RDL Polaf n°164 – Mercier (Paul). Dakar dans les années 1950. Edité et postfacé par Jean Copans, Aubervilliers, Editions du CTHS, 2021, 332 pages

On doit à Jean Copans cette édition critique et révisée de la thèse complémentaire de Paul Mercier (1922-1976) intitulée Contribution à la sociologie des villes du Sénégal occidental à la fin de la période coloniale. Celle-ci fut soutenue en 1968 à partir d’une série d’enquêtes collectives menées entre 1952 et 1954. Environ la moitié de l’ouvrage est occupée par ce texte inédit tandis que sa seconde partie est consacrée à une longue postface de Copans. Enfin, le livre est complété par des annexes reproduisant des documents liés à l’enquête et par une bibliographie des travaux de Mercier.

L’intérêt de cet ouvrage est au moins double. La recherche de Mercier fournit des données qui intéresseront celles et ceux qui travaillent sur l’histoire du Sénégal et de ses villes (ici Dakar, Thiès et, dans une moindre mesure, Saint-Louis), et qui complètent ses travaux déjà publiés et bien connus des spécialistes. Elle repose principalement sur la passation de questionnaires (1 231 hommes, mais aussi 242 colons, 112 femmes et environ 300 écoliers interrogés à Dakar, 900 personnes environ à Thiès) et sur la conduite d’entretiens. Conformément aux canons de la monographie d’alors, Mercier décline une série de thématiques : parenté, groupements, catégories socio-professionnelles, relations ethniques et raciales, etc. Aussi ses considérations sur les maisonnées, les relations de voisinage, les associations ou les engagements partisans permettront par exemple de glaner des données pour des travaux portant sur l’histoire du quotidien ou sur les processus de politisation durant la fin de la période coloniale.

L’autre intérêt de cette lecture tient à l’analyse que propose Copans, dans laquelle on retrouve en pointillé sa propre expérience de chercheur, ayant lui-même vécu à Dakar à la fin des années 1960 et côtoyé Mercier. Au-delà de la valeur patrimoniale de ce texte, Copans explique ce projet de publication et le long travail d’édition qui l’a accompagné par la rareté des études urbaines portant sur le Sénégal de cette époque. Néanmoins, comme il le dévoile progressivement, la ville en tant que telle est paradoxalement absente du travail de Mercier. Elle fait figure de simple décor et n’est pas construite en tant qu’objet, ni envisagée en tant que configuration particulière.

Pour comprendre ce qui a pu mener Mercier à commettre un tel « hors sujet » (selon ses termes p. 282), Copans restitue l’environnement scientifique dans lequel ce dernier a évolué : la naissance de l’Institut français d’Afrique noire, les premières monographies urbaines menées sur le continent africain, la conférence internationale d’Abidjan de 1954 qui entendait poser les jalons des recherches menées en Afrique, etc. Copans reprend ici des réflexions antérieures, en particulier sur les trajectoires croisées de Georges Balandier et Paul Mercier, et sur la marginalisation du second. Un point important de cette contextualisation de l’enquête est qu’elle ne s’arrête pas aux sciences sociales proprement coloniales : Copans aborde l’histoire de la sociologie urbaine française et anglophone et retrace les lectures de Mercier, mais aussi ses points aveugles. Même si cet aspect est secondaire dans la démonstration, il faut noter que Copans discute les arguments de George Steinmetz sur l’autonomie des sociologues ayant exercé au sein des espaces coloniaux vis-à-vis du champ des sciences sociales en métropole. Il avance ainsi que, contrairement à ce que Steinmetz affirme pour le cas britannique, la coupure entre sciences sociales coloniales et métropolitaines serait plus nette dans le cas français et se retrouverait dans la trajectoire de Mercier. Par ailleurs, Copans reconstitue l’espace des disciplines scientifiques d’alors, et prend parti en créditant Mercier d’être d’abord « un anthropologue qui n’essaie pas de faire passer sa sociologie (passagère ?) pour une autre discipline, ou qui ne mélange pas les deux disciplines dans un flou artistique très problématique, comme chez G. Balandier » (p. 268). Finalement, après avoir évoqué les spécificités du terrain dakarois, Copans travaille à débusquer ce qu’il considère être le véritable objet de recherche de Mercier : une « sociologie des classes sociales en ville », qu’il tient pour universelles (p. 291).

Copans fait de ce travail de reprise un « chemin de croix » (p. 293). De fait, il travaille à revisiter une enquête relativement négligée, dont le moment de l’écriture exact est difficile à dater, alors même que la temporalité des indépendances est cruciale et sans avoir toujours eu accès aux sources nécessaires pour son entreprise (il n’a pas pu mettre la main sur les archives personnelles de Mercier). De ce point de vue, on peut parfois regretter de ne pas en savoir plus sur les outils de Mercier et sur la constitution de ses questionnaires, alors même que, selon ses termes, l’un des buts de son travail était la « mise au point de méthodes et de techniques d’enquêtes applicables à d’autres centres urbains d’Afrique de l’Ouest » (p. 24). La question du choix des techniques assignées aux différents groupes enquêtés mériterait d’être interrogée (Mercier a recours à des questionnaires fermés pour la majorité des enquêtés tandis qu’il choisit des grilles beaucoup plus ouvertes pour les « élites de type moderne » et les Européens). La question des assistants à l’origine de la collecte des données pourrait elle aussi être développée : beaucoup d’enquêteurs passent les questionnaires directement dans leurs milieux d’interconnaissance tandis que des institutrices sont recrutées pour administrer un questionnaire spécifique auprès des femmes. Enfin, les difficultés succinctement évoquées par Mercier, en particulier les fréquents refus de répondre de la part des élites sénégalaises (qu’il attribue en partie au fait de ne pas les avoir fait interroger directement par les chercheurs), seraient sans doute intéressantes à approfondir, notamment pour interroger les ressorts d’une hostilité éventuelle à l’égard des sciences sociales d’alors et/ou de ces formes d’enquête par sondage. En somme, cet ouvrage sera précieux pour les historiennes et historiens du Sénégal tout autant que pour celles et ceux des sciences sociales en contexte colonial.

Juliette Ruaud

Les Afriques dans le Monde (LAM),Sciences Po Bordeaux,Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient (Ciram),Université Laval de Québec


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search