Créer des étrangers : lois de la citoyenneté de 2011 aux Soudans et désirs d’État pour une nationalité ethnique, par Elena Vezzadini

Conjoncture2_135Depuis la signature de l’Accord de paix global (Comprehensive Peace Agreement, CPA) en 2005 qui a mis fin à quarante ans de guerre civile entre Soudan du Nord et du Sud, le retour au Sud des « réfugiés » sud-soudanais est une des préoccupations majeures des différentes organisations gouvernementales et internationales mais aussi des médias : on doit en effet les aider, par tous les moyens possibles, à « rentrer chez eux », à la « maison1 ». En 2011, le Soudan du Sud est devenu indépendant, et le nombre de rapatriements a soudainement flambé. La raison n’en est pas seulement que les « Sud-Soudanais » pouvaient enfin rentrer à leur « maison », officiellement indépendante. C’est aussi qu’ils n’ont plus le choix : ils sont désormais des « étrangers ».

La création de nouveaux États-nations soulève toujours le problème des limites fixées à la citoyenneté2. Dans le cas du Soudan, les deux gouvernements ont choisi, à partir de 2011, de tirer un trait sur l’histoire des mélanges et des migrations entre Nord et Sud. Ils ont refusé de voir la difficulté, voir l’impossibilité, de séparer les populations. Dans cet article, nous verrons que cette démarche a eu pour effet de rendre apatride de facto des millions de Soudanais. Les nouvelles lois de la nationalité au Sud comme au Nord, toutes deux promulguées en 2011, se fondent sur une définition raciale de l’« ethnie » sud-soudanaise, qui postule une différence infranchissable entre Nord et Sud-Soudanais, une différence basée sur le sang que rien – ni la socialisation d’un individu, ni ses réseaux, ni son travail, ni sa culture – ne pourra jamais effacer.

En avril 2010, tandis que je menais des recherches aux Archives nationales de Khartoum, j’ai rencontré une femme que je vais nommer Maria, avec laquelle j’ai pu m’entretenir à plusieurs reprises de la question de son « retour à la maison », au Sud3. Quand je lui ai naïvement demandé quand elle comptait « rentrer chez elle », elle en a été vexée. Ma demande participait à un discours qui remettait en question le droit de Maria de rester dans un lieu avec lequel elle entretenait une relation certes compliquée, mais qui restait, malgré tout, son unique « chez soi ». Et la question était d’autant plus sensible que le gouvernement avait annoncé à plusieurs reprises, avec un ton plus ou moins menaçant, qu’après l’indépendance, les Sud-Soudanais devraient avoir quitté le Nord.

Maria était arrivée à Khartoum lorsqu’elle était enfant (elle n’a jamais jugé utile de me dire d’où elle venait exactement, et je ne le lui ai pas demandé). Elle était mariée à un homme originaire du Sud, comme elle, et qui avait un emploi stable à Khartoum. Leurs enfants étaient scolarisés dans des écoles publiques. Elle, son mari, et ses enfants ne maîtrisaient aucune des langues du Sud et étaient arabophones. Employés par l’État, ils percevaient un salaire certes très réduit, mais régulier. Ils possédaient un petit lopin de terre. Elle ne s’imaginait pas « retourner » au Sud, car elle estimait que là-bas, il n’y avait ni de bonnes écoles pour ses enfants ni d’opportunités pour elle-même et son mari. Et pourtant, elle était victime de plusieurs formes de discrimination, comme par exemple son cantonnement dans des tâches subalternes. Malgré tout cela, elle n’allait pas rentrer. Pour elle et sa famille, comme pour nombre d’employés originaires du Sud que j’ai rencontrés aux archives, partir ne signifiait pas « revenir » quelque part, mais « migrer » dans un pays inconnu.

En juillet 2011, lors d’un nouveau terrain aux archives, on m’a informée que Maria et ses collègues étaient « rentrés chez eux ». En effet, les archives s’étaient vidées d’une bonne partie de leur personnel, tous ceux qui étaient originaires du sud. Je ne sais pas si Maria était vraiment partie, mais assurément, elle et ses collègues avaient été licenciés, puisque, selon les nouvelles lois, ils n’avaient plus le droit de travailler dans la fonction publique. Ils n’étaient plus Soudanais : ils étaient désormais devenus des étrangers.

Dans cet article, je me propose de brosser une histoire de ce passage du statut de citoyen à celui d’étranger, dans un si court laps de temps. Je présente tout d’abord une brève synthèse des lois de nationalité au Soudan avant 2011, pour mieux mettre en relief le changement radical engagé à partir de 2009 et qui s’est concrétisé dans les nouvelles lois de 2011, au Sud comme au Nord. Ce cadre historique permet également d’illustrer la complexité de la politisation des relations Nord-Sud. Dans une deuxième section, je décris la mise en pratique des lois sur la nationalité, la manière dont elles sont devenues opératoires avant 2011 dans les demandes de papiers de nationalité, et après 2011 dans l’attribution d’un numéro national qui, au Nord, règle l’accès aux principaux services publics. Dans une dernière partie, enfin, je reviens sur la question fondamentale des « réfugiés » et des personnes qui, comme Maria, ont passé l’essentiel de leur existence au Nord. En traçant un court historique des différentes vagues de migrations entre Nord et Sud, nous comprendrons mieux pourquoi le cas de Maria est si répandu, et pourquoi la définition courante de « réfugiés » est inadéquate et trompeuse.

Histoire du clivage Nord-Sud et lois de la citoyenneté au(x) Soudan(s)

Après environ soixante ans de royaume ottomano-égyptien (1820-1885), et un court interlude d’indépendance avec la Mahdiyya (1885-1898), le Soudan devient un condominium anglo-égyptien, qui en fait, de facto, une colonie britannique. À partir de 1925, une conjonction d’évènements, et particulièrement la montée du premier mouvement nationalisme soudanais, conduit à une reformulation de la politique indigène, avec des conséquences considérables pour le Sud. En effet, les Britanniques considèrent qu’une des missions du gouvernement consiste à faire en sorte que chaque « tribu » et « race » au Soudan se développe « suivant ses propres caractéristiques indigènes », et que tout mélange équivaut à une dégénération dangereuse4. C’est à ce moment que la Southern Policy est inaugurée, conduisant à la mise en place d’une séparation administrative entre Soudan du Nord et du Sud ; en outre, avec la « Closed District Ordinance », les colonisateurs britanniques exigent la demande préalable d’un permis spécial pour tout Soudanais voulant se déplacer d’une région à l’autre5. La distinction entre Nord et Sud est alors définie en termes territoriaux, même si elle est justifiée par une supposée incompatibilité raciale des populations de ces territoires.

