RDL Polaf n°164 – Awenengo Dalberto (Séverine) et Banégas (Richard) (dir.). Identification and Citizenship in Africa: Biometrics, the Documentary State and Bureaucratic Writings of the Self. Londres, Routledge, 2021, 392 pages.

L’ouvrage dirigé par Séverine Awenengo Dalberto et Richard Banégas s’inscrit dans le champ de recherche émergent initié par l’ouvrage pionnier dirigé par Keith Breckenridge et Simon Sretzer, Registration and Recognition: Documenting the Person in World History. Ces contributions visent à décentrer le regard scientifique du monde occidental pour se concentrer sur les pratiques d’identification des individus dans les pays du Sud. Identification and Citizenship in Africa est l’un des aboutissements du projet ANR « La vie sociale et politique des papiers d’identification en Afrique ». À ce titre, il croise les perspectives d’historien·ne·s, de politistes et d’anthropologues dont les contributions sont divisées en 25 chapitres, certains théoriques et des études de cas qui sont parfois des traductions d’articles parus ailleurs.

L’ouvrage s’attelle à revenir sur l’opposition théorique entre État documentaire et État biométrique. Cette dernière notion est décrite par son fondateur, Keith Breckenridge, comme un État qui se base sur une abstraction mathématique, une écriture réduite aux caractéristiques biométrique pour l’identification de la population, par opposition aux informations de l’État documentaire. Pour enrichir ce débat, les contributions de cet ouvrage combinent cette approche institutionnelle à une approche de la politique par le bas.

Les chapitres de la première partie, « Biometric State versus Documentary State: Identification Technologies and Citizenship », reviennent sur cette opposition idéale-typique et sur le décalage entre les vertus attribuées à la biométrie pour l’identification des populations et leur fonctionnement concret. Marielle Debos nous expose par exemple les effets éminemment politiques de cet enregistrement technologique de la population tchadienne en 2015 en vue de l’élection présidentielle.

Les chapitres 4, 6, 7 et 8 se penchent sur la lutte contre les documents frauduleux qui est l’une des principales raisons de l’introduction de ces technologies. Dans le cas des réfugiés maliens au Burkina Faso, Nora Bardelli explique que cette identification biométrique, dans un objectif de lutte contre la fraude individuelle, se heurte à des obstacles pratiques, comme l’accès erratique ou nul à l’électricité. La biométrie ne supprime pas non plus les intermédiaires ni leur pouvoir discrétionnaire, comme l’illustre l’étude de cas de Kelma Manatouma dans le cas des commissions de vérification de l’identité pour l’obtention d’une carte d’identité biométrique au Tchad. Elle échoue également à éliminer les documents frauduleux. Au Cameroun, Marie-Emmanuelle Pomerolle nous plonge dans les justifications morales de cette « République du faux » et la reproduction des inégalités dans l’accès aux papiers, qu’ils soient officiels ou frauduleux. Enfin, Richard Banégas, Armando Cutolo et Souleymane Kouyaté se concentrent sur les modalités de la légitimation et la légalisation des « René Caillé », pratique répandue de possession de faux certificats de naissance fournis par les margouillats de Côte d’Ivoire.

Contrairement à la rhétorique de l’accès facilité aux droits sur laquelle se reposent les défenseurs de la digitalisation des fichiers d’identité, l’étude menée par Jeanne Bouyat illustre le projet politique d’exclusion des immigrants des lycées des quartiers pauvres de Johannesburg facilité par le renforcement des « barrières de papier » envers ces populations.

La deuxième partie de l’ouvrage, « Identity, Citizenship and the Politics of Inclusion and Exclusion », se concentre sur les ressorts politiques de l’attribution ou de la confiscation des papiers d’identité. Séverine Awenengo Dalberto revient sur l’histoire de l’identification des populations d’Afrique de l’Ouest durant la période coloniale. C’est alors une volonté de contrôle et la mise en place de mesures sociales qui sont à l’origine des premières tentatives d’identification. L’identification des individus répond également à une nécessité bureaucratique de classement, comme dans le Rwanda colonial où elle a participé à la rigidification des catégories qui deviendront les futures « ethnies » comme le relate Léon Saur. Florent Piton nous rappelle comment, bien plus, cette « bureaucratie de papier » a été mise au service de l’entreprise génocidaire Hutu au Rwanda.

