Bredeloup Sylvie, Migrations d’aventures. Terrains africains , lu par Pietro Fornasetti

bredeloupBredeloup (Sylvie), Migrations d’aventures. Terrains africains, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2014, CTHS-Géographie n° 11, 141 pages

Non seulement cet ouvrage constitue une synthèse des travaux remarquables que Sylvie Bredeloup a consacrés aux migrations africaines, mais il représente aussi un travail d’analyse minutieux, qui engage à la fois les champs d’étude respectifs des migrations et des sociétés africaines. Son propos est celui de clarifier la notion d’aventure, en la promouvant en un véritable outil d’analyse. Opération intéressante, car l’aspect hiérarchique de ces sociétés, souvent mis en avant par les spécialistes, s’y trouve au moins émoussé. Les imaginaires de la mobilité qui pivotent autour de cette notion font primer l’individualité des migrants sur les contraintes économiques des migrations. La démarche aventurière paraît alors jouer un rôle structurant, en même temps qu’elle se situe au cœur d’une nouvelle « économie morale » (Edward Palmer Thompson, p. 35) centrée sur l’audace, la ruse, la capacité à tirer profit des occasions et des liens faibles.

Au long des neuf chapitres qui composent le livre, la démonstration se construit par de stimulantes connexions établies entre, d’un côté, diverses figures africaines de la réussite (relevant autant de cas ethnographiques que d’épopées, romans et films) et, de l’autre, les littératures d’aventure et de voyage européennes. Un procédé qui éveille bien des réflexions sur le rapport actif que les sociétés africaines entretiennent avec les notions de subjectivité et de modernité.

La notion d’aventure est ainsi abordée par ses multiples acceptions, émique et étique. En reprenant à son compte une définition cruciale de Jean-Paul Sartre, Sylvie Bredeloup s’intéresse particulièrement à sa « mise en récit » (p. 23). L’analyse se situera alors au niveau des représentations produites par les acteurs, ainsi que leurs émotions, et accordera, ce faisant, une place centrale aux imaginaires migratoires (Anne Barrère et Danilo Martuccelli).

La comparaison entre les récits de soi des sapeurs congolais étudiés par Justin-Daniel Gandoulou (p. 45 et ss.) et ceux des diamantaires et migrants rencontrés par l’auteure se révèle particulièrement éclairante. En s’intéressant à ces trois groupes d’acteurs aux profils a priori distincts, elle fait émerger une même attitude morale, qui fait primer la « réalisation de soi » sur les raisons utilitaires. Les sapeurs mettent en scène leur propre élégance, valorisée par rapport aux capacités matérielles de ceux qu’ils appellent les « grands messieurs », tout comme certains migrants affirment leur « désir d’aventure » (p. 56), au détriment des projets économiques.

Ce « désir d’aventure » (ou « envie d’ailleurs »), analysé au travers de l’opposition individuel/collectif, correspond à une « recherche » de « valeurs en soi, et non plus seulement autour de soi, dans la famille, dans la société […] » (p. 55) et conduit à des processus d’« individualisation de fait » (Alain Marie). Ce désir donne lieu à des parcours émancipatoires, qui n’excluent pas pour autant la mise en œuvre de stratégies d’accostage à de « nouvelles familles métaphoriques » (Éliane de Latour), comme celles des ghettomen d’Abidjan.

Si la sphère des contraintes/stratégies est ainsi prise en compte, Sylvie Bredeloup montre que les « migrations d’aventures » véhiculent une culture de la mobilité ayant ses « temporalités », « territorialités » et « imaginaires » propres. En ce qui concerne particulièrement l’aspect territorial, on retiendra l’idée que l’expérience des migrants d’aventures façonne les lieux qu’ils traversent, dans lesquels ils impriment leurs propres ambitions : forêts fouillées par les diamantaires (p. 89) ; quartiers de Belsunce et Noailles à Marseille (p. 95) ; tchads et ghettos des migrants subsahariens en Libye. Autant de localités auxquelles les migrants impulsent de « nouvelles fonctionnalités » (p. 96-97). En retour, ces « territoires entièrement structurés par les migrants » (p. 99) s’ancrent dans l’esprit de ceux qui les traversent et constituent alors une « mémoire collective » (Maurice Halbwachs) en migration. Le lieu par excellence où se greffe cette mémoire est celui du ghetto qui, par le biais d’un processus de « re-paysement », se situe alors dans une « démarche résolument cosmopolite ou cosmopolitique » (p. 99).

Dans le huitième chapitre, consacré aux imaginaires migratoires, l’auteure montre comment différents répertoires (tels que les épopées peules, les films western ou de kung-fu) sont mobilisés par différentes catégories de migrants, afin de légitimer leurs propres trajectoires et aspirations. Ces imaginaires « de la prédation, du jeu » ou « de la contestation, de la dissidence » (p. 106 et ss.) font alors de l’imagination une « force sociale » (Arjun Appadurai) contribuant à former des « communautés imaginées » (Benedict Anderson) qui répondent à une « économie des désirs inassouvis » (Achille Mbembe).

Le dernier chapitre, consacré au « sexe de l’aventure » vise à extraire de l’« impensé » (p. 116) la figure de l’aventurière. On y montre comment des commerçantes africaines rencontrées par l’auteure à Marseille, Dubaï, Hong Kong et Guangzhou, tout en agissant dans des contextes où les positions clés sont occupées par des hommes, élaborent des stratégies spécifiquement fondées sur leur genre pour en tirer avantage.

Dans l’ensemble, ce livre enthousiasme par le nombre et la qualité des questions posées, et des analyses et comparaisons conduites. La catégorie d’aventure paraît heuristique, d’autant plus qu’elle n’enferme pas les réalités étudiées dans un cadre conceptuel rigide. Au contraire, prévalent les problématisations, connexions, glissements de sens, que cette notion provoque par réverbération ou répercussion. Face à une telle richesse d’arguments, qui opposent le désir d’aventure aux déterminants économiques, on pourrait tout de même se demander si le désir, associé dans ce livre à un espace de liberté, ne peut être en soi un terrain de contrainte.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/3 (N° 135)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.