C’est seulement après la Seconde Guerre mondiale, quand les doctrines et les mécanismes d’application de l’Indirect Rule – y compris la Southern Policy – sont en grande partie démantelés, que le gouvernement britannique fait passer la première loi sur la citoyenneté en 1948, la « Definition of Sudanese Ordinance ». Ce décret attribue la citoyenneté soudanaise à toute personne sans autre nationalité, habitant au Soudan depuis 1897, ou bien aux enfants de parents habitant au Soudan, ou encore aux femmes mariées à une personne ainsi définie6. Il s’agit donc de créer les bases législatives pour attribuer un droit égal de citoyenneté à tous les habitants du Soudan, sans discrimination liée à l’ancienne séparation administrative.

Au début des années 1950, une effervescence politique agite les intellectuels du Sud. Ils participent aux négociations pour l’indépendance du Soudan avec les nationalistes nord-soudanais, mais ils demandent que soit sauvegardée la spécificité culturelle d’un Sud, longtemps séparé administrativement du Nord et dont les institutions, les langues et les religions diffèrent sensiblement de celles du Nord. Mais quand l’indépendance devient effective (avec une période intérimaire, de 1953 à 1956), ces demandes sont rejetées en bloc. En pleine impasse politique, un bataillon de l’armée se mutine à Torit, dans l’Équatoria, en 19557. Cette date est considérée comme le début de la première guerre civile8, qui provoque, entre 1955 et 1972, la mort de 170 000 personnes, ainsi que 800 000 réfugiés internes et 220 000 réfugiés dans les pays voisins9.

C’est dans ce climat qu’est adoptée la première loi de nationalité du pays indépendant, qui restera le fondement de tous ses décrets consécutifs. Ils sont inspirés par un double principe : le ius sanguinis – le fait qu’on accorde à un enfant la nationalité de ses parents – et la résidence. Ainsi, selon le Sudan Nationality Act de 1957, une personne a droit à la nationalité soudanaise si elle est née au Soudan et si son père est né au Soudan, ou bien si le père ou ses ancêtres de lignée paternelle sont résidents du Soudan depuis 1924 (et ensuite 1956). En vertu du principe de résidence, une personne peut également acquérir la nationalité soudanaise après dix ans de résidence continue si elle fait état d’une connaissance adéquate de la langue arabe, ou après vingt ans dans le cas contraire, ou encore après deux ans dans le cas d’une femme étrangère mariée à un Soudanais (le contraire n’est pas envisagé, la nationalité se transmettant exclusivement par voie patrilinéaire). Enfin, cette législation ne permet pas la double nationalité10.

L’accord de paix de 1972 concède au Soudan environ dix ans de paix. Mais malgré les considérables progrès, surtout au début de cette période, dans les relations Nord-Sud, rien n’évolue véritablement en ce qui concerne la nationalité. En 1983, le conflit recommence à la suite du tournant islamiste du gouvernement et de la montée en force des Frères musulmans, sans oublier les effets délétères de la remise en cause progressive du statut d’autonomie concédé aux Sudistes en 1972. En 1989, un coup d’État mène au pouvoir l’actuel président Omar al-Bashir, à la tête d’un gouvernement nommé le Front du Salut (al-inghaz). Au Sud, le mouvement politique et armé se réorganise sous le leadership de John Garang avec l’Armée de libération du peuple du Soudan (Sudan People Liberation Army, SPLA), qui devient le premier parti/armée d’opposition. On estime que ce conflit a provoqué la mort de deux millions de personnes, directement ou indirectement et que quatre millions ont été déplacées.

C’est pourtant pendant l’apogée du gouvernement islamiste que le Sudan Nationality Act est amendé en 1994, de manière assez progressive. Les amendements permettent désormais à une personne d’acquérir la nationalité après seulement cinq ans de résidence continue. La connaissance de l’arabe n’est plus une condition nécessaire. Enfin, la double nationalité est autorisée et on ne peut plus se voir déchu de sa nationalité soudanaise en devenant citoyen d’un autre État11. On retrouve ici la ligne du gouvernement islamiste inspiré par le style des Frères musulmans soudanais et par leur leader, Hassan al-Tourabi, qui mélange réformisme et traditionalisme12.

Sans victoire décisive d’une des parties sur le terrain militaire, le conflit s’enlise. Des négociations longues et laborieuses engagées en 2001 conduisent à la signature du CPA à Naivasha (Kenya). Dès lors, le gouvernement et l’opposition établissent une « feuille de route » prévoyant un recensement national, des élections démocratiques au Nord et au Sud, et enfin un référendum où les Sud-Soudanais choisiront l’unité ou la séparation d’avec le Nord.

Les lois de nationalité sont modifiées dans un sens ultérieurement progressiste. L’amendement le plus conséquent donne à la mère (mais pas à la lignée maternelle) la possibilité de transmettre la nationalité aux enfants13. Ces dispositions ont été rappelées dans la constitution intérimaire du Soudan de 200514.

Et pourtant, c’est dans la période comprise entre 2005 et 2011 qu’un changement radical dans la définition de la nationalité commence à se dessiner, dans la préparation même du référendum. L’État doit d’abord définir qui jouit du droit de vote. Plus précisément, puisque seuls, les Sud-Soudanais sont appelés à voter, il est nécessaire de définir qui peut être considéré comme Sud-soudanais. Ainsi, paradoxalement, c’est dans une période de grande ouverture politique qu’est apparue pour la première fois une définition « ethnique » de l’appartenance nationale. Le Southern Sudan Referendum Act de 2009 énumère ainsi les conditions pour participer au référendum : avoir plus de 18 ans, être sain d’esprit, être enregistré comme votant ; mais surtout, être :

« 1) né de parents (ou du moins d’un d’entre eux) appartenant à une des communautés indigènes résidant au Soudan du Sud au 1er janvier 1956 ou avant cette date, ou dont le lignage peut être établi avec une communauté ethnique du Soudan du Sud, ou 2) résident permanent, sans interruption, ou dont un des parents ou grands-parents a résidé, sans interruption, au Soudan du Sud depuis le 1er janvier 1956. »

Republic of South Sudan, Southern Sudan Referendum Act 2009,http://unmis.unmissions.org/Portals/UNMIS/Referendum/SS%20Referendum%20MOJ-Englis.pdf, consulté le 18 juillet 2014, p. 14, traduit par mes soins.

L’assignation d’un droit de vote se fonde donc sur un critère d’inclusion particulièrement imprécis, celui de l’ascendance d’une des communautés indigènes du Sud.

Et c’est exactement cette définition des « Sud-Soudanais » qui a été reprise dans les lois de la nationalité adoptées au Nord et au Sud en 2011, en même temps que le Sud déclarait son indépendance. Deux jours avant, le 7 juillet 2011, le South Sudan Nationality Act, a été promulgué. Selon ce décret :

(1) Une personne née avant ou après la promulgation de cette loi sera considérée Sud-Soudanaise de naissance si cette personne présente au moins une des conditions suivantes.

(a) Un des parents, grands-parents, ou arrière-grands-parents, de ligne paternelle ou maternelle, sont nés au Soudan du Sud, ou

(b) la personne appartient à une des communautés ethniques indigènes du Soudan du Sud.

