RDL Polaf n°164 – Tonda (Joseph). Adrodystopie. La vie dans le rêve d’Autrui. Paris, Karthala, 2021, 268 pages

À travers ce nouvel essai, Joseph Tonda poursuit sa longue réflexion visant à saisir, si ce n’est dans son ensemble (on peut noter que la situation des populations asiatiques et dites « Pygmées » en Afrique centrale est très peu abordée dans ses ouvrages) du moins de façon ample et profonde, la question du pouvoir et de ses formes pour les Africain·e·s et les Afro-descendant·e·s dans le monde capitaliste globalisé, notamment au Gabon et dans les deux Congo. L’analyse proposée reprend le concept de « violence de l’imaginaire » et part d’une enquête sur le phénomène des « maris de nuit ». Certaines personnes gabonaises voient en effet leur inconscient passer sous l’emprise d’esprits oniriques, dictant dès lors leurs rapports à l’argent et à la sexualité, à la valeur et aux valeurs plus généralement. À travers un ensemble d’exemples et d’études de cas variés, Joseph Tonda montre que ce phénomène constitue l’une des pathologies les plus saillantes d’un état dystopique généralisé des sociétés d’Afrique centrale, où l’inconscient (collectif, au sens de Félix Guattari) « rêve et travaille en réalité la valeur, et celle-ci s’entend comme force ou puissance d’ordre magique qui enrôle, dans un son mouvement aveugle de “sujet automate”, la force ou la puissance de l’anthropologie africaine du sujet et de la société » (p. 16).

Le terme « sujet automate » renvoie à Marx qui, avec Freud et Evans-Pritchard, constitue une « triple tutelle [à entendre comme] la bévue, le point aveugle des sciences sociales africaines et africanistes, leur angle mort dans l’étude des mondes africains à l’ère néolibérale » (p. 247). Pour ce qui est du marxisme et des discussions contemporaines, Joseph Tonda reprend en premier lieu celle d’Anselm Jappe et de la Wertkritik « qui postule l’idée de processus d’autophagie au cœur du mouvement du monde impulsé par la valeur et ses subjectivations » (p. 243). Plus largement, et via la mobilisation d’un ensemble aussi vaste que varié d’auteur·e·s, il produit une analyse rendant compte de l’« expérience indifféremment psychique, physique et sociale » (p. 120) du vécu, contemporain et historique, des sujets (centro-)Africains. Le caractère baroque de sa bibliographie est certainement à entendre comme le pendant de la réalité décrite puisqu’il ne s’agit ici pas moins que de « saisir les mouvements de l’impérialisme, du néocolonialisme, du capitalisme, de la domination et de l’exploitation méconnus d’Autrui, par le rêve des abstractions, rêve des fétiches, rêve des matérialités, des images, des imaginaires et des concepts autonomisés ; rêve de la monstruosité, rêve constitué en lieu de vie des sujets individuels et collectifs » (p. 43). Cette perspective voulant que la vie dans le rêve d’Autrui (soit l’émanation de la valeur, au sens capitaliste) constitue la forme principale de l’aliénation des Africain·e·s et des Afro-descendant·e·s mène au constat d’une « indifférenciation de l’ordre symbolique[,] niveau le plus profond de saisie de l’Afrodystopie » (p. 156). Une (forte) leçon ressort de cette enquête : « l’altérité est insurmontable, puisqu’elle est constitutive du sujet » (p. 224).

Le troisième plan baroque du livre est constitué par la rhétorique elle-même et les modalités d’« administration de la preuve ». On retrouve la prose élaborée de l’auteur, ses phrases pouvant aller jusqu’à une dizaine de lignes et cherchant les limites de la syntaxe ; ses énumérations riches ; ses réitérations multiples ; ses créations conceptuelles sans cesse (re-)définies par petits décalages. Ne s’agit-il pas, là aussi, d’un corps-à-corps ? Et ne faut-il pas voir, dans ses propositions aux nombreux compléments ainsi que dans ses subordonnées en cascade, autant de reflets des rapports de pouvoir mis à l’examen ? Même si le onzième (et dernier) chapitre porte plus spécifiquement sur les machines et machinations, on peut regretter que la question de la technique en tant que telle n’ait pas été davantage diagnostiquée. Elle s’articule pourtant avec celle de la mémoire (André Leroi-Gourhan) et, par exemple sous l’angle du pharmakon (Bernard Stiegler), apporterait certainement de quoi alimenter le débat. Enfin, il s’agirait peut-être d’une voie pour apprécier l’étendue de l’œuvre de Joseph Tonda puisque, pour reprendre une des dernières publications issues de la Wertkritik : « La dialectique hégélienne entre le maître et l’esclave n’oppose pas tant la classe capitaliste au prolétariat que l’ensemble de l’humanité qui fait face à des structures abstraites qu’elle a constituées, mais sur lesquelles elle n’a pas de prise. »

Étienne Bourel

Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (Ladec), Université Lumière Lyon 2



Citer ce billet
mathieulonglade (2022, 18 avril). RDL Polaf n°164 – Tonda (Joseph). Adrodystopie. La vie dans le rêve d’Autrui. Paris, Karthala, 2021, 268 pages. Politique africaine. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxzf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search