zenawi en 2012 a ouvert une période de doutes et d’ajustements pour l’État ethnofédéral en Éthiopie. Ce dossier propose une réflexion sur les défis de « l’après-Meles » et invite à une discussion autour des héritages de celui qui était l’homme fort du régime depuis 1991.
Au-delà de la disparition du chef en tant que telle, c’est bien la dernière décennie de règne de Meles qui représente un moment historique pour l’Éthiopie contemporaine. Ce moment, marqué par l’élaboration et la mise en œuvre d’un vaste plan de transformation du pays inspiré des succès asiatiques, a placé le développementalisme au cœur de la rhétorique et de l’exercice du pouvoir d’État, tout en permettant à celui-ci de renforcer ses capacités d’intervention, d’étendre le champ de son déploiement et de réaffirmer ses modalités de domination autoritaire. Meles laisse ainsi à ses successeurs le soin de mener à bien un projet ambitieux mais difficile à conduire et impossible à réformer, au risque de remettre en cause le plan hégémonique du parti au pouvoir.

Continuer la lecture de N° 142, juin 2016 – L’Éthiopie après Meles

L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

introphoto142Introduction au dossier « L’Éthiopie après Meles », Politique Africaine, N° 142
Par Jean-Nicolas Bach, Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences  Po Bordeaux

« Nous ne léguerons pas la mendicité à la génération future, mais le développement ! »
Meles Zenawi1

Ce deuxième dossier de Politique africaine consacré à l’Éthiopie paraît au moment où le régime célèbre le vingt-cinquième anniversaire de sa victoire contre le régime militaire de Mengistu Hailé Mariam2. Le 28 mai 1991, face aux efforts conjugués du Front Démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front, EPRDF)3, du Front érythréen, ou encore du Front de libération oromo, les rebelles entrent dans Addis Abeba sans rencontrer de résistance. Mengistu a déjà quitté la capitale et abandonné le pays. L’indépendance de l’Érythrée en 1993, la neutralisation du front oromo par l’EPRDF au fil de la décennie 1990 et l’impossibilité pour les groupes d’opposition de se structurer durablement ont fait de l’EPRDF un parti hégémonique4, jusqu’à aujourd’hui. Le régime ethno-fédéral naît avec la Constitution de 1995 et son originalité réside notamment dans la reconnaissance des « droits des nations, nationalités et peuples » (art. 39) inspirée du modèle stalinien, alors même que l’Union soviétique s’effondrait et que les régimes africains entendaient construire des États-nations5.

Continuer la lecture de L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

  1. Traduction de la première phrase du cliché en couverture, présenté comme une citation, de « Son Excellence le premier ministre Meles Zenawi ». Ce cliché représente l’une des nombreuses affiches dédiées au premier ministre après sa mort. Merci à Chloé Josse-Durand et Clélie Nallet pour cette photographie (Addis Abeba, octobre 2012), ainsi qu’à Hanna Mebrahtu et Mehdi Labzaé pour leur aide à la traduction. Je tiens également à remercier Didier Péclard et Sandrine Perrot pour leur soutien précieux durant l’élaboration du dossier, ainsi que l’ensemble du comité de rédaction de Politique africaine, les évaluateurs anonymes et Françoise Braud pour leurs commentaires ayant permis l’amélioration des contributions et de cette introduction. Celle-ci a également bénéficié des remarques des auteurs du dossier. []
  2. Voir le premier dossier sur l’Éthiopie publié dans Politique africaine et dirigé par Cédric Barnes et Thomas Osmond, « Éthiopie : le fédéralisme en question », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 6-96. []
  3. L’EPRDF, ci-après Front, est composé du Front populaire de libération du Tigray (Tigray People’s Liberation Front, TPLF), du Mouvement national démocratique amhara (Amhara National Democratic Movement, ANDM), de l’Organisation démocratique du peuple oromo (Oromo People’s Democratic Organisation, OPDO) et du Mouvement démocratique des peuples du Sud de l’Éthiopie (Southern Ethiopia Peoples’ Democratic Movement, SEPDM). Le TPLF contrôle les principaux instruments du pouvoir dont la sécurité, l’armée et les services de renseignements. []
  4. On rencontre plus volontiers l’expression « parti dominant » dans la littérature et les discours officiels. Je préfère parler d’hégémonie en suivant la typologie de G. Sartori, Partis et systèmes de partis. Un cadre d’analyse, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011 [1976], p. 320-332. []
  5. Le fédéralisme éthiopien est constitué aujourd’hui de neuf régions-États (killil) auxquelles s’ajoutent deux villes-État (Addis Abeba et Dire Dawa. Les unités administratives inférieures aux killil sont les suivantes, par ordres décroissant : zone, wereda, qebelé (quartier). À propos du fédéralisme éthiopien, voir S. Pausewang, K. Tronvoll et L. Aalen, Ethiopia Since the Derg, Londres, Zed Books, 2002 ; W. James, D. L. Donham, E. Kurimoto et A. Triulzi (dir.), Remapping Ethiopia. Socialism and After, Oxford, James Currey, 2002 ; S. Vaughan et K. Tronvoll, The Culture of Power in Contemporary Ethiopian Political Life, Stockholm, Sida Studies, 2003 ; D. Turton (dir.), Ethnic Federalism : the Ethiopian Experience in Comparative Perspective, Oxford/Athens/Addis Abeba, James Currey/Ohio University Press/Addis-Ababa University Press, 2006. Plus récemment, T. Hagmann et J. Abbink (dir.), « Twenty Years of Revolutionary Democratic Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, n° 4, 2011, p. 579-595. []