(2) Une personne sera considérée Sud-Soudanaise de naissance si au moment de la promulgation de cette loi elle

(a) a été domiciliée au Sud-Soudan depuis le 1er janvier 1956 ou

(b) un de ses parents ou grands-parents a été domicilié au Soudan du Sud depuis le 1er janvier 1956.

(3) Une personne née après le début de cette loi aura la nationalité sud-soudanaise de naissance si son père ou sa mère était un citoyen sud-soudanais de naissance ou de naturalisation au moment de la naissance de cette personne.

Republic of South Sudan, Laws of South Sudan, Nationality Act 2011, http://www.refworld.org/docid/4e94318f2.html, consulté le 18 juillet 2014, p. 7-8, traduit par mes soins.

Cette loi prévoit également une naturalisation après une résidence continue de dix ans, et cinq ans pour l’époux(se) étranger(ère) marié(e) à un(e) Sud-Soudanais(e). Ainsi, le Sud-Soudan a opté pour une définition de la citoyenneté fondée sur l’appartenance directe ou indirecte à des « communautés indigènes ».

Dans le même temps, le gouvernement de la nouvelle République du Soudan a apporté un amendement crucial à la loi de la nationalité de 1994. Outre le fait qu’il faille à nouveau résider au Soudan au moins dix ans pour en acquérir la citoyenneté, le changement le plus significatif porte sur la révocation de la nationalité :

« (2) La nationalité soudanaise sera automatiquement révoquée si la personne a acquis, de jure ou de facto, la nationalité du Sud-Soudan.

(3) […] La nationalité soudanaise sera révoquée si la nationalité soudanaise du père de la personne est révoquée selon la section(2) de cette loi. »

Republic of South Sudan, The Sudanese Nationality Act 1994 and Sudanese Nationality Act (Amendment) 2011, http://www.refworld.org/pdfid/502cc1b92.pdf, consulté le 18 juillet 2014, p. 15, traduit par mes soins, j’ajoute les italiques.

Or, le paragraphe sur la double nationalité n’a pas été révoqué de cette législation. Cela signifie qu’un citoyen soudanais peut avoir la double nationalité de presque n’importe quel pays, sauf le Sud-Soudan. Le Sud-Soudan autorise au contraire la double nationalité, y compris pour les Soudanais du Nord. Mais comme un citoyen du Nord perd sa nationalité s’il acquiert celle du Sud, de facto la double nationalité avec le Sud est impossible selon les lois existantes.

L’amendement de 2011 à la loi de 1957 mentionne donc que si une personne a, de jure ou de facto, la nationalité du Sud, elle perd sa nationalité soudanaise. Cela signifie que l’État peut révoquer la nationalité de tout citoyen au simple motif que cette personne remplit les conditions pour être reconnu citoyen du Sud, même en l’absence de toute démarche officielle pour l’obtention de la nationalité sud-soudanaise. Comme le remarque le juriste Mike Sanderson, s’il est fréquent de déchoir quelqu’un de sa nationalité parce qu’il ou elle peut choisir volontairement d’en acquérir une autre (dans les pays qui n’acceptent pas la double nationalité), il est beaucoup plus rare d’être déchu sur la base d’une acquisition « involontaire » ou théorique d’une autre nationalité15.

Une telle législation soulève des problèmes évidents, à la fois du point de vue légal, et au regard de ses effets sociaux. Comme nous l’observerons dans la prochaine section, les négociations difficiles que certains groupes doivent mener pour obtenir des papiers d’identité rendent compte de la violence symbolique des États du Nord et du Sud dans leur processus de construction d’une identité nationale.

Une formulation ambiguë et des pratiques discriminatoires

Du point de vue légal, l’insaisissabilité du concept de « communauté indigène » constitue l’élément le plus problématique des deux législations sur la citoyenneté. Pour clarifier la procédure d’obtention de la nationalité, le gouvernement du Sud-Soudan a publié en décembre 2011 un guide d’interprétation, le Nationality Regulations, 2011. Cependant, ce document n’éclaire en rien la question des « communautés ethniques » du Sud, et se limite à préciser que :

« Les mots “appartenance à une des communautés indigènes ethniques du Sud-Soudan” devront être interprétés, au regard des groupes ethniques transfrontaliers, au sens que la personne “appartient à cette partie de la communauté ethnique indigène qui traditionnellement réside dans le territoire du Sud-Soudan”. »

Republic of South Sudan, Nationality Regulations 2011 (South Sudan), 29 December 2011, http://www.refworld.org/pdfid/4ffab4582.pdf, consulté le 18 juillet 2014, p. 4, traduit par mes soins.

De même, la procédure proposée dans ce texte pour l’obtention des documents de nationalité est assez complexe pour le demandeur : il ou elle doit présenter aux autorités des preuves d’appartenance à ces fameuses communautés indigènes sud-soudanaises. À défaut de documents écrits comme des certificats de naissance, qui au Sud sont généralement inexistants, ces preuves peuvent se baser sur des témoignages oraux de personnes « faisant autorité », comme des parents, des leaders de communauté, ou des personnes de « bonne réputation » qui connaissent l’identité du demandeur16. Et enfin, le gouvernement du Sud n’a à aucun moment précisé quelles seraient ces « communautés ethniques indigènes », ou proposé une liste de ces dernières, du moins officiellement17.

De son côté, le gouvernement de la République du Soudan s’est limité à se calquer sur la définition des « Sud-Soudanais » retenue par le gouvernement du Sud. Cependant, cela a des répercussions particulièrement profondes au Nord, pour des raisons liées à l’histoire des relations entre Nord et Sud. Nous avons vu qu’en théorie toute personne ayant des « ancêtres » au Sud – et plus précisément jusqu’au niveau des arrière-grands-parents paternels ou maternels – a « de jure ou de facto » droit à la nationalité sud-soudanaise et perd donc sa citoyenneté au Nord. Mais les habitants du Nord sont tout aussi liés de façon « ancestrale » aux habitants du Sud. En effet, le moment perçu comme l’origine de la fracture entre Nord et Sud marque aussi le début des brassages de populations. Dans les années 1840, des voyages d’explorations « ouvrent » la région du Nil Blanc et ses affluents occidentaux, et instaurent un système commercial basé sur la traite des esclaves, qui progressivement se ramifie et atteint le Nil Bleu et le Sud du Darfour18. La traite induit la dépopulation de certaines zones du Sud et la migration forcée de centaines de milliers d’habitants vendus comme captifs dans les marchés du Nord. Et en même temps, les habitants, en particulier les sédentaires du Nord, sont accablés par la nouvelle administration, fortement centraliste et oppressive. Ainsi, la situation en pousse certains à chercher fortune dans le commerce des esclaves19. Les captifs ramenés au Nord s’insèrent dans cette nouvelle configuration, recouvrant plusieurs fonctions dans divers domaines d’activités, allant du travail agricole à l’armée ou encore aux travaux domestiques20. Si l’on considère la diffusion des pratiques de concubinages entre hommes libres et esclaves au xixe ans toutes les classes sociales, y compris les élites, et si on la lit à la lumière des nouvelles lois de nationalité pour lesquelles le lien ethnique avec le Sud peut se transmettre aussi par voie matrilinéaire, on peut finalement s’interroger sur le nombre d’habitants du Nord-Soudan qui n’auraient pas de liens « ancestraux » avec le Sud et seraient, au final, des « vrais » Soudanais. Enfin, cette législation touche toute cette partie de la population au Nord qui a une ascendance sud-soudanaise très éloignée, notamment ceux qu’on désigne comme « sudani », c’est-à-dire les descendants d’esclaves affranchis au début de la période coloniale, ou des anciens soldats de l’armée anglo-égyptienne capturés comme ennemis de guerre au Sud pour être intégrés dans l’armée au Nord (au moins jusqu’en 1925)21. Cela montre comment, dans les textes de loi, la définition de Sud-Soudanais, si strictement appliquée, porte atteinte à un nombre extrêmement large de personnes.

