Hall Bruce S., A History of Race in Muslim West Africa,1600-1900 , lu par Ismail Warscheid

bruceHALL (Bruce S.), A History of Race in Muslim West Africa,1600-1900, New York, Cambridge University Press, African Studies n° 115, 2011, 347 pages.

Cet ouvrage sonde l’évolution historique des systèmes de classement ethnique et statutaire des peuples de la Boucle du Niger. Adoptant une perspective de longue durée, l’historien américain Bruce Hall s’attache à reconstruire la genèse de « cadre racial » (racial framework) ayant eu pour objectif une « naturalisation » des rapports hiérarchisés entre sédentaires sahéliens et nomades sahariens. Sa thèse principale est que les clivages ethniques qui, à l’heure actuelle, provoquent tant de frictions violentes dans la région ne sont pas le seul produit de la politique des races de l’État colonial français en Afrique de l’Ouest. En vérité, ils plongent leurs racines dans un passé plus lointain, reflétant aussi l’impact social qu’ont eu les modèles raciaux élaborés par les lettrés musulmans locaux dès le xve. Loin de constituer uniquement un moment de rupture et de dépossession culturelle, la période coloniale engendre plutôt une politisation de ces modèles autochtones ; un processus dû autant aux transformations socio-économiques induites par la colonisation qu’à l’effort conjoint de l’administration française et des leaders des tribus nomades pour perpétuer un ordre sociétal fondé sur des notions d’ethnie et de caste.

L’étude est divisée en quatre parties, organisées selon un ordre chronologique. Bruce Hall envisage d’abord l’émergence d’un discours racial dans le sillage du développement de l’érudition musulmane en Afrique de l’Ouest entre le xve et le xixe. Il expose comment s’est formée, sous l’influence de modèles généalogiques et juridiques islamiques, chez les élites touarègues et arabes une vision raciale de l’implantation de l’islam dans la région. Selon cette vision, les pasteurs « blancs » détiennent le monopole de l’autorité religieuse, alors que les populations « noires », telles que les agriculteurs songhay, sont frappées du stigma d’une islamité ambiguë qui les expose au danger constant d’être réduites en esclavage. Plus tard, au début du xxe, l’État colonial français tient explicitement compte de ces représentations dans sa politique indigène. Sous l’influence de l’expérience algérienne – l’auteur évoque en particulier la théorie du clivage arabo-berbère – et, plus généralement, des idées évolutionnistes de l’époque, les nouveaux maîtres cherchent, dès les premières années de la conquête, l’alliance avec les notables « blancs », c’est-à-dire touaregs et arabes, s’efforçant de conserver les hiérarchies traditionnelles. L’émancipation des groupes serviles ou semi-serviles n’est par exemple guère encouragée, de sorte que l’institution de l’esclavage se maintient tout au long de la période coloniale.

De tels choix s’expliquent en partie par la résistance tenace des tribus nomades contre l’occupant français, la « pacification » de l’espace saharien ne s’achevant qu’au cours des années 1930. Mais, selon l’auteur, la position privilégiée accordée aux élites « blanches » traduit aussi une certaine congruence entre les idées des officiers français et celles de leurs interlocuteurs nomades quant à l’existence d’une hiérarchie « naturelle » entre les différents peuples de la Boucle du Niger. La consolidation du régime colonial n’entraîne pas moins la lente déségrégation de l’ancien ordre social fondé sur les rapports de protection entre populations sédentaires et tribus nomades. Bruce Hall analyse, dans la dernière partie de son livre, comment les élites arabes et touarègues ont mobilisé des arguments tirés des traditions islamiques locales, d’abord pour lutter contre l’émancipation de leurs anciens clients et esclaves, ensuite, au cours des années 1950, pour empêcher l’intégration de la Boucle du Niger dans le nouvel État du Mali. Leur activisme se heurte alors à la montée de discours nationalistes « noirs », notamment au sein des groupes songhay, faisant désormais des populations nomades des éléments allogènes qui, pendant des siècles, auraient usurpé les terres fertiles et fait régner la terreur. Les contentieux du présent se dessinent à l’horizon.

L’étude de Bruce Hall apporte une contribution significative à l’historiographie africaine. Les analyses sont menées avec beaucoup de finesse et de perspicacité. Elles font ressortir une profondeur remarquable de conflits dont l’actualité brûlante risque de faire oublier des généalogies historiques hautement complexes. Saluons aussi le recours de l’auteur aux textes en langue arabe, notamment aux corpus de jurisprudence islamique, ainsi qu’aux traditions orales collectées sur le terrain. Vu sous cet angle, le livre illustre à merveille l’importance de sources endogènes pour toute réflexion historique sur les rapports entre colonisés et colonisateurs en Afrique de l’Ouest.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/3 (N° 135)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.