Les violences dans l’Extrême-Nord du Cameroun : le complot comme outil d’interprétation et de luttes politiques, par Marie-Emmanuelle Pommerolle

En décembre 2014, à Yaoundé, on entend deux versions complètement différentes concernant les violences qui ravagent l’Extrême-Nord du Cameroun depuis quelques mois. Située à près d’un millier de kilomètres du foyer des tensions, la capitale accueille alors deux récits qui ne s’affrontent ni ne se croisent. D’un côté, les quelques journalistes de l’unique bihebdomadaire disposant de véritables relais sur place exposent au reste du monde les attaques subies par les villages proches de la frontière nigériane et les forces de sécurité présentes dans la région1. De l’autre, sur les ondes populaires, parmi les étudiants, dans les restaurants huppés comme dans les administrations, ces mêmes violences sont imputées, souvent à demi-mot, à quelques personnalités politiques de cette région et à « la France » qui les soutient. La force populaire et politique de ce second récit contraste avec la faible portée des faits recueillis minutieusement par L’Œil du Sahel qui comptabilise les villages brûlés, les bergers enlevés, le bétail volé. Alors qu’une mobilisation régionale « contre le terrorisme » s’engage depuis janvier 2015, le récit, jusque-là minoritaire, est maintenant validé par la parole officielle et repris par certains médias : désormais, il s’agit bien de combattre Boko Haram, et de soutenir les soldats camerounais engagés au front.

Continuer la lecture de Les violences dans l’Extrême-Nord du Cameroun : le complot comme outil d’interprétation et de luttes politiques, par Marie-Emmanuelle Pommerolle

  1. Un seul journal, bihebdomadaire, L’Œil du Sahel, s’intéresse spécifiquement au Nord du pays et y possède un réseau de correspondants. Les autres journaux, notamment les quotidiens, disposent de très peu d’informations sur la région et n’en ont guère publié depuis le début des violences. []

N° 138 – 2015/2, Juristes, faiseurs d’État

couv138_JuristesLe droit en Afrique évoque souvent l’image du legs colonial ou d’un vide juridique. À rebours de cette vision trompeuse, ce dossier contribue à une sociologie du droit encore tâtonnante sur le continent. Son pari est que les juristes offrent une clé d’entrée pour éclairer les transformations de l’État, mais aussi l’historicité des dynamiques de mondialisation du droit sur le continent. Les différentes contributions explorent des situations coloniales et contemporaines contrastées des anciens empires français et britannique. En mettant pleins feux sur les trajectoires des juristes qui incarnent et contribuent par leur engagement à ces transformations sur la scène locale, nationale ou globale, elles montrent que c’est bien dans ces soi-disant périphéries que se jouent les grandes révolutions juridiques, politiques et économiques actuelles.

Continuer la lecture de N° 138 – 2015/2, Juristes, faiseurs d’État

Les juristes en Afrique : entre trajectoires d’État, sillons d’empire et mondialisation, par Sara Dezalay

intro138_vignette_JuristesIntroduction au dossier “Juristes, faiseurs d’État”, Politique Africaine N° 138, par Sara Dezalay (Université Goethe, Francfort, Cluster of excellence « The formation of normative orders »).