Les papiers sont aussi des vecteurs d’exclusions plus quotidiennes et ordinaires. C’est le cas pour l’accession aux fonctions publiques dans le cadre de la politique de quotas ethnique en Mauritanie comme l’explique Laurent Fourchard. Ce chapitre décrit également le recours systématique et la multiplication exponentielle des certificats d’indigénéité.

Les chapitres d’Hervé Maupeu et de Claude Mbowou nous rappellent que l’enregistrement est aussi un enjeu du champ politique et peut se faire au gré de leur poids dans le jeu électoral. Ainsi, la constitution d’un « bétail électoral » est déterminante pour l’enregistrement des Nubi du Kenya ou encore dans le cas de Bintou au Cameroun dont l’histoire est narrée par Claude Mbowou.

Sandrine Perrot et Zekeria Ould Ahmed Salem nous présentent les différents rejets que peut susciter cette imposition de papiers d’identité. Ces contributions sont également l’occasion de constater la circulation impériale, puis transnationale des contestations contre le Kipande entre l’Ouganda et le Kenya durant la période coloniale ou dans le mouvement « Touche pas à ma nationalité » en Mauritanie.

La troisième partie du livre, « Bureaucratic Writing of the Self: Political Subjectivities and the Social Production of Papers », nous présente, au-delà de l’aspect légal, les différentes utilisations et significations sociales dont sont porteurs les papiers d’identité. Les contributions de cette partie se concentrent sur les entités non étatiques. Ainsi, les papiers constituent une marque d’appartenance à un groupe. Il peut s’agir d’une communauté villageoise, comme celle décrite par Florence Brisset-Foucault, de celle des Maragoli en Ouganda présentée par Sandrine Perrot et Gerald Owachi, ou encore d’un groupe professionnel comme les chauffeurs de taxis sénégalais évoqués par Sidy Cissoko. Dans le cas de conflits, on retrouve également des papiers d’identité dans des groupes d’autodéfense, comme ceux du Burkina Faso analysés par Romane Da Cunha Dupuy, ou dans des groupes rebelles, comme les décrit Kamina Diallo dans le cas de la Côte d’Ivoire. Cependant, les papiers ne sont pas circonscrits à l’espace national et peuvent être déterminants dans la constitution de « communautés itinérantes », comme celles évoquées par Alimou Diallo. Dans ce cas, ils facilitent le voyage entre différents pays, comme pour ceux délivrés par les congrégations évangéliques qu’analyse Joharra Berriane. Dans le cadre de cette appartenance, les papiers permettent l’accès à certains droits inhérents au groupe (droit de vote, droit à un statut particulier, facilitation des migrations). Ils permettent de distinguer le « bon » du « mauvais », qu’il soit croyant ou rebelle, et ont une fonction mémorielle pour leurs détenteurs. Enfin, les papiers marquent géographiquement et socialement ceux qui les portent ou en sont dépourvus.

Comme le rappelle la conclusion écrite par Jean-François Bayart, la ferveur avec laquelle ces groupes infra-étatiques produisent des « papiers » est le signe de la reproduction du modèle d’organisation bureaucratique de l’État dans de nombreuses couches des sociétés.

L’ouvrage donne donc à voir un aperçu concret de la citoyenneté et de l’existence matérielle des États du continent. Il inscrit les papiers dans leur univers local, national et international, mais aussi dans leur univers social. Si ce n’est pas l’objet de l’ouvrage, il serait néanmoins intéressant de se concentrer sur les entreprises et leurs liens avec les questions d’identification, tout d’abord parce qu’en tant qu’institutions bureaucratiques ces dernières sont d’énormes pourvoyeuses de documents d’identification des individus, mais aussi parce que l’identification constitue un véritable marché pour ces dernières, en particulier celles du Nord.

Héloïse Grard

Institut des sciences sociales du politique (ISP), Université Paris Nanterre



Citer ce billet
mathieulonglade (2022, 18 avril). RDL Polaf n°164 – Awenengo Dalberto (Séverine) et Banégas (Richard) (dir.). Identification and Citizenship in Africa: Biometrics, the Documentary State and Bureaucratic Writings of the Self. Londres, Routledge, 2021, 392 pages. Politique africaine. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxzh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search