Si la formulation légale est déjà ambiguë, le système mis en place pour l’obtention des documents de nationalité, à la fois au Nord et au Sud, réduit considérablement les chances de succès en la matière. Sarnata Reynolds, une des responsables exécutifs de Refugees International, rapportait pour The Guardian en 2012 que pour l’ensemble du Sud-Soudan, un seul bureau, situé à Juba, était en mesure de délivrer des certificats de nationalité22. Un tel bureau n’existe toujours pas au Nord. Un habitant de Khartoum souhaitant acquérir la nationalité du Sud doit donc se rendre à Juba avec des témoins pour obtenir son certificat. Premièrement, dans un contexte où des millions de personnes ont été déplacées par la guerre, et des communautés entières désagrégées, il ne va pas de soi de retrouver des « témoins » venant de sa propre communauté d’origine. Deuxièmement, pour la plupart des personnes, y compris celles habitant au Soudan du Sud, un tel déplacement est onéreux, long et fatigant vu la déficience du réseau de communications, mais aussi risqué puisque, très tôt, les deux nouveaux États ont été marqués par la reprise de conflits internes. Cette procédure comporte des failles importantes, puisqu’elle se base sur le présupposé qu’il y avait un système bureaucratique fonctionnant antérieurement à la création du Soudan du Sud. Et ces failles permettent des discriminations, de la corruption et des injustices. Par exemple, Sarnata Reynolds rapporte qu’au Sud les membres de certains groupes, notamment les groupes frontaliers, et plus largement les personnes qui sont jugées physiquement différentes des Sud-Soudanais, rencontrent encore plus de difficultés pour l’obtention de leurs papiers23.

Au Nord-Soudan, jusqu’en 2011, le système d’octroi de droits de nationalité passe par le système des « certificats de nationalité », sorte de pièce d’identité nécessaire non seulement pour l’obtention du passeport, mais aussi pour de nombreuses procédures administratives clés, comme l’examen du baccalauréat national24. Selon les consignes de l’administration générale du registre civil, une « enquête approfondie » peut être menée sur le demandeur et sur le témoin appelé à certifier la nationalité de la personne. Les demandes de naturalisation s’avèrent encore plus complexes : le demandeur doit « subir une enquête approfondie de la part de nombreuses institutions, y compris l’administration de l’enregistrement des étrangers, le département qui s’occupe des enquêtes criminelles, le département de défense nationale et des renseignements…25 ». Dans deux études sur la discrimination dans l’accès aux papiers d’identité, l’anthropologue Munzoul Assal montre qu’au moins jusqu’en 2013 l’obtention de ces papiers a été plus simple pour une personne facilement identifiable comme shimailyyin  Nord-Soudanais  du fait de ses réseaux et de sa résidence, que pour des personnes dont l’identité apparaît soit incertaine soit menaçante pour des raisons politiques, en particulier pour des groupes transfrontaliers dans les zones politiquement sensibles comme le Darfour ou les Monts Nouba. En effet, les autorités peuvent rejeter la demande de toute personne de manière absolument arbitraire, malgré l’accumulation de preuves produites26.

Ce n’est que dernièrement que la situation s’est relâchée. À partir de 2011, le gouvernement a introduit un « numéro national » à onze chiffres qui a remplacé les certificats de nationalité, avec l’objectif de recenser tous les citoyens soudanais27. Autour de Khartoum, le gouvernement a organisé une campagne d’enregistrement, dotée de moyens conséquents pour convaincre les citoyens de s’inscrire. L’accès à l’éducation publique, aux soins médicaux, à la justice (et même au droit de porter plainte), ou encore à la propriété privée, requiert désormais l’obtention préalable de ce numéro. En 2013, le gouvernement a changé sa stratégie et a enfin permis aux personnes définies comme Sud-Soudanais de s’inscrire dans ce système.

Autour de 2011, cette loi a été également utilisée contre cette frange de l’opposition politique, plus représentative des marges du pays. L’exemple le plus évident est le cas du Mouvement populaire de libération du Soudan – Nord (Sudan People Liberation Movement North Branch, SPLM-North). Les étapes qui ont conduit à la (ré)ouverture des foyers de conflit dans les régions du Nil Bleu et des Monts Nouba se sont accompagnées par une progressive et parallèle mise au ban de ce parti par les autorités, ce qui aboutit à la fermeture de son organe de presse, à l’arrestation de certains de ses membres et au départ en exil de certains autres, et enfin à la mise au ban du parti lui-même. Et pourtant, non seulement le SPLM-North s’inscrit légitimement sur la scène politique nord-soudanaise jusqu’en 2011 en participant activement aux débats pour l’implémentation du CPA, mais qui plus est, il gagne 20 % des votes aux élections démocratiques de 2010, se classant ainsi comme le premier parti d’opposition soudanaise28. Quand le parti est banni en septembre 2011, le gouvernement peut justifier cette exclusion, entre autres, par le fait que « 95 % de ses membres sont maintenant des étrangers29 ». Aujourd’hui, on ne reporte plus de cas semblables, où la délégitimation politique passe par un déni de nationalité. Mais le fait que ce discours a été mobilisé en 2011 montre bien le danger potentiel qui est intrinsèque à la formulation des lois de nationalité.

Les « réfugiés »

Parmi tous les groupes affectés par cette nouvelle législation, il y en a un pour lequel les conséquences ont été et restent plus dramatiques : ce sont les Sud-Soudanais qui, à partir des années 1960 et par vagues disparates, fuient les violences, les famines, les chaos politiques et les conditions économiques difficiles d’un Sud dévasté par la guerre. Ainsi, en 2011, ils deviennent, du jour au lendemain, des « étrangers », bénéficiant seulement de six mois de « période de grâce » pour régulariser leur position.

Le glissement du statut de ces personnes vers celui d’étranger est corroboré par la manière dont les différentes agences internationales et gouvernementales désignent ces personnes, les « Internally Displaced People » (IDPs) ou encore les « réfugiés sud-soudanais ». Ce label efface, encore une fois, une histoire complexe de migrations.

