Bank Andrew, Bank Leslie (dir.), Inside African Anthropology. Monica Wilson and Her Interpreters, lu par Jean Copans,

inside theBank (Andrew), Bank (Leslie) (dir.), Inside African Anthropology. Monica Wilson and Her Interpreters, Cambridge, Cambridge University Press / International African Institute, 2013, xvi, 354 pages

Voici un nouvel exemple impressionnant d’une histoire sociale mâtinée de sociologie de la connaissance, de l’anthropologie sociale telle que les études africaines anglophones nous en proposent depuis plusieurs décennies. Ce travail est exemplaire dans sa réalisation et fondamental dans sa démarche et dans son projet : démontrer que l’anthropologie est aussi et d’abord le fruit d’une collaboration active entre les anthropologues et leurs assistants de recherche, enquêteurs et autres informateurs privilégiés et que, par conséquent, ces derniers sont parfois des chercheurs et des auteurs à part entière. Il rappelle en cela l’analyse remarquable, déjà ancienne, de Lyn Schumaker dans Africanizing Anthropology. Fieldwork, Networks and the Making of Cultural Knowledge in Central Africa (Durham, Duke University Press, 2001) sur le Rhodes-Livingstone Institute.

Inside African Anthropology rassemble une partie des communications faites aux journées organisées en 2008 pour le centenaire de la naissance de Monica Hunter, épouse Wilson. Il va de soi pour les auteurs, ainsi que pour moi, que Monica Hunter, à l’encontre d’une certaine mythographie africaine post-coloniale et afro-centrée, est une anthropologue africaine, même si elle est blanche. Andrew Bank, historien, et Leslie Bank, son frère, anthropologue et sociologue, enseignent tous les deux dans des universités sud-africaines – Leslie Bank à Fort Hare, université de seconde zone, réservée aux noirs à l’époque de l’apartheid.

Les dix contributions retenues forment quatre parties : les deux premières concernent les deux grands terrains de Hunter, le Pondoland (Eastern Cape) au début des années 1930 et le pays Bunyakyusa (du sud-ouest du Tanganiyika) au cours de la seconde moitié des années 1930, la troisième porte sur son expérience d’universitaire à Fort Hare puis à l’Université du Cap entre 1944 et 1973 et la production de sa grande enquête sur le township de Langa au Cap au tournant des années 1960, la dernière partie revient sur son usage de l’histoire et ses rapports avec la psychanalyse. Monica Hunter a fait ses études à Cambridge et soutenu sa thèse en 1934 sous la direction de l’anthropologue indianiste Thomas Hodson. Elle a aussi suivi les séminaires de Bronislaw Malinowski qui estimait, en 1938, que sa recherche était la meilleure de la décennie en matière d’étude du changement social. Sa thèse paraîtra en 1936 avec une présentation de l’ancien premier ministre africain Jan Smuts, et rencontrera un très grand succès, y compris auprès du grand public. C’est l’éditeur, Oxford University Press, qui en a trouvé le titre, Reaction to Conquest, alors que Hunter avait proposé « Pondo Meet White Men » (« La rencontre des Pondo avec l’Homme blanc ») !

L’ouvrage des Bank ne propose pas simplement un retour sur les terrains et le destin d’une anthropologue, femme, blanche, dans une Afrique du Sud déjà ségréguée et en attente d’apartheid. La dizaine d’auteurs, pour moitié anthropologues, pour moitié historiens, nous offre une perspective d’histoire sociale et culturelle originale grâce au dépouillement des Monica and Godfrey Wilson Papers, déposés à l’Université du Cap et dont l’énumération occupe sept pages de la bibliographie, cette dernière comportant plus de 350 références sur le thème de l’ouvrage. Carnets et notes de terrains, correspondances familiales, brouillons, photographies permettent aux auteurs de raconter la vie sociale de la recherche sur le terrain puis à l’université. Ils relatent, par exemple comment Hunter enseigne et dirige, au milieu des années 1940, une résidence de jeunes filles noires à l’université de Fort Hare, là même où Nelson Mandela avait étudié. Les trois chapitres de la première partie (dus à Andrew et Leslie Bank) traitent de l’enfance de Hunter, de ses études secondaires et universitaires, des conditions de sa recherche dans le Pondoland et enfin de son terrain urbain, à East London, ville portuaire de la province du Eastern Cape, en 1932. Andrew et Leslie Bank dévoilent « les politiques intimes » (intimate politics) du travail de terrain et la nature des relations de Hunter avec ses informateurs et ses assistants de recherche. Ils reconstituent son milieu d’interconnaissance (d’abord blanc), ses médiatrices ou médiateurs noirs (y compris politiques ou syndicaux). Leslie Bank, qui a étudié East London pour sa propre recherche doctorale, plus d’un demi-siècle plus tard, nous explique les limites socioculturelles du regard de Monica Hunter sur l’urbanisation des Pondo, la dialectique de sa position sociale et raciale, de sa stratégie d’enquête et de la plus ou moins grande accessibilité des informateurs. Les analyses quasiment anthropologiques de la production des parties tant rurales et « tribales » qu’urbaines (et également « tribales » dans un sens plus spécifique) de Reaction to Conquest permettent de comprendre comment une perspective en termes de changement social, encore inédite en anthropologie, a pu s’imposer à la fois aux niveaux analytiques et empathiques.

