RDL Polaf n°164 – Zenn (Jacob). Unmasking Boko Haram: Exploring Global Jihad in Nigeria. Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2020, 416 pages

Docteur en droit, chercheur à la Jamestown Foundation, un think tank nord-américain, et chargé de cours à l’université de Georgetown, Jacob Zenn est un des contributeurs les plus prolifiques de la littérature sur le mouvement djihadiste nigérian Boko Haram. Il est aussi l’un des plus engagés dans la controverse parfois violente qui, à propos du Nigeria comme sur les autres terrains des djihads d’Afrique subsaharienne, oppose chercheurs qui privilégient les facteurs globaux et ceux qui insistent sur les facteurs locaux, controverse qui recouvre également des débats sur les sources et les méthodes de la recherche. Dans Unmasking Boko Haram, Zenn consolide et prolonge ses publications précédentes : s’il évoque rapidement toute une série d’autres facteurs, c’est vraiment encore la dimension « connectée » de Boko Haram qu’il cherche à souligner.

L’ouvrage est composé de onze chapitres organisés de façon chronologique. Les parcours de figures clés, connues et moins connues, du djihad nigérian y jouent un rôle important. Les deux chapitres qui suivent le chapitre d’introduction bousculent la chronologie et la géographie habituellement mobilisée par les chercheurs travaillant sur Boko Haram. En effet, Zenn ouvre sa démonstration sur le milieu des années 1990 plutôt que sur les années 2000, et au Soudan, en Algérie et en Arabie saoudite plutôt que dans le bassin du Lac Tchad, où Boko Haram opère. Il évoque d’abord non pas Mohammed Yusuf, le prédicateur bornouan qui fut la figure de proue de Boko Haram jusqu’à sa mort en 2009, mais des personnages moins connus, une petite élite de militants djihadistes nigérians éduqués et internationalisés tels Khaled al-Barnawi et Muhammad Ali, passés à l’étranger, en Algérie ou bien encore au Soudan, où Ben Laden a vécu de 1992 à 1996. Zenn éclaire aussi le parcours de militants liés à Al-Qaïda, comme l’Algérien Hassan Allane, qui viennent en tournée au Nigeria chercher des ressources pour d’autres fronts ou pour repérer des cibles internationales – jamais ils ne semblent croire alors à un djihad contre l’État nigérian. Tous ces personnages sont connectés à des militants salafistes et wahhabites nigérians à la pointe du mouvement en faveur de l’instauration de la charia, et dont certains soutiennent parfois explicitement le djihad, au moins hors du Nigeria. Les chapitres 4 et 5 approfondissent différents aspects de l’islam politique dans le Nigeria contemporain – le populisme néo-mahdiste du mouvement Maitatsine, l’influence de la révolution iranienne, l’anti-occidentalisme de Kadhafi, le salafisme et le wahhabisme, les campagnes pour l’adoption de la charia et la sympathie d’une partie de la communauté musulmane pour Oussama Ben Laden à la suite des attentats du 11 septembre. C’est de cette matrice qu’est issu Mohamed Yusuf, prédicateur talentueux avec lequel Muhammad Ali s’est associé un temps. Mais en 2003, lassé de l’absence de progrès de la cause, un petit groupe autour d’Ali a fait son « hégire » dans une zone rurale reculée pour se préparer au djihad et a été violemment dispersé par les forces de sécurité. Le chapitre 6 décrit le rapprochement entre Yusuf et les survivants de cette « hégire », ainsi que la montée progressive des tensions entre Yusuf et les autorités, jusqu’au soulèvement armé de 2009, au terme duquel il a finalement été exécuté par la police. C’est après 2009 (chapitres 7 et 8) qu’Abubakar Shekau, qui prend la tête du mouvement, se rapproche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et des Shebab somaliens, grâce à la médiation des djihadistes nigérians internationalisés. Si Ben Laden est sceptique, AQMI est plus volontaire, et fournit de l’argent, des armes et des formations. Pour Zenn, les Nigérians formés au Sahel ou en Somalie ont joué un rôle décisif dans les violences après 2009, par exemple dans les kidnappings et dans les attaques-suicides, notamment dans le Centre et le Sud du pays. La relation entre Shekau et les djihadistes internationalisés s’est cependant rapidement tendue, notamment autour de la question des violences perpétrées par le premier contre les civils musulmans. Un mouvement concurrent (Ansaru) s’est ainsi formé en 2012 autour de Khaled al-Barnawi. Pris en tenaille entre l’État nigérian et Shekau, Ansaru a cependant périclité et, selon Zenn, Shekau en aurait réabsorbé certains éléments. Le chapitre 9 analyse l’ascension spectaculaire de Shekau entre 2013 et 2015 et sa violence croissante – le passage à une guérilla très dynamique, où l’auteur détecte encore l’influence d’AQMI, mais aussi l’utilisation de femmes et de filles pour des attentats suicides et des kidnappings de masse. Cette ascension coïncide avec celle de l’État islamique en Irak et en Syrie, et Shekau finit par prêter allégeance à son Calife, Abu Bakr al-Baghdadi, en 2015. Le chapitre 10 traite de la rupture survenue en 2016 lorsque, autour d’Habib Yusuf, l’un des fils de Mohamed Yusuf, les membres critiques vis-à-vis de Shekau ont fait sécession, obtenant plus tard la reconnaissance de l’État islamique.

