Rodriguez-Torres Deyssi, Au cœur du bidonville de Mathare Valley. La politique du ventre vide à Nairobi , lu par Danielle de Lame,

au-coeur-du-bidonville-de-mathare-valley-la-politique-du-ventre-vide-a-nairobiRodriguez-Torres (Deyssi), Au cœur du bidonville de Mathare Valley. La politique du ventre vide à Nairobi, Paris/Nairobi, Karthala/IFRA, 2014, 431 pages.

Peu d’analyses politiques ont la profondeur anthropologique de l’ouvrage de Deyssi Rodriguez-Torres. Le sujet même commande des méthodes aptes à introduire le lecteur au sein de cet univers si particulier qu’est un gigantesque bidonville (quelque 500 000 habitants) au cœur d’une capitale africaine, Nairobi, qui en compte plusieurs autres. L’auteure l’a pénétré jusqu’au cœur, pendant près de vingt années (de 1991 à 2008), familière des « little big (wo-)men » autant que des gangs et de leur vie nocturne ou encore, des politiciens qui puisent les votes dans ce réservoir où s’enracine aussi, liée au clientélisme, la spéculation foncière. L’absence de données sur le bidonville de Mathare Valley comme tel l’a poussée à recourir aux discours des habitants eux-mêmes. La façon qu’ont ceux-ci de se référer à d’autres pour répondre à des questions complexes l’a insérée dans les réseaux qui relient les habitants de Mathare Valley à la ville et au pays. Telle est, en effet, son ambition : détailler, dans une démarche holistique « par le bas », les rapports des habitants à l’appareil politique national incarné dans des actions locales ; sur ce point l’exploitation minutieuse des archives et de la presse complètent le terrain. Assez tôt dans sa recherche, la participation de l’auteure à des rassemblements sociaux de diverses natures lui faisait percevoir l’existence, dans l’organisation citoyenne locale, de codes de survie brouillant les frontières conventionnelles du formel et de l’informel, de l’illégal et du légitime, un fait d’observation qui, sur ce thème, convie à une réflexion théorique.

L’ouvrage s’organise en cinq parties. La première porte sur l’histoire de Mathare Valley, de 1919 à l’indépendance. Suit une analyse de la redistribution des ressources et, enfin, des politiques publiques sélectives qui rythment, souvent dans la violence, des vies marquées principalement par la précarité du logement et des revenus extrêmement bas. Quels sont donc les « lieux de la survie » détaillés dans la deuxième partie de l’ouvrage ? Pour une minorité, il s’agit d’emplois dans le secteur formel, avec des salaires allant de quelque 30 à 90 euros mensuels ; pour une grande partie, c’est la débrouille quotidienne à laquelle participent les enfants dans des familles en grande majorité monoparentales ; enfin, le travail illégal, avec ses champs jugés légitimes que sont la production d’alcool et la prostitution, ou la délinquance, désapprouvée et aboutissant parfois à une justice expéditive du lynchage. La trame sociale se tisse dans la troisième partie de l’ouvrage portant sur les lieux de sociabilité : la famille et le voisinage sont les premiers véhicules de l’information, notamment à travers l’écoute collective de la radio ou la lecture commentée des journaux récupérés ça et là. L’entraide qui se mobilise à l’occasion de fêtes ou de deuils débouche aussi sur une vie associative parfois orientée vers des donateurs extérieurs. Enfin, les problèmes internes au bidonville donnent lieu à des réunions politiques. La sociabilité des habitants du bidonville témoigne d’un modèle urbain où la survie dépend non seulement des activités économiques locales, mais aussi des interactions avec le monde social et politique urbain dont dépend une fragile survie. Sur le plan de l’agir politique, la propriété foncière est, en effet, déterminante. Ainsi, selon que le propriétaire est riche et extérieur ou marginal au bidonville, ou que sa richesse résulte des activités au sein de celui-ci ou encore, qu’il est simple propriétaire de baraques sans titre foncier, se créent des rapports différents avec les locataires, des rapports articulés à des échelons variables de proximité avec le pouvoir central et modulant donc les liens clientélistes, une différenciation que révèle, de façon criante, la capacité de recourir à l’arbitraire et à la violence. La cinquième partie de l’ouvrage argumente ce propos à travers l’analyse des campagnes électorales postérieures à l’indépendance, débouchant sur les violences extrêmes de 2007-2008. L’auteure y voit l’expression du désespoir d’une jeunesse confrontée aux effets des détournements des aides au logement, au bénéfice des proches d’un pouvoir qui mobilise désormais les ressorts ethniques.

Il est difficile de rendre compte de cet ouvrage, tout en finesse analytique et qui démystifie l’exotisme des bidonvilles. La connaissance de ces milieux « en marge » autant de la campagne que de la ville, mais où bouillonne une société articulée à ces deux milieux, est indispensable pour saisir les dynamiques politiques, notamment électorales, du Kenya. L’ouvrage, par sa clarté, dépasse ce cadre et relance des questions méthodologies et théoriques, constituant ainsi un apport à l’étude d’autres villes africaines.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/3 (N° 135)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.