La recherche existante sur l’histoire des migrations Nord-Sud montre la différence, non seulement quantitative mais aussi qualitative, des vagues successives de déplacements. Environ 800 000 personnes sont arrivées au Nord pendant la première phase de la guerre (1955-1972), et approximativement 2,3 millions pendant la seconde (1983-2005). Les réfugiés-migrants de la première phase regroupent des jeunes souhaitant continuer leur scolarité au Nord et des personnes fuyant la guerre, tout autant que les difficultés économiques30. Alors qu’une grande partie de ces réfugiés reviennent au Sud après la signature des accords d’Addis-Ababa en 1972, d’autres décident de rester, en profitant des opportunités de travail dans les secteurs agricoles et du bâtiment, fleurissant notamment à Khartoum. Mais ces réfugiés devenus travailleurs migrants sont aussi très mobiles, et reviennent occasionnellement au Sud quand les conditions le permettent. Autre tendance : celle de se marier au Sud pour ensuite faire venir sa famille au Nord. Ce flux perdure ainsi pendant la période de paix, de 1972 à 1983. En réalité, demeurer au Nord ou revenir au Sud ne constitue pas une alternative définitive, et cette tendance persiste encore aujourd’hui malgré les lois de nationalité31. Plusieurs études sur ces migrations ont montré que les personnes originaires du Sud qui ont vécu et travaillé au Nord naviguent assez régulièrement entre ces deux espaces32.

Avec la deuxième phase de la guerre, un nombre sans précédent de réfugiés afflue dans les villes du Nord. Selon le Internal Displacement Monitoring Centre, en 2006, Khartoum compte environ 1,8 million de personnes déplacées, sur un total de cinq millions de réfugiés dans différentes régions du Soudan et quelque 630 000 réfugiés dans les pays limitrophes33. La géographe Agnès de Geoffroy note que le déplacement forcé des populations du Sud constitue une tactique de guerre répandue parmi toutes les parties combattantes. Cet exode est aggravé par la famine qui frappe le pays entre 1983 et 199134. Que ce soit dans des camps d’IDPs créés par le gouvernement à partir de cette époque, ou dans des shanty towns, ces migrants doivent s’accommoder du manque de services comme l’eau et l’électricité, des relocalisations forcées périodiques, du harcèlement de la police, du manque chronique d’emploi ou bien de conditions de travail extrêmement éprouvantes. Si certains réfugiés de guerre, notamment ceux placés dans les camps gouvernementaux, connaissent des situations particulièrement alarmantes, ce n’est pas le cas de tous. Ceux qui peuvent s’appuyer sur un réseau familial ou communautaire préexistant font face plus aisément aux défis de la relocalisation. Ce sont d’ailleurs ces réseaux qui, pour beaucoup, déterminent le choix du lieu d’installation. Ces formes d’entraide sont cruciales pour répondre aux premières nécessités des nouveaux arrivés, et les aider à s’insérer dans le tissu urbain, même si le nombre de migrants finit par peser lourdement sur les économies et les trajectoires sociales des communautés déjà installées, comme le montre bien l’étude de Fouad N. Ibrahim. Cela entraîne une mobilité sociale descendante pour ces familles ou individus installés au Nord depuis longtemps, puisqu’ils doivent subvenir aux besoins d’un nombre croissant de dépendants35.

La dénomination de réfugié cache une grande diversité de situations et d’histoires, même s’il est indéniable que la guerre demeure la raison première de leur venue au Nord, pour la plupart d’entre eux. Mais surtout, cela contribue à essentialiser la différence, à postuler fermement l’insolubilité de l’identité sud-soudanaise. Après combien de temps une personne cesse-t-elle d’être un réfugié ? Combien de temps faut-il pour qu’un Sud-Soudanais devienne un « vrai » Soudanais ? Imaginer que toutes les personnes originaires du Sud sont fondamentalement différentes de la société nord-soudanaise, qu’elles résident au Nord simplement dans l’attente de revenir chez elles, relève d’une interprétation trompeuse et dangereuse. Comme le note l’anthropologue Ulrike Schultz, la métaphore de « rentrer à la maison » se fonde sur la perception que ces individus ne sont pas à leur juste place, et qu’avec leur « rapatriement », un ordre imaginaire qui attribue à chaque personne une place originelle est rétabli36.

L’exemple le plus évocateur est peut-être justement la question du référendum de 2011, où 98,83 % des personnes enregistrées ont choisi la séparation. Un examen plus attentif de la distribution des votes révèle des éléments surprenants. Alors, que les individus inscrits dans les régions du Sud ont voté presque à l’unanimité pour la séparation, cela n’a pas été le cas au Nord. Ainsi, dans la capitale, 47,7 % des votants ont opté pour l’unité, et 52,3 % pour la sécession. Plus frappant encore, sur 1,8 million de personnes définies comme réfugiées et vivant dans la capitale, on a compté seulement 9 258 votes valides. Dans les autres provinces du Nord, la situation a été assez semblable, y compris dans des régions connues pour accueillir un grand nombre de personnes originaires du Sud : très peu de votes ont été enregistrés, comparé au nombre de personnes qui auraient pu voter, et les résultats ont généralement été beaucoup plus nuancés que dans le Sud37.

Un autre exemple est celui de l’organisation des « rapatriements ». Après la signature de l’accord de paix en 2005, les organisations humanitaires ont mis en place un système de retours pour ces migrants et réfugiés voulant revenir au Sud. Or, pour rappel, le nombre de retours avant 2011 a été très inférieur aux moyens mis en œuvre, et ces retours ont concerné souvent les migrants les plus vulnérables et paupérisés. Cette tendance s’est renversée sensiblement après 2011. Les chiffres fournis par les organisations internationales restent particulièrement imprécis, mais on estime que deux millions de Sud-Soudanais « sont rentrés chez eux » entre 2005 et 2012, ce qui contraste avec l’évaluation du gouvernement du Nord selon lequel, en janvier 2013, il y avait encore deux millions d’« étrangers38». En fait, personne ne sait exactement combien de migrants-réfugiés il y a eu et il y a dans la capitale.

Comme décrit en introduction avec l’histoire de Maria, le gouvernement du Nord a également déployé de gros moyens pour convaincre ses ex-citoyens de « rentrer chez eux ». Les nouveaux étrangers ont dû « régulariser leur situation » avant le 8 avril 2012, soit en restant « comme étrangers39», soit en partant. Et il ne s’agit pas là que de mots : en 2011 il y a eu une vague de licenciements, dans le secteur public, les grandes entreprises, et même dans beaucoup de petits commerces. Plus tard, les employés du secteur privés ont eu la possibilité de retrouver leurs postes, mais seulement en tant qu’étrangers. La politique publique mise en place à partir de 2005, visant à imposer au secteur public et aux grandes entreprises des « quotas » de « Sud-Soudanais » dans leur recrutement, s’en est trouvée renversée40. Un rapport de Refugees International retrace comment cette législation a affecté, dans bien des domaines, la vie de ces nouveaux étrangers : par exemple un ancien officier de la police d’aviation, arrivé du Sud à Khartoum en 1976 et qui y a travaillé toute sa vie, licencié en 2011, a ainsi perdu tout droit à une retraite, n’étant plus considéré comme citoyen nord-soudanais41. Ces histoires racontent les multiples préjudices subis par ces nouveaux étrangers déchus de leurs droits42.