Bras croisés sur un costume gris et chemise bleue − incontournable cotte de l’avocat d’affaires −, Pascal Agboyibor trahit par un imperceptible sourire le triomphe qui l’a porté à la « une » du mensuel Forbes Afrique en février 20151. Cet avocat togolais de 47 ans est l’un des très rares Africains nommés au conseil d’administration de l’une des plus grandes firmes internationales de droit des affaires. À la tête du département « Afrique » du cabinet américain Orrick Herrington & Sutcliffe LLP, basé à Paris, il y est salué comme un « stratège de l’ombre » de grands contrats aux enjeux aussi discrets que formidables entre États et investisseurs étrangers sur le continent africain. Projets miniers et pétroliers, financements d’infrastructures, fusions-acquisition et contentieux : de Paris à Londres et New York − mais aussi dans ces nouvelles global cities que sont Johannesburg, Luanda ou Casablanca − les grands cabinets d’affaires internationaux se tournent vers l’Afrique comme un nouveau marché du droit. Par contraste, la visibilité médiatique de la Cour pénale internationale (CPI) comme arme juridico-politique contre la mauvaise gouvernance, les investissements massifs des agences de développement occidentales pour réformer l’État de droit dans les pays en crise ou encore la multiplication de tribunaux régionaux sur le continent renvoient également l’image – tout aussi trompeuse – d’une nouvelle mondialisation du droit en Afrique.

Continuer la lecture de Les juristes en Afrique : entre trajectoires d’État, sillons d’empire et mondialisation, par Sara Dezalay

  1. M. E. Ngisi, « Pascal Agboyibor, l’avocat qui murmure à l’oreille des grands », Forbes Afrique, février 2015, p. 33-39. Portrait complété par un entretien de l’auteure avec Pascal Agboyibor, Paris, 22 mai 2015. []

Hommage à Stephen Ellis

Stephen EllisStephen Ellis est mort comme il a vécu : en philosophe, en homme de foi, en parfait gentleman. Ethniquement, il était historien, et il l’est resté jusqu’au bout, en dépit de ses mues professionnelles successives, par son souci des sources et la diversité de celles qu’il mobilisait. Grâce aux différentes fonctions qu’il a occupées tout au long d’une carrière particulièrement riche, à son entregent, à sa chaleur humaine et à sa discrétion absolue, il possédait sans doute l’un des meilleurs carnets d’adresses dont peut se targuer un spécialiste des questions africaines. S’y côtoyaient les sommités de la communauté scientifique internationale, des fonctionnaires de toutes nationalités, des militants, des journalistes, des banquiers, des traders, d’anciens mercenaires, des hommes d’affaires parfois issus de la lutte armée, des prêtres et des pasteurs, des environnementalistes, des diamantaires, une foule d’anonymes rencontrés au fil de ses voyages, notamment en Afrique, et auxquels il vouait un respect qui n’aveuglait pas sa clairvoyance. Travailler avec Stephen était un plaisir, mais aussi une nécessité tant son érudition était toujours précieuse pour les recherches des uns et des autres. J’en ai moi-même fait l’expérience à de multiples reprises, notamment en écrivant avec lui et Béatrice Hibou La Criminalisation de l’État en Afrique. Bien que j’en aie personnellement tiré de grands enseignements en rédigeant mes propres livres, d’autres sont mieux placés que moi pour saluer son œuvre d’historien de Madagascar et de la République sud-africaine, sa contribution à la compréhension de la guerre civile au Liberia, son apport décisif – réalisé de pair avec Gerrie ter Haar – à l’étude du fait religieux en Afrique.

Continuer la lecture de Hommage à Stephen Ellis

Ecouter le débat autour du livre de Ricardo Soares de Oliveira

ricardo soares de oliveiraRicardo Soares de Oliveira (University of Oxford), Magnificent and Beggar Land. Angola since the civil war, London, Hurst, 2015

Débat Autour d’un livre enregistré le  11 mai 2015 au CERI-Sciences Po.

En présence de l’auteur.
Discutants :
Michel Cahen, CNRS, Les Afriques dans le monde, Bordeaux
Gilles Favarel-Garrigues, CNRS-CERI-Sciences Po
Didier Péclard, Université de Genève
Juliana Lima, Université Paris 1 & Sciences Po
Modérateur : Richard Banégas, CERI-Sciences Po

Débat autour d’un livre : Angola Since the Civil War: Oil, Reconstruction and Illiberal Statebuilding

Magnificent_and_beggar_landLundi 11 mai / 16h-18h30

CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle de conférences, , Bâtiment S

Débat autour d’un livre dans le cadre du Groupe de recherche « Afrique : citoyenneté, violence et politique », en partenariat avec la revue Politique africaine