La seconde partie traite du second terrain de Hunter, la recherche menée avec son mari, Godfrey Wilson, brillant anthropologue britannique rencontré en 1935 au séminaire de Malinowski. Ils vont conduire ensemble, chez les Nyakusa du Tanganyika, une des recherches les plus célèbres des années 1930, interrompue par le recrutement de Wilson à la tête du Rhodes-Livingstone Institute en 1937. Wilson n’y restera que trois ans, payant le prix de son objection de conscience à la guerre et de ses positions marxisantes sur la nature du système colonial et de ses fondements économiques. Il ne s’en remettra pas et se suicidera en 1944. Ceci explique le passage de sa veuve vers le monde universitaire : elle doit subvenir à ses besoins et à ceux de son fils, Francis, qui deviendra un sociologue réputé. Hunter est toujours restée travailler en Afrique du Sud, en pleine connaissance de cause de la violence et de la répression raciale, refusant les invitations reçues dès 1936 à rejoindre des universités britanniques ou américaines prestigieuses. Andrew Bank et deux jeunes chercheurs noirs sud-africains proposent, dans cette partie, un article sur l’assistant de recherche privilégié des Wilson sur le terrain tanganyikais, qui expose finement comment fonctionne la collaboration entre anthropologues blancs et assistants noirs.

La troisième partie porte sur le monde universitaire sud-africain de l’époque, et sur la faible place laissée à l’anthropologie dans une conjoncture qui se durcit. On y voit l’apartheid en œuvre dans les refus d’accorder bourses et emplois universitaires aux plus brillants des élèves noirs de Hunter, et ses combats à ce propos. Retenons le chapitre sur la recherche dans le township de Langa, conduite avec un étudiant promis à un brillant avenir… ailleurs : Archie Mafeje. Cette collaboration et l’écriture commune d’un ouvrage soulèveront plus tard des polémiques sur le supposé paternalisme colonial et racial de Hunter, agitées pour certaines par Mafeje lui-même. Le chapitre d’Andrew Bank, rédigé avec la collaboration d’une sœur de Mafeje, décrit les atouts personnels et culturels, voire linguistiques de ce dernier pour cette enquête, nous introduisant au plus près d’une véritable coproduction intellectuelle et anthropologique. Les deux derniers chapitres exposent les ouvertures pluri- ou trans-disciplinaires de la conception de l’anthropologie de Hunter, notamment dans sa prise en compte du changement dans des sociétés soi-disant « tribales ».

La portée de cet ouvrage dépasse le cadre sud-africain. D’abord, il montre qu’il existe des archives de l’anthropologie de terrain et que leur exploitation, articulée à des enquêtes orales, peut déboucher sur une redéfinition méthodologique et conceptuelle. Il démontre également qu’une élite universitaire noire était en gestation dans les années 1950-1960, mais qu’en Afrique du Sud, la ségrégation et l’apartheid y ont mis un brutal holà. Cette démonstration amène d’ailleurs une question : comment se fait-il que dans l’Afrique coloniale plus « tranquille », notamment en Afrique de l’Ouest, ce processus n’ait pas trouvé à s’accomplir ? L’intelligentsia noire naît le plus souvent, il est vrai, par le haut que par le bas. Certes, il y eut des exceptions, comme celle de Madeira Keita, l’informateur guinéen de Georges Balandier, récemment étudié par Greg Mann (« Anti-Colonialism and Social Science : Georges Balandier, Madeira Keita and “The colonial situation” in French Africa », Comparative Studies in Society and History, vol. 55, n° 1, 2013, p. 92-119). Sans doute est-ce la sphère politique qui capte cette catégorie sociale naissante alors que cette voie était totalement fermée en Afrique australe et centrale britannique jusqu’à la fin des années 1950. Que ces leçons de morale politique et académique nous viennent d’Afrique du Sud (et même de Rhodésie du Nord) est encore une autre histoire mais surtout un gage d’optimisme en ces temps postcoloniaux brouillons et troublés.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/3 (N° 135)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.