Ces portraits, toutefois, ne doivent pas aplatir ou banaliser une relation extrêmement complexe et douloureuse de migrants-réfugiés du Sud habitant au Nord. En effet, les médias internationaux et la presse ne sont pas les seuls à parler du « retour chez soi » des Sud-Soudanais, mais ce discours est aussi largement répandu au Nord. Cet énoncé doit être déconstruit et lu en filigrane. Ainsi, dans un beau travail, l’anthropologue Ulrike Schultz a étudié la notion de « homecoming » auprès d’une communauté Berti résidante dans une shanty town appelée « Dar Es Salam » à la périphérie d’Omdurman43. Ulrike Schultz montre que l’idée de « rentrer chez soi » est chargée, pour ce groupe, d’un malaise et d’une colère vis-à-vis d’un État et d’une société se montrant incapables de les intégrer dans l’imaginaire national, et qui sont, de ce fait, ressentis comme profondément racistes et inégalitaires. Elle remarque toutefois que cet imaginaire est encore plus marqué parmi les jeunes qui n’ont jamais connu d’autre maison que cette shanty town. Le Sud représente pour eux un moyen de fuir le présent en se projetant dans un monde meilleur et plus juste, ainsi qu’une forme de résistance à une situation qu’il leur semble impossible de changer. Et pourtant, ils ont été davantage socialisés dans la société nord-soudanaise que leurs parents. Ils sont nombreux à être musulmans et à ne parler qu’arabe.

Après 2011, le nombre de départs s’amplifie, du fait du durcissement de la situation et d’un sentiment général d’insécurité, comme si la violence pouvait exploser à tout moment. Paradoxalement, c’est à ce moment que les fonds d’aide pour les rapatriements mis en place par les deux gouvernements et par diverses organisations internationales commencent à se tarir. Aujourd’hui, ceux qui veulent partir se trouvent totalement démunis44. Des milliers de « nouveaux étrangers » sont « parqués » dans les sites d’où partaient auparavant les moyens de transport pour le Sud, comme dans la ville de Kosti, ou à Mayo à Khartoum. À Kosti, on rapporte que les personnes vivent en surnombre dans des campements de fortune et supportent des conditions de vie exécrables. Ils sont livrés à eux-mêmes, tout en restant placés sous surveillance pour éviter qu’ils ne partent ailleurs45.

Il est encore trop tôt pour appréhender précisément la diversité des situations que rencontrent tous ceux qui sont partis, de gré ou de force. Le peu qui apparaît dans la presse révèle de nombreuses difficultés rencontrées par ces « revenants », qu’il s’agisse de l’accès aux services de base, ou des tensions liées à l’accès aux terres46.

En septembre 2012, un accord est signé entre les deux Soudans, ratifiant « quatre libertés » pour les citoyens des deux pays : liberté de mouvement, de commerce, de résidence, et de possession de propriété47. En théorie, ces lois offrent des protections essentielles pour les « Sud-Soudanais ». En pratique, non seulement elles ne sont pas encore véritablement mises en œuvre – nous avons constaté qu’il manque à Khartoum une institution représentative du Sud capable d’octroyer des papiers de nationalité sud-soudanaise – mais surtout ces quatre libertés ne remettent pas en question le cœur même du problème, qui est la manière de définir la citoyenneté aux deux Soudans.

Quand le Sud Soudan s’est séparé du Nord, la partition a été vue de manière assez généralisée comme la conséquence du fait que le Soudan était une création artificielle de la colonisation, composée par deux entités « culturellement » et « historiquement » trop hétérogènes. Ainsi, on peut lire ces lois de nationalité comme une tentative de la part de deux nouveaux États de résoudre les incertitudes identitaires qui sont tenues pour responsables de l’échec du projet national soudanais d’après l’indépendance.

En réalité, ces différences sont imbriquées dans des structures d’inégalités bien concrètes. Le fait que les nouvelles lois de nationalité aient rapidement fait du sens et pour les habitants du Nord et pour beaucoup des « nouveaux étrangers » n’est pas simplement le résultat de la création du Sud. Des mécanismes ramifiés, et qui ont fonctionné à plusieurs niveaux (discrimination économique, urbaine, d’accès aux services et à l’emploi, discrimination culturelle, et ainsi de suite), ont fait en sorte que les personnes originaires du Sud, bien avant 2011, se sentent déjà séparées du reste de la société nord-soudanaise, et constamment renvoyées à leur différence, par un accès inégal aux services et aux ressources. Et pourtant, ces mêmes personnes ont participé de manière fondamentale à l’histoire du Nord et ont été des éléments incontournables du paysage urbain au Nord-Soudan, du moins jusqu’en 2011, et de ce fait ils étaient, comme Maria, des citoyens du Nord. Mais aujourd’hui, leur présence physique dans la capitale, tout autant que la mémoire de leur participation au façonnement historique de ce qui est aujourd’hui la République du Soudan ont été silencieusement refoulées.

Et pourtant, c’est cette même histoire qui nous montre à quel point il est difficile de créer, à travers une séparation, des identités nationales homogènes, et combien la violence est nécessaire pour que cela se produise.

Elena Vezzadini (Université de Bergen/IMAF)

Paru dans Politique africaine 3/2014 (N° 135), p. 177 – 195.

Crédit image : « People crowd outside the Directorate of Nationality, Passports and Immigration in Juba (South Sudan) to apply for a nationality certificate », By Refugees International, http://refugeesinternational.org/blog/photo-report/south-sudan-searching-citizenship