Pour éclairer l’histoire globale du djihad nigérian, Jacob Zenn mobilise une masse impressionnante de données. La bibliographie, où l’auteur a fait le choix de regrouper ensemble textes académiques, articles de presse, blogs, tweets et sources primaires, court sur soixante pages. À côté des audios, des vidéos, des textes doctrinaux et des communiqués au travers desquels les djihadistes prêchent, débattent et revendiquent, il a utilisé – et parfois mis au jour – des sources plus discrètes, parfois anciennes : articles de presse sur les prodromes du djihad nigérian, rapports officiels, documents de la justice américaine, textes internes aux mouvements djihadistes rendus publics ex post par les autorités américaines ou par les djihadistes eux-mêmes. Zenn mobilise en revanche peu d’entretiens, même si certains produisent des données intéressantes, par exemple avec l’intellectuel salafiste Issa Pantami, aujourd’hui ministre du gouvernement nigérian, mais qui ne cachait pas sa sympathie pour Al-Qaïda encore dans la première moitié des années 2000. L’auteur ne mentionne qu’un seul entretien avec un djihadiste repenti, Abu Aisha, très éclairant sur les premières années du mouvement, mais un peu singulier car l’individu ne militait pas dans le Borno, la région qui est le véritable cœur de Boko Haram, mais dans une autre partie du Nord Nigeria. L’absence d’entretiens de cette qualité sur la période plus récente se fait sentir, et Zenn est alors contraint de se rabattre sur l’exégèse du fil des incidents violents et de celui de la communication des factions djihadistes, exercice qui a ses limites. Pour organiser et rendre disponible (malheureusement le plus souvent sans traduction) la plus grande part de ce matériau primaire souvent difficile d’accès, Zenn a créé un site internet dédié. Ce travail de référencement et de mise à disposition, remarquable en soi, est d’autant plus précieux que l’auteur se revendique de ce qu’il appelle une approche « abductive » (p. 11) : enquêter sur un mouvement armé en activité, et plus encore s’il est djihadiste, n’est pas simple, et l’on travaille souvent sur quelques fragments, en procédant par des « interprétations » successives, au sens des archéologues. On pourra penser que c’est là le lot commun de toutes les sciences sociales, mais Zenn va loin dans l’abduction. L’ouvrage est en bonne part rédigé sous forme d’hypothèses, comme en témoigne le lexique (« likely », « could », « might », « possibly ») et, pour remplir certains vides, l’auteur procède souvent à de longues analogies avec d’autres mouvements djihadistes qui pourront dérouter le lecteur.

Compte tenu de l’importance centrale des documents dans l’ouvrage de Zenn, c’est surtout sur ce point que la présente discussion porte. Si l’on prend le temps d’examiner de près les fragments que l’auteur interprète, d’aller aux sources qu’il fournit, et surtout quand on a la possibilité de les recouper avec d’autres sources, il est difficile d’échapper à l’impression que, dans la fureur de la controverse scientifique, Zenn pousse parfois l’abduction trop loin. Ainsi, comme d’autres spécialistes l’ont noté par le passé, il traite longuement de données très fragiles : des revendications supposément djihadistes impossibles à authentifier et qui pourraient tout aussi bien être le fait d’imposteurs, de provocateurs ou de sympathisants non connectés (par exemple les Yusuf Islamic Brothers, p. 180) ; des articles de presse, notamment issus de certains médias nigérians connus pour leur partialité ou la faiblesse de leur travail d’investigation ; ou bien encore des allégations de responsables sécuritaires nigérians non identifiés, un groupe professionnel à l’expertise et au sérieux très inégaux. Malgré les détails parfois croustillants que ces sources prétendent apporter, il aurait parfois été plus prudent de se passer de ce genre de sources, faute de pouvoir mieux évaluer leur véracité. Quant au suivi des trajectoires individuelles, il pose un problème majeur, celui de l’onomastique. Dans les sociétés ouest-africaines, chaque individu peut être connu sous une quantité de noms et de surnoms (diminutifs, dédicaces, termes de respect, titres, toponymes, et le tout souvent dans plusieurs langues, avec des principes de transcription changeants), à quoi les djihadistes ajoutent des alias, eux-mêmes changeants. Dans cet univers, les homonymies sont très fréquentes. Il n’est ainsi pas impossible que des sources confondent Mamman Nur, un prêcheur influent mais résolument local qui a animé la scission de 2016, et Mamman Nur « Fiya », un djihadiste internationalisé. Difficile dans ces conditions, en se fondant sur des sources de seconde main souvent peu denses en information et parfois confuses, de mener un travail vraiment satisfaisant sur les parcours militants.