Ricardo Soares de Oliveira, University of Oxford, auteur de Magnificent and Beggar Land. Angola since the civil war, London, Hurst, 2015

Discutants :

Michel Cahen, CNRS, Les Afriques dans le monde, Bordeaux

Gilles Favarel-Garrigues, CNRS-CERI-Sciences Po

Didier Péclard, Université de Genève

Juliana Lima, Université Paris 1 & Sciences Po

Modérateur :

Richard Banégas, CERI-Sciences Po

Cet événement bénéficie du soutien du Programme OxPo

Call for papers : « Political Polyphonies of Rap »

Call-for-proposalsCall for papers for the journal Politique africaine, march 2016 issue.

Guest editors: Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly) and Sophie Moulard (Associate researcher at LAM)

This special issue of the journal Politique africaine responds to the remarkable expansion, since the 1980s, of rap music and other hybrid, hip-hop inspired musical genres (hiplife, bongo flava, kwaito, etc.) in Africa. Through a focus on this musical phenomenon, a key feature of African urban landscapes and youth discourse across the continent, the articles collected here will reflect on contemporary politics in Africa. Against presuppositions that tend to take the political aspect of rap for granted, we propose to consider how – through what manner of processes, actors and connections – the musical genres addressed here became a tool and a vector of politics. In a time of shifting modes of expression, control and engagement, what does an in-depth study of rap music teach us about emergent mechanisms of political participation and relationships to power? What kinds of continuities do we encounter, here, with a longer history of urban musical practices in Africa? And what does careful attention paid to these developments tell us about the social and political construction of youth on the continent? Continuer la lecture de Call for papers : « Political Polyphonies of Rap »

Appel à contributions : « Polyphonies politiques du rap »

Appel-polaf1Appel à contribution pour la revue Politique africaine, numéro de mars 2016.

Dossier coordonné par Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly) et Sophie Moulard (Chercheure associée au LAM)

Ce dossier de Politique Africaine réagit au développement remarquable, depuis la fin des années 1980, de multiples scènes autour du rap et de genres musicaux hybrides nés de l’adhésion au hip-hop (hiplife, bongo flava, kwaïto, etc) sur le continent africain. Il propose de s’intéresser à ces phénomènes musicaux devenu centraux, à la fois dans les paysages culturels urbains et dans les discours sur les jeunesses africaines, afin de soulever par ce biais une réflexion sur le politique contemporain en Afrique. A rebours de présupposés qui tendent à appréhender la dimension politique du rap comme allant de soi, nous souhaitons examiner comment – par quels processus, quels acteurs ou quelles connexions – cette musique est devenue un outil et/ou un vecteur du politique. Que nous apprend l’étude approfondie du rap sur les mécanismes de la participation politique et les rapports au pouvoir développés pendant cette période de changement des modes d’expression, de contrôle et de participation ? Quelles continuités entretiennent-ils avec une plus longue histoire de pratiques musicales urbaines dans les Etats africains ? Ce faisant, comment cette expression fréquemment associée à une culture « jeune » (youth culture) nous permet-elle de comprendre les modalités de construction sociale et politique de cette génération ? Continuer la lecture de Appel à contributions : « Polyphonies politiques du rap »

Journée d’étude de la revue Politique africaine : Les marges du politique en situation autoritaire

La Journée d’études de l’ACPA aura lieu mercredi 4 mars 2015 à partir de 10h.

28 rue des Saint Pères, salle H 203

10h00 : Contester en situation autoritaire

Modérateur : Laurent FOURCHARD, LAM, IEP de Bordeaux
– Michel CAHEN, LAM, IEP de Bordeaux, Mozambique: institutionnaliser la marge ? Frelimo et Renamo à l’aube d’une nouvelle période
– Didier PECLARD, Université de Genève, « ‘36 années, c’est trop’ ? Jeunesse, contestation et ‘hégémonie nerveuse’ en Angola
– Vincent BONNECASE, LAM, IEP de Bordeaux, Sur la chute de Blaise Compaoré. Autorité et contestation dans les derniers jours d’un régime

14h00 : L’Algérie aux marges de l’État

Modérateur : Didier PECLARD, Université de Genève
– Tarik DAHOU , IRD, Paloc, Introduction au dossier de Politique africaine
– Naoual BELAKHDAR, Université de Berlin, Quand la contestation passe par la marge: autoritarisme et résistances en Algérie
– Salim CHENA, LAM, IEP de Bordeaux, La productivité marginale de la harga. Réification de l’exil, individuation des exilés