Vidal Dominique, Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, , lu par Christine Ludl

migrants-du-mozambique-dans-le-johannesburg-de-l-apres-apartheid-travail-frontieres-alteriteVIDAL (Dominique), Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, Paris, Johannesburg, Karthala-IFAS, 2014, 207 pages

Dominique Vidal, sociologue, aborde dans cet ouvrage les changements du système migratoire entre le Mozambique et l’Afrique du Sud, engendrés par l’indépendance du Mozambique en 1975 et la fin de l’apartheid en Afrique du Sud en 1994. Menée dans le cadre d’un projet coordonné par l’Institut français d’Afrique du Sud et l’African Center for Migration and Society (jadis le Forced Migration Studies Programme) à l’Université du Witwatersrand, l’enquête conceptualise les migrations internationales comme « analyseur du changement sociopolitique » (p. 7) et comme révélateur d’une imbrication étroite de dynamiques sociales et politiques. Une telle perspective est particulièrement bienvenue alors que les études migratoires se cantonnent largement dans « un nombre limité d’interrogations sur les parcours et l’installation des migrants » ou les effets des migrations sur les sociétés de départ et de destination. Dans la même veine, les études sur les migrations en Afrique du Sud se sont souvent focalisées sur le statut des réfugiés, les activités économiques des migrants, les politiques d’immigration ainsi que la violence et les discriminations des Noirs sud-africains envers les migrants. Les études urbaines, de leur côté, ont pris en compte la diversité des résidents de la ville post-apartheid, mais ont privilégié des réflexions théoriques au détriment de recherches de terrains conséquentes et négligé l’expérience urbaine des migrants.

La première partie de l’ouvrage retrace l’histoire des flux migratoires en provenance du sud du Mozambique depuis les migrations de travail vers les mines sud-africaines qui débutent à la fin du xixe jusqu’à l’instauration d’un visa de trente jours et la signature d’un accord entre les deux pays en 2005. Le « système du travail migrant » (migrant labor system), mis en place par les autorités coloniales et reconduit sous l’apartheid s’avère central en ce qu’il a laissé des traces toujours perceptibles dans l’organisation sociale des régions du sud du Mozambique où les stratégies individuelles et familiales priment par rapport aux organisations collectives. Comme le montre Dominique Vidal dans la deuxième partie, cette « déstructuration ancienne des groupes traditionnels » (p. 70) va se conjuguer avec une modification de la composition des quartiers de Maputo après l’indépendance et un climat de méfiance envers les organisations politiques, héritage de l’encadrement politique de la population par le Frelimo, conduisant à une fragilisation des liens sociaux. Cette fragilité s’exprime notamment par une solidarité communautaire très limitée et un manque de confiance envers autrui. Associée à l’ancienneté du phénomène migratoire, à une situation économique difficile et au fait que la migration est perçue comme une étape vers l’accès à un statut d’adulte, elle contribue à « l’irrésistible attrait de Johannesburg » (p. 65) chez les jeunes. Ses traces se retrouvent également dans un « nouveau système du travail migrant » (p. 111) au sein duquel « l’homme d’affaires », qui agit pour son compte en pratiquant le commerce transfrontalier ou en tenant un petit commerce, remplace le mineur comme figure sociale de prestige. Les liens sociaux fragiles forgés entre les migrants sont également centraux pour comprendre certaines caractéristiques de leur vie dans la capitale sud-africaine. Face à la violence et au processus d’altérisation qu’ils subissent de la part des Noirs sud-africains, ils cherchent à se rendre « invisibles » dans la ville, s’appuient sur des relations de confiance au niveau micro-social et micro-spatial et se pensent comme un « groupe ethnique particulier caractérisé par une même origine nationale » (p. 181). Cependant, ce groupe « apparaît en creux » car il ne possède pas « une consistance suffisante » (p. 182) pour mener à l’action collective. Les références des migrants à des « valeurs culturelles » et à une « supériorité morale » (p. 182) leur permettent surtout de protéger leur identité personnelle. Mes propres recherches sur les migrants sénégalais et maliens à Johannesburg m’ont menée à des conclusions similaires tout en permettant de soulever plus en détail la question des conditions de la mobilisation. À l’inverse des Mozambicains, ces migrants s’organisent en réseaux familiaux ou en mouvements religieux. Toutefois, ils cherchent eux aussi à se rendre invisibles dans la ville et ne se mobilisent pas collectivement dans l’espace public comme dans d’autres contextes et comme le font d’autres groupes de migrants à Johannesburg. La faible « consistance » d’identification de groupe à l’origine de l’absence de mobilisation chez les Mozambicains, renvoie-t-elle alors uniquement à la fragilité des liens sociaux, à l’absence d’une histoire de la contestation politique et à la proximité de leur pays d’origine ? De manière plus générale, quelles sont les combinaisons de facteurs qui permettent une mobilisation des migrants dans une ville comme Johannesburg ? Ces questions soulignent à la fois l’intérêt du livre de Dominique Vidal et la nécessité de mener de futures recherches sur le sujet.

On regrette par ailleurs que Dominique Vidal n’ait pas consacré davantage de place aux manières dont ces analyses peuvent contribuer à une sociologie de la démocratie (sud-africaine). Comme l’auteur le soutient, les violences des Noirs sud-africains envers des migrants africains s’expliquent en partie par leur sentiment d’être lésés, en tant que citoyens, par un processus de démocratisation qui n’a pas mené à l’amélioration espérée de leur situation économique et par un discours politique qui attribue les difficultés rencontrées aux conséquences de l’apartheid. Cependant, un tiers des personnes tuées en mai 2008 lors des violences collectives envers des migrants étaient des citoyens sud-africains. Ce qui est en jeu ici, ce sont des critères – outre la nationalité – qui servent à distinguer les insiders des outsiders dans un contexte politique qui perpétue et renforce certains héritages de l’apartheid, comme ses catégories sociales et raciales ou le fort contrôle et la stigmatisation de la mobilité de personnes.

Ce livre est l’un des rares travaux sur l’expérience urbaine de migrants africains à Johannesburg qui s’appuient sur une enquête ethnographique rigoureuse. C’est sans doute sa méthodologie – et la façon de présenter les résultats de l’enquête – qui font la richesse et la singularité de cet ouvrage. Des extraits de récits de vie ou de notes de terrain, rapportés dans un langage très vif et riche, soutiennent l’argumentation, mais sont intégrés dans une démarche réflexive sur les méthodes, rendant l’ouvrage d’une grande transparence par rapport au processus de recherche. Dominique Vidal fait dialoguer prudemment ces matériaux, complétés par les données statistiques de l’African Cities Survey, avec des concepts tels que la « xénophobie », le « racisme » ou « l’ethnicité » et, à partir de là, développe ses arguments avec précision. Il les enrichit davantage par de multiples comparaisons avec des contextes aussi divers que l’Afrique de l’Ouest et centrale, la région méditerranéenne ou les États-Unis, pour révéler la singularité du contexte et la spécificité historique, économique et sociopolitique des pratiques et dynamiques identitaires des migrants mozambicains à Johannesburg.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/3 (N° 135)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.