Par ailleurs, Zenn semble parfois solliciter ses données un peu trop fortement, souvent dans le sens d’un métarécit d’un djihad ultra-globalisé et très organisé. C’est le cas par exemple quand il mentionne comme allant de soi l’implication pourtant très disputée d’Al-Qaïda dans une attaque contre des soldats américains en Somalie en 1993, le célèbre épisode du Black Hawk Down. De même, il voit dans les « voiles sahéliens » et le paysage aride qui figurent dans une vidéo de Boko Haram des éléments qui pourraient indiquer que Shekau a fait un séjour au Mali auprès d’AQMI – le Borno ne manque pourtant ni de paysages arides, ni de turbans (p. 196-197). Un peu plus loin, Zenn évoque une vidéo de repentis de Boko Haram produite et sous-titrée en anglais par les autorités nigérianes dans laquelle un repenti évoque un commandant « who came from Mali », un certain « Tejaman ». C’est à partir de cette seule citation que Zenn conclut à la présence de « commandants maliens » (au pluriel) (p. 233). Selon un repenti de Boko Haram à qui j’ai montré la vidéo, le commandant en question est en fait très probablement (Abu) Dujana, un qaid certes formé au Mali… mais pas malien. Ailleurs, pour Zenn, si la première attaque importante de Boko Haram contre une cible militaire a eu lieu à Monguno, ville du nord du Borno, cela pourrait être parce qu’elle a été le fait de combattants nigérians formés au Mali et sur le chemin du retour (p. 223). Or, selon deux anciens combattants djihadistes que j’ai interviewés, l’attaque a été lancée par des combattants établis dans la zone de Chikungudua, sur le lac Tchad. Dernier exemple, Zenn revient sur Al-Muntada al-Islami, une ONG basée à Londres mais financée par des acteurs privés saoudiens, accusée un temps d’avoir financé les réseaux djihadistes nigérians (p. 53-55). Il ne mentionne pas le fait que l’ancien djihadiste Abu Aisha, par ailleurs source majeure de l’ouvrage, disculpe entièrement l’ONG – n’y a-t-il pas un problème de dissymétrie dans le traitement de la source ? Même sur ces objets opaques que sont les djihads, il revient aux chercheurs d’être prudents et surtout d’ajuster l’ambition de leur propos aux fragments disponibles.

Dans cet ouvrage très riche en données (la lecture en sera d’ailleurs sans doute difficile pour qui n’est pas déjà familier du sujet), Zenn continue donc à attirer l’attention sur les facteurs globaux du djihad nigérian. Avec Andrea Brigaglia et quelques autres, il participe à une réécriture bienvenue de l’histoire des débuts de ce djihad, soulignant notamment l’existence précoce au Nigeria d’une aspiration au djihad, le rôle important d’une petite élite de djihadistes nigérians internationalisés et les ambiguïtés initiales d’une partie du salafisme nigérian. Il est clair que la violence djihadiste n’a pas été une simple réaction à la répression et il est clair également que le djihad global a joué un rôle réel à certains moments de la trajectoire de Boko Haram. Mais la façon qu’a Zenn de mobiliser et de traiter les données et, pour la période plus récente, sa dépendance trop exclusive à la propagande viennent régulièrement limiter ce qu’il peut démontrer de manière convaincante. Il n’en reste pas moins que les travaux à venir seront nourris des hypothèses et des matériaux de Zenn, qui a fait à la communauté des chercheurs un cadeau précieux en même temps qu’il lui a lancé un défi.

Vincent Foucher

CNRS,Les Afriques dans le monde (LAM)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mathieulonglade (18 avril 2022). RDL Polaf n°164 – Zenn (Jacob). Unmasking Boko Haram: Exploring Global Jihad in Nigeria. Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2020, 416 pages. Politique africaine. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxzk


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search