Jacquemin Mélanie, « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique , lu par Laura Carpentier-Goffre

petites-bonnes-d-abidjan-sociologie-des-filles-en-service-domestique-tea-9782296947870_0Jacquemin (Mélanie), « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales », 2012, 216 pages

Reposant sur une enquête ethnographique d’un an échelonnée sur trois terrains de 1999 à 2001, cet ouvrage traite de la domesticité juvénile à Abidjan, avec pour objectif de comprendre les trajectoires de ces fillettes et jeunes filles ainsi que le rôle-clé qu’elles jouent dans l’organisation des ménages urbains et dans l’économie abidjanaise.

Dans le premier chapitre, Mélanie Jacquemin fait appel à des sources administratives et judiciaires afin d’historiciser la mise au travail de ces « petites bonnes » dans les ménages abidjanais, depuis les origines de la ville jusqu’aux années 2000, en mettant notamment l’accent sur les transformations de ce phénomène sous l’impact de la récession économique qui a sévi en Côte d’Ivoire des années 1980 jusqu’à 2013. L’un des intérêts de l’ouvrage réside dans l’analyse du lien entre la structure des activités informelles féminines et la surreprésentation, à Abidjan, des filles âgées de 10 à 19 ans par rapport aux garçons du même âge et aux femmes des autres groupes d’âge, phénomène démographique qui fut ignoré pendant longtemps. L’auteure démontre ainsi que la majorité de ces filles sont en situation de service domestique et que leur travail est d’autant plus invisibilisé que les femmes qu’elles servent font elles-mêmes l’objet d’une certaine invisibilité en raison de leur forte concentration dans l’économie informelle.

Plaidant pour une démarche pluridisciplinaire, Mélanie Jacquemin poursuit en accordant une dimension cruciale aux systèmes de parenté pour comprendre le service domestique juvénile, à savoir la « circulation des enfants ». L’auteur s’intéresse plus spécifiquement aux pratiques de fosterage, c’est-à-dire au placement de la progéniture, durant des périodes plus ou moins longues, dans un ou plusieurs foyers de la famille élargie ou chez des connaissances – souvent originaires du même village. Il s’agit le plus souvent de filles issues de milieu rural confiées à une parente résidant à Abidjan (souvent désignée comme la « tantie »), auxquelles échoit alors un certain nombre de tâches domestiques. En échange, la « tantie » est généralement censée assurer à l’enfant une prise en charge de son avenir, que ce soit par le financement de sa scolarisation ou d’une formation professionnelle, mais l’auteure explique comment cette logique de don et contre-don a été mise à mal par la crise économique.

L’auteure s’attache ensuite à expliquer les processus qui ont abouti à l’autonomisation progressive de l’économie de la domesticité juvénile d’Abidjan, des les logiques familiales et interpersonnelles mentionnées ci-dessus au développement d’agences plus ou moins formelles requérant des transactions monétaires. Elle explore les pratiques et les relations de travail qui se jouent au quotidien dans les foyers abidjanais. On y retrouve la plupart des éléments qui caractérisent la « condition de bonne à tout faire » définie par Pascale Molinier, tels que la disponibilité permanente, l’infantilisation ou encore l’exigence de déférence. Les rapports ancillaires sont alors cadrés en tant que solidarité familiale – et ce, quel que soit le lien de parenté réel entre les « petites bonnes » et leur « tantie » – ce qui autorise une euphémisation du travail accompli et participe de son invisibilisation.

L’auteur établit une typologie analytique des principales configurations de service domestique et de leur impact respectif sur la situation de travail et sur la trajectoire des filles en service domestique. L’auteure distingue les « petites nièces », dont le service domestique s’inscrit dans des liens de parenté, et les « petites bonnes » dont le travail s’effectue dans le cadre de rapports salariaux. Cette typologie est ensuite affinée, et fait apparaître par exemple le cas des « petites nièces louées », dont la « tantie » offre les services à d’autres femmes – certaines allant jusqu’à organiser de véritables réseaux de captation et de placement d’enfants dont elles confisquent le salaire. Mélanie Jacquemin prend toutefois soin de démontrer que la frontière qui sépare chacune de ces catégories est d’une part poreuse, car la plupart des filles sont passées par plusieurs de ces configurations et d’autre part, car il est fréquent que plusieurs catégories coexistent au sein d’un même foyer. Ce chapitre offre un éclairage particulièrement intéressant sur ce que Colette Guillaumin appelle les « formes transitionnelles » entre rapports d’exploitation de la force de travail et rapports d’appropriation physique.

Le sixième et dernier chapitre donne la parole aux petites domestiques à propos des représentations qu’elles se font de leur condition. Si l’on peut regretter que ce point de vue ne soit pris en compte qu’à la fin de l’ouvrage et ne fasse pas l’objet d’une confrontation plus systématique avec le discours des « tanties » et des employeurs, l’auteure parvient néanmoins à ouvrir des pistes heuristiques concernant les enjeux autour du travail des enfants, en confrontant leur discours à la législation et aux programmes mis en œuvre par les organisations internationales et les ONG. On aimerait également en savoir plus sur les mobilisations d’enfants et de jeunes travailleurs, notamment des « petites bonnes » de Dakar, brièvement évoquées comme pionnières du Mouvement africain des enfants et jeunes travailleurs.

Au final, l’apport de l’ouvrage réside principalement dans l’articulation entre approches sociologique et anthropologique, qui permet de mettre au jour les rapports de domination et d’exploitation pouvant se jouer au sein de l’institution familiale, elle-même soumise à des reconfigurations indissociables du contexte socio-économique global. En dénaturalisant la notion d’enfance et de famille, Mélanie Jacquemin contribue ici à démontrer que le privé est politique.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/3 (N° 135)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.