  1. Pour quelques exemples, voir UNHCR, « UNHCR Needs more Funds to Help Southern Sudan Refugees Go Home », Briefing Notes, 18 juillet 2008, http://www.unhcr.org/488069634.html ; News 24 / AFP, « 1 500 South Sudanese Going Home », 13 décembre 2013, http://www.news24.com/Africa/News/1-500-South-Sudanese-going-home-20131213 ; News 24 / AFP, « Southern Sudanese Need to Go Home », 11 janvier 2012, http://www.news24.com/Africa/News/Southern-Sudanese-need-to-go-home-20120111, consultés le 18 juillet 2014. []
  2. L. Long et E. Oxfeld, Coming Home ? Refugees, Migrants, and Those Who Stayed Behind, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2004 ; B. Manby, Citizenship Law in Africa : A Comparative Study. New York, Open Society Foundation, 2010 ; J. R. Campbell, « The Enduring Problem of Statelessness in the Horn of Africa : How Nation-States and Western Courts (Re)Define Nationality », International Journal of Refugee Law, vol. 23, n° 4, 2011, p. 656-679. []
  3. Je tiens à remercier David Ambrosetti et les deux évaluateurs anonymes pour leurs suggestions très stimulantes. Cet article a également bénéficié du soutien généreux du Norwegian Research Council. []
  4. « Develop Along Indigenous Lines ». Voir M. W. Daly, Imperial Sudan : The Anglo-Egyptian Condominium, 1934-1956, Cambridge / New York, Cambridge University Press, 1991, p. 6 et 241. []
  5. R. O. Collins, Shadows in the Grass : Britain in the Southern Sudan, 1918-1956, New Haven, Yale University Press, 1983 ; M. W. Daly, Empire on the Nile : The Anglo-Egyptian Sudan, 1898-1934, Cambridge / New York, Cambridge University Press, 2000 [1986]. []
  6. M. A. M. Assal, « Struggles of Citizenship in Sudan », in E. F. Isin et P. Nyers (dir.), Routledge Handbook of Global Citizenship Studies, New York, Routledge, 2014, p. 198. []
  7. D. Ambrosetti, « Le Sud-Soudan en paix ? Sociologie politique d’une promesse d’indépendance », Politique Africaine, n° 122, 2011, p. 5-20. []
  8. Même s’il serait plus correct de déplacer cette date aux années 1960. Voir Ø. H. Rolandsen, « A False Start : Between War and Peace in the Southern Sudan, 1956-1962 », The Journal of African History, vol. 52, n° 1, 2011, p. 105-123. []
  9. A. de Geoffroy, « From Internal to International Displacement in Sudan », CMRS’ meeting Migration and Refugee Movements in the Middle East and North Africa. The Forced Migration and Refugee Studies Program, Université américaine du Caire, 2007, p. 5. []
  10. Republic of the Sudan, Sudanese Nationality Act 1957 (Last amended 1974), http://www.refworld.org/docid/3ae6b56718.html, consulté le 18 juillet 2014 ; B. Manby, The Right to a Nationality and the Secession of South Sudan : A Commentary on the Impact of the New Laws, Londres, Open Society Initiative for Eastern Africa, 2012, p. 6. []
  11. B. Manby, The Right to a Nationality…, op. cit., p. 17. []
  12. R. El-Solh, « Islamist Attitudes Towards Democracy : A Review of the Ideas of Al-Ghazali, Al-Turabi and ‘Amara », British Journal of Middle Eastern Studies, vol. 20, n° 1, 1993, p. 57-63 ; A. A. Ibrahim, « A Theology of Modernity : Hasan Al-Turabi and Islamic Renewal in Sudan », Africa Today, vol. 46, n° 3/4, 1999, p. 195-222 ; A. S. Moussalli, « Hasan Al-Turabi’s Islamist Discourse on Democracy and “Shura” », Middle Eastern Studies, vol. 30, n° 1, 1994, p. 52-63. []
  13. Republic of South Sudan, Sudanese Nationality Law (Amended) of Year 2005, http://citizenshiprightsinafrica.org/files/1994-nationality-law-amended-2005-4/, consulté le 18 juillet 2014. []
  14. The Interim National Constitution of the Republic of Sudan, 2005, article 7, p. 5, http://www.refworld.org/pdfid/4ba749762.pdf, consulté le 18 juillet 2014. Voir aussi N. Abdulbari, « Citizenship Rules in Sudan and Post-Secession Problems », Journal of African Law, vol. 55, n° 2, 2011, p. 157-180. []
  15. M. Sanderson, « Statelessness and Mass Expulsion in Sudan : A Reassessment of the International Law », Northwestern Journal of International Human Rights, vol. 12, n° 1, 2014, p. 75. []
  16. Nationality Regulations 2011 (South Sudan), 29 December 2011, op. cit., p. 4-6. []
  17. M. Sanderson, « Statelessness and Mass Expulsion in Sudan… », art. cité, p. 88. []
  18. E. Toniolo et R. Hill, The Opening of the Nile Basin, Londres, C. Hurst & Co, 1974 ; R. Gray, A History of the Southern Sudan, 1839-1889, Londres, Oxford University Press, 1961 ; M. I. Nugud, Slavery in the Sudan. History, Documents, and Commentary, New York, Palgrave Macmillan, 2013 ; S. Beswick, Sudan’s Blood Memory : The Legacy of War, Ethnicity, and Slavery in Early South Sudan, Rochester NY, University of Rochester Press, 2004. []
  19. J. Spaulding, « Slavery, Land Tenure and Social Class in the Northern Turkish Sudan », The International Journal of African Historical Studies, vol. 15, n° 1, 1982, p. 1-20 ; A. J. Bjørkelo, Prelude to the Mahdiyya : Peasants and Traders in the Shendi Region, 1821-1885, Cambridge / New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge African Studies Series », 1989. []
  20. D. H. Johnson, « Sudanese Military Slavery from the Eighteenth to the Twentieth Century », in L. Archer (dir.), Slavery and Other Forms of Unfree Labour, Londres / New York, Routledge, 1988, p. 142-155 ; A. Moore-Harell, « Slave Trade in the Sudan in the Nineteenth Century and Its Suppression in the Years 1877-1880 », Middle Eastern Studies, vol. 34, n° 2, 1998, p 113-128. Pour une vision plus politique qu’historique, voir J. M. Jok, War and Slavery in Sudan, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2011 [2001]. []
  21. A. A. Sikainga, « Military Slavery and the Emergence of a Southern Sudanese Diaspora in the Northern Sudan, 1884-1956 », in S. Beswick et J. Spaulding (dir.), White Nile, Black Blood. War, Leadership, and Ethnicity From Khartoum to Kampala, Lawrenceville (NJ), Red Sea Press, 2000, p. 23-37. []
  22. S. Reynolds, « South Sudan : Millions Wait for Proof They Are Citizens of New Nation », Poverty Matters Blog, The Guardian, http://www.theguardian.com/global-development/povertymatters/2012/jul/10/south-sudan-proof-citizens-nation, 10 juillet 2012, consulté le 17 août 2014. []
  23. S. Reynolds, « South Sudan : Millions Wait for Proof… », art. cité. []
  24. M. A. M. Assal, Nationality and Citizenship Questions in Sudan after the Southern Sudan Referendum Vote, Sudan Report, n° 1, Bergen, Christian Michelsen Institute, 2011. []
  25. M. A. M. Assal, « Struggles of Citizenship in Sudan », art. cité., p. 199, traduit par mes soins. []
  26. Par exemple, Munzoul Assal rapporte aussi le cas d’une femme fellata  un groupe identifié comme originaire de l’Afrique orientale  à qui on a refusé à plusieurs reprises les papiers bien que sa famille réside au Nord-Soudan depuis plusieurs générations et qu’elle a apporté de nombreux documents pour appuyer sa demande, y compris le témoignage orale du chef de son quartier et que, malgré les recours en appel, les papiers lui ont été refusés. []
  27. International Refugee Rights Initiative, The Disappearance of Sudan ? Life in Khartoum for Citizens without Rights. Citizenship and Displacement in the Great Lakes Series, Working Paper n° 9, 2013, http://www.refugee-rights.org/htdocs/Assets/PDFs/2013/Marginalised%20in%20Khartoum%20FINAL.pdf, p. 7, consulté le 18 juillet 2014. []
  28. B. De Alessi, « The CPA Failure and the Conflict in Southern Kordofan and Blue Nile States », UNISCI Discussion Papers, n° 33, 2014, p. 79-91 ; « The War-to-Peace Transition of the SPLM/A into the SPLM during the Implementation of the Sudan’s Comprehensive Peace Agreement », Ph.D., SOAS, Université de Londres, 2013. []
  29. Sudan Tribune, « Sudan Shuts down SPLM-North Offices in Khartoum Sudan », 4 septembre 2012, http://www.sudantribune.com/spip.php?article40042, consulté le 19 juillet 2014, traduit par mes soins. Voir aussi African Centre for Justice and Peace Studies, « Perceived SPLM-Northern Sector Supporters Arrested throughout Northern Sudan », s. d., http://www.acjps.org/perceived-splmnorthern-sector-supporters-arrested-throughout-northern-sudan/, consulté le 17 août 2014. []
  30. A. de Geoffroy, « From Internal to International Displacement in Sudan », op. cit. ; Ester Serra Mingot, « Going “Home” for the Sake of a Nation ? The Challenges Facing Southern Sudanese Women in Post-Secession Khartoum », MA Thesis, Berlin, Humboldt University, 2013. []
  31. A. Shazly, « South Sudanese Refugees No Strangers to Sudan », ReliefWeb, 27 janvier 2014, http://reliefweb.int/report/sudan/south-sudanese-refugees-no-strangers-sudan, consulté le 3 septembre 2014. []
  32. F. N. Ibrahim, « The Southern Sudanese Migration to Khartoum and the Resultant Conflicts », GeoJournal, vol. 25, n° 1, 1991, p. 13-18 ; M. Bakhit, « From Illegal Squatter Settlement towards Legal Shantytowns : Negotiations of Power and Responsibilities in Khartoum Shantytowns », Paper presented at the 4th European Conférence of African Studies, Uppsala, 15-18 juin 2011 ; « Negotiations of Power and Responsibilities in Khartoum Shantytowns », in E. Grawert (dir.), Forging Two Nations. Insights on Sudan and South Sudan, 2014, p. 127-142. []
  33. Cité dans A. de Geoffroy, « From Internal to International Displacement in Sudan », op. cit., p. 8-9. []
  34. Ibid., p. 3. []
  35. F. N. Ibrahim, « The Southern Sudanese Migration… », art. cité. []
  36. U. Schultz, « “There It Will Be Better…” : Southern Sudanese in Khartoum Imagining a New “Home” away from “Home” », Identities, vol. 21, n° 3, 2014, p. 306. []
  37. Au Nord-Kordofan, 3612 votes valides ont été dénombrés, dont 50 % pour et 50 % contre la séparation. Au Sud-Kordofan, 33 % des 4 625 votants ont opté pour l’unité et 66 % pour la séparation. Au Sud-Darfour, le nombre de votants a été approximativement identique à celui de la capitale, soit 9253. Ici, 63 % de personnes ont voté pour l’unité. Source : « Southern Sudan Referendum Results », http://unmis.unmissions.org/Portals/UNMIS/Referendum/SSRC-Referendum%20results.pdf, consulté le 3 septembre 2014. []
  38. A. de Geoffroy, « From Internal to International Displacement in Sudan », art. cité, p. 4 ; Ester Serra Mingot, « Going “Home” for the Sake of a Nation ? » op. cit, p. 38 ; M. A. M. Assal, « Struggles of Citizenship in Sudan », art. cité, p. 200. []
  39. « Khartoum Urges Its Citizens in South Sudan to Regularise Stay », 26 février 2012, Sudan Tribune, http://www.sudantribune.com/spip.php?article41732, consulté le 17 août 2014. []
  40. Communication téléphonique avec un informateur, novembre 2011 ; la radio d’État soudanaise a également diffusé l’information que le gouvernement allait ouvrir des milliers de positions pour les Sud-Soudanais. Sudan Radio Service, « 15 000 Job Vacancies for Southern Sudanese in North »,Sudan Watch, 1er février 2010, http://sudanwatch.blogspot.it/2010/02/15000-job-vacancies-for-southern.html ; N. A. Garang, « Govt Approves Recruitment of Over 15 000 Southern Sudan », 3 février 2010,Sudan Tribune, http://sudantribune.com/spip.php?article33989, consultés le 17 août 2014. []
  41. International Refugee Rights Initiative, The Disappearance of Sudan ?…, op. cit., p .18. []
  42. Cette histoire fait écho aux entretiens menés dans le cadre de l’étude sur la citoyenneté de 2013. Voir International Refugee Rights Initiative, The Disappearance of Sudan ?…, op. cit., p. 18. Pour une autre approche de la question de « revenir à la maison », dans le cas de réfugiés soudanais au Kenya, voir R. J. Eidelson et R. Horn, « Who Wants to Return Home ? A Survey of Sudanese Refugees in Kakuma, Kenya », Refuge : Canada’s Journal on Refugees, vol. 25, n° 1, 2008, p. 15-26. []
  43. U. Schultz, « “There It Will Be Better…” », art. cité. []
  44. International Refugee Rights Initiative, The Disappearance of Sudan ?…, op. cit., p. 17-18 ; H. Martin, « South Sudanese in Limbo in Khartoum », 28 août 2013, Al-Jazeera, http://blogs.aljazeera.com/blog/africa/south-sudanese-limbo-khartoum, consulté le 17 août 2014. []
  45. International Refugee Rights Initiative, The Disappearance of Sudan ?…, art. cité, p .17 ; H. Martin, « South Sudanese in Limbo in Khartoum », art. cité. []
  46. « New Returnees in South Sudan Living on the Margins », IRINnews, http://www.irinnews.org/Report/98418/New-returnees-in-South-Sudan-living-on-the-margins, 15 juillet 2013 ; « Sudan : Culture Shock for Many Southern Returnees », IRINnews, http://www.irinnews.org/Report/91269/SUDAN-Culture-shock-for-many-southern-returnees, 2 décembre 2010, consultés le 8 juillet 2014 . Concernant le « bricolage » identitaire qui est lié au fait que le Sud-Soudan est une nation fondamentalement diasporique, voir M. O. Ensor, « Youth Culture, Refugee (Re)Integration, and Diasporic Identities in South Sudan », Postcolonial Text, vol. 8, n° 3, 2013 ; K. Grabska, « The Return of Displaced Nuer in Southern Sudan : Women Becoming Men ? », Development and Change, vol. 44, n° 5, 2013, p. 1135-1357. []
  47. « Framework Agreement on the Status of Nationals of the Other State and Related Matters between The Republic of the Sudan and The Republic of South Sudan », Addis Abeba, 27 septembre 2012, http://www.refworld.org/docid/4f60ba492.html, consulté le 